Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR RECHARGING AN ACCESS CARD FOR A FLUID-DISPENSING TERMINAL AND ASSOCIATED SYSTEM
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/203184
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a method for recharging a card (2) that enables a user to use a fluid-dispensing terminal (1), said method allowing the remote recharging of said card (2) and including the following steps: a step of sending (B) to a shared management server (4) at least one piece of identification data (21) of said card (2) to be recharged; an exchange step (C) during which said identification data (21) is shared with said terminal (1) via the shared management server (4); a step (DO) of identifying the card (2) by the terminal (1) as a card to be recharged by presenting said card (2) to the terminal; and a recharging step (E) during which said card (2) is recharged by said terminal (1). The invention relates to fluid-dispensing systems.

Inventors:
THETIOT, Rodolphe, Serge (26 avenue Marc Sangnier, VILLEURBANE, VILLEURBANE, 69100, FR)
DUPOUY, Laurent, Alain, Georges (59 cours Gambetta, LYON, LYON, 69003, FR)
Application Number:
FR2017/051312
Publication Date:
November 30, 2017
Filing Date:
May 24, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
BAYARD (Avenue Lionel TERRAY, MEYZIEU, 69330, FR)
International Classes:
E03B9/02; G06Q20/34
Attorney, Agent or Firm:
WEBER, Jean-François (Cabinet Didier Martin, 50 Chemin des Verrières, Charbonnieres les Bains, 69260, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS - Procédé de recharge d'une carte (2) permettant à un utilisateur d'utiliser une borne de distribution de fluide (1), notamment d'eau, ladite carte (2) comportant une mémoire (22) dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible se présentant par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne (1), ledit crédit enregistré dans ladite mémoire étant modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte (2), ledit procédé étant caractérisé en ce qu'il permet la recharge à distance de ladite carte (2) et comporte au moins les étapes suivantes :

- une étape de communication (B) à un serveur commun de gestion (4) d'au moins une information d'identification (21) de ladite carte (2) à recharger,

- une étape d'échange (C) au cours de laquelle ladite information d'identification (21) de ladite carte (2) à recharger est partagée avec ladite borne (1) au moyen du serveur commun de gestion (4),

- une étape d'identification (DO) de la carte (2) par la borne (1) comme une carte à recharger par présentation de ladite carte (2) à la borne et grâce à ladite information d'identification (21),

- une étape de recharge (E) au cours de laquelle ladite carte (2) est rechargée par ladite borne (1). - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon la revendication précédente caractérisé en ce qu'il comporte une étape préalable (A) de demande de recharge à distance au cours de laquelle on émet une demande de recharge d'au moins ladite carte (2), en donnant ladite information d'identification (21). - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que l'étape de communication (B) au serveur commun de gestion (4) comprend en outre une première étape de publication (B1) d'un fichier liste (71) comprenant une pluralité d'information d'identifications (21) d'une pluralité de cartes (2) à recharger. - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que l'étape de communication (B) au serveur commun de gestion (4) comprend en outre une deuxième étape de publication (B2) d'un fichier information (72) contenant au moins une information à créditer sur ladite carte (2) à recharger. - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon la revendication 4 caractérisé en ce que lors de ladite deuxième étape de publication (B2) une pluralité de fichiers information (72) sont publiés, chacun desdits fichiers information (72) étant associé à une carte (2) à recharger au moyen de ladite information d'identification (21). - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon la revendication 4 ou 5 caractérisé en ce que l'étape de recharge (E) est précédée d'une étape d'interrogation (D) du serveur commun de gestion (4) au cours de laquelle la borne (1) vérifie la présence du fichier information (72) associé à ladite carte (2) à recharger. - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon la revendication précédente caractérisé en ce que l'étape d'interrogation (D) est suivie d'une étape de lecture (D2) dudit fichier information (72) pour en extraire les informations. - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon la revendication 6 ou 7 caractérisé en ce que l'étape de recharge (E) est suivie d'une étape de suppression (E1) du fichier information (72) une fois le crédit enregistré en mémoire modifié suite à l'opération de recharge. - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon l'une des revendications 3 à 8 caractérisé en ce que l'étape de recharge (E) est suivie d'une étape de suppression (E2), dans le fichier liste (71), de l'élément d'identification (21) associé à la carte (2) dont le crédit enregistré en mémoire (22) a été modifié suite à l'opération de recharge. - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que l'étape d'échange (C) est une étape automatique quotidienne.

Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que, lors de l'étape d'échange (C), on utilise un réseau de télécommunication (5), de préférence sans fil, tel que le réseau GSM et / ou GPRS. - Procédé de recharge à distance d'une carte (2) selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que ladite borne (1) comprend une interface de contrôle (13) et en ce que l'étape de recharge (E) est précédée d'une étape d'approbation (D1) du rechargement par l'utilisateur au moyen de ladite interface de contrôle (13). - Système de distribution de fluide, notamment d'eau, ledit système comprenant :

- une borne de distribution de fluide (1),

- une carte (2) permettant à un utilisateur d'utiliser la borne de distribution de fluide (1), ladite carte (2) comportant une mémoire (22) dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible se présentant par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne (1), ledit crédit enregistré dans ladite mémoire étant modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte (2), caractérisé en ce que ladite borne (1) comprend un module de communication à distance (14) et en ce que ledit système comprend un serveur commun de gestion (4) relié audit module de communication à distance (14) pour communiquer à ladite borne (1) un ordre de recharge de ladite carte (2), ladite borne comprenant un moyen d'écriture dans la mémoire de la carte (2) pour modifier ledit crédit en réponse audit ordre de recharge du serveur commun de gestion (4). - Système de distribution de fluide selon la revendication 13 caractérisé en ce que ladite carte (2) comporte une information d'identification (21) lisible, du type code numérique ou alphanumérique. - Système de distribution de fluide selon la revendication 13 ou 14 caractérisé en ce que ladite carte (2) est une carte sans contact à liaison par radio-fréquence, par exemple du type radio-identification. - Système de distribution de fluide selon l'une des revendications 13 à 15 caractérisé en ce qu'il comprend une interface de demande de recharge à distance (6) conçue pour permettre à un utilisateur de demander à distance la recharge de ladite carte (2). - Système de distribution de fluide selon la revendication 16 caractérisé en ce que ladite interface de demande de recharge à distance (6) comprend une application destinée à être utilisée sur un terminal distant de ladite borne (1) de type ordinateur, ordiphone, ou tablette. - Système de distribution de fluide selon l'une des revendications 13 à 17 caractérisé en ce qu'il comprend une interface de création et d'édition (7) conçue pour permettre la création et / ou l'édition d'un fichier liste (71) et / ou d'un fichier information (72). - Système de distribution de fluide selon l'une des revendications 13 à 18 caractérisé en ce que ledit module de communication à distance (14) est un module utilisant la technologie GSM et / ou GPRS.

Description:
PROCEDE DE RECHARGE D'UNE CARTE D'ACCES A UNE BORNE DE

DISTRIBUTION DE FLUIDE ET SYSTEME AFFERENT

DOMAINE TECHNIQUE

La présente invention concerne le domaine général des systèmes de distribution de fluide, notamment d'eau, tels que des bornes de puisage hydrauliques ou des bornes de distribution d'eau et en particulier des bornes hydrauliques fonctionnant au moyen d'une carte sans contact.

Plus particulièrement, l'invention concerne un procédé de recharge d'une carte permettant à un utilisateur d'utiliser une borne de distribution de fluide, notamment d'eau, ladite carte comportant une mémoire dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible se présentant par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne, ledit crédit enregistré dans ladite mémoire étant modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte.

