Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR PRODUCING WEBS FOR REINFORCEMENT PLY OF A TYRE BY BUTT-JOINING OF STRAIGHT-WIRE STRIPS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/106322
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention concerns a method for producing webs (1) intended to be included in the makeup of a reinforcement ply (2) for a tyre (20), said method comprising a preparation step (a) during which a plurality of straight-wire strips (7, 107, 207) are prepared, each formed from a plurality of continuous reinforcement wires (4) immersed in a layer of rubber (5), a butt-joining step (b), during which said straight-wire strips (7, 107, 207) are butt-joined, two-by-two, in order to form a straight-wire ply (3), than a cutting step (c), during which the straight-wire ply engages (3) in a cutter (8) and the straight-wire ply (3) is cut transversely so as to form the webs. In said method, the front width (W3) of the straight-wire ply (3) which is produced during the butt-joining step (b) then engaged in the cutter (8) is greater than or equal to 50%, 75%, 80%, or even 90% of the inlet width of the cutter (W8), while the front width (W7, W107, W207) of the widest of the straight-wire strips is less than or equal to 50%, 40%, 25%, 10% or even 5% of said cutter inlet width (W8).

Inventors:
LHOSPITALIER, Jean-François (MANUFACTURE FRANCAISE DES PNEUMATIQUES MICHELIN, 23 place des Carmes-Déchau, CBS/CORP/J/PI- F35 - Ladoux CLERMONT-FERRAND CEDEX 9, 63040, FR)
Application Number:
FR2018/053072
Publication Date:
June 06, 2019
Filing Date:
November 30, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN (23 Place des Carmes-Déchaux, CLERMONT-FERRAND, CLERMONT-FERRAND, 63000, FR)
International Classes:
B29D30/46; B29C43/24; B29C43/28; B29D30/38
Domestic Patent References:
WO2013048384A12013-04-04
WO2008077418A12008-07-03
WO2017093681A12017-06-08
Foreign References:
EP3238925A12017-11-01
EP3199311A12017-08-02
EP1674246A12006-06-28
EP1712346A12006-10-18
Attorney, Agent or Firm:
REDOUTE, Gilles (MANUFACTURE FRANCAISE DES PNEUMATIQUES MICHELIN, 23 place des Carmes-Déchau, CBS/CORP/J/PI - F35 - Ladoux CLERMONT-FERRAND CEDEX 9, 63040, FR)
Download PDF:
Claims:
RE VENDIC ATION S

1. Procédé de fabrication de laizes (1) destinées à entrer dans la constitution d’une nappe de renfort (2) pour bandage (20), de préférence pour bandage pneumatique (20), ledit procédé étant caractérisé en ce qu’il comprend les étapes suivantes :

(i) une étape (a) de préparation au cours de laquelle on prépare plusieurs bobines (6, 106,

206) distinctes contenant chacune une bandelette, dite « bandelette droit fil » (7, 107,

207), qui est formée d’une pluralité de fils de renfort (4) continus qui sont noyés dans au moins une couche de gomme (5) et qui s’étendent parallèlement entre eux selon la direction longitudinale (X7, X107, X207) de ladite bandelette, chacune desdites bandelettes droit fil (7, 107, 207) présentant, perpendiculairement à ses fils de renfort, une largeur dite « largeur frontale » (W7, W107, W207) prédéterminée ; puis

(ii) une étape (b) d’aboutage, au cours de laquelle on déroule simultanément les bandelettes droit fil (7, 107, 207) contenues sur lesdites plusieurs bobines (6, 106, 206) distinctes, et l’on aboute deux à deux lesdites bandelettes droit fil (7, 107, 207) selon une même direction longitudinale commune (X3), de sorte à réunir l’ensemble desdites bandelettes droit fil en une nappe droit fil (3), dont les fils de renfort (4) s’étendent selon la direction longitudinale commune (X3), et qui présente, perpendiculairement auxdits fils de renfort (5), une largeur frontale (W3) de nappe droit fil qui est supérieure à la largeur frontale (W7, W107, W207) individuelle de chaque bandelette droit fil, puis

(iii) une étape (c) de coupe, au cours de laquelle on engage la nappe droit fil (3) dans une coupeuse (8) qui possède une capacité de coupe maximale déterminée, dite « largeur d’entrée de coupeuse » (W8), qui correspond à la plus grande largeur frontale d’une nappe droit fil (3) que l’on peut engager en entrée de ladite coupeuse (8), puis, au moyen de ladite coupeuse, on sectionne transversalement, à plusieurs reprises, la nappe droit fil (3) selon une direction de coupe (C8) qui est sécante à la direction des fils de renfort (4), de manière à former des tronçons de nappe droit fil dits « laizes » (1) de longueur (Ll) prédéterminée ;

et en ce que la largeur frontale (W3) de la nappe droit fil (3) qui est produite lors de l’étape (b) d’aboutage puis engagée dans la coupeuse (8) lors de l’étape (c) de coupe est égale ou supérieure à 50%, de préférence égale ou supérieure à 75%, préférentiellement égale ou supérieure à 80%, voire égale ou supérieure à 90% de la largeur d’entrée de coupeuse (W8), tandis que la largeur frontale (W7, W107, W207) de la plus large des bandelettes droit fil qui sont aboutées pour confectionner ladite nappe droit fil (3) est inférieure ou égale à 50%, de préférence inférieure ou égale à 40%, préférentiellement inférieure ou égale à 25%, éventuellement, de préférence, inférieure ou égale à 10%, voire inférieure ou égale à 5 % de ladite largeur d’entrée de coupeuse (W8).

2. Procédé selon la revendication 1 caractérisé en ce que, lors de l’étape (a) de préparation, on approvisionne une calandre (10) avec une ou des bobines de fils de renfort (11) qui contiennent autant de fils de renfort (4) distincts que nécessaire pour couvrir une largeur frontale (W7, W107, W207) souhaitée d’une bandelette droit fil (7, 107, 207), en ce que la longueur de chaque fil de renfort initialement stocké sur ladite ou lesdites bobines de fil de renfort, dite « longueur de stockage nominale » (L4_base), est identique, avec une tolérance prédéterminée inférieure ou égale à 20%, d’un fil de renfort (4) à l’autre, et en ce que, lors d’une opération de calandrage, on produit sur ladite calandre (10), à partir desdits fils de renfort, une bandelette droit fil continue dite « bandelette droit fil brute » (12) qui possède la largeur frontale (W12) souhaitée et une longueur dite « longueur brute » (L12) qui est égale à au moins 80%, de préférence à au moins 90%, à au moins 95%, à au moins 99%, voire à 100% de la longueur nominale de stockage, puis l’on répartit ladite bandelette droit fil brute (12) en plusieurs bobines (6, 106, 206) distinctes de bandelettes droit fil (7, 107, 207) que l’on utilise ensuite conjointement lors de l’étape (b) d’aboutage.

3. Procédé selon la revendication 2 caractérisé en ce que, au cours de l’étape (a) de préparation, chacune des bobines distinctes (6, 106, 206) reçoit une portion de la bandelette droit fil brute (12) d’une longueur (L7, L107, L207) comprise entre 5% et 50% de la longueur brute (L12).

4. Procédé selon la revendication 2 ou 3 caractérisé en ce que la longueur de stockage nominale (L4_base) de chaque fil de renfort (4) stocké sur la ou les bobines de fil de renfort (11) utilisées par la calandre (10) est comprise entre 200 m et 70 000 m, de préférence entre 1 000 m et 35 000 m.

5. Procédé selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que chaque bandelettes droit fil (7, 107, 207) utilisée présente une largeur frontale (W7, W107, W207) comprise entre 5% et 20% de la largeur d’entrée de coupeuse (W8).

6. Procédé selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que les bandelettes droit fil (7, 107, 207) ont chacune une largeur frontale (W7, W107, W207) comprise entre 30 mm et 700 mm, de préférence comprise entre 40 mm et 200 mm.

7. Procédé selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que la largeur d’entrée de coupeuse (W8) est comprise entre 300 mm et 2 000 mm, de préférence entre 700 mm et 1 600 mm, et par exemple égale à 800 mm, à 1 000 mm, à 1 200 mm, à 1 400 mm ou à 1 600 mm.

8. Procédé selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que chaque bobine (6, 106, 206) de la pluralité de bobines distinctes que l’on prépare lors de l’étape (a) de préparation puis que l’on utilise conjointement avec les autres bobines lors de l’étape (b) d’aboutage, contient une bandelette droit fil (7, 107, 207) continue dont la longueur

(L7, L107, L207) est comprise entre 200 m et 30 000 m.

9. Procédé selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que la surface totale des laizes (1) à produire, dite surface utile de laize, est générée, au cours de l’étape (a) de préparation, par une seule et même opération de calandrage d’une bandelette droit fil brute (12) dont la surface développée est comprise entre 100 % et 120 % de ladite surface utile de laize, et en ce que l’on répartit sensiblement également ladite bandelette droit fil brute (12) en un nombre prédéterminé de bobines (6, 106, 206) distinctes, de préférence compris entre 2 et 10, qui reçoivent chacune une fraction correspondante de la surface développée de la bandelette droit fil brute, puis l’on utilise conjointement l’ensemble desdites bobines (6, 106, 206) lors de l’étape (b) d’aboutage.

