Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
NONWOVEN NATURAL SILK FABRIC AND METHOD FOR PRODUCING SAME
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/198969
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a sheet of nonwoven natural silk fabric, and particularly a sheet comprising threads and/or fibres of fibroin coated with sericin A, B and C. The invention also relates to a method for producing a nonwoven natural silk fabric, and particularly to a method comprising a step in which a thread of natural silk is deposited by a silkworm on a surface of a substrate.

Inventors:
HARDY, Clara (50 rue de la Fontaine au Roi, Paris, 75011, FR)
MAUCHAMP, Bernard (619 chemin des Cabanes, Mionnay, 01390, FR)
MADAULE, Constance (75 rue d'Avron, Paris, 75020, FR)
Application Number:
FR2017/051229
Publication Date:
November 23, 2017
Filing Date:
May 19, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SERICYNE (8 rue Jules César, Paris, 75012, FR)
International Classes:
D04H1/09; A41D27/24; D04H1/4266; D04H3/015
Domestic Patent References:
WO2008024616A22008-02-28
Foreign References:
CN104762756A2015-07-08
US20090133814A12009-05-28
GB336067A1930-10-09
CN1800473A2006-07-12
JP2011074557A2011-04-14
Other References:
ANONYMOUS: "Séricyne : la start-up qui révolutionne le secteur de la soie | Alim'agri", 21 December 2015 (2015-12-21), XP055337369, Retrieved from the Internet [retrieved on 20170120]
NADINE BAYLE: "En France, l'entreprise Sericyne réanime la filière de la soie", 20 March 2017 (2017-03-20), pages 1 - 3, XP055394503, Retrieved from the Internet [retrieved on 20170728]
ANONYMOUS: "The Universal Desire for Super Light Fabrics", 31 January 2017 (2017-01-31), pages 1 - 5, XP055394509, Retrieved from the Internet [retrieved on 20170728]
None
Attorney, Agent or Firm:
ICOSA (83 avenue Denfert-Rochereau, Paris, 75014, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Feuille de textile non-tissé de soie naturelle ;

comprenant des fils et/ou des fibres de fibroïne enduite de séricine A, de séricine B et de séricine C ;

lesdits fils et/ou fibres comprenant la fibroïne dans une quantité comprise entre 70% et 80% et la séricine A, la séricine B et la séricine C dans une quantité comprise entre 20% et 30%, en poids par rapport au poids total du fil ou de la fibre ;

et comprenant au moins un rebord en saillie ;

ledit rebord étant localisé à la périphérie de ladite feuille. 2. Feuille selon la revendication 1, caractérisée en ce que ledit rebord en saillie a une épaisseur comprise entre 0,1 et 100 mm, de préférence entre 0,25 et 25 mm, plus préférentiellement entre 0,5 et 5 mm. 3. Feuille selon la revendication 1 ou la revendication 2, caractérisée en ce que la surface occupée par ledit rebord en saillie représente moins de 10%, de préférence moins de 5%, plus préférentiellement moins de 1%, de la surface totale de ladite feuille. 4. Feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisée en ce que la largeur dudit rebord en saillie est comprise entre 0,002 et 12,5 mm, de préférence entre 0,01 et 2,5 mm, plus préférentiellement entre 0,05 et 0,5 mm. 5. Feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que ladite feuille est partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle ; de préférence de forme convexe.

6. Feuille de textile non-tissé de soie naturelle ;

comprenant des fils et/ou des fibres de fibroïne enduite de séricine A, de séricine B et de séricine C ;

lesdits fils et/ou fibres comprenant la fibroïne dans une quantité comprise entre 70% et 80% et la séricine A, la séricine B et la séricine C dans une quantité comprise entre 20% et 30%, en poids par rapport au poids total du fil ou de la fibre ;

ladite feuille étant partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle ; de préférence de forme convexe. 7. Feuille selon la revendication 6, caractérisée en ce que la forme convexe est un polyèdre tel qu'un tétraèdre, un cube, un hexaèdre, un octaèdre, dodécaèdre régulier et icosaèdre régulier ; un cône ; une sphère ; une sphère partiellement évidée ; une demi-sphère ; un ovoïde ; un dôme ; ou une de leurs combinaisons.

8. Feuille selon la revendication 6 ou la revendication 7, caractérisée en ce qu'elle comprend au moins un rebord en saillie ; ledit rebord étant localisé à la périphérie de ladite feuille.

9. Feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 8, caractérisée en ce que lesdits fils et/ou fibres comprennent en outre une quantité de cires comprise entre 0,4% et 0,8%, une quantité de carbohydrates comprise entre 1,2% et 1,6%, une quantité de composants inorganiques d'environ 0,7% et une quantité de pigments d'environ 0,2%, en poids par rapport au poids total du fil ou de la fibre.

10. Feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 9, caractérisée en ce qu'elle comprend des fils dont la longueur est supérieure à 1 m, de préférence supérieure à 100 m, plus préférentiellement supérieure à 500 m, encore plus préférentiellement supérieure à 1 km.

11. Feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, caractérisée en ce qu'elle comprend des fibres dont la longueur est comprise entre 600 nm et 1 m, de préférence entre 600 μηι et 1 mm.

12. Feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 11, caractérisée en ce que son épaisseur est comprise entre 0,001 et 100 mm, de préférence entre 0,01 et 10 mm, plus préférentiellement entre 0,1 et 1 mm, sur une surface correspondant à au moins 90%, de préférence au moins 95%, plus préférentiellement au moins 99%, de sa surface totale.

13. Feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 12, caractérisée en ce qu'elle est un voilage.

14. Article caractérisé en ce qu'il comprend ou est constituée d'au moins une feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 13. 15. Article selon la revendication 10 caractérisé en ce qu'il comprend au moins un support, chaque support étant revêtu ou recouvert en tout ou partie par une feuille selon l'une quelconque des revendications 1 à 13.

16. Procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle, comprenant les étapes suivantes :

(a) élever un ver à soie ;

(b) prélever le ver à soie à un moment où il sécrète de la soie naturelle ;

(c) le déposer sur une surface d'un support dans lequel :

la surface du support ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 3 mm, de préférence supérieure à 1 mm, plus préférentiellement supérieure à 0,5 mm, encore plus préférentiellement supérieure à 0,1 mm ; la surface du support ne comporte pas d'évidements dont la largeur est supérieure à 1,5 cm, de préférence supérieure à 1 cm, plus préférentiellement supérieure à 5 mm, encore plus préférentiellement supérieure à 1 mm ; et

la surface et/ou le support est configuré de manière à limiter la progression du ver à soie ; (d) attendre le temps nécessaire pour que la quantité désirée de soie naturelle soit déposée sur la surface du support, ou pour que le ver à soie ait sécrété toute sa soie ;

(e) ôter le ver à soie du textile non-tissé de soie naturelle obtenu ; et

(f) optionnellement, séparer le textile non-tissé de soie naturelle obtenu de la surface du support.

17. Procédé de fabrication selon la revendication 16, caractérisé en ce que la surface du support est de forme bidimensionnelle.

18. Procédé de fabrication selon la revendication 16, caractérisé en ce que la surface du support est partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle, de préférence de forme convexe.

19. Procédé de fabrication selon l'une quelconque des revendications 16 à 18, caractérisé en ce que la surface du support est un ovale ; un disque ; un polygone tel qu'un triangle, un rectangle, un pentagone, un hexagone ou un octogone ; ou une de leurs combinaisons. 20. Procédé de fabrication selon l'une quelconque des revendications 16 à 19, caractérisé en ce que la surface du support est un polyèdre tel qu'un tétraèdre, un cube, un hexaèdre, un octaèdre, dodécaèdre régulier et icosaèdre régulier ; un cône ; une sphère ; une sphère partiellement évidée ; une demi-sphère ; un ovoïde ; un dôme à base polyédrique ; ou une de leurs combinaisons. 21. Procédé de fabrication selon l'une quelconque des revendications 16 à 20, caractérisé en ce que la surface du support ne comporte aucune aspérité et/ou aucun évidement.

22. Procédé de fabrication selon l'une quelconque des revendications 16 à 21, caractérisé en ce que le support ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 3 mm jusqu'à une distance de 1 mm, de préférence de 5 mm, plus préférentiellement de 25 mm, encore plus préférentiellement de 50 mm, de la surface du support.

23. Procédé de fabrication selon l'une quelconque des revendications 16 à 22, caractérisé en ce que le support ne comporte pas d'évidements dont la largeur est supérieure à 1,5 cm jusqu'à une distance de 1 mm, de préférence de 5 mm, plus préférentiellement de 25 mm, encore plus préférentiellement de 50 mm, de la surface du support.

24. Procédé de fabrication selon l'une quelconque des revendications 16 à 23, caractérisé en ce que le textile non-tissé de soie naturelle est une feuille.