L'invention concerne également un système de distribution de fluide, notamment d'eau, ledit système comprenant :

- une borne de distribution de fluide,

- une carte permettant à un utilisateur d'utiliser la borne de distribution de fluide, ladite carte comportant une mémoire dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible se présentant par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne, ledit crédit enregistré dans ladite mémoire étant modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte. TECHNIQUE ANTERIEURE

Il est connu d'avoir recours à des systèmes de distribution de fluide comportant une borne de distribution de fluide installée dans un lieu public et dont le contrôle d'accès est effectué par l'intermédiaire d'une carte destinée à être lue par une unité de lecture de carte solidaire de la borne. Il peut en effet s'avérer utile, voire nécessaire, de ne pas permettre un libre accès, sans contrôle, à un réseau d'eau, de type public ou privé. C'est la raison pour laquelle il existe ces systèmes de distribution de fluide associés à un ensemble électronique de contrôle d'accès, les cartes employées étant utilisées également en tant que moyen de pré-paiement. Plus précisément, l'utilisateur va « acheter» un crédit de fluide, par exemple un crédit d'eau, qui se traduit généralement par un volume d'eau, qui est crédité sur la carte. Lorsqu'il présentera cette carte sur une borne et qu'il prélèvera de l'eau, le volume correspondant à la consommation réelle sera alors débité de sa carte, si bien que son crédit d'eau sera ainsi diminué. Lorsque ce dernier est épuisé, l'utilisateur ne peut plus prélever d'eau. De telles bornes, parfois appelés « bornes monétiques » trouvent par exemple leur application auprès de gestionnaires de réseaux publics de distribution d'eau, comme par exemple des services municipaux qui peuvent implanter ces bornes dans des lieux publics, tels que des parcs ou des ports.

En effet, grâce à ces bornes et leurs cartes, il est par exemple possible aux services municipaux de contrôler, gérer et suivre la consommation d'eau pour chacun des utilisateurs auxquels une carte est remise. Par exemple, une borne implantée dans un parc public pourra être utilisée par différents services techniques (travaux publics, jardiniers, etc.) pour assurer le nettoyage ou encore l'arrosage des espaces verts, tout en permettant aux services municipaux de suivre et contrôler la consommation d'eau, notamment en vue de minimiser son gaspillage.

Une autre application bien connue est liée à l'implantation de ces bornes dans les ports, de manière à garantir le contrôle d'accès à l'eau pour les plaisanciers et / ou les professionnels (pêcheurs, transport maritime, etc.) tout en facilitant la gestion financière (c'est-à-dire la facturation) de la consommation d'eau des plaisanciers et / ou des professionnels.

En outre, de telles bornes permettent de lutter efficacement contre le gaspillage d'eau, lié par exemple à une mauvaise fermeture de la borne de distribution, dans la mesure où l'ouverture et la fermeture de cette dernière est automatique. Ces bornes automatiques permettent également de lutter efficacement contre les différents actes de vandalisme, ou de prélèvement illégal d'eau qui peuvent parfois être effectués envers les bornes de distribution d'eau situées dans des zones publiques, et notamment celles dans les ports. Un exemple de borne de distribution de fluide telle que celles décrites précédemment est par exemple décrit dans le brevet FR-2 777 677.

Ces bornes de distribution de fluide donnent généralement satisfaction à leurs propriétaires et leurs utilisateurs du point de vue de leur utilisation quotidienne. Néanmoins, une problématique spécifique à ces systèmes se présente ponctuellement lors de la recharge de la carte. En effet, lorsque le crédit approche de zéro, il est nécessaire, si toutefois les utilisateurs souhaitent pouvoir continuer à puiser de l'eau, de recharger la carte, en d'autres termes de racheter des crédits d'eau. A cette fin, il a été développé un point de recharge spécifique commun fixe qui comprend notamment un module de lecture et d'écriture des cartes. Plus précisément l'utilisateur doit présenter sa carte au point de recharge, indiquer le nouveau crédit qu'il souhaite créditer sur sa carte, payer ce dernier avant que le point de recharge n'effectue effectivement la recharge de la carte. Naturellement, plusieurs point de recharge spécifiques communs ont été développés et répartis géographiquement sur le territoire concerné par ces bornes monétiques (généralement ledit territoire est au moins à l'échelle d'un pays). Mais ces points de recharge connus sont des points fixes et communs et doivent par conséquent être installés dans une zone centrale et accessible à tous, comme par exemple dans une mairie (pour des bornes gérées par les services municipaux) ou encore à la capitainerie d'un port (pour des bornes implantées dans un port).

Ainsi, les points de recharge actuellement connus présentent différents inconvénients, notamment dans la mesure où il est nécessaire pour les utilisateurs de se déplacer jusqu'audit point de recharge, ce qui engendre pour eux des frais (les utilisateurs étant parfois obligés d'effectuer plusieurs dizaines de kilomètres) et des contraintes supplémentaires. En outre, si le point de recharge est installé dans un établissement public, une contrainte supplémentaire liée aux horaires est présente : l'ouverture du point de recharge, et par conséquent, les possibilités de recharge de cartes pour les utilisateurs, sera alors par exemple limitée aux horaires d'ouverture de la mairie ou de la capitainerie dans laquelle se trouve le point de recharge. Il en résulte alors, outre le déplacement géographique, de nombreux désagréments pour les utilisateurs, tels que des incompatibilités d'horaires (pour les pêcheurs par exemple), ou encore des files d'attentes importantes engendrées par une affluence concentrée sur des horaires d'ouvertures limités.

Enfin, ces centres de recharges actuellement connus représentent un centre de coût important pour le gestionnaire du réseau, dans la mesure où chaque point de recharge nécessite un investissement de construction, un investissement régulier de maintenance, et enfin un coût de fonctionnement spécifique (opérateur, loyer lié à la location d'un emplacement dans une mairie par exemple, consommation électrique, etc.).

EXPOSE DE L'INVENTION

Les objets assignés à la présente invention visent en conséquence à remédier aux différents inconvénients énumérés précédemment et à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte permettant l'utilisation d'une borne de distribution de fluide qui soit particulièrement pratique pour le client et pour le gestionnaire de réseau.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui soit utilisable sans nécessiter de déplacement dans un lieu spécifiquement dédié à la recharge.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui soit particulièrement simple à mettre en œuvre et à exploiter pour le gestionnaire du réseau. Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui soit particulièrement peu onéreux à mettre en œuvre et à exploiter pour le gestionnaire du réseau.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui engendre le minimum de frais supplémentaires et de contraintes lors d'une opération de recharge de carte, que ce soit pour l'exploitant ou pour l'utilisateur.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui soit particulièrement simple à utiliser pour l'utilisateur qui souhaite recharger sa carte. Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui soit particulièrement sûr et fiable.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui soit particulièrement rapide.

Un autre objet de l'invention vise à proposer un nouveau procédé de recharge d'une carte qui soit automatisable en partie ou en intégralité.

Un autre objet de l'invention vise également à proposer un nouveau système de distribution de fluide à partir d'une carte qui permette de recharger facilement, rapidement et en toute sûreté ladite carte.

Un autre objet de l'invention vise également à proposer un nouveau système de distribution de fluide à partir d'une carte qui engendre un minimum de frais supplémentaires et de contraintes lors d'une opération de recharge de carte, que ce soit pour l'exploitant ou pour l'utilisateur.

Un autre objet de l'invention vise également à proposer un nouveau système de distribution de fluide à partir d'une carte qui soit particulièrement pratique, sûr et fiable. Un autre objet de l'invention vise également à proposer un nouveau système de distribution de fluide à partir d'une carte qui soit particulièrement simple et intuitif à utiliser.

