Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PALLET ASSEMBLY FOR TIMEPIECE MOVEMENT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/123380
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention concerns a pallet assembly (10) intended to equip an escapement of a timepiece and comprising a main body (1), an input pallet (3) and an output pallet (4), said pallets (3, 4) being attached separately to the main body (1) such that the position of those pallets relative to that body can be adjusted separately. The input pallet (3) and the output pallet (4) are produced from a first material chosen from the following materials: ceramic, glass, an oxide excluding ruby and sapphire, metal alloy or metallic glass, and polymer. The input pallet (3) and the output pallet (4) are attached in respective housings of the main body by means of a thermoplastic resin (glue).

Inventors:
GEISER, Sylvain (Chemin Sous les Roches 7, 1264 Saint-Cergue, 1264, CH)
PERRET, Julien (Chemin des Vignes 123, Andilly, 74350, FR)
MICHAUD, David (Vi de Chenaz 47, Bonne, 74380, FR)
Application Number:
IB2018/060447
Publication Date:
June 27, 2019
Filing Date:
December 20, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PATEK PHILIPPE SA GENEVE (Rue du Rhône 41, 1204 Genève, 1204, CH)
International Classes:
G04B15/14
Foreign References:
EP2400352A12011-12-28
CH704275A12012-06-29
CH707993A22014-10-31
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
MICHELI & CIE SA (Rue de Genève 122, 1226 Thônex, 1226, CH)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Ancre (10) destinée à équiper un échappement d’une pièce d’horlogerie et comprenant un corps principal (1 ), une palette d’entrée (3) et une palette de sortie (4), lesdites palettes (3, 4) étant rapportées indépendamment sur le corps principal (1 ) de sorte que leur position par rapport à celui-ci puisse être réglée de manière indépendante, caractérisée par le fait que la palette d’entrée (3) et la palette de sortie (4) sont réalisées dans un premier matériau choisi parmi les matériaux suivants: céramique, verre, oxyde hormis le rubis et le saphir, alliage ou verre métallique, polymère ; et par le fait que les palettes d’entrée (3) et de sortie (4) sont chacune fixées dans un logement respectif du corps principal au moyen d’une résine thermoplastique (colle).

2. Ancre (10) selon la revendication précédente, caractérisée par le fait que le corps principal (1 ) est réalisé dans un second matériau différent du premier matériau choisi parmi les matériaux suivants : laiton, acier, bronze au béryllium ou le nickel phosphore, céramique, verre, alliage ou verre métallique, polymère.

3. Echappement comprenant une ancre (10) selon l’une des revendications précédentes.

4. Echappement selon la revendication précédente comprenant en outre une roue d’échappement réalisée dans l’un des matériaux suivants : silicium, céramique, verre, alliage ou verre métallique, polymère, oxyde.

5. Mouvement d’horlogerie comprenant un échappement selon les revendications 3 ou 4.

6. Pièce d’horlogerie comprenant un mouvement selon la revendication 5.

Description:
Ancre pour mouvement d’horlogerie

La présente invention a pour objet une ancre destinée à équiper un échappement d’un mouvement d’horlogerie.

Traditionnellement, l'ancre utilisée dans la montre est en fait composée de deux organes, un corps principal formant l'ancre proprement dite et la fourchette. Le corps principal porte deux palettes généralement usinées en rubis: la palette d'entrée et la palette de sortie qui sont destinées à coopérer avec une roue d’échappement. La fourchette, les cornes et le dard sont quant à eux destinés à coopérer avec un organe réglant, par exemple avec un balancier-spiral. Dans cette ancre traditionnelle, les palettes sont donc en rubis et fixées sur le corps principal de l’ancre qui lui est en laiton, en acier ou en un autre alliage métallique tel que le nickel phosphore ces dernières décennies. Les palettes sont par exemple retenues par pincement dans un logement adéquat du corps principal de l’ancre et sont fixées solidement par une résine thermoplastique. La position des palettes par rapport au corps principal de l’ancre peut être ajustée en chauffant cette résine thermoplastique pour la ramollir et ensuite en faisant coulisser légèrement les palettes dans leur logement. En refroidissant, la résine thermoplastique durcit à nouveau pour fixer la position des palettes. Cette opération fait partie de l’achevage du mouvement d’horlogerie.

Cette possibilité de régler la position des palettes est très utile pour corriger les erreurs d’usinage car elle permet de compenser indépendamment la position de la palette de sortie de celle de la palette d’entrée. Ceci permet également de régler les sécurités de fonctionnement et d’intervenir sur le rendement de l’échappement global (ancre et roue d’échappement). Enfin, ce réglage permet également d’utiliser la même ancre dans plusieurs mouvements différents en déterminant pour chaque mouvement des paramètres différents pour l’achevage. Par ailleurs, pour augmenter le rendement de l’échappement à ancre traditionnel, l’horloger a recours à des nouveaux matériaux comme le silicium. Ces nouveaux matériaux ont des propriétés intéressantes et permettent notamment un gain dans le rendement de l’échappement, une utilisation à sec de l’échappement, un contrôle de la forme de fabrication des composants et/ou une usure modérée de ces derniers.

Dans certains cas, l’ancre est alors réalisée en une seule pièce (corps principal, palettes, fourchette, dard, cornes) dans un unique matériau comme le silicium. On parle alors d’ancre monobloc. Ces ancres présentent l’avantage d’avoir des palettes avec des propriétés tribologiques améliorées, ainsi qu’un corps de faible masse qui présente un rendement d’autant meilleur que la masse du corps est faible. Il n’y a cependant plus la possibilité de régler la position des palettes durant l’achevage du mouvement et il est nécessaire de prévoir en stocks plusieurs ancres avec des positions de levées différentes pour résoudre les problèmes liés à l’achevage, ce qui complexifie les chaînes de production.