25. Procédé de fabrication selon l'une quelconque des revendications 16 à 24, caractérisé en que le support est surélevé, de préférence au moyen d'un tube, d'une colonne ou d'une tige.

Description:
TEXTILE NON-TISSÉ DE SOIE NATURELLE ET PROCÉDÉ D'OBTENTION

DOMAINE DE L'INVENTION

La présente invention concerne le domaine des textiles non-tissés, en particulier le domaine des textiles non-tissés comprenant de la soie naturelle. En particulier, l'invention a pour objet un textile non-tissé de soie naturelle, et plus spécifiquement une feuille de textile non-tissé de soie naturelle.

ÉTAT DE LA TECHNIQUE La soie est un textile d'origine animale qui est utilisé pour fabriquer des tissus de soie. Dans l'industrie, elle est généralement produite par les chenilles de certains papillons, tels que la chenille du bombyx du mûrier (Bombyx mon). La sériciculture consiste en l'ensemble des opérations de culture du mûrier, d'élevage du ver à soie pour l'obtention du cocon, de dévidage du cocon, et de filature de la soie. Le ver à soie produit des protéines de soie qui sont sécrétées sous forme d'un fil unique (« bave ») comprenant essentiellement deux protéines, la fibroïne et la séricine. La fibroïne forme un filament autour duquel la séricine va jouer un rôle d'adhésif naturel, en fixant et protégeant les filaments. Cette bave est utilisée par le ver à soie pour suspendre puis fabriquer un cocon dans lequel il pourra terminer son développement et sa transformation en papillon.

Les méthodes traditionnelles d'obtention de la soie consistent à tuer la chenille et détruire le cocon. Classiquement, les cocons sont placés dans des étuves de 70 à 80°C, puis trempés dans l'eau bouillante pour que la séricine se dissolve et se ramollisse, ce qui permet de dégager le filament de fibroïne. Durant cette étape, la majeure partie de la séricine présente dans la soie naturelle du cocon est éliminée, soit qu'elle soit détruite par la chaleur, soit qu'elle soit dissoute et emportée par les eaux de rinçage. Vient ensuite une étape de filage, durant laquelle plusieurs filaments de fibroïne, classiquement une dizaine, sont réunis et collés entre eux à raison du refroidissement de la séricine restante. Par conséquent, le fil de soie obtenu à l'issue d'une méthode de fabrication classique comporte une faible proportion de séricine, qui est faiblement hydrosoluble. Ce fil est également formé d'une pluralité de filaments de fibroïne, et non d'un filament unique comme dans la bave d'origine. Les tissus fabriqués à partir de ce fil auront donc des propriétés totalement différentes de celle de la soie naturelle. En outre, ce procédé de production de la soie implique de tuer l'animal utilisé pour fabriquer le cocon.

La séricine possède des propriétés très particulières, qui la distinguent de la fibroïne. Elle a notamment une action nutritive, anti-oxydante, anti-UV et antibactérienne, en particulier au niveau de la peau. Il existe donc un besoin en textiles constitués de soie naturelle, riche en séricine, et non de soie extraite par filature d'un cocon, transformée et pauvre en séricine.

En raison de la présence d'une forte proportion de séricine dans la soie naturelle, il est difficilement envisageable de préparer des fils de soie naturelle, et de tels fils seraient probablement impropres au tissage. Les textiles en soie naturelle seront donc de préférence des textiles non-tissés.

Compte tenu de l'attention croissante portée à la souffrance animale et aux conditions d'exploitation des animaux, il existe également une demande pour de nouvelles méthodes de fabrications de textiles de soie qui ne soient pas produits en interrompant la croissance du papillon, et notamment pour de nouvelles méthodes qui évitent de tuer la chenille, la chrysalide et/ou le papillon.

La Demanderesse a mené des recherches sur la structure de la soie et le comportement des vers à soie, lesquelles l'ont conduite à concevoir et fabriquer des textiles non-tissés constitués de soie naturelle, ainsi qu'à concevoir et mettre en œuvre un procédé de fabrication de textiles non-tissés permettant de palier aux inconvénients des procédés de l'état de la technique. RÉSUMÉ

L'invention concerne donc une feuille de textile non-tissé de soie naturelle, comprenant des fils et/ou des fibres de fibroïne enduite de séricine A, de séricine B et de séricine C, les fils ou fibres comprenant la fibroïne dans une quantité comprise entre 70% et 80% et la séricine A, la séricine B et la séricine C dans une quantité comprise entre 20% et 30%, en poids par rapport au poids total du fil ou de la fibre ; et comprenant au moins un rebord en saillie ; le rebord étant localisé à la périphérie de la feuille.

Selon un mode de réalisation, le rebord en saillie a une épaisseur comprise entre 0,1 et 100 mm, de préférence entre 0,25 et 25 mm, plus préférentiellement entre 0,5 et 5 mm. Selon un mode de réalisation, la surface occupée par le rebord en saillie représente moins de 10%, de préférence moins de 5%, plus préférentiellement moins de 1%, de la surface totale de ladite feuille.

Selon un mode de réalisation, la largeur du rebord en saillie est comprise entre 0,002 et 12,5 mm, de préférence entre 0,01 et 2,5 mm, plus préférentiellement entre 0,05 et 0,5 mm.

Selon un mode de réalisation, la feuille est partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle ; de préférence de forme convexe.

L'invention concerne également une feuille de textile non-tissé de soie naturelle, comprenant des fils et/ou des fibres de fibroïne enduite de séricine A, de séricine B et de séricine C, les fils ou fibres comprenant la fibroïne dans une quantité comprise entre 70% et 80% et la séricine A, la séricine B et la séricine C dans une quantité comprise entre 20% et 30%, en poids par rapport au poids total du fil ou de la fibre ; la feuille étant partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle ; de préférence de forme convexe. Selon un mode de réalisation, la forme convexe est un polyèdre tel qu'un tétraèdre, un cube, un hexaèdre, un octaèdre, dodécaèdre régulier et icosaèdre régulier ; un cône ; une sphère ; une sphère partiellement évidée ; une demi sphère ; un ovoïde ; un dôme ; ou une de leurs combinaisons. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend au moins un rebord en saillie ; le rebord étant localisé à la périphérie de la feuille.

Selon un mode de réalisation, les fils et/ou fibres comprennent en outre une quantité de cires comprise entre 0,4% et 0,8%, une quantité de carbohydrates comprise entre 1 ,2% et 1,6%, une quantité de composants inorganiques d'environ 0,7% et une quantité de pigments d'environ 0,2%, en poids par rapport au poids total du fil ou de la fibre.

Selon un mode de réalisation, les fils ont une longueur est supérieure à 1 m, de préférence supérieure à 100 m, plus préférentiellement supérieure à 500 m, encore plus préférentiellement supérieure à 1 km. Selon un mode de réalisation, les fibres ont une longueur comprise entre 600 nm et 1 m, de préférence entre 600 um et 1 mm.

Selon un mode de réalisation, l'épaisseur de la feuille est comprise entre 0,001 et 100 mm, de préférence entre 0,01 et 10 mm, plus préférentiellement entre 0,1 et 1 mm, sur une surface correspondant à au moins 90%, de préférence au moins 95%, plus préférentiellement au moins 99%, de sa surface totale.

Selon un mode de réalisation, la feuille est un voilage.

L'invention concerne également un article comprenant ou étant constitué d'au moins une feuille telle que décrite précédemment.

Selon un mode de réalisation, l'article comprend au moins un support, chaque support étant revêtu ou recouvert en tout ou partie par une feuille telle que décrite précédemment.

L'invention concerne également un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle, comprenant les étapes suivantes : (a) élever un ver à soie ; (b) prélever le ver à soie à un moment où il sécrète de la soie naturelle ; (c) le déposer sur une surface d'un support dans lequel :

- la surface du support ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 3 mm, de préférence supérieure à 1 mm, plus préférentiellement supérieure à 0,5 mm, encore plus préférentiellement supérieure à 0,1 mm ; la surface du support ne comporte pas d'évidements dont la largeur est supérieure à 1,5 cm, de préférence supérieure à 1 cm, plus préférentiellement supérieure à 5 mm, encore plus préférentiellement supérieure à 1 mm ; et la surface et/ou le support est configuré de manière à limiter la progression du ver à soie ;

(d) attendre le temps nécessaire pour que la quantité désirée de soie naturelle soit déposée sur la surface du support, ou pour que le ver à soie ait sécrété toute sa soie ; (e) ôter le ver à soie du textile non tissé de soie naturelle obtenu ; et (f) optionnellement, séparer le textile non-tissé de soie naturelle obtenu de la surface du support. Selon un mode de réalisation, la surface du support est de forme bidimensionnelle.

Selon un mode de réalisation, la surface du support est partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle, de préférence de forme convexe.

Selon un mode de réalisation, la surface du support est un ovale ; un disque ; un polygone tel qu'un triangle, un rectangle, un pentagone, un hexagone ou un octogone ; ou une de leurs combinaisons .