Un autre objet de l'invention vise également à proposer un nouveau système de distribution de fluide à partir d'une carte qui soit particulièrement peu onéreux à mettre en oeuvre.

Les objets assignés à l'invention sont atteints à l'aide d'un procédé de recharge d'une carte permettant à un utilisateur d'utiliser une borne de distribution de fluide, notamment d'eau, ladite carte comportant une mémoire dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible se présentant par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne, ledit crédit enregistré dans ladite mémoire étant modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte, ledit procédé étant caractérisé en ce qu'il permet la recharge à distance de ladite carte et comporte au moins les étapes suivantes :

une étape de communication à un serveur commun de gestion d'au moins une information d'identification de ladite carte à recharger,

une étape d'échange au cours de laquelle ladite information d'identification de ladite carte à recharger est partagée avec ladite borne au moyen du serveur commun de gestion,

une étape d'identification de la carte par la borne par présentation de ladite carte à la borne et grâce à ladite information d'identification,

une étape de recharge au cours de laquelle ladite carte est rechargée par ladite borne. Les objets assignés à l'invention sont également atteints à l'aide d'un système de distribution de fluide, notamment d'eau, ledit système comprenant :

- une borne de distribution de fluide,

- une carte permettant à un utilisateur d'utiliser la borne de distribution de fluide, ladite carte comportant une mémoire dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible se présentant par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne, ledit crédit enregistré dans ladite mémoire étant modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte, caractérisé en ce que ladite borne comprend un module de communication à distance et en ce que ledit système comprend un serveur commun de gestion relié audit module de communication à distance pour communiquer à ladite borne un ordre de recharge de ladite carte, ladite borne comprenant un moyen d'écriture dans la mémoire de la carte pour modifier ledit crédit en réponse audit ordre de recharge du serveur commun de gestion.

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES DESSINS

D'autres particularités et avantages de l'invention apparaîtront et ressortiront plus en détails à la lecture de la description faite ci-après, en référence aux dessins annexés, donnés uniquement à titre d'exemple illustratif et non limitatif, dans lesquels :

- La figure 1 représente selon une vue en perspective un système tel que décrit par l'invention qui comprend notamment une borne de distribution d'eau et une carte d'accès à ladite borne.

- La figure 2 est une vue en perspective détaillée sur la partie supérieure de la borne visible à la figure 1 telle qu'elle se présente à un utilisateur qui vient de positionner sa carte.

- La figure 3 est une vue en perspective détaillée sur la partie supérieure de la borne visible à la figure 1 telle qu'elle se présente à un utilisateur qui s'apprête à utiliser ladite borne, après avoir introduit sa carte. - La figure 4 est une vue latérale en coupe de la borne de distribution d'eau de la figure 1. - La figure 5 est une vue de l'arrière de la borne de distribution d'eau de la figure 1 sur laquelle le coffre arrière a été masqué pour voir les composants internes de ladite borne.

- La figure 6 est une illustration schématique d'un procédé de recharge d'une carte d'accès à une borne de distribution de fluide tel que défini par l'invention.

- La figure 7 est une représentation sous forme de logigramme d'un autre procédé de recharge d'une carte d'accès à une borne de distribution de fluide tel que défini par l'invention.

- La figure 8 est une représentation sous forme de logigramme d'un autre procédé de recharge d'une carte d'accès à une borne de distribution de fluide tel que défini par l'invention.

MEILLEURE MANIERE DE REALISER L'INVENTION

L'invention concerne en tant que tel un système de distribution de fluide, notamment d'eau, ou d'air ou de gaz, conçu pour délivrer un fluide à un utilisateur, avantageusement à partir d'un réseau de distribution dudit fluide 3. Préférentiellement le fluide en question est de l'eau et ledit réseau de distribution 3 est un réseau de distribution d'eau potable sous-terrain. Alternativement, le système de distribution de fluide est raccordé à un système d'extraction de fluide, par exemple par pompage et / ou forage à partir d'un réservoir, qu'il soit naturel (lac, étang, etc.) ou artificiel {barrage, citerne, etc.).

Selon l'invention, le système de distribution de fluide comprend une carte 2 permettant à un utilisateur d'utiliser une borne de distribution de fluide 1. Préférentiellement, ladite carte 2 se présente sous la forme d'une carte ou d'un badge dont les dimensions sont sensiblement proches de celles d'une carte de crédit (à savoir préférentiellement une plaque de quelques centimètres de côtés pour quelques millimètres d'épaisseur). Avantageusement, ladite carte comprend, de manière connue, différents composants électroniques et notamment une puce électronique, ladite carte 2 formant ainsi une carte à puce. Préférentiellement, ladite carte 2 est une carte sans contact à liaison par radio-fréquence, par exemple du type radio-identification (connue sous l'acronyme « RFID »), permettant d'échanger des information sans fil et sans contact sur une distance de quelques centimètres entre un émetteur et un récepteur, en l'occurrence entre ladite carte 2 et une unité de lecture-écriture 12 appartenant à la borne de distribution de fluide 1 comme cela sera détaillé par la suite.

A titre de variante, il est également envisageable, sans sortir du cadre de l'invention, d'avoir recours à des cartes sans contact autres que des cartes à liaison par radio-fréquence, telles des cartes à liaison par infra-rouge ou par magnétisme comme par exemple les produits de la marque déposée IBUTTON®, ou même éventuellement des cartes avec contact du type cartes à puce (du type carte bancaire).

Préférentiellement, ladite carte 2 comporte une information d'identification 21 lisible (notamment par un utilisateur), du type code numérique ou alphanumérique, comme l'illustre par exemple la figure 1. Avantageusement chaque information d'identification 21 est unique, c'est-à-dire que chaque carte 2 possède sa propre information d'identification 21 de sorte qu'il est possible d'identifier une carte à partir de son information d'identification 21 et réciproquement. Préférentiellement ladite information d'identification 21 comprend un numéro constituant ainsi le numéro d'identification unique de la carte 2, ce numéro étant par exemple inscrit sur la carte 2 comme on peut le voir à la figure 1 notamment, de manière à pouvoir être lue par un utilisateur.

Selon l'invention, ladite carte 2 comporte une mémoire 22 dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible. En d'autres termes, ladite carte 2 est conçue pour stocker, enregistrer et mettre à jour un crédit de fluide disponible qui se présente par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne 1. En outre, ledit crédit enregistré dans ladite mémoire 22 est modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte 2, comme cela sera détaillé par la suite. Préférentiellement ladite mémoire 22 est intégrée dans la puce que contient ladite carte 2. Comme l'illustre par exemple la figure 1 , ladite mémoire 22 est avantageusement intégrée à l'intérieur de la carte 2, par exemple dans son épaisseur de manière à être protéger des agressions extérieures (humidité, rayures, etc.) et comprend préférentiellement une mémoire non volatile de manière à conserver les informations stockées en mémoire même sans alimentation électrique. Il est ainsi possible de proposer une carte particulièrement compacte dans la mesure où cette dernière n'a pas besoin d'alimentation électrique (pile ou autre batterie).

Préférentiellement, ladite information d'identification 21 est également présente dans la mémoire de la carte 2, mais n'est pas modifiable, de manière à ce qu'elle puisse être lue par une unité de lecture-écriture 12 par exemple. Outre, ledit crédit de fluide et ladite information d'identification 21 , d'autres informations utiles peuvent également avantageusement être stockées dans la mémoire 22, comme par exemple, de manière illustrative et non limitative un code exploitant, une date de validité, une série d'états de transactions antérieures, un historique etc. Selon l'invention, ledit système comprend une borne de distribution de fluide 1 par exemple similaire à celle illustrée par la figure 1 et / ou semblable à celle décrite dans le brevet FR-2 777 677.

