Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PENDULAR DAMPING DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/224313
Kind Code:
A1
Abstract:
Pendular damping device, comprising: - a support (2) able to rotate about an axis (X), - at least one pendular body (3) comprising: a first and a second pendulum mass (5) spaced axially in relation to one another and movable relative to the support (2), and - at least one rolling member guiding the movement of the pendular body (3) relative to the support (2), characterised in that the device also comprises an axial clamping means (35) arranged axially between the first and second pendular masses (5), partially housed in an opening (36) formed in the support and able to rub against the first and second pendular masses (5) for certain relative movements of the pendular body and the support.

Inventors:
VERHOOG ROEL (FR)
BAGARD DIDIER (FR)
SALVADORI DAVID (FR)
VIGREUX ANTOINE (FR)
FAFET OLIVIER (FR)
MALLEY MATTHIEU (FR)
COUVILLERS DIDIER (FR)
Application Number:
EP2018/063580
Publication Date:
December 13, 2018
Filing Date:
May 23, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALEO EMBRAYAGES (FR)
International Classes:
F16F15/14
Domestic Patent References:
WO2014012546A12014-01-23
Foreign References:
DE102016222119A12017-05-18
DE102012210575A12013-12-24
DE102012221103A12014-05-22
DE102011086532A12012-06-21
Attorney, Agent or Firm:
VINCENT, Catherine (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Dispositif (1) d'amortissement pendulaire, comprenant :

- un support (2) apte à se déplacer en rotation autour d'un axe (X),

- au moins un corps pendulaire (3) , mobiles par rapport au support (2), comprenant : une première et une deuxième masses pendulaires (5) espacées axialement l'une par rapport à l'autre et mobiles par rapport au support (2), la première masse pendulaire (5) étant disposée axialement d'un premier côté (4) du support (2) et la deuxième masse pendulaire (5) étant disposée axialement d'un deuxième côté (4) du support (2), et au moins un organe de liaison (6) de la première et de la deuxième masses pendulaires (5) appariant lesdites masses, et

- au moins un organe de roulement (11) guidant le déplacement du corps pendulaire (3) par rapport au support (2), l'organe de roulement (11) coopérant d'une part avec au moins une piste de roulement (12) solidaire du support (2) et d'autre part avec au moins une piste de roulement (13) solidaire du corps pendulaire (3),

caractérisé en ce que le dispositif comprend également un moyen de serrage axial (35) disposé axialement entre les première et deuxième masses pendulaires (5), partiellement logé dans une ouverture (36) ménagée dans le support et apte à frotter sur les première et deuxième masses pendulaires (5) pour certains déplacements relatifs du corps pendulaire et du support.

2. Dispositif (1) selon la revendication 1, l'ouverture (36) étant configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial (35) par rapport au support (2) au-delà d'un premier débattement du corps pendulaire (3) par rapport au support.

3. Dispositif (1) selon la revendication 1, l'ouverture (36) étant configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial (35) pour tout débattement du corps pendulaire (3) par rapport au support (2).

4. Dispositif (1) selon l'une quelconques des revendications précédentes, l'ouverture (36) étant configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial (35) lorsque le corps pendulaire (3) n'est plus centrifugé de sorte que le moyen de serrage axial (35) frotte sur les masses pendulaires (5) pour freiner la chute radiale du corps pendulaire.

5. Dispositif (1) selon l'une des revendications précédentes, le moyen de serrage axial coopérant avec des faces intérieures axiales des masses pendulaires (5) sensiblement planes.

6. Dispositif (1) selon l'une des revendications précédentes, les première et deuxième masses pendulaires (5) étant configurées pour bloquer le déplacement du moyen de serrage axial (35) par rapport au corps pendulaire (3) lorsque le corps pendulaire n'est plus centrifugé.

7. Dispositif (1) selon la revendication précédente, les première et deuxième masses pendulaires définissent des rainures (60) recevant le moyen de serrage axial (36) et dont un bord des rainures (60) bloque radialement le déplacement du moyen de serrage axial (35) par rapport aux masses pendulaires (5).

