Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD AND SYSTEM FOR MANAGING A MAINTENANCE TASK OF A MOTOR VEHICLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/001618
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a distributed system (100) for managing a maintenance task of a motor vehicle and to a method for managing a maintenance task of a motor vehicle implemented by means of such a system.

Inventors:
LECOINTE PIERRE (FR)
Application Number:
FR2020/051127
Publication Date:
January 07, 2021
Filing Date:
June 29, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PSA AUTOMOBILES SA (FR)
International Classes:
G06F9/54; B60R16/023
Domestic Patent References:
WO2006055289A22006-05-26
Foreign References:
US20010002450A12001-05-31
US20160147488A12016-05-26
Other References:
WANG J F ET AL: "Remote sensing, diagnosis and collaborative maintenance with Web-enabled virtual instruments and mini-servers", THE INTERNATIONAL JOURNAL OF ADVANCED MANUFACTURING TECHNOLOGY, SPRINGER, LONDON, vol. 24, no. 9, 1 November 2004 (2004-11-01), pages 764 - 772, XP035858046, ISSN: 0268-3768, [retrieved on 20041101], DOI: 10.1007/S00170-003-1753-4
Attorney, Agent or Firm:
JEANNIN, Laurent (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS :

1. Système distribué (100) pour gérer une tâche de maintenance d’un véhicule automobile, caractérisé en ce que le système comprend : · un premier dispositif informatique (101) sur lequel un module client (102) est exécuté, le module client étant configuré pour interagir avec une interface de communication (103) qui peut être connectée à un équipement de diagnostic embarqué d’un véhicule automobile et

· un premier serveur (105) configuré pour contrôler une interface graphique (104) générée sur un écran du premier dispositif informatique et des interactions entre le module client (102) et l’interface de communication (103) en fonction de données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique (106) transmises par un deuxième serveur

(107) configuré pour interagir avec le deuxième dispositif informatique (106) afin de transmettre les données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique (106).

2. Système selon la revendication 1, caractérisé en ce que le premier serveur (105) est configuré pour interagir avec une source de données distante (109) et/ou un troisième serveur (108) pour acquérir le module client (102).

3. Système selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le premier serveur (105) est configuré pour interagir avec un portail (110) accessible au moyen d’un navigateur. 4. Système selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que l’interface graphique (104) est générée au moyen d’un navigateur. 5. Système selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le premier (101) et/ou le deuxième (106) dispositif informatique est un appareil électronique portable.

6. Système selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le deuxième serveur (107) est configuré pour contrôler une reproduction (111) de l’interface graphique (104) sur un écran du deuxième dispositif informatique (106) et surveiller les opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique sont effectuées en regard de la reproduction (111).

7. Procédé de gestion d’une tâche de maintenance d’un véhicule automobile, caractérisé en ce que le procédé est mis en œuvre au moyen d’un système (100) selon l’une des revendications précédentes et qu’il comprend les étapes de :

• recevoir, par le premier serveur (105), des données caractérisant une requête de mise en œuvre d’une tâche de maintenance en lien avec le premier dispositif informatique (101),

• transmettre, par le premier serveur (105), des données pour générer l’interface graphique (104) au premier dispositif informatique (101),

• déterminer, par le premier serveur (105), des données caractérisant la disponibilité du deuxième dispositif informatique (106),

• recevoir, par le premier serveur (105), des données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique (106) transmises par le deuxième serveur (107), • contrôler, par le premier serveur (105), l’interface graphique (104) et des interactions entre le module client (102) et l’interface de communication (103) en fonction des données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique (106).

8. Procédé selon la revendication 7, caractérisé en ce que le procédé comprend les étapes de :

• déterminer, par le premier serveur (105), des données caractérisant le module client (102) en fonction des données caractérisant une requête de mise en œuvre d’une tâche de maintenance et/ou

• acquérir le module client en interagissant avec une source de données distante (109) et/ou le troisième serveur (108).

