Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MIXING UNIT, RELATED MIXER TAP, AND METHOD FOR MANUFACTURING SUCH A MIXER TAP
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/118724
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a mixing unit (202) including a cartridge (11), which is provided with a coupling base (45) having an inlet for a first inflow (F2), an inlet for a second inflow (C2), and an outlet for an outflow obtained by mixing the inflows. The mixing unit also includes an additional housing (15), which is designed to be placed in a coupled position with the coupling base (45). The housing is designed so as to change the rate of the first inflow and/or second inflow on the basis of the temperature of the outflow. The mixing unit also includes attachment means (413, 414, 417) for placing the additional housing in a configuration for attaching the additional housing onto the coupling base. In said configuration, the attachment means allow for a range of movement of the additional housing, in relation to the cartridge, between the coupled position and a separated position. Additionally, in the separated position, the attachment means are designed to hold the additional housing in the attachment configuration.

More Like This:
Inventors:
FASSOLETTE, Pierre-Olivier (7 quai Maurice Riquiez, CORBEIL ESSONNES, 91100, FR)
DRABER, Mathieu (36 rue du Général de Gaulle, MILLY LA FORET, 91490, FR)
Application Number:
EP2017/050257
Publication Date:
July 13, 2017
Filing Date:
January 06, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VERNET (21/27 Route d'Arpajon, OLLAINVILLE, 91340, FR)
International Classes:
F16K11/078; E03C1/04; F16K17/38; F16K27/04
Foreign References:
US5853023A1998-12-29
US20020100510A12002-08-01
US6257493B12001-07-10
FR2876433A12006-04-14
FR2876433B12008-04-25
US5853023A1998-12-29
US20020100510A12002-08-01
Attorney, Agent or Firm:
MYON, Gérard et al. (LAVOIX, 62 rue de Bonnel, LYON CEDEX 03, 69448, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . - Unité de mélange (2 ; 102 ; 202) pour un robinet mitigeur (1 ), comprenant :

- une cartouche (1 1 ), qui inclut des moyens de mélange (13) de flux de fluide, et est pourvue d'une base d'accouplement (45) dotée :

o d'une première entrée (39) d'un premier flux entrant (F1 , F2, F3) de fluide présentant une première température (Tf),

o d'une deuxième entrée (41 ) d'un deuxième flux entrant (C1 , C2, C3) de fluide présentant une deuxième température (Te) supérieure à la première température, et

o d'une sortie (43) pour un flux sortant (M1 , M2, M3, M4) obtenu à l'aide des moyens de mélange (13), par mélange du premier flux entrant et du deuxième flux entrant, et

- un boîtier additionnel (15), qui est conçu pour être mis dans une position d'accouplement avec la base d'accouplement (45), le boîtier additionnel renfermant des moyens thermostatiques (73, 87) qui, lorsque le boîtier additionnel est en position d'accouplement, sont conçus pour modifier le débit du premier flux entrant et/ou du deuxième flux entrant en fonction de la température du flux sortant,

l'unité de mélange (2) étant caractérisée en ce qu'elle comprend en outre des moyens d'attache (313, 317 ; 313, 327 ; 413, 414, 415, 417) permettant de mettre le boîtier additionnel (15) dans une configuration d'attache du boîtier additionnel sur la base d'accouplement (45), configuration dans laquelle les moyens d'attache autorisent un débattement du boîtier additionnel par rapport à la cartouche (1 1 ) entre la position d'accouplement et une position d'écartement du boîtier additionnel par rapport à la cartouche, et en ce que, en position d'écartement, les moyens d'attache sont conçus pour retenir le boîtier additionnel en configuration d'attache.

2. - Unité de mélange (2 ; 202) selon la revendication 1 , caractérisée en ce que la cartouche (1 1 ) présente une forme générale cylindrique, définissant un axe de cartouche

(X2) et se terminant par la base d'accouplement (45) qui est traversée par l'axe de cartouche, les moyens d'attache (313, 317 ; 413, 414, 415, 417) étant conçus pour que le débattement du boîtier additionnel (15) s'effectue selon une direction de débattement sensiblement parallèle à l'axe de cartouche.

3. - Unité de mélange (202) selon la revendication 2, caractérisée en ce que la base d'accouplement (45) comprend des moyens de positionnement (71 B, 421 ) du boîtier additionnel (15) en rotation par rapport à la cartouche (1 1 ) autour de l'axe de cartouche (X2), les moyens de positionnement autorisant une translation du boîtier additionnel par rapport à la cartouche, le long de l'axe de cartouche.

4. - Unité de mélange (202) selon la revendication 3, caractérisée en ce que les moyens de positionnement (421 ) comprennent un parapet (421 ) faisant saillie de la base d'accouplement (45) parallèlement à l'axe de cartouche (X2), le boîtier additionnel (15) comprenant, à sa périphérie, une portion en creux (423) de réception du parapet (421 ).

5. - Unité de mélange (202) selon l'une quelconque des revendications 2 à 4, caractérisée en ce que les moyens d'attache (413, 414, 415, 417) comprennent au moins une griffe de rétention (414), solidaire de la base d'accouplement (45), et au moins un ergot (415), faisant saillie du boîtier additionnel (15) , l'ergot étant conçu pour être retenu entre la griffe et la base d'accouplement (45) en configuration d'attache, la griffe étant positionnée de manière à autoriser un débattement du boîtier additionnel (15) entre deux positions extrémales le long de l'axe de cartouche (X2) définissant le débattement. 6.- Unité de mélange (2 ; 202) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que les moyens d'attache (413, 414, 415, 417) comprennent d'une part au moins une patte (413), faisant saillie du boîtier additionnel (15), et d'autre part un crochet (417), disposé sur la base d'accouplement (45), et conçu pour recevoir la patte en configuration d'attache, de manière à maintenir cette patte en son sein tout en autorisant un débattement de la patte dans le crochet entre deux positions extrémales définissant le débattement.

7.- Unité de mélange (2) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend au moins un joint d'étanchéité (305, 307) de l'accouplement entre le boîtier additionnel (15) et la base d'accouplement (45), la mise en position d'accouplement du boîtier additionnel provoquant un écrasement du joint permettant de garantir l'étanchéité de l'accouplement du boîtier additionnel sur la base d'accouplement.

8. - Unité de mélange (2) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le boîtier additionnel (15) comprend :

- un premier côté (20) destiné à venir en appui contre la base d'accouplement (45) lorsque le boîtier additionnel est en position d'accouplement,

- un deuxième côté (24) opposé au premier côté, et

- au moins un premier conduit (25) et un deuxième conduit (32) traversant le boîtier depuis le premier côté jusqu'au deuxième côté, et étant conçus pour être connectés respectivement à la première entrée (39) et à la deuxième entrée (41 ) au niveau du premier côté lorsque le boîtier additionnel est en position d'accouplement.

9. - Robinet mitigeur (1 ) comprenant un corps d'accueil (4) d'une unité de mélange (2) conforme à l'une quelconque des revendications précédentes, le corps d'accueil comprenant :

- une paroi annulaire (309) définissant un axe de corps (X4) et étant conçue pour recevoir l'unité de mélange en son sein, à coulissement le long de l'axe de corps,

- une platine d'accouplement (23) du boîtier additionnel (15), laquelle est solidairement disposée au sein de la paroi annulaire,

- des moyens de serrage (65), selon l'axe de corps, de l'unité de mélange contre la platine d'accouplement, permettant d'une part une mise en position d'accouplement du boîtier additionnel avec la base d'accouplement (45), et d'autre part une mise en position d'accouplement du boîtier additionnel avec la platine d'accouplement.

10. - Procédé de fabrication d'un robinet mitigeur (1 ) conforme à la revendication 9, le procédé comportant les étapes successives suivantes :

a) mise en configuration d'attache du boîtier additionnel (15) sur la base d'accouplement (45), en position d'écartement, par l'intermédiaire des moyens d'attache (313, 317 ; 323, 327 ; 413, 414, 415, 417) qui sont alors sollicités, b) introduction de l'unité de mélange (2), ainsi formée, dans le corps d'accueil (4) jusqu'à ce que l'unité de mélange arrive en butée contre la platine d'accouplement, c) serrage de l'unité de mélange contre la platine d'accouplement, afin de faire passer le boîtier additionnel de la position d'écartement à la position d'accouplement avec la base d'accouplement (45), de sorte que les moyens d'attache (313, 317 ; 313, 327 ; 413, 41 14, 415, 417) ne sont plus sollicités.