10. Procédé selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que la direction de coupe (C8) forme un angle de coupe (a2) par rapport à la direction longitudinale commune (X3) de la nappe droit fil (3), et en ce que, lors de l’initialisation de l’étape (b) d’aboutage, on présente en escalier les bandelettes droit fil (7, 107, 207) issues des bobines (6, 106, 206) distinctes, en décalant longitudinalement les fronts respectifs (7F, 107F, 207F) desdites bandelettes droit fil les uns par rapport aux autres selon un pas de décalage longitudinal (X offset) qui dépend de la valeur de l’angle de coupe (a2). 11. Procédé selon l’une des revendications précédentes caractérisé en ce que, lors de l’étape (b) d’aboutage, on dispose les bandelettes droit fil (7, 107, 207) parallèlement deux à deux, de manière à ce que lesdites bandelettes droit fil présentent, en vis-à-vis l’une de l’autre, leurs lisières (7L, 107L) respectives et à ce que lesdites lisières soient distantes l’une de l’autre et délimitent entre elles un interstice dit « interstice de jonction » (30) de largeur (W30) prédéterminée, et en ce que l’on aboute lesdites bandelettes droit fil (7, 107) en injectant dans l’interstice de jonction (30) un matériau de comblement (31) malléable, de type gomme ou colle, qui assure le collage de la lisière (7L) de l’une des bandelettes droit fil (7) avec la lisière (107L) de l’autre bandelette droit fil (107). 12. Procédé selon la revendication 11 caractérisé en ce que, lors de l’étape (a) de préparation ou lors de l’étape (b) d’aboutage, on arase au moins une lisière (7L, 107L) de ladite ou respectivement desdites bandelettes droit fil destinées à faire l’objet du collage par le matériau de comblement (31), en faisant défiler ladite, respectivement lesdites, bandelettes droit fil (7, 107, 207) au contact d’un couteau (32) qui vient en appui glissant contre le fil de renfort (4) qui est le plus proche de la lisière considérée, de manière à ce que le mouvement relatif des bandelettes droit fil (7, 107) par rapport au couteau (32) permette d’éliminer, avant aboutage, une éventuelle largeur résiduelle de gomme (5) qui recouvre le fil de renfort (4), et ce afin de mettre à nu le fil de renfort (4) sur la longueur de la lisière (7L, 7F) considérée, de sorte que la limite latérale dudit fil de renfort (4) délimite l’interstice de jonction (30) qui reçoit le matériau de comblement (31).

13. Procédé selon la revendication 12 caractérisé en ce que au moins l’une, et de préférence au moins deux, des bandelettes droit fil (7, 107, 207) contiennent des fils de renfort (4) métalliques, de sorte que, lors de l’étape (a) de préparation ou lors de l’étape (b) d’aboutage, on arase au moins une lisière (7L, 107L) de ladite ou respectivement desdites bandelettes droit fil destinées à faire l’objet du collage par le matériau de comblement (31), en faisant défiler ladite, respectivement lesdites, bandelettes droit fil (7, 107, 207) au contact d’un couteau (32) qui vient en appui glissant contre le fil de renfort (4) métallique qui est le plus proche de la lisière considérée, de manière à ce que le mouvement relatif des bandelettes droit fil (7, 107) par rapport au couteau (32) permette d’éliminer, avant aboutage, une éventuelle largeur résiduelle de gomme (5) qui recouvre le fil de renfort (4) métallique, et ce afin de mettre à nu le fil de renfort (4) métallique sur la longueur de la lisière (7L, 7F) considérée, de sorte que la limite latérale dudit fil de renfort (4) métallique délimite l’interstice de jonction (30) qui reçoit le matériau de comblement (31)

Description:
PROCEDE DE FABRICATION DE LAIZES POUR NAPPE DE RENFORT DE PNEUMATIQUE PAR ABOUTAGE DE BANDELETTES DROIT FIL

[0001] La présente invention concerne le domaine de la fabrication de bandages, et notamment de bandages pneumatiques destinés à équiper des véhicules roulants.

[0002] La présente invention concerne plus particulièrement la fabrication de nappes de renfort entrant dans la structure de tels bandages.

[0003] Il est connu de réaliser des nappes de renfort en produisant tout d’abord, par calandrage, une nappe dite nappe droit fil, qui comprend une pluralité de fils de renfort qui sont orientés parallèlement à la direction longitudinale de ladite nappe et qui sont noyés dans une gomme, puis en découpant dans cette nappe droit fil, au moyen d’une coupeuse, selon un angle de coupe prédéterminé, des tronçons de nappe droit fil dits « laizes », puis en aboutant deux à deux lesdites laizes par leurs lisières, parallèles aux fils de renfort, de manière à constituer finalement une nappe de renfort au sein de laquelle les fils de renfort forment, par rapport à la direction longitudinale de ladite nappe, un angle, dit « angle de nappe », qui résulte de l’angle de coupe choisi.

[0004] Afin d’ homogénéiser et d’optimiser les équipements de production pour la fabrication de bandages en grande série, les fabricants de bandages, notamment de bandages pneumatiques ont généralement défini, pour leurs lignes de production, un format standard de largeur de nappe droit fil, ou parfois quelques formats standard de largeur de nappe droit fil, en nombre restreint, et développé, pour chaque format standard de largeur, d’une part des calandres qui génèrent, en noyant les fils de renfort entre deux couches de gomme, des nappes droit fil dont la largeur frontale correspond à ce format standard de largeur, et d’autre part des coupeuses dont les capacités de découpe sont également adaptées à, et optimisées pour, ce format standard de largeur.

[0005] Par ailleurs, les fils de renfort utilisés par les calandres sont généralement conditionnés sous forme de bobines qui contiennent une grande longueur de stockage de chaque fil, typiquement de l’ordre de 5 000 m à 10 000 m, voire 30 000 m, par fil de renfort et par bobine. [0006] Pour assurer la production d’une nappe droit fil de bonne qualité, ces fils de renfort doivent être convenablement positionnés en entrée de la calandre, parallèlement les uns aux autres et espacés les uns des autres selon un pas déterminé. A cet effet, l’entrée de la calandre est pourvue d’une structure destinée à porter et à dérouler des bobines de fils de renfort, telle qu’un râtelier, ainsi que de moyens de guidage idoine, permettant de positionner les fils de renfort.

[0007] Afin de limiter les opérations de manutention et de mise en place des fils de renfort, et donc afin d’optimiser la productivité des calandres, il est hautement préférable, une fois que l’ensemble des nombreux fils de renfort sont mis en place sur la structure de guidage, de réaliser un calandrage continu jusqu’à épuisement du fil de renfort disponible.

[000S] En pratique, la surface de nappe droit fil produite par une calandre au cours d’une même opération de calandrage, dite aussi « campagne de calandrage », est donc généralement déterminée par la longueur totale de stockage des fils de renfort contenus sur la ou les bobines utilisées pour alimenter la calandre, et, plus particulièrement, ladite surface de nappe droit fil produite au cours d’une même campagne de calandrage est généralement sensiblement égale au produit de la largeur frontale de la nappe droit fil, qui sort de la calandre, par la longueur totale de stockage des fils de renfort, qui sont intégralement consommés lors de ladite opération de calandrage.

[0009] Or, est apparue récemment la nécessité de réaliser des productions de pneumatiques selon des séries dont la taille, c’est-à-dire le nombre total de pneumatiques constituant la série de pneumatiques considérée, est plus réduite qu’ auparavant, et ce notamment afin de répondre à des marchés plus spécifiques.

[0010] Typiquement, on pourra notamment viser des séries dont la taille pourra être de l’ordre de quelques centaines de pneumatiques.

[0011] De prime abord, les équipements de production existants semblent peu adaptés à une telle fabrication en séries restreintes.

[0012] En effet, une série de taille réduite implique un moindre besoin en nappe de renfort, et par conséquent requiert une moindre surface de nappe droit fil. [0013] Certes, pour réduire la surface de nappe droit fil produite, on pourrait envisager de réduire la longueur de ladite nappe droit fil, en interrompant l’opération de calandrage une fois la longueur désirée atteinte.

[0014] Toutefois, l’interruption de l’opération de calandrage aurait pour inconvénient d’immobiliser la calandre, et d’augmenter le nombre d’interventions nécessaires à la manutention et à la mise en place des fils de renfort, au détriment de la productivité de la calandre.

[0015] On pourrait également envisager de produire d’un seul tenant une nappe droit fil en consommant la totalité des fils de renfort, puis de stocker le surplus de longueur de nappe droit fil produite, non utilisé pour la série concernée, en attente d’une éventuelle utilisation future.