Selon un mode de réalisation, la surface du support est un polyèdre tel qu'un tétraèdre, un cube, un hexaèdre, un octaèdre, dodécaèdre régulier et icosaèdre régulier ; un cône ; une sphère ; une sphère partiellement évidée ; une demi sphère ; un ovoïde ; un dôme à base polyédrique ; ou une de leurs combinaisons. Selon un mode de réalisation, la surface du support ne comporte aucune aspérité et/ou aucun évidement.

Selon un mode de réalisation, le support ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 3 mm jusqu'à une distance de 1 mm, de préférence de 5 mm, plus préférentiellement de 25 mm, encore plus préférentiellement de 50 mm, de la surface du support.

Selon un mode de réalisation, le support ne comporte pas d'évidements dont la largeur est supérieure à 1,5 cm jusqu'à une distance de 1 mm, de préférence de 5 mm, plus préférentiellement de 25 mm, encore plus préférentiellement de 50 mm, de la surface du support.

Selon un mode de réalisation, le textile non tissé de soie naturelle est une feuille.

Selon un mode de réalisation, le support est surélevé, de préférence au moyen d'un tube, d'une colonne ou d'une tige.

DÉFINITIONS

Dans la présente invention, les termes ci-dessous sont définis de la manière suivante :

- « bidimensionnelle » se réfère à une propriété d'une surface qui est plane, c'est-à-dire dépourvue de relief. Une surface bidimensionnelle est notamment dépourvue de concavité et de convexité. Le procédé selon l'invention permet notamment d'obtenir des feuilles de forme bidimensionnelle.

« cocon » se réfère à une enveloppe de soie naturelle fabriquée par un ver à soie dans laquelle il termine sa transformation en papillon. - « concave » se réfère à une propriété d'une surface qui est creuse, c'est-à-dire qui a une forme arrondie vers l'intérieur. Son contraire est « convexe » ou « bombé ». La concavité d'un objet désigne la partie de celui-ci qui a une forme creuse.

- « convexe » se réfère à une propriété d'une surface qui présente une courbe en bosse, ou bombée, c'est-à-dire qui a une forme arrondie vers l'extérieur. La convexité d'un objet désigne la partie de celui-ci qui a une forme bombée.

- « environ » placé devant un nombre, signifie plus ou moins 10% de la valeur nominale de ce nombre.

- « épaisseur » se réfère, lorsque le contexte se rapporte à une feuille, à l'une des dimensions de la feuille, mesurée par l'écart entre ses deux faces principales. Par exemple, lorsque la feuille est assimilable à un parallélépipède ou un disque, son épaisseur est la hauteur du parallélépipède ou du disque. Dans l'invention, l'épaisseur d'une feuille sera généralement sensiblement inférieure à chacune des dimensions des faces de la feuille. A moins que le contexte n'indique clairement le contraire, l'épaisseur est toujours mesurée au centre des faces de la feuille.

« feuille » ou « nappe » sont synonymes et se réfèrent à un morceau de textile plat comportant deux faces principales et une limite physique appelée « périphérie ». Une feuille peut être par exemple un tissu, une toile, une étoffe, un voile ou un voilage. Les caractéristiques physiques qui peuvent être associées à une feuille comprennent notamment son épaisseur, son périmètre, sa surface et sa densité. Dans l'invention, une feuille présentera généralement une épaisseur sensiblement inférieure à chacune des dimensions de ses faces. Par exemple une feuille dont les faces sont en forme de carré pourra avoir un côté de longueur supérieure ou égale à 5 fois son épaisseur ; et une feuille dont les faces sont en forme de disque pourra avoir un diamètre supérieur ou égal à 5 fois son épaisseur.

« fibrome » se réfère à un filament protéinique produit par le ver à soie. La fibrome est le principal constituant de la soie naturelle.

« satiné » se réfère à une propriété d'une surface qui réfléchit partiellement la lumière visible de manière à présenter un aspect doux et légèrement luisant, mais qui n'est pas brillante, réfléchissante ou lumineuse.

« séricine » se réfère à une protéine produite par le ver à soie. La séricine est l'un des principaux constituants de la soie naturelle, avec la fibroïne. La séricine peut être distinguée en plusieurs fractions, qui ont des solubilités différentes : la séricine A est la plus éloignée de la fibroïne, la séricine B est la couche intermédiaire et la séricine C est la couche interne adjacente à la fibroïne. En permettant l'adhésion des filaments de fibroïne entre eux, la séricine joue un rôle d'adhésif au sein de la soie naturelle et dans le cocon. La plupart des procédés de fabrication de fils ou feuilles de soie de l'art antérieur extraient au moins un type de séricine, volontairement ou involontairement.

« soie naturelle » ou « soie brute » se réfèrent à une fibre protéinique synthétisée par un ver à soie. La soie naturelle consiste essentiellement en un filament comportant deux brins de fibroïne organisés en double hélice, reliés par des ponts disulfïïre et entourés de couches successives de séricine. Un cocon de ver à soie est essentiellement constitué de soie naturelle. Lorsqu'elle est en train d'être sécrétée par le ver à soie, la soie naturelle est également appelée « bave ».

« support » se réfère à un article comprenant au moins une surface solide susceptible d'être recouverte par une feuille de textile, notamment d'une feuille selon l'invention.

« surélevé » se réfère à un état d'un article, en particulier d'un support, lequel est placé à une hauteur suffisante et une distance suffisante de toute matière solide de façon à ce qu'un ver à soie déposé sur l'article ne puisse pas quitter l'article sans chuter. Un « moyen de surélévation » se réfère à tout moyen permettant de placer un article en état de surélévation, c'est-à-dire de le rendre surélevé.

« surface », lorsqu'il concerne une partie d'un support, se réfère à une surface solide susceptible d'être recouverte par une feuille de textile, notamment d'une feuille selon l'invention.

« textile » se réfère à un matériau qui peut se diviser ou qui peut être transformé en fibres ou en fils textiles. Des exemples de textiles sont la soie, le coton, le chanvre, le lin, la laine, et les fibres synthétiques. Un textile tissé est appelé « tissu ».

« textile non- tissé » se réfère à un matériau de structure et/ou d'aspect analogue à un tissu, mais qui n'est pas tissé. Un textile non-tissé est traditionnellement fabriqué à partir de fibres collées ensemble par voie chimique, mécanique et/ou thermique. Un exemple de textile non-tissé est le feutre, qui est fabriqué par pression et ébouillantage de fibres naturelles telles que la laine.

« tridimensionnel » se réfère à une propriété d'une surface qui comprend au moins une partie non-plane, c'est-à-dire qui comprend au moins un relief. Une surface tridimensionnelle peut notamment comprendre une concavité et/ou une convexité. Le procédé selon l'invention permet notamment d'obtenir des feuilles de forme Mdimensionnelle en volume telles que des demi-sphères ou des sphères.

« ver à soie » se réfère à une larve éruciforme (« chenille »), d'un papillon qui produit de la soie naturelle, par exemple le bombyx du mûrier (Bombyx mon), le ver à soie Tussah (Antheraea pernyi), la saturnie du chêne du Japon (Antheraea yamamai), ou le bombyx de l'ailante, également appelé Bombyx eri (Samia cynthia). - « voilage » se réfère à une feuille translucide, c'est-à-dire une feuille dont la matière laisse passer la lumière visible, mais sans permettre de distinguer nettement les objets au travers de la feuille.

DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Feuille de textile non-tissé de soie naturelle

La présente invention concerne une feuille de textile non-tissé de soie naturelle.

Selon un mode de réalisation, la feuille présente une épaisseur sensiblement inférieure à chacune des dimensions de ses faces. Dans un mode de réalisation, la plus courte des autres dimensions de la feuille est supérieure ou égale à 5 fois l'épaisseur de la feuille. Dans un mode de réalisation spécifique, la plus courte des autres dimensions de la feuille est supérieure ou égale à 10 fois l'épaisseur de la feuille. Dans un mode de réalisation plus spécifique, la plus courte des autres dimensions de la feuille est supérieure ou égale à 50 fois l'épaisseur de la feuille. Dans un mode de réalisation encore plus spécifique, la plus courte des autres dimensions de la feuille est supérieure ou égale à 100 fois l'épaisseur de la feuille. Dans un mode de réalisation encore plus spécifique, la plus courte des autres dimensions de la feuille est supérieure ou égale à 500 fois l'épaisseur de la feuille.

Selon un mode de réalisation, l'épaisseur de la feuille est d'au moins 5 nm, de préférence d'au moins 5 um, plus préférentiellement d'au moins 0,1 mm, sur une surface correspondant à au moins 90%, de préférence au moins 95%, plus préférentiellement au moins 99%, de sa surface totale. Selon un mode de réalisation, l'épaisseur de la feuille est inférieure à 100 mm, de préférence inférieure à 10 mm, plus préférentiellement inférieure à 1 mm, sur une surface correspondant à au moins 90%, de préférence au moins 95%, plus préférentiellement au moins 99%, de sa surface totale. Dans un mode de réalisation, l'épaisseur de la feuille est comprise entre 0,001 et 100 mm, de préférence entre 0,01 et 10 mm, plus préférentiellement entre 0,1 et 1 mm, sur une surface correspondant à au moins 90%, de préférence au moins 95%, plus préférentiellement au moins 99%, de sa surface totale.