Description:
Unité de mélange, robinet mitigeur associé, et procédé de fabrication d'un tel robinet mitigeur

La présente invention concerne une unité de mélange, un robinet mitigeur comprenant une telle unité de mélange et procédé de fabrication d'un tel robinet mitigeur.

L'invention se rapporte au domaine de la robinetterie d'usage sanitaire. En particulier, les robinets dits « mitigeurs » permettent d'émettre un flux mitigé d'eau courante par mélange d'un flux d'eau chaude et d'un flux d'eau froide au sein d'une cartouche montée dans le corps du robinet. Le débit respectif des flux d'eau froide et d'eau chaude admis dans la cartouche peuvent être réglés à l'aide d'un levier de commande, afin de permettre un réglage de la température du flux mitigé par rotation du levier autour d'un axe, et du débit du flux mitigé par rotation de levier autour d'un deuxième axe.

La cartouche comprend dans la plupart des cas une paire de disques céramiques ajourés, l'un étant fixe, et l'autre étant mobile sous l'action du levier tout en étant en contact plan, glissant et étanche avec le disque fixe. En fonction de la position du disque mobile sur le disque fixe, des canaux sont formés pour permettre l'admission des flux d'eau froide et chaude au sein de la cartouche, avec un débit plus ou moins important, et ainsi entraîner leur mélange pour la formation du flux mitigé.

Certaines cartouches connues peuvent être dotées d'un boîtier additionnel séparé, et qui est rapporté contre la cartouche. Par exemple, le brevet FR-B1 -2 876 433 décrit une cartouche pour un robinet mitigeur équipée d'un module thermostatique additionnel accouplé étanchement à la base de la cartouche. Le module thermostatique additionnel est pourvu de moyens thermostatiques permettant, lorsque la température du flux mitigé excède une valeur de seuil prédéterminée, d'obturer le passage d'eau chaude avant son entrée dans la cartouche, afin de limiter automatiquement la température du flux.

En général, de façon pratique, accoupler étanchement la cartouche et son boîtier additionnel peut s'avérer difficile, dans la mesure où le corps est généralement d'un diamètre relativement étroit, ce qui complique la préhension du boîtier additionnel.

US 5 853 023 A décrit une unité de mélange multifonction pour un appareil sanitaire, comprenant une cartouche avec une base d'accouplement. Différents moyens de positionnement en rotation et en translation de boîtiers additionnels aux fonctions variées sont prévus. Ces moyens de positionnement incluent notamment des empreintes prévues sur la base d'accouplement de la cartouche, et des formes complémentaires prévues sur les boîtiers additionnels. Cette complémentarité de formes ne facilite pas le montage de la cartouche et de son boîtier dans le corps d'un robinet, dans la mesure où il est nécessaire que le boîtier additionnel et la cartouche soient positionnés selon une orientation relative correcte pour être accouplés, ce qui peut s'avérer difficile à obtenir dans un corps de robinet.

US 2002/100510A1 divulgue un robinet mitigeur équipé d'une unité de mélange comprenant une cartouche et un boîtier additionnel, le boîtier additionnel étant fixé par vis ou par écrou à la cartouche. Le boîtier et la cartouche étant ainsi liés, les moyens d'étanchéité prévus entre eux sont sollicités même lorsque le boîtier et la cartouche ne sont pas introduits dans le corps du robinet.

En conséquence, le but de l'invention est de proposer une nouvelle unité de mélange, pour un robinet mitigeur, qui soit plus facile à assembler.

L'invention a pour objet une unité de mélange de l'invention pour un robinet mitigeur, comprenant une cartouche, qui inclut des moyens de mélange de flux de fluide, et est pourvue d'une base d'accouplement dotée d'une première entrée d'un premier flux entrant de fluide présentant une première température, d'une deuxième entrée d'un deuxième flux entrant de fluide présentant une deuxième température supérieure à la première température, et d'une sortie pour un flux sortant obtenu à l'aide des moyens de mélange, par mélange du premier flux entrant et du deuxième flux entrant.

L'unité de mélange de l'invention comprend également un boîtier additionnel, qui est conçu pour être mis dans une position d'accouplement avec la base d'accouplement, le boîtier additionnel renfermant des moyens thermostatiques qui, lorsque le boîtier additionnel est en position d'accouplement, sont conçus pour modifier le débit du premier flux entrant et/ou du deuxième flux entrant en fonction de la température du flux sortant.

Selon l'invention, l'unité de mélange comprend en outre des moyens d'attache permettant de mettre le boîtier additionnel dans une configuration d'attache du boîtier additionnel sur la base d'accouplement, configuration dans laquelle les moyens d'attache autorisent un débattement du boîtier additionnel par rapport à la cartouche entre la position d'accouplement et une position d'écartement du boîtier additionnel par rapport à la cartouche. En outre, en position d'écartement, les moyens d'attache sont conçus pour retenir le boîtier additionnel en configuration d'attache.

Grâce à l'invention, le boîtier additionnel peut être positionné sur la cartouche préalablement à son introduction dans un corps de robinet. L'unité de mélange peut ainsi être préassemblée avant sa mise en place dans le corps du robinet. Les moyens d'attache retiennent, c'est-à-dire capturent, le boîtier additionnel, de sorte que le boîtier additionnel reste solidaire de la base d'accouplement lorsque ce boîtier additionnel est en configuration d'attache. Le boîtier additionnel peut être manipulé par l'intermédiaire de la cartouche lors de son introduction dans le corps du robinet, ce qui facilite le montage. Enfin, les moyens d'attache du boîtier additionnel sur la cartouche permettant un mouvement de débattement de ce dernier, ils n'entravent pas le serrage du boîtier additionnel entre la cartouche et le fond du corps de robinet. Cela permet de garantir l'étanchéité de l'accouplement de la cartouche et du boîtier additionnel, tout en déchargeant les moyens d'attache de leur fonction d'attache de la cartouche avec le boîtier additionnel, fonction qui est dès lors assurée par le serrage en question. Néanmoins, lorsque l'unité de mélange en configuration d'attache, n'est pas introduite et serrée dans le corps d'un robinet, le boîtier additionnel n'est pas contraint à rester en position d'accouplement, ce qui permet d'éviter une usure prématurée de l'unité de mélange avant son introduction dans le corps du robinet.

Selon d'autres caractéristiques avantageuses de l'invention, prises isolément ou en combinaison :

- la cartouche présente une forme générale cylindrique, définissant un axe de cartouche et se terminant par la base d'accouplement qui est traversée par l'axe de cartouche, les moyens d'attache étant conçus pour que le débattement du boîtier additionnel s'effectue selon une direction de débattement sensiblement parallèle à l'axe de cartouche ;

- la base d'accouplement comprend des moyens de positionnement du boîtier additionnel en rotation par rapport à la cartouche autour de l'axe de cartouche, les moyens de positionnement autorisant une translation du boîtier additionnel par rapport à la cartouche, le long de l'axe de cartouche ;

- les moyens de positionnement comprennent un parapet faisant saillie de la base d'accouplement parallèlement à l'axe de cartouche, le boîtier additionnel comprenant, à sa périphérie, une portion en creux de réception du parapet ;

- les moyens d'attache comprennent au moins une griffe de rétention, solidaire de la base d'accouplement, et au moins un ergot, faisant saillie du boîtier additionnel, l'ergot étant conçu pour être retenu entre la griffe et la base d'accouplement en configuration d'attache, la griffe étant positionnée de manière à autoriser un débattement du boîtier additionnel entre deux positions extrémales le long de l'axe de cartouche définissant le débattement ;

- les moyens d'attache comprennent d'une part au moins une patte, faisant saillie du boîtier additionnel, et d'autre part un crochet, disposé sur la base d'accouplement, et conçu pour recevoir la patte en configuration d'attache, de manière à maintenir cette patte en son sein tout en autorisant un débattement de la patte dans le crochet entre deux positions extrémales définissant le débattement ;

- l'unité de mélange comprend au moins un joint d'étanchéité de l'accouplement entre le boîtier additionnel et la base d'accouplement, la mise en position d'accouplement du boîtier additionnel provoquant un écrasement du joint permettant de garantir l'étanchéité de l'accouplement du boîtier additionnel sur la base d'accouplement ;

- le boîtier additionnel comprend :

- un premier côté destiné à venir en appui contre la base d'accouplement lorsque le boîtier additionnel est en position d'accouplement, - un deuxième côté opposé au premier côté, et

- au moins un premier conduit et un deuxième conduit traversant le boîtier depuis le premier côté jusqu'au deuxième côté, et étant conçus pour être connectés respectivement à la première entrée et à la deuxième entrée au niveau du premier côté lorsque le boîtier additionnel est en position d'accouplement.

L'invention concerne également un robinet mitigeur comprenant un corps d'accueil d'une unité de mélange telle que définie ci-avant, le corps d'accueil comprenant une paroi annulaire définissant un axe de corps et étant conçue pour recevoir l'unité de mélange en son sein, à coulissement le long de l'axe de corps. Le corps d'accueil comprend également une platine d'accouplement du boîtier additionnel, laquelle est solidairement disposée au sein de la paroi annulaire, et des moyens de serrage, selon l'axe de corps, de l'unité de mélange contre la platine d'accouplement, permettant d'une part une mise en position d'accouplement du boîtier additionnel avec la base d'accouplement, et d'autre part une mise en position d'accouplement du boîtier additionnel avec la platine d'accouplement.

L'invention concerne enfin un procédé de fabrication d'un robinet mitigeur tel que défini ci-avant, le procédé comportant les étapes successives suivantes :

a) mise en configuration d'attache du boîtier additionnel sur la base d'accouplement, en position d'écartement, par l'intermédiaire des moyens d'attache qui sont alors sollicités,

b) introduction de l'unité de mélange, ainsi formée, dans le corps d'accueil jusqu'à ce que l'unité de mélange arrive en butée contre la platine d'accouplement,

c) serrage de l'unité de mélange contre la platine d'accouplement, afin de faire passer le boîtier additionnel de la position d'écartement à la position d'accouplement avec la base d'accouplement, de sorte que les moyens d'attache ne sont plus sollicités. L'invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui va suivre, donnée uniquement à titre d'exemple non limitatif et non exhaustif et faite en se référant aux dessins dans lesquels :

- la figure 1 est une coupe longitudinale d'un robinet mitigeur comprenant une unité de mélange selon un premier mode de réalisation conforme à l'invention ;

- la figure 2 est une coupe longitudinale du robinet mitigeur de la figure 1 , selon un autre plan de coupe ;

- la figure 3 est une vue en perspective du dessous de l'unité de mélange des figures 1 et 2 ;

- la figure 4 est une vue similaire à la figure 3, dans laquelle un boîtier additionnel de l'unité de mélange est omis ;

- la figure 5 est une vue en perspective du boîtier additionnel omis à la figure 4 ;

- la figure 6 est une vue en perspective partielle d'une unité de mélange selon un deuxième mode de réalisation conforme à l'invention ;

- la figure 7 est une vue en perspective éclatée de l'unité de mélange de la figure

6 ;

- les figures 8 et 9 sont des vues en perspective du dessous, selon deux orientations différentes, d'une unité de mélange selon un troisième mode de réalisation conforme à l'invention ;

- la figure 10 est une vue en perspective éclatée, orientée comme la figure 9, de l'unité de mélange de la figure 9 ; et

- la figure 1 1 est une vue en perspective d'un boîtier additionnel appartenant à l'unité de mélange des figures 8 à 10.

Les figures 1 et 2 illustrent un robinet mitigeur 1 dans lequel est insérée une unité de mélange 2 représentée seule à la figure 3. Le robinet mitigeur 1 est préférentiellement conçu pour être installé sur un bac du genre évier, ou plus généralement au sein d'une installation sanitaire. Le robinet mitigeur 1 comprend, de manière classique, un bec 3 à partir duquel un flux d'eau mitigé illustré par la flèche M1 est destiné à être émis. Le robinet 1 comprend également un corps d'accueil 4 comprenant une paroi annulaire 309 définissant un axe de corps X4 qui est destiné à être disposé verticalement lorsque le robinet est monté sur l'installation sanitaire. L'unité de mélange 2 présente quant à elle une forme générale cylindrique à base circulaire, définissant un axe de cartouche X2 coaxial, et est de forme complémentaire avec la paroi annulaire 309 de façon à pouvoir être reçue en son sein, à coulissement le long de l'axe de corps X4, de sorte que, tel qu'illustré aux figures 1 et 2, les axes X2 et X4 sont confondus. L'unité de mélange 2 est insérée dans le corps 4 par l'intermédiaire d'une ouverture supérieure 9 de la paroi 309 le long de l'axe de cartouche X2.

Par commodité, la suite de la description est orientée par rapport à l'axe X2, en considérant que les termes « supérieur » et « haut » correspondent à une direction axiale tournée vers la partie haute de la figure 1 , tandis que les termes « inférieur » et « bas » correspondent à une direction axiale de sens opposé.

Le bec 3 forme un conduit courbé qui s'étend à partir de la paroi 309 à l'oblique par rapport à l'axe de cartouche X2, vers le haut, la courbure du bec 3 permettant d'orienter le flux d'eau mitigé M1 vers le bas. Le flux d'eau mitigé progresse ainsi à l'oblique vers le haut au sein du bec selon la flèche M2 jusqu'à l'extrémité libre de ce dernier.

Le robinet mitigeur 1 comprend également une arrivée d'eau froide 5 qui est visible à la figure 2, et une arrivée d'eau chaude 6 qui est visible à la figure 1 , qui sont connectées au corps 4 au niveau d'une extrémité basse du corps 4. L'arrivée d'eau froide 5 et l'arrivée d'eau chaude 6 sont prévues pour être connectées à des moyens d'alimentation en eau classiques de l'installation sanitaire, lesquels ne sont pas détaillés dans la présente description. L'eau froide progresse vers le haut dans l'arrivée 5, selon la flèche F1 , à une température Tf. L'eau chaude progresse quant à elle vers le haut dans l'arrivée 6, selon la flèche C1 , à une température Te. Les flux C1 et F1 sont mélangés au sein du robinet mitigeur 1 pour former le flux M1 , d'une température T M comprise entre Tf et Te, et de débit additionné des flux C1 et F1 . En l'espèce, le mélange des flux entrants F1 et C1 pour former le flux sortant M1 est effectué dans l'unité de mélange 2.

L'unité de mélange 2 comprend d'une part une cartouche 1 1 représentée à part sur la figure 4 et d'autre part un boîtier additionnel 15, représenté à part sur la figure 5. Le boîtier 15 est conçu pour être monté en appui vers le haut contre une base d'accouplement 45 qui termine par le bas la cartouche 1 1 , le long de l'axe de cartouche X2, ce qui correspond à une position dite d'accouplement du boîtier additionnel 15 avec la base d'accouplement 45, comme illustré aux figures 1 à 3. En l'espèce, la base d'accouplement 45 est de forme générale discoïde centrée sur l'axe de cartouche X2. Le boîtier 15 et la cartouche 1 1 sont également conçus pour pouvoir être découplés l'un de l'autre, et ainsi être manipulés de façon indépendante.

Lorsqu'elle est montée au sein du corps 4, la cartouche 1 1 est située en partie supérieure de celui-ci, au-dessus du boîtier additionnel 15 qui est situé en partie inférieure du corps 4. Pour que le robinet 1 puisse fonctionner, il est prévu que la cartouche 1 1 et le boîtier additionnel 15 soient en position d'accouplement et montés au sein du corps 4 comme représenté aux figures 1 et 2. En l'espèce, le boîtier additionnel 15 comprend un premier côté 20 destiné à venir en appui axial contre une base d'accouplement 45, et un deuxième côté 24, opposé et parallèle au premier côté 20, par l'intermédiaire duquel il est lui-même en appui axial vers le bas contre la platine d'accouplement 23 du corps 4. Cette dernière est sensiblement discoïde, s'étend radialement par rapport à l'axe de cartouche X2 et est solidairement disposée au sein de la paroi annulaire 309. La cartouche 1 1 comprend un capot 53 renfermant des moyens de mélange 13, décrits ci-après, et formant une enveloppe extérieure cylindrique à base circulaire autour de l'axe de cartouche X2, de sorte que la cartouche 1 1 est elle-même de forme générale cylindrique.

Comme cela est particulièrement visible à la figure 5, le boîtier additionnel 15 comprend deux pions 313, qui font saillie vers l'extérieur du boîtier 15 selon des directions opposées, le long d'un axe de pions X313 qui est parallèle aux côtés 20 et 24, et qui est destiné à être orthogonal aux axes X2 et X4. En l'espèce, les pions 313 font chacun saillie à partir de la surface externe de l'un des conduits 25 et 32. Les pions 313 sont par exemple de forme générale cylindrique à base circulaire, de façon coaxiale avec l'axe X313. Par ailleurs, deux pinces 315, particulièrement visibles à la figure 4, font saillie de la base d'accouplement 45 parallèlement à l'axe de cartouche X2, vers le bas, et présentent chacune une encoche 317 axées parallèlement à l'axe X2 et ouvertes vers le bas. Chacune des pinces 315 est prévue et positionnée pour accueillir, au sein de l'encoche 317 concernée, l'un des deux pions 313, comme illustré à la figure 3. En pratique, les encoches sont également alignées sur un axe d'encoche orthogonal à l'axe X2, et qui devient parallèle à l'axe X313 lorsque les pions 313 sont insérés dans les encoches 317.

Les chacune des encoches 317 comprend un col extrémal 319, qui forme une paire de griffes, pour retenir le pion 313 au sein de l'encoche 317, entre le fond de l'encoche et le col extrémal 319. En effet, la largeur de chaque encoche 317 est sensiblement constante depuis le fond de l'encoche 317 jusqu'au col 319, lequel constitue un resserrement extrémal de l'encoche. Le pion 313 peut être capturé dans l'encoche 317 par passage outre le col 319 en direction du fond de cette dernière, ce qui entraîne une déformation locale temporaire du col 319. Une fois capturé, le pion 313 peut librement circuler entre le fond et le col 319 selon une course de débattement parallèle à l'axe X2, et orthogonal à l'axe X313, tout en étant toutefois retenu par le col 319. Les deux pions étant capturés dans l'encoche, on dit que le boîtier 15 est en configuration d'attache avec la cartouche 1 1 , entre :

- d'une part une position écartée, dans laquelle les pions 313 sont capturés au sein de leur encoche 317 respective, en butée contre le col extrémal 319 associé, cette position écartée correspondant à une position dans laquelle le boîtier 15 et le plus éloigné axialement de la cartouche 1 1 tout en étant en configuration d'attache, et

- d'autre part la position d'accouplement, qui correspond à une position intermédiaire des pions 313 entre les cols extrémaux 319 et le fond des encoches

317.

Pour libérer le pion 313 du col 319, il est nécessaire d'effectuer une traction du boîtier 15 à l'écart de la cartouche 1 1 visant à déformer localement et temporairement le col 319 et faire passer le pion 313 par le col 319 ainsi déformé. Les deux pions 313 libérés de leur encoche 317, on dit que le boîtier 15 est en configuration détachée de la cartouche 1 1 .

Les pions 313 et les pinces 315 forment ainsi des moyens d'attache du boîtier 15 sur la base d'accouplement 45 de la cartouche 1 1 . En configuration d'attache, le boîtier 15 est positionné, au moins approximativement, radialement par rapport à l'axe de cartouche X2 tout en étant axialement « flottant ». Le débattement du boîtier 15 s'effectue donc selon une direction de débattement sensiblement parallèle à l'axe X2, entre deux positions extrémales délimitées les cols extrémaux 319 d'une part, et la mise en contact de la première face 20 avec la surface de la base d'accouplement 45. Ces deux positions extrémales définissent les positions maximales entre lesquelles le débattement s'effectue.

En configuration d'attache, on dit que les moyens d'attache sont dans un état

« sollicité ». En l'espèce, les moyens d'attache sont sollicités dans la mesure où les pions 313 interagissent avec les pinces 315 pour retenir le boîtier 15 attaché à la cartouche 1 1 . En effet, les pions 313 sont en appui sur le col 319 lorsque l'on tente d'écarter le boîtier 15 de la cartouche 1 1 en configuration d'attache et sont ainsi mécaniquement sollicités.

De même, si l'on tente de déplacer radialement le boîtier 15 par rapport à la cartouche 1 1 , les encoches 312 sont sollicitées mécaniquement de façon latérale.

Ainsi, grâce aux moyens d'attache décrits ci-avant, le boîtier 15 peut être solidarisé avec la cartouche 1 1 de façon temporaire, ce qui facilite le montage de l'unité 2 au sein du corps 4, dans la mesure où l'unité 2 peut être montée d'un seul tenant. Lorsque l'on met le boîtier 15 en position d'écartement, ces moyens d'attache, et en particulier les pinces 315, retiennent le boîtier 15 en configuration d'attache, par l'intermédiaire des pions 313.

Le coulissement de l'unité de mélange 2 dans le corps 4 s'effectue ainsi par l'intermédiaire du capot 53 glissant à l'intérieur de la paroi 309, de sorte qu'une rotation de l'unité 2 autour de l'axe X4 est autorisée. Afin de pouvoir positionner facilement l'unité 2 autour de l'axe X4, deux picots de positionnement 31 1 font saillie de la base d'accouplement 45 vers le bas parallèlement à l'axe X2, de façon à s'étendre au-delà du deuxième côté 24 du boîtier 15. Les picots 31 1 sont répartis autour de l'axe X2, et sont prévus pour être introduits dans des orifices de positionnement correspondants, non illustrés, ménagés au travers de la platine d'accouplement 23, de manière à former un système de positionnement en rotation autour de l'axe X4 de l'unité 2. Les picots 31 1 permettent de positionner à la fois le boîtier 15 et la cartouche 1 1 lorsqu'ils sont en configuration d'attache. Pour faciliter le montage, les picots 31 1 sont conformés pour coulisser au sein des orifices de positionnement de la platine d'accouplement 23 afin de ne pas entraver le déplacement axial de l'unité 2 dans le corps 4.

L'unité de mélange 2 peut être introduite d'un seul tenant en coulissage axial le long de l'axe X4 dans le corps 4 jusqu'à arriver en butée contre la platine d'accouplement 23.

Le capot 53 comprend un épaulement 63 au voisinage de son extrémité supérieure, par l'intermédiaire de duquel un écrou 65, centré autour de l'axe de cartouche X2, permet de plaquer l'unité de mélange 2 contre la platine d'accouplement 23. En pratique, l'écrou 65 comporte un filetage extérieur 67 qui est vissé dans un filetage intérieur 69 de l'ouverture supérieure 9 du corps 4, ces filetages 67 et 69 étant centrés sur l'axe de cartouche X2. L'écrou 65 et les filetages 67 et 69 forment ainsi des moyens de serrage, selon l'axe de corps, de l'unité de mélange 2 contre la platine d'accouplement 23. Le serrage de l'écrou 65 permet d'une part une mise en position d'accouplement du boîtier 15 avec la base d'accouplement 45, et d'autre part une mise en position d'accouplement du boîtier 15 avec la platine 23.

En résumé, pour fabriquer le robinet mitigeur 1 , on met d'abord en configuration d'attache le boîtier additionnel 15 en position d'écartement. On introduit ensuite l'unité de mélange 2, ainsi formée, à coulissement dans le corps d'accueil 4, jusqu'à ce que le boîtier 15 arrive en butée axiale contre la platine d'accouplement 45. On serre enfin l'unité de mélange 2 contre la platine d'accouplement 45 à l'aide de l'écrou 65, ce qui a pour effet de déplacer le boîtier 15 depuis sa position d'écartement jusqu'à la position d'accouplement avec la base d'accouplement, et d'accoupler également le deuxième côté 24 du boîtier 15 avec la platine d'accouplement 23.

Lorsque l'unité 2 est serrée entre l'écrou 65 et la platine d'accouplement 23, chacun des pions 313 est dans une position intermédiaire entre le fond de l'encoche 317 et le col extrémal 319, c'est-à-dire que les pions 313 sont à l'écart du col 319, de sorte que les moyens d'attache ne sont plus sollicités, et que le maintien en position d'accouplement du boîtier 15 avec la cartouche 1 1 au sein du corps 4 est majoritairement, voire totalement, assuré par serrage de l'écrou 65.

Le fonctionnement du robinet 1 et en particulier de l'unité de mélange 2 décrit ci- après correspond à un fonctionnement dans le cas où l'unité de mélange 2 est en position d'accouplement au sein du corps 4, sous la pression de l'écrou 65.

Les arrivées 5 et 6 des flux entrants F1 et C1 traversent la platine d'accouplement 23 pour alimenter le boîtier additionnel 15 par le deuxième côté 24. Les arrivées 5 et 6 sont respectivement connectées, de façon étanche, à une première entrée 19 du premier flux entrant F1 , et à une deuxième entrée 21 du deuxième flux entrant C1 débouchant en surface du deuxième côté 24. Cette étanchéité est assurée par un premier joint inférieur 301 , qui est disposé à la première entrée 19, en surface du côté 24, et par un deuxième joint inférieur 303 disposé à la deuxième entrée 21 , en surface du côté 24. Lorsque l'unité de mélange 2 est montée au sein du corps 4, les joints 301 et 303 sont écrasés sous la pression de l'écrou 65 entre le côté 24 et la platine d'accouplement 23 afin de garantir l'étanchéité entre les arrivées 5 et 6 et les entrées 19 et 21 respectivement. On comprend que l'insertion des picots 31 1 de positionnement dans la platine d'accouplement 23 permet de positionner les entrées 19 et 21 par rapport aux arrivées 5 et 6 respectivement, pour assurer leur bonne connexion.

Tel qu'illustré à la figure 2, le premier flux entrant progresse selon la flèche F1 jusqu'à la première entrée 19 et poursuit sa course au travers du boîtier additionnel 15 de bas en haut selon la flèche F2 dans un premier conduit 25 qui traverse le boîtier 15 depuis le côté 24 jusqu'au côté 20 et s'étend parallèlement à l'axe de cartouche X2 à partir de la première entrée 19. Le conduit 25 guide le premier flux entrant F2 jusqu'à une chambre de mélange 27 de la cartouche 1 1 .

Comme cela est visible aux figures 1 et 2, la cartouche 1 1 renferme les moyens 13 de mélange du premier flux entrant F1 et du deuxième flux entrant C1 pour obtenir le flux sortant M1 , les moyens de mélange 13 incluant la chambre de mélange 27. Parallèlement, tel qu'illustré à la figure 1 , le deuxième flux entrant entre dans le boîtier additionnel 15 par l'intermédiaire de la deuxième entrée 21 , et circule de bas en haut selon la flèche C2 au travers du boîtier additionnel 15 dans un deuxième conduit traversant, dit conduit en chicane 32, et qui s'étend généralement de bas en haut à partir de la deuxième entrée 21 depuis le côté 24 jusqu'au côté 20. En l'espèce ce conduit en chicane 32 comprend une première partie 31 parallèle à l'axe de cartouche X2 et s'étendant à partir de la deuxième entrée 21 . Le conduit en chicane 32 comprend ensuite une partie obturable 29, par un obturateur 33 qui est décrit plus en détail ci-après, la partie obturable 29 prolongeant la première partie 31 . Enfin, le conduit en chicane 32 comprend une troisième partie 35 parallèle à l'axe de cartouche X2 conduisant le deuxième flux entrant C2 jusqu'à la cartouche 1 1 lorsqu'elle est en position d'accouplement avec le boîtier 15. La troisième partie 35 prolonge la partie obturable 29, cette dernière s'étendant de façon orthogonale à la première partie 31 et à la troisième partie 35 de sorte que le conduit en chicane 32 forme un « S ». La troisième partie 35 débouche dans la chambre de mélange 27 via le côté 20, en position d'accouplement.

La chambre de mélange 27 comprend une première entrée 39 pour le premier flux F1 , une deuxième entrée 41 pour le deuxième flux C1 , ainsi qu'une sortie 43 pour le flux sortant M1 . Les entrées 39, 41 et la sortie 43 débouchent en surface de la base d'accouplement 45 de la cartouche 1 1 . Les entrées 39 et 41 ainsi que la sortie 43 sont réparties autour de l'axe de cartouche X2.

Ainsi, en résumé, les conduits 25 et 32 sont connectés respectivement aux entrées 39 et 41 au niveau du premier côté 20 lorsque le boîtier 15 est en position d'accouplement avec la base d'accouplement 45 de la cartouche 1 1 . On comprend qu'en configuration d'attache, les conduits 25 et 32 sont déjà positionnés en regard des entrées 39 et 41 respectivement, de façon à préparer la connexion de ces éléments entre eux par serrage de l'écrou 65.

Les deux flux entrant F2 et C2 sont admis au sein de la chambre de mélange 27 de la cartouche 1 1 pour être mélangés et former le flux sortant M1 et M2.

Tel qu'illustré aux figure 1 et 2, afin de garantir l'étanchéité de la connexion entre les entrées 39 et 41 avec, respectivement, les conduits 25 et 32, le boîtier 15 est pourvu de deux joints d'étanchéité intermédiaires 305 et 307, par exemple toriques ou plats, qui sont interposés entre le boîtier additionnel 15 et la base d'accouplement 45. En l'espèce, le joint 305 entoure le conduit 25 et le joint 307 entour le conduit 32 en surface du premier côté 20, afin de garantir l'étanchéité entre d'une part le conduit 25 et l'entrée 39 et entre d'autre part le conduit 32 et l'entrée 41 . Lorsque le boîtier 15 est en configuration d'attache avec la cartouche 1 1 , en position écartée, les joints 305 et 307 sont préférentiellement en contact non appuyé, ou peu appuyé, contre la cartouche 1 1 . Sous la pression de compressive l'écrou 65 et de la platine d'accouplement 23 entre lesquels l'unité de mélange 2, les joints 305 et 307 sont écrasés, de sorte que l'accouplement de la cartouche 1 1 avec le boîtier 15 est étanche. En variante, les joints 305 et 307 pourront être également être disposés sur la base d'accouplement 45. Des joints d'étanchéité supplémentaires peuvent également être prévus et interposés entre la cartouche 1 1 et le boîtier 15. Dans l'exemple illustré, les moyens de mélange 13 comprennent un ensemble de disques de mélange 13A, 13B et 13C, qui sont contenus dans la chambre de mélange 27. Les disques de mélange 13A, 13B et 13C sont en contact surfacique les uns avec les autres et s'étendent dans des plans orthogonaux à l'axe de cartouche X2. L'ensemble de disques de mélange comprend un disque supérieur 13A, un disque intermédiaire 13B et un disque inférieur 13C, les disques supérieur 13A et intermédiaire 13B étant mobiles par rapport au disque 13C qui est fixe, le disque intermédiaire 13B étant en contact glissant et étanche avec le disque 13C. Les disques intermédiaire 13B et inférieur 13C comprennent un système de canaux et d'ouïes, non représenté, qui est connecté aux entrées 39 et 41 ainsi qu'à la sortie 43 et qui, en fonction de la position relative des disques 13B et 13C, règle le débit respectif des flux entrants F2 et C2 admis au sein de l'ensemble de disques par les entrées 39 et 41 . Tel que représentés par les flèches F3 et C3, les flux entrants circulent dans le système de canaux et d'ouïes et passent d'abord au travers du disque inférieur 13C, puis dans le disque intermédiaire 13B où ils sont mis en contact pour être mélangés et former le flux sortant M3. Le flux sortant M3 est à température T M , le rapport des débits des flux entrants F3 et C3 permettant de régler la température T M , et la valeur des débits des flux entrants F3 et C3 permettant de régler le débit du flux sortant M1 . Les flux entrants F3 et C3 circulent ensuite à nouveau au travers du disque inférieur 13C de haut en bas. En pratique, la section de passage des flux entrants F3 et C3 varie en fonction de la position relative des disques 13B et 13C, par mise en communication des canaux et des ouïes susmentionnés. Les disques céramiques et leur système de canaux ne sont pas décrits plus en détails car ils constituent des moyens de mélange bien connus en tant que tels, et décrits par exemple dans FR-B1 -2 876 433. On comprend également que, si l'on préfère la mise en œuvre d'une chambre de mélange à disques céramiques, tous moyens de mélange connus et habituellement mise en œuvre dans les cartouches pour robinets mitigeurs peuvent être utilisés à la place.

Le flux sortant M3 formé par mélange au sein de la chambre de mélange 27 est alors évacué hors de cette dernière, et hors de la cartouche 1 1 , jusque dans une chambre de sortie 37 du boîtier additionnel 15, conduisant le flux sortant M3 de haut en bas jusqu'à une sortie 47 ménagée au travers de la platine d'accouplement 23.

On comprend que la chambre de sortie 37, le conduit traversant 25 relié à la première entrée 19 et la partie obturable 29 reliée à la deuxième entrée 21 sont répartis autour de l'axe de cartouche X2. De la même façon, les arrivées 5, 6 et la sortie 47, sont répartis autour de l'axe de cartouche X2. Le flux sortant M3 est ainsi déversé au sein d'une chambre basse 50 du corps 4 par l'intermédiaire de la sortie 47. En pratique, la cartouche 1 1 comprend une couronne d'étanchéité 71 qui est centrée sur l'axe de cartouche X2 et qui fait saillie vers le bas à partir de la base d'accouplement 45, en s'étendant autour du boîtier additionnel 15, de manière à être en contact étanche avec la paroi 309 du corps 4. La couronne 71 s'étend en l'espèce à partir de la circonférence de la base d'accouplement 45 jusqu'à une surface annulaire libre, à partir de laquelle les pinces 315 et les picots 31 1 font saillie en prolongeant la couronne 71 et en venant préférentiellement de matière avec elle.

Le robinet mitigeur 1 comprend également un fond 49 discoïde et orthogonal à l'axe de cartouche X2, qui ferme le corps 4 à l'extrémité inférieure de la paroi 309. La chambre basse 50 est ainsi délimitée par la couronne d'étanchéité 71 , la paroi 309, le fond 49 et la platine d'accouplement 23. Le flux sortant M3 est conduit dans la chambre basse 50 selon la flèche M4, puis jusqu'au bec 3 par l'intermédiaire d'une ouverture d'accès 51 ménagée dans la paroi 309 radialement par rapport à l'axe de cartouche X2, mettant en communication la chambre basse 50 avec le bec 3.

L'unité de mélange 2 comprend en outre un levier 7 qui est monté mobile au sommet du capot 53 de la cartouche 1 1 , c'est-à-dire à l'opposé de la base d'accouplement 45, de manière à dépasser de la paroi 309 par l'intermédiaire de l'ouverture supérieure 9, pour permettre à un utilisateur d'actionner le levier 7. La manipulation du levier 7 actionne les moyens de mélange 13, et meut en particulier les disques supérieur 13A et intermédiaire 13B en rotation autour d'un axe parallèle à l'axe de cartouche X2, ou autour de l'axe X2 lui-même, et en translation selon un axe X13 qui est orthogonal à l'axe de cartouche X2. De manière générale, le levier 7 forme un organe de commande pour actionner au moins l'un des disques 13A, 13B et 13C, et ainsi commander le débit respectif du premier flux entrant F1 et du deuxième flux entrant C1 . Ainsi, l'organe de commande 7 permet de régler à la fois la température et le débit du flux sortant M1 par réglage de la position relative des disques de l'ensemble de disques 13A, 13B et 13C. Le robinet mitigeur 1 et la cartouche 1 1 peuvent ainsi être qualifiés de « monocommandes » dans la mesure où le levier 7 permet de commander à la fois le débit et la température du flux sortant M1 par réglage des débits des flux entrants F1 et C1 . En pratique, le levier 7 est :

- pivotant autour de l'axe de cartouche X2, ce qui entraîne une rotation des disques supérieur 13A et 13B autour de ce même axe, afin de régler le rapport entre le débit du premier et du deuxième flux entrants F1 et C1 et donc la température du flux sortant M1 , et - pivotant autour d'un deuxième axe X7 qui est orthogonal à l'axe de cartouche X2 afin de translater les disques supérieurs 13A et 13B le long de l'axe X13 et de faire varier équitablement le débit du premier et du deuxième flux, pour régler le débit du flux sortant.

Le levier 7 est lié à l'ensemble de disques 13A, 13B et 13C, c'est-à-dire au moyen de mélange 13, par un mécanisme de manœuvre qui n'est pas décrit plus en détail, dans la mesure où il est bien connu en tant que tel.

Le capot 53 inclut un col supérieur 55 de forme cylindrique centrée sur l'axe de cartouche X2, et au sein duquel est monté un support rotatif 57 du levier 7 à rotation autour de l'axe de cartouche X2. Le col supérieur 55 est disposé en pratique à l'extrémité supérieure du capot 53, et prolonge l'intérieur de l'épaulement 63 vers le haut, de sorte que l'écrou 65 est placé autour du col supérieur 55. Le levier 7 traverse le support rotatif 57 et est monté sur ce dernier par l'intermédiaire d'un axe de pivotement 59 du levier 7 par rapport au support rotatif 57 autour de l'axe X7. Dans cet exemple, l'ensemble de disques 13A, 13B et 13C est monté entre la base d'accouplement 45 et entre le levier 7, et en l'espèce entre la base d'accouplement 45 et le support rotatif 57. La base d'accouplement 45, le support rotatif 57 et le capot 53 délimitent ainsi la chambre de mélange 27.

L'unité de mélange 2 comprend également des moyens thermostatiques contenus dans le boîtier 15, et particulièrement visibles à la figure 1 . Ils comprennent en premier lieu un élément thermostatique 73, s'étendant selon un premier axe X73 compris dans le plan de la figure 1 , et s'étendant perpendiculairement à l'axe de cartouche X2. En particulier, la partie obturable 29 du conduit en chicane 32 s'étend de façon coaxiale avec le premier axe X73. Le long de ce premier axe X73, l'élément thermostatique 73 inclut une partie thermosensible 75 montée dans un logement 79 du boîtier additionnel 15. Le logement 79 est un conduit coaxial avec le premier axe X73, et qui est ménagé dans le boîtier additionnel 15 de façon à relier la chambre de sortie 37 et le conduit en chicane 32. En pratique, le logement 79 met ainsi en communication la sortie 47 avec la deuxième entrée 21 .

La partie thermosensible 75 forme une partie fixe de l'élément thermostatique 73 et comprend en particulier, le long du premier axe X73, une coupelle 81 qui dépasse du logement 79 et qui s'étend dans le passage du flux sortant M3 au niveau de la sortie 47. La coupelle 81 présente une forme généralement cylindrique à base circulaire centrée sur le premier axe X73, et renferme un corps thermo-dilatable qui est par exemple une cire adaptée. La coupelle 81 étant en contact avec le flux sortant M3, la cire se dilate et se contracte en fonction de la température T M du flux sortant M3. La partie thermosensible 75 comprend également un guide 83, qui prolonge la coupelle 81 le long du premier axe X73, et par l'intermédiaire duquel la partie thermosensible 75 est montée dans le logement 79. Le guide 83 présente une forme de révolution autour du premier axe X73 et s'étend au sein du logement 79. Le guide 83 obturer le logement 79 de façon étanche, afin de prévenir sensiblement tout transfert d'eau du deuxième flux C2 entrant dans la sortie 47. En pratique, le guide 83 est pourvu d'une garniture d'étanchéité 85 périphérique, centrée sur le premier axe X73, par l'intermédiaire de laquelle la partie thermosensible est montée dans le logement 79. La garniture d'étanchéité 85 garantit l'étanchéité de l'obturation du logement 79 par la partie thermosensible 75. Un collier 86 est prévu autour du guide 83, contre lequel collier 86 la garniture d'étanchéité est en appui axial, le collier étant disposé du côté de la coupelle 81 afin de retenir la garniture d'étanchéité 85 en translation axiale en direction de la coupelle 81 . L'élément thermostatique 73 est ainsi logé dans le logement 79 de façon à obturer étanchement la communication entre la sortie 47 et la deuxième entrée 21 .

L'élément thermostatique 73 comprend également une partie mobile 77, qui forme un piston cylindrique coaxial avec le premier axe X73. La partie mobile 77 est montée au sein du guide 83, de façon à pouvoir translater par rapport à la partie thermosensible 75 à l'écart de la partie thermosensible 75, en direction du conduit en chicane 32, selon le premier axe X73 sous l'action du corps thermo-dilatable contenu dans la coupelle 81 .

Un obturateur 87, appartenant aux moyens thermostatiques susmentionnés, est prévu au sein de la partie obturable 29, et est conçu pour être déplacé en translation selon le premier axe X73 par la partie mobile 77. L'obturateur 87 est agencé par rapport à la partie mobile 77 de manière à ce que ce dernier puisse pousser l'obturateur 87 jusqu'à une position d'obturation de la deuxième entrée 21 . En l'espèce, la partie mobile 77 est en contact avec l'obturateur 87 de façon à pousser ce dernier à l'écart de la partie thermosensible 75 dans une direction D1 parallèle à l'axe X73, sous l'action du corps thermodilatable contenu dans la coupelle 81 .

L'obturateur 87 est en pratique monté en compression entre l'extrémité libre de la partie mobile 77 et un ressort de rappel 89. Ce dernier est lui-même monté en compression entre l'obturateur 87 et un épaulement interne de la partie obturable 29 du conduit en chicane 32. Un collier 88 centré sur le premier axe X73 est interposé entre le ressort de rappel 89 et l'épaulement interne. Le ressort de rappel 89 est donc un ressort de compression, conçu pour rappeler l'obturateur 87 dans une direction opposée à D1 , jusqu'à une position d'ouverture du conduit en chicane 32 et donc de la deuxième entrée 21 . L'obturateur 87 obture ainsi la partie obturable 29, et donc la deuxième entrée 21 , selon un degré d'obturation variable en fonction de la dilatation du corps thermo-dilatable et donc de la température T M , pour faire varier le débit du deuxième flux entrant C2 en conséquence. Lorsque la température T M atteint un seuil prédéterminé par exemple 50°C, le flux C2 est totalement, ou au moins partiellement, interrompu par obturation de la deuxième entrée 21 .

En résumé, lorsque le boîtier 15 est en position d'accouplement, ses moyens thermostatiques embarqués sont conçus pour modifier le débit du deuxième flux entrant C2 en fonction de la température du flux sortant M3. A titre de variante non illustrée, les moyens thermostatiques du boîtier 15 sont prévus pour modifier également, ou alternativement, le débit du premier flux entrant F2 en fonction de la température du flux sortant M3. Dans ce cas, sont par exemple prévus des moyens d'obturation de la première entrée 39, tels qu'un obturateur, commandés et mus par un élément thermostatique sensible à la température du flux sortant M3 dans la sortie 43.

Une unité de mélange 102 conforme au deuxième mode de réalisation de l'invention représenté aux figures 6 et 7 est décrite dans ce qui suit. Cette unité 102 présente des caractéristiques similaires avec l'unité de mélange 2 illustrée aux figures 1 à 5 du premier mode de réalisation décrit ci-avant. La description qui suit est donc centrée sur les différences entre le premier et le deuxième mode de réalisation. En particulier, les numéros de références communs aux figures 1 à 5 et aux figures 6 et 7 se réfèrent aux mêmes caractéristiques et objets qui ont été décrits ci-avant pour le premier mode de réalisation.

L'unité de mélange 102 comprend une cartouche, dont seule une partie inférieure incluant la base d'accouplement 45 est représentée. Les éléments non représentés de la cartouche de l'unité 102 sont similaires à ceux de l'unité 2 du premier mode de réalisation décrit ci-avant. Pour cette unité de mélange 102, la base d'accouplement 45 est dotée d'une première entrée 39, d'une deuxième entrée 41 et d'une sortie 43, pour les flux entrants F2 et C2 et sortant M3 tels que décrits ci-avant. L'unité de mélange 102 comprend également un boîtier additionnel 15, avec un conduit en chicane 32, un conduit traversant 25, un élément thermostatique incluant une partie thermosensible 75.

Le boîtier 15 de l'unité 102 comprend également des pions 313 conformes à la description qui précède.

A partir de la couronne d'étanchéité 71 deux murets 321 , formant chacun une portion, seulement, d'un anneau centré sur l'axe X2, font saillie à partir de la base d'accouplement 45. Les murets 321 prolongent ainsi le capot, non représenté, de la cartouche 1 1 , mais similaire à celui des figures 1 à 5. Les picots 31 1 font saillie de la base d'accouplement 45 en longeant une face interne 323 des murets 321 parallèlement à l'axe X2. Les murets 321 présentent chacun au moins un bord latéral rectiligne 325, qui s'étend parallèlement à l'axe X2. Les bords 325 délimitent ainsi entre eux une portion ouverte, par l'intermédiaire de laquelle le boîtier 15 peut être inséré en translation selon une direction orthogonale à l'axe X2, tel qu'illustré à la figure 7. Une glissière 327 est ménagée dans chacun des murets 321 , à partir de chacun des bords 325 associé, jusqu'à un fond 329. Chacune des glissières 327 est conformée pour recevoir en son sein l'un des pions 313, par insertion de chaque pion 313 dans la glissière 327 correspondante selon un axe de glissière X327 orthogonal à l'axe X2, comme cela est visible à la figure 6. Chaque glissière 327 présente, au voisinage du bord 325, un col extrémal 331 , qui forme une paire de griffes, pour retenir le pion 313 concerné au sein de la glissière 327, entre le fond 329 et ledit col 331 . La distance entre le fond 329 et le col 331 lie le pion 313 avec la glissière 327 le long de l'axe de X327, sans débattement, sinon avec un faible jeu. Une fois les pions 313 admis dans leur glissière 327 respective outre le col 331 , le boîtier 15 est dans une configuration d'attache avec la base d'accouplement 45 en étant ainsi lié transversalement par rapport à l'axe X2 avec la base d'accouplement 45. En revanche, chaque glissière 327 présente une largeur Lg, mesurée parallèlement avec l'axe X2, qui est supérieure au diamètre des pions 313, de sorte que ces derniers peuvent débattre au sein de l'encoche parallèlement à l'axe X2.

Ainsi, pour ce deuxième mode de réalisation, un système de glissière, incluant dans cet exemple les glissières 327 solidaires de la base d'accouplement 45 et les pions 313 solidaires du boîtier 15, forme des moyens d'attache permettant la mise en configuration d'attache du boîtier 15 par enclenchement du système de glissière, c'est-à- dire par insertion de chacun des pions 313 dans l'une des glissières 327. Cet enclenchement, effectué selon l'axe de glissière X327, autorise le débattement du boîtier 15 par rapport à la base d'accouplement 45 parallèlement à l'axe de cartouche X2, entre deux positions :

- une position d'écartement du boîtier 15 par rapport à la base d'accouplement 45 dans laquelle chaque pion 313 est en butée contre l'un des bords de la glissière

327 associée,

- une position d'accouplement opposée, dans laquelle chaque pion 313 est dans une position intermédiaire entre les deux bords de la glissière 327 associée.

Une unité de mélange 202 conforme au troisième mode de réalisation de l'invention représenté aux figures 8 à 1 1 est décrite dans ce qui suit. Cette unité 202 présente des caractéristiques similaires avec les unités de mélange 2 et 102 illustrées aux figures 1 à 7. La description qui suit est donc centrée sur les différences entre ce troisième mode de réalisation des figures 8 à 1 1 et les modes de réalisation des figures 1 à 7. En particulier, les numéros de référence communs aux figures 8 à 1 1 et aux figures 1 à 7 font référence aux mêmes caractéristiques et objets qui ont été décrits ci-avant pour le premier et le deuxième modes de réalisation.

L'unité de mélange 202 comprend notamment une cartouche 1 1 avec une base d'accouplement 45 dotée d'une première entrée 39, d'une deuxième entrée 41 et d'une sortie 43 pour les flux entrant F2 et C2 et sortant M3 tels que décrits ci-avant. L'unité de mélange 202 comprend également un boîtier additionnel 15 avec un conduit en chicane 32, un conduit traversant 25 et un élément thermostatique 73 incluant une partie thermosensible.

A partir de la couronne d'étanchéité 71 de la cartouche 1 1 , deux murets 321 font saillie de la base d'accouplement 45 parallèlement à l'axe de cartouche X2, de part et d'autre de cet axe de cartouche X2. Les murets 321 sont disposés à la périphérie de la base d'accouplement 45, dans le prolongement du capot 53. Deux picots de positionnement 31 1 font saillie de la base d'accouplement 45 vers le bas parallèlement à l'axe X2, de façon à s'étendre au-delà des murets 321 , tout en longeant chacun l'un des murets 321 . Ainsi, chaque picot 31 1 s'étend entre le muret 321 et l'axe X2, au moins en partie. Chaque muret 321 se termine par une surface 321 A d'appui de la cartouche 1 1 contre la platine d'accouplement 23 du corps 4 du robinet 1 . Les surfaces 321 A s'étendent dans un plan qui est orthogonal à l'axe X2. Comme pour les autres modes de réalisation, les picots 31 1 sont répartis autour de l'axe X2 de façon à pouvoir être introduits dans les orifices de positionnement correspondants, non illustrés, ménagés au travers de la platine d'accouplement 23, de manière à former un système de positionnement en rotation de l'unité 2 autour de l'axe X4. Par ailleurs, un parapet 421 fait saillie de la base d'accouplement 45 parallèlement à l'axe X2, de sorte que les murets 321 et le parapet 421 sont répartis en triangle autour de l'axe X2 de façon régulière. Le parapet 421 se termine par une surface 421 A qui est située dans le même plan que les surfaces 321 A, de sorte que les murets 321 et le parapet 421 forment ensemble des moyens d'appui de la cartouche 1 1 contre la platine d'accouplement 23 le long de l'axe X4. Le boîtier additionnel 15, en configuration d'attache, est positionné entre les murets 321 et le parapet 421 , et est guidé en translation le long de l'axe X2 par ces derniers. En effet, la forme périphérique du boîtier additionnel 15 correspond à la forme des murets 321 et du parapet 421 , de sorte que le boîtier 15 coulisse le long de ces derniers parallèlement à l'axe X2 par rapport à la cartouche 1 1 . On comprend que la distance qui sépare le premier côté 20 du deuxième côté 24 du boîtier additionnel 15 est inférieure à la distance qui sépare le plan d'extension des surfaces 321 A et 421 A de la base d'accouplement 45. Ainsi, lorsque l'unité 202 est montée au sein du corps 4 du robinet 1 , les surfaces 321 A et 421 A sont en appui contre la platine d'accouplement 23, le boîtier additionnel 15 étant également en appui contre la platine d'accouplement 23 par l'intermédiaire des joints 301 et 303 et contre la base d'accouplement 45 par l'intermédiaire des joints 305 et 307, les joints 301 , 303, 305 et 307 étant écrasés, de sorte que le boîtier additionnel 15 est maintenu en position le long de l'axe X4 de façon élastique par l'intermédiaire des joints 301 , 303, 305 et 307.

Par ailleurs, des faces internes 71 B de la base d'accouplement 45 et le parapet 421 servent de moyens de positionnement du boîtier additionnel 15 en rotation par rapport à la cartouche 1 1 autour de l'axe de cartouche X2. En pratique, le boîtier additionnel 15 comprend, à sa périphérie, deux surfaces 426 d'appui du boîtier additionnel 15 contre les faces internes 71 B correspondantes, lesquelles font saillie de la base d'accouplement 45, à l'intérieur de la couronne d'étanchéité 71 , en s'étendant dans un plan parallèle à l'axe X2. Les faces internes 71 B sont tournées en direction de l'axe X2. Le boîtier additionnel 15 comprend également une portion en creux 423, qui est ménagée dans la surface périphérique du boîtier additionnel 15 entre le conduit 25 et le conduit 32. Cette portion en creux 423 est conformée pour coopérer avec des surfaces de glissement 421 B du parapet 421 , ces surfaces de glissement s'étendant dans des plans distincts et tous deux parallèles à l'axe X2. Le parapet 421 présente ainsi une forme générale avec une section transversale en V, dans un plan orthogonal à l'axe X2, la portion en creux 423 présentant une forme correspondante de manière à pouvoir glisser le long des surfaces 421 B. De façon générale, on comprend que la forme de la surface périphérique du boîtier additionnel 15 et des éléments de positionnement saillants de la base d'accouplement 45 coopèrent pour permettre le bon positionnement du boîtier additionnel 15 autour de l'axe X2 de la cartouche 1 1 , et donc autour de l'axe X4 du robinet 1 lorsque l'unité 202 est montée au sein de ce robinet 1 .

L'unité de mélange 202 comprend également des moyens d'attache du boîtier additionnel 15 avec la cartouche 1 1 , qui diffèrent des moyens d'attache des unités de mélange 2 et 102 décrits précédemment.

Ces moyens d'attache comprennent deux griffes de rétention 414 qui font saillie du parapet 421 , dans des directions opposées et orthoradiales par rapport à l'axe X2, comme illustré notamment aux figures 8 et 10. Ces griffes de rétention 414 sont positionnées pour coopérer avec deux ergots 415 respectivement, ces ergots 415 faisant saillie d'un bord 416 de la portion en creux 423 du boîtier additionnel 15. Les griffes de rétention 414 sont positionnées à une distance suffisante de la base d'accouplement 45 pour que le boîtier additionnel 15 puisse débattre entre deux positions extrémales dans l'une desquelles les ergots 415 sont en contact avec les griffes de rétention 414, tout en étant retenus le long de l'axe X2 par ces griffes de rétention 414. Lorsque les ergots 415 sont ainsi retenus par les griffes 414, le boîtier additionnel 15 est en configuration d'attache. Comme visible aux figures, les ergots 415 sont disposés de part et d'autre du parapet 421 . Les griffes 414 et les ergots 415 présentent une forme et une élasticité qui permettent au boîtier additionnel 15 d'être facilement mis en configuration d'attache, ce qui nécessite un franchissement des griffes 414 par les ergots 415, ce franchissement nécessitant une déformation mutuelle temporaire des griffes 414 et des ergots 415. Comme cela est visible à la figure 8, les griffes 414 présentent chacune une surface en pente qui vient en contact avec une surface en pente réciproque de l'ergot 415 concerné, de façon à faciliter le passage de l'ergot 415 par-delà la griffe 414 lorsque le boîtier additionnel 15 est translaté le long de l'axe X2 en direction de la cartouche 1 1 . Le franchissement en sens inverse des griffes 414 par l'ergot 415 est rendu difficile par la présence de surfaces orthogonales à l'axe X2, ou pour le moins avec une forte inclinaison, sur les griffes 414 et sur les ergots 415.

L'unité de mélange 202 comprend d'autres moyens d'attache du boîtier additionnel

15 sur la cartouche 1 1 , qui comprennent d'une part un patte 413 qui fait saillie du boîtier additionnel 15 à l'opposé de la portion en creux 423, et d'autre part, un crochet 417 qui est disposé sur la base d'accouplement entre les deux murets 321 . Lorsque le boîtier additionnel 15 est en configuration d'attache, la patte 413 est retenue par le crochet 417 en translation, parallèlement à l'axe X2, dans une direction opposée à la cartouche 1 1 . Ainsi, le crochet 417 maintient le boîtier additionnel 15 en configuration d'attache tout en autorisant le débattement de ce dernier le long de l'axe X2. L'extrémité du crochet 417 présente une forme similaire à celle des griffes 414 définies ci-avant, de sorte que la patte 413 est retenue de la même façon par le crochet 417 que le sont les ergots 415 par les griffes 414.

Certaines parties du boîtier additionnel 15 sont par exemple réalisées en matière plastique, notamment le conduit traversant 25 et le conduit en chicane 32, qui forment avantageusement une pièce d'un seul tenant. Des éléments 425 sont avantageusement prévus sur le boîtier additionnel 15 pour faciliter l'extraction des pièces en plastique d'un moule de fabrication. Par exemple, ces éléments 425 font chacun saillie d'une surface périphérique du boîtier additionnel 15. En particulier, tel que cela est visible à la figure 10, les éléments 425 font respectivement saillie du conduit traversant 25 et du conduit en chicane 32.

Dans les exemples qui précèdent, on met en œuvre des flux d'eau. Toutefois, d'autres fluides peuvent être utilisés en lieu et place de l'eau, de préférence des flux de fluides liquides. De manière générale, l'arrivée 5 correspond à une arrivée d'un premier flux entrant F1 de fluide présentant une première température Tf, alors que l'arrivée 6 correspond à une arrivée d'un deuxième flux entrant C1 de fluide présentant une deuxième température Te qui est supérieure à la première température Tf. Les fluides du premier flux entrant F1 et du deuxième flux entrant C1 sont préférentiellement identiques et liquides, mais peuvent toutefois être de nature différente. L'eau s'échappant du bec 3 correspond ainsi à un flux sortant M1 de fluide, qui est formé par mélange des premier et deuxième flux entrant F1 et C1 au sein du robinet mitigeur 1 .

Dans les exemples qui précèdent, on met en œuvre quatre joints 301 , 303, 305 et 307 distincts et séparés. En variante non représentée, les joints inférieurs 301 et 303 sont reliés pour former un unique joint en forme de « 8 ». De même, les joints intermédiaires 305 et 307 sont reliés pour former un unique joint en forme de « 8 ».

Les modes de réalisations et variantes définis ci-dessus peuvent être combinés pour créer de nouveaux modes de réalisation.