[0016] Toutefois, dans la mesure où d’une part le stockage s’accompagne d’un phénomène de vieillissement susceptible de dégrader les propriétés des matériaux, et notamment de la gomme, et donc plus globalement de la nappe droit fil stockée, et où d’autre part il est difficile de garantir qu’un surplus de nappe droit fil présentant des caractéristiques spécifiques à une première série de pneumatiques pourra effectivement être réutilisé, et a fortiori intégralement réutilisé, pour une seconde série de pneumatiques distincte, une telle solution de stockage induirait inévitablement un certain gaspillage de matière première et d’énergie.

[0017] Une autre possibilité pourrait consister à produire par calandrage une nappe droit fil de largeur réduite, choisie de telle sorte que le produit de ladite largeur réduite par la longueur de stockage des fils de renfort serait sensiblement égal à la surface de nappe droit fil juste nécessaire pour fabriquer la série de pneumatiques concernée.

[0018] Cependant, le rendement des coupeuses, qui est exprimé en surface de laizes produite par unité de temps, dépend de la cadence de la coupeuse, c’est-à-dire du nombre de coupes que Ton peut effectuer par unité de temps en actionnant la coupeuse, ainsi que de la largeur de la nappe droit fil entrante avec laquelle on alimente la coupeuse.

[0019] A ce titre, on notera que, dans l’absolu, augmenter la cadence de la coupeuse provoquerait inévitablement une accélération de l’usure de l’organe de coupe de ladite coupeuse (organe de coupe qui peut être par exemple une lame de type guillotine ou un disque coupant), et obligerait à procéder à une maintenance plus fréquente, et donc plus onéreuse.

[0020] Concrètement, le rendement d’une coupeuse dépend donc généralement essentiellement de la largeur de la nappe droit fil entrante, que l’on coupe à chaque actionnement de l’organe de coupe.

[0021] Par conséquent, le fait d’alimenter les coupeuses existantes avec une nappe droit fil de largeur réduite aurait pour effet de faire chuter le rendement desdites coupeuses.

[0022] Par ailleurs, on connaît, par le brevet européen EP-l 712 346, un dispositif qui permet de créer une nappe droit fil en enroulant et en aboutant sur elle-même une bandelette droit fil, en spirale sur un ensemble de deux cylindres horizontaux, et d’extraire directement de cette nappe droit fil, en continu, au moyen d’un couteau appliqué contre l’un des cylindres, une nappe de renfort.

[0023] Un tel dispositif présente toutefois une grande complexité, et nécessite de nombreux réglages notamment pour positionner le couteau en longueur et en lacet par rapport à l’axe du cylindre, afin de définir notamment la largeur de la nappe de renfort extraite, ou encore pour ajuster l’entraxe des cylindres, qui conditionne la longueur des portions de bandelettes au sein de la nappe de renfort, et donc qui conditionne l’angle de nappe, pour une largeur de nappe de renfort donnée.

[0024] Un tel dispositif peut donc se révéler relativement onéreux à mettre en œuvre, et présenter certaines faiblesses en matière de fiabilité.

[0025] Les objets assignés à l’invention visent par conséquent à remédier aux inconvénients susmentionnés et à proposer un procédé de production de laizes, et plus globalement de nappes de renfort, qui soit fiable, polyvalent, de manière à pouvoir s’adapter à des fabrications de pneumatiques selon des séries de tailles très variées, tout en évitant le gaspillage de matière première et en permettant d’optimiser le rendement et le coût de maintenance des coupeuses.

[0026] Plus particulièrement, l’invention vise à proposer un procédé qui puisse être mis en œuvre, à moindre coût, sur des installations existantes, notamment des coupeuses existantes, tout en conservant le rendement ainsi que le bénéfice de la robustesse desdites installations.

[0027] Les objets assignés à l’invention sont atteints au moyen d’un procédé de fabrication de laizes destinées à entrer dans la constitution d’une nappe de renfort pour pneumatique, ledit procédé étant caractérisé en ce qu’il comprend les étapes suivantes :

(i) une étape (a) de préparation au cours de laquelle on prépare plusieurs bobines distinctes contenant chacune une bandelette, dite « bandelette droit fil », qui est formée d’une pluralité de fils de renfort continus qui sont noyés dans au moins une couche de gomme et qui s’étendent parallèlement entre eux selon la direction longitudinale de ladite bandelette, chacune desdites bandelettes droit fil présentant, perpendiculairement à ses fils de renfort, une largeur dite « largeur frontale » prédéterminée ; puis

(ii) une étape (b) d’aboutage, au cours de laquelle on déroule simultanément les bandelettes droit fil contenues sur lesdites plusieurs bobines distinctes, et l’on aboute deux à deux lesdites bandelettes droit fil selon une même direction longitudinale commune, de sorte à réunir l’ensemble desdites bandelettes droit fil en une nappe droit fil, dont les fils de renfort s’étendent selon la direction longitudinale commune, et qui présente, perpendiculairement auxdits fils de renfort, une largeur frontale de nappe droit fil qui est supérieure à la largeur frontale individuelle de chaque bandelette droit fil, puis

(iii)une étape (c) de coupe, au cours de laquelle on engage la nappe droit fil dans une coupeuse qui possède une capacité de coupe maximale déterminée, dite « largeur d’entrée de coupeuse », qui correspond à la plus grande largeur frontale d’une nappe droit fil que l’on peut engager en entrée de ladite coupeuse, puis, au moyen de ladite coupeuse, on sectionne transversalement, à plusieurs reprises, la nappe droit fil selon une direction de coupe qui est sécante à la direction des fils de renfort, de manière à former des tronçons de nappe droit fil dits « laizes » de longueur prédéterminée ;

et en ce que la largeur frontale de la nappe droit fil qui est produite lors de l’étape (b) d’aboutage puis engagée dans la coupeuse lors de l’étape (c) de coupe est égale ou supérieure à 50%, de préférence égale ou supérieure à 75%, préférentiellement égale ou supérieure à 80%, voire égale ou supérieure à 90% de la largeur d’entrée de coupeuse, tandis que la largeur frontale de la plus large des bandelettes droit fil qui sont aboutées pour confectionner ladite nappe droit fil est inférieure ou égale à 50%, de préférence inférieure ou égale à 40%, préférentiellement inférieure ou égale à 25%, éventuellement, de préférence, inférieure ou égale à 10%, voire inférieure ou égale à 5 % de ladite largeur d’entrée de coupeuse.

[0028] Avantageusement, le procédé selon l’invention, permet de combiner une production de bandelettes droit fil sur une faible largeur, par un procédé qui est donc économe en temps de préparation et en matière première, avec une découpe de nappe droit fil de grande largeur, qui permet d’optimiser le rendement des coupeuses.

[0029] Le lien entre l’opération génératrice de bandelettes droit fil de faible largeur frontale, ici de préférence une opération de calandrage, et la coupe, consommatrice d’une nappe droit fil que l’on souhaite la plus large possible, et plus particulièrement la plus proche possible de la capacité d’accueil maximale de la coupeuse, est avantageusement réalisé grâce à un aboutage intermédiaire, qui permet d’accoler longitudinalement plusieurs bandelettes droit fil, en continu sur toute leur longueur, pour convertir lesdites bandelettes initialement distinctes, et relativement étroites, issues du calandrage, en une même nappe droit fil de largeur plus adaptée à la coupeuse utilisée.

[0030] L’invention permet donc avantageusement de répartir la fabrication de la surface utile totale de nappe droit fil, qui est nécessaire à la fabrication de la série de pneumatiques considérée, en une pluralité de sous-surfaces correspondant à la surface unitaire de chaque bandelettes droit fil.

[0031] Plus particulièrement, l’invention peut permettre de fabriquer la totalité de la surface utile totale de la nappe droit fil en réalisant une bandelette droit fil dont la largeur frontale est choisie de sorte que la surface unitaire de ladite bandelette droit fil d’une part est égale à la surface utile totale visée et d’autre part coïncide sensiblement avec le produit de la largeur frontale de ladite bandelette par une longueur de stockage standard de fil de renfort. De la sorte, il est possible de produire l’intégralité de la surface utile à partir d’une seule et même opération de calandrage, de faible largeur, qui consomme la totalité de la longueur des fils de renfort approvisionnant la calandre.

[0032] D’ autres objets, caractéristiques et avantages de l’invention apparaîtront plus en détail à la lecture de la description qui suit, ainsi qu’à l’aide des dessins annexés, fournis à titre purement illustratif et non limitatif, parmi lesquels :

[0033] La figure 1 illustre, selon une vue en perspective, une installation d’aboutage permettant de mettre en œuvre une étape (b) d’aboutage longitudinal de plusieurs bandelettes droit fil selon l’invention.

[0034] La figure 2A illustre, selon une vue schématique, une étape (a) de préparation de bandelettes droit fil, par calandrage, selon un procédé de fabrication de laizes conforme à l’invention.

[0035] La figure 2B illustre, selon une vue schématique, des opérations du procédé qui sont exécutées en aval des opérations de la figure 2A, afin d’utiliser les bandelettes droit fil pour les étapes (b) d’aboutage puis (c) de coupe.