8. Dispositif (1) selon l'une quelconques des revendications précédentes, le moyen de serrage axial (35) comprend un organe de rappel élastique (40), notamment un ressort droit ou un bloc d'élastomère.

9. Dispositif (1) selon la revendication précédente, le moyen de serrage axial (35) comprend également deux coupelles (41) destinées à frotter sur les première et deuxième masses pendulaires (5) sous l'action de l'organe de rappel élastique (40).

10. Dispositif (1) selon la revendication précédente, l'organe de rappel élastique (40) est un ressort et chaque coupelle (41) comprenant une portion de frottement (45) et une portion de maintien (46), chaque portion de maintien (45) en étant soit intérieure au ressort, soit extérieure au ressort, soit comportant une partie intérieure et une partie extérieure au ressort.

11. Dispositif (1) selon la revendication précédente, le moyen de serrage axial (35) est apte à contacter le bord de l'ouverture du support soit :

- via les coupelles (41), et/ ou

- via une bague cylindrique (49) distincte des coupelles.

12. Composant pour système de transmission d'un véhicule automobile, le composant étant notamment un double volant amortisseur, un convertisseur de couple hydrodynamique, un disque d'embrayage à friction, un volant solidaire du vilebrequin, un double embrayage à sec ou humide, un simple embrayage humide et un module hybride comprenant une machine électrique, comprenant un dispositif d'amortissement pendulaire (1) selon l'une quelconque des

revendications 1 à 11.

Description:
DISPOSITIF D'AMORTISSEMENT PENDULAIRE

La présente invention concerne un dispositif d'amortissement pendulaire, notamment pour un système de transmission de véhicule automobile.

Dans une telle application, le dispositif d'amortissement pendulaire peut être intégré à un système d'amortissement de torsion d'un embrayage apte à relier sélectivement le moteur thermique à la boîte de vitesses, afin de filtrer les vibrations dues aux acyclismes du moteur. Un tel système d'amortissement de torsion est par exemple connu sous le nom de double volant amortisseur.

En variante, dans une telle application, le dispositif d'amortissement pendulaire peut être intégré à un disque de friction de l'embrayage ou à un convertisseur de couple hydrodynamique.

Un tel dispositif d'amortissement pendulaire met classiquement en œuvre un support et un ou plusieurs corps pendulaires mobiles par rapport à ce support, le déplacement par rapport au support de chaque corps pendulaire étant guidé par deux organes de roulement coopérant d'une part avec des pistes de roulement solidaires du support, et d'autre part avec des pistes de roulement solidaires des corps pendulaires. Chaque corps pendulaire comprend par exemple deux masses pendulaires rivetées entre elles.

A faibles vitesses de rotation du support, les corps pendulaires ne sont plus centrifugés et sont sensibles à la force de gravité. Cela provoque des déplacements indésirables des corps pendulaires qui viennent choquer le support ou les organes de roulement.

Il est connu de choisir le dispositif d'amortissement, par exemple via la forme des pistes de roulement, de manière à ce que ce dernier filtre l'ordre d'excitation d'un moteur thermique à deux cylindres du véhicule, encore appelé « ordre 1 », l'ordre d'excitation d'un moteur thermique étant de façon connue le nombre d'explosions de ce moteur par tour de vilebrequin. De tels dispositifs sont très sensibles à la force de gravité et le bruit lié aux déplacements indésirables des corps pendulaire s'en trouvent alors amplifié.

Pour remédier à ce problème, il est par exemple connu de la demande DE 10 2012 221 103 de prévoir des ressorts entre deux corps pendulaires voisins circonférentiellement, de manière à ce que les corps pendulaires ainsi reliés résistent à la force de gravité exercée tour à tour sur ces derniers lorsque le dispositif est animé d'un mouvement de rotation. L'insertion de ces ressorts suppose de ménager des logements additionnels dans les corps pendulaires ou de prévoir des moyens de fixation appropriés sur ces corps pendulaires, ce qui est coûteux et complexe. Du fait de l'insertion des ressorts, une fréquence de résonance additionnelle apparaît par ailleurs.