9. Procédé selon l’une des revendications 7 ou 8, caractérisé en ce que le procédé comprend une étape consistant à transmettre, par le premier serveur (105), des données pour reproduire l’interface graphique (104) sur un écran du deuxième dispositif informatique (106) au deuxième serveur (107).

10. Procédé selon l’une des revendications 7-9, caractérisé en ce que le procédé comprend une étape consistant à recevoir, par le premier serveur (105), des données caractérisant au moins un droit à requérir un service d’assistance particulier.

Description:
DESCRIPTION

TITRE : Procédé et système pour gérer une tâche de maintenance d’un véhicule automobile

Domaine technique de l’invention

La présente invention concerne le domaine des systèmes pour gérer des tâches de maintenance de véhicules automobiles. L’invention porte notamment sur un système distribué pour gérer une tâche de maintenance d’un véhicule automobile ainsi que sur un procédé mis en œuvre au moyen d’un tel système. L’invention s’applique notamment à la gestion de tâches de maintenance de voitures de tourisme.

Etat de la technique antérieure

On sait que, souvent, les tâches de maintenance des véhicules automobiles actuels réalisées après-vente imposent la nécessité de connecter des outils informatiques aux équipements de diagnostic et/ou de maintenance embarqués à bord des véhicules (e.g. prise OBD). Généralement, de tels outils informatiques se présentent sous la forme d’ordinateurs portables, de tablettes tactiles ou autres appareils informatiques portables qui exécutent, la plupart du temps de manière autonome, un ou plusieurs logiciels permettant la gestion de tâches de maintenance et qui permettent en particulier de communiquer avec les équipements de diagnostic embarqués des véhicules en y étant connectés par le biais de câbles ou, plus récemment, sans fil, au moyen d’interfaces de communication pour véhicules automobiles (ou VCI selon l’acronyme anglais pour « Vehicle Communication Interface ») et de la mise en œuvre de protocoles de communication par signaux radiofréquences (e.g. Wifi, Bluetooth, Zigbee, etc.). Dans ce cas, c’est donc généralement un simple appareil électronique qui contrôle conjointement une interface graphique présentée sur un écran, les interactions avec l’interface de communication connectée au véhicule et les opérations relatives aux tâches de maintenance (e.g. diagnostic de panne, mises à jour, etc.). Ceci implique que ces appareils doivent avoir des ressources de calcul importantes. Or, compte tenu de l’utilisation qui est censée être faite de ces appareils, ils sont par définition destinés à rester le plus léger possible, ce qui ne favorise évidemment pas leur capacité à être puissant, et ce malgré un contexte d’utilisation où, les tâches de maintenance à réaliser sur les véhicules devenant de plus complexes, les ressources de calcul nécessaires pour les mettre en œuvre sont inexorablement vouées à croître.

Par conséquent, si l’on s’en tient aux systèmes pour gérer la maintenance de véhicules automobiles actuels évoqués ci-dessus, à savoir les systèmes à fonctionnement purement local, on ne peut exclure, compte tenu de l’évolution croissante de la complexité des tâches de maintenance, une fréquence de renouvellement des appareils informatiques élevée et/ou la nécessité de les mettre couramment à jour, ce qui peut engendrer des périodes d’indisponibilité de ces appareils plus ou moins longues qui ne sont pas souhaitables.

De plus, un autre problème des systèmes actuels réside dans le fait que c’est donc généralement un seul et même outil informatique qui interagit avec l’interface de communication connectée au véhicule et qui génère une unique interface graphique qui permet de gérer les tâches de maintenance. Or, ces contraintes techniques interdisent toute évolution dans la manière de gérer les tâches de maintenance visant à permettre une gestion plus efficace, que ce soit du point de vue des coûts, des ressources consommées, de la qualité produite. On constate en effet que ces contraintes proscrivent par exemple la mise en œuvre de fonctionnalités de gestion collaborative de tâches de maintenance conjointement assumée par des techniciens sur site et des experts localisés à distance.