[0036] La figure 3 illustre, selon une vue schématique en perspective, le principe général, connu en soi, de l’aboutage des laizes en une nappe de renfort, puis de l’utilisation de ladite nappe de renfort lors de la fabrication d’un pneumatique.

[0037] La figure 4 illustre, selon une vue schématique de dessus, une disposition en escalier des fronts de bandelettes droit fil en fonction de l’angle de coupe prévu sur la coupeuse, de sorte à limiter les pertes de matière (chutes) lors de la première coupe effectuée sur la nappe droit fil.

[0038] La figure 5 illustre, selon une vue schématique de dessus incluant des sections sorties, une variante de mise en œuvre d’aboutage par collage, qui peut être appliquée lors de la mise en œuvre d’un procédé selon l’invention. [0039] La présente invention concerne un procédé de fabrication de laizes 1 destinées à entrer dans la constitution d’une nappe de renfort 2 pour bandage 20, et plus préférentiellement pour bandage pneumatique 20 (dit communément « pneumatique »). [0040] Par simple commodité de description, on pourra assimiler dans ce qui suit « bandage » et « pneumatique », étant bien entendu que l’invention trouve à s’appliquer à la confection de tous types de bandages, y compris des bandages pleins, non pneumatiques, destinés par exemple à des roues anti-crevaison à structure interne alvéolaire.

[0041] La nappe de renfort 2 pourra servir par exemple de nappe carcasse, ou bien de nappe sommet destinée à renforcer le sommet du pneumatique 20, sous la bande de roulement, tel que cela est illustré sur la figure 3.

[0042] De façon connue en soi, tel que cela est illustré sur les figures 2B et 3, et tel que cela sera détaillé ci-après, une laize 1 correspond à un tronçon d’une nappe droit fil 3, prélevé dans ladite nappe droit fil 3 par une opération de coupe effectuée selon une direction de coupe C8 sécante à la direction longitudinale X3 de ladite nappe droit fil 3.

[0043] Par « nappe droit fil » 3, on désigne une nappe formée par une pluralité de fils de renfort 4 continus, qui sont disposés parallèlement entre eux et parallèlement à la direction longitudinale X3 de la nappe, et noyés dans une gomme 5.

[0044] Les fils de renfort 4 peuvent être en matériau métallique ou en matériau textile, tel que du nylon ou de l’aramide, ou en tout autre matériau approprié dont le module d’élasticité est supérieur à celui de la gomme 5. Chaque fil de renfort 4 peut être mono- filament, c’est-à-dire formé d’un unique brin d’un seul tenant, ou bien multi- filament, c’est-à-dire formé de plusieurs brins réunis en un câble.

[0045] Par « gomme » 5, on désigne un matériau élastomère, à base de caoutchouc cru, c’est-à-dire non vulcanisé, ou à base d’un mélange de caoutchoucs crus, ledit ou lesdits caoutchoucs pouvant être synthétiques ou naturels.

[0046] Bien entendu, ladite gomme 5 peut contenir des charges, telles que de la silice ou le noir de carbone, des adjuvants, tels que le soufre, des plastifiants, tels que des huiles, etc.

[0047] Le procédé selon l’invention comprend tout d’abord une étape (a) de préparation au cours de laquelle on prépare plusieurs bobines 6, 106, 206 distinctes contenant chacune une bandelette 7, 107, 207, dite « bandelette droit fil », qui est formée d’une pluralité de fils de renfort 4 continus qui sont noyés dans au moins une couche de gomme 5 et qui s’étendent parallèlement entre eux selon la direction longitudinale X7, X107, X207 de ladite bandelette, chacune desdites bandelettes droit fil 7, 107, 207 présentant, perpendiculairement à ses fils de renfort, une largeur dite « largeur frontale » W7, W107, W207 prédéterminée.

[0048] De préférence, tel que cela est illustré sur la figure 2 A, la bandelette droit fil 7, 107, 207 sera produite par une opération de calandrage, les fils de renfort 4 disposés parallèlement les uns aux autres étant engagés entre deux couches de gomme 5 (dites aussi « skim de gomme ») qui sont pressées l’une contre l’autre au moyen de cylindres contrarotatifs.

[0049] Une telle opération de calandrage peut notamment être réalisée au moyen d’une calandre 10 (machine de calandrage) telle que celle décrite dans la demande de brevet WO- 2017/093681 déposée par la demanderesse.

[0050] Bien entendu, on pourra utiliser, sans sortir du cadre de l’invention, tout autre procédé adapté pour fabriquer des bandelettes droit fils par enduction de fils de renfort 4 dans une gomme 5, par exemple des procédés d’extrusion/gainage.

[0051] Selon l’invention, le procédé comprend ensuite, après l’étape (a) de préparation, une étape (b) d’aboutage, au cours de laquelle, tel que cela est notamment visible sur la figure 1 et sur la partie gauche de la figure 2B, on déroule simultanément les bandelettes droit fil 7, 107, 207 contenues sur lesdites plusieurs bobines 6, 106, 206 distinctes, et l’on aboute deux à deux lesdites bandelettes droit fil 7, 107, 207 selon une même direction longitudinale commune X3, de sorte à réunir l’ensemble desdites bandelettes droit fil 7, 107, 207 en une nappe droit fil 3, dont les fils de renfort 4 s’étendent selon la direction longitudinale commune X3, et qui présente, perpendiculairement auxdits fils de renfort 4, une largeur frontale W3 de nappe droit fil qui est supérieure à la largeur frontale W7, W107, W207 individuelle de chaque bandelette droit fil 7, 107, 207.

[0052] L’aboutage pourra être réalisé, par toute méthode connue, et donc par tout poste d’aboutage 21 approprié, par exemple au moyen de molettes qui forcent le rapprochement mutuel et l’adhésion des lisières des bandelettes droit fil 7, 107, 207 les unes aux autres.

[0053] De préférence, de façon connue en soi, afin d’éviter que les spires de bandelettes droit fil, respectivement les spires de nappe droit fil 3, n’adhèrent les unes aux autres au sein des bobines 6, 106, 206, on pourra prévoir d’interposer entre lesdites spires, tel que cela est illustré sur la figure 1, des intercalaires 23, 24, formés par des films de tissu, ou bien des films en matière plastique, qui seront enroulés et déroulés conjointement avec lesdites bandelettes ou nappes.

[0054] Le procédé comprend ensuite, après l’étape (b) d’aboutage, et tel que cela est notamment illustré sur la partie droite de la figure 2B, une étape (c) de coupe, au cours de laquelle on engage la nappe droit fil 3 dans une coupeuse 8 puis, au moyen de ladite coupeuse 8, on sectionne transversalement, à plusieurs reprises, la nappe droit 3 fil selon une direction de coupe C8 qui est sécante à la direction X3 des fils de renfort 4, de manière à former des tronçons de nappe droit fil dits « laizes » 1 de longueur Ll prédéterminée.

[0055] On notera que, par simple commodité de description, la « longueur » Ll des laizes correspond ici à la dimension de la laize 1 mesurée selon la direction longitudinale X3 de la nappe droit fil dont est issue la laize 1, c’est-à-dire à l’intervalle de distance séparant deux découpes effectuées successivement par la coupeuse 8 le long de la nappe droit fil 3, et non pas nécessairement à la plus grande dimension de la laize 1 obtenue.

[0056] De façon connue en soi, les laizes 1 sont ensuite aboutées les unes aux autres, par leurs lisières parallèles aux fils de renfort 4, de sorte à former une nappe de renfort 2, tel que cela est illustré sur la figure 3.

[0057] En pratique, l’angle, dit « angle de coupe », formé entre la direction de coupe C8 et la direction longitudinale commune X3 des fils de renfort 4 de la nappe droit fil 3 entrant dans la coupeuse 8 définira, et plus particulièrement sera égal à, l’angle dit « angle de nappe » a2 selon lequel les fils de renfort 4 se trouvent finalement orientés par rapport à la direction longitudinale X2 de la nappe de renfort 2.

[0058] Par commodité, on pourra donc assimiler angle de coupe et angle de nappe a2 dans ce qui suit.

[0059] On notera que la nappe droit fil 3 issue de l’étape (b) d’aboutage pourra être acheminée vers l’entrée de la coupeuse 8 soit directement, en étant entraînée jusqu’à ladite coupeuse 8 au fur et à mesure que ladite nappe droit fil 3 sort du poste d’aboutage 21, soit indirectement, en étant stockée provisoirement, en sortie du poste d’aboutage 21, sur une bobine tampon 22, qui sera ensuite mise en place en entrée de la coupeuse 8 pour y être dévidée au fur et à mesure de la coupe en laizes 1.

[0060] La coupeuse 8 possède une capacité de coupe maximale déterminée, dite « largeur d’entrée de coupeuse » W8.

[0061] Cette largeur d’entrée de coupeuse W8 correspond à la plus grande largeur frontale d’une nappe droit fil 3 que l’on peut engager en entrée de ladite coupeuse 8.