L'invention a pour objet de réduire l'influence de la gravité sur les corps pendulaires, notamment la chute radial à l'arrêt moteur, notamment lorsque ces derniers ont pour but de filtrer l'ordre d'excitation d'un moteur thermique à deux cylindres du véhicule, tout en remédiant à tout ou partie des inconvénients ci-dessus.

L'invention vise à répondre à ce besoin, et elle y parvient, selon l'un de ses aspects, à l'aide d'un dispositif d'amortissement pendulaire, comprenant :

- un support apte à se déplacer en rotation autour d'un axe,

- au moins un corps pendulaire, mobile par rapport au support, comprenant : une première et une deuxième masses pendulaires espacées axialement l'une par rapport à l'autre et mobiles par rapport au support, la première masse pendulaire étant disposée axialement d'un premier côté du support et la deuxième masse pendulaire étant disposée axialement d'un deuxième côté du support, et au moins un organe de liaison de la première et de la deuxième masses pendulaires appariant lesdites masses, et

- au moins un organe de roulement guidant le déplacement du corps pendulaire par rapport au support, l'organe de roulement coopérant d'une part avec au moins une piste de roulement solidaire du support et d'autre part avec au moins une piste de roulement solidaire du corps pendulaire,

caractérisé en ce que le dispositif comprend également un moyen de serrage axial disposé axialement entre les première et deuxième masses pendulaires, partiellement logé dans une ouverture ménagée dans le support et apte à frotter sur les première et deuxième masse pendulaires pour certains déplacements relatifs du corps pendulaire et du support.

Selon l'invention, le moyen de serrage axial exerce une force de frottement sur les masses pendulaires donc sur le corps pendulaire qui s'oppose au déplacement de ce corps pendulaire par rapport au support ce qui permet de limiter les bruits liés aux chocs indésirables entre le support et le corps pendulaire ou entre l'organe de roulement et le corps pendulaire ou entre l'organe de roulement et le support, susceptibles de survenir à l'issu de ces dits déplacements relatifs.

Ces déplacements relatifs peuvent apparaître notamment à l'arrêt moteur, notamment en phase de démarrage du moteur thermique, notamment en cas d'accélération angulaire importante du support.

Au sens de la présente demande :

- « axialement » signifie « parallèlement à l'axe de rotation du support » ou « parallèlement à l'axe longitudinal de l'organe de roulement », selon le cas,

- « radialement » signifie « le long d'un axe appartenant à un plan orthogonal à l'axe de rotation du support et coupant cet axe de rotation du support»,

- « angulairement » ou « circonférentiellement » signifie « autour de l'axe de rotation du support »,

- « orthoradialement » signifie « perpendiculairement à une direction radiale », - « solidaire » signifie « rigidement couplé », et

- la position de repos du dispositif est celle dans laquelle le corps pendulaire est soumis à une force centrifuge, mais non à des oscillations de torsion provenant des acyclismes du moteur thermique. Dans cette position du dispositif, le corps pendulaire est aussi dit en position de repos.

Selon un aspect de l'invention, le moyen de serrage axial peut être comprimé entre les masses pendulaires. Le moyen de serrage axial peut exercer sur le corps pendulaire un serrage axial est inférieure à 4N, de préférence inférieure à 2N, de préférence inférieure à 0,5N, repartie équitablement sur chacune des deux masses pendulaires. La force de serrage globale, exprimée en Newtons, peut être comprise entre 20% et 1 10% du poids du corps pendulaire, exprimé en Newtons. De préférence, cette force de serrage est comprise entre 50% et 90% du poids du corps pendulaire, notamment comprise entre 60% et 80%> de ce poids. Cette force de serrage dépend à la fois des caractéristiques intrinsèques du moyen de serrage axial et du coefficient de frottement entre ledit moyen et les masses, ce coefficient étant notamment lié à la présence de graisse ou d'huile.

Selon une première fonction du moyen de serrage axial, l'ouverture peut être configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial par rapport au support au-delà d'un premier débattement du corps pendulaire par rapport au support. Le moyen de serrage axial présente alors un rôle d'amortissement de fin de course.