Plus précisément, ladite borne 1 comprend une unité de distribution de fluide 11 destinée à assurer la distribution du fluide en dehors de la borne 1 vers une installation annexe appartenant avantageusement à l'utilisateur de la borne 1 , comme par exemple un tuyau, un réservoir, un nettoyeur haute pression, un appareil de curage ou tout autre appareil. Préférentiellement, ladite unité de distribution de fluide 11 comprend une bouche de sortie 1 1 accessible depuis l'extérieur de la borne 1 , avantageusement protégée par une porte 163 comme cela sera décrit par la suite et comme cela est visible sur la figure 3. Ainsi, l'utilisateur peut avantageusement connecter son installation à ladite bouche de sortie 111 au moyen de différents accessoires standards et connus en tant que tels (raccords, tuyaux, joints, etc.).

L'unité de distribution de fluide 11 comprend préférentiellement de manière connue en soi et de manière non exhaustive, différents éléments permettant de délivrer sur demande un volume de fluide tout en en contrôlant son débit depuis le réseau de distribution de fluide 3 jusqu'à la bouche de sortie 111, tels que une vanne principale à piston 116, une ou plusieurs électrovanne(s) 15 de commande, une conduite d'amenée 114, ou encore un compteur 112 afin de mesurer précisément le volume de fluide délivré. L'unité de distribution de fluide 11 est avantageusement connectée au réseau de distribution de fluide 3 sous-terrain par un moyen connu, comme par exemple un coude 117 et / ou une vanne d'arrêt. La figure 4 illustre un mode de réalisation préférentiel dans lequel les différents éléments cités précédemment sont agencés au sein d'une borne de distribution de fluide 1 de manière à former ladite unité de distribution de fluide 11. Préférentiellement, et de manière connue, ladite unité de distribution de fluide 1 et plus généralement ladite borne 1 est implantée de manière à ce que certains de ses composants se situent sous le sol 31 (c'est-à-dire soient enterrés, notamment afin d'être protégés du gel) et d'autres soient à l'air libre, comme on peut le voir sur la figure 4. Alternativement, et sans sortir du cadre de l'invention, il est parfaitement envisageable que tous les composants, y compris la borne 1 , soient totalement enterrés, à l'exception de la bouche de sortie 111 qui resterait accessible depuis la surface.

Préférentiellement, comme on peut le voir sur les figures 1 à 5, la borne 1 est délimitée par un coffre 16, qui forme une enveloppe extérieure (ou un carter) à l'intérieur duquel se trouvent notamment les différents composants décrits ici. Plus précisément, ledit coffre 16 se décompose avantageusement en deux parties et comprend ainsi un coffre avant 161 et un coffre arrière 162, chacun desdits coffres avant 161 et arrière 162 étant amovibles de manière à laisser un libre accès, en cas de besoin (notamment pour une opération de maintenance) à l'intérieur de la borne 1 , et notamment à l'unité de distribution de fluide 11. Tel que cela est montré à la figure 3, la bouche de sortie 111 débouche préférentiellement à l'extérieur du coffre avant 161 dans une cavité 165 ouverte vers l'extérieur et ménagée dans la surface extérieure du coffre avant 161. Avantageusement, ladite cavité 165 est pourvue d'une porte 163 préférentiellement montée articulée par son extrémité supérieure sur la partie supérieure de ladite cavité 165. Ladite porte 163 est alors conçue pour évoluer entre une position fermée selon laquelle la porte 163 obture ladite cavité 165, protégeant ainsi ladite bouche de sortie 111 des différents éléments extérieurs (pluie, poussière, etc.) ainsi que d'éventuels actes de vandalisme. Avantageusement, la porte 163 évolue entre ses positions ouverte et fermée grâce à un mouvement de rotation, par exemple donné grâce à une liaison pivot, ladite liaison comportant par exemple une charnière ou tout autre moyen d'articulation. P référentiel lement, ladite borne comprend d'une part un moyen de lecture de ladite carte 2 afin d'identifier cette dernière et de lire sa mémoire 22, notamment afin d'en connaître le crédit de fluide disponible, et d'autre part un moyen d'écriture dans la mémoire de la carte 2 pour modifier ledit crédit, par exemple après avoir délivré du fluide ou après une opération de recharge, comme cela sera détaillé par suite. A cette fin, ladite borne 1 comprend avantageusement une unité de lecture-écriture 12 adaptée à la lecture de ladite carte 2 et / ou l'écriture sur cette dernière, et notamment dans la mémoire 22. L'unité de lecture-écriture 12 se présente préférentiellement sous la forme d'un boîtier 121 intégré à la borne 1, de préférence dans sa partie supérieure comme l'illustrent par exemple les figures 1 , 2, 4 et 5. Avantageusement, l'unité de lecture-écriture 12 est réalisée et intégrée dans la borne 1 sous la forme d'une pièce monobloc en matériau plastique. L'unité de lecture-écriture 12 est reliée électriquement à l'unité de distribution de fluide 11 , en particulier à l'électrovanne de commande 115 chargée d'assurer l'écoulement ou le passage du fluide hors de la bouche de sortie 111. De manière avantageuse, l'unité de lecture-écriture 12 comporte également, de préférence dans sa partie inférieure, une conformation rentrante 123 formant un logement au sein duquel la carte électronique 2 destinée à assurer la gestion du système conforme à l'invention sera positionnée. Préférentiellement, ladite conformation 123 a une forme sensiblement complémentaire de la forme de la carte 2. Préférentiellement, l'unité de lecture-écriture 12 comprend une antenne 122, par exemple de type radio-identification (« RFID »), permettant d'interagir à distance (par exemple à une distance de quelques centimètres), c'est-à-dire sans contact, avec la carte 2. Les figures 1 et 2 illustrent un mode de réalisation préférentiel dans lequel l'unité de lecture-écriture est avantageusement équipée d'un portillon 124 destiné à évoluer entre une position fermée (illustrée par la figure 1) dans laquelle il vient fermer ladite conformation rentrante 123 et une position ouverte (illustrée par la figure 2) dans laquelle l'accès à ladite conformation 123 est libre, notamment afin de permettre à l'utilisateur d'y disposer une carte 2, comme on peut le voir sur la figure 2. Préférentiellement, ledit portillon a une forme sensiblement rectangulaire, dont les dimensions sont complémentaires de celle du boîtier 121 , et plus précisément de celles de la conformation rentrante 123, de manière à venir occulter cette dernière de manière sensiblement étanche afin de fermer ledit boîtier 121. Ainsi grâce à ce portillon 124, l'intérieur de la conformation 123 est préservé de toute intrusion d'éléments extérieurs (eau, poussière, sable, etc.) de manière à ce que l'utilisateur trouve une conformation rentrante 123 sensiblement propre lorsqu'il y dépose sa carte 2. Avantageusement, le portillon 124 évolue entre ses postions ouverte et fermée grâce à un mouvement de rotation, par exemple donné grâce à une liaison pivot, ladite liaison comportant par exemple une charnière ou tout autre moyen d'articulation. A titre de variante, il est bien évidemment possible, à la place d'un portillon 124 articulé, d'avoir recours à tout système équivalent, et par exemple à un portillon du type à glissière ou autre.