Selon un mode de réalisation, la densité de la feuille est comprise entre 15 et 45 g/m 2 , de préférence entre 20 et 40 g/m 2 , plus préférentiellement entre 27 et 31 g/m 2 . Selon un mode de réalisation, la feuille est symétrique. Selon un mode de réalisation, la feuille est asymétrique.

Selon un mode de réalisation, la feuille est bidimensionnelle. Selon un autre mode de réalisation, la feuille est partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle, telle qu'une convexité ou une concavité. Dans un mode de réalisation, la feuille est partiellement de forme bidimensionnelle et est partiellement de forme tridimensionnelle. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend au moins une convexité. Dans un mode de réalisation, la feuille est convexe. Selon un mode de réalisation, la feuille n'est pas concave. Dans un mode de réalisation, la feuille ne comporte aucune concavité. Un exemple de concavité au sens de l'invention est une forme sphérique de diamètre supérieur ou égal à 300 mm.

Dans un mode de réalisation, les faces de la feuille sont en forme d'ovale ; de disque ; de polygone tel qu'un triangle, un rectangle (par exemple un losange ou un carré), un pentagone, un hexagone ou un octogone ; ou de leurs combinaisons.

Dans un mode de réalisation spécifique, les faces de la feuille sont des rectangles dont la largeur est supérieure ou égale à 5 fois, de préférence 10 fois, plus préférentiellement 50 fois, encore plus préférentiellement 100 fois, encore plus préférentiellement 500 fois, l'épaisseur de la feuille. La « largeur » est définie dans ce contexte comme étant le plus court des deux côtés de la surface du rectangle.

Dans un mode de réalisation spécifique, les faces de la feuille sont des disques dont le diamètre est supérieur ou égal à 5 fois, de préférence 10 fois, plus préférentiellement 50 fois, encore plus préférentiellement 100 fois, encore plus préférentiellement 500 fois, l'épaisseur de la feuille. Dans un mode de réalisation, la feuille est tridimensionnelle et la feuille est un volume partiellement ou entièrement régulier. Dans un mode de réalisation spécifique, la feuille est un polyèdre tel qu'un tétraèdre, un cube, un hexaèdre (par exemple un parallélépipède), un octaèdre, dodécaèdre régulier et icosaèdre régulier ; un cône, une sphère ; une sphère partiellement évidée, une demi-sphère ; un ovoïde ; un dôme à base polyédrique ; ou leurs combinaisons. Dans un mode de réalisation spécifique, les arrêtes du polyèdre sont marquée par la présence d'un rebord en saillie sur toute la longueur de l'arrête.

Dans un mode de réalisation spécifique, la feuille est une sphère ou une demi-sphère dont la circonférence est supérieure ou égale à 5 fois, de préférence 10 fois, plus préférentiellement 50 fois, encore plus préférentiellement 100 fois, encore plus préférentiellement 500 fois, son épaisseur, mesurée en un point quelconque de la sphère ou de la demi-sphère.

Dans un mode de réalisation, la feuille est tridimensionnelle et la feuille est un volume de forme irrégulière, par exemple un pétale de fleur ou une forme asymétrique.

Dans un mode de réalisation, la feuille est tridimensionnelle et la feuille est un volume qui forme une partie d'un vêtement ou un vêtement, par exemple un corset.

Selon un mode de réalisation, la feuille est un voilage, c'est-à-dire une feuille translucide. Dans un mode de réalisation, le voilage a une épaisseur comprise entre 0,001 et 1 mm, de préférence entre 0,01 et 0,1 mm, plus préférentiellement entre 0,1 et 0,5 mm, sur une surface correspondant à au moins 90%, de préférence au moins 95%, plus préférentiellement au moins 99%, de sa surface totale. Dans un mode de réalisation, le voilage a une épaisseur de 0,1 à 0,3 mm sur une surface correspondant à au moins 90% de sa surface totale et sa transparence est comparable, par exemple, à celle d'un organza. Dans un autre mode de réalisation, le voilage a une épaisseur de 0,3 à 0,9 mm sur une surface correspondant à au moins 90% de sa surface totale et sa transparence est comparable, par exemple, à celle d'une mousseline de soie. Dans un autre mode de réalisation, le voilage a une épaisseur de 1 à 1,5 mm sur une surface correspondant à au moins 90% de sa surface totale et sa transparence est comparable, par exemple, à celle d'un twill de soie. Dans un autre mode de réalisation, le voilage a une épaisseur d'au moins 1,6 mm sur une surface correspondant à au moins 90% de sa surface totale et son degré d'opacité est comparable, par exemple, à celui d'un feutre. Selon un autre mode de réalisation, la feuille est opaque. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend un endroit et un envers. Dans un mode de réalisation, l'envers présente un aspect plus satiné que l'endroit.

Selon un mode de réalisation, la feuille comprend au moins un rebord en saillie. Dans un mode de réalisation, le rebord en saillie est localisé à la périphérie de la feuille. Dans un mode de réalisation, la feuille comporte un endroit et un envers et le rebord est en saillie par rapport à l'endroit de la feuille. Dans un mode de réalisation, l'épaisseur du rebord en saillie est comprise entre 0,1 et 100 mm, de préférence entre 0,25 et 25 mm, plus préférentiellement entre 0,5 et 5 mm. Dans un mode de réalisation, la largeur du rebord en saillie est comprise entre 0,002 et 12,5 mm de préférence entre 0,01 et 2,5 mm, plus préférentiellement entre 0,05 et 0,5 mm. Dans un mode de réalisation, la surface occupée par le rebord en saillie représente moins de 10%, de préférence moins de 5%, plus préférentiellement moins de 1%, de la surface totale de la feuille. Avantageusement, le rebord en saillie améliore les propriétés physiques de la feuille, par exemple la résistance à la déformation (rigidité). Avantageusement, la présence du rebord en saillie permet d'éviter une étape de finition telle que le roulottage ou de surjeuter (formation d'un ourlet ou d'un rebord) Avantageusement, la présence du rebord en saillie permet d'éviter une étape de finition telle que le surjet (immobilisation des fils à la périphérie d'un tissu).

Selon un mode de réalisation, la feuille n'est pas un cocon. Selon un mode de réalisation, la feuille ne comprend aucune matière issue d'un cocon. Selon un mode de réalisation, la feuille n'est pas fabriquée à partir de cocons. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fils et/ou des fibres de fibroïne enduite d'au moins une séricine. Dans un mode de réalisation, la feuille comprend des fils et/ou des fibres de fibroïne enduite de séricine A, de séricine B et/ou de séricine C. Dans un mode de réalisation spécifique, la feuille comprend des fils et/ou des fibres de fibroïne enduite de séricine A, de séricine B et de séricine C. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fils et/ou des fibres comprenant de la fibrome dans une quantité comprise entre 70% et 80% et au moins une séricine dans une quantité allant comprise entre 20% et 30%, en poids par rapport au poids total du fil ou de la fibre. Dans un mode de réalisation, la feuille comprend des fils et/ou fibres ont la composition indiquée dans le Tableau 1. Dans un mode de réalisation, la feuille a la composition indiquée dans le Tableau 1.

Tableau 1

Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fils dont la longueur est supérieure à 1 m, de préférence supérieure à 100 m, plus préférentiellement supérieure à 500 m, encore plus préférentiellement supérieure à 1 km. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fils dont la longueur est inférieure à 3 km, de préférence inférieure à 2 km.

Dans un mode de réalisation, la longueur des fils est supérieure à 1 m et inférieure à 2 km.

Dans un mode de réalisation spécifique, la feuille comprend des fils dont la longueur est comprise entre 1 et 1,5 km.

Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fibres dont la longueur est comprise entre 600 nm et 1 m, de préférence entre 50 μπι et 1 mm.

Selon un mode de réalisation, les fibres et/ou fils présentent une section de forme triangulaire. Selon un mode de réalisation, si leur section est assimilée à une section circulaire, les fibres et/ou fils ont un diamètre d'environ 10 um.

Selon un mode de réalisation, les fils et/ou les fibres sont agencées de manière non-aléatoire. Selon un mode de réalisation, les fils et/ou les fibres sont orientées. Selon un mode de réalisation, les fils et/ou les fibres ne forment pas une maille. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fibres de soie se décomposant entre 100 et 150°C, de préférence à environ 130°C. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fibres de soie ayant une température de carbonisation comprise entre 250 et 350°C, de préférence environ 300°C. Selon un mode de réalisation, la feuille comprend des fibres de soie ayant une capacité d'allongement d'environ 17% à environ 25% à sec, et d'environ 30% humide.

La feuille de textile non-tissé selon l'invention peut faire l'objet de divers post-traitements, et notamment de techniques d'ennoblissement connus de la personne du métier. En particulier, la feuille peut faire l'objet des post-traitements généralement appliqués à la soie dans l'industrie textile.

Selon un mode de réalisation, la feuille a subi une étape de post-traitement tel qu'une étape de teinture, d'impression, d'apprêt chimique (en dispersion, en émulsion ou en suspension, etc.), d'apprêt mécanique (foulage, lainage, tondage, flambage, ramage, sanforisage, etc.), d'enduction, de thermoformage, de thermo-modelage (telle que définie ci-dessous), de découpage, de plissage, de broderie ou d'incrustation de matière.

Au sens de la présente invention, le post-traitement « thermo-modelage » se réfère à un procédé comprenant les étapes suivantes : (i) tremper une feuille de textile non-tissé dans de l'eau chaude, (ii) poser la feuille encore chaude sur un moule, et (iii) étirer légèrement la feuille, (iv) sécher la feuille. L'étape (i) permet de dissoudre légèrement la séricine et ainsi de détendre la trame du non-tissé. L'étape (ii) permet de donner à la feuille la forme du moule. L'étape (iii) permet de s'assurer que la feuille prenne correctement la forme du moule. L'étape (iv) peut par exemple consister à laisser la feuille à température ambiante le temps qu'elle sèche. Après séchage la feuille garde de manière permanente la forme du moule. Avec ce procédé, il n'est pas nécessaire d'utiliser un système de vide d'air. Dans un mode de réalisation, la feuille a été traitée par thermo-modelage à une température inférieure à 60°C, de préférence inférieure à 50°C, plus préférentiellement à une température de 40°C. Dans un mode de réalisation, la feuille a une épaisseur comprise entre 0,025 et 5 mm, de préférence entre 0,1 et 1 mm, et la feuille a été traitée par thermo-modelage. Dans un mode de réalisation, la feuille a été teintée à une température inférieure à 60°C, de préférence à une température inférieure à 40°C, plus préférentiellement à froid (environ 25°C).

Selon un mode de réalisation, la feuille n'a subi aucun post-traitement conduisant à l'extraction, la dénaturation et/ou la destruction d'une séricine choisie parmi les séricines A, B et/ou C. Dans un mode de réalisation, la feuille n'a subi aucun post-traitement d'apprêt chimique, d'apprêt mécanique et/ou de thermoformage. Dans un mode de réalisation, la feuille n'a subi aucun post-traitement.

Article L'invention concerne également un article qui comprend ou est constituée d'au moins une feuille de textile non-tissé de soie naturelle telle que décrite précédemment.

Selon un mode de réalisation, l'article comprend au moins une feuille telle que décrite précédemment. Selon un mode de réalisation, l'article est constitué d'au moins une feuille telle que décrite précédemment. Selon un mode de réalisation, l'article comprend au moins un support, chaque support étant revêtu ou recouvert en tout ou partie par une feuille telle que décrite précédemment. Dans un mode de réalisation, l'article comprend au moins un support en partie revêtu ou recouvert par une feuille. Dans un mode de réalisation, l'article comprend au moins un support totalement revêtu ou recouvert par une feuille. Dans un mode de réalisation, la feuille est partiellement fixée au support. Dans un autre mode de réalisation, la feuille n'est pas fixée au support. Dans un mode de réalisation spécifique, le support est placé sur un moyen de surélévation.

Selon un mode de réalisation, l'article comprend au moins deux feuilles de textile non-tissé de soie naturelle associées de manière permanente. Dans un mode de réalisation, les feuilles sont associées au moyen d'au moins une séricine. Dans un mode de réalisation, les feuilles sont associées au moyen de fils de soie naturelle comprenant de la fibroïne enduite d'au moins une séricine. Selon un mode de réalisation, l'article est un compartiment comprenant deux feuilles, associées sur une partie de leur périphérie par de la séricine, et comprenant un espace entre les deux feuilles. Dans un mode de réalisation, les deux feuilles ont la même aire. Dans un autre mode de réalisation, les deux feuilles ont des aires différentes. Selon un mode de réalisation, l'article a subi un post-traitement destiné à modifier les propriétés ou l'aspect de la feuille, tel que décrit précédemment.

Procédé de fabrication

L'invention concerne également un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle. Selon un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle est une feuille. Dans un mode de réalisation, la feuille de textile non-tissé de soie naturelle est telle que décrite précédemment. Selon un autre mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle n'est pas une feuille.

Selon un mode de réalisation, l'invention concerne un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle, comprenant les étapes suivantes :

(a) élever un ver à soie ;

(b) prélever le ver à soie à un moment où il sécrète de la soie naturelle ;

(c) le déposer sur une surface d'un support,

dans lequel la surface du support et le support ne comportent pas de point d'accroché auquel le ver à soie puisse fixer la soie ;

et

dans lequel la surface et/ou le support comportent au moins un moyen de limitation de la progression du ver à soie ;

et/ou

dans lequel la surface et/ou le support sont configurés de manière à limiter la progression du ver à soie ; (d) attendre le temps nécessaire pour que la quantité désirée de soie naturelle soit déposée sur la surface du support, ou pour que le ver à soie ait sécrété toute sa soie ;

(e) ôter le ver à soie du textile non-tissé de soie naturelle obtenu. Dans ce contexte, le terme « progression » se réfère au déplacement du ver à soie parallèlement à la surface du support, sur la surface du support. Optionnellement, le procédé peut comprendre une étape « (f) séparer le textile non-tissé de soie naturelle obtenu de la surface du support ».

Selon un mode de réalisation, le ver à soie est la chenille du bombyx du mûrier (Bombyx mori), du ver à soie Tussah (Antheraea pernyi), de la saturnie du chêne du Japon (Antheraea yamamaî), ou du bombyx de 1'ailante (Samia cynthia). Dans un mode de réalisation, le ver à soie est la chenille du bombyx du mûrier (Bombyx mori). Les conditions d'élevage appropriées pour conduire le ver à soie à sécréter de la soie naturelle relèvent de la sériciculture classique et sont bien connues de la personne du métier. Selon un mode de réalisation, l'élevage du ver à soie comprend le fait de le nourrir avec des feuilles de mûrier blanc (Morus alba) pendant environ 30 jours.

Selon un mode de réalisation, le ver va sécréter continûment de la soie au cours d'une période dont la durée est comprise entre 12 et 72 heures. Dans un mode de réalisation typique, le ver à soie va sécréter durant 20 à 50 heures, par exemple 48 heures. Selon un mode de réalisation, plusieurs vers à soie sont prélevés et déposés simultanément et/ou successivement sur la surface du support. Dans un mode de réalisation, le nombre de vers à soie qui sont présent simultanément sur la surface d'un support est compris entre 1 et 600, de préférence entre 1 et 400, plus préférentiellement entre 1 et 300 vers à soie par mètre carré de surface. Selon un mode de réalisation, le procédé est mis en œuvre à une température comprise entre 15 et 35°C, de préférence entre 20 et 25°C, plus préférentiellement à environ 22°C. Selon un mode de réalisation, le procédé est mis en œuvre sous une lumière homogène, de préférence en l'absence de tout gradient de lumière. Selon un mode de réalisation, le procédé est mis en œuvre dans des conditions d'humidité ambiante contrôlée, de préférence avec une humidité comprise entre 40% et 20%, typiquement avec une humidité d'environ 30%.

Sans vouloir être liée par une quelconque théorie scientifique, la Demanderesse pense qu'une fois déposé sur la surface du support, le ver qui sécrète de la soie va chercher trois points d'accroché dans l'espace pour suspendre son futur cocon, et s'il y parvient, il va tisser un cocon autour de lui au lieu de déposer la soie sur la surface du support. Pour obtenir un textile non-tissé et non pas un cocon, il faut donc placer le ver à soie dans des conditions qui empêchent la formation du cocon, c'est-à-dire empêcher le ver à soie d'avoir accès à trois points d'accroché dans l'espace. Dans le procédé selon l'invention, ce résultat est obtenu du fait que la surface du support ainsi que le support ne comportent pas de point d'accroché auquel le ver à soie puisse fixer de la soie, c'est-à-dire qu'il est préférable que la surface du support, si elle comprend un ou plusieurs points d'accroché, ne comprenne que des points d'accroché qui sont tous situés dans le même plan, plaçant ainsi le ver dans des conditions où il ne peut pas suspendre de cocon dans l'espace. Le support peut comprendre des points d'accroché mais il est préférable qu'ils soient situés dans le même plan que ceux éventuellement présents sur la surface et/ou situés hors de portée du ver à soie. Par exemple, le support peut comprendre un ou plusieurs points d'accroché « inaccessibles », que le ver à soie ne pourrait pas atteindre sans tomber du support. Selon un mode de réalisation, la surface du support est entièrement de forme bidimensionnelle. Selon un autre mode de réalisation, la surface du support est partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle, telle qu'une convexité. Dans un mode de réalisation, la surface du support est partiellement de forme bidimensionnelle et est partiellement de forme tridimensionnelle. Selon un mode de réalisation, la surface du support comprend au moins une convexité. Dans un mode de réalisation, la surface du support est convexe. Dans un mode de réalisation spécifique, la surface du support est une demi-sphère, préférentiellement une demi-sphère dont la convexité est orientée vers le haut. Selon un mode de réalisation, la surface du support n'est pas concave (i.e. est « non-concave »). Dans un mode de réalisation, la surface du support ne comporte aucune concavité. Dans un mode de réalisation spécifique, la surface du support est bidimensionnelle et/ou convexe.