Au sens de la demande, le corps pendulaire débat en réaction à des oscillations de torsion que subit le support. Le débattement dans le sens horaire, ou antihoraire, du corps pendulaire permet de générer un couple qui s'oppose à ces oscillations de torsion pour les atténuer au moins partiellement. La trajectoire de débattement dépend notamment de la forme des pistes de roulement et de l'organe de roulement.

Au-delà du premier débattement, par exemple dans le sens horaire, par exemple dans le sens antihoraire, le moyen de serrage axial est bloqué par rapport au support et frotte sur les masses pendulaires pour freiner puis, éventuellement, arrêter le déplacement du corps pendulaire. Ainsi, le bruit des chocs de fin de débattement est atténué du fait de l'énergie absorbée par frottement.

En-deçà du premier débattement, c'est-à-dire entre le premier débattement et la position de repos, l'ouverture peut être configurée pour que le moyen de serrage axial suive le mouvement du corps pendulaire guidé par les organes de roulement sur les pistes de roulement.

L'ouverture peut présenter un bord radialement extérieur. Ce bord radialement extérieur permet d'éviter que le moyen de serrage axial ne s'échappe radialement. En-deçà du premier débattement et en fonctionnement normal de filtration, le moyen de serrage axial peut venir en contact de ce bord radialement extérieur sous l'effet de la force centrifuge. Dans ce même fonctionnement normal, le moyen de serrage axial peut demeurer à l'écart de ce bord radialement extérieur. Ceci est lié à la prédominance de la force de serrage par rapport à la force centrifuge de sorte que le moyen de serrage axial ne se décale pas radialement.

En deçà de ce premier débattement, le moyen de serrage axial ne frotte pas sur les masses pendulaires.

Selon un autre aspect de l'invention, il peut exister un débattement intermédiaire, entre le premier débattement et la position de repos, à partir duquel l'ouverture ne suit plus la trajectoire du corps pendulaire. Le bord radialement extérieur exerce alors un effort sur le moyen de serrage axial qui s'oppose à son déplacement et génère ainsi de l'hystérésis.

La forme du bord radialement extérieur peut être définie pour que le frottement augmente progressivement jusqu'au premier débattement.

En variante, l'ouverture peut être configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial pour tout débattement du corps pendulaire par rapport au support. Le moyen de serrage axial frotte ainsi sur les masses pendulaires pour tout débattement du corps pendulaire par rapport au support.

Le moyen de serrage axial peut être disposé dans l'ouverture avec un jeu de montage si bien que ledit moyen n'est pas totalement fixe par rapport au support. Ce jeu de montage permet de ne pas entraver la compression du moyen de serrage axial entre les masses pendulaires. La dimension circonférentielle de l'ouverture peut être juste supérieure à la dimension circonférentielle du moyen de serrage axial. Ce jeu peut être compris entre 1% et 10% de la dimension

circonférentielle du moyen de serrage axial dans l'ouverture.

Selon une seconde fonction du moyen de serrage axial, l'ouverture peut être configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial lorsque le corps pendulaire n'est plus centrifugé de sorte que le moyen de serrage axial frotte sur les masses pendulaires pour freiner la chute radiale du corps pendulaire. Le moyen de serrage axial présente alors un rôle de génération d'hystérésis anti-gravité.

Lorsque le corps pendulaire n'est plus centrifugé, notamment à l'arrêt moteur, l'organe de roulement perd le contact avec la piste de roulement solidaire du support.

L'ouverture peut présenter un bord radialement intérieur. Dans leur chute, les masses pendulaires entraînent le moyen de serrage axial qui vient en contact de ce bord radialement intérieur. Le frottement intervient lorsque le moyen de serrage axial est en contact de ce bord radialement intérieur.

Selon un aspect de l'invention, le moyen de serrage axial peut permettre l'arrêt de la chute radiale du corps pendulaire. Le moyen de serrage axial peut exercer une force axiale au moins égale à la force de pesanteur divisé par le coefficient de frottement entre le moyen de serrage axial et les masses pendulaires. Le coefficient de frottement peut être égal à 0,05 dans la graisse, à 0,08 dans l'huile et entre 0,2 et 05 dans un environnement sec.

