Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MODULE FOR TRANSPORTING A FLUID AND METHOD FOR CONNECTING A WOVEN STRUCTURE AND AN END CONNECTOR
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/080857
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention concerns a module for transporting a fluid, comprising a woven structure (18) forming a tubular conduit and at least one end connector (10) placed at one end of said woven structure (18), said end connector (10) comprising a main body (11) delimiting an inner channel (12) for the passage of said fluid. According to the invention, the inner wall of said body (11) delimiting said channel (12), or the outer wall of said body (11) delimiting the outer side surface of said body, being annular and having at least one shoulder (13) defining an inner or outer bearing face (14), for receiving at least one ring (15, 16), the anchoring of the free end of said woven structure (18) in said connector (10) is obtained solely by the friction of the faces of said free end with the surfaces of said ring or rings (15, 16) and said inner or outer wall of said main body (11).

Inventors:
DESCHAMPS, Georges-Paul (Les Chaumes, Voeuil et Giget, 16400, FR)
Application Number:
EP2016/076165
Publication Date:
May 18, 2017
Filing Date:
October 28, 2016
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ETS A. DESCHAMPS ET FILS (Usine de Bourisson, BP n° 20, La Couronne, 16400, FR)
International Classes:
F16L11/02; F03G7/05; F16L33/00; F16L33/30; F16L33/32
Foreign References:
DE19531097A11997-02-27
CH282819A1952-05-15
US4358225A1982-11-09
US4497342A1985-02-05
Attorney, Agent or Firm:
COQUEL, Jean-Marc et al. (Cabinet Plasseraud, 1 rue Lafaurie de Monbadon, Bordeaux, 33000, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Module pour le transport d'un fluide, comprenant une structure tissée (18) formant une conduite tubulaire et au moins un raccord (10) d'extrémité placé à une extrémité de ladite structure tissée (18), ledit raccord (10) d'extrémité comprenant un corps (1 1 ) principal délimitant un canal (12) interne pour le passage dudit fluide, caractérisé en ce que

- la paroi interne dudit corps (1 1 ) délimitant ledit canal (12), ou la paroi externe dudit corps (1 1 ) délimitant la surface latérale externe de ce corps, étant annulaire et présentant au moins un épaulement (13) définissant une face (14) d'appui interne, respectivement externe, pour la réception d'au moins une bague (15, 16),

- l'ancrage de l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) dans ledit raccord (10) est obtenu uniquement par frottement des faces de ladite extrémité libre avec les surfaces de ladite ou desdites bagues (15, 16) et de ladite paroi interne, respectivement externe, dudit corps (1 1 ) principal.

2. Module selon la revendication 1 , caractérisé en ce que ledit raccord comprenant au moins deux bagues (15, 16), lesdites bagues sont reçues sur ladite face (14) d'appui en étant superposées ou placées en contact l'une à côté de l'autre pour emprisonner l'extrémité libre correspondante de ladite structure tissée (18).

3. Module selon la revendication 2, caractérisé en ce que ledit raccord (10) comportant deux bagues (15, 16), l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) enveloppe lesdites bagues (15, 16) en étant engagée entre celles-ci pour décrire un S, ledit engagement augmentant la résistance au glissement des faces de ladite extrémité libre.

4. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que ledit raccord (10) comporte une partie (17) de fixation à un raccord d'un autre module ou à une structure flottante.

5. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu'au moins une desdites bagues (15, 16) présente une section transversale droite, pleine ou creuse, de forme polygonale régulière ou non.

6. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, caractérisé en ce que lesdites bagues (15, 16) présentent une section transversale droite identique.

7. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, caractérisé en ce qu'au moins une desdites bagues (15, 16) présente des arêtes chanfreinées pour éviter d'endommager l'extrémité libre de ladite structure tissée (18).

8. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 7, caractérisé en ce que la surface externe d'au moins une desdites bagues (15, 16) comporte un revêtement antidérapant et/ou un relief de surface permettant d'accroître le coefficient de frottement entre les faces de l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) et ladite bague.

9. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 8, caractérisé en ce que les extrémités libres de ladite structure tissée (18) présentent une armure distincte et/ou des fils de trame différents de la partie centrale de ladite structure tissée (18) pour autoriser une variation élastique du diamètre de ladite structure tissée (18).

10. Module selon la revendication 9, caractérisé en ce que l'armure de chaque extrémité libre est une armure toile.

1 1 . Module selon la revendication 9 ou 10, caractérisé en ce que lesdits fils de trame de chaque extrémité libre de ladite structure tissée (18) sont réalisés dans un matériau plus élastique que celui constitutif des fils de trame de la partie centrale de ladite structure tissée (18).

12. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 1 1 , caractérisé en ce que l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) comporte des pièces tissées individuelles formant une corolle, chaque pièce tissée étant obtenue par découpe de fils de trame de ladite extrémité libre.

13. Module selon l'une quelconque des revendications 1 à 12, caractérisé en ce que ladite structure tissée (18) formant une conduite tubulaire de transport d'un fluide, est une structure tissée tridimensionnelle d'un seul tenant.

14. Module selon la revendication 13, caractérisé en ce que ladite conduite délimitant un canal intérieur, ladite structure tissée comporte un ou plusieurs éléments intégrés dans celle-ci, chaque élément intégré étant au moins en partie tubulaire et traversant ladite structure tissée pour assurer une communication entre le canal intérieur et l'extérieur de ladite structure tissée.