La présente invention a pour but de réaliser une ancre capable de travailler avec une roue d’échappement permettant d’améliorer le rendement de l’échappement à ancre traditionnel qui soit en outre simple à produire et à assembler et permette un réglage aisé de la position des palettes.

La présente invention a pour objet une ancre selon la revendication 1.

L’ancre selon l’invention permet avantageusement de combiner les avantages d’une ancre traditionnelle, notamment en ce qui concerne l’achevage et le réglage, aux avantages des ancres modernes et leurs nouveaux matériaux.

L’invention concerne en outre un échappement selon la revendication 3, un mouvement d’horlogerie selon la revendication 5 et une pièce d’horlogerie selon la revendication 6.

La figure 1 illustre une ancre destinée à équiper un échappement à ancre.

L’ancre 10 selon l’invention est destinée à faire partie d’un échappement (non illustré) d’un mouvement d’horlogerie. L'ancre 10 comprend donc un corps principal 1 qui porte deux palettes: une palette d'entrée 3 et une palette de sortie 4. Les palettes 3, 4 sont destinées à coopérer avec une roue d’échappement de l’échappement comprenant l’ancre 10. L’ancre 10 comprend encore une fourchette 2 qui comprend des cornes 5 et un dard 6. La fourchette 2 est destinée à coopérer avec un organe réglant du mouvement (non illustré), par exemple avec un balancier-spiral. La fourchette 2, les cornes 5 et le dard 6 peuvent être chacun rapporté sur le corps principal 1 ou venu d’une pièce avec celui-ci.

Selon la présente invention, les deux palettes 3, 4 sont réalisées dans un premier matériau et sont rapportées chacune indépendamment sur le corps principal 1. Selon l’invention, lesdites palettes 3, 4 sont chacune pincée dans un logement du corps principal 1 de manière à pouvoir y coulisser, et fixée au moyen d’une résine thermoplastique (colle, par exemple gomme-laque).

Selon l’invention, le premier matériau des palettes 3, 4 est choisi parmi les matériaux suivants : céramique, verre, oxyde hormis le rubis et le saphir, alliage ou verre métallique, polymère et silicium. Le rubis qui est classiquement utilisé pour les palettes des ancres à échappement traditionnel est donc exclu de cette liste.

Les céramiques utilisées sont généralement de trois sortes : les oxydes, les non-oxydes et les composites. Par exemple, on peut citer l’oxyde de silicium, l’oxyde de zirconium, les carbures ou nitrures de silicium, ainsi que pour les composites, le silinvar® (composite formé d’un cœur en silicium et d’une enveloppe en oxyde de silicium).

Les verres avantageusement utilisés sont choisis parmi la silice, les verres sodocalciques, les borosilicates, les verres non alcalins, la silice vitreuse, les alumino-silicates et les verres fluorés.

Les polymères sont avantageusement choisis parmi les polymères à haute performance mécanique tels que les polyaryléthercétones (PAEK) comme le polyétheréthercétone (PEEK) par exemple le PEEK ou les polyamides. Les verres métalliques utilisés peuvent, par exemple, être à base de zirconium tel que ZrCuAINb ou à base de cuivre tel que CuTiZrNiSn, ou d’autres bases.

De préférence, le premier matériau des palettes 3, 4 est choisi parmi les verres, les céramiques. Préférentiellement, le premier matériau est un composite formé d’un cœur de silicium et d’une enveloppe en oxyde de silicium (silinvar®).

Le corps principal 1 peut quant à lui être réalisé dans un second matériau différent du premier et choisi, de préférence, parmi les exemples suivants: laiton, acier ou autres alliages métalliques comme le bronze au béryllium (CuBe) ou le nickel phosphore, céramique, verre, alliage ou verre métallique, polymère, de préférence le laiton, l’acier, le bronze au béryllium (CuBe) ou le nickel phosphore, préférentiellement l’acier ou le nickel phosphore. L’utilisation de ces matériaux comme second matériau permet de garder l’expérience de la production des ancres traditionnelles, des lignes de production quasiment identiques, ainsi que d’autoriser la gravure sur le corps de l’ancre et des opérations de terminaison tel qu’un anglage poli. Ces opérations permettent en effet d’obtenir un niveau esthétique très élevé de l’ancre, pièce bien visible du mouvement horloger, ce qui est d’une grande importance pour la haute horlogerie.

De plus, selon le premier matériau choisi pour les palettes d’entrée et de sortie 3, 4, la roue d’échappement elle-même pourra être réalisée dans des matériaux modernes et plus efficaces comme la céramique, le silicium, le verre, les oxydes, le verre métallique ou un polymère.

Avec la présente invention, on peut notamment réaliser une ancre plus performante sans changer excessivement le processus de production : une ancre 10 en acier avec des palettes d’entrée et de sortie 3, 4 en verre permet déjà un meilleur rendement sans modifier la production de l’ancre (corps principal 1 , fourchette 2, dard 6 et cornes 5). Une telle ancre est directement intégrable dans un échappement ou un mouvement existant. Ainsi, on réalise une ancre combinant les avantages du réglage lors de l’achevage de l’ancre traditionnelle avec ses palettes en rubis et les avantages d’une ancre utilisant les matériaux modernes ayant fait leur preuve quant à l’amélioration du rendement d’un échappement.