Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR THERMAL RENOVATION OF A BUILDING
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/145030
Kind Code:
A1
Abstract:
Disclosed is a method for the thermal renovation of a building, comprising the robotized installation, on at least part of the facade (F) of the building, of a mineral thermal insulating material (24) and/or a reinforcement (100) or skin (40) covering the insulation (24).

Inventors:
TUAL EMMANUEL (FR)
BAHON DAMIEN (FR)
TROCME MAXIME (FR)
Application Number:
EP2018/051723
Publication Date:
August 01, 2019
Filing Date:
January 24, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VINCI CONSTRUCTION (FR)
International Classes:
E04B1/76
Domestic Patent References:
WO2014188221A22014-11-27
WO2014188221A22014-11-27
Foreign References:
DE19710784A11998-10-01
US20030140588A12003-07-31
DE19544713A11997-06-05
DE19710784A11998-10-01
US20030140588A12003-07-31
Attorney, Agent or Firm:
TANTY, F. (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Procédé de rénovation thermique d’un bâtiment, comportant la pose robotisée sur au moins une partie de la façade (F) du bâtiment d’un matériau isolant thermique minéral (24) et/ou d’une armature (100) ou peau (40) recouvrant l’isolant (24).

2. Procédé selon la revendication 1, comportant la pose robotisée du matériau isolant thermique (24).

3. Procédé selon Tune des revendications 1 et 2, le matériau isolant (24) étant déposé sous forme fluide sur la façade.

4. Procédé selon la revendication 3, le matériau isolant (24) étant déposé par couches successives.

5. Procédé selon Tune quelconque des revendications précédentes, le matériau isolant étant mis en place par un balayage robotisé de la façade par au moins une tête d’application du matériau.

6. Procédé selon Tune quelconque des revendications précédentes, le matériau isolant étant déposé au moins partiellement sur la façade préalablement à la mise en place d’une armature ou peau.

7. Procédé selon Tune quelconque des revendications précédentes, comportant la pose robotisée de l’armature et/ou de la peau.

8. Procédé selon Tune quelconque des revendications précédentes, la peau ou armature étant déposée en étant déroulée depuis une bobine (41) le long de la façade.

9. Procédé selon la revendication 8, l’armature (100) étant générée à l’aide d’un ou plusieurs filins tendus entre des connecteurs (22) fixés sur la façade.

10. Procédé selon Tune quelconque des revendications précédentes, comportant le perçage robotisé de trous (20) de fixation de connecteurs (22) sur la façade, ces connecteurs servant à la fixation de l’armature et/ou de la peau sur la façade.

11. Procédé selon la revendication précédente, le perçage comportant la réalisation de plusieurs trous simultanément.

12. Procédé selon Tune quelconque des revendications précédentes, sans rattachement à la revendication 6, l’armature (100) étant posée sur la façade puis le matériau isolant (24) déposé sur la façade ainsi munie de l’armature.

13. Procédé selon l’une quelconque des revendications précédentes, l’armature comportant un treillis métallique.

14. Procédé selon l’une quelconque des revendications précédentes, la peau (40) étant une peau armée.

15. Procédé selon l’une quelconque des revendications précédentes, la pose de l’armature et/ou de la peau, et celle du matériau isolant, étant réalisées à l’aide d’un même robot déplacé sur la façade.

16. Procédé selon la revendication précédente, le robot comportant un étage (31) de réalisation de perçages (20), un étage (51) de pose de l’armature et/ou de la peau, un étage (60) de pose de connecteurs dans les perçages et un étage (37) d'application du matériau isolant, ces étages se succédant dans la direction d’avancement du robot relativement à la façade, selon l’ordre dans lequel les opérations doivent être réalisées.

17. Procédé selon l’une quelconque des revendications précédentes, le robot étant déplacé sur la façade à l’aide d’une structure de support comportant des colonnes verticales (90) et une traverse horizontale (93) pouvant se déplacer verticalement sur les colonnes et sur laquelle le robot de pose de l’armature et/ou de la peau et/ou d’application d’un matériau isolant peut se mouvoir.

18. Procédé selon la revendication précédente, la structure de support comportant un guide permettant au robot de se déplacer en profondeur relativement à la façade.

19. Procédé selon l’une quelconque des revendications précédentes, comportant un scan préalable d’une partie au moins de la façade, notamment à l’aide d’un drone, ou à partir d’un point fixe ou à partir du robot lui-même, et la génération d’instructions de déplacement du robot à partir de ce scan.