Résumé de l’invention

L’invention vise à pallier ces inconvénients. L’invention a en particulier pour but de fournir un procédé et un système qui contribuent pour diminuer la charge en ressources de calcul sur les appareils informatiques impliqués dans la gestion de tâches de maintenance qui se trouvent sur les sites où des tâches de maintenance sont réalisées et qui sont donc configurés pour, notamment, interagir avec des interfaces de communication connectées à des équipements de diagnostic embarqués à bord de véhicules automobiles. L’invention vise également à fournir un procédé et un système qui contribuent pour permettre à des techniciens sur site et des experts localisés à distance de gérer de manière collaborative, i.e. conjointement, des tâches de maintenance de véhicules automobiles au moyen d’interfaces de communication connectées aux véhicules.

Ces buts sont atteints, selon un premier objet de l’invention, au moyen d’un système distribué pour gérer une tâche de maintenance d’un véhicule automobile, le système comprenant :

• un premier dispositif informatique sur lequel un module client est exécuté, le module client étant configuré pour interagir avec une interface de communication qui peut être connectée à un équipement de diagnostic embarqué d’un véhicule automobile et

• un premier serveur configuré pour contrôler une interface graphique générée sur un écran du premier dispositif informatique et des interactions entre le module client et l’interface de communication en fonction de données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique transmises par un deuxième serveur configuré pour interagir avec le deuxième dispositif informatique afin de transmettre les données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique. Selon une variante, le premier serveur peut être configuré pour interagir avec une source de données distante et/ou un troisième serveur pour acquérir le module client.

Selon une autre variante, le premier serveur peut être configuré pour interagir avec un portail accessible au moyen d’un navigateur.

Selon une autre variante, l’interface graphique peut être générée au moyen d’un navigateur. Selon une autre variante, le premier et/ou le deuxième dispositif informatique peut être un appareil électronique portable.

L’invention a en outre pour objet un procédé de gestion d’une tâche de maintenance d’un véhicule automobile, le procédé étant mis en œuvre au moyen d’un système tel que décrit ci-dessus et comprenant les étapes de :

• recevoir, par le premier serveur, des données caractérisant une requête de mise en œuvre d’une tâche de maintenance en lien avec le premier dispositif informatique,

• transmettre, par le premier serveur, des données pour générer l’interface graphique au premier dispositif informatique,

• déterminer, par le premier serveur, des données caractérisant la disponibilité du deuxième dispositif informatique,

• recevoir, par le premier serveur, les données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique transmises par le deuxième serveur, • contrôler, par le premier serveur, l’interface graphique et des interactions entre le module client et l’interface de communication en fonction des données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique.

Selon une variante, le procédé peut comprendre les étapes de :

• déterminer, par le premier serveur, des données caractérisant le module client en fonction des données caractérisant une requête de mise en œuvre d’une tâche de maintenance et/ou

· acquérir le module client en interagissant avec une source de données distante et/ou le troisième serveur.

Selon une autre variante, le procédé peut comprendre une étape consistant à transmettre, par le premier serveur, des données pour reproduire l’interface graphique sur un écran du deuxième dispositif informatique au deuxième serveur.

Selon une autre variante, le procédé peut comprendre une étape consistant à recevoir, par le premier serveur, des données caractérisant au moins un droit à requérir un service d’assistance particulier.

Brève description des figures

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à l'examen de la description détaillée ci-après, et des dessins annexés, sur lesquels :

