Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MOTORISED ROLLER SHUTTER
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/206440
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a motorised closing device (200) for closing a bay, comprising an apron (106), driving means (102) for driving the apron up and down, the driving means comprising a tube (104) for winding the apron and a coaxial motor tube (103), the motor tube being mounted such that it rotates about its axis, the rotation being possible between a first position and a second position, detection means (213) allowing a rotation of the motor tube (103) to be detected, control means (112) for generating a message representing an attempt to open the apron when the detection means detect a rotation of the motor tube, and communication means (120) for transmitting the generated message to a security centre (150), the motorised closing device being suitable for implementing the steps of a method for detecting an attempt to open the apron, three of these steps being to detect (315), by the detection means, a first rotation of the motor tube, then to stop (320) the lowering of the apron (106) so that the motor tube (103) stops in an intermediate position between the first position and the second position, and finally to detect (325), by the detection means, a second rotation of the motor tube.

Inventors:
ROUTIER, Frédéric (Le Vieux Chêne, BONNEMAIN, 35270, FR)
FLAUX, Philippe (Le Vieux Chêne, BONNEMAIN, 35270, FR)
CANO, Cyril (Le Vieux Chêne, BONNEMAIN, 35270, FR)
CASSAN, Maxime (Le Vieux Chêne, BONNEMAIN, 35270, FR)
Application Number:
EP2018/061536
Publication Date:
November 15, 2018
Filing Date:
May 04, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
DELTA DORE (Le Vieux Chêne, BONNEMAIN, 35270, FR)
International Classes:
E06B9/86; E06B9/72
Domestic Patent References:
WO2008148386A12008-12-11
Foreign References:
FR2938288A12010-05-14
FR0857626A2008-11-10
Attorney, Agent or Firm:
CABINET LE GUEN MAILLET (3 impasse de la VigieCS, 35418 SAINT-MALO, 35418, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1) Dispositif d'obturation motorisé (200) d'une baie comprenant :

- un tablier (106),

des moyens d'entraînement (102) destinés à entraîner en montée et en descente ledit tablier, les moyens d'entraînement comprenant un tube d'enroulement (104) du tablier et un tube moteur (103) coaxial, le tube moteur étant monté mobile en rotation autour de son axe, la rotation étant possible entre une première position et une deuxième position, des moyens de détection (213) permettant de détecter une rotation du tube moteur (103),

des moyens de commande (112) destinés à générer un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier lorsque les moyens de détection détectent une rotation du tube moteur, des moyens de communication (120) destinés à émettre le message généré vers une centrale de sécurité (150),

le dispositif d'obturation motorisé étant caractérisé en ce qu'il est adapté pour mettre en œuvre les étapes d'un procédé de détection d'une tentative d'ouverture du tablier selon l'une des revendications 4 à 7.

2) Dispositif d'obturation motorisé (200) d'une baie selon la revendication 1, les moyens de détection comprenant un gyroscope.

3) Dispositif d'obturation motorisé (200) d'une baie selon la revendication 1, les moyens de détection comprenant un accéléromètre.

4) Procédé de détection d'une tentative d'ouverture d'un tablier ( 106) d'un dispositif d'obturation motorisé (200) d'une baie, le dispositif d'obturation motorisé comprenant :

- un tablier (106),

des moyens d'entraînement (102) destinés à entraîner en montée et en descente ledit tablier, les moyens d'entraînement comprenant un tube d'enroulement (104) du tablier et un tube moteur (103) coaxial, le tube moteur étant monté mobile en rotation autour de son axe, la rotation étant possible entre une première position et une deuxième position, des moyens de détection (213) permettant de détecter une rotation du tube moteur (103),

des moyens de commande (112) destinés à générer un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier lorsque les moyens de détection détectent une rotation du tube moteur, des moyens de communication (120) destinés à émettre le message généré vers une centrale de sécurité (150),

le procédé comprenant les étapes de :

recevoir (301) une instruction d'activation d'un mode alarme, descendre (310) le tablier,

détecter (315) par les moyens de détection une première rotation du tube moteur,

arrêter (320) la descente du tablier afin que le tube moteur soit arrêté dans une position intermédiaire entre la première position et la deuxième position,

détecter (325) par les moyens de détection une deuxième rotation du tube moteur,

générer (330) un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier par les moyens de commande, et,

émettre (330) ledit message vers la centrale de sécurité (150) via les moyens de communication (120).

5) Procédé de détection d'une tentative d'ouverture d'un tablier selon la revendication 4, caractérisé en ce que, avant l'étape de descente (310) du tablier, le procédé comprend une étape (305) de remontée du tablier afin de positionner le tube moteur dans la première position.

6) Procédé de détection selon l'une des revendications 4 ou 5, caractérisé en ce que l'étape détection (325) d'une deuxième rotation du tube moteur est suivie d'une étape de descente du tablier jusqu'à ce que le tube moteur soit dans la deuxième position afin de bloquer le tablier. 7) Procédé de détection selon l'une des revendications 4, 5 ou 6, caractérisé en ce que les étapes ultérieures à l'étape de détection (325) d'une deuxième rotation ne sont réalisées que si la deuxième rotation est supérieure à un seuil prédéterminé.

8) Programme d'ordinateur, caractérisé en ce qu'il comprend des instructions pour mettre en œuvre, par un processeur, le procédé de détection d'une tentative d'ouverture d'un tablier d'un dispositif d'obturation motorisé d'une baie, selon l'une des revendications 4 à 7, lorsque le programme d'ordinateur est exécuté par le processeur.

9) Support d'enregistrement sur lequel est stocké le programme d'ordinateur selon la revendication précédente.

2/4

Fig. 3

Fig.8

Description:
VOLET ROULANT MOTORISE

La présente invention concerne un dispositif d'obturation motorisé d'une baie du type comportant un tablier et comprenant des moyens prévus pour détecter une tentative d'intrusion, ainsi qu'un procédé de détection d'une tentative d'ouverture du tablier d'un tel dispositif d'obturation motorisé.

On connaît un dispositif d'obturation motorisé d'une baie comprenant un tablier et des moyens d'entraînement comprenant un tube logeant un moteur prévu pour entraîner en rotation un tube d'enroulement coaxial sur lequel est enroulé le tablier, lui- même constitué d'une pluralité de lattes ou lamelles adjacentes et destiné, lorsqu'il est en position basse, à obturer la baie.

Généralement, pour détecter une tentative d'intrusion par ce type de dispositif d'obturation, il est prévu un capteur linéaire qui s'étend tout le long du tablier et en bas de celui-ci. Lorsque le tablier est en position basse, c'est-à-dire lorsque le dispositif d'obturation est fermé, une tentative de soulèvement du tablier implique une action sur le capteur linéaire. Cette action est détectée et cette détection est transmise à une centrale de sécurité qui peut alors déclencher une alarme.

Ce mode de réalisation nécessite la mise en place d'un détecteur linéaire, généralement coûteux, ce qui entraîne une augmentation du prix du dispositif d'obturation motorisé.

La demande de brevet français n° 08/57626 déposée le 10 novembre 2008 divulgue un dispositif d'obturation motorisé d'une baie palliant cet inconvénient. Ledit dispositif d'obturation motorisé comprend un tablier, des moyens d'entraînement destinés à entraîner en montée et en descente ledit tablier, des moyens de détection destinés à être dans un premier état de détection lorsque le tablier est en butée basse, et dans un deuxième état de détection lorsque le tablier est suspendu, des moyens de communication destinés à communiquer avec une centrale de sécurité, des moyens de scrutation destinés à vérifier le basculement des moyens de détection du deuxième état de détection vers le premier état de détection, et des moyens de commande destinés à générer un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier lorsque les moyens de scrutation détectent le basculement des moyens de détection, et à le transmettre à la centrale de sécurité via les moyens de communication. La Fig. 1 montre un tel dispositif d'obturation motorisé d'une baie 100 qui est destiné à venir s'installer dans un coffre de volet d'un bâtiment au-dessus de la baie à obturer. Le dispositif d'obturation motorisé 100 comprend :

- un tablier 106, et,

- des moyens d'entraînement 102 constitués d'un tube moteur 103 et d'un tube d'enroulement 104 et destinés à entraîner en montée et en descente le tablier 106.

Le tube moteur 103 est coaxial avec le tube d'enroulement 104 et il est disposé à l'intérieur de celui-ci. La fixation du tablier 106 sur le tube d'enroulement 104 s'effectue à l'aide d'un dispositif de verrouillage souple ou rigide.

Généralement, le tablier 106 est constitué de lattes fixées les unes aux autres de manière à présenter un espace entre elles. Lorsque la latte la plus basse du tablier 106 arrive en butée, la latte suivante continue à descendre jusqu'à venir en butée contre la latte la plus basse, et ainsi de suite jusqu'à la latte fixée au tube d'enroulement 104, ainsi le tablier 106 devient progressivement rigide en partant de la latte la plus basse jusqu'au tube d'enroulement 104 et à travers la prise de l'arbre moteur 118 jusqu'au tube moteur 103. Lorsque la dernière latte du tablier 106 descend jusqu'à être en butée avec l'avant dernière latte du tablier 106, et que par conséquent le tablier 106 est entièrement déroulé, chaque latte étant en butée, la position du tablier 106 est dite « en butée basse ».

La montée du tablier 106 s'effectue par enroulement dudit tablier 106 autour du tube d'enroulement 104 qui est entraîné en rotation par le tube moteur 103 autour de son axe X. La descente du tablier 106 s'effectue de la manière inverse.

Le tube moteur 103 comprend un flasque 108 qui est monté fixe dans le coffre du volet roulant et un palier 110 monté mobile en rotation autour de l'axe X sur le flasque 108. Cette rotation possède un débattement limité d'environ vingt degrés autour de l'axe X. Le tube moteur 103 comprend également des moyens moteur 116, comme par exemple, un moteur, un frein et un réducteur. Le palier mobile 110 porte des moyens de détection 113. Le volet roulant motorisé 100 comprend également des moyens de commande 112 et des moyens de communication 120 qui sont par exemple disposés sur le palier mobile 110. Les moyens de commande 112 permettent de commander le démarrage et l'arrêt des moyens d'entraînement 102, et en particulier des moyens moteur 116. Lorsque le tablier 106 est en butée basse, c'est-à-dire que le tablier 106 est totalement déroulé, les moyens de détection 113 sont dits dans un premier état de détection, et lorsque le tablier 106 est suffisamment remonté pour entraîner le basculement des moyens de détection 113 du fait de la traction du tablier 106 sous l'effet de la pesanteur, les moyens de détection 113 sont dits dans un deuxième état de détection.

Un tel dispositif fonctionne suivant un procédé comprenant :

- une étape de descente du tablier 106 jusqu'à ce que les moyens de détection 113 basculent dans le premier état de détection, étape au cours de laquelle les moyens de commande 112 commandent les moyens d'entraînement 102 en descente,

- une étape de montée du tablier 106 jusqu'à ce que les moyens de détection 113 basculent dans le deuxième état de détection, étape au cours de laquelle les moyens de commande 112 commandent les moyens d'entraînement 102 en montée,

- une étape de scrutation par des moyens de scrutation de l'état des moyens de détection 113 qui boucle sur elle-même tant que les moyens de détection 113 ne basculent pas du deuxième état de détection vers le premier état de détection,

- une étape de génération d'un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier 106 par les moyens de commande 112, et,

- une étape de transmission dudit message par les moyens de commande 112 à la centrale de sécurité 150 via les moyens de communication 120.

Pour mettre en mode détection d'intrusion le dispositif, du fait de l'utilisation de moyens de détection comprenant deux positions, le dispositif a tout d'abord besoin de se mettre sur une position basse, puis ensuite sur une position dans laquelle le tablier 106 est légèrement remonté pour être en mode détection d'intrusion. Le fait de devoir remonter légèrement le tablier 106 provoque quelques ajours au niveau du haut du tablier 106 entre les lattes supérieures. Ceci peut être gênant, particulièrement lorsque le dispositif est utilisé pour obturer une fenêtre, puisque le tablier 106 ne peut alors empêcher le passage de la lumière.

Un objet de la présente invention est de proposer un dispositif d'obturation motorisé d'une baie comprenant des moyens prévus pour détecter une tentative d'intrusion, qui ne présente pas les inconvénients de l'art antérieur, et qui en particulier, permette une fermeture totale du tablier 106.

L'invention concerne un dispositif d'obturation motorisé d'une baie comprenant : un tablier, des moyens d'entraînement destinés à entraîner en montée et en descente ledit tablier, les moyens d'entraînement comprenant un tube d'enroulement du tablier et un tube moteur coaxial, le tube moteur étant monté mobile en rotation autour de son axe, la rotation étant possible entre une première position et une deuxième position, des moyens de détection permettant de détecter une rotation du tube moteur, des moyens de commande destinés à générer un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier lorsque les moyens de détection détectent une rotation du tube moteur, des moyens de communication destinés à émettre le message généré vers une centrale de sécurité.

Avantageusement, le dispositif d'obturation de baie peut détecter une tentative d'intrusion sans que le tablier ne doive être en position légèrement remontée. Cela évite l'apparition d'ajours dans le tablier. Avantageusement, la solution proposée permet de concilier à la fois une obturation complète de la baie et une détection d'une intrusion.

Selon un mode de réalisation complémentaire de l'invention, les moyens de détection comprennent un gyroscope.

Selon un mode de réalisation complémentaire de l'invention, les moyens de détection comprennent un accéléromètre.

L'invention concerne également un procédé de détection d'une tentative d'ouverture d'un tablier d'un dispositif d'obturation motorisé d'une baie, le dispositif d'obturation motorisé comprenant : un tablier, des moyens d'entraînement destinés à entraîner en montée et en descente ledit tablier, les moyens d'entraînement comprenant un tube d'enroulement du tablier et un tube moteur coaxial, le tube moteur étant monté mobile en rotation autour de son axe, la rotation étant possible entre une première position et une deuxième position, des moyens de détection permettant de détecter une rotation du tube moteur, des moyens de commande destinés à générer un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier lorsque les moyens de détection détectent une rotation du tube moteur, des moyens de communication destinés à émettre le message généré vers une centrale de sécurité, le procédé comprenant les étapes de : recevoir une instruction d'activation d'un mode alarme, descendre le tablier, détecter par les moyens de détection une première rotation du tube moteur, arrêter la descente du tablier afin que le tube moteur soit arrêté dans une position intermédiaire entre la première position et la deuxième position, détecter par les moyens de détection une deuxième rotation du tube moteur, générer un message représentatif d'une tentative d'ouverture du tablier par les moyens de commande, et, émettre ledit message vers la centrale de sécurité via les moyens de communication.

Selon un mode de réalisation complémentaire de l'invention, avant l'étape de descente du tablier, le procédé comprend une étape de remontée du tablier afin de positionner le tube moteur dans la première position. Selon un mode de réalisation complémentaire de l'invention, l'étape détection d'une deuxième rotation du tube moteur est suivie d'une étape de descente du tablier jusqu'à ce que le tube moteur soit dans la deuxième position afin de bloquer le tablier.

Selon un mode de réalisation complémentaire de l'invention, les étapes ultérieures à l'étape de détection d'une deuxième rotation ne sont réalisées que si la deuxième rotation est supérieure à un seuil prédéterminé.

L'invention concerne également un programme d'ordinateur comprenant des instructions pour mettre en œuvre, par un processeur, le procédé de détection d'une tentative d'ouverture d'un tablier d'un dispositif d'obturation motorisé d'une baie lorsque le programme d'ordinateur est exécuté par le processeur.

L'invention concerne également un support d'enregistrement sur lequel est stocké ledit programme d'ordinateur.

La Fig. 1 représente une vue éclatée d'un dispositif d'obturation motorisé d'une baie tel que divulgué dans la demande de brevet français n° 08/57626 déposée le 10 novembre 2008,

la Fig. 2 représente une vue éclatée d'un dispositif d'obturation motorisé d'une baie selon un mode de réalisation de l'invention,

la Fig. 3 est un organigramme d'un procédé de détection d'une tentative d'intrusion par relevage du tablier du dispositif d'obturation motorisé selon un mode de réalisation de l'invention, et,

les Figs. 4, 5, 6, 7 et 8 représentent une vue schématique des positions respectives du tablier, du tube moteur et du tube d'enroulement à différentes étapes du procédé de détection d'une tentative d'intrusion par relevage du tablier du dispositif d'obturation motorisé selon un mode de réalisation de l'invention.

La Fig. 1 montre un dispositif d'obturation motorisé 100 d'une baie qui est destiné à venir s'installer dans un coffre de volet d'un bâtiment au-dessus de la baie à obturer. Une description rapide d'un tel dispositif 100 est rappelée en préambule du présent texte, une description plus détaillée se trouve dans la demande de brevet français n° 08/57626 déposée le 10 novembre 2008 et publiée sous la référence 2 938 288 le 14 mai 2010.

Dans l'art antérieur tel que défini par ladite demande de brevet, le principe de fonctionnement du dispositif 100 repose sur le fait que lorsque le tablier 106 est en butée basse, c'est-à-dire que le tablier 106 est totalement déroulé et les lattes en appui les unes sur les autres, les moyens de détection 113 sont dits dans un premier état de détection. Lorsque le tablier 106 est ensuite suffisamment remonté pour entraîner le basculement des moyens de détection 113 du fait de la traction du tablier 106 sous l'effet de la pesanteur, les moyens de détection 113 sont dits dans un deuxième état de détection. Si, lors d'une tentative d'intrusion, le tablier 106 est soulevé, les moyens de détection 113 passent alors du deuxième état de détection au premier état de détection, ce qui déclenche l'alarme.

La Fig. 2 représente une vue éclatée d'un dispositif d'obturation motorisé 200 d'une baie selon un mode de réalisation de l'invention.

Le dispositif d'obturation motorisé 200 est destiné à venir s'installer dans un coffre de volet d'un bâtiment au-dessus de la baie à obturer. Le dispositif d'obturation motorisé 200 comprend:

- un tablier 106, et,

- des moyens d'entraînement 102 constitués d'un tube moteur 103 et d'un tube d'enroulement 104 et destinés à entraîner en montée et en descente le tablier 106.

Le tube moteur 103 est coaxial avec le tube d'enroulement 104 et il est disposé à l'intérieur de celui-ci. La fixation du tablier 106 sur le tube d'enroulement 104 s'effectue à l'aide d'un dispositif de verrouillage souple ou rigide.

Généralement, le tablier 106 est constitué de lattes fixées les unes aux autres de manière à présenter un espace entre elles. Lorsque la latte la plus basse du tablier 106 arrive en butée, la latte suivante continue à descendre jusqu'à venir en butée contre la latte la plus basse, et ainsi de suite jusqu'à la latte fixée au tube d'enroulement 104, ainsi le tablier 106 devient progressivement rigide en partant de la latte la plus basse jusqu'au tube d'enroulement 104 et à travers la prise de l'arbre moteur 118 jusqu'au tube moteur 103. Lorsque la dernière latte du tablier 106 descend jusqu'à être en butée avec l'avant dernière latte du tablier 106, et que par conséquent le tablier 106 est entièrement déroulé, chaque latte étant en butée, la position du tablier 106 est dit « en butée basse ».

La montée du tablier 106 s'effectue par enroulement dudit tablier 106 autour du tube d'enroulement 104 qui est entraîné en rotation par le tube moteur 103 autour de son axe X. La descente du tablier 106 s'effectue de la manière inverse.

Le tube moteur 103 comprend un flasque 108 qui est monté fixe dans le coffre du volet roulant et un palier 110 monté mobile en rotation autour de l'axe X sur le flasque 108. Cette rotation possède un débattement limité d'environ vingt degrés autour de l'axe X. Ainsi, lorsque le tablier 106 n'est pas totalement déroulé, et sous l'effet de la gravité, le poids des lattes du tablier 106 suspendues fait que le tube moteur 103 est en butée dans une première position, dite « butée haute ». A l'opposé, lorsque le tablier 106 est totalement déroulé et que les lattes du tablier 106 sont en contact les unes avec les autres, alors le tube moteur 103 est en butée dans une deuxième position dite « butée basse ». Dans cette position, la rotation du tube moteur 103 et du tube d'enroulement 104 est bloquée. Le blocage est dû d'une part au fait que le tube moteur 103 est en butée, et d'autre part au fait que toutes les lattes du tablier 106 sont en appui les unes avec les autres. La première et la deuxième positions correspondent aux deux positions extrêmes du débattement du palier 110.

Le tube moteur 103 comprend également des moyens moteur 116, comme par exemple, un moteur, un frein et un réducteur. Le palier mobile 110 porte des moyens de détection 213. Le volet roulant motorisé 100 comprend également des moyens de commande 112 et des moyens de communication 120 qui sont par exemple disposés sur le palier mobile 110. Les moyens de commande 112 permettent de commander le démarrage et l'arrêt des moyens d'entraînement 102, et en particulier des moyens moteur 116.

Les moyens de détection 213 comprennent un capteur proportionnel de position de type gyroscope ou accéléromètre. Les moyens de détection 213 permettent de mesurer une rotation du tube moteur 103 par rapport à son axe de rotation, typiquement l'axe horizontal.

Les moyens de communication 120 sont destinés à communiquer avec une centrale de sécurité 150, par exemple du type alarme. Les moyens de communication 120 peuvent être des moyens filaires ou radio ou autres.

La centrale de sécurité 150 comprend des moyens de communication 152 destinés à dialoguer avec les moyens de communication 120 des moyens de commande 112 et des moyens d'avertissement 154, par exemple du type haut-parleur.

La Fig. 3 est un organigramme d'un procédé de détection d'une tentative d'intrusion par relevage du tablier 106 du dispositif d'obturation motorisé 200 selon un mode de réalisation de l'invention.

Les moyens de commande 112 comprennent généralement un processeur qui reçoit des informations en provenance en particulier des moyens de communication 120 ou des moyens de détection 213 et envoie des ordres aux moyens de communication 120 et aux moyens d'entraînement 102.

Ainsi, le processeur des moyens de commande 112 est adapté pour réaliser les étapes du procédé décrites ci-après. La première étape 301 correspond à la réception d'un message, par exemple via les moyens de communication 120, le message comprenant une information ou instruction d'activation d'un mode « alarme ». Le message est typiquement envoyé par la centrale de sécurité 150.

Selon la position du tablier 106 lorsque le message d'activation de l'alarme est reçu, une étape 305 de positionnement est réalisée ou non.

Ainsi, si le tablier 106 est dans la deuxième position « butée basse », alors l'étape 305 est réalisée. Sinon, l'étape suivante est l'étape 310.

Dans l'étape 305, les moyens de commande 112 activent la remontée du tablier 106 suffisamment pour que le tube moteur 103 vienne en butée dans la première position dite « butée haute » sous le poids des quelques lattes du tablier 106 relevées. Selon un mode de réalisation de l'invention, les moyens de commande 112 activent la remontée du tablier 106 pendant un temps prédéterminé, le temps prédéterminé étant prévu pour que le tablier 106 puisse être remonté d'une hauteur garantissant la rotation du tube moteur 103 sous l'effet de la gravité des lattes du tablier 106. Le tablier 106 est remonté afin que quelques lattes, les lattes supérieures, ne reposent plus en contact sur les lattes inférieures. Le nombre de lattes devant être soulevées dépend de leurs poids ainsi que des forces de friction pouvant empêcher le tube moteur 103 de pivoter. Le poids des lattes soulevées garantit, par l'effet de la gravité, que le tube moteur 103 revienne dans la première position dite « butée haute ».

Ainsi, l'étape suivante 310 est réalisée en partant dans tous les cas d'une situation dans laquelle le tube moteur 103 est dans la première position dite « butée haute ».

Dans l'étape 310, les moyens de commande 112 commandent la descente du tablier 106. Cette descente du tablier 106 est réalisée par la mise en rotation du tube moteur 103 par les moyens moteur 116 dans le sens adéquat pour que le tube d'enroulement 104 puisse dérouler le tablier 106. Cette étape est illustrée dans les Figs. 4, 5 et 6. Dans ces Figs. 4, 5 et 6, le tube moteur 103 est dans la première position dite « butée haute », première position faisant un angle arbitrairement défini de X degrés par rapport à la verticale. Dans la Fig. 4 le tablier 106 descend, le tablier 106 n'étant pas encore en contact avec le sol. Dans la Fig. 5, la latte inférieure du tablier 106 entre en contact avec le sol, les lattes inférieures du tablier 106 commencent alors à réduire l'écart inter-lattes. Dans les Figs. 4 et 5, le tube d'enroulement 104 est déroulé dans le sens horaire afin de permettre la descente du tablier 106. La Fig. 6 correspond au moment où la dernière latte du tablier 106, la latte supérieure, comble son écart avec l'avant dernière latte du tablier 106. A partir de ce moment, les lattes sont en contact et la rotation du tube d'enroulement 104 est bloquée. La rotation du tube d'enroulement 104 étant bloquée par le déroulement total du tablier 106, le tube moteur 103, en prise directe avec le tube d'enroulement 104 via la prise de l'arbre moteur 118, est, par réaction, mis en rotation dans le sens antihoraire. Ainsi, partant de la première position dite « butée haute », le tube moteur 103 va avoir tendance à tourner, dans le cas présent dans le sens antihoraire, pour aller, s'il n'était pas arrêté dans sa rotation comme décrit ci-après, jusqu'à la deuxième position dite « butée basse ».

Dans une étape suivante 315, les moyens de détection 213 détectent cette mise en rotation du tube moteur 103. Les moyens de détection 213 peuvent comprendre un accéléromètre ou un gyroscope pour détecter cette rotation du tube moteur 103. Une sensibilité de l'ordre de quelques degrés des moyens de détection 213 est suffisante.

Dans une étape suivante 320, suite à la détection de la mise en rotation du tube moteur 103, les moyens de commande 112 arrêtent les moyens moteur 116. Dans le cas de moyens moteur 116 de type moteur sans balais (ou « brushless » en anglais), l'inertie du moteur est très faible, la commande d'arrêt du moteur peut être lancée après que le tube moteur 103 ait subi une rotation de l'ordre de quelques degrés.

Dans l'étape 315, le dispositif d'obturation motorisé 200 détecte que le tube moteur 103 est en rotation puis, dans l'étape 320, le dispositif d'obturation motorisé 200 arrête la rotation du tube moteur 103 afin que celui-ci soit dans une position intermédiaire entre la première position dite « butée haute » et la deuxième position dite « butée basse ». L'angle de rotation total entre la première position et la deuxième position correspond à l'angle de débattement limité permis par la flasque 108 et le palier 110. Cet angle est typiquement de l'ordre de vingt degrés. Par exemple, le dispositif d'obturation motorisé 200 arrête la rotation du tube moteur 103 après avoir détecté, dans l'étape 315, une rotation de l'ordre de quelques degrés, par exemple cinq degrés.

Selon un mode de réalisation de l'invention, suite à la détection dans l'étape 315 de la mise en rotation du tube moteur 103, les moyens de commande 112 attendent un temps prédéterminé avant d'arrêter les moyens moteur 116. Le temps prédéterminé est défini selon la vitesse de rotation afin que la rotation du tube moteur 103 atteigne in fine un angle, dit angle d'arrêt, de quelques degrés, inférieur au débattement disponible. Selon un autre mode de réalisation de l'invention, suite à la détection dans l'étape 315 de la mise en rotation du tube moteur 103, les moyens de commande 112 arrêtent les moyens moteur 116 après que la rotation détectée par les moyens de détection 213 ait atteint un angle prédéterminé, dit angle d'arrêt, cet angle d'arrêt étant inférieur au débattement disponible. Selon un autre mode de réalisation de l'invention, les moyens de commande 112 arrêtent les moyens moteur 116 immédiatement, l'inertie du tube moteur 103 permettant une rotation supplémentaire de quelques degrés avant l'arrêt du tube moteur 103.

Ainsi, suite à l'étape 315, le tube moteur 103 peut encore tourner avant de venir en butée dans la deuxième position dite « butée basse ». La rotation encore possible correspondant à la différence entre le débattement disponible et l'angle d'arrêt. Par exemple, pour un débattement de vingt degrés et un arrêt, lors de l'étape 320, après cinq degrés, le tube moteur 103 peut potentiellement encore pivoter de quinze degrés.

Une personne voulant entrer par effraction tentera de soulever le tablier 106 afin de forcer l'ouverture de la baie, par exemple une porte ou une fenêtre, obturé par le dispositif d'obturation 200. Le tube d'enroulement 104 étant en appui sur le tablier 106, toute tentative de soulèvement du tablier 106 provoquera donc une mise en rotation du tube d'enroulement 104, et par conséquent du tube moteur 103, le tube d'enroulement 104 et le tube moteur 103 étant en prise via la prise de l'arbre moteur 118.

Dans une étape 325, les moyens de détection 213 scrutent une mise en rotation du tube moteur 103 consécutive à une tentative d'intrusion. Cette étape 325 boucle tant que l'alarme est active et qu'aucune rotation n'est détectée.

Si les moyens de détection 213 détectent une mise en rotation du tube moteur 103, alors le dispositif d'obturation 200 passe à l'étape 330. Selon un mode de réalisation de l'invention, la rotation détectée lors de l'étape 325 doit être supérieure à un seuil. Ainsi, le dispositif d'obturation motorisé 200 peut ignorer la mise en rotation du tube moteur 103 tant que l'angle de ladite rotation détectée est inférieur à un seuil prédéterminé. Le seuil prédéterminé correspond à un angle et est par exemple égal à quatre degrés. Cela permet de réduire les fausses alarmes en cas de mouvement du tablier 106 sous l'effet par exemple du vent. Inversement, pour rendre le dispositif d'obturation motorisé 200 le plus sensible possible à une possible tentative d'intrusion, le seuil prédéterminé peut être réduit au minimum, par exemple deux degrés, c'est à dire à la sensibilité permise par les moyens de détection 213.

L'étape 330 correspond au déclenchement de l'alarme. Les moyens de commande 112 pilotent les moyens de communication 120 afin d'envoyer un message à la centrale de sécurité 150. Le message comprend une information de détection d'intrusion. La centrale de sécurité 150 peut déclencher alors une alarme visuelle, sonore ou autre, ou envoyer un message d'alarme à un dispositif.

Dans une étape suivante optionnelle 335, les moyens de commande 112 provoquent la fermeture totale du tablier 106. Pour cela, les moyens de commande 112 provoquent la rotation du tube moteur 103 jusqu'à le bloquer dans la deuxième position dite « butée basse ». Le tablier 106 est alors dans une position bloquée et ne peut plus être remonté de force. En effet, le tube moteur 103 étant en butée dans la deuxième position dite « butée basse », la rotation du tube d'enroulement 104, dans le sens permettant la remontée du tablier 106, est alors bloquée.

Selon un mode de réalisation de l'invention, lors de l'étape 330, la centrale de sécurité 150 envoie un ordre de fermeture à tout autre dispositif d'obturation de baie, par exemple similaire au dispositif d'obturation de baie 100 ou bien 200, connecté à ladite centrale de sécurité 150.