20. Procédé selon l’une quelconque des revendications précédentes, un scan en temps réel d’une partie au moins de la façade étant réalisé pour effectuer un contrôle géométrique des travaux et le robot est piloté en temps réel en fonction au moins de ce scan pour la mise en place des éléments successifs sur la façade.

21. Système robotisé pour la mise en œuvre du procédé selon l’une quelconque des revendications précédentes, comportant un robot et une structure de support du robot permettant à ce dernier de se déplacer relativement à la façade, le robot comportant l’un au moins d'un système de pose d’une armature et/ou d’une peau et d’un système applicateur d’un matériau isolant thermique sur la façade.

22. Robot pour la mise en œuvre du procédé selon l’une quelconque des revendications 1 à 20, comportant un moyen d’application d’un matériau isolant thermique et un moyen de pose d’une armature et/ ou d’une peau, ces moyens d’application et de pose étant décalés dans une direction selon laquelle le robot peut se déplacer sur la façade.

23. Robot selon la revendication 22, le moyen d’application du matériau isolant thermique étant agencé pour déposer plusieurs couches successives dudit matériau.

24. Robot selon l’une des revendications 22 et 23, comportant un moyen de perçage de plusieurs trous simultanément sur la façade, en amont de l’application du matériau isolant thermique.

Description:
PROCEDE DE RENOVATION THERMIQUE D'UN BATIMENT

La présente invention concerne la rénovation thermique des bâtiments et plus particulièrement l’isolation thermique par l’extérieur (IDE).

De façon à réduire la consommation énergétique des bâtiments, il est désormais courant, voire obligatoire dans certains cas, d'isoler thermiquement les façades des bâtiments.

La rénovation consiste souvent, après installation d’un échafaudage, à poser un isolant thermique tel que de la laine de roche ou du polystyrène en plaques, fixé à la façade par des fixations mécaniques dans la maçonnerie ou la façade en béton, et à recouvrir l’ensemble par une toile de verre et un enduit minéral.

L’isolation thermique par l’extérieur est ainsi dans le cadre de la rénovation de bâtiments une opération consommatrice de main d’œuvre et relativement coûteuse. De plus, l’intervention sur le bâtiment s’accompagne de nuisances sonores et visuelles liées à la présence de l’échafaudage, sur une période assez importante.

La demande WO2014/188221 divulgue un système robotisé pour la pose d’un matériau isolant thermique tel qu’une mousse de polyuréthane.

Les demandes DE 197110184 et US2003/140588 évoquent la possibilité d’automatiser les opérations, sans décrire concrètement le système robotisé qui serait utilisé pour ce faire.

L’invention vise à faciliter la rénovation thermique des bâtiments et a pour objet un procédé de rénovation thermique d’un bâtiment par l’extérieur, comportant la pose robotisée sur au moins une façade du bâtiment d’un matériau isolant thermique, avantageusement minéral, et/ou d’une armature ou peau de renfort de l’isolant.

Un tel procédé permet une mise en place rapide et fiable de l’isolation.

La pose d’un échafaudage est évitée.

Le temps d’intervention sur le bâtiment est ainsi réduit, ce qui profite aux occupants du bâtiment et permet de réduire le coût de l’opération.

La pose robotisée peut comporter les étapes consistant à :

- a) appliquer un matériau isolant thermique sur une partie au moins de la façade, - b) appliquer une armature et/ou une peau sur une partie au moins de la façade pour aider à la tenue du matériau isolant, cette armature et/ou peau étant appliquée en étant déroulée,

- c) fixer l’armature et/ou la peau mécaniquement à la façade à l’aide de connecteurs.

De préférence, la peau ou armature est progressivement déroulée, et l’application du matériau isolant s’effectue également progressivement, au fur et à mesure que la peau ou l’armature est déroulée.

L'étape c) peut avoir lieu après l'étape b).

L’étape b) de mise en place de l’armature ou de la peau sur la façade peut avoir lieu après l’étape a) d’application du matériau isolant sur la façade.

En variante, l’armature ou la peau est mise en place sur la façade et le matériau isolant thermique est appliqué sur la façade, en étant par exemple déversé par le dessus entre la peau et la façade ou appliqué sur la façade à travers des ouvertures de la peau ou de l’armature.