[Fig. 1] est un schéma fonctionnel d’un système selon l’invention et

[Fig. 2] est un organigramme illustrant certaines étapes d’un procédé de détermination selon l’invention. Description détaillée de l’invention Selon l’invention, un système 100 pour gérer une tâche de maintenance d’un véhicule automobile est un système distribué, tel que représenté à la figure 1, qui comprend un premier dispositif informatique 101 destiné à être opéré par un technicien sur site et sur lequel est exécuté un module client 102. Le module client 102 est configuré pour interagir, de préférence sans fil, avec une interface de communication 103 qui peut être connectée, par exemple branchée, à un équipement de diagnostic embarqué d’un véhicule automobile (e.g. prise OBD). Le système 100 comprend en outre un premier serveur 105 configuré pour générer et/ou contrôler une interface graphique 104 diffusée sur un écran du premier dispositif informatique, de préférence au moyen d’un navigateur, et les interactions entre le module client 102 et l’interface de communication 103 en fonction de données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique 106 destiné à être opéré par un expert distant et qui interagit avec un deuxième serveur 107 configuré pour contrôler une reproduction 111 de l’interface graphique 104 sur un écran du deuxième dispositif informatique 106 et surveiller les opérations effectuées au niveau de la reproduction 111. Le système 100 comprend en outre un portail 110, accessible au moyen d’un navigateur, et un troisième serveur 108 connecté à une source de données 109 qui sont configurés pour interagir avec le premier serveur 105. Tous ces éléments du système 100 communiquent par le biais d’équipements de réseaux de communication, privés ou publics (e.g. Internet), filaires ou sans fil, comme illustré schématiquement sur la figure par les flèches bidirectionnelles. En outre, selon un mode de réalisation particulier de l’invention, le premier 101 et/ou le deuxième dispositif informatique 106 est (sont) un (des) appareil(s) électronique(s) portable(s) (e.g. smartphone, tablette, etc.). Selon l’invention, tous les éléments décrits ci-dessus sont utilisés pour mettre en œuvre un procédé de gestion d’une tâche de maintenance d’un véhicule automobile, tel que décrit ci-dessous en lien avec la figure 2. Selon une première étape 201 du procédé selon l’invention, le premier serveur 105 reçoit des données caractérisant une requête de mise en œuvre d’une tâche de maintenance en lien avec le premier dispositif informatique 101. Tel est notamment le cas lorsqu’un technicien sur site opère un navigateur du premier dispositif informatique 101 pour accéder au portail 110 afin de lancer une tâche de maintenance pour un véhicule dont l’équipement de diagnostic embarqué (e.g. prise OBD) est connecté à l’interface de communication pour véhicules 103. Dans ce cas, le portail 110 génère les données caractérisant une requête de mise en œuvre d’une tâche de maintenance et les transmet au premier serveur 105. De manière avantageuse, ces données comprennent des données qui caractérisent des informations relatives au véhicule, par exemple sa marque, son numéro de châssis, etc. A réception de ces données, le premier serveur transmet le module client 102 au premier dispositif informatique 101. Alternativement, le premier serveur 105 réalise d’abord une étape subsidiaire au cours de laquelle il exploite les données caractérisant une requête de mise en œuvre d’une tâche de maintenance pour déterminer des données caractérisant le module client 102 et/ou acquérir le module client 102 en interagissant avec le troisième serveur 108 et/ou la source de données 109. En outre, selon une autre alternative, le premier serveur 105 réalise une autre étape subsidiaire au cours de laquelle il reçoit du portail 110 des données caractérisant un droit à requérir un service d’assistance particulier. Tel est par exemple le cas si le technicien a préalablement souscrit à un service d’assistance particulier en interagissant avec le portail 110. Dans ce cas, le premier serveur 105 tient compte aussi de ces données pour déterminer les données caractérisant le module client 102 et/ou pour acquérir le module client 102 en interagissant avec le troisième serveur 108 et/ou la source de données 109. Ainsi, au terme de cette première étape 201 du procédé selon l’invention, le module client 102 est téléchargé, installé et/ou exécuté sur le premier dispositif informatique 101. A ce stade, le technicien sur site peut donc opérer le premier dispositif informatique 101 pour gérer de manière autonome une tâche de maintenance en interagissant avec l’interface de communication 103 connectée au système de diagnostic et/ou de maintenance embarqué du véhicule. En outre, le premier dispositif informatique 101 peut également être opéré à ce stade par le technicien pour interagir avec le deuxième serveur 107, par exemple pour accéder au moyen d’un navigateur à une base de connaissance stockée sur le deuxième serveur 107.

Ensuite, selon une deuxième étape 202 du procédé selon l’invention, le premier serveur 105 transmet des données permettant de générer l’interface graphique 104 au premier dispositif informatique 101. Tel est par exemple le cas lorsque le technicien sur site lance une opération relative à une tâche de maintenance (e.g. lecture de codes défauts, contrôle circuit de climatisation etc.) qui est exécutée sur requête du premier dispositif 101 par le premier serveur 105 et dont les résultats sont diffusés sur l’interface graphique 104.