Préférentiellement, l'unité de lecture-écriture 12 commande l'ouverture de la porte 163, de sorte qu'il est nécessaire, pour pouvoir accéder à la bouche de sortie 111 de présenter une carte 2 valide à ladite unité de lecture-écriture 12, préservant ainsi ladite bouche de sortie 111 d'éventuels actes de vandalismes (vols de fluide, dégradations, etc.). A cette fin, l'ouverture de ladite porte 163 est avantageusement commandée par une serrure 164, elle-même commandée par l'unité de lecture- écriture 12 qui dévérouille ladite serrure 164 uniquement en présence d'une carte 2 valide.

Préférentiellement, [a borne 1 comprend une interface de contrôle 13 permettant à l'utilisateur d'interagir, de contrôler et / ou de vérifier le fonctionnement de la borne 1. Comme l'illustre la figure 3, ladite interface de contrôle 13 comprend avantageusement un afficheur 131 (par exemple de type à cristaux liquides « LCD ») avantageusement apte à afficher des données alphanumériques lisibles par l'utilisateur et / ou différents pictogrammes ou symboles compréhensibles par l'utilisateur. Par exemple, ledit afficheur 131 permet d'afficher des données telles que le volume de fluide crédité sur la carte 2, le volume de fluide consommé avec la carte 2, le volume de fluide total délivré par la borne 1 , le temps d'utilisation de la borne 1 , etc.

Avantageusement, ladite interface de contrôle 13 comprend également un ou plusieurs boutons 132, et notamment un premier bouton dit « bouton + » et un second bouton dit « bouton - », ces derniers permettant notamment à l'utilisateur de régler le débit (plus ou moins important) de fluide que délivre la borne 1. Préférentiellement, lesdits boutons 132 permettent également de naviguer dans un menu de maintenance de la borne , ou peuvent également être utiles pour d'autres fonctionnalités, comme cela sera décrit par la suite.

Préférentiellement, et comme l'illustre la figure 3, ladite interface de contrôle 13 est située dans la cavité 165 du coffre avant 161 de sorte qu'elle soit protégée par ladite porte 163 lorsque cette dernière est fermée, c'est-à-dire lorsque la borne 1 est en veille, protégeant ainsi l'afficheur 131 et les boutons 132 des différentes agressions environnementales (pluie, neige, poussière, sable, etc.) ou humaines (dégradations, vandalisme, etc.).

Selon l'invention, ladite borne 1 comprend un module de communication à distance 14 permettant à un gestionnaire d'interagir à distance avec la borne 1. En d'autres termes, il est possible pour un gestionnaire ou un administrateur, c'est-à-dire pour une personne ayant en charge la gestion d'une ou plusieurs bornes de distribution de fluide 1 d'interagir à distance, et ce même à plusieurs kilomètres, avec ladite borne 1 équipée dudit module de communication à distance 14.

De manière avantageuse, ledit module de communication à distance 14 fonctionne en utilisant un réseau de télécommunication 5, de préférence sans fil, tel que le réseau GSM (« Global System for Mobile Communications » selon l'expression anglaise) et / ou GPRS (« General Packet Radio Services » selon l'expression anglaise). Préférentiellement, ledit module de communication à distance est un module utilisant la technologie GSM et / ou GPRS, ou encore les technologies des marques déposées SIGFOX® ou LORA®. Avantageusement, comme l'illustre la figure 5, ledit module de communication à distance 14 se présente sous la forme d'une boîte et est situé à l'intérieur de la borne 1 , préférentiellement attaché sur le coffre avant 161 de la borne 1, sensiblement à mi-hauteur de cette dernière. Ce module de communication à distance 14 étant un module connu en tant que tel, sa composition et son fonctionnement ne seront pas davantage détaillés.

Préférentiellement, ledit module de communication à distance 14 est normalement dans un état de veille, voire avantageusement éteint, de sorte à minimiser sa consommation d'énergie, à l'exception bien entendu des instants au cours desquels il entre en communication avec le serveur commun de gestion 4. En d'autres termes, ledit module de communication à distance 14 n'est activé, avantageusement automatiquement, que lorsque cela est nécessaire.

Avantageusement, chacun des éléments électroniques ou électriques décrits précédemment, et notamment la ou les électrovannes 115, l'unité de lecture-écriture 12, l'interface de contrôle 13, le compteur 112 et le module de communication à distance 14, sont connectés à une carte mère principale dont la fonction est de contrôler de manière autonome la borne de distribution 1.

Préférentiellement, selon un mode de réalisation avantageux et notamment décrit par le brevet FR-2 777 677, ladite carte mère est pourvue d'une horloge et est programmée pour que l'ensemble des fonctions de distribution hydraulique de la borne soit normalement en position de veille correspondant à un état dans lequel notamment l'afficheur 131 est éteint, la porte 163 fermée et Pélectrovanne 115 de commande est fermée. Pour cela, l'unité de lecture-écriture 12 est pourvue d'un moyen réversible de mise en veille/éveil de ladite unité de lecture-écriture 12 (par exemple un capteur) permettant la mise en éveil lors du positionnement de la carte 2 et la mise en veille lors de l'opération d'enlèvement de ladite carte 2. La mise en veille des fonctions électroniques après l'enlèvement de la carte 2 comprend la détection de la présence ou absence d'une carte 2 dans l'unité de lecture-écriture 12. Si aucune carte n'est détectée, le circuit électronique de la carte mère se met alors en veille, l'unité de lecture-écriture 12 passant alors à son état de veille. Le moyen de mise en veille/éveil de l'unité de lecture-écriture 12 comprend donc les éléments du circuit électronique nécessaires à la détection de la présence/absence d'une carte 2, ces éléments s'activant dès que l'unité de lecture-écriture 12 est en éveil et devenant inactifs si aucune carte n'est détectée. La consommation énergétique d'un tel système est donc particulièrement réduite. De manière préférentielle, les différents composants de la borne 1 , et notamment l'unité de distribution 1, l'unité de lecture-écriture 12, l'interface de contrôle 3 sont alimentés en énergie par un module d'alimentation 15. Préférentiellement, le module d'alimentation 15 est un module d'alimentation autonome, capable de fournir de l'électricité à partir d'une réaction électrochimique, tel qu'une pile ou une batterie. Il est bien évidemment possible d'avoir recours à une ou plusieurs piles ou batteries, ou encore à d'autres moyens autonomes de production d'électricité, par exemple à partir un ou plusieurs panneaux solaires, de turbines ou d'éoliennes. Alternativement, le module d'alimentation 15 n'est pas autonome et peut par exemple comprendre un transformateur connecté au réseau électrique public. Avantageusement, ledit module d'alimentation 15 est attaché à l'intérieur du coffre avant 161 et relié électriquement aux différents composants de la borne 1 qui nécessitent une source d'alimentation électrique.

Indifféremment, le module de communication à distance 14 peut être relié audit module d'alimentation 15 ou bien posséder sa propre source d'énergie. Selon l'invention, le système de distribution de fluide comprend également un serveur commun de gestion 4 relié audit module de communication à distance 14, par exemple au moyen d'un réseau de télécommunication 5, de préférence sans fil, tel que le réseau GSM et / ou GPRS, ou encore le réseau de marque déposée SIGFOX®. Préférentiellement, ledit serveur commun de gestion 4 comprend notamment un (ou plusieurs) ordinateur(s), ou tout autre appareil similaire doté d'intelligence (par exemple une tablette, un ordiphone ou « smartphone », etc.) et permet d'interagir à distance avec la borne 1.