La pose robotisée peut concerner seulement le matériau isolant thermique, ou seulement l’armature ou la peau, mais de préférence, elle concerne à la fois le matériau isolant thermique et l’armature ou peau servant à maintenir le matériau isolant sur la façade. Ainsi, toutes les étapes a) à c) ci-dessus sont de préférence effectuées de façon robotisée. En variante, une seule ou deux d’entre elles le sont.

De préférence, le matériau isolant est déposé sous une forme fluide sur la façade. Le cas échéant, le matériau isolant peut être déposé selon un procédé additif, par couches successives. Les couches déposées peuvent être empilées verticalement, voire horizontalement également. Cela peut permettre de faire varier plus facilement l’épaisseur d’isolant en fonction par exemple de l’isolation à apporter localement. Ainsi, certaines parties du bâtiment sont par exemple déjà isolées de l’intérieur et nécessitent une isolation par l’extérieur moindre. Le fait de pouvoir faire varier la quantité d’isolant déposée localement pour l’adapter au besoin réel d’isolation peut permettre de diminuer localement la quantité d’isolant nécessaire, et de baisser la quantité de matière globale et donc le bilan carbone de l’ouvrage. Il est également possible d’accroître la quantité d’isolant en fonction de la localisation de ponts thermiques sur la façade. Dans le cas où la quantité d’isolant est déposée de façon variable sur la façade, il peut être utile de déterminer au préalable la quantité d’isolant à appliquer à partir de l’analyse de la façade par thermographie, par exemple à l’aide d’un scan de la façade réalisé à l’aide d’une caméra IR. Ce scan peut avoir lieu par exemple en même temps qu’un scan de la façade en lumière visible visant à déterminer les contours précis de la façade et des ouvertures, afin de générer des données permettant de commander le déplacement du système robotisé sur la façade.

Le matériau isolant peut être déposé sous une forme monocouche dans le sens de la profondeur, c'est-à-dire perpendiculairement à la façade.

Le matériau isolant peut être déposé au moins partiellement sur la façade préalablement à la mise en place d’une armature ou peau.

Il est particulièrement avantageux que l’isolant soit mis en place par un balayage robotisé de la façade par au moins une tête d’application du matériau.

De préférence, ce balayage consiste en un balayage vertical, avec par exemple un déplacement horizontal du système robotisé entre chaque plage verticale balayée. Un tel mode de déplacement du système robotisé permet, dans le cas où la peau ou armature est posée en étant déroulée, de maintenir facilement la bobine d’armature ou de peau avec son axe horizontal et d’introduire le matériau isolant par le dessus dans un espace formé entre d’une part la peau ou l’armature et d’autre part la façade.

Dans une variante, on réalise un balayage horizontal de la façade, avec un déplacement vertical de la tête d’application entre chaque aller-retour horizontal du moyen d’application de l’isolant.

Le robot peut être déplacé sur la façade à l’aide d’une structure de support comportant des colonnes verticales et une traverse horizontale pouvant se déplacer verticalement sur les colonnes et sur laquelle le robot de pose de l’armature et/ou de la peau et/ou d’application d’un matériau isolant peut se mouvoir. Le terme « colonne » ne doit pas être compris de façon limitative et couvre toute structure verticale de maintien, à l’aide de poutrelles métalliques par exemple, ou autrement.

La structure de support peut comporter un guide permetant au robot de se déplacer en profondeur relativement à la façade.

Le procédé selon l’invention peut comporter un scan préalable d’une partie au moins de la façade, notamment à l’aide d’un drone, et la génération d’instructions de déplacement du robot à partir de ce scan.

Le scan de la façade peut encore s’effectuer autrement, par exemple par laser, à partir d’un point fixe ou à partir du robot lui-même.

Le robot peut se déplacer de façon autonome sur la façade lors du déroulement des opérations d’isolation. Ainsi, dans un exemple de mise en œuvre de l’invention, un scan en temps réel d’une partie au moins de la façade est réalisé, pour effectuer un contrôle géométrique des travaux, et le robot est piloté en temps réel en fonction au moins de ce scan pour la mise en place des éléments successifs sur la façade.

Le robot peut comporter l’intelligence artificielle nécessaire à ce pilotage.

Matériau isolant thermique

De préférence, le matériau isolant thermique est minéral, étant par exemple constitué par un béton isolant. Des exemples de bétons isolants sont connus sous les références des bétons de granulats légers de classe LC 25/28 suivant la norme NF EN 206- l/CN.

De préférence, la masse volumique du matériau isolant est inférieure ou égale à 1500 kg m 3 , mieux à 1200 kg m 3 , encore mieux à 500 kg m 3 .

La résistance thermique de l’épaisseur de matériau isolant au sein de l’isolation réalisée est de préférence supérieure ou égale à 1 KW _1 m 2 , et de préférence à 2 KW _1 m 2 .

La conductivité thermique l du matériau isolant est de préférence inférieure ou égale à 0,9, mieux à 0,5 W/m.K, encore mieux à 0,45 W/m.K, mieux à 0,3 W/m.K, encore mieux à 0,2 W/m.K, mieux à 0,07 W m 1 K 1 .

Le matériau isolant peut être appliqué à l'état fluide et durcit après application.

En variante encore, le matériau isolant est mis en place en étant déroulé, étant stocké en bobine, étant par exemple de la laine de roche.

Armature

Le terme "armature" désigne toute structure contribuant à retenir le matériau isolant sur la façade.

L'armature peut être préfabriquée et posée sur la façade en étant déroulée à partir d'une bobine le long de la façade.

En variante, l'armature est formée in situ sur la façade, par exemple en tissant ou en tendant des filins sur des connecteurs préalablement fixés sur la façade.

Dans un exemple de mise en œuvre, l’armature est fixée sur la façade puis le matériau isolant est déposé sur la façade ainsi munie de l'armature. Dans ce cas, l'armature peut aider à maintenir le matériau isolant sur la façade alors que le matériau isolant n'est pas encore figé, le matériau isolant étant déposé à l'état fluide sur la façade.

L'armature peut comporter un treillis métallique.

Peau Par "peau", on désigne tout revêtement venant recouvrir au moins partiellement le matériau isolant thermique pour contribuer à son maintien sur la façade, notamment lorsque la peau est reliée par des connecteurs à la façade, et/ou pour servir de parement ou de surface de réception d’un enduit.

De préférence, la peau est renforcée, étant constituée par ou comportant par exemple des fibres en une matière à forte résistance mécanique telles que des fibres de verre ou d’une matière végétale ou polymère, par exemple des fibres de lin ou de polyamide. La peau peut ainsi être constituée par un tissu armé de fibres de verre.

La peau est de préférence déposée en étant déroulée à partir d'une bobine en amont de la façade.

Réalisation de perçages

Le procédé peut comporter le perçage, notamment robotisé, de trous de fixation de connecteurs sur la façade. Comme indiqué ci-dessus, ces connecteurs peuvent servir à fixer sur la façade l’armature et/ou la peau recouvrant l’isolant thermique.

De préférence, l'opération de perçage est effectuée en réalisant plusieurs trous simultanément, ce qui permet de diminuer la durée nécessaire à la réalisation de l’ensemble des perçages et ainsi les nuisances sonores durant les travaux.

De préférence, le parement, notamment lorsqu’il est sous forme de plaques, est fixé sur la façade à l’aide des mêmes connecteurs que ceux servant à maintenir la peau et/ou l’armature.

Déplacement du moyen de pose de l’armature ou peau et du moyen d’application de l’isolant

De préférence, la peau et/ou l’armature sont déroulées alors que l’on déplace relativement à la façade un moyen de pose de cette peau ou armature verticalement. Dans un exemple de mise en œuvre du procédé, la peau ou l’armature est stockée sous forme de bobine portée par un axe, de préférence horizontal, situé sous le niveau d’un moyen d’application du matériau isolant.

Le système robotisé peut être déplacé de diverses façons sur la façade.

De préférence, le procédé met en œuvre une structure de support permettant de déplacer le moyen de pose de la peau et/ou de l'armature et le moyen d’application de l’isolant sur la façade, notamment de façon à balayer celle-ci dans deux dimensions au moins, et de préférence avec une possibilité de déplacement en profondeur également, de façon à pouvoir contourner ou intervenir sur des balcons ou autres avancées du bâtiment, le cas échéant.

L'invention a encore pour objet, selon un autre de ses aspects, un système, de préférence robotisé, pour la rénovation thermique d'une partie au moins d’une façade, notamment pour la mise en œuvre du procédé tel que défini plus haut, comportant un robot et une structure de support du robot permettant à ce dernier de se déplacer relativement à la façade, le robot comportant l’un au moins un système de pose d’une armature et/ou d’une peau et d’un système applicateur d’un matériau isolant thermique sur la façade.

L'invention a encore pour objet un robot pour la mise en œuvre du procédé décrit plus haut, comportant un moyen d’application d’un matériau isolant thermique et un moyen de pose d’une armature et/ ou d’une peau, ces moyens d’application et de pose étant décalés dans une direction selon laquelle le robot peut se déplacer sur la façade.

Le moyen de pose de l’armature et/ou de la peau peut être agencé pour dérouler une bobine comportant l’armature ou la peau à l’état enroulé.

Le moyen d’application du matériau isolant thermique peut être agencé pour déposer plusieurs couches successives dudit matériau.

Le robot selon l'invention peut comporter un moyen de perçage de plusieurs trous simultanément sur la façade, en amont de l’application du matériau isolant thermique.

L’invention a encore pour objet un bâtiment rénové par la mise en œuvre du procédé défini plus haut, comportant un matériau isolant thermique recouvrant une partie au moins de la façade du bâtiment et l’un d’une armature et d’une peau, au contact du matériau isolant thermique.

L’invention pourra être mieux comprise à la lecture de la description détaillée qui va suivre, d'exemples de mise en œuvre non limitatifs de celle-ci, et à l'examen du dessin annexé, sur lequel :

- la figure 1 est un schéma en blocs illustrant différentes étapes d'un exemple de procédé selon l'invention,

- la figure 2 est une coupe transversale et schématique d'une façade rénovée selon l’invention,

- la figure 3 représente de manière schématique et en perspective un exemple de système robotisé pour la mise en œuvre du procédé,

- la figure 4 représente une variante de système robotisé, - la figure 5 illustre une façon de déplacer le système robotisé sur la façade,

- la figure 6 représente une variante de structure de support permettant de déplacer les moyens de pose et d’application sur la façade,

- la figure 7 représente un élément de protection pouvant être mis en place autour d'une ouverture, et

- la figure 8 est une vue analogue à la figure 2 d'une variante de façade rénovée.

On a représenté à la figure 2 un exemple de façade F isolée thermiquement par l’extérieur.

Cette isolation comporte une épaisseur e de matériau isolant thermique 24 tel que défini plus haut, s’étendant entre une peau 40 et la façade F.

La peau 40 peut recevoir extérieurement un enduit non représenté. Elle est maintenue sur la façade par des connecteurs 22 fixés dans des perçages 20 à l’aide d’une résine de scellement 21 introduite dans ces derniers.

Un exemple de procédé de rénovation thermique par l’extérieur selon l’invention, permettant de réaliser une telle isolation, peut comporter, comme illustré à la figure 1, une première étape 10 consistant à réaliser un scan de la façade à rénover.

Ce scan peut être réalisé par tout moyen technique adapté, par exemple à l’aide d'un drone qui vole face à la façade et qui balaye celle-ci pour enregistrer une ou plusieurs images qui sont ensuite traitées informatiquement pour isoler les contours de la façade et des ouvertures présentes sur celle-ci, et identifier tous éléments susceptibles de perturber la pose de l’isolant thermique.

Les images peuvent être prises autrement que par un drone, par exemple depuis le sol ou un immeuble voisin.

Le scan peut avoir lieu dans le domaine visible et éventuellement dans F IR pour mettre en évidence des déperditions thermiques locales, en vue par exemple de renforcer l’isolation à leur niveau.

Le scan permet de générer un fichier de travail permettant de commander de façon automatisée un système robotisé, éventuellement sous contrôle manuel.

En variante, un scan n'est pas réalisé et l'on utilise des données de conception assistée par ordinateur du bâtiment, notamment lorsque celui-ci est récent et que de telles données existent. En variante encore, le système robotisé est autonome et peut déterminer de lui- même les parties de la façade à traiter, en distinguant par exemple les ouvertures du reste de la façade.

Le cas échéant, il peut être procédé dans une étape 11 au nettoyage ou décapage préalable de la façade, si cela est nécessaire.

Cette opération est effectuée par exemple à l'aide d’un robot comportant au moins une tête permettant de projeter sur la façade de l’eau sous pression et/ou tout matériau permettant d'obtenir le résultat recherché. Cette étape de nettoyage ou de décapage peut être effectuée à l’aide du même système robotisé que celui servant à réaliser ultérieurement la pose de l’isolant ou de la peau et/ou armature. En variante, le nettoyage ou décapage est réalisé à l’aide d’un système robotisé différent. En variante encore, le nettoyage ou décapage n’est pas réalisé à l’aide d’un système robotisé, mais de façon manuelle.

Ensuite, on peut procéder dans une étape 12 à la réalisation des perçages 20 sur la façade. Ces perçages 20 sont par exemple régulièrement espacés, servant à la fixation des connecteurs 22 grâce à l’injection dans les perçages 20 de la résine de scellement 21. En variante, la fixation des connecteurs s’effectue sans résine de scellement, par exemple à l’aide de chevilles mécaniques.

L’étape 12 de réalisation des perçages 12 est de préférence effectuée avec le système robotisé, lequel est par exemple tel que comme décrit plus loin.

L’étape 12 de réalisation des perçages peut être suivie d’une étape 13 de mise en place de la peau 40, laquelle peut avoir la fonction d’aider à contenir le matériau isolant thermique 24 lors de son application à l’état fluide. Eventuellement, la peau 40 sert de surface de réception d’un enduit de finition, donnant à la façade son aspect extérieur définitif.

La mise en place de la peau 40 peut être suivie d’une étape 14 de fixation des connecteurs 22 dans les perçages, ces connecteurs 22 venant par exemple percer la peau lors de leur mise en place et comportant une tête de retenue de la peau.

Ensuite, l’isolant thermique 24 peut être appliqué sur la façade, en étant par exemple déversé par-dessus dans l’espace formé entre la peau 40 et la façade F. L'application de l'isolant 24 est alors monocouche. Le procédé peut comporter une étape ultérieure 16 de pose de plaques de parement à l’aide de fixations coopérant avec les connecteurs 22, ou d’application d’un enduit sur la peau 40.

Dans des variantes de mise en œuvre de l’invention, les étapes ci-dessus sont réalisées dans un ordre différent. Par exemple, l’isolant est appliqué sur la façade, par exemple sous forme monocouche ou par couches minces successives se superposant, puis une peau de parement ou une armature est mise en place sur l’isolant.

L'armature et/ou la peau peuvent être mises en place autrement qu'en étant déroulées.

On va maintenant décrire, en se référant à la figure 3, un exemple de système robotisé 30 permettant de réaliser de façon automatisée une partie au moins des étapes du procédé ci-dessus.

Ce système 30 comporte un robot comportant un moyen d’application 35 du matériau isolant 24, lequel est ainsi déposé à l’état fluide sur la façade, puis durcit sur site.

Il s’agit par exemple d’un isolant thermique minéral tel qu’un béton isolant de faible densité ou d’une mousse d’un matériau polymère, par exemple de polyuréthane.

La tête du moyen d’application 35 est par exemple montée sur un bras articulé 37 porté par une plateforme 38 du robot, ce qui permet de la positionner dans l’orientation convenant le mieux à l’application.

La plateforme 38 peut comporter comme illustré un moyen de support d’une bobine 41, permetant de dérouler progressivement la peau 40 le long de la façade lorsque la plateforme 38 se déplace verticalement.

L'application du matériau isolant 24 sur la façade peut s'effectuer avec un tel système alors que la partie déjà déroulée de la peau 40, qui s’étend sous le système 30, est déjà fixée sur la façade à l’aide des connecteurs 22.

La plateforme 38 peut être configurée pour se déplacer verticalement sur des colonnes 65, à l’aide d’un mécanisme d’entraînement, par exemple à crémaillère, non représenté.

De préférence, le système robotisé 30 est agencé pour effectuer, outre la pose de la peau 40 et l’application du matériau isolant 24, la réalisation des perçages 20 et la fixation des connecteurs 22. A cet effet, le système robotisé 30 peut comporter, comme illustré sur la figure 4, plusieurs étages d’équipements se succédant dans la direction d’avancement pour réaliser les différentes opérations.

Le système robotisé peut ainsi comporter, comme illustré à la figure 4, un étage 31 de réalisation des perçages, puis un étage 37 d'application du matériau isolant 24, un étage 51 de mise en place de la peau à partir de la bobine 41 et un étage 60 de mise en place des connecteurs 22.