[0062] La coupeuse 8 est conçue pour pouvoir découper la nappe droit fil 3 entrante selon un angle de nappe a2 donné, ou, de préférence, la coupeuse 8 est conçue de sorte à pouvoir être configurée selon un angle de nappe a2 librement choisi parmi une pluralité d’angles de nappe possibles, par exemple dans une plage d’angle de nappe comprise entre 5 degrés et 90 degrés.

[0063] On notera qu’un angle de nappe a2 correspond typiquement à la plupart des nappes de renfort dites « nappes carcasse » qui sont destinées à former la carcasse radiale du pneumatique.

[0064] La largeur d’entrée W8 de la coupeuse 8 correspond alors à la plus grande largeur frontale W3 d’une nappe droit fil 3 que l’on peut introduire dans la coupeuse 8 et couper selon l’angle de nappe a2, ou selon n’importe lequel des angles de nappe a2 pour lesquels la coupeuse peut être configurée.

[0065] En pratique, tel que cela est illustré sur la figure 2B, la coupeuse 8 pourra comporter une lame 9 rectiligne, de type guillotine ou massicot, dont la longueur L9 est supérieure à la longueur du trait de coupe nécessaire pour séparer la nappe droit fil 3 en deux tronçons, c’est-à-dire pour séparer une laize 1 de la nappe droit fil 3 en une opération de coupe, quelle que soit la valeur choisie de l’angle de nappe a2.

[0066] En variante, on pourrait bien entendu utiliser, au sein de la coupeuse 8, un organe coupant autre qu’une lame 9 de type guillotine, par exemple un disque coupant qui roule le long d’un rail orienté selon la direction de coupe C8 souhaitée.

[0067] De préférence, la largeur d’entrée de coupeuse W8 est comprise entre 300 mm et 2 000 mm, et plus préférentiellement entre 700 mm et 1 600 mm. [0068] Par exemple, la largeur d’entrée de coupeuse W8 pourra être égale à 800 mm, à 1 000 mm, à 1 200 mm, à 1 400 mm ou à 1 600 mm.

[0069] De telles largeurs W8 correspondent avantageusement aux largeurs d’entrée usuelles des coupeuses 8 existantes, et permettront ainsi d’exploiter de telles coupeuses 8 existantes.

[0070] A titre indicatif, la longueur L9 de la lame 9 de la coupeuse 8 pourra être égale à 4800 mm, pour pouvoir traiter et sectionner en un seul mouvement de coupe une nappe droit fil 3 entrante de largeur frontale W3 valant 1400 mm selon un angle de coupe (et donc un angle de nappe a2) pouvant aller de 90 degrés jusqu’à 17 degrés, ou bien encore être égale à 5600 mm pour pouvoir traiter, sur la même plage d’angles de coupe, une nappe droit fil 3 dont la largeur frontale W3 vaut 1600 mm.

[0071] Selon l’invention, la largeur frontale W3 de la nappe droit fil 3 qui est produite lors de l’étape (b) d’aboutage puis engagée dans la coupeuse 8 lors de l’étape (c) de coupe est égale ou supérieure à 50% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, de préférence égale ou supérieure à 75% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, préférentiellement égale ou supérieure à 80% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, voire égale ou supérieure à 90% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, tandis que la largeur frontale W7, W107, W207 de la plus large des bandelettes droit fil 7, 107, 207 qui sont aboutées pour confectionner ladite nappe droit fil 3 est inférieure ou égale à 50% de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8, de préférence inférieure ou égale à 40% de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8, préférentiellement inférieure ou égale à 25% de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8, éventuellement, de préférence, inférieure ou égale à 10% de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8, voire inférieure ou égale à 5 % de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8.

[0072] Comme indiqué plus haut, la répartition de la surface utile de la nappe droit fil 3 en plusieurs bandelettes droit fil 7, 107, 207 de largeur réduite, fabriquées séparément puis aboutées, permet de concilier d’une part une production sous forme desdites bandelettes droit fil 7, 107, 207 de l’ensemble de la surface nécessaire à la fabrication de la nappe droit fil 3, ce qui rend ladite production, réalisée de préférence par calandrage, rapide, économe en temps, en matière première et en énergie, avec d’autre part un rendement élevé d’une coupeuse 8 ayant une grande largeur d’entrée W8, ce qui permet de produire des laizes 1 avec un débit surfacique de laizes 1 (c’est-à-dire une surface de laizes produite par unité de temps) élevé.

[0073] Avantageusement, en limitant la largeur des bandelettes droit fil 7, 107, 207, et par conséquent en limitant le nombre de fil de renfort 4 parallèles nécessaires au calandrage, on peut notamment réduire le temps d’approvisionnement et de préparation de la calandre 10.

[0074] En outre, un nombre de fils de renfort 4 réduit facilitera le contrôle de l’opération de calandrage et améliorera donc la fiabilité de cette opération.

[0075] De façon plus préférentielle, la plus large des bandelettes droit fil 7, 107, 207 utilisées présente une largeur frontale W7, W107, W207 comprise entre 5% et 20% de la largeur d’entrée de coupeuse W8.

[0076] Plus globalement et plus préférentiellement, chaque bandelette droit fil 7, 107, 207 utilisée présente une largeur frontale W7, W107, W207 unitaire comprise entre 5% et 20% de la largeur d’entrée de coupeuse W8.

[0077] De même, de façon particulièrement préférentielle, et notamment en combinaison avec des largeurs frontales W7, W107, W207 unitaires de bandelettes droit fil comprises entre 5% et 20% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, la largeur de la nappe droit fil 3 que l’on engage en entrée de la coupeuse 8 présentera une largeur frontale W3 comprise entre 80% et 100%, voire entre 90% et 100% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, afin de maximiser le rendement de ladite coupeuse 8.

[0078] De préférence, les bandelettes droit fil 7, 107, 207 ont chacune une largeur frontale W7, W107, W207 qui est comprise entre 30 mm et 700 mm, et de façon plus préférentielle comprise entre 40 mm et 200 mm.

[0079] Bien entendu, pour rationnaliser la fabrication des bandelettes droit fil 7, 107, 207, on pourra choisir d’instaurer un ou plusieurs formats standardisés pour les largeurs frontales de bandelettes W7, W107, W207, par exemple 40 mm, 50 mm, 100 mm, 120 mm ou 160 mm . [00S0] De tels formats standardisés pourront avantageusement correspondre à des sous- multiples, par exemple 1/2, 1/4, 1/5, 1/9, 1/10, des formats de largeur W3 usuels des nappes droit fil 3 que l’on prévoit d’utiliser couramment.

[0081] Plus particulièrement de tels formats de largeurs frontales de bandelettes W7, W107, W207 pourront correspondre à des sous-multiples, par exemple 1/2, 1/4, 1/5, 1/9,

1/10, des largeurs d’entrée de coupeuse W8 mentionnées plus haut.

[0082] De façon particulièrement préférentielle, on utilisera, parmi les possibilités listées ci-dessus, des formats de 1/2, 1/5 et 1/9.

[0083] Par ailleurs, on pourra, lors de l’opération de calandrage, procéder à un ébarbage des bandelettes droit fil 7, 107, 207, c’est-à-dire à un enlèvement de matière, par découpe des bords bruts issus du calandrage, afin d’égaliser la largeur frontale des bandelettes droit fil à la valeur choisie et d’améliorer la qualité des lisières desdites bandelettes droit fil avant l’aboutage.

[0084] Les valeurs et les plages de largeur frontale W7, W107, W207 de bandelettes droit fil 7, 107, 207 proposées ci-dessus, qu’elles soient exprimées en valeurs relatives sous forme de pourcentages de la largeur d’entrée de coupeuse W8 ou bien en valeurs absolues, présentent avantageusement un bon compromis entre une largeur

qui soit suffisamment petite pour limiter, au regard de la longueur de stockage des fils de renfort 4, l’étendue de la surface de bandelette droit fil 7, 107, 207 produite lors d’une même campagne de calandrage à une valeur qui permet ensuite de produire une surface utile, juste nécessaire et suffisante, de nappe droit fil 3 au regard de la production de laizes 1 souhaitée et de la taille de la série de pneumatiques visée,

tout en étant suffisamment grande pour permettre la production, par aboutage d’un nombre entier raisonnable de bandelettes droit fil 7, 107, 207, d’une nappe droit fil

3 dont la largeur frontale W3 garantit un rendement satisfaisant lors de l’opération de coupe où l’on débite ladite nappe droit fil 3 en laizes 1. [0085] De telles largeurs frontales W7, W107, W207 des bandelettes droit fil offrent ainsi au procédé une grande flexibilité en matière de capacité d’adaptation à différentes tailles de séries de pneumatiques, et une grande liberté de choix de format de nappe droit fil 3.

[0086] L’invention confère donc une grande polyvalence aux installations de production.

[0087] La largeur frontale W7, W107, W207 de bandelette droit fil 7, 107, 207 est en outre choisie suffisamment grande pour s’assurer de la bonne tenue de la bandelette droit fil 7, 107, 207 lors de sa fabrication et lors de son acheminement guidé au sein de la calandre 10 puis sur le poste d’aboutage 21.