Cela permet de supprimer les chocs entre le corps pendulaire et le support ainsi que le bruit associé. Le bruit lié aux chocs entre les organes de roulement et le corps pendulaire est aussi atténué. La distance de chute des organes de roulement est réduite du fait de l'arrêt de la chute du corps pendulaire ou du moins de son ralentissement.

La dimension radiale de l'ouverture peut être juste supérieure à la dimension du moyen de serrage axial. Ce jeu radial peut être compris entre 1% et 10% de la dimension radiale du moyen de serrage axial dans l'ouverture. La largeur de l'ouverture peut être comprise entre 0,6 et 2 fois l'épaisseur axiale du support.

Ce jeu permet à la fois de ne pas entraver le mouvement du moyen de serrage axial lorsque le corps pendulaire débat et de limiter la chute radiale dès la perte de contact de l'organe de roulement avec la piste de roulement solidaire du support.

Selon l'invention, le moyen de serrage axial peut présenter seulement la fonction

d'amortissement de fin de course auquel cas l'ouverture ne limite pas le déplacement du moyen de serrage axial radialement.

En variante, le moyen de serrage axial peut seulement présenter un rôle de génération d'hystérésis anti-gravité. L'ouverture est alors dimensionnée de façon à ne pas limiter le déplacement du moyen de serrage axial pour tout débattement du corps pendulaire.

En variante encore, le moyen de serrage axial peut présenter à la fois une fonction

d'amortissement de fin de course et un rôle de génération d'hystérésis anti-gravité.

Selon un aspect de l'invention, le moyen de serrage axial peut coopérer avec des faces intérieures axiales des masses pendulaires sensiblement planes. Ces faces sont en regard du support.

Le fait que les faces soient planes permet avantageusement de n'avoir que le jeu radial entre le moyen de serrage axial et l'ouverture à contrôler, le moyen de serrage axial pouvant se positionner de façon quelconque sur les faces planes. Cela permet d'avoir une bonne précision et un bon contrôle du jeu radial.

Le frottement apparaissant dès que le moyen de serrage axial vient en contact du bord radialement intérieur de l'ouverture, il est particulièrement intéressant que le jeu radial soit minimisé.

Selon un autre aspect de l'invention, les première et deuxième masses pendulaires peuvent être configurées pour bloquer le déplacement du moyen de serrage axial par rapport au corps pendulaire lorsque le corps pendulaire n'est plus centrifugé. Le moyen de serrage axial évite la chute du corps pendulaire. Le moyen de serrage axial permet ainsi de laisser l'organe de roulement au contact des pistes de roulement de sorte que les chocs entre le corps pendulaire et le support, entre l'organe de roulement et le corps pendulaire ou entre l'organe de roulement et le support sont inexistants ou fortement diminués, en particulier à l'arrêt moteur.

A la différence de la limitation du déplacement du corps pendulaire par frottement, le frottement n'intervient dans le blocage.

Selon cet aspect de l'invention, les première et deuxième masses pendulaires définissent des rainures recevant le moyen de serrage axial et dont un bord des rainures bloque radialement le déplacement du moyen de serrage axial par rapport aux masses pendulaires.

Les faces internes axiales avec lesquelles coopèrent le moyen de serrage axial ne sont donc pas planes.

Le moyen de serrage axial s'étend alors entre des fonds de chacune des rainures.

Selon cet aspect les rainures des masses pendulaires peuvent autoriser le débattement total du corps pendulaire. Sur toute la plage de débattement du corps pendulaire, le moyen de serrage axial n'atteint une extrémité circonférentielle des rainures.

De préférence, lorsque le moyen de serrage axial frotte sur des fonds de rainures des faces intérieures axiales, la force de serrage est inférieure à 4N, de préférence inférieure à 2N, de préférence inférieure à 0,5N.

Indépendamment de la forme de l'ouverture et/ou des masses pendulaires, le moyen de serrage axial peut comprendre un organe de rappel élastique, notamment un ressort droit ou un bloc d'élastomère. La force de serrage est corrélée aux caractéristiques de l'organe de rappel élastique.