L’étage 31 de réalisation des perçages comporte par exemple plusieurs perforateurs 32 travaillant simultanément. L’entre-axe entre ces perforateurs 32 peut être réglable de façon à s'adapter à la nature du parement, par exemple. Chaque perforateur 32 est ainsi avantageusement mobile horizontalement au sein du système robotisé 30.

L’étage 60 de mise en place des connecteurs peut comporter des dispositifs 61 de pose des connecteurs 22 qui sont par exemple au même nombre que les perforateurs 32 et sont situés à l'aplomb de ceux-ci, étant également mobiles horizontalement, le cas échéant, comme les perforateurs.

Lorsqu'une résine de scellement 21 doit être introduite dans les perçages 20 pour la fixation des connecteurs 22, le système robotisé 30 comporte en outre des injecteurs de résine, non apparents sur la figure, situés par exemple à un niveau intermédiaire entre ceux des étages 31 et 38.

Dans une variante, la fixation des connecteurs 22 dans les perçages 20 s'effectue de façon mécanique, sans nécessiter l'introduction d'une résine de scellement dans les perçages.

De nombreuses possibilités existent pour déplacer le robot sur la façade.

Dans la variante illustrée à la figure 5, la plateforme du robot est portée par des câbles 66 qui sont reliés à des mécanismes d'entraînement 68, lesquels se déplacent par exemple sur des colonnes verticales 70 le long de la façade.

Le déplacement selon les colonnes 70 permet de balayer verticalement la façade tandis qu’en agissant sur la longueur des câbles 66 on peut déplacer le système robotisé horizontalement.

On a représenté sur la figure 5 des ouvertures O réalisées dans la façade F, telles que des fenêtres. Ces ouvertures sont contournées par le système robotisé lors de l’application du matériau isolant 24. Un autre exemple de structure de support permettant de déplacer le système robotisé 30 sur la façade est représenté à la figure 6.

Dans cet exemple, la structure de support présente des colonnes verticales 90 pouvant se déplacer latéralement à leurs extrémités supérieures et inférieures sur des chariots 91. Ces derniers se déplacent par exemple sur des rails horizontaux 92.

De préférence, comme illustré, la structure de support comporte une traverse horizontale 93 reliant les deux colonnes 90, sur laquelle peut se déplacer la plateforme du robot de façon à balayer horizontalement la façade entre les colonnes 90.

De préférence, la structure de support est agencée pour permettre également un déplacement en profondeur, perpendiculairement à la façade, du robot, de façon par exemple à pouvoir contourner des balcons en saillie.

Il peut être utile de mettre en place sur la façade, au niveau des ouvertures O, des dispositifs de protection 80 tels que celui illustré à la figure 7, destinés à éviter au matériau isolant de se répandre sur les ouvertures. Ces dispositifs peuvent se présenter sous la forme d’un cadre muni de pattes de fixation 81 sur la façade, et de forme adaptée à l’ouverture à entourer.

Sur la figure 8, on a illustré la possibilité de fixer une armature 100 à l'aide des connecteurs 20 sur la façade et de noyer cette armature au sein du matériau isolant 24, ce dernier étant déposé sur la façade après mise en place de l’armature 100.

L’armature 100 est par exemple un treillis métallique ou en matière synthétique, qui peut être posé sur la façade F en étant déroulé à partir d’une bobine, tout comme la peau 40.

Dans l’exemple de la figure 8, l’armature 100 est noyée dans le matériau isolant 24, c’est-à-dire qu’elle s’étend à une distance d de la façade qui est inférieure à l’épaisseur e de matériau isolant 24.

Dans un tel cas, le matériau isolant 24 est par exemple appliqué sur la façade au travers de l’armature 100, par exemple en étant projeté à travers les ouvertures de celle- ci.

Dans une variante, l’armature 100 est mise en place au sein du matériau isolant en étant poussée au sein de ce matériau à la profondeur souhaitée.

Dans une variante non illustrée, une armature est noyée au sein du matériau isolant et ce dernier est recouvert par une peau. Dans ce cas, l’armature est par exemple réalisée en tissant ou en tendant des fils sur les connecteurs au fur et à mesure de l’avancement du système robotisé.

Bien entendu, l'invention n'est pas limitée aux exemples de réalisation qui viennent d'être décrits.

Par exemple, dans des variantes non illustrées, les connecteurs sont fixés à la peau ou à l’armature avant d’être introduits dans les perçages correspondants réalisés sur la façade.