Indifféremment, le serveur commun de gestion 4 peut être un serveur entièrement autonome, c'est-à-dire capable de fonctionner sans intervention humaine ; partiellement autonome, c'est-à-dire capable de fonctionner en partie sans intervention humaine, certaines action nécessitant une action humaine ; ou encore entièrement manuel, c'est-à-dire nécessitant nécessairement la présence d'une personne humaine pour fonctionner, et en particulier pour interagir avec la borne . Selon l'invention, ledit serveur est notamment conçu pour communiquer à ladite borne 1 un ordre de recharge de ladite carte 2 et la borne 1 qui comprend un moyen d'écriture dans la mémoire de la carte 2, par exemple l'unité de lecture-écriture 12, est ainsi conçue pour modifier ledit crédit en réponse audit ordre de recharge du serveur commun de gestion 4. Ainsi, en d'autres termes, grâce au système de l'invention, la borne de distribution de fluide 1 permet, outre sa fonction de distribution de fluide à partir d'une carte 2, de recharger ladite carte 2, ce qui évite ainsi à l'utilisateur (ou au propriétaire de la carte) d'avoir à se déplacer dans un point de recharge spécifique, généralement éloigné de plusieurs kilomètres (voire dizaines de kilomètres) de la borne de distribution de fluide 1 qu'il a l'habitude d'utiliser.

Préférentiellement, le système de distribution de fluide comprend une interface de demande de recharge à distance 6 conçue pour permettre à un utilisateur de demander à distance la recharge de ladite carte 2 (ou de plusieurs cartes 2), c'est-à-dire un moyen permettant à un utilisateur d'émettre une demande de recharge de carte 2 depuis sensiblement n'importe quel endroit.

Avantageusement, ladite interface de demande de recharge à distance 6 comprend une application (ou un logiciel) destinée à être utilisée sur un terminal distant de ladite borne 1 de type ordinateur, ordiphone (ou « smartphone »), ou tablette. Alternativement, ou complémentairement, ladite interface de demande de recharge 6 peut également comprendre une interface humaine, c'est-à-dire une interface faisant appel à des opérateurs humains, comme par exemple une plateforme téléphonique (dans ce cas il suffira à l'utilisateur de téléphoner) ou encore un guichet d'accueil qui pourrait recevoir des demandes physiques (les utilisateurs se présentant en personne au guichet) ou des demandes virtuelles, par exemple sous forme de courrier électronique ou de messages électroniques (tels que des « e-mails » ou des « SMS »). Ainsi, grâce à cette interface de demande de recharge à distance 6, il est possible pour l'utilisateur de demander la recharge de sa carte 2 (ou ses cartes) sans avoir à se déplacer dans un point de recharge spécifique, et peut par exemple effectuer sa demande de recharge depuis son domicile, son lieu de travail, voire même éventuellement depuis la borne 1 elle-même s'il s'aperçoit, lors de l'utilisation de sa carte 2 que son crédit est presque épuisé.

De manière préférentielle, le système de distribution de fluide comprend une interface de création et d'édition 7 conçue pour permettre la création et / ou l'édition d'un fichier liste 71 et / ou d'un fichier information 72, tel que par exemple un éditeur de texte, un éditeur de tableau, etc. Avantageusement, ladite interface de création et d'édition 7 fait partie intégrante du serveur commun de gestion 4.

Plus précisément, ledit fichier liste 71 comprend avantageusement une pluralité d'information d'identifications 21 d'une pluralité de cartes 2 à recharger, et se présente par exemple sous la forme d'un tableau ou d'une liste comportant autant de lignes que d'informations d'identification 21 (par exemple que de numéros de carte), chacune desdites informations d'identification 21 correspondant à une carte 2 à recharger.

Ledit fichier information 72 contient quant à lui avantageusement au moins une information à créditer sur ladite carte 2 à recharger, et préférentiellement une information de crédit de fluide, comme par exemple un volume de fluide à créditer sur la carte 2. De manière avantageuse, ledit fichier information 72 comprend également une information temporelle, par exemple relative à une date d'expiration pour créditer la carte 2, c'est-à-dire pour effectuer l'opération de recharge. D'autres informations qui pourraient être utiles au bon fonctionnement du système peuvent également avantageusement être comprises dans ledit fichier information 72. Préférentiellement, le système de distribution de fluide comprend un serveur commun de partage, ou serveur commun de fichiers, accessible à la fois au serveur commun de gestion 4 et à la borne 1 et permettant alors un partage de données et / ou de fichiers entre ledit serveur commun de gestion 4 et ladite borne 1. Indifféremment, ledit serveur commun de partage peut être compris dans le (ou intégré au) serveur commun de gestion 4 ou au contraire être distinct du serveur commun de gestion 4. De manière illustrative et non limitative, ledit serveur commun de partage est un serveur de type FTP et se distingue alors dudit serveur commun de gestion 4 par son absence d'intelligence. Avantageusement, le (ou lesdits) fichier liste 71 ou (et) fichier information 72 est (sont) disposé(s) sur ledit serveur commun de partage de manière à pouvoir être partagé(s) (c'est-à-dire échangé(s)) avec la borne 1. Outre lesdits fichiers liste 71 et information 72, le serveur commun de partage peut également avantageusement accueillir une pluralité d'autres fichiers qui pourraient être utiles au bon fonctionnement du système de distribution de fluide. Préférentiellement, le serveur commun de gestion 4, qui agit alors comme le « cerveau » du système de distribution de fluide de l'invention, peut également analyser, mettre à jour, modifier, voire supprimer les différents fichiers et / ou données se trouvant sur le serveur commun de partage.

L'invention concerne également en tant que tel un procédé de recharge d'une carte 2 permettant à un utilisateur d'utiliser une borne de distribution de fluide 1 , notamment d'eau, ladite carte 2 comportant une mémoire 22 dans laquelle est enregistrée une information relative à un crédit de fluide disponible se présentant par exemple sous la forme d'un volume maximal de fluide délivrable par ladite borne 1, ledit crédit enregistré dans ladite mémoire étant modifiable de manière à pouvoir d'une part diminuer lors de la distribution du fluide et d'autre part augmenter lors d'une opération de recharge de ladite carte 2.

Selon l'invention, le procédé permet la recharge à distance de ladite carte 2, c'est-à-dire que la recharge de la carte 2 peut s'effectuer à un endroit distant de l'endroit où la demande de recharge est effectuée. En d'autres termes, il n'est pas nécessaire pour l'utilisateur souhaitant recharger sa carte 2 de se rendre dans un point de recharge particulier afin d'y émettre sa demande de recharge pour ensuite y recharger sa carte. En outre, les opérations de demande de recharge et de recharge de la carte 2 proprement dites peuvent également être distantes temporellement (par exemple séparées de plusieurs heures voire plusieurs jours).

Selon l'invention, le procédé comporte au moins les étapes suivantes, comme l'illustre par exemple la figure 7 : - une étape de communication B à un serveur commun de gestion 4 d'au moins une information d'identification 21 de ladite carte 2 à recharger, comme par exemple un numéro de carte tel que décrit précédemment,

- une étape d'échange C au cours de laquelle ladite information d'identification 21 de ladite carte 2 à recharger est partagée avec ladite borne 1 au moyen du serveur commun de gestion 4, par exemple par l'intermédiaire d'un réseau de télécommunication 5, de préférence sans fil, tel que le réseau GSM et / ou GPRS ou encore de la marque déposée SIGFOX®,

- une étape d'identification DO de la carte 2 par la borne 1 comme une carte à recharger par présentation de ladite carte 2 à la borne et grâce à ladite information d'identification 21,

- si ladite étape d'identification DO est positive, une étape de recharge E au cours de laquelle ladite carte 2 est rechargée par ladite borne 1.

Les figures 6 et 8 illustrent d'autres procédés de recharge préférentiels permettant à un utilisateur de recharger une ou plusieurs cartes, selon le principe détaillé ci-dessous.

Préférentiellement, lors d'une étape préalable A, un utilisateur émet une demande de recharge d'une carte 2 (ou éventuellement de plusieurs cartes 2, si ledit utilisateur en possède plusieurs). A cette fin, l'utilisateur sollicite l'interface de demande de recharge 6, telle que décrite précédemment, qui invite notamment l'utilisateur (de manière automatique dans le cas d'une application ou de manière humaine par exemple dans le cas d'une plateforme téléphonique) à indiquer l'information d'identification 21 (par exemple le numéro de carte) associé à la carte 2 qu'il souhaite recharger, ou éventuellement les informations d'identifications 21 associés aux différentes cartes 2, si l'utilisateur veut recharger plusieurs cartes différentes. De manière avantageuse, la dite interface 6 invite également l'utilisateur à indiquer la valeur avec laquelle il souhaiter recharger sa ou ses cartes 2. En d'autres termes, l'utilisateur est invité à donner le montant du crédit de fluide (par exemple un volume) qu'il souhaite recharger sur sa ou ses cartes 2. Indifféremment, l'utilisateur peut utiliser les touches numériques de son téléphone ou ordiphone, ou encore de son ordinateur pour indiquer cette valeur ou bien l'indiquer au moyen de sa voix, notamment lors d'une conversation téléphonique, en fonction du type d'interface de demande de recharge 6 qu'il utilise, comme cela a été expliqué précédemment.

Avantageusement, ladite interface de demande de recharge 6 invite également l'utilisateur à payer par quelque moyen que ce soit (par carte bancaire, par émission d'une facture, par virement, etc.) afin de valider et confirmer sa demande de recharge.

En d'autres termes, selon ce mode de réalisation préférentiel, ledit procédé comporte donc une étape préalable A de demande de recharge à distance au cours de laquelle on émet une demande de recharge d'au moins ladite carte 2, en donnant ladite information d'identification 21. Ensuite, cette information d'identification 21 est communiquée, au cours d'une étape de communication B, soit de manière automatique soit de manière manuelle, au serveur commun de gestion 4, par exemple par l'intermédiaire d'un opérateur dans le cas où ladite interface de demande de recharge est une interface humaine (plateforme téléphonique ou guichet par exemple). Préférentiellement, ladite étape de communication B au serveur commun de gestion 4 comprend en outre une première étape de publication B1 d'un fichier liste 71 comprenant une pluralité d'information d'identifications 21 d'une pluralité de cartes 2 à recharger afin de publier la liste des différentes cartes 2 à recharger. En d'autres termes, le serveur commun de gestion 4 centralise toutes les demandes de recharge de cartes 2 émises par les utilisateurs auprès de l'interface de demande de recharge 6 et les rassemble dans le fichier liste 71, au moyen de leurs informations d'identification 21.

Avantageusement, ladite étape de communication B au serveur commun de gestion 4 comprend en outre une deuxième étape de publication B2 d'un fichier information 72 contenant au moins une information à créditer sur ladite carte 2 à recharger, tel que cela a été décrit précédemment. Préférentiellement, dans le cas où il y a une pluralité de cartes 2 à recharger, lors de ladite deuxième étape de publication B2 une pluralité de fichiers information 72 sont publiés, chacun desdits fichiers information 72 étant associé à une carte 2 à recharger au moyen de ladite information d'identification 21. En d'autres termes, lors de cette deuxième étape de publication B2, on publie autant de fichiers information 72 qu'il y a de cartes 2 différentes à recharger.

Préférentiellement, et comme cela a été détaillé précédemment, le ou lesdits fichier(s) liste 71 ou (et) fichier information 72 est (sont) publié(s) sur un serveur commun de partage de type FTP.

Ensuite, lors de l'étape d'échange C, le serveur commun de gestion 4 partage (c'est-à- dire communique ou diffuse ou échange) avec la borne 1 ledit fichier liste 71 et par conséquent au moins ladite information d'identification 21 de ladite carte 2 à recharger à la borne 1 , et préférentiellement à une pluralité de bornes 1 , chacune d'entre elles étant équipée d'un module de communication à distance 14. Avantageusement, et comme cela a été précédemment décrit, le serveur commun de gestion utilise alors le réseau de télécommunication 5, de préférence sans fil, tel que le réseau GSM et / ou GPRS ou encore de la marque déposée SIGFOX®. Alternativement, et sans sortir du cadre de l'invention, n'importe quel autre réseau de télécommunication peut être utilisé pour partager ladite information d'identification 21 avec la borne 1, comme par exemple le réseau de téléphone filaire.

De manière préférentielle, ladite étape d'échange C est initiée par ladite borne 1 qui va alors interroger ledit serveur commun de gestion 4 et / ou ledit serveur commun de partage afin de pouvoir consulter ladite information d'identification 21 de ladite carte 2 à recharger. Ainsi, la borne 1 peut avantageusement récupérer (ou télécharger) le fichier liste 71 qui a préalablement préférentiellement été placé sur le serveur commun de partage par le serveur commun de gestion 4, par exemple de manière à le placer sur une mémoire interne afin que la borne 1 puisse par la suite librement et immédiatement consulter ce fichier liste 71. De manière alternative, et sans sortir du cadre de l'invention, ladite étape d'échange C est initiée par le serveur commun de gestion 4 qui va alors diffuser (c'est-à-dire envoyer) ladite information d'identification 21 de ladite carte 2 à recharger à ladite borne , ou avantageusement à une pluralité de bornes 1 , comme l'illustre par exemple la figure 6. Préférentiellement, l'étape d'échange C est une étape automatique quotidienne, c'est-à-dire que c'est une étape qui est automatiquement déclenchée une fois par jour, avantageusement par la borne 1 (ou éventuellement par le serveur commun de gestion 4). Alternativement, en fonction des besoins, d'autres fréquences peuvent être définies et ladite étape d'échange C peut par exemple être une étape hebdomadaire, ou au contraire déclenchée plus fréquemment, par exemple deux fois par jour voire toutes les heures, etc. Un tel mode de réalisation préférentiel permet de manière remarquable de sensiblement diminuer le temps d'attente de l'utilisateur lorsqu'il présente une carte 2 à recharger à la borne 1 dans la mesure où cette dernière a déjà connaissance de l'information d'identification 21 de ladite carte 2 à recharger disponible en local, par exemple dans une mémoire interne. En outre, dans le cas avantageux où la borne 1 déclenche automatiquement et régulièrement ladite étape d'échange C, la consommation d'énergie de ladite borne 1 est optimisée dans la mesure où le module de communication à distance 14 n'est alors activé qu'un cours instant (par exemple seulement quelques secondes par jour), lorsque la borne 1 se réveille pour échanger avec le serveur commun de gestion 4 et / ou le serveur commun de partage.

Suite à cette étape d'échange C, le procédé entre alors préférentiellement dans une phase d'attente qui sera achevée par la présentation d'une carte 2 sur la borne 1. En effet, lorsqu'un utilisateur présente sa carte 2 à recharger devant la borne 1, cette dernière va immédiatement (ou du moins en quelques secondes), avantageusement au cours de l'étape d'identification DO, reconnaître ladite carte 2 comme étant une carte à recharger grâce à l'information d'identification 21 que la borne 1 va lire sur ladite carte 2. Plus précisément et de manière préférentielle, lors de cette étape d'identification DO, l'unité de lecture-écriture 12 lit l'information d'identification 21 (par exemple le numéro de carte) de la carte 2 qui est présentée à la borne 1 , puis vérifie si ladite information d'identification 21 lue est comprise dans le fichier liste 71 que la borne a reçu ou téléchargé lors de l'étape d'échange C précédente. Si la comparaison est positive, c'est-à-dire si l'information d'identification 21 lue dans la carte présentée à la borne 1 est bien comprise dans ledit fichier liste 71 (en d'autres termes, si le numéro de carte lu est présent dans le fichier liste 71), alors la borne identifie la carte 2 présentée comme étant une carte à recharger. En d'autres termes, si l'information d'identification 21 lue dans la carte présentée à la borne 1 est identique à l'information d'identification 21 qui a été préalablement avantageusement téléchargée par la borne 1 lors de l'étape d'échange C, alors cette dernière reconnaît la carte 2 qui lui est présentée comme étant une carte à recharger.