Le moyen de serrage axial peut également comprendre deux coupelles destinées à frotter sur les première et deuxième masses pendulaires sous l'action de l'organe de rappel élastique. Les coupelles peuvent être en plastique, en composite, ou en métal. Les coupelles peuvent être en acier doux notamment en DD13, en CIO avec nitruration ou carbonitruration.

Les coupelles peuvent s'étendre radialement en dehors de l'ouverture pour s'interposer axialement entre les masses pendulaires et le support afin de limiter les chocs axiaux.

En variante, le moyen de serrage axial comprend uniquement un ressort dont les extrémités axiales frottent sur les faces intérieures axiales.

Selon un mode de réalisation de l'invention, l'organe de rappel élastique est un ressort et chaque coupelle comprend une portion de frottement et une portion de maintien, chaque portion de maintien en étant soit intérieure au ressort, soit extérieure au ressort, soit comportant une partie intérieure et une partie extérieure au ressort.

La portion de maintien permet à la coupelle de ne pas s'échapper, notamment radialement dans toutes configurations du dispositif. Les coupelles peuvent avoir un profil en forme de « U ». Les coupelles peuvent avoir un profil en forme de « W ». Les coupelles peuvent avoir un profil en forme de « T ». Les coupelles peuvent être identiques ou avoir des formes complémentaires.

La portion de frottement et la portion de maintien peuvent être d'un seul tenant.

La portion de frottement peut définir une surface de frottement sensiblement plane, par exemple circulaire.

Lorsque les masses pendulaires présentent des rainures, les portions de frottement coopèrent avec le fond de ces rainures.

Les portions de maintien peuvent être conformées pour maintenir le ressort précontraint avant l'assemblage du dispositif. En variante, le ressort est précontraint par les masses pendulaires.

Selon un autre mode de réalisation, l'organe de rappel est un bloc d'élastomère et les coupelles comprennent uniquement une portion de frottement fixé sur le bloc d'élastomère, par exemple surmoulée. Dans le cas présent, au moins une des coupelles est de dimension inférieure à l'ouverture pour permettre l'insertion du moyen de serrage axial dans l'ouverture.

Selon un autre aspect de l'invention, le moyen de serrage axial peut être apte à contacter le bord de l'ouverture du support soit :

- via les coupelles, et/ou

- via une bague cylindrique distincte des coupelles.

Cela permet avantageusement de ne pas détériorer le ressort ou le bloc d'élastomère. Cela permet aussi d'éviter le bruit des chocs entre le moyen de rappel élastique et le bord de l'ouverture.

La bague cylindrique est notamment prévue lorsque la portion de guidage est disposée à l'intérieur du ressort ou inexistante, par exemple lorsque l'on utilise un bloc d'élastomère.

En variante, le moyen de serrage axial peut contacter le bord de l'ouverture via l'élément de rappel élastique ce qui permet un contact souple par déformation dudit organe dans la direction circonférentielle ou radiale.

On va maintenant mentionner des caractéristiques pouvant indifféremment s'appliquer à l'un des exemples de mise en œuvre précités.

Dans tout ce qui précède, le dispositif peut comprendre deux organes roulement associés au corps pendulaire. Le dispositif est alors dit « bifilaire ».

Selon une première configuration du dispositif, chaque organe de roulement est associé à un organe de liaison qui définit la piste de roulement du corps pendulaire. L'organe de liaison, aussi appelé entretoise, est alors une entretoise de roulement. Chaque organe de roulement et l'organe de liaison associé sont disposés dans une même fenêtre ménagée dans le support. La piste de roulement solidaire du support est définie par un bord de cette fenêtre.

L'organe de roulement peut coopérer avec la piste de roulement solidaire du support et avec la piste de roulement solidaire du corps pendulaire uniquement via sa surface extérieure. Ainsi, une même portion de cette surface extérieure peut rouler alternativement sur la piste de roulement solidaire du support et sur une piste de roulement solidaire du corps pendulaire lorsque l'organe de roulement se déplace. L'organe de roulement peut alors être uniquement sollicité en compression entre les pistes de roulement.

