Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR SMOKING AND FOR PACKAGING, PACKAGING AND POD FOR SAID METHOD, AND USE OF SAID PACKAGING AND PODS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2010/125109
Kind Code:
A2
Abstract:
The invention relates to a method for smoking and for packaging a product to be smoked, comprising: packaging (52, 54) the product to be smoked in a smoke-tight packaging and distributing (56) the product thus packaged to the consumers; packaging (60, 62) smoke in a pod containing exactly the amount of smoke required to smoke the packaged product and distributing (64) the pod containing the smoke to the consumer; and feeding (68) the smoke contained in the pod inside the packaging containing the product to be smoked such that the packaging keeps the smoke in contact with the product for the time required to smoke said product.

More Like This:
Inventors:
PRALUS, Georges (20 rue de la Libération, Briennon, Briennon, F-42720, FR)
Application Number:
EP2010/055729
Publication Date:
November 04, 2010
Filing Date:
April 28, 2010
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PRALUS, Georges (20 rue de la Libération, Briennon, Briennon, F-42720, FR)
International Classes:
A23B4/044
Domestic Patent References:
2009-08-20
1992-09-17
2008-10-02
Foreign References:
US3106473A1963-10-08
US5520940A1996-05-28
US5193445A1993-03-16
Attorney, Agent or Firm:
COLOMBO, Michel et al. (BREVINNOV, 324 rue Garibaldi, Lyon, F-69007, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Procédé de fumage et de conditionnement d'un produit à fumer, caractérisé en ce que ce procédé comporte : - le conditionnement (52, 54) du produit à fumer dans un emballage étanche à la fumée et la distribution (56) du produit ainsi conditionné vers les consommateurs, - le conditionnement (60, 62) de fumée, sous forme gazeuse, dans une dosette contenant juste la quantité de fumée nécessaire pour fumer le produit conditionné et la distribution (64) de la dosette contenant la fumée vers le consommateur, et - l'introduction (68) de la fumée contenue dans la dosette à l'intérieur de l'emballage contenant le produit à fumer de manière à ce que l'emballage retienne la fumée au contact du produit le temps nécessaire à son fumage.

2. Procédé selon la revendication 1 , dans lequel le produit à consommer est conditionné sous vide dans l'emballage.

3. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la fumée est conditionnée sous pression dans la dosette de manière à ce que la pression à l'intérieur de la dosette soit supérieure à 0,2 MPa et de préférence supérieure à 0,4 MPa.

4. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la dosette est distribuée (64) indépendamment du produit conditionné.

5. Emballage étanche à la fumée, sous forme gazeuse, pour la mise en œuvre d'un procédé conforme à l'une quelconque des revendications précédentes à l'aide d'une dosette équipée d'un embout, caractérisé en ce que cet emballage comprend un connecteur (14 ; 94) apte à recevoir l'embout de la dosette de manière à mettre l'intérieur de la dosette en communication fluidique avec l'intérieur de l'emballage destiné à contenir le produit à fumer tout en conservant l'aptitude de l'emballage à retenir la fumée le temps nécessaire au fumage du produit.

6. Emballage selon la revendication 5, dans lequel l'emballage comprend une enveloppe (10) étanche à la fumée et destinée à recouvrir au moins partiellement le produit reçu à l'intérieur de l'emballage, cette enveloppe étant également conformée pour créer un canal (16) de section décroissante en allant de l'extérieur vers l'intérieur de l'emballage de manière à former ledit connecteur (14).

7. Emballage étanche à la fumée, sous forme gazeuse, pour la mise en œuvre d'un procédé conforme à l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel l'emballage comporte une dosette (102 ; 122, 124, 126) contenant juste la quantité de fumée, sous forme gazeuse, nécessaire pour fumer le produit conditionné à l'intérieur de cet emballage.

8. Emballage selon la revendication 7, dans lequel l'emballage comprend une enveloppe (10) étanche à la fumée destinée à recouvrir au moins partiellement le produit à l'intérieur de l'emballage, cette enveloppe et la dosette (122, 124, 126) ne formant qu'un seul bloc de matière.

9. Emballage selon l'une quelconque des revendications 5 à 8, dans lequel l'emballage comprend une enveloppe réalisée en matériau thermo-soudable.

10. Dosette (30 ; 80 ; 90 ; 102 ; 122, 124, 126) pour la mise en œuvre d'un procédé conforme à l'une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que la dosette contient juste la quantité de fumée, sous forme gazeuse, nécessaire pour fumer le produit conditionné.

11. Dosette (30 ; 80 ; 90 ; 102 ; 122, 124, 126) selon la revendication 10, dans laquelle la dosette comprend de la fumée sous une pression supérieure à 0,2 MPa et de préférence supérieure à 0,4 MPa.

12. Dosette (30 ; 80 ; 90 ; 102 ; 122, 124, 126) selon l'une quelconque des revendications 10 à 11 , dans laquelle la dosette comprend une zone ruptible ou un opercule détachable permettant de mettre l'intérieur de la dosette en communication fluidique avec l'intérieur de l'emballage pour y introduire la fumée.

13. Utilisation d'un emballage conforme à l'une quelconque des revendications 5 à 9 pour le fumage d'un produit selon un procédé conforme à l'une quelconque des revendications 1 à 4.

14. Utilisation d'une dosette conforme à l'une quelconque des revendications 10 à 12 pour le fumage d'un produit selon un procédé conforme à l'une quelconque des revendications 1 à 4.

Description:
PROCEDE DE FUMAGE ET DE CONDITIONNEMENT, EMBALLAGE ET DOSETTE POUR CE PROCEDE ET UTILISATION DE CES EMBALLAGES

ET DOSETTES

[001] L'invention concerne un procédé de fumage et de conditionnement d'un produit à fumer. L'invention concerne également des emballages et des dosettes pour mettre en œuvre ce procédé ainsi que l'utilisation de ces emballages et dosettes dans ce procédé. [002] Le fumage est l'opération de fumer un produit tel qu'un aliment ou une denrée alimentaire, c'est-à-dire d'exposer ce produit à la fumée pendant un temps suffisamment long pour que les arômes de la fumée aient le temps d'imprégner le produit. Ainsi, le fumage donne un goût particulier aux produits qui ont été fumés. Le fumage améliore également la conservation des produits car certains composés de la fumée comme les phénols ont un effet anti-oxydant et ralentissent le rancissement du produit.

[003] Jusqu'à présent, le consommateur qui souhaite consommer un produit fumé n'a que deux solutions :

1. acheter un produit déjà fumé chez un commerçant, ou

2. acheter un produit non fumé et le fumer lui-même. [004] La seconde solution présente l'avantage qu'il peut choisir la durée du fumage et la fumée aromatique utilisée, ce qui lui permet d'ajuster en fonction de ses goûts la saveur du produit fumé. Par exemple, la saveur du produit fumé ne sera pas la même si la fumée a été obtenue à partir de telle ou telle essence d'arbre. [005] Toutefois, cette seconde solution présente également des inconvénients. En particulier, le consommateur doit s'équiper d'un fumoir ou salle à fumer pour fumer ses produits. Un fumoir comprend généralement :

- une enceinte rigide spécialement équipée pour être remplie de fumée lors du fumage et pour évacuer cette fumée lorsque le fumage est fini, et

- un générateur de fumée capable de produire la fumée aromatique injectée dans l'enceinte rigide.

[006] L'enceinte est généralement suffisamment grande pour recevoir simultanément plusieurs produits à fumer.

[007] Un fumoir est donc encombrant et coûteux. Cela explique en partie que cette pratique ne soit pas encore aujourd'hui très démocratisée. [008] L'invention vise à démocratiser le fumage de produits par le consommateur lui-même en limitant au minimum les équipements spéciaux requis pour une telle opération.

[009] Elle a donc pour objet un procédé de fumage et de conditionnement d'un produit à fumer comportant : - le conditionnement du produit à fumer dans un emballage étanche à la fumée et la distribution du produit ainsi conditionné vers les consommateurs,

- le conditionnement de fumée dans une dosette contenant juste la quantité de fumée nécessaire pour fumer le produit conditionné et la distribution de la dosette contenant la fumée vers le consommateur, et

- l'introduction de la fumée contenue dans la dosette à l'intérieur de l'emballage contenant le produit à fumer de manière à ce que l'emballage retienne la fumée au contact du produit le temps nécessaire à son fumage.

[0010] Dans le procédé ci-dessus, l'emballage dans lequel est conditionné le produit à fumer sert également d'enceinte pour le fumage. Le consommateur n'a donc pas besoin d'être équipé d'une enceinte spécialement dédiée au fumage des produits chez lui. De plus, le consommateur n'a plus besoin d'utiliser un générateur de fumée puisque la fumée est contenue dans la dosette qui lui est fournie. Dès lors, grâce au procédé ci-dessus, un consommateur peut fumer lui-même des produits sans aucun équipement spécial.