[0088] De préférence, lors de l’étape (b) d’aboutage, on pourra abouter entre elles un nombre de bandelettes droit fil 7, 107, 207 compris entre deux et vingt, et plus préférentiellement on peut abouter (de front) quatre, cinq, ou jusqu’à dix bandelettes droit fil, pour constituer la nappe droit fil 3.

[0089] Ce nombre de bandelettes droit fil 7, 107, 207 sera plus préférentiellement utilisé pour constituer une nappe droit fil 3 dont la largeur frontale W3 dépassera 75% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, et sera préférentiellement comprise entre 80 % et 100%, voire entre 90% et 100% de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8.

[0090] On pourra envisager de préparer puis d’abouter au sein d’une même nappe droit fil 3, conformément à l’invention, des bandelettes droit fil 7, 107, 207 de largeurs frontales W7, W107, W207 différentes, et/ou qui présentent des structures ou des compositions différentes, notamment selon la géométrie et les propriétés que l’on souhaite conférer à la nappe droit fil 3.

[0091] Ceci étant, selon une possibilité de l’invention, la majorité des bandelettes droit fil 7, 107, 207, c’est-à-dire plus de la moitié du nombre entier de bandelettes droit fil 7, 107, 207 qui sont aboutées pour constituer la nappe droit fil 3, présentent une même largeur frontale W7, W107, W207.

[0092] De façon particulièrement préférentielle, la totalité des bandelettes droit fil 7, 107, 207 qui sont aboutées pour constituer la nappe droit fil 3 présentent une même largeur frontale W7, W107, W207. [0093] Ceci permet notamment, ici encore, de rationnaliser la production des bandelettes droit fil 7, 107, 207, puisque toutes les bandelettes droit fil d’une même largeur frontale peuvent avantageusement être issues d’une même calandre 10.

[0094] En outre, on pourra ainsi homogénéiser les stocks de fil de renfort 4 et, le cas échéant, les stocks de bobines 6, 106, 206 et de bandelettes droit fil 7, 107, 207.

[0095] Selon une caractéristique préférentielle qui peut constituer une invention en tant que telle, lors de l’étape (a) de préparation, on approvisionne une calandre 10 avec une ou des bobines de fils de renfort 11 qui contiennent autant de fils de renfort 4 distincts que nécessaire pour couvrir une largeur frontale W7, W107, W207 souhaitée d’une bandelette droit fil, lesdites bobines de fil de renfort 11 étant choisies de telle sorte que la longueur L4_base de chaque fil de renfort 4 initialement stocké sur ladite ou lesdites bobines de fil de renfort 11, dite « longueur de stockage nominale » L4_base, est identique, avec une tolérance prédéterminée inférieure ou égale à 20%, voire égale ou inférieure à 5%, voire inférieure ou égale à 1%, d’un fil de renfort 4 à l’autre, et, lors d’une opération de calandrage, on produit sur ladite calandre 10, à partir desdits fils de renfort 4, une bandelette droit fil continue, dite « bandelette droit fil brute » 12, qui possède la largeur frontale W12 souhaitée et une longueur dite « longueur brute » L12 qui est égale à au moins 80%, de préférence à au moins 90%, à au moins 95%, à au moins 99%, voire à 100% de la longueur nominale de stockage L4_base, puis l’on répartit ladite bandelette droit fil brute 12 en plusieurs bobines distinctes 6, 106, 206 de bandelettes droit fil 7, 107, 207, que l’on utilise ensuite conjointement lors de l’étape (b) d’aboutage.

[0096] On a ainsi :

W7 = W107 = W207 = W12 et

L12 = L7 + L107 + L207 + ..., c’est-à-dire que la longueur cumulée des bandelettes droit fil 7, 107, 207 réparties sur les bobines 6, 106, 206 correspond sensiblement à la longueur totale L12 de la bandelette droit fil brute 12 dont lesdites bandelettes droit fil 7, 107, 207 sont issues.

[0097] Avantageusement, en visant une longueur L12 de bandelette droit fil brute 12 proche de, voire égale à, la longueur du fil de renfort 4 en stock sur chacune des bobines de fïl de renfort 11, l’invention permet d’épuiser le fil de renfort 4 chargé sur la calandre 10 en une seule et même campagne de calandrage.

[0098] On peut ainsi produire, sans gaspillage de temps de préparation ni de matière première, une bandelette droit fil brute 12 continue, dont la surface totale correspond au produit de la largeur frontale W12 de ladite bandelette droit fil brute 12 par sa longueur L12, c’est-à-dire correspond sensiblement au produit de la largeur W12 par la longueur de stockage de fil de renfort L4_base.

[0099] De préférence, cette surface utile de bandelette droit fil brute sera égale ou sensiblement égale à la surface de nappe droit fil 3 nécessaire pour la réalisation de l’ensemble des laizes 1 de la série de pneumatiques visée.

[00100] Avantageusement, la redistribution de la bandelette droit fil brut 12 en une pluralité de bandeletes droit fil 7, 107, 207 correspondant à des tronçons de longueur de ladite bandelette droit fil brute 12, affectées à des bobines 6, 106, 206 distinctes, permet de convertir la fabrication de la surface nécessaire de nappe droit fil 3 en une fabrication adaptée à la longueur de stockage L4_base des fils de renfort 4.

[00101] A titre préférentiel, la longueur de stockage nominale L4_base de chaque fil de renfort stocké sur la ou les bobines de fil de renfort 11 utilisées par la calandre est comprise entre 200 m et 70 0000 m, de préférence entre 1 000 m, ou 2 000 m, d’une part (valeur basse) et 35 000 m d’autre part (valeur haute).

[00102] De telles longueurs de stockage nominales L4_base correspondent en effet à des standards de stockage, ce qui permet de simplifier l’approvisionnement de la calandre 10.

[00103] En outre, l’importante longueur nominale de stockage L4_base des fils de renfort 4 permet de calandrer en continu une longueur L12 importante de bandelette droit fil brute 12, sensiblement égale à la longueur nominale de stockage L4_base, et ainsi de réaliser, dans la majeure partie des cas concrets, la totalité de la surface utile de nappe droit fil 3 nécessaire à la fabrication d’une série de plusieurs pneumatiques 20 à partir d’une seule bandelete droit fil brute 12, et donc à partir d’une seule et même opération de calandrage.

[00104] De préférence, au cours de l’étape (a) de préparation, chacune des bobines 6, 106, 206 distinctes reçoit une portion de la bandelette droit fil brute 12 d’une longueur L7, L107, L207 qui est comprise entre 5% et 50% de la longueur brute L12, et par exemple, de préférence, entre 5% et 25% de ladite longueur brute L12.

[00105] Comme indiqué plus haut, on peut ainsi transférer et répartir la bandelette droit fil brute 12, de préférence de manière sensiblement égale entre les différentes bobines 6, 106, 206, en autant de bandelettes droit fil 7, 107, 207 de longueur unitaire L7, L107, L207 suffisante pour produire la longueur L3 de nappe droit fil 3 souhaitée.

[00106] En l’occurrence, on a de préférence sensiblement L7 = L107 = L207, et de façon encore plus préférentielle sensiblement L3 = L7 = L107 = L207.

[00107] Bien entendu, la longueur unitaire L7, L107, L207 de chaque bandelette droit fil 7, 107, 207 pourra être déterminée de sorte à correspondre sensiblement à la capacité maximale du poste d’aboutage 21, et/ou respectivement à la capacité maximale de la coupeuse 8, qui définit le poids et/ou le volume maximal des bobines 6, 106, 206, respectivement 22, que peut accueillir et dérouler le poste d’aboutage 21, respectivement la coupeuse 8.

[00108] En particulier, selon une caractéristique préférentielle qui peut constituer une invention à part entière, la surface totale des laizes 1 à produire, dite surface utile de laize, est générée, au cours de l’étape (a) de préparation, par une seule et même opération de calandrage d’une bandelette droit fil brute 12 dont la surface développée est comprise entre 100 % et 120 % de ladite surface utile de laize.

[00109] On peut alors répartir sensiblement également ladite bandelette droit fil brute 12 en un nombre prédéterminé de bobines distinctes, de préférence compris entre 2 et 10, qui reçoivent chacune une fraction correspondante de la surface développée de la bandelette droit fil brute 12, puis utiliser conjointement l’ensemble desdites bobines 6, 106, 206 lors de l’étape (b) d’aboutage.

[00110] Ledit nombre de bobines 6, 106, 206 prédéterminé est de préférence égal au nombre de bandelettes droit fil 7, 107, 207 qu’il est nécessaire d’abouter de front pour atteindre la largeur souhaitée W3 de la nappe droit fil 3.

[00111] De préférence, chaque bobine 6, 106, 206 de la pluralité de bobines distinctes que l’on prépare lors de l’étape (a) de préparation puis que l’on utilise conjointement avec les autres bobines 6, 106, 206 lors de l’étape (b) d’aboutage, contient une bandelette droit fil 7, 107, 207 continue dont la longueur L7, L107, L207 est comprise entre 200 m et 30 000 m.