L'organe de roulement peut comprendre des tétons coopérant avec des fentes de guidage ménagées dans les masses pendulaires. Ces fentes de guidage empêchent la chute de l'organe de roulement lorsque le corps pendulaire n'est pas centrifugé. La forme de ces fentes de guidage peut être choisie pour ne pas interférer avec la trajectoire de l'organe de roulement lorsqu'il roule. L'organe de roulement est par exemple un rouleau de section circulaire dans un plan perpendiculaire à l'axe de rotation du support. Les extrémités axiales du rouleau peuvent être dépourvues de rebord annulaire fin. Le rouleau est par exemple réalisé en acier. Le rouleau peut être creux ou plein.

Dans cette configuration, l'organe de liaison est par exemple emmanché en force via chacune de ses extrémités axiales dans des ouvertures ménagées dans les masses pendulaires. En variante, l'organe de liaison peut être soudé, riveté ou vissé via ses extrémités axiales sur chaque masse pendulaire.

Dans cette première configuration, les deux organes de liaison peuvent être associés à un même organe de liaison ou « entretoise de roulement ». Les deux organes de roulement sont alors reçus dans une même fenêtre dont le bord définit deux pistes de roulement.

Selon une seconde configuration du dispositif, chaque organe de roulement coopère avec deux pistes de roulement solidaires du corps pendulaire, chaque piste de roulement étant définie par le bord d'une cavité ménagée dans une des masses pendulaires. Ces cavités sont distinctes des éventuelles rainures recevant le moyen de serrage axial. Pour chaque organe de roulement, la piste de roulement solidaire de support est, quant à elle, définie par le bord d'une cavité du support distincte de la fenêtre dans laquelle s'étendent les organes de liaison. Les organes de roulement et les organes de liaison sont à distance les uns des autres.

Selon cette seconde configuration, chaque organe de roulement peut alors comprendre successivement axialement:

- une portion coopérant avec la piste de roulement définie par le bord de la cavité de la première masse pendulaire, - une portion coopérant avec la piste de roulement définie par le bord de la cavité du support, et

- une portion coopérant avec la piste de roulement définie par le bord de la cavité de la deuxième masse pendulaire,

Les portions de chaque organe de roulement peuvent être cylindriques successives et de rayons différents.

Dans cette seconde configuration, les organes de liaison sont par exemple des rivets, par exemple trois, et chacun s'étend dans une fenêtre qui lui est dédié. Les fenêtres peuvent être distinctes des cavités du support.

L'ouverture associée au moyen de serrage axial peut être dédiée à ce moyen de serrage axial, c'est-à-dire qu'elle ne reçoit aucun autre élément notamment, aucun organe de liaison des masses pendulaires, notamment aucun organe de roulement. L'ouverture peut être distincte de la fenêtre recevant l'organe de liaison, l'ouverture peut être distincte de la cavité recevant l'organe de roulement.

La forme des premières et des deuxièmes pistes de roulement peut être telle que le corps pendulaire soit uniquement déplacé par rapport au support en translation autour d'un axe fictif parallèle à l'axe de rotation du support.

En variante, la forme des pistes de roulement peut être telle que chaque corps pendulaire soit déplacé par rapport au support à la fois :

- en translation autour d'un axe fictif parallèle à l'axe de rotation du support et,

- également en rotation autour du centre de gravité dudit corps pendulaire, un tel mouvement étant encore appelé « mouvement combiné » et divulgué par exemple dans la demande DE 10 2011 086 532.

Dans tout ce qui précédente, le dispositif comprend par exemple un nombre compris entre deux et huit, notamment trois ou cinq corps pendulaires. Un moyen de serrage axial peut être associé à chacun de ces corps. Le cas ou deux organes de serrage axial par corps pendulaire est également envisageable.

Tous ces corps pendulaires peuvent se succéder circonférentiellement. Le dispositif peut ainsi comprendre une pluralité de plans perpendiculaires à l'axe de rotation dans chacun desquels tous les corps pendulaires sont disposés.

Dans tout ce qui précède, le support peut être unique. Le support peut être réalisