Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MOTOR VEHICLE CONTROL MEMBER, ASSOCIATED CONTROL DEVICE AND METHOD
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/211064
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a motor vehicle (1) control member (3) comprising: − a gripping element (6) that can be operated by a user in order to implement a control, such as the control of an element installed onboard said vehicle (1), the gripping element (6) being mounted so as to be able to rotate on a guide (12) of the control member (3), and − an encoder (9) configured to deliver a signal that depends on the position or the variation in position of the gripping element (6), characterised in that the guide (12) is configured to be attached to a window (4) of the motor vehicle (1), such as a front windscreen (8), rear windscreen, side window or sunroof, or to a rear-view mirror inside said vehicle (1). The invention further relates to an associated control method.

Inventors:
MUSAT, Ciprian (76 rue Auguste Perret - ZI Europarc, Créteil CEDEX, 94046, FR)
KORCZAK, Stephane (76 rue Auguste Perret - ZI Europarc, Créteil CEDEX, 94046, FR)
Application Number:
EP2019/058798
Publication Date:
November 07, 2019
Filing Date:
April 08, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALEO COMFORT AND DRIVING ASSISTANCE (76 rue Auguste Perret - ZI Europarc, Créteil CEDEX, 94046, FR)
International Classes:
B60J3/04; B60R11/00; G05B15/02; G05G1/08; G06F3/0362
Domestic Patent References:
WO2017168010A12017-10-05
Foreign References:
FR2923184A12009-05-08
TW201407437A2014-02-16
US8292228B22012-10-23
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
DELPLANQUE, Arnaud (C/O VALEO COMFORT AND DRIVING ASSISTANCE, SERVICE PI7, rue Auguste Perret - ZI Europarc Créteil CEDEX, 94046, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Organe de commande (3) de véhicule automobile (1 ) comportant :

- un élément de préhension (6) manipulable par un utilisateur pour réaliser une commande, telle que la commande d’un élément embarqué (7) dudit véhicule (1 ), l’élément de préhension (6) étant monté mobile en rotation sur un guide (12) de l’organe de commande (3), et

- un encodeur (9) configuré pour délivrer un signal qui est fonction de la position ou de la variation de position de l’élément de préhension (6),

caractérisé en ce que le guide (12) est configuré pour être fixé sur une vitre (4) du véhicule automobile (1 ), tel qu’un parebrise avant (8) ou arrière, une vitre latérale ou un toit vitré ou sur un miroir de rétroviseur interne dudit véhicule (1 ).

2. Organe de commande (3) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que l’élément de préhension (6) forme un capot recouvrant l’encodeur (9) et le guide (12), l’interstice (h) entre l’extrémité de l’élément de préhension (6) et la vitre (4) ou le miroir de rétroviseur interne étant inférieur à cinq millimètres.

3. Organe de commande (3) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’il comporte un moyen de récupération d’énergie (22) configuré pour récupérer l’énergie cinétique générée par le déplacement de l’élément de préhension (6) sous forme d’énergie électrique pour alimenter un composant de l’organe de commande (3).

4. Organe de commande (3) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que le composant comporte un émetteur (25) relié à l’encodeur (9) pour transmettre par liaison sans fils, un signal relatif à la position de l’élément de préhension (6) à un récepteur (26) d’une unité de commande (5) du véhicule automobile (1 ).

5. Organe de commande (3) selon l’une des revendications 3 ou 4, caractérisé en ce que le moyen de récupération d’énergie (22) comporte un transducteur électromécanique (23), tel qu’un élément piézo-électrique.

6. Organe de commande (3) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que le transducteur électromécanique (23) est raccordé à une unité de stockage d’énergie (24) de l’organe de commande (3).

7. Organe de commande (3) selon l’une des revendications 5 ou 6 prise avec la revendication 4, caractérisé en ce que l’émetteur (25) comporte un dispositif de déclenchement de l’émission (27) relié au transducteur électromécanique (23).

8. Organe de commande (3) selon l’une des revendications 5 à 7, caractérisé en ce que le moyen de récupération d’énergie (22) comporte une lame élastique (28) portant un élément piézo-électrique du transducteur électromécanique (23), une première extrémité étant fixe et une deuxième extrémité libre étant configurée pour coopérer avec une came (29) solidaire en rotation de l’élément de préhension (6).

9. Organe de commande (3) selon l’une des revendications 1 ou 2, caractérisé en ce qu’il est relié à une unité de commande (5) du véhicule automobile (1 ) par une liaison filaire (13), par exemple transparente ou translucide.

10. Organe de commande (3) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le guide (12) est collé sur la vitre (4) du véhicule automobile (1 ) ou sur le miroir de rétroviseur interne.

1 1. Dispositif de commande (2) de véhicule automobile (1 ) caractérisé en ce qu’il comporte :

- au moins un organe de commande (3) selon l’une des revendications précédentes dont le guide (12) est configuré pour être fixé à une vitre (4) du véhicule automobile (1 ) ou à un miroir de rétroviseur interne dudit véhicule (1 ), et

- une unité de commande (5) reliée audit au moins un organe de commande (3) pour la commande d’un élément embarqué (7) dudit véhicule (1 ).

12. Dispositif de commande (2) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que le guide (12) de l’organe de commande (3) est configuré pour être fixé à une vitre (4) ou un miroir comprenant un verre électrochromique (16), l’unité de commande (5) étant configurée pour commander le réglage de l’opacité du verre électrochromique (16) en fonction de la manipulation de l’organe de commande (3).

13. Dispositif de commande (2) selon la revendication précédente, caractérisé en ce qu’il comporte un capteur de luminosité (21 ) configuré pour mesurer la luminosité dans l’habitacle du véhicule automobile (1 ) agencé à l’arrière d’un verre électrochromique (16) d’un pare-soleil (20), le capteur de luminosité (21 ) étant relié à l’unité de commande (5) pour le contrôle automatique de l’opacité du pare-soleil (20).

14. Dispositif de commande (2) selon l’une des revendications 11 à 13, caractérisé en ce que le guide (12) de l’organe de commande (3) est configuré pour être fixé sur le parebrise avant (8) du véhicule automobile (1 ) pour la sélection ou la validation d’une fonction ou d’un paramètre affiché sur un écran (14).

15. Dispositif de commande (2) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l’écran (14) est projeté sur ledit parebrise avant (8) par un afficheur tête haute (15) du dispositif de commande (2).

16. Dispositif de commande (2) selon l’une des revendications 11 à 15, caractérisé en ce qu’il comporte un élément embarqué (7) configuré pour être commandé par l’organe de commande (3), l’élément embarqué (7) comportant un système de climatisation, de ventilation, de navigation ou un autoradio, un téléphone ou un moyen de commande de lève-vitres ou de réglage de position des rétroviseurs ou de réglage de la hauteur des phares ou de réglage de la luminosité des écrans du véhicule, l’élément embarqué (7) pouvant être embarqué de façon provisoire.

17. Procédé de commande d’un élément embarqué (7) du véhicule automobile (1 ) caractérisé en ce qu’on commande un élément embarqué (7) dudit véhicule (1 ) en manipulant un organe de commande (3) selon l’une des revendications 1 à 10, dont le guide (12) est fixé sur une vitre (4) du véhicule automobile (1 ), tel qu’un parebrise avant (8) ou arrière, une vitre latérale, un toit vitré, ou sur un miroir de rétroviseur interne dudit véhicule (1 ).

18. Procédé de commande selon la revendication précédente, caractérisé en ce qu’un composant de l’organe de commande (3) est alimenté par l’énergie électrique récupérée de l’énergie cinétique générée par le déplacement de l’élément de préhension (6).

19. Procédé de commande selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l’énergie électrique alimente un émetteur (25) pour transmettre la position de l’élément de préhension (6) de l’organe de commande (3) par liaison sans fils à un récepteur (26) de l’unité de commande (5) du véhicule automobile (1 ).

20. Procédé de commande selon la revendication précédente, caractérisé en ce qu’une transmission du signal est déclenchée lorsque l’élément de préhension (6) de l’organe de commande (3) est manipulé.

21. Procédé de commande selon l’une des revendications 17 à 20, caractérisé en ce que la manipulation de l’organe de commande (3) contrôle l’opacité d’un verre électrochromique (16) d’une vitre (4) ou un miroir de rétroviseur interne du véhicule automobile (1 ) sur lequel est fixé l’organe de commande (3).

22. Procédé de commande selon l’une des revendications 17 à 21 , caractérisé en ce que la manipulation de l’organe de commande (3) permet le contrôle de l’accès à un réseau à travers la vitre (4), tel qu’un réseau d’un opérateur de télépéage, de paiement de parking ou de téléphonie.

Description:
Organe de commande de véhicule automobile, dispositif et procédé de commande associés

La présente invention concerne un organe de commande de véhicule automobile, ainsi qu’un dispositif et un procédé de commande associés.

Dans le domaine automobile, la commande d’organes électriques, comme le système de climatisation ou de navigation, est généralement réalisée au moyen d’un organe de commande mécanique. Celui-ci comporte par exemple une molette dont le positionnement angulaire permet à une unité de traitement de sélectionner une commande particulière et de commander par exemple, un actionneur de volet dans le système de climatisation ou permet à l’utilisateur d’accéder au clavier de saisie pour entrer une destination dans le système de navigation.

Les organes de commande sont agencés dans le cockpit de l’habitacle à portée de main du conducteur, sur le volant, le panneau avant, le module de plafonnier, la console centrale ou les portières.

Toutefois, l’augmentation du nombre de boutons dans l’habitacle peut produire une situation de surcharge attentionnelle pour le conducteur. Il peut parfois être difficile de savoir quel bouton est destiné au contrôle de quel système embarqué, notamment avec la multiplication des fonctions pouvant être commandées par les utilisateurs. De cela peuvent résulter des durées d’inattentions de la part du conducteur trop longues, pouvant être sources de comportements de conduite dangereux.

Un but de la présente invention est de proposer un organe de commande pour la commande de certaines fonctions, pouvant être localisé de façon intuitive par l’utilisateur.

A cet effet, l'invention a pour objet un organe de commande de véhicule automobile comportant :

- un élément de préhension manipulable par un utilisateur pour réaliser une commande, telle que la commande d’un élément embarqué dudit véhicule, l’élément de préhension étant monté mobile en rotation sur un guide de l’organe de commande, et

- un encodeur configuré pour délivrer un signal qui est fonction de la position ou de la variation de position de l’élément de préhension,

caractérisé en ce que le guide est configuré pour être fixé sur une vitre du

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) véhicule automobile, tel qu’un parebrise avant ou arrière, une vitre latérale ou un toit vitré ou sur un miroir de rétroviseur interne dudit véhicule.

L’organe de commande peut ainsi être localisé de façon intuitive par l’utilisateur. L’organe de commande peut servir à commander un élément embarqué dans le véhicule qui présente un rapport avec la vitre ou le miroir auquel il est fixé, par exemple en relation avec ce que l’on peut voir à travers la vitre ou sur la vitre.

Selon un exemple de réalisation, l’élément de préhension forme un capot recouvrant l’encodeur et le guide. Le capot présente par exemple une forme de cloche au sommet sensiblement plat et aux parois latérales cylindriques.

L’interstice entre l’extrémité de l’élément de préhension et la vitre ou le miroir de rétroviseur interne auquel l’organe de commande est fixé, est par exemple inférieur à cinq millimètres, tel que inférieur à quatre millimètres, tel que compris entre deux et quatre millimètres.

L’organe de commande peut comporter un moyen de récupération d’énergie configuré pour récupérer l’énergie cinétique générée par le déplacement de l’élément de préhension sous forme d’énergie électrique pour alimenter un composant de l’organe de commande.

Le composant comporte par exemple un émetteur relié à l’encodeur pour transmettre par liaison sans fils, un signal relatif à la position de l’élément de préhension à un récepteur d’une unité de commande du véhicule automobile.

Le moyen de récupération d’énergie peut comporter un transducteur électromécanique, tel qu’un élément piézo-électrique.

Le transducteur électromécanique peut être raccordé à une unité de stockage d’énergie de l’organe de commande.

L’émetteur peut comporter un dispositif de déclenchement de l’émission relié au transducteur électromécanique.

La liaison sans fils (radio ou infrarouge) entre l’unité de commande et l’encodeur permet à l’organe de commande de pouvoir être disposé n’importe où sur la vitre ou le miroir du véhicule sans liaison filaire visible. Egalement, cela permet à l’organe de commande d’être déplaçable. Pour cela, l’organe de commande peut comporter un moyen de fixation amovible à la vitre ou au miroir du véhicule automobile, tel qu’une ventouse.

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) Selon un exemple de réalisation, le moyen de récupération d’énergie comporte une lame élastique portant un élément piézo-électrique du transducteur électromécanique, une première extrémité étant fixe et une deuxième extrémité libre étant configurée pour coopérer avec une came solidaire en rotation de l’élément de préhension.

Selon un autre exemple, l’organe de commande est relié à une unité de commande du véhicule automobile par une liaison filaire, par exemple transparente ou translucide.

Le guide de l’organe de commande peut aussi être collé sur la vitre ou le miroir du véhicule automobile.

L’invention a aussi pour objet un dispositif de commande de véhicule automobile caractérisé en ce qu’il comporte :

- au moins un organe de commande tel que décrit précédemment, dont le guide est configuré pour être fixé à une vitre du véhicule automobile ou à un miroir de rétroviseur interne du véhicule automobile, et

- une unité de commande reliée audit au moins un organe de commande pour la commande d’un élément embarqué dudit véhicule.

Le guide de l’organe de commande est par exemple configuré pour être fixé à une vitre ou un miroir comprenant un verre électrochromique, l’unité de commande étant configurée pour commander le réglage de l’opacité du verre électrochromique en fonction de la manipulation de l’organe de commande.

Le dispositif de commande peut comporter un capteur de luminosité configuré pour mesurer la luminosité dans l’habitacle du véhicule automobile, le capteur de luminosité étant agencé à l’arrière d’un verre électrochromique d’un pare-soleil et relié à l’unité de commande pour le contrôle automatique de l’opacité du pare-soleil.

Le guide de l’organe de commande peut être configuré pour être fixé sur le parebrise avant du véhicule automobile pour la sélection ou la validation d’une fonction ou d’un paramètre affiché sur un écran. L’écran peut être projeté sur ledit parebrise avant par un afficheur tête haute du dispositif de commande.

Le dispositif de commande peut comporter un élément embarqué configuré pour être commandé par l’organe de commande, l’élément embarqué comportant un système de climatisation, de ventilation, de navigation ou un autoradio, un téléphone ou un moyen de commande de lève-vitres ou de réglage de position des rétroviseurs

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) ou de réglage de la hauteur des phares ou de réglage de la luminosité des écrans du véhicule.

L’élément embarqué peut être embarqué de façon provisoire dans le véhicule.

L’invention a encore pour objet un procédé de commande d’un élément embarqué du véhicule automobile, caractérisé en ce qu’on commande un élément embarqué dudit véhicule en manipulant un organe de commande tel que décrit précédemment, dont le guide est fixé sur une vitre du véhicule automobile, tel qu’un parebrise avant ou arrière, une vitre latérale, un toit vitré, ou sur un miroir de rétroviseur interne dudit véhicule.

Selon un exemple de réalisation, un composant de l’organe de commande est alimenté par l’énergie électrique récupérée de l’énergie cinétique générée par le déplacement de l’élément de préhension.

L’énergie électrique alimente par exemple un émetteur pour transmettre la position de l’élément de préhension de l’organe de commande par liaison sans fils à un récepteur de l’unité de commande du véhicule automobile.

Une transmission du signal peut être déclenchée lorsque l’élément de préhension de l’organe de commande est manipulé.

La manipulation de l’organe de commande peut contrôler l’opacité d’un verre électrochromique d’une vitre du véhicule automobile ou du miroir de rétroviseur interne sur lequel est fixé l’organe de commande.

La manipulation de l’organe de commande peut permettre le contrôle de l’accès à un réseau à travers une vitre, tel qu’un réseau d’un opérateur de télépéage, de paiement de parking ou de téléphonie.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention ressortiront de la description suivante, donnée à titre d'exemple et sans caractère limitatif, en regard des dessins annexés sur lesquels :

La Figure 1 représente une vue schématique d’un premier exemple de réalisation d’un dispositif de commande agencé dans un véhicule automobile vu depuis l’intérieur de l’habitacle.

La Figure 2 montre une vue en coupe transversale d’un exemple de réalisation d’un organe de commande du dispositif de commande de la Figure 1.

La Figure 3 représente une vue schématique en coupe d’un parebrise avant du

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) véhicule de la Figure 1 et une vue schématique agrandie d’un détail du parebrise au niveau d’un pare-soleil.

La Figure 4 montre une vue schématique de fonctionnement du dispositif de commande de la Figure 1.

La Figure 5 représente une vue analogue à la Figure 1 pour un deuxième exemple de réalisation d’un dispositif de commande.

La Figure 6 montre une vue schématique de fonctionnement du dispositif de commande de la Figure 5.

La Figure 7 montre une vue schématique d’une succession d’étapes d’un procédé de commande d’un élément embarqué du véhicule automobile au moyen du dispositif de commande de la Figure 5.

La Figure 8 montre une vue schématique d’un exemple de réalisation d’un organe de commande du dispositif de commande de la Figure 5.

Sur ces Figures, les éléments identiques portent les mêmes numéros de référence.

Les réalisations suivantes sont des exemples. Bien que la description se réfère à un ou plusieurs modes de réalisation, ceci ne signifie pas nécessairement que chaque référence concerne le même mode de réalisation, ou que les caractéristiques s'appliquent seulement à un seul mode de réalisation. De simples caractéristiques de différents modes de réalisation peuvent également être combinées ou interchangées pour fournir d'autres réalisations.

La Figure 1 représente une vue schématique d’un avant d’habitacle de véhicule automobile 1 dans lequel est agencé un dispositif de commande 2.

Le dispositif de commande 2 comprend au moins un organe de commande 3 configuré pour être fixé à une vitre 4 du véhicule automobile 1 ou à un miroir du rétroviseur interne du véhicule automobile et une unité de commande 5 reliée à l’organe de commande 3. La vitre 4 est par exemple un parebrise avant 8 (Figure 1 ) ou arrière, une vitre latérale ou un toit vitré.

L’organe de commande 3 comporte un élément de préhension 6 manipulable par un utilisateur pour réaliser une commande, telle qu’une commande d’un élément embarqué 7 du véhicule (Figure 4).

L’élément embarqué 7 du véhicule 1 comporte par exemple un système de

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) climatisation, de ventilation, de navigation ou un autoradio, un téléphone ou un moyen de commande de lève-vitres ou de réglage de position des rétroviseurs ou de la hauteur des phares ou de la luminosité des écrans du véhicule 1 ou encore un verre électrochromique de pare-soleil ou de miroir de rétroviseur interne comme on le verra plus loin.

L’élément de préhension 6 est monté mobile en rotation sur un guide 12 destiné à être fixé à la vitre 4 ou au miroir de rétroviseur interne (Figure 2).

Selon un exemple de réalisation visible sur la Figure 2, l’élément de préhension 6 forme un capot recouvrant un encodeur 9 et le guide 12 de l’organe de commande 3. Le capot présente par exemple une forme de cloche au sommet sensiblement plat et aux parois latérales cylindriques.

L’interstice h situé entre l’extrémité de l’élément de préhension 6 et la vitre 4 sur laquelle l’organe de commande 3 est fixé, c’est-à-dire ici entre l’extrémité des parois latérales cylindriques et la vitre 4, est par exemple inférieur à cinq millimètres, tel que inférieur à quatre millimètres, tel que compris entre deux et quatre millimètres.

L’unité de commande 5 comporte une unité de calcul programmable et une unité de mémoire capable de stocker par exemple des tables ou des lois de correspondance fournissant par exemple une correspondance entre une caractéristique de manipulation de l’élément de préhension 6 de l’organe de commande 3, tel que sa position ou une force d’appui, et des commandes, telles que des commandes d’un élément embarqué 7 du véhicule 1 .

L’encodeur 9 est configuré pour délivrer un signal qui est fonction de la position ou de la variation de position de l’élément de préhension 6 (Figure 2). Il peut être de technologie magnétique, optique, résistif ou à commutateurs (également appelé « de type crantage » ou « switch » en anglais).

La Figure 2 représente ainsi un exemple d’organe de commande 3 comprenant un encodeur 9 rotatif de type crantage présentant une tête pivotante sur laquelle est montée l’élément de préhension 6. Les sorties de l’encodeur 9 sont connectées à une carte électronique 10 de l’organe de commande 3, telle qu’une carte PCB (pour « Printed Circuit Board » en anglais), portée par un support 11 du guide 12, la carte électronique 10 supportant par exemple l’encodeur 9.

L’organe de commande 3 peut aussi comporter un dispositif de retour haptique permettant d’indiquer à l’utilisateur la prise en compte d’une action sans que

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) l’utilisateur n’ait besoin de détourner les yeux de la route. Le dispositif de retour haptique peut être un mécanisme mécanique ou un dispositif « programmable ». Il est par exemple intégré dans l’encodeur 9.

L’organe de commande 3 peut en outre comporter un capteur d’appui configuré pour mesurer un paramètre représentatif d’une force d’appui exercée sur l’élément de préhension 6. Le capteur d’appui est par exemple un capteur capacitif configuré pour mesurer une distance entre l’élément de préhension 6 et la carte électronique 10. La mesure de la force d’appui peut aussi être réalisée par d’autres moyens comme par mesure inductive ou par mesure ultrason ou par mesure de déformation au moyen de jauges de contrainte ou de capteurs FSR (pour « Force Sensing Resistor » en anglais).

Selon un premier exemple de réalisation, l’organe de commande 3 est relié à l’unité de commande 5 par une liaison filaire (Figures 1 et 2).

Le guide 12 de l’organe de commande 3 peut être fixé de manière permanente à la vitre 4 ou au miroir de rétroviseur interne, par exemple par collage.

L’organe de commande 3 est relié à l’unité de commande 5 pour alimenter l’encodeur 9 et recevoir une information de la position de l’élément de préhension 6 via la liaison filaire 13 qui peut être numérique ou analogique. L’unité de commande 5 interprète par exemple un signal de l’encodeur 9 d’un déplacement de l’élément de préhension 6 dans un sens comme un incrément et un déplacement de l’élément de préhension 6 dans le sens contraire comme un décrément du signal.

La liaison filaire 13 peut être transparente ou translucide. C’est par exemple un conducteur ITO (oxyde d’indium-étain) ou polyTC® ou graphène ou AZO ou GZO ou IZO ou nanotubes ou autre.

L’unité de commande 5 est par exemple agencée dans la planche de bord du véhicule ou à tout endroit de l’habitable où elle peut être dissimulée. La liaison filaire 13 transparente ou translucide entre l’unité de commande 5 et l’encodeur 9 permet à l’organe de commande 3 de pouvoir être disposé n’importe où sur la vitre 4 du véhicule sans qu’il n’y ait de liaison filaire visible le reliant à l’unité de commande 5.

L’élément embarqué 7 commandé par l’organe de commande 3 peut présenter un rapport avec la vitre 4 auquel est fixé l’organe de commande 3, par exemple en relation avec ce que l’on peut voir à travers la vitre 4 ou sur la vitre 4.

L’organe de commande 3 est par exemple fixé sur le parebrise avant 8 et permet la sélection ou la validation d’une fonction ou d’un paramètre affiché sur un

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) écran 14.

L’écran 14 peut être projeté sur le parebrise avant 8 par un afficheur tête haute 15 (ou HUD pour « Head-Up Display » en anglais) du dispositif de commande 2 du véhicule 1 . Un tel afficheur tête haute 15 affiche des images sur le parebrise avant 8 dans le champ de vision du conducteur. La manipulation d’un organe de commande 3 fixé au parebrise avant 8 pour naviguer dans les images affichées sur ce parebrise 8 permettant le contrôle d’éléments embarqués 7 du véhicule 1 est relativement intuitive pour le conducteur.

L’écran 14 peut aussi être intégré dans la planche de bord.

La manipulation de l’organe de commande 3 peut permettre d’accéder à un réseau à travers la vitre 4, tel que le réseau d’un opérateur de télépéage pour le paiement de l’autoroute ou d’un opérateur de paiement de parking ou tel qu’un réseau téléphonique. Les options possibles sont par exemple affichées sur l’écran 14 dans un menu et la rotation de l’organe de commande 3 permet de faire défiler les différentes options possibles. Le choix peut être validé par un appui sur l’organe de commande 3 dans une direction parallèle à l’axe de rotation ou sur un bouton central de l’organe de commande 3.

Selon l’exemple d’application montré sur les Figures 1 et 3, le guide 12 de l’organe de commande 3 est fixé à une vitre 4 ou un miroir comprenant un verre électrochromique 16 et l’unité de commande 5 est configurée pour commander le réglage de l’opacité du verre électrochromique 16 en fonction de la manipulation de l’organe de commande 3.

Selon un exemple de réalisation schématisé sur la Figure 3, le verre électrochromique 16 comporte deux conducteurs transparents 17 prenant en sandwich une couche d’éléments électrochromes 18 qui s’obscurcit lorsqu’elle est traversée par un courant. Le verre électrochromique 16 peut être intégré au verre 19 ou peut être agencé contre le verre 19, du côté intérieur du véhicule. Lorsqu’il est foncé, le verre électrochromique 16 permet au conducteur et/ou au passager avant de ne pas être ébloui.

Le verre électrochromique 16 est par exemple celui d’un pare-soleil 20, comme le rideau pare-soleil du pare-brise avant 8 (Figure 1 ), ou un pare-soleil 20 de vitres latérales, de parebrise arrière ou d’un toit vitré du véhicule 1 ou tel que le verre électrochromique 16 d’un miroir de rétroviseur interne. La manipulation d’un organe de

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) commande 3 fixé à une vitre 4 ou au miroir pour commander le réglage de l’opacité du verre électrochromique 16 sur lequel il peut être fixé est relativement intuitive.

Le contrôle de l’opacité du verre électrochromique 16 peut être réalisé en association avec un capteur de luminosité 21 du dispositif de commande 2 (Figures 1 et 4). Le capteur de luminosité 21 est par exemple basé sur une technologie semi- conducteur ou photorésistive.

Le capteur de luminosité 21 est configuré pour mesurer la luminosité dans l’habitacle du véhicule automobile 1. Il est placé derrière le verre électrochromique 16 du pare-soleil 20. Ainsi agencé entre le conducteur ou le passager et le pare-soleil 20, le capteur de luminosité 21 donne une mesure de la lumière transmise en direction du conducteur ou du passager.

Le capteur de luminosité 21 est relié à l’unité de commande 5 pour le contrôle automatique de l’opacité du pare-soleil 20, par exemple selon une consigne d’opacité déterminée par manipulation de l’organe de commande 3 (Figure 4).

Ainsi par exemple, pour commander le réglage de l’opacité du verre électrochromique 16, les tables ou lois stockées dans l’unité de commande 5 comportent une correspondance entre l’information de l’éclairage ambiant provenant du capteur de luminosité 21 , l’information relative à la position de l’élément de préhension 6 et le courant à fournir à la couche d’éléments électrochromes 18 du verre électrochromique 16 pour adapter l’opacité du pare-soleil 20.

En fonctionnement, l’unité de commande 5 reçoit les informations provenant du capteur de luminosité 21 , de l’encodeur 9 et/ou du capteur d’appui de l’organe de commande 3 pour contrôler l’opacité du pare-soleil 20 (Figure 4). L’unité de commande 5 ajuste par exemple l’opacité du pare-soleil 20 pour maintenir un niveau d’éclairage constant. Ainsi, par exemple, en conduite de jour, le pare-soleil 20 s’éclaircit automatiquement lorsque le véhicule 1 entre dans un tunnel et s’assombrit lorsqu’il en ressort.

Les Figures 5 à 8 illustrent un deuxième exemple de réalisation d’un dispositif de commande 2.

Dans cet exemple, l’organe de commande 3 comporte un moyen de récupération d’énergie 22 (Figure 6).

Le moyen de récupération d’énergie 22 est configuré pour récupérer l’énergie cinétique générée par le déplacement de l’élément de préhension 6 sous forme

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) d’énergie électrique afin d’alimenter un composant de l’organe de commande 3.

Le moyen de récupération d’énergie 22 comporte par exemple un transducteur électromécanique 23, tel qu’au moins un élément piézo-électrique ou inductif.

Par exemple, le déplacement de l’élément de préhension 6 exerce une contrainte sur l’élément piézo-électrique du transducteur électromécanique 23, ce qui permet de récupérer l’énergie cinétique générée sous forme d’énergie électrique.

Le transducteur électromécanique 23 peut être raccordé à une unité de stockage d’énergie 24 de l’organe de commande 3, telle qu’un condensateur, pour stocker l’énergie électrique récupérée.

Le composant de l’organe de commande 3 comporte par exemple un émetteur 25, tel qu’un émetteur radio ou infrarouge, pouvant être alimenté par l’énergie électrique délivrée par le moyen de récupération d’énergie 22. Ainsi, lorsqu’il est alimenté, l’émetteur 25 peut transmettre un signal relatif à la position de l’élément de préhension 6 à un récepteur 26 complémentaire de l’unité de commande 5 par liaison sans fils (Figure 6).

La transmission du signal relatif à la position de l’élément de préhension 6 peut être déclenchée lorsqu’une contrainte est exercée sur l’élément de préhension 6, c’est- à-dire seulement lorsque l’utilisateur déplace l’élément de préhension 6 et qu’une impulsion électrique est générée en sortie du transducteur électromécanique 23. Pour cela, le signal électrique généré par le transducteur électromécanique 23 peut être relié à un dispositif de déclenchement de l’émission 27 de l’émetteur 25 pour émettre un signal à réception d’une impulsion. On peut ainsi économiser l’énergie stockée dans l’unité de stockage d’énergie 25 (Figure 7).

La liaison sans fils (radio ou infrarouge) entre l’unité de commande 5 et l’encodeur 9 permet à l’organe de commande 3 de pouvoir être disposé n’importe où sur la vitre 4 ou le miroir du véhicule sans liaison filaire visible.

Egalement, cela permet à l’organe de commande 3 d’être déplaçable. Pour cela, l’organe de commande 3 peut comporter un moyen de fixation amovible au véhicule automobile 1 , tel qu’une ventouse, fixée par exemple à l’arrière du guide 12.

Le guide 12 de l’organe de commande 3 peut aussi être collé sur la vitre 4 ou le miroir du véhicule automobile 1 .

Selon un exemple de réalisation représenté sur la figure 8, le moyen de récupération d’énergie 22 comporte une lame élastique 28 portant l’élément piézo-

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) électrique du transducteur électromécanique 23.

Une première extrémité 28a de la lame élastique 28 est fixe. Elle est par exemple fixée au support 11 ou à la carte électronique 10.

Une deuxième extrémité de la lame élastique 28 est configurée pour coopérer avec une came 29 solidaire en rotation de l’élément de préhension 6.

La came 29 présente un profil permettant de charger la lame élastique 28 en tension avant de la relâcher de façon brusque. La lame élastique 28 est ainsi mise en vibration par la rotation de l’élément de préhension 6 pour charger l’unité de stockage d’énergie 24.

Le profil de la came 29 présente par exemple une succession d’encoches coopérant avec un suiveur de came 30 porté par la deuxième extrémité de la lame élastique 28. Une impulsion électrique peut ainsi être générée à chaque passage d’encoche.

En fonctionnement, la rotation de l’élément de préhension 6 entraîne une mise en vibration de la lame élastique 28, ce qui charge l’unité de stockage d’énergie 24 par exemple après le redressement de la tension via un redresseur 31 de l’organe de commande 3, tel qu’un redresseur à diodes (Figure 7).

L’énergie électrique récupérée peut permettre d’alimenter l’émetteur 25 pour transmettre la position de l’élément de préhension 6 au récepteur 26 de l’unité de commande 5 par liaison sans fils. Une transmission du signal est déclenchée lorsque l’élément de préhension 6 est manipulé, c’est à dire ici lorsqu’une contrainte est exercée sur l’élément piézo-électrique du transducteur électromécanique 23.

L’organe de commande 3 peut ainsi être « auto-alimenté » par l’effet des vibrations induites au transducteur électromécanique 23 lorsqu’il est tourné. La position de l’organe de commande 3 est transmise via une liaison sans contact. Le signal sans contact est reçu et décodé par le récepteur 26 situé par exemple dans la planche de bord, ou tout autre endroit ou un câblage électrique peut être passé de façon non- apparente.

Selon un exemple d’application, à partir de la position angulaire de l’élément de préhension 6 et du signal de luminosité à l’arrière du pare-soleil 20 issu du capteur de luminosité 21 , l’unité de commande 5 détermine le courant à fournir à la couche d’éléments électrochromes 18 du verre électrochromique 16 pour contrôler l’opacité du pare-soleil 20.

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) Selon un autre exemple, la manipulation de l’organe de commande 3 permet à l’utilisateur de paramétrer la consigne d’un système de climatisation. La consigne est par exemple affichée sur l’écran 14 et la rotation de l’organe de commande 3 permet d’augmenter ou diminuer la valeur de la consigne. Le choix peut être validé par un appui sur l’organe de commande 3 ou sur un bouton central de l’organe de commande 3.

Selon un autre exemple, la manipulation de l’organe de commande 3 permet à l’utilisateur de modifier des paramètres relatifs à un élément embarqué 7 embarqué de façon provisoire, c’est-à-dire pouvant être ôté ou ajouté au véhicule, tel qu’un attelage, un chargeur mobile de téléphone ou une liaison Bluetooth.

Selon un autre exemple, la manipulation de l’organe de commande 3 permet à l’utilisateur de régler la hauteur des phares ou la luminosité des écrans du véhicule. Cette application peut également être réalisée avec un organe de commande 3 relié à l’unité de commande 5 par une liaison filaire comme décrit dans le premier exemple de réalisation.

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26)