[0011] Ce procédé offre également d'autres avantages. Par exemple, il n'est plus nécessaire de sortir le produit à fumer de son emballage avant de le fumer. On limite donc le nombre d'opérations de manutention. En plus, on limite le nombre de fois où le produit est exposé à l'air ambiant et donc le risque de contamination. [0012] Les modes de réalisation de ce procédé peuvent comporter une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : m le produit à consommer est conditionné sous vide dans l'emballage ; m la fumée est conditionnée sous pression dans la dosette de manière à ce que la pression à l'intérieur de la dosette soit supérieure à 0,2 MPa et de préférence supérieure à 0,4 MPa ; m la dosette est distribuée indépendamment du produit conditionné. [0013] Ces modes de réalisation du procédé présentent en outre les avantages suivants :

- le conditionnement sous vide du produit permet le salage sous vide et d'éviter l'oxydation du produit pendant sa distribution et facilite également l'introduction de la fumée dans l'emballage;

- la distribution de la dosette contenant de la fumée sous pression facilite l'introduction de la fumée dans l'emballage et réduit l'encombrement de la dosette ;

- distribuer les dosettes indépendamment du produit à conditionner permet au consommateur de choisir la fumée qu'il va utiliser pour fumer le produit.

[0014] L'invention concerne également un emballage étanche à la fumée pour la mise en œuvre du procédé ci-dessus à l'aide d'une dosette équipée d'un embout. Cet emballage comporte un connecteur apte à recevoir l'embout de la dosette de manière à mettre l'intérieur de la dosette en communication fluidique avec l'intérieur de l'emballage destiné à contenir le produit à fumer tout en conservant l'aptitude de l'emballage à retenir la fumée le temps nécessaire au fumage du produit. [0015] Les modes de réalisation de cet emballage peuvent présenter la caractéristique suivante : m l'emballage comprend une enveloppe étanche à la fumée et destinée à recouvrir au moins partiellement le produit reçu à l'intérieur de l'emballage, cette enveloppe étant également conformée pour créer un canal de section décroissante en allant de l'extérieur vers l'intérieur de l'emballage de manière à former le connecteur. [0016] Les modes de réalisation de cet emballage présentent en outre l'avantage suivant :

- conformer l'enveloppe pour qu'elle forme le connecteur simplifie la réalisation de ce connecteur et décroît la quantité de matière utilisée pour réaliser cet emballage. [0017] L'invention a également pour objet un autre emballage étanche à la fumée pour la mise en œuvre du procédé ci-dessus, cet emballage comportant une dosette contenant juste la quantité de fumée nécessaire pour fumer le produit conditionné à l'intérieur de cet emballage.

[0018] L'incorporation de la dosette dans l'emballage simplifie la distribution de la dosette et évite d'avoir à prévoir un connecteur dans l'emballage pour recevoir cette dosette.

[0019] Les modes de réalisation de cet emballage peuvent présenter la caractéristique suivante : a l'emballage comprend une enveloppe étanche à la fumée destinée à recouvrir au moins partiellement le produit à l'intérieur de l'emballage, cette enveloppe et la dosette ne formant qu'un seul bloc de matière.

[0020] Ce mode de réalisation simplifie la réalisation de la dosette et facilite la réalisation à la chaîne des emballages.

[0021] Les modes de réalisation de l'emballage peuvent également présenter la caractéristique suivante : m l'emballage comprend une enveloppe réalisée en matériau thermo-soudable.

[0022] L'invention a également pour objet une dosette pour la mise en œuvre du procédé ci-dessus, cette dosette comportant juste la quantité de fumée nécessaire pour fumer le produit conditionné.

[0023] Les modes de réalisation de cette dosette peuvent comprendre une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : m la dosette comprend de la fumée sous une pression supérieure à 0,2 MPa et de préférence supérieure à 0,4 MPa ; a la dosette comprend une zone ruptible ou un opercule détachable permettant de mettre l'intérieur de la dosette en communication fluidique avec l'intérieur de l'emballage pour y introduire la fumée. [0024] Ces modes de réalisation de la dosette présentent en outre les avantages suivants : la présence de fumée sous pression à l'intérieur de la dosette facilite l'introduction de la fumée dans l'emballage, réduit le volume de la dossette et permet le fumage sous pression, ce qui raccourcit la durée du fumage, et l'utilisation d'une zone ruptible ou d'un opercule détachable simplifie la réalisation de la dosette en remplaçant avantageusement des systèmes plus complexes tels qu'une vanne pouvant être ouverte et fermée par le consommateur. [0025] L'invention a également pour objet l'utilisation de l'emballage et de la dosette ci-dessus pour le fumage d'un produit selon le procédé ci-dessus.

[0026] L'invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui va suivre donnée uniquement à titre d'exemple non limitatif et faite en se référant aux dessins sur lesquels : - la figure 1 est une illustration schématique d'un emballage comportant un produit à fumer ;

- la figure 2 est une illustration schématique d'une dosette de fumée destinée à être utilisée avec l'emballage de la figure 1 ;

- la figure 3 est un organigramme d'un procédé de fumage et de conditionnement d'un produit à fumer à l'aide de l'emballage de la figure 1 et de la dosette de la figure

2 ;

- la figure 4 est une illustration schématique d'un autre mode de réalisation d'une dosette de fumée ;

- la figure 5 est une illustration schématique d'un autre mode de réalisation d'un emballage pour la mise en œuvre du procédé de la figure 3 ; et

- les figures 6 et 7 sont deux autres modes de réalisation d'emballage.

[0027] Dans ces figures, les mêmes références sont utilisées pour désigner les mêmes éléments.

[0028] Dans la suite de cette description, les caractéristiques et fonctions bien connues de l'homme du métier ne sont pas décrites en détails.

[0029] La figure 1 représente un emballage 2 à l'intérieur duquel est introduit un produit à fumer 4.

[0030] Le produit 4 est un aliment à fumer. Cet aliment peut être de la viande, du poisson ou du fromage et plus généralement toute denrée alimentaire destinée à être fumée. Dans la suite de cette description, le produit 4 est par exemple un filet de saumon.

[0031] Ici, le produit 4 est disposé sur un plat 6 dont les contours sont représentés en pointillés. Typiquement, le plat 6 est un plat en aluminium ou en carton revêtu d'un film plastique de manière à ce que ce plat ne puisse pas absorber les exsudats s'écoulant du produit 4 lors de son salage et de son conditionnement. [0032] L'emballage 2 comprend une enveloppe 10 qui délimite un volume intérieur apte à contenir le produit 4 disposé sur le plat 6. Les dimensions de l'enveloppe 10 sont choisies pour s'adapter aux dimensions du produit 4 et du plat 6. Par exemple, les dimensions du volume intérieur sont choisies pour qu'il ne soit pas supérieur à plus de dix fois, et de préférence quatre fois, le volume du produit 4 et du plat 6.

[0033] L'enveloppe 10 est une enveloppe étanche à la fumée utilisée pour fumer le produit 4 selon le procédé décrit en regard de la figure 3. Typiquement, cette fumée est constituée de gaz mélangés à des particules de 0,01 μm à 5 μm de diamètre. Dans ces conditions, l'enveloppe 10 est étanche aux particules de fumée dont le diamètre est compris entre 0,01 μm et 5 μm. De plus, ici, l'enveloppe 10 est étanche à l'oxygène ainsi qu'au dioxyde de carbone et à la vapeur d'eau dans les conditions d'utilisation de cet emballage décrites en regard de la figure 3. En fin, l'enveloppe 10 est prévu pour permettre un conditionnement sous vide du produit 4. [0034] De préférence, l'enveloppe 10 est réalisée dans un matériau présentant une élasticité suffisante pour envelopper le produit 4. Ici, on considère que l'élasticité du matériau est suffisante si son module de Young est inférieur à 10 GPa et, de préférence, inférieur à 5 GPa. Avantageusement, le matériau choisi est peu rigide. Par matériau « peu rigide », on désigne un matériau dont la dureté est inférieure à A75 sur l'échelle de Shore. [0035] Ici, l'enveloppe 10 est un sac réalisé dans un matériau plastique transparent à la lumière visible. Cette enveloppe ne comporte qu'une seule ouverture 12 au travers de laquelle le produit 4 est introduit à l'intérieur de l'enveloppe 10. A part cette ouverture 12, l'enveloppe 10 ne présente aucune ouverture afin de garantir l'étanchéité à l'oxygène, au dioxyde de carbone, à la vapeur d'eau et à la fumée. [0036] L'enveloppe 10 est par exemple réalisée dans un matériau thermo-soudable tel que du plastique.

[0037] L'emballage 2 comporte également un connecteur 14 permettant de raccorder fluidiquement l'intérieur de l'enveloppe à l'intérieur d'une dosette de fumée. Le connecteur 14 permet donc d'admettre de la fumée à l'intérieur de l'enveloppe 10 tout en empêchant la fumée admise à l'intérieur de l'enveloppe 10 de s'échapper vers l'extérieur de l'emballage.

[0038] Pour réaliser ce connecteur 14, l'enveloppe 10 est ici conformée de manière à former un canal 16. Les dimensions du canal 16 sont choisies pour permettre l'emmanchement en force d'un embout de la dosette. Cet emmanchement empêche la fumée introduite à l'intérieur de l'enveloppe 10 de s'échapper vers l'extérieur. De préférence, la section du canal 16 diminue en allant de l'extérieur de l'enveloppe vers l'intérieur de l'enveloppe. En particulier, la plus petite section du canal 16 est plus petite que la plus grande section de l'embout. [0039] Par exemple, le canal 16 est réalisé par thermo-soudage de l'enveloppe 10. A titre d'illustration, le canal 16 est réalisé à l'aide d'une soudure 18 entre une face inférieure et une face supérieure de l'enveloppe 10. Cette soudure 18 s'étend obliquement par rapport à une ligne 20 de jointure le long de laquelle les faces inférieure et supérieure de l'enveloppe 10 se rejoignent.

[0040] La figure 2 représente une dosette 30 apte à être emmanchée dans le canal 16. Cette dosette 30 comprend une paroi 32 qui définit une enceinte 34 dans laquelle est emprisonnée de la fumée 36. Les parois 32 définit également un embout et un bouchon 38 raccordé l'un à l'autre par une zone ruptible 40. Le bouchon 38 permet de retenir la fumée 36 emprisonnée dans l'enceinte 34. [0041] Le volume de l'enceinte 34 est dimensionné de manière à contenir juste la quantité de fumée nécessaire au fumage du produit 4 placé à l'intérieur de l'enveloppe 10. Autrement dit, l'enceinte 34 contient uniquement une quantité de fumée permettant une seule opération de fumage du produit 4. Par exemple, la quantité de fumée contenue dans l'enceinte 34 occupe un volume, une fois libérée à l'intérieur de l'enveloppe 10 dans les conditions d'utilisation décrites en regard de la figure 3, au moins égal à 10% du volume du produit 4 et, de préférence, inférieur à cinq fois le volume du produit 4.

[0042] De préférence, la fumée 36 est emprisonnée sous pression. La pression de la fumée à l'intérieur de l'enceinte 34 est strictement supérieure à la pression atmosphérique et de préférence supérieure à 2 kg/cm 2 (0,2 MPa), 4 kg/cm 2 (0,4 MPa) ou 15 kg/cm 2 (1 ,5 MPa). Pour résister à ces pressions, la paroi 32 est réalisée dans un matériau dur tel que du verre.

[0043] La zone ruptible 40 permet de détacher le bouchon 38 et donc de libérer la fumée 36 emprisonnée à l'intérieur de l'enceinte 34. Par « zone ruptible », on désigne une zone d'une paroi qui peut être cassée directement à la main par un consommateur.

[0044] Les dimensions extérieures de la paroi 32 sont choisies et conformées de manière à former un embout qui puisse être emmanché en force dans le canal 16. Par exemple, la dosette 30 s'étend le long d'un axe de révolution 42 qui passe par le bouchon 38. Le diamètre de la paroi 32 décroît progressivement au fur et à mesure que l'on s'approche du bouchon 38 de manière à former l'embout destiné apte à être introduit à l'intérieur du canal 16. Cet embout s'étend d'une section transversale, dont le diamètre est strictement supérieur à la plus grande largeur de la petite section du canal 16, vers le bouchon 38 dont la section transversale est strictement inférieure à la plus grande largeur de la plus petite section du canal 16. [0045] La fabrication et l'utilisation de l'emballage 2 et de la dosette 30 vont maintenant être décrites plus en détail en regard du procédé de la figure 3. [0046] Initialement, lors d'une étape 50, le produit à fumer est préparé. Par exemple, lors de cette étape 50, le produit 4 est salé et assaisonné puis disposé sur un tissu absorbant les exsudats de salage. Ensuite, le produit ainsi préparé est emballé sous vide puis laissé au repos pendant une durée suffisante. Par exemple, la durée est de 48 heures. Le tissu absorbant permet d'absorber les exsudats du produit 4 sans dessécher ce produit. Ensuite, l'emballage sous vide est ouvert et le tissu absorbant est retiré. Le produit ainsi préparé peut éventuellement être découpé en portions plus petites. [0047] Ensuite, le produit préparé, lors d'une étape 52, est introduit à l'intérieur de l'enveloppe 10. L'enveloppe 10 utilisée lors de cette étape peut être la même que celle utilisée lors de l'étape de préparation 50 ou être une nouvelle enveloppe. [0048] Lors d'une étape 54, le vide est réalisé à l'intérieur de l'enveloppe 10 puis cette enveloppe est fermée de façon étanche de manière à maintenir l'emballage sous vide. Lors de cette étape, la pression à l'intérieur de l'enveloppe 10 est rendue inférieure à 0,05 MPa et, de préférence, inférieure à 0,02 MPa. [0049] Le produit ainsi conditionné est alors distribué, lors d'une étape 56, vers les consommateurs. [0050] En parallèle, la fumée destinée au fumage du produit 4 est conditionnée dans la dosette 30.