[00112] Avantageusement, on peut ainsi exploiter chaque bandelette droit fil 7, 107, 207 pour réaliser une nappe droit fil 3 de longueur importante, suffisante pour réaliser plusieurs laizes 1, et plus préférentiellement suffisante pour réaliser plusieurs nappes de renfort 2, et plus particulièrement un nombre (et une surface) de nappes de renfort 2 suffisant pour réaliser plusieurs, voire la totalité, des pneumatiques 20 de la série visée.

[00113] Par ailleurs, selon une caractéristique préférentielle qui peut constituer une invention en tant que telle, et tel que cela est illustré sur la figure 4, si la direction de coupe C8 (souhaitée) forme un angle de coupe a2 par rapport à la direction longitudinale commune X3 de la nappe droit fil 3, alors, lors de l’initialisation de l’étape (b) d’aboutage, on peut avantageusement présenter en escalier les bandelettes droit fil 7, 107, 207 issues des bobines 6, 106, 206 distinctes, en décalant longitudinalement les fronts 7F, 107F, 207F respectifs desdites bandelettes droit fil les uns par rapport aux autres selon un pas de décalage longitudinal X offset qui dépend de la valeur de l’angle de coupe a2.

[00114] Plus particulièrement, tel que cela est illustré sur la figure 4, le pas de décalage longitudinal X Offset pourra être défini en fonction de la largeur frontale W7, W107, W207 de chaque bandelette droit fil et de l’angle de coupe a2.

[00115] Ledit pas de décalage longitudinal X Offset sera de préférence choisi de telle sorte que le point d’intersection de chaque nouveau front de bandelette 107F avec la lisière de la bandelette 7 voisine, dont le front 7F devance le front 107F considéré par rapport à la coupeuse 8, est situé sur la ligne de coupe C8, ladite ligne de coupe C8 étant orientée selon l’angle de coupe a2 par rapport à la direction longitudinale commune X3, et donc par rapport aux lisières des bandelettes.

[00116] En d’autres termes, le pas de décalage longitudinal X Offset est choisi de sorte que la pente de l’escalier coïncide avec la direction de coupe C8.

[00117] Bien entendu, s’il existe une variété de dimensions entre les différentes bandelettes droit fil 7, 107, 207, on pourra choisir de définir un pas de décalage longitudinal X Offset différent d’une bandelette droit fil 7 à l’autre 107. [00118] En variante, il est parfaitement envisageable, par exemple pour faciliter l’aboutage des bandelettes droit fil 7, 107, 207 sans avoir besoin de répartir les fronts 7F, 107F, 207F des bandelettes droit fil 7, 107, 207 sur une longueur trop importante, de choisir un pas de décalage longitudinal X Offset qui corresponde à un angle dit « angle moyen » qui n’est pas exactement égal à l’angle de coupe a2, mais qui correspond à un angle arbitrairement choisi par l’utilisateur de la coupeuse, dont l’orientation dépend de l’orientation de l’angle de coupe a2, dont la valeur est de préférence proche de la valeur de l’angle de coupe a2, et dont ladite valeur peut par exemple être (légèrement) inférieure, ou au contraire (légèrement) supérieure, en valeur absolue, à la valeur dudit angle de coupe.

[00119] Dans tous les cas, la distribution en escalier des fronts des bandelettes droit fil permettra avantageusement de limiter les chutes de matière, qui sont perdues lors de la première coupe exécutée par la coupeuse 8 sur la nappe droit fil 3.

[00120] Par ailleurs, selon une variante de réalisation préférentielle qui peut constituer une invention à part entière, et ce notamment de manière indépendante, le cas échéant, des dimensions des bandelettes droit fil 7, 107, 207 et/ou des dimensions de la nappe droit fil 3 ou d’une quelconque relation entre lesdites dimensions et une largeur de coupeuse W8, on peut prévoir que, lors de l’étape (b) d’aboutage, on dispose les bandelettes droit fil 7, 107, 207 parallèlement deux à deux, de manière à ce que lesdites bandelettes droit fil présentent, en vis-à-vis l’une de l’autre, leurs lisières 7F, 107F respectives et à ce que lesdites lisières 7F, 107F soient distantes l’une de l’autre et délimitent entre elles un interstice dit

« interstice de jonction » 30 de largeur W30 prédéterminée, et l’on peut alors abouter lesdites bandelettes droit fil 7, 107 en injectant dans l’interstice de jonction 30 un matériau de comblement 31 malléable, de type gomme ou colle, qui assure le collage de la lisière 7F de l’une des bandelettes droit fil 7 avec la lisière 107F de l’autre bandelette droit fil 107, tel que cela est illustré sur la figure 5.

[00121] Avantageusement, l’utilisation d’un matériau de comblement 31 malléable, qui s’adapte en forme et en volume à la largeur W30 de l’interstice de jonction 30, sans imposer lui-même de contrainte dimensionnelle d’écartement entre les bandelettes 7, 107, permet de réaliser un aboutage dans lequel on maîtrise très précisément l’écartement entre deux bandelettes droit fil 7, 107 voisines, et plus particulièrement dans lequel on maîtrise très précisément le pas d’écartement d3l (mesuré de centre à centre) entre les deux fils de renfort 4, appartenant chacun à l’une des bandelettes aboutées, qui sont mutuellement les plus proches.

[00122] On notera à ce titre que, de préférence, la largeur W30 de l’interstice de jonction 30 sera choisie de telle sorte que le pas d’écartement d3l entre les deux fils de renfort 4 les plus proches, qui appartiennent à deux bandelettes droit fil 7, 107 distinctes et qui se situent en vis-à-vis l’un de l’autre, de part et d’autre de l’interstice de jonction 30, soit égal au pas d7, dl07 selon lequel les fils de renfort 4 sont ordonnés en largeur dans au moins l’une des deux bandelettes droit fil 7, 107 considérées, et de préférence dans chacune des deux bandelettes droit fil 7, 107 considérées.

[00123] Ainsi, en référence à la dernière coupe de la figure 5, on aura de préférence d3l = d7, ou d3l = dl07, et de préférence, si d7 = dl07, d3l = d7 = dl07.

[00124] Le cas échéant, le matériau de comblement 31 pourra présenter une ou des propriétés distinctes des gommes 5 des bandelettes droit fil 7, 107.

[00125] En particulier, on pourra prévoir que le matériau de comblement 31 présente une conductivité électrique supérieure à celle des gommes 5.

[00126] A titre indicatif, la ou les gommes 5 des bandelettes droit fil pourront être faiblement conductrices d’électricité, et par exemple présenter une résistivité égale ou supérieure à 10 8 Ohms/cm (100 MW/cm), tandis que le matériau de comblement 31 pourra présenter une résistivité inférieure à 10 6 Ohms/cm (1 MW/cm).

[00127] On pourra ainsi créer, à travers l’épaisseur de la nappe droit fil 3 qui résulte de l’aboutage, un chemin conducteur qui permettra avantageusement d’éviter, lorsque le véhicule roule, l’accumulation de charges électriques, en assurant l’évacuation desdites charges électriques à travers le pneumatique 20.

[00128] De même, on pourra choisir un matériau de comblement 31 qui présente des propriétés mécaniques, notamment une résistance à la traction, distinctes de celles des gommes 5 des bandelettes droit fil 7, 107, afin d’ajuster les propriétés de la nappe droit fil 3 composite obtenue par l’aboutage. [00129] Le matériau de comblement 31 pourra être dispensé par tout procédé adapté qui garantira la malléabilité du matériau de comblement 31, ainsi qu’un dosage approprié (en volume ou en poids par unité de temps) dudit matériau.

[00130] On pourra notamment utiliser à cet effet un procédé d’extrusion.

[00131] Selon une caractéristique préférentielle qui peut constituer une invention à part entière, en particulier si au moins l’une des bandelettes droit fil 7, 107, 207 contient des fils de renfort 4 métalliques, et de préférence si au moins deux des bandelettes droit fil 7, 107, 207 contiennent des fils de renfort 4 métalliques, on pourra, lors de l’étape (a) de préparation ou lors de l’étape (b) d’aboutage, araser au moins une lisière 7L, 107L de ladite, ou respectivement desdites, bandelettes droit fil destinées à faire l’objet du collage par le matériau de comblement 31, en faisant défiler ladite bandelette droit fil, respectivement lesdites bandelettes droit fil 7, 107, 207 au contact d’un couteau 32 qui vient en appui glissant contre le fil de renfort 4, de préférence métallique, qui est le plus proche de la lisière 7L, 10L considérée, de manière à ce que le mouvement relatif de la, respectivement des, bandelettes droit fil 7, 107 par rapport au couteau 32 permette d’éliminer, avant aboutage, une éventuelle largeur résiduelle de gomme 5 qui recouvre le fil de renfort 4, et ce afin de mettre à nu le fil de renfort 4, de préférence métallique, sur la longueur de la lisière 7L, 107L considérée, tel que cela est illustré sur la figure 5, de sorte que la limite latérale dudit fil de renfort 4, de préférence métallique, délimite l’interstice de jonction 30 qui reçoit le matériau de comblement 31.