Selon un mode de réalisation, la surface du support est un volume fermé. Dans un mode de réalisation, la surface du support est un volume fermé et dépourvu d'arrêtés. Selon un mode de réalisation, un point d'accroché auquel le ver à soie puisse fixer la soie est une aspérité. Dans un mode de réalisation, la surface du support comporte des aspérités dont la dimension est inférieure à 3 mm, de préférence inférieure à 1 mm, plus préférentiellement inférieure à 0,5 mm, encore plus préférentiellement inférieure à 0,1 mm. Dans un mode de réalisation, la surface du support comporte des aspérités dont la dimension est supérieure à 0,05 mm, de préférence supérieure à 0,01 mm, plus préférentiellement supérieure à 0,005 mm, encore plus préférentiellement supérieure à 0,001 mm. Dans un mode de réalisation, la surface du support ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 3 mm, de préférence ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 1 mm, plus préférentiellement ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 0,5 mm, encore plus préférentiellement ne comporte pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 0,1 mm. Dans un mode de réalisation spécifique, la surface du support est lisse, c'est-à-dire dépourvue d'aspérités. Un exemple de surface comportant des aspérités est une surface rugueuse telle que du papier de verre. Une telle surface peut être obtenue par exemple à partir d'une surface lisse (telle que le plexiglas) par tout moyen connu de la personne du métier, par exemple par ponçage.

Selon un mode de réalisation, un point d'accroché auquel le ver à soie puisse fixer la soie est un évidement. Dans un mode de réalisation, la surface du support comporte des évidements dont la largeur est inférieure à 15 mm, de préférence inférieure à 10 mm, plus préférentiellement inférieure à 5 mm, encore plus préférentiellement inférieure à 1 mm. Dans un mode de réalisation, la surface du support comporte des évidements dont la largeur est supérieure à 0,5 mm, de préférence supérieure à 0,1 mm, plus préférentiellement supérieure à 0,05 mm, encore plus préférentiellement supérieure à 0,01 mm. Dans un mode de réalisation, la surface du support ne comporte pas d' évidements dont la largeur moyenne est supérieure à 1,5 cm, de préférence ne comporte pas d'évidements dont la largeur est supérieure à 1 cm, plus préférentiellement ne comporte pas d'évidements dont la largeur est supérieure à 5 mm, encore plus préférentiellement ne comporte pas d'évidements dont la largeur est supérieure à 1 mm. Dans un mode de réalisation spécifique, la surface du support est pleine, c'est-à-dire dépourvue d'évidements. Un exemple de surface comportant des évidements est une surface poreuse telle qu'un grillage ou une éponge. Une telle surface peut être obtenue par exemple à partir d'une surface pleine par tout moyen connu de la personne du métier, par exemple par perforation.

Selon un mode de réalisation, la séricine n'adhère pas de manière irréversible à la surface du support, ce qui permet d'en détacher le textile non-tissé sans détériorer le textile. Selon un mode de réalisation, la surface est composée ou constituée d'un matériau imperméable à la séricine. Dans un mode de réalisation, la surface du support est en verre, en métal, en polymère inorganique tel que les polysiloxanes (silicones), ou en polymère organique tel que le polystyrène (PS), poly(méthacrylate de méthyle) (PMMA), par exemple Plexiglas® ou Altuglas®. Dans un mode de réalisation, la surface du support est en cuir ; en textile tissé ou non-tissé tel que la soie tissée, le coton ; ou en papier tel que le carton. Selon un mode de réalisation, la surface du support est un matériau perméable à la séricine, tel qu'un textile non-tissé de soie naturelle. Selon un mode de réalisation, la surface du support est partiellement ou intégralement constituée d'un matériau ne présentant pas de toxicité vis-à-vis du ver à soie. Selon un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est bidimensionnel(le). Dans un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est un ovale ; un disque ; un polygone tel qu'un triangle, un rectangle (par exemple un losange ou un carré), un pentagone, un hexagone ou un octogone ; ou une de leurs combinaisons. Selon un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est partiellement ou entièrement de forme tridimensionnelle. Dans un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est un volume partiellement ou entièrement régulier. Dans un mode de réalisation spécifique, la surface du support et/ou le support est un polyèdre tel qu'un tétraèdre, un cube, un hexaèdre (par exemple un parallélépipède), un octaèdre, dodécaèdre régulier et icosaèdre régulier ; un cône ; une sphère ; une sphère partiellement évidée ; une demi-sphère ; un ovoïde ; un dôme à base polyédrique ; ou une de leurs combinaisons. Dans un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est partiellement ou entièrement tridimensionnelle et est un volume de forme irrégulière. Dans un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est un volume en forme de partie d'un vêtement ou d'un vêtement. Dans un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est symétrique. Dans un mode de réalisation, la surface du support et/ou le support est asymétrique. Selon un mode de réalisation, la surface du support mesure au moins 70 mm de long et/ou a au moins 70 mm de diamètre apparent. Selon un mode de réalisation, les dimensions de la surface du support peuvent être modifiées après l'étape de dépôt des fils de soie naturelle. Dans un mode de réalisation, les dimensions de la surface sont modifiées au moyen d'un changement de dimension du support, par exemple par gonflage-dégonflage, ou par pliage-dépliage.

Selon un mode de réalisation, le support ne comporte pas, à proximité de la surface du support, de point d'accroché auquel le ver à soie puisse fixer la soie. Dans un mode de réalisation, le support ne comporte pas de point d'accroché auquel le ver à soie puisse fixer la soie jusqu'à une distance de 1 mm, de préférence de 5 mm, plus préférentiellement de 25 mm, encore plus préférentiellement de 50 mm, de la surface du support. Dans un mode de réalisation spécifique, le support ne comporte pas de point d'accroché auquel le ver à soie puisse fixer la soie.

En l'absence d'obstacle à sa progression, le ver à soie va continuer sans limite son déplacement sur la surface du support, et déposer uniquement un fil sur la surface du support. C'est pourquoi, pour obtenir un textile non-tissé ayant une épaisseur supérieure au diamètre du fil de soie, il faut contraindre le ver à soie à se déplacer sur la surface du support, ce déplacement étant limité à la surface du support. Dans ce procédé selon l'invention, ce résultat est obtenu :

(i) du fait que la surface et/ou le support comporte au moins un moyen de limitation de la progression du ver à soie ; et/ou

(ii) du fait que la surface et/ou le support est configuré de manière à limiter la progression du ver à soie.

Selon un mode de réalisation, la surface et/ou le support comporte au moins un moyen de limitation de la progression du ver à soie. Selon un mode de réalisation, la surface et/ou le support est configuré de manière à limiter la progression du ver à soie.

Selon un mode de réalisation, la configuration permettant de limiter la progression du ver à soie est que le support est surélevé, par exemple à l'aide d'au moins un moyen de surélévation. Le ver à soie voit ainsi sa progression limitée par la rencontre d'un espace vide devant lui, et est contraint de changer de direction, déposant ainsi de nouveau son fil sur la surface du support.

Dans un mode de réalisation, le support est posé et/ou fixé sur un moyen de surélévation, qui est une pièce dont les dimensions latérales sont sensiblement réduites par rapport aux dimensions latérales de la surface du support, de préférence réduites de 25%, plus préférentiellement réduites de 50%, encore plus préférentiellement réduites d'au moins 75%. Des exemples de moyens de surélévation selon ce mode de réalisation sont un tube, une colonne ou une tige fixée sur une base ou sur un axe. Dans un mode de réalisation, le support est horizontalement posé et/ou fixé sur un moyen de surélévation.