[0051] Lors d'une étape 58, la fumée aromatique est générée. Par exemple, elle est générée à partir de corps ligneux tels que des sarments de vigne ou d'autres essences de végétaux. Lors de cette étape, la fumée aromatique est éventuellement filtrée pour retirer les éléments non souhaités tels que du goudron, de la suie ou d'autres particules salissantes.

[0052] Ensuite, lors d'une étape 60, la fumée générée est compressée et introduite sous pression dans la dosette 30.

[0053] Lors d'une étape 62, après que la fumée ait été introduite à l'intérieur de la dosette 30, le bouchon 38 est formé de manière à fermer de façon étanche l'enceinte 34. Par exemple, la fabrication des dosettes 30 est réalisée à l'aide d'un procédé similaire à ceux utilisés pour conditionner des médicaments à l'intérieur d'ampoules en verre.

[0054] Ensuite, lors d'une étape 64, la dosette ainsi fabriquée est distribuée vers les consommateurs indépendamment des emballages 2. [0055] De préférence, des dosettes contenant différentes fumées aromatiques sont réalisées. Ainsi, le consommateur achète, d'un côté, le produit 4 contenu dans l'emballage 2 et, de l'autre côté, choisit la fumée aromatique qu'il souhaite utiliser pour fumer le produit 4. [0056] Une fois que le consommateur s'est procuré le produit 4 dans l'emballage 2 et une dosette 30, il procède à une étape 68 d'introduction dans l'emballage 2 de la fumée 36 de manière à ce que l'emballage retienne la fumée 36 en contact avec le produit 4 pendant le temps nécessaire à son fumage. Pour cela, l'enceinte 34 est mise en communication fluidique avec l'intérieur de l'enveloppe 10. [0057] Par exemple, le consommateur emmanche la dosette 30 dans le canal 16 jusqu'à ce que le bouchon 38 fasse saillie au-delà de la plus petite section du canal 16. Pour cela, le consommateur découpe à l'aide d'un ciseau une ouverture du côté de la plus grande section du canal 16 dans l'enveloppe 10. Il introduit la dosette 30 par l'intermédiaire de cette ouverture dans le canal 16 et la pousse jusqu'à ce que la dosette 30 soit emmanchée dans le canal 16. Dans cet état, l'embout 38 fait saillie au-delà de la plus petite section du canal 16. Pendant cette opération, l'air ambiant ne pénètre pas à l'intérieur de l'enveloppe 10. En effet, la pression à l'intérieur de l'enveloppe 10 est très nettement inférieure à la pression atmosphérique. Ainsi, les faces inférieure et supérieure de l'enveloppe 10 sont plaquées hermétiquement l'une contre l'autre sous l'effet de la pression atmosphérique. Dès lors, le simple fait de découper à l'aide d'un ciseau une ouverture du côté de la plus grande section du canal 16 ne permet pas de décoller suffisamment la face inférieure de la face supérieure pour permettre à l'air ambiant de s'introduire à l'intérieur de l'enveloppe 10. [0058] Ensuite, le consommateur déclenche l'introduction de la fumée à l'intérieur de l'enveloppe 10 en détachant le bouchon 38 de l'enceinte 34. A cet effet, il brise la zone ruptible 40 avec ses mains en déformant l'enveloppe 10. Etant donné que la fumée 36 est contenue sous pression à l'intérieur de la dosette 30, celle-ci se répand à l'intérieur de l'enveloppe 10. [0059] Ensuite, dans ce mode de réalisation, la dosette 30 est laissée en place. [0060] Lors d'une étape 70, l'enveloppe 10 retient alors la fumée en contact avec le produit 4 pendant le temps nécessaire à son fumage. Le temps nécessaires au fumage est supérieur à 5 min et, de préférence, supérieur à une 1/2 heure. De préférence également, le temps de fumage n'excède pas 12 heures. [0061] Lorsque le consommateur estime que le fumage a assez duré, celui-ci ouvre, lors d'une étape 72, l'emballage 2. La fumée s'échappe alors de l'emballage 2 et le consommateur retire le produit 4 de l'emballage 2. Le produit 4 est alors prêt à être consommé.

[0062] De nombreux autres modes de réalisation de la dosette de fumée sont possibles. Par exemple, la figure 4 représente une dosette 80 de fumée identique à la dosette 30 à l'exception qu'elle comporte une valve 82 destinée à permettre l'introduction de la fumée 36 sous pression à l'intérieur de l'enceinte 34 puis à retenir cette fumée sous pression à l'intérieur de cette enceinte lors de la distribution de la dosette 80 vers les consommateurs. Par exemple, la valve 82 est formée d'un joint 84 entourant une ouverture ménagée dans la paroi 32. Une bille 86 est repoussée sur le joint 84 par la fumée 36 sous pression pour obturer hermétiquement l'enceinte 34. Lorsque l'enceinte 34 est vide, la bille 86 n'obture pas l'ouverture ménagée dans l'enceinte 34 de sorte que de la fumée sous pression peut être introduite. Lorsque la pression de la fumée emprisonnée dans l'enceinte 34 est suffisante, celle-ci repousse la bille 86 vers le joint 84, ce qui obture ainsi l'ouverture ménagée dans la paroi 32. La fumée 36 est dès lors emprisonnée sous pression à l'intérieur de la dosette 80. [0063] La figure 5 représente un autre mode de réalisation d'une dosette 90 combinée à un autre mode de réalisation d'un emballage 92. L'emballage 92 diffère de l'emballage 2 par le fait que le connecteur 14 est remplacé par un connecteur 94. Le connecteur 94 est un connecteur permettant de clipser ou de visser un embout 96 de la dosette 90 de manière à mettre en communication fluidique l'intérieur de la dosette 90 avec l'intérieur de l'emballage 92. Par exemple, le connecteur 94 comporte un pointeau qui repousse une bille obturant hermétiquement la dosette 90 au fur et à mesure que l'embout 96 est vissé sur le connecteur 94. De nombreux autres connecteurs connus sont susceptibles d'être utilisés à la place du connecteur 94. Par exemple, de tels connecteurs sont utilisés dans les poches de sang collectées auprès de donneurs.

[0064] Pour simplifier la réalisation du connecteur 14 ou 94, celui-ci ne comprend pas de valve anti-retour. Cette fonction est assurée par la dosette qui, lors du fumage du produit 4, reste solidaire du connecteur pour retenir la fumée à l'intérieur de l'emballage 92.

[0065] De nombreux autres modes de réalisation de l'emballage sont également possibles. Par exemple, la figure 6 représente un emballage 100 identique à l'emballage 2 à l'exception du fait que le connecteur 14 est remplacé par une dosette 102 de fumée logée à l'intérieur de l'enveloppe 10. La dosette 102 comporte une zone ruptible 104 de manière à permettre la libération de la fumée à l'intérieur de l'enveloppe 10.

[0066] Par exemple, l'intérieur de l'enveloppe 10 est partitionné en deux compartiements 106 et 108. La dosette 102 est retenue à l'intérieur du compartiment 106. Le compartiment 108 contient le produit 4. Ces compartiments 106 et 108 sont en communication fluidique par l'intermédiaire d'une ouverture 110. Les dimensions de l'ouverture 110 sont suffisamment petites pour retenir l'ensemble des parties formant la dosette 102 à l'intérieur du compartiment 106 même après la rupture de la zone ruptible 104. Ainsi, le compartiment 106 empêche que des morceaux de la dosette 102 ne viennent contaminer le produit 4. [0067] Dans ce mode de réalisation, le produit 4, l'emballage 100 et la dosette 102 sont distribués en même temps vers le consommateur. Le consommateur peut déclencher l'introduction de la fumée dans le logement 108 en cassant la zone ruptible 104. La fumée s'échappe alors de la dosette 102 pour remplir le compartiment 108 en passant par l'ouverture 110. [0068] Dans ce mode de réalisation, il n'est pas nécessaire de prévoir un connecteur dans l'enveloppe 10 puisque la dosette 102 est contenue à l'intérieur de cette enveloppe.

[0069] Dans le mode de réalisation de la figure 6, la dosette 102 est réalisée dans un matériau, tel que du verre, différent de celui de l'enveloppe 10. [0070] La figure 7 représente un emballage 120 identique à l'emballage 100 à l'exception que la dosette 102 et le compartiment 106 sont remplacés par une dosette 122 ne formant qu'un seul bloc de matière avec l'enveloppe 10. Dans ce mode de réalisation, la dosette 122 est une bulle de fumée emprisonnée entre des parois de l'enveloppe 10. Par exemple, les parois de la dosette 122 sont réalisées par thermosoudage de faces opposées de l'enveloppe 10. Au moins l'une des parois de l'enveloppe 122 est suffisamment fragile pour former une zone ruptible en contact avec le compartiment 108 contenant le produit 4. [0071] Ainsi, dans ce mode de réalisation, l'utilisateur introduit la fumée dans le compartiment 108 en faisant éclater la bulle 122. Pour cela, par exemple, il appuie avec son doigt ou ses mains sur cette bulle 122.

[0072] A titre d'illustration, l'emballage 120 a été représenté dans le cas particulier où il comporte plusieurs dosettes fluidiquement indépendantes les unes des autres. Chacune de ces dosettes est réalisée de façon similaire à la dosette 122. Pour simplifier l'illustration, seules deux dosettes supplémentaires 124 et 126 ont été représentées. Ces dosettes supplémentaires peuvent contenir chacune une fumée différente de la dosette 122. Ainsi, le consommateur peut choisir la dosette qu'il casse et donc la fumée aromatique qu'il utilise pour fumer le produit 4. [0073] En variante, chacune de ces dosettes comprend la même fumée. Dans ce cas, le consommateur peut ajuster la quantité de fumée utilisée pour fumer le produit 4 en cassant une ou plusieurs des dosettes 122 à 126.

[0074] Les bulles de fumée emprisonnées dans l'enveloppe 10 pour former les dosettes sont de préférence réalisées avant l'introduction du produit 4 à l'intérieur de l'enveloppe 10. Avantageusement, ces bulles de fumée sont réalisées lors de la fabrication de l'enveloppe 10.

[0075] II n'est pas nécessaire que le produit 4 soit distribué dans un emballage sous vide. Ce qui a été décrit s'applique également au cas où la dosette est mise en communication fluidique avec un emballage contenant un produit non conditionné sous vide mais simplement à la pression atmosphérique. [0076] La dosette peut être incorporée à l'emballage de manière à pouvoir en être détachée manuellement afin de réaliser l'introduction de la fumée à l'intérieur de l'emballage d'une façon similaire à ce qui a été décrit en regard du procédé de la figure 3. [0077] Lorsque l'emballage incorpore la dosette, il peut incorporer une ou plusieurs dosettes comme décrit en regard de la figure 7.

[0078] La zone ruptible de la dosette peut être remplacée par un opercule détachable propre à retenir la fumée à l'intérieur de la dosette pendant sa distribution. Cet opercule peut être détaché ou crevé manuellement par le consommateur pour introduire la fumée à l'intérieur de l'emballage. Par exemple, l'opercule est collé sur une ouverture de la paroi de la dosette pour l'obturer de façon hermétique à la fumée. [0079] Les soudures décrites ici peuvent être obtenues par d'autres procédés que le thermo-soudage. Par exemple, un adhésif ou un caoutchouc ou encore une fermeture à glissière ou par emboîtement de formes complémentaires peuvent être utilisés à cette fin. [0080] En variante, l'emballage comprend une vanne pour permettre l'échappement de la fumée retenue à l'intérieur de l'enveloppe 10.

[0081] L'enveloppe 10 a été décrite dans le cas particulier où il s'agit d'un sac en matériau plastique. Toutefois, ce qui a été décrit ci-dessus s'applique également au cas d'un emballage rigide ou semi-rigide. Par exemple, l'enveloppe 10 est remplacée par une boîte en plastique.

[0082] L'emballage peut également être réalisé dans un matériau résistant à la cuisson. Ainsi, le produit 4 fumé peut, en plus, être cuit dans son emballage. [0083] Plusieurs produits 4 à fumer peuvent être logés dans le même emballage. [0084] Le procédé de fumage et de conditionnement décrit ici s'applique à tout produit comestible ou non.

[0085] Le consommateur est ici la personne qui réalise le fumage. Cette personne n'est donc pas nécessairement la même personne que celle qui va consommer le produit fumé. Par exemple, le consommateur peut être un détaillant ou un restaurateur qui revend ensuite le produit fumé.