[00132] On notera que cet arasage au couteau 32 peut être réalisé soit en sortie de calandre, de sorte à pré-araser les bandelettes droit fil 7, 107, 207 avant leur stockage sur les bobines 6, 106, 206, soit, de préférence, en entrée du poste d’aboutage 21, lorsque l’on déroule lesdites bandelettes droit fil 7, 107, 207 pour les abouter.

[00133] On notera à ce titre que, par rapport à un arasage anticipé réalisé sur la calandre

10, la solution d’un arasage sur le poste d’aboutage 21 permet avantageusement de réduire les risques que le fil de renfort 4 dénudé soit dégradé par la corrosion ou bien se détache de la bandelette droit fil 7, 107 lors de la manutention de ladite bandelette droit fil ou de l’acheminement de ladite bandelette droit fil au sein du poste d’aboutage 21. [00134] Avantageusement, l’application du couteau 32 directement contre le fil de renfort 4, tangentiellement à ce dernier, en exerçant une pression latérale du couteau 32 contre la lisière 7, 107 de la bandelette, tandis que la bandelette droit fil 7, 107 défile selon sa direction longitudinale X7, XI 07, permet de guider la lame du couteau 32 et de racler et peler sans effort l’éventuel surplus de gomme 5 qui recouvre latéralement ledit fil de renfort 4.

[00135] Avantageusement, le couteau 32 pourra être fixe par rapport au bâti de la machine (calandre 10 ou poste d’aboutage 21), sans être animé d’une vitesse de coupe propre, ce qui simplifiera la mise en place et le réglage de la position de coupe dudit couteau.

[00136] Eventuellement, le couteau 32, bien que de préférence fixe, pourra être rappelé mécaniquement contre la bandelette droit fil 7, 107 au moyen d’un organe élastique, par exemple de type ressort, ou bien au moyen d’un organe motorisé convenablement piloté, du genre vérin.

[00137] Avantageusement, le fait d’araser les lisières 7L, 107L au couteau 32 permet d’obtenir des bordures de bandelettes droit fil 7, 107 très nettes, ce qui favorise la précision du positionnement desdites bandelettes droit fil lors de l’aboutage, en particulier lorsque chacune des deux bandelettes droit fil est arasée le long de la lisière qui permet sa jonction avec l’autre bandelette droit fil.

[00138] En particulier, on pourra ainsi définir de manière reproductible la largeur W30 de l’interstice de jonction 30 qu’il conviendra de prévoir pour respecter le pas d’écartement d3l entre les deux fils de renfort 4 bordant la jonction entre les bandelettes droit fil 7, 107, et en particulier pour assurer la continuité du pas d7, d3l, dl07 entre les bandelettes droit fil 7, 107 au passage de ladite jonction.

[00139] Le cas échéant, lorsque l’on associe une ou des bandelettes droit fil 7, 107, 207 qui contiennent des fils de renfort 4 conducteurs d’électricité, et notamment des fils de renfort 4 métalliques, avec l’utilisation d’un matériau de comblement 31 qui est meilleur conducteur électrique que les gommes 5 desdites bandelettes, un arasage au couteau 32 permet de mettre ledit matériau de comblement 31 au contact d’au moins un fil de renfort 4 conducteur, ou de préférence au contact des deux fils de renfort 4 conducteurs qui bordent l’interstice de jonction 30, ce qui améliore la qualité du chemin conducteur pour acheminer les charges électriques dans le sens axial des fils de renfort 4 et de la jonction.

[00140] Ceci est particulièrement appréciable si la nappe droit fil 3 est destinée à former une nappe carcasse radiale, car on peut alors utiliser les fils de renfort 4 pour transporter les charges électriques de la tête et des flancs du pneumatique jusqu’à la jante ou inversement.

[00141] Le cas échéant, le principe de l’arasage pourra être appliqué à tout type de fil de renfort 4, y compris non métallique, à condition que ledit fil de renfort 4 présente une résistance suffisante à l’abrasion vis-à-vis du couteau 32 choisi.

[00142] Bien entendu, l’invention n’est nullement limitée aux seules variantes de réalisation décrites dans ce qui précède, l’homme du métier étant notamment à même d’isoler ou de combiner librement entre elles l’une ou l’autre des caractéristiques susmentionnées, ou de leur substituer des équivalents.

[00143] A ce titre, l’invention porte notamment sur tout ou partie d’une partie d’une installation telle que celle représentée sur les figures 2 A et 2B.

[00144] En particulier, l’invention concerne une installation de fabrication de laizes 1 comprenant, tel que cela est illustré sur la figure 2B :

- un poste de déroulage agencé pour accueillir plusieurs bobines 6, 106, 206 distinctes contenant chacune une bandelette droit fil 7, 107, 207 formée d’une pluralité de fils de renfort 4 continus qui sont noyés dans au moins une couche de gomme 5 et qui s’étendent parallèlement entre eux selon la direction longitudinale X7, XI 07, X207 de ladite bandelette, et pour dérouler simultanément lesdites bandeletes droit fil 7, 107, 207,

ainsi qu’un poste d’aboutage 21 qui permet d’abouter deux à deux lesdites bandeletes droit fil 7, 107, 207 selon une même direction longitudinale commune

X3, de sorte à réunir l’ensemble desdites bandelettes droit fil en une nappe droit fil 3, dont les fils de renfort 4 s’étendent selon la direction longitudinale commune X3, et qui présente, perpendiculairement auxdits fils de renfort 5, une largeur frontale W3 de nappe droit fil qui est supérieure à la largeur frontale W7, W107, W207 individuelle de chaque bandelette droit fil,

et une coupeuse 8 selon l’invention.

[00145] Cette installation pourra avantageusement être dimensionnée selon l’une quelconque des configurations ou combinaisons de configurations décrites dans ce qui précède.

[00146] Plus particulièrement, dès lors que la coupeuse 8 possède une largeur d’entrée W8 déterminée, le poste de déroulage, notamment la taille des bobines 6, 106, 206 et/ou la taille des supports de bobines, ainsi que le poste d’aboutage, seront de préférence agencés de manière à pouvoir produire, à partir de bandelettes droit fil 7, 107, 207 dont la plus large présente une largeur frontale W7, W107, W207 inférieure ou égale à 50%, de préférence inférieure ou égale à 40%, préférentiellement inférieure ou égale à 25%, éventuellement, de préférence, inférieure ou égale à 10%, voire inférieure ou égale à 5 % de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8, une nappe droit fil 3 dont la largeur frontale W3 est égale ou supérieure à 50%, de préférence égale ou supérieure à 75%, préférentiellement égale ou supérieure à 80%, voire égale ou supérieure à 90% de la largeur d’entrée de coupeuse W8.

[00147] Plus préférentiellement, on pourra dimensionner l’installation de sorte à produire une nappe droit fil 3 de largeur frontale comprise entre 80% et 100% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, à partir de bandelettes droit fil 7, 107, 207 de largeur frontale W7, W107, W207 inférieure ou égale à 40% de la largeur d’entrée de coupeuse W8, et de préférence comprise entre 5% et 20% de ladite largeur d’entrée de coupeuse W8.

[00148] Enfin, l’invention concerne également en tant que tel un sous-ensemble de l’installation susmentionnée, tel qu’illustré sur la figure 1, ledit sous-ensemble comprenant un poste de déroulage agencé pour accueillir plusieurs bobines 6, 106, 206 distinctes contenant chacune une bandelette droit fil 7, 107, 207 et pour assurer le déroulage desdites bandelettes droit fil 7, 107, 207, un poste d’aboutage 21, et un poste de sortie permettant de stocker sur une bobine tampon 22 la nappe droit fil 3 issue du poste d’aboutage 21.

[00149] Comme indiqué plus haut, on peut ainsi stocker, avant toute opération de coupe en laizes 1, ici directement après aboutage, la nappe droit fil 3 sur une bobine tampon 22, située en amont de la coupeuse 8, puis utiliser ultérieurement ladite nappe droit fil 3 dans une coupeuse 8 selon l’invention, en déroulant ladite nappe droit fil 3 depuis ladite bobine tampon 22 pour acheminer ladite nappe droit fil 3 jusqu’à ladite coupeuse 8.

[00150] De préférence, tel que cela est illustré sur la figure 1, le poste de déroulage sera pourvu d’un dispositif de récupération permettant de récupérer, de préférence sur des bobineaux, les intercalaires 23 utilisés pour stocker les bandelettes droit fil 7, 107, 207 sur les bobines 6, 106, 206.

[00151] De même, le poste de sortie sera de préférence pourvu d’un dispositif d’alimentation agencé pour fournir un intercalaire 24 de largeur adaptée à la nappe droit fil 3, que l’on enroulera avec ladite nappe droit fil 3 sur la bobine tampon 22.