Une fois que la carte 2 présentée à la borne 1 a été identifiée comme étant une carte à recharger lors de ladite étape d'identification DO, se déroule préférentiellement précédemment à l'étape de recharge E, une étape d'interrogation D du serveur commun de gestion 4 au cours de laquelle la borne 1 vérifie la présence du fichier information 72 associé à ladite carte 2 à recharger, et ce notamment afin de vérifier si la carte 2 présentée n'a pas déjà été rechargée. Avantageusement, cette étape est effectuée automatiquement par la borne 1 au moyen de son module de communication à distance 14 et du réseau de télécommunication 5.

Alternativement, si lors de l'étape d'identification DO la carte 2 présentée n'est pas reconnue comme étant une carte à recharger (c'est-à-dire si l'information d'identification 21 lue sur la carte 2 présentée n'est pas contenue dans le fichier liste 71), alors la borne met fin au processus de recharge et / ou retourne par exemple dans son état d'attente et / ou lance le procédé classique et connu de délivrance de fluide si le crédit de la carte 2 le permet.

Préférentiellement, si l'issue de l'étape d'identification DO est positive, c'est-à-dire si la carte 2 présentée est bien reconnue comme étant une carte à recharger, alors la borne 1 propose, avantageusement lors d'une étape d'approbation D1 , à l'utilisateur de confirmer la recharge de la carte 2, par exemple en appuyant sur un des boutons 132 de l'interface de contrôle 13 et préférentiellement en appuyant sur le « bouton + ». En d'autres termes, dans le cas préférentiel où ladite borne comprend une interface de contrôle 13, l'étape de recharge E est avantageusement précédée d'une étape d'approbation D1 du rechargement par l'utilisateur au moyen de ladite interface de contrôle 13. Avantageusement, ladite étape d'approbation D1 est réalisée avant ladite étape d'interrogation D du serveur commun de gestion 4, notamment afin d'éviter toute communication inutile entre la borne 1 et ledit serveur 4, et donc toute consommation d'énergie et / ou attente inutile(s) (liée(s) à la mise en œuvre du module de communication 14 et à l'établissement de la communication avec le serveur commun de gestion 4), dans le cas où l'utilisateur ne souhaiterait pas valider la recharge de sa carte. En d'autres termes, ladite étape préférentielle d'approbation D1 permet de demander une confirmation à l'utilisateur avant que le module de communication à distance 14 ne soit activé (et par conséquent nécessite de l'énergie) et entre en communication avec le serveur commun de gestion 4 et / ou le serveur commun de partage. Ensuite, si l'issue de l'étape d'approbation D1 est positive, c'est-à-dire si l'utilisateur confirme sa volonté de recharger immédiatement la carte 2 qu'il vient de présenter à la borne 1 , et si l'issue de l'étape d'interrogation D est positive, c'est-à-dire si le serveur commun de gestion 4 comporte bien un fichier information 72 associé à la carte 2 présentée, alors la borne effectue préférentiellement, suite à l'étape d'interrogation D, une étape de lecture D2 dudit fichier information 72 pour en extraire les informations, et notamment ladite information relative au crédit de fluide. En d'autres termes, au cours de cette étape de lecture D2, la borne 1 va chercher dans le fichier information 72 qui se trouve sur le serveur commun de gestion 4 le nouveau crédit de fluide que l'utilisateur a demandé au cours de sa demande de recharge. A l'inverse, si l'issue de l'étape d'approbation D1 est négative, c'est-à-dire si l'utilisateur ne confirme pas (par exemple dans un délai que quelques secondes) sa volonté de recharger immédiatement la carte 2 qu'il vient de présenter à la borne 1 , alors la borne 1 met fin au procédé de recharge.

Dans le cas où l'issue de l'étape d'interrogation D est négative, c'est à dire si le serveur commun de gestion 4 ne comporte pas de fichier information 72 associé à la carte 2 à recharger, alors la borne 1 en déduit que la carte 2 présentée a déjà été rechargée, par exemple il y a quelques minutes ou quelques heures par une autre borne 1 , et affiche par exemple au cours d'une étape X sur son afficheur 131 un message du type « cette carte vient d'être rechargée, rechargement impossible » et termine alors le procédé de recharge.

Suite à l'étape de lecture D2, la borne déclenche alors l'étape de recharge E au cours de laquelle elle va avantageusement transférer l'information de crédit de fluide lue sur le fichier information 72 vers la mémoire 22 de la carte 2 qui lui est actuellement présentée, de manière à recharger ladite carte 2. Ensuite, lorsque l'étape de recharge E de la carte 2 est terminée, la borne 1 va avantageusement supprimer le fichier information 72 du serveur commun de gestion 4, afin d'empêcher toute nouvelle recharge de la même carte 2, comme cela a été mentionné précédemment à l'étape d'interrogation D. En d'autres termes et de manière avantageuse, l'étape de recharge E est suivie d'une étape de suppression E1 du fichier information 72 une fois le crédit enregistré en mémoire modifié suite à l'opération de recharge.

Ensuite, et de manière particulièrement avantageuse, l'étape de recharge E (et préférentiellement l'étape de suppression E1) est suivie d'une étape de suppression E2, dans le fichier liste 71 , de l'élément d'identification 21 associé à la carte 2 dont le crédit enregistré en mémoire 22 a été modifié suite à l'opération de recharge. En d'autres termes, une fois que la recharge de la carte 2 est effectuée, et une fois que le fichier information 72 est supprimé, le fichier liste 71 est lui modifié de manière à ne plus contenir l'élément d'identification 21 associé à la carte 2 qui vient d'être rechargée. En d'autres termes, la ligne contenant le numéro de carte de la carte 2 qui vient d'être rechargée est avantageusement supprimée que ce soit de manière automatique (suite à un ordre du serveur commun de gestion 4 par exemple) ou de manière manuelle (suite à une action d'un opérateur se trouvant par exemple sur la plateforme téléphonique). Le processus de recharge est alors un processus bouclé, c'est-à-dire que le fichier liste 71 est mis à jour de sorte qu'il puisse de nouveau être disponible pour 'une nouvelle étape d'échange C, et avantageusement une étape automatique au cours de laquelle la borne 1 va récupérer ledit fichier liste 71 comme détaillé précédemment.

Le procédé préférentiel décrit ci-dessus permet alors de manière remarquablement simple, sûre et efficace de grandement faciliter l'opération de recharge de la carte 2 permettant l'utilisation d'une borne de distribution de fluide 1 , et ce que ce soit pour l'utilisateur, qui n'a par exemple plus besoin de se déplacer dans un point de recharge spécifique, ou pour le gestionnaire des bornes 1 , qui n'a par exemple plus besoin d'entretenir des points de recharges spécifiques, dans la mesure où la borne de distribution de fluide 1 assure elle-même l'opération de recharge de la carte 2. POSSIBILITE D'APPLICATION INDUSTRIELLE

L'invention trouve son application industrielle dans la mise en œuvre d'un procédé de recharge de cartes permettant à un utilisateur d'utiliser une borne de distribution de fluide.