15. Module selon la revendication 14, caractérisé en ce que chaque élément intégré est choisi dans le groupe comprenant un insert, un tube, un tube pourvu d'au moins une membrane d'étanchéité transversale, un tube dont la paroi interne est taraudée et des combinaisons de ces éléments.

16. Module selon la revendication 14 ou 15, caractérisé en ce qu'au moins un desdits éléments intégrés, placé à une extrémité libre de ladite structure tissée, est positionné en regard d'une bague ou dudit corps principal correspondant et en ce que ledit module comporte une fixation dont au moins une partie traverse ledit élément intégré pour assurer un assemblage de ladite structure tissée et de la bague ou du corps principal correspondant.

17. Module selon l'une quelconque des revendications 14 à 16, caractérisé en ce qu'un élément intégré ou un groupe d'éléments intégrés est maintenu en position en étant emprisonné entre deux fils de trame consécutifs et deux fils de chaîne consécutifs.

18. Conduite flexible de transport d'un fluide, par exemple d'eau de mer, comprenant plusieurs modules selon l'une quelconque des revendications 1 à 17 assemblés entre eux.

19. Conduite flexible selon la revendication 18, caractérisée en ce que, pour chaque raccord (10) de ladite conduite, ledit épaulement est placé sur la paroi interne du corps (1 1 ) principal correspondant de sorte que la face (14) d'appui étant ainsi interne, l'extrémité libre de ladite structure tissée correspondante est ancrée dans ledit raccord en passant dans son canal interne et en ce que lesdites structures tissées des différents modules ainsi assemblés définissent un chemin continu pour le passage dudit fluide, ce dernier étant ainsi uniquement en contact avec lesdites structures tissées lors de son transport.

20. Méthode de raccordement d'un raccord (10) d'extrémité et d'une structure tissée (18) définissant une conduite tubulaire de transport de fluide, ledit raccord (10) d'extrémité comprenant un corps (1 1 ) principal délimitant un canal (12) interne pour le passage dudit fluide, caractérisée en ce que la paroi interne dudit corps délimitant ledit canal (12) ou la paroi externe dudit corps délimitant sa surface latérale externe, étant annulaire et présentant au moins un épaulement (13) définissant une face (14) d'appui interne, respectivement externe, pour la réception de deux bagues (15, 16), lesquelles sont destinées à être reçues sur ladite face (14) d'appui en étant superposées ou placées en contact l'une à côté de l'autre pour emprisonner l'extrémité libre correspondante de ladite structure tissée (18), ladite méthode comporte les étapes suivantes:

a) on introduit l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) entre l'ensemble formé par lesdites deux bagues (15, 16), et ladite paroi interne ou externe dudit corps annulaire,

b) on retourne l'extrémité libre de ladite structure tissée (18), une première fois vers l'arrière en la coudant sur ledit ensemble, puis, lesdites bagues (15, 16) étant espacées l'une de l'autre, une seconde fois en la pliant sur la bague la plus proche de ladite surface (14) d'appui de sorte à venir envelopper cette bague,

c) on plaque l'autre bague contre la bague ainsi enveloppée de sorte que l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) est emprisonnée entre ces deux bagues (15, 16), puis

d) ayant engagé l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) entre cette autre bague et l'ensemble formé par ladite paroi interne ou externe et une portion de ladite extrémité libre résultant de l'étape a), on retourne l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) pour envelopper cette autre bague, le passage de l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) entre ces bagues (15, 16) définissant une forme en S de sorte que l'ancrage de l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) dans ledit raccord (10) est obtenu uniquement par frottement des faces de ladite extrémité libre avec les surfaces desdites bagues (15, 16) et de ladite paroi interne, respectivement externe, dudit corps annulaire.

21 . Méthode selon la revendication 20, caractérisée en ce qu'on assemble une partie de fixation audit corps principal, ladite partie de fixation venant plaquer l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) sur la bague qu'elle enveloppe au moins partiellement.

22. Méthode selon la revendication 20 ou 21 , caractérisée en ce que préalablement, on coupe des fils de trame de l'extrémité libre de ladite structure tissée (18) pour définir des pièces tissées individuelles de manière à faciliter l'engagement de ladite extrémité libre dans ledit raccord (10).

23. Méthode selon l'une quelconque des revendications 20 à 22, caractérisée en ce que ladite structure tissée comprenant au moins un élément tubulaire intégré dans celle-ci, on assemble ladite structure tissée à au moins une desdites bague et/ou au corps principal en introduisant une fixation au travers de chaque élément tubulaire.

24. Dispositif pour la mise en œuvre de la méthode de raccordement d'un raccord (10) d'extrémité et d'une structure tissée (18) définissant une conduite tubulaire de transport de fluide selon l'une quelconque des revendications 20 à 21 , caractérisé en ce qu'il comprend :

- une paroi annulaire définissant une zone centrale de réception de ladite structure tissée (18),

- la surface latérale externe de ladite paroi annulaire comprend un support pour recevoir et supporter ledit raccord (10) et des moyens de déplacement individuel de chaque bague dudit raccord (10) par rapport à ladite surface (14) d'appui interne ou externe.

25. Dispositif selon la revendication 24, caractérisé en ce que chaque moyen de déplacement individuel d'une bague (15, 16) comporte des bras de préhension de ladite bague, lesquels sont mobiles en translation le long de ladite paroi annulaire pour éloigner ou rapprocher la bague (15, 16) correspondante de ladite surface (14) d'appui tout en étant escamotables ou de dimension longitudinale ajustable pour autoriser le passage de l'extrémité libre de ladite structure tissée (18).

Description:
Module pour le transport d'un fluide et méthode de raccordement d'une structure tissée et d'un raccord d'extrémité

ARRIERE-PLAN DE L'INVENTION

Domaine de l'invention

La présente invention concerne un module pour le transport d'un fluide, notamment de l'eau de mer.

Elle concerne encore une méthode de raccordement d'une structure tissée et d'un raccord d'extrémité, ainsi qu'un dispositif pour la mise en œuvre de cette méthode.

Arrière-plan technologique

Il est connu de mettre en œuvre des conduites flexibles en milieu marin pour le transport de fluide, notamment des hydrocarbures ou de l'eau de mer.

Ces conduites installées en grande profondeur doivent résister à des tensions très importantes. C'est notamment le cas des conduites dites montantes, reliant une structure flottante située en surface au fond marin.

Le poids de ces conduites montantes, de grande dimension longitudinale, génère en partie supérieure de celles-ci des tensions, notamment de traction, très importantes.

Il est donc impératif de pouvoir limiter le poids de ces conduites.

II est connu de placer à chaque extrémité de chaque conduite, un raccord d'extrémité.

La mise en œuvre d'un tel raccord d'extrémité autorise non seulement une reprise des efforts s'exerçant sur la conduite, mais permet également l'assemblage de conduites entre elles.

Bien entendu, les efforts de traction s'exerçant sur la conduite se répercutent sur chaque raccord d'extrémité.

Le raccordement de la conduite à son raccord d'extrémité doit donc présenter une grande résistance à l'arrachement. A cela peut s'ajouter le déplacement oscillatoire de la structure flottante en surface, lié à l'état de la mer, par exemple, en cas de houle, lequel peut conduire à une fatigue accrue de la liaison conduite/raccord d'extrémité. Dans des conditions extrêmes, ce déplacement peut conduire à un risque élevé d'arrachement.

Diverses solutions techniques ont été proposées pour tenter de pallier ces problèmes techniques.

A titre illustratif, il est connu de noyer l'extrémité libre de la conduite dans un matériau polymère durcissable injecté dans une chambre prévue à cet effet dans le raccord d'extrémité correspondant,

La gangue formée après durcissement du polymère vient emprisonner l'extrémité libre de la conduite dans cette chambre du raccord d'extrémité.

Cependant, on observe que les solutions de l'état de l'art, conduisent typiquement à une altération des conduites flexibles.

Un affaiblissement de la résistance mécanique de cette conduite flexible est, par exemple, constaté lorsque certains fils de l'extrémité libre de la conduite flexible sont endommagés, voire coupés par le passage de la tige d'une attache de fixation.

Quoiqu'il en soit, la séparation de la conduite flexible et de son raccord d'extrémité requiert toujours la destruction de l'une, voire des deux parties. Ceci résulte un surcoût non négligeable pour l'exploitant.

Enfin, ces solutions de l'état de l'art ne garantissent pas une homogénéité de la tenue mécanique sur l'ensemble de la liaison conduite flexible/raccord d'extrémité.

Il existe donc un besoin pressant pour une conduite flexible plus légère et pour un raccord d'extrémité dont la résistance à l'arrachement de la conduite est améliorée.

Objet de l'invention

La présente invention vise à pallier les inconvénients de l'art antérieur en proposant un module pour le transport d'un fluide, simple dans sa conception et dans son mode opératoire, léger et économique, répondant aux inconvénients ci-dessus mentionnées.

Notamment, un objet de la présente invention est un module pour le transport d'un fluide dont le raccord d'extrémité présente une résistance accrue à l'arrachement de la conduite flexible tout en préservant l'intégrité de cette dernière.

Encore un objet de la présente invention est un tel module dont les différentes parties constitutives peuvent être démontées sans altération de celles-ci.

BREVE DESCRIPTION DE L'INVENTION

A cet effet, l'invention concerne un module pour le transport d'un fluide, comprenant une structure tissée formant une conduite tubulaire et au moins un raccord d'extrémité placé à une extrémité de ladite structure tissée, ledit raccord d'extrémité comprenant un corps principal délimitant un canal interne pour le passage dudit fluide.

Selon l'invention, la paroi interne dudit corps délimitant ledit canal, ou la paroi externe dudit corps délimitant la surface latérale externe de ce corps, étant annulaire et présentant au moins un épaulement définissant une face d'appui interne, respectivement externe, pour la réception d'au moins une bague, l'ancrage de l'extrémité libre de ladite structure tissée dans ledit raccord est obtenu uniquement par frottement des faces de ladite extrémité libre avec les surfaces de ladite ou desdites bagues et de ladite paroi interne, respectivement externe, dudit corps principal.

Bien entendu, ce module peut consister en une structure tissée comportant à chacune de ses extrémités, un raccord d'extrémité.

La structure tissée peut être enduite ou recevoir dans sa partie centrale des éléments de renfort tels que des barres pour rigidifier celle-ci et éviter son écrasement. Néanmoins, pour assurer la légèreté de chaque module, chaque raccord d'extrémité du module est assemblé à la seule structure tissée formant une conduite tubulaire. Il en résulte, notamment, que cette dernière n'est pas entourée d'une peau externe métallique ou autre.

Cette structure tissée peut être notamment enduite en vue d'assurer son étanchéité. A titre d'exemple, l'enduction est réalisée par un procédé d'enduction utilisant du polyuréthane.

Il résulte de la définition du module que chaque extrémité libre de la structure tissée étant emprisonnée dans la partie centrale de chaque raccord, la face d'appui annulaire étant interne à chaque raccord, le corps de ce raccord d'extrémité est extérieur à la structure tissée correspondante. Alternativement, chaque extrémité libre de la structure tissée étant emprisonnée sur le pourtour de chaque raccord, la face d'appui annulaire étant externe à chaque raccord, le corps de ce raccord d'extrémité est intérieur à la structure tissée correspondante.

De préférence, le corps principal de chaque raccord d'extrémité est d'un seul tenant, et ne résulte donc pas de l'assemblage de pièces initialement distinctes.

Rappelons qu'un épaulement est un changement de section d'une pièce, ici le corps principal du raccord, ménageant une face destinée à servir d'appui à une autre pièce, ici les bagues.

Rappelons également que cette structure tissée est souple.

Chaque bague est une pièce annulaire pleine ou creuse d'un seul tenant. Elle n'est pas nécessairement fermée.

De plus, lorsque ledit au moins un épaulement est placé dans le canal interne du raccord, et que par conséquent, le corps principal du raccord est extérieur à la structure tissée, chaque bague peut comporter plusieurs parties, ou secteurs, de bague afin de faciliter leur montage. Ces parties de bague sont simplement mises bout à bout pour former la bague correspondante. Les contraintes s'exerçant sur ces parties de bague en mer et en profondeur assurent l'assemblage de celles-ci sans qu'il soit nécessaire d'utiliser des attaches ou autre.

De préférence, au moins une de ces bagues présente un espace vide interne permettant de plaquer l'extrémité libre de la structure tissée contre la paroi interne ou latérale externe du corps principal du raccord pour générer des frottements. Lorsque les bagues sont placées l'une à côté de l'autre sur la face d'appui, elles sont avantageusement concentriques et en contact ou sensiblement en contact de manière à générer des frottements lorsque l'extrémité libre de la structure tissée est engagée entre elles.

A titre purement illustratif, ces bagues peuvent être réalisées dans un matériau métallique tel que de l'acier, dans une matière plastique non déformable ou encore dans des matériaux composites.

Lorsque les fils de l'extrémité libre de la structure tissée n'ont pas été préalablement enduits, l'ancrage est obtenu uniquement par le frottement de ces fils avec les surfaces de chaque bague et de ladite paroi interne ou externe du corps principal.

Lorsque ces fils sont enduits, l'ancrage est obtenu par le frottement de la surface d'enduction, i.e. de la surface de l'extrémité libre de la structure tissée ainsi enduite, avec les surfaces de chaque bague et de ladite paroi interne ou externe du corps principal.

Dans différents modes de réalisation particuliers de ce module, chacun ayant ses avantages particuliers et susceptibles de nombreuses combinaisons techniques possibles:

- ledit raccord comprenant au moins deux bagues, lesdites bagues sont reçues sur ladite face d'appui en étant superposées ou placées en contact l'une à côté de l'autre pour emprisonner l'extrémité libre correspondante de ladite structure tissée.

- ledit raccord comportant deux bagues, l'extrémité libre de ladite structure tissée enveloppe lesdites bagues en étant engagée entre celles-ci pour décrire un S, ledit engagement augmentant la résistance au glissement des faces de ladite extrémité libre.

Bien entendu, l'engagement de l'extrémité libre de ladite structure tissée avec lesdites bagues peut prendre toute autre forme.

- ledit raccord comporte une partie de fixation à un raccord d'un autre module ou à une structure flottante. De manière avantageuse, cette partie de fixation vient plaquer la portion de l'extrémité libre de la structure tissée recouvrant la bague placée en vis-à-vis de cette partie de fixation avec laquelle elle vient en contact pour augmenter encore les frottements.

- au moins une desdites bagues présente une section transversale droite, pleine ou creuse, de forme polygonale régulière ou non.

A titre d'exemple, la forme de cette section transversale droite est par exemple choisie dans le groupe comprenant carrée, rectangulaire, en parallélogramme, trapézoïdale.

- lesdites bagues présentent une section transversale droite identique.

Bien entendu, les bagues peuvent présenter des sections transversales droites différentes.

- au moins une desdites bagues présente des arêtes chanfreinées pour éviter d'endommager l'extrémité libre de ladite structure tissée.

Ces arêtes sont donc dépourvues d'angles saillants ou vifs. Les chanfreins sont de préférence arrondis.

- la surface externe d'au moins une desdites bagues comporte un revêtement antidérapant et/ou un relief de surface permettant d'accroître le coefficient de frottement entre les faces de l'extrémité libre de ladite structure tissée et ladite bague.

A titre d'exemple, la surface d'appui de la bague peut présenter une alternance de crêtes et de sillons qui sont recouverts par une couche mince d'un matériau dur à fort coefficient de frottement. Cette couche mince a une faible épaisseur pour ne pas modifier l'état de surface de la surface d'appui de la bague. A titre d'exemple, chaque bague étant métallique, cette couche mince est du nitrure de titane, lequel est connu pour présenter une excellente adhérence.

Alternativement, la face d'appui de la bague peut présenter des stries, des pointes de diamant, ...

- les extrémités libres de ladite structure tissée présentent une armure distincte de celle, et/ou des fils de trame différents de ceux, de la partie centrale de ladite structure tissée pour autoriser une variation élastique du diamètre de ladite structure tissée.

Cette variation élastique peut consister en un élargissement ou rétrécissement de l'extrémité libre de ladite structure tissée lors de son engagement dans ledit raccord d'extrémité.

De préférence, l'armure de chaque extrémité libre est une armure toile. Bien entendu, les armures d'extrémité de la structure tissée peuvent ne pas être identiques. De manière avantageuse, lesdits fils de trame de chaque extrémité libre de ladite structure tissée sont réalisés dans un matériau plus élastique que celui constitutif des fils de trame de la partie centrale de ladite structure tissée.

- l'extrémité libre de ladite structure tissée comporte des pièces tissées individuelles formant une corolle, chaque pièce tissée étant obtenue par découpe de fils de trame de ladite extrémité libre,

- ladite structure tissée formant une conduite tubulaire de transport d'un fluide est une structure tissée tridimensionnelle d'un seul tenant.

De préférence, ladite structure tissée comporte dans sa partie centrale des éléments allongés, lesdits éléments allongés étant intégrés dans ladite structure tissée en étant alignés sur la périphérie de cette structure pour former au moins une ligne circonférentielle ou une hélice et en ayant leur axe principal perpendiculaire ou sensiblement perpendiculaire à l'axe longitudinal de ladite structure tissé.

A titre d'exemple, ces éléments allongés sont des tubes permettant le passage au travers de la structure tissée, d'attaches pour la fixation de barres de rigidification permettant de rigidifier cette structure tissée afin de résister à l'écrasement.

- ladite conduite délimitant un canal intérieur, ladite structure tissée comporte un ou plusieurs éléments intégrés dans celle-ci, chaque élément intégré étant au moins en partie tubulaire et traversant ladite structure tissée pour assurer une communication entre le canal intérieur et l'extérieur de ladite structure tissée.

De préférence, chaque élément intégré est choisi dans le groupe comprenant un insert, un tube, un tube pourvu d'au moins une membrane d'étanchéité transversale, un tube dont la paroi interne est taraudée et des combinaisons de ces éléments. De manière avantageuse, au moins un desdits éléments intégrés, placé à une extrémité libre de ladite structure tissée, est positionné en regard d'une bague ou dudit corps principal correspondant et ledit module comporte une fixation dont au moins une partie traverse ledit élément intégré pour assurer un assemblage de ladite structure tissée et de la bague ou du corps principal correspondant.

A titre purement illustratif, cette fixation peut être un rivet.

De préférence, un élément intégré ou un groupe d'éléments intégrés est maintenu en position en étant emprisonné entre deux fils de trame consécutifs et deux fils de chaîne consécutifs.

La présente invention concerne également une conduite flexible de transport d'un fluide, par exemple d'eau de mer, comprenant plusieurs modules tels que décrits précédemment, lesquels sont assemblés entre eux.

De préférence, pour chaque raccord de ladite conduite flexible, ledit épaulement est placé sur la paroi interne du corps principal correspondant de sorte que la face d'appui étant ainsi interne, l'extrémité libre de ladite structure tissée correspondante est ancrée dans ledit raccord en passant dans son canal interne et lesdites structures tissées des différents modules ainsi assemblés définissent un chemin continu pour le passage dudit fluide, ce dernier étant ainsi uniquement en contact avec lesdites structures tissées lors de son transport.

De manière avantageuse, on évite ainsi que lesdits raccords ne puissent modifier de manière sensible la température du fluide circulant dans ladite conduite flexible. On supprime ainsi tout pont thermique. En outre, le fluide transporté n'étant à aucun moment en contact avec les raccords d'extrémité, on peut transporter avantageusement des fluides qui seraient incompatibles avec un matériau constitutif des raccords.

De plus, on constate l'absence de perte de charge ou modification de l'écoulement, pas de zone d'accumulation de débris.

La présente invention concerne aussi une méthode de raccordement d'un raccord d'extrémité et d'une structure tissée définissant une conduite tubulaire de transport de fluide, ledit raccord d'extrémité comprenant un corps principal de forme délimitant un canal interne pour le passage dudit fluide.

Selon l'invention, la paroi interne dudit corps délimitant ledit canal ou la paroi externe dudit corps délimitant sa surface latérale externe, étant annulaire et présentant au moins un épaulement définissant une face d'appui interne, respectivement externe, pour la réception de deux bagues, lesquelles sont destinées à être reçues sur ladite face d'appui en étant superposées ou placées en contact l'une à côté de l'autre pour emprisonner l'extrémité libre correspondante de ladite structure tissée, ladite méthode comporte les étapes suivantes:

a) on introduit l'extrémité libre de ladite structure tissée entre l'ensemble formé par lesdites deux bagues, et ladite paroi interne ou externe dudit corps annulaire, b) on retourne l'extrémité libre de ladite structure tissée, une première fois vers l'arrière en la coudant sur ledit ensemble, puis, lesdites bagues étant espacées l'une de l'autre, une seconde fois en la pliant sur la bague la plus proche de ladite surface d'appui de sorte à venir envelopper cette bague,

c) on plaque l'autre bague contre la bague ainsi enveloppée de sorte que l'extrémité libre de ladite structure tissée est emprisonnée entre ces deux bagues, puis

d) ayant engagé l'extrémité libre de ladite structure tissée entre cette autre bague et l'ensemble formé par ladite paroi interne ou externe et une portion de ladite extrémité libre résultant de l'étape a), on retourne l'extrémité libre de ladite structure tissée pour envelopper cette autre bague, le passage de l'extrémité libre de ladite structure tissée entre ces bagues définissant une forme en S de sorte que l'ancrage de l'extrémité libre de ladite structure tissée dans ledit raccord est obtenu uniquement par frottement des faces de ladite extrémité libre avec les surfaces desdites bagues et de ladite paroi interne, respectivement externe, dudit corps annulaire.

De préférence, on assemble une partie de fixation audit corps principal, ladite partie de fixation venant plaquer l'extrémité libre de ladite structure tissée sur la bague qu'elle enveloppe au moins partiellement.

Avantageusement, au préalable, on coupe des fils de trame de l'extrémité libre de ladite structure tissée pour définir des pièces tissées individuelles de manière à faciliter l'engagement de ladite extrémité libre dans ledit raccord,

La présente invention concerne encore un dispositif pour la mise en œuvre de la méthode de raccordement d'un raccord d'extrémité et d'une structure tissée définissant une conduite tubulaire de transport de fluide, telle que décrite précédemment.

Selon l'invention, ce dispositif comprend :

- une paroi annulaire définissant une zone centrale de réception de ladite structure tissée,

- la surface latérale externe de ladite paroi annulaire comprend un support pour recevoir et supporter ledit raccord et des moyens de déplacement individuel de chaque bague dudit raccord par rapport à ladite surface d'appui interne ou externe.

De préférence, l'extrémité supérieure de ladite paroi annulaire comporte un rebord arrondi pour faciliter le pliage de l'extrémité libre de ladite structure tissée.

Cette paroi annulaire peut également être entourée d'une plateforme annulaire pour le déplacement des opérateurs.

De manière avantageuse, chaque moyen de déplacement individuel d'une bague comporte des bras de préhension de ladite bague, lesquels sont mobiles en translation le long de ladite paroi annulaire pour éloigner ou rapprocher la bague correspondante de ladite surface d'appui tout en étant escamotables ou de dimension longitudinale ajustable pour autoriser le passage de l'extrémité libre de ladite structure tissée.

BREVE DESCRIPTION DES DESSINS

D'autres avantages, buts et caractéristiques particulières de la présente invention ressortiront de la description qui va suivre, faite, dans un but explicatif et nullement limitatif, en regard des dessins annexés, dans lesquels :

- la Figure 1 représente schématiquement une vue en coupe d'un raccord d'extrémité selon un premier mode de réalisation de la présente invention, les bagues étant non représentées ; - la Figure 2 est une vue partielle et en coupe du raccord de la Fig. 1 , l'extrémité libre d'une structure tissée étant engagée et retenue prisonnière dans ce raccord ;

- la Figure 3 représente schématiquement une vue partielle et en perspective d'un raccord d'extrémité selon un second mode de réalisation de la présente invention ;

- la Figure 4 est une vue partielle et en coupe du raccord de la Fig. 3, une pièce de fixation venant recouvrir le corps de base et les bagues de ce raccord ;

- la Figure 5 est une vue en perspective d'un dispositif pour le raccordement d'un raccord d'extrémité et d'une structure tissée définissant une conduite tubulaire de transport de fluide, selon un mode de réalisation particulier de la présente invention ;

- la Figure 6 est une vue partielle et en coupe du dispositif de la Fig. 5 montrant une étape de la méthode de raccordement d'un raccord d'extrémité et d'une structure tissée, dans laquelle la bague inférieure du raccord d'extrémité a été déplacée après introduction de l'extrémité libre de ladite structure tissée dans le raccord pour emprisonner cette extrémité libre entre la face d'appui du raccord et cette bague ;

- la Figure 7 est une vue partielle et en coupe du dispositif de la Fig. 5, montrant une étape ultérieure de la méthode de raccordement dans laquelle la bague supérieure a été déplacée après enveloppement de la bague inférieure avec l'extrémité libre de ladite structure tissée pour être plaquée contre la bague inférieure ainsi enveloppée ;

- la Figure 8 représente schématiquement une vue partielle et en perspective d'un raccord d'extrémité selon un troisième mode de réalisation de la présente invention ;

DESCRIPTION DETAILLEE DE MODE DE REALISATION DE L'INVENTION

Tout d'abord, on note que les figures ne sont pas à l'échelle.

Les Figures 1 et 2 représentent schématiquement un module pour le transport d'un fluide, notamment de l'eau de mer, selon un mode de réalisation particulier de la présente invention.

Ce module comporte une structure tissée comportant à chacune de ses extrémités, un raccord 10 d'extrémité métallique.

Chaque raccord 10, ici entièrement annulaire, comprend un corps 1 1 principal délimitant un canal 12 interne pour le passage de ce fluide. La paroi interne de ce corps 1 1 délimitant le canal 12 interne étant annulaire, cette dernière présente un épaulement 13 définissant une face 14 d'appui interne pour la réception de deux bagues 15, 16.

Comme représenté sur la Figure 2, les deux bagues 15, 16 présentent une section transversale droite identique et de forme carrée, les arêtes étant chanfreinées.

L'extrémité libre de la structure tissée 18 enveloppe ces bagues 15, 16 en étant engagée entre celles-ci pour décrire un S, cet engagement augmentant la résistance au glissement des faces de cette extrémité libre,

Bien entendu, l'engagement de l'extrémité libre de la structure tissée 18 dans le raccord 10 n'est pas limité à ce seul pliage en S mais peut être différent ou simplifié.

L'ancrage de l'extrémité libre de ladite structure tissée 18 dans le raccord 10 est ainsi obtenu uniquement par frottement des faces de cette extrémité libre de la structure tissée 18 avec les surfaces des bagues 15, 16 et de cette paroi interne.

Sur la Figure 2, une partie de fixation 17, ou encore capot, est représentée, laquelle permet l'assemblage du raccord 10 avec le raccord d'un autre module. Un tel assemblage peut être réalisé de manière connue par soudure ou boulonnage.

L'extrémité libre de la structure tissée 18 est donc ancrée dans ce raccord 10 en passant par une partie du canal 12 interne de sorte que le corps 1 1 principal du raccord est extérieur à la structure tissée 18.

Les Figures 3 et 4 représentent schématiquement un module pour le transport d'un fluide, notamment de l'eau de mer, selon un autre mode de réalisation de la présente invention.

L'épaulement est ici placé sur la paroi latérale externe du corps principal 19 du raccord 20 de sorte que la face 21 d'appui est externe, ou encore tournée vers l'extérieur du raccord 20.

Les deux bagues 22, 23 sont reçues sur cette face d'appui en étant superposées et plaquées l'une contre l'autre et contre cette face 21 d'appui afin de maximiser les frottements de l'extrémité libre de la structure tissée 18 engagée dans ce raccord 20.

Ces bagues 22, 23 métalliques qui sont pleines, présentent des sections transversales droites distinctes, une première ayant une forme trapézoïdale et l'autre étant en forme de parallélogramme, de sorte qu'elles reposent l'une sur l'autre en étant en contact sur l'intégralité de leur face de contact.

De même, la face d'appui 21 présente une forme complémentaire de celle de la bague inférieure 23 venant en contact directement avec elle pour assurer un contact sur la totalité de leur face de contact. On s'assure ainsi d'un frottement maximum entre l'extrémité libre de la structure tissée 18 engagée dans ce raccord 20, et les surfaces de ces bagues 22, 23 et de la paroi externe du corps 19 principal.

L'ancrage de l'extrémité libre de ladite structure tissée 18 dans le raccord 20 est ainsi obtenu uniquement par frottement des faces de cette extrémité libre de la structure tissée 18 avec les surfaces des bagues 22, 23, de cette paroi externe et d'une partie de fixation 24.

Cette partie de fixation 24 comporte en effet sur sa face interne une forme complémentaire de celle de la bague supérieure 22 pour assurer un plaquage de l'extrémité libre de la structure tissée 18 engagée dans le raccord 20 contre la face de cette bague 22, et par conséquent augmenter le coefficient de frottement.

L'extrémité libre de la structure tissée 18 est donc ancrée dans ce raccord 20 en passant par le pourtour externe du corps principal de ce raccord 20 de sorte que ce dernier se retrouve placé à l'intérieur de la structure tissée 18.

Les Figures 5 à 7 représentent schématiquement un dispositif permettant le raccordement d'un raccord d'extrémité et d'une structure tissée définissant une conduite tubulaire de transport de fluide.

La Figure 6 est une vue partielle et en coupe du dispositif de la Fig. 5 montrant une étape d'une méthode de raccordement d'un raccord 1 1 ,15, 16 d'extrémité et d'une structure tissée 18, dans laquelle la bague 16 inférieure du raccord d'extrémité a été déplacée après introduction de l'extrémité libre de cette structure tissée 18 dans le raccord pour emprisonner cette extrémité libre entre la face 14 d'appui du raccord et cette bague 16.

La Figure 7 est une vue partielle et en coupe du dispositif de la Fig. 6, montrant une étape ultérieure de cette méthode de raccordement dans laquelle la bague 15 supérieure a été déplacée après enveloppement de la bague 16 inférieure avec l'extrémité libre de ladite structure 18 tissée, de manière à ce que cette bague 15 supérieure soit plaquée contre la bague 16 inférieure ainsi enveloppée.

On obtient ainsi l'ancrage de l'extrémité libre de cette structure tissée 18 dans ce raccord. Cet ancrage est ici obtenu uniquement par frottement des faces de l'extrémité libre de la structure tissée 18 avec les surfaces des bagues 15, 16 et de la paroi interne du corps 1 1 principal.

La Figure 8 représente schématiquement une vue partielle et en perspective d'un raccord d'extrémité selon un troisième mode de réalisation de la présente invention. Les éléments du raccord d'extrémité représentés sur la Figure 8 portant les mêmes références que ceux montrés sur la Figure 2 représentent les mêmes objets, lesquels ne seront pas décrits de nouveau ci-après.

Le raccord d'extrémité de la Figure 8 diffère de celui de la Figure 2 en ce que la structure tissée 18 formant une conduite délimitant un canal intérieur, cette structure tissée 18 comporte un ou plusieurs éléments 25 intégrés dans l'épaisseur de celle-ci.

Chaque élément 25 intégré est ici une pièce tubulaire rigide, de préférence réalisée dans un matériau métallique spécialement adapté pour des applications en milieu marin tel que de l'acier inoxydable.

Les extrémités de chaque élément 25 intégré sont affleurant, ou de niveau, ou encore sensiblement affleurant, avec les faces intérieures et extérieures de la structure tissée 18. Chaque élément 25 intégré traverse ainsi l'épaisseur de la structure tissée 18 pour assurer une communication entre le canal intérieur délimité par la face intérieure de la structure tissée 18 et l'extérieur de cette structure tissée 18.

Avantageusement, l'extrémité libre de la structure tissée 18 comporte un ou plusieurs éléments 25 intégrés venant en vis-à-vis d'une ou des bagues 15, 16 et/ou du corps principal 1 1 du raccord de sorte qu'une fixation 26 insérée dans chaque élément 25 intégré créée une liaison mécanique entre la structure tissée 18 et le raccord correspondant.

De manière préférentielle, on introduit chaque élément 25 intégré dans l'épaisseur de la structure tissée 18 au moment de la fabrication de cette structure tissée 18.

Pour cela, on utilise un procédé de fabrication d'une structure tissée 18 comportant au moins une paroi tissée, dans lequel on réalise les étapes suivantes : a) tisser au moins une première portion de ladite structure tissée 18, ladite première portion comportant des fils de chaîne et des fils de trame entrecroisés selon l'armure fondamentale de chaque partie de paroi tissée correspondant à cette première portion,

b) stopper l'introduction des fils de trame après insertion d'un fil de trame associé au positionnement d'au moins un élément 25 intégré dans ladite structure tissée 18, ce fil de trame étant entrecroisé avec les fils de chaîne de chaque partie de paroi tissée selon l'armure fondamentale de ladite partie de paroi,

c) ledit au moins un élément 25 intégré ayant un axe principal, introduire chaque élément 25 intégré entre les fils de chaîne définissant avec ledit fil de trame associé, la position d'insertion de cet élément 25 intégré dans la structure tissée 18, l'axe principal dudit élément 25 intégré coupant le plan passant par les fils de chaîne de chaque partie de paroi dans laquelle il est introduit,

d) maintenir en position chaque élément 25 intégré et introduire au moins un nouveau fil de trame entrecroisant les fils de chaîne de ladite structure tissée 18 selon ladite armure fondamentale de chaque partie de paroi ou selon au moins une nouvelle armure, pour reprendre la fabrication de ladite structure tissée 18, chaque élément 25 intégré étant non pris dans ladite structure tissée 18.

Lorsque cette structure tissée 18 comporte plusieurs parois, les parties de paroi peuvent présenter une même armure fondamentale ou au contraire des armures distinctes pour au moins certaines d'entre elles.

De manière connue, l'homme du métier sait que pour représenter, "l'armure" d'un tissu, on fait appel au procédé de mise en carte, qui utilise un papier quadrillé, et, par définition, on admet que les interlignes verticaux du quadrillage figurent les fils de chaîne, et les interlignes horizontaux, les fils de trame, ou duite du tissu.

Si sur un tel quadrillage, on veut figurer qu'un fil de chaîne évolue au-dessus d'un fil de trame, il suffit alors, par convention, de colorier la case placée à l'intersection du fil de chaîne et du fil de trame considérés. On a alors un « pris ».

L'absence de coloration d'une case, qui correspond, à un « laissé », symbolise le passage du fil de chaîne au-dessous du fil de trame correspondant.

Ce procédé de mise en carte, particulièrement simple, permet ainsi par une combinaison judicieuse de pris et de laissés, de représenter les évolutions respectives des fils de chaîne et de fils de trame d'une paroi tissée ou d'un tissu, si compliquées soient elles.

Le terme « pris » de l'étape d) du procédé devant être interprété en ce sens, il ressort clairement de la définition technique du procédé que chaque élément 25 intégré introduit dans la structure tissée 18 est naturellement non lié à cette structure tissée 18 par le seul tissage de la structure tissée 18. Ainsi, et en l'absence d'une étape de solidarisation distincte du tissage de la structure tissée 18 à proprement parlé, telle qu'un collage de l'élément 25 intégré aux fils de chaîne et de trame l'entourant, chaque élément 25 intégré peut être retiré de la structure tissée 18.

Bien entendu, cette opération peut être plus ou moins rendue complexe en fonction du compactage des fils de trame de la structure tissée 18 souhaitée, lequel peut résulter en un serrage plus ou moins important de l'élément 25 intégré.

Les parois tissées, ou nappes, de la structure tissée 18 peuvent être identiques ou, au contraire, présenter pour au moins certaines d'entre elles, des dimensions ou formes différentes.

L'arrêt du tissage pour introduire un ou plusieurs éléments allongés dans la structure tissée 18 est donc repéré par rapport au fil de trame directement associé à la position du ou de ces éléments allongés dans la structure tissée 18. Cela signifie que ce fil de trame est un des fils de la structure tissée 18 entourant le ou les éléments allongés. Bien entendu, on répète les étapes b) à d) à chaque fois qu'un ou plusieurs nouveaux éléments allongés dont la ou les positions sont associées à un autre fil de trame de la structure tissée 18, sont à introduire dans cette structure tissée 18. Ces opérations nécessitent donc de déterminer au préalable quel est le fil de trame, ou quels sont les fils de trame, de la structure tissée 18 associé(s) au positionnement d'un ou plusieurs éléments allongés dans cette structure. Un suivi du guidage et de l'introduction de ces fils de trame dans chaque voie du métier à tisser est également nécessaire pour déclencher l'arrêt du tissage. Néanmoins, un tel procédé autorise un positionnement très précis, puisqu'au fil près, d'un élément 25 intégré dans la structure tissée 18 sans affaiblir mécaniquement cette dernière.