Dans un autre mode de réalisation, le support comprend une partie horizontale incluant une surface, et cette partie horizontale est surélevée au moyen d'une autre partie du support. Dans un mode de réalisation spécifique, la partie horizontale surplombe une partie verticale allongée dont les dimensions latérales sont sensiblement réduites par rapport aux dimensions latérales de la surface, de préférence réduites de 25%, plus préférentiellement réduites de 50%, encore plus préférentiellement réduites d'au moins 75%. Un exemple de moyen de surélévation selon ce mode de réalisation est un pied à base évasée qui fait partie du support. Selon un mode de réalisation, la position du support dans l'espace peut être modifiée au cours du procédé. Dans un mode de réalisation, il est possible de choisir la surface du support sur laquelle le ver à soie va déposer le fil de soie en orientant cette surface de façon à ce que cette surface soit la partie la plus haute du support. Selon un mode de réalisation, le produit issu du procédé est un article qui comprend au moins un support, chaque support étant revêtu ou recouvert en tout ou partie par une feuille telle que décrite précédemment. Selon un mode de réalisation, le procédé ne comporte pas d'étape « (f) séparer le textile non-tissé de soie naturelle obtenu de la surface du support ». Selon un mode de réalisation, le procédé comprend une étape de liaison entre elles d'au moins deux feuilles de textile non-tissé de soie naturelle. Dans un mode de réalisation, les parties des feuilles qui doivent être associées sont légèrement humidifiés, puis sont juxtaposés, puis les étapes (a) à (e) du procédé sont mises en œuvre pour assurer la liaison permanente des feuilles entre elles au moyen du dépôt de nouveaux fils de soie naturelle. Dans un mode de réalisation spécifique, les feuilles sont associées par au moins un bord. Dans un mode de réalisation spécifique, les feuilles sont superposées sur tout ou partie de leur surface.

La voie sèche, la voie fondue et la voie humide sont des procédés de fabrication de textiles non-tissés bien connus de la personne du métier. Selon un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle n'est obtenu ni par voie sèche, ni par voie fondue, ni par voie humide.

Le procédé selon l'invention peut optionnellement comporter une ou plusieurs étapes de post-traitement, et notamment de techniques d'ennoblissement connus de la personne du métier. En particulier, le procédé peut comprendre des étapes de post-traitements généralement appliqués à la soie dans l'industrie textile.

Selon un mode de réalisation, l'étape de post-traitement est une étape de teinture, d'impression, d'apprêt chimique (en dispersion, en émulsion ou en suspension, etc.), d'apprêt mécanique (foulage, lainage, tondage, flambage, ramage, sanforisage, etc.), d'enduction, de thermoformage, de thermo-modelage (telle que définie ci-dessous), de découpage, de plissage, de broderie ou d'incrustation de matière.

Dans un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle a été traitée par thermo-modelage à une température inférieure à 60°C, de préférence inférieure à 50°C, plus préférentiellement à une température de 40°C. Dans un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle a une épaisseur comprise 0,025 et 5 mm, de préférence entre 0,1 et 1 mm, et le textile a été traité par thermo-modelage. Dans un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle a été teinté à une température inférieure à 60°C, de préférence à une température inférieure à 40°C, plus préférentiellement à froid (environ 25°C).

Selon un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle n'a subi aucun post-traitement conduisant à l'extraction, la dénaturation et/ou la destruction d'une séricine choisie parmi les séricines A, B et/ou C. Dans un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle n'a subi aucun post-traitement d'apprêt chimique, d'apprêt mécanique et/ou de thermoformage. Dans un mode de réalisation, le textile non-tissé de soie naturelle n'a subi aucun post-traitement.

BRÈVE DESCRIPTION DES FIGURES

Les Figures 1 à 4 sont des photographies représentant des exemples de feuilles en textile non-tissé de soie naturelle de forme bidimensionnelle selon l'invention.

Les Figures 5 à 8 sont des photographies représentant des exemples de feuilles selon l'invention, en textile non-tissé de soie naturelle ayant subi un post-traitement.

Les Figures 9 à 15 et 24 sont des photographies représentant des exemples d'articles selon l'invention, comportant ou étant constitués d'au moins une feuille en textile non tissé de soie naturelle, et/ou comprenant un support revêtu ou recouvert en tout ou partie par une feuille en textile non-tissé de soie naturelle.

La Figure 16 est un schéma représentant les différentes étapes d'un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention. La Figure 17 est une photographie représentant un exemple de support utilisable dans un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention.

Les Figures 18 et 19 sont des photographies représentant les vers à soie lors d'une étape d'un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention. Les Figures 20 et 21 sont des schémas représentant des modes de réalisation particuliers d'un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention.

La Figure 22 est un schéma représentant un ensemble de supports utilisable dans un procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention.

Les Figures 23 et 25 à 30 sont des photographies représentant des exemples de feuilles en textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention, de forme partiellement ou entièrement tridimensionnelle.

La Figure 31 est une photographie représentant un exemple de feuille en textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention, de forme partiellement tridimensionnelle. Cette feuille est en forme de vêtement et a fait l'objet de post-traitements.

EXEMPLES

La présente invention se comprendra mieux à la lecture des exemples suivants qui illustrent non-limitativement l'invention.

Exemple 1 : Feuilles en textile non-tissé de soie naturelle Les Figures 1 et 2 montrent deux feuilles en textile non-tissé de soie naturelle de forme bidimensionnelle. La feuille représentée sur la figure 1 est une feuille carrée de dimensions 70 mm x 70 mm x 0,2 mm comportant quatre rebords en saillie de largeur 3 mm, lui conférant une épaisseur de 1,5 mm à sa périphérie. La feuille représentée sur la figure 2 est une feuille carrée de 500 mm de côté et de 0,5 mm d'épaisseur comportant quatre rebords en saillie de largeur 3 mm lui conférant une épaisseur de 1 mm à sa périphérie. La Figure 3 montre des feuilles en textile non-tissé de soie naturelle de forme bidimensionnelle, qui sont des disques de diamètre 70 mm et d'épaisseur 0,3 mm comportant un rebord en saillie de largeur 3 mm leur conférant une épaisseur de 1 mm à sa périphérie (Figure 4). La Figure 4 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme bidimensionnelle, qui est un rectangle dépourvu de rebords obtenu par découpage d'une feuille selon l'invention, de dimensions 60 mm x 100 mm x 0,2 mm.

La Figure 23 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme partiellement tridimensionnelle, qui est un cône à base hexagonale comportant un rebord en saillie à la périphérie de ladite base. Les arrêtes du cône sont marquée par la présence d'un rebord en saillie sur toute la longueur de l'arrête.

La Figure 25 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme entièrement tridimensionnelle, qui est un dôme à base rectangulaire comportant un rebord en saillie à la périphérie du rectangle. La Figure 26 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme entièrement tridimensionnelle, qui est un ovoïde.

La Figure 27 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme entièrement tridimensionnelle, qui est une demi-sphère comportant un rebord en saillie à la périphérie du plan de coupe. La Figure 28 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme entièrement tridimensionnelle, qui est une sphère partiellement évidée.

La Figure 29 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme partiellement tridimensionnelle comportant un rebord en saillie à sa périphérie, qui est en forme de pétales de fleurs. La Figure 30 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme partiellement tridimensionnelle, qui est une forme asymétrique. Exemple 2 : Feuilles en textile non tissé de soie naturelle après post-traitement

Les Figures 5 à 8 montrent des feuilles en textile non-tissé de soie naturelle ayant fait l'objet d'une étape de post-traitement : impression (Figure 5), thermo-modelage et teinture (Figure 6), couture (Figure 7), broderie de perles (Figure 8). La Figure 31 montre une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme partiellement tridimensionnelle, qui est en forme de vêtement. Le vêtement est un corset et a fait l'objet de plusieurs post-traitements : couture d'un ourlet sur le rebord, perforation de la bordure avec intégration d'anneaux et enfilage d'un lacet.

Exemple 3 : Articles comportant ou étant constitués d'au moins une feuille en textile non-tissé de soie naturelle, et/ou comprenant un support revêtu ou recouvert en tout ou partie par une feuille en textile non-tissé de soie naturelle

Les Figures 9 et 24 montrent un article tridimensionnel parallélépipédique comprenant cinq feuilles en textile non-tissé de soie naturelle associées entre elles de manière permanente par leurs bords. Cet article a été obtenu au moyen du procédé décrit à l'Exemple S telle qu'illustré par le schéma de la Figure 20. La périphérie de la face évidée comporte un rebord en saillie et les arrêtes du parallélépipède sont marquée par la présence d'un rebord en saillie sur toute la longueur de l'arrête.

La Figure 10 montre un article comprenant une pièce inférieure en forme de bol et une pièce supérieure hémisphérique consistant en une feuille en textile non-tissé de soie naturelle de forme entièrement tridimensionnelle. L'hémisphère a été fabriqué au moyen d'un procédé analogue à celui décrit à l'Exemple 4, dans lequel le support comprend au moins une surface hémisphérique. Elle pourrait aussi être obtenue au moyen du procédé décrit à l'Exemple 6 tel qu'illustrée par le schéma de la Figure 21, suivi d'une étape de découpage de la sphère résultante. Associé à une bougie, cet article peut servir de photophore. Associé à un circuit électrique et une ampoule, cet article peut servir de lampe d'intérieur. La Figure 11 montre un article constitué de feuilles en textile non-tissé de soie naturelle découpées et associées pour former une fleur artificielle. La Figure 12 montre une telle fleur fixée sur une tige en matière plastique.

La Figure 13 montre un article consistant en un support, qui est un récipient en verre, recouvert sur la totalité de sa surface externe par une feuille en textile non tissé de soie naturelle. Cet article peut servir de photophore, comme illustré sur la Figure 14 qui montre l'article associé à une bougie allumée placée à l'intérieur du récipient.

La Figure 15 montre un article comprenant un support qui est un disque en cuir de 7 cm de diamètre, lequel est revêtu sur toute sa surface d'une feuille en textile non-tissé de soie naturelle. Ce support est donc entièrement inclus dans la feuille.

Exemple 4 : Procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle

La Figure 16 montre les différentes étapes d'un exemple de procédé de fabrication d'un textile non-tissé de soie naturelle selon l'invention.

Matériel et Méthodes Matériel

La surface du support utilisée est typiquement de forme bidimensionnelle ; ou de forme tridimensionnelle et convexe ; lisse ou ne comprenant pas d'aspérités dont la dimension est supérieure à 0,1 mm ; et pleine, non-concave et dépourvue de concavités. Elle est en plastique (PS, PMMA) ou en verre, qui sont des matériaux imperméables à la séricine. Le support et sa surface sont en forme de carré, disques, demi-sphère ou autres formes. Les dimensions du support sont variables et d'au moins 70 mm de long ou de diamètre. La surface de dépôt des fils de soie est constituée de l'intégralité de la surface supérieure du support.

Le ver à soie est la chenille du bombyx du mûrier {Bombyx mon). Le support est configuré de manière à limiter la progression du ver à soie. Il est horizontalement fixé sur un moyen de surélévation, qui est une tige maintenue dans un pied, par exemple un pied rectangulaire. La tige et le pied peuvent être dans un matériau quelconque, et sont typiquement en métal ou en bois. N'importe quelle méthode adaptée de fixation du support à la tige peut convenir, typiquement la fixation est réalisée au moyen d'un papier adhésif ou d'une gomme adhésive (type Patafix®). La zone de fixation de la tige avec le support pourrait constituer un point d'accroché pour la soie, mais comme ladite zone est située en dessous du support, le ver à soie ne peut pas l'atteindre et ne peux donc pas former de cocon. Des exemples de support avec moyen de surélévation utilisés dans le procédé sont montrés sur les Figures 17, 18 et 22.

Méthodes

La chenille du bombyx du mûrier (Bombyx mon) est nourrie avec des feuilles de mûrier blanc (Morus alba) pendant 30 jours. L'élevage de la chenille pour qu'elle atteigne le stade de développement où elle sécrète de la bave relève de la sériciculture classique, bien connue de la personne du métier. Le procédé est mis en œuvre à 22°C, sous une lumière homogène et avec une humidité ambiante d'environ 30%.

Un ou plusieurs vers à soie sont prélevés puis déposés simultanément sur le support à un moment où ils sécrètent de la soie, et retirés du support lorsqu'ils ont terminé de sécréter toute leur soie. Selon l'épaisseur désirée pour la feuille, le nombre de vers déposés est adapté. Le nombre de vers à soie déposés simultanément sur le support dépend des dimensions du support et de l'épaisseur de soie souhaitée, mais il est typiquement de 400 vers/m 2 , soit 4 vers/dm 2 . Il est ensuite attendu le temps nécessaire pour que la quantité désirée de soie naturelle soit déposée sur la surface du support, ou pour que le ver à soie ait sécrété toute sa soie. A ce moment, le ver à soie est ôté du textile non-tissé de soie naturelle obtenu. Optionnellement, le textile non-tissé de soie naturelle obtenu est séparé de la surface du support.

Résultats Chaque ver à soie se déplace sur le support et dépose sa bave de soie naturelle sur le support. Celle-ci sèche en quelques secondes. Des illustrations de cette étape du procédé sont montrées Figures 18 et Figure 19. La Figure 19 illustre le fait que deux vers à soie peuvent déposer leur bave simultanément sur le support sans ne se gêner ni s'envelopper mutuellement. Comme le ver à soie voit sa progression limitée par la rencontre d'un espace vide devant lui, il est contraint de changer de direction régulièrement, et de se déplacer sur la surface du support, ce déplacement étant limité à la surface du support. Le ver à soie fait ainsi des allers et retours sur le support, déposant ainsi son fil sur toute la surface du support. En général, le ver à soie s'arrête avant de tomber du support. Néanmoins, il peut se produire qu'un ver à soie ne parvienne pas à s'arrêter quand il arrive au bord du support, et tombe du support. Il est alors ramassé et posé à nouveau sur la surface du support. Le ver poursuit alors le dépôt de sa bave sur le support.

Une feuille en textile non-tissé de soie naturelle est obtenue au moyen de ce procéd exemples de feuilles obtenues par ce procédé sont listés dans le Tableau 2.

Tableau 2

E : épaisseur de la feuille (mm) mesurée au centre de la feuille ;

M : masse totale de la feuille (g) ;

NV : nombre de vers à soie dans un groupe de vers déposés simultanément sur la surface ; NG : nombre de groupes de vers à soie déposés sur la surface ;

NT : nombre total de vers à soie utilisés pour la fabrication de la feuille.

La masse moyenne de soie naturelle produite par un ver à soie de Bombyx mori est de 0,172 g. Exemple 5 : Fabrication d'articles comprenant au moins deux feuilles

Selon une variante du procédé décrit à l'Exemple 4, un article est fabriqué par le procédé suivant, représenté schématiquement sur la Figure 20.

Une première feuille est fabriquée en suivant le procédé précédemment décrit, puis cette feuille est détachée et une seconde feuille est fabriquée de la même manière et laissée en place sur le support. Un bord de chacune deux feuilles est ensuite légèrement humidifié, ce qui provoque une dissolution partielle de la séricine. Les deux bords sont aussitôt mis en contact, et le séchage de la séricine maintient les deux feuilles solidarisées par un bord.

Des vers à soie sont déposés sur le support, et déposent de la soie qui va associer de manière permanente les deux feuilles entre elles par le bord. Il est également possible de solidariser les feuilles alors que la fabrication de la seconde feuille n'est pas encore terminée, auquel cas les vers à soie vont simultanément fabriquer la seconde feuille et l'associer avec la première feuille. En répétant ces étapes plusieurs fois, un article comprenant au moins deux feuilles associées entre elles de manière permanente par de la soie naturelle est obtenu.

Le procédé représenté sur la Figure 20 permet notamment de fabriquer un article parallélépipédique comportant cinq feuilles de soie naturelle formant cinq faces d'un parallélépipède, tel que l'article représenté Figure 9.

Exemple 6 : Fabrication d'une feuille de forme tridimensionnelle sphérique Selon une variante du procédé décrit à l'Exemple 4, un article est fabriqué par le procédé suivant, représenté schématiquement Figure 21.

Le support est une sphère ou pseudosphère. Comme ils se déplacent de manière à éviter de chuter, les vers à soie vont uniquement déposer la bave sur la surface la plus haute du support. Lorsque l'épaisseur de soie naturelle désirée est déposée, le support est détaché du moyen de surélévation et orienté de façon à ce que la partie encore non-recouverte du support en devienne la partie la plus haute. Il n'est pas nécessaire de retirer les vers à soie du support au cours du mouvement du support. Le ou les vers vont continuer à déposer leur bave sur la surface supérieure du support, et ainsi par déplacement successifs du support, il est possible de faire recouvrir la totalité de la surface du support par de la soie naturelle. La feuille obtenue est dépourvue de rebord en saillie à sa périphérie.

Dans le mode de réalisation représenté Figure 21, le support est un ballon gonflable et une surface réduite, qui est celle qui comporte un moyen de dégonflage (par exemple une buse) n'est pas recouverte de soie naturelle. En actionnant le moyen de dégonflage, il est alors possible de dégonfler le support et de l'extraire de la feuille tridimensionnelle sphérique ou pseudo-sphérique.

Selon un autre mode de réalisation possible, le support est solide et n'est pas retiré après la fabrication de la feuille. Un article sphérique ou pseudo-sphérique comprenant un support partiellement ou complètement recouvert d'une feuille de soie naturelle est ainsi obtenu.

Exemple 7 : Ensemble de supports

Selon une variante du procédé décrit à l'Exemple 4, un ensemble de supports représenté Figure 22 est utilisé. Les supports sont configurés de telle manière qu'un ver à soie qui viendrait à tomber de son support tombe sur un autre support de l'ensemble, au lieu de tomber sur le sol. Cet ensemble de supports est avantageux car il permet de réduire le nombre d'interventions nécessaires pour maintenir les vers à soie sur la surface du support où ils doivent déposer leur bave. Un bac est également placé au-dessous de l'ensemble de supports, ce qui permet de récupérer les vers à soie qui seraient tombés de support en support sur toute la hauteur de l'ensemble de supports.