Ensuite, selon une troisième étape 203 du procédé selon l’invention, le premier serveur 105 détermine des données caractérisant la disponibilité du deuxième dispositif informatique 106. En d’autres termes, au cours de cette étape, le premier serveur 105 vérifie si un expert opérant le deuxième dispositif informatique est connecté au deuxième serveur 107. Pour ce faire, le premier serveur 105 peut régulièrement soumettre une requête au deuxième serveur 107 qui engendre une transmission par ce dernier de données caractérisant la disponibilité d’une pluralité de dispositifs informatiques connectés. Ensuite, selon une quatrième étape 204 du procédé selon l’invention, le premier serveur 105 reçoit des données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique transmises par le deuxième serveur 107. Tel est notamment le cas lorsque le technicien sur site a interagi avec l’interface graphique 104 pour lancer un processus de gestion de maintenance collaborative. Dans ce contexte, selon un exemple, le premier dispositif informatique 101 a d’abord transmis au premier serveur 105 des données caractérisant une requête de mise en œuvre d’un processus de gestion collaborative. Ensuite, le premier serveur 105 a informé le deuxième serveur 107 de la disponibilité d’une mission d’assistance puis, en retour, a été informé par le deuxième serveur 107 de l’acceptation de la mission d’assistance par le deuxième dispositif informatique 106. Le premier serveur 105 a alors transmis au deuxième serveur 107 des données qui ont permis au deuxième serveur 107 de contrôler une reproduction 111, i.e. une copie conforme en tout point, de l’interface graphique 104 sur un écran du deuxième dispositif informatique 106. Ensuite, lorsque des opérations ont été effectuées en regard de la reproduction 111, les données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique ont été générées et transmises au premier serveur 105 par le deuxième serveur 107.

Enfin, au cours d’une cinquième étape 205 du procédé selon l’invention, le premier serveur 105 contrôle l’interface graphique 104 générée sur l’écran du premier dispositif informatique 101 et des interactions entre le module client 102 et l’interface de communication 103 en fonction des données caractérisant des opérations effectuées au niveau d’un deuxième dispositif informatique. Ainsi, pour ce qui est des opérations induites par les tâches de maintenance (e.g. instructions de commande/requêtes informatiques vers le véhicule et ses calculateurs), le premier serveur 105 assume au cours de cette étape un rôle de passerelle, de manière transparente pour le technicien sur site, entre le deuxième dispositif 106 et l’interface de communication 103. Ainsi, le deuxième dispositif informatique 106 peut interagir directement avec l’équipement de diagnostic embarqué du véhicule. En outre, le premier serveur 105 assume également un autre rôle qui consiste à restituer les opérations effectuées au niveau du deuxième dispositif informatique 106 sur l’interface graphique 104 diffusée sur l’écran du premier dispositif informatique 101. Ainsi, selon l’invention, c’est le premier serveur 105 qui assume pleinement la charge en ressources de calcul nécessaires à la mise en œuvre des tâches de maintenance (e.g. diagnostic de panne). Au contraire, les ressources de calcul du premier dispositif informatique 101 peuvent restées réduites dans la mesure où celui-ci reste limité, selon l’invention, à la diffusion de l’interface graphique 104 et à la gestion des interactions avec l’interface de communication 103.

Par conséquent, aux termes du système et du procédé selon l’invention, une moindre charge en ressource de calcul est imposée sur les appareils informatiques impliqués dans la gestion de tâches de maintenance qui se trouvent sur des sites où les tâches de maintenance sont réalisées. En outre, le système et le procédé selon l’invention permettent la mise en œuvre de fonctionnalités de gestion collaborative de tâches de maintenance conjointement assumée par des techniciens sur site et des experts localisés à distance, ce qui contribue indéniablement à faciliter une amélioration de l’efficacité de la gestion de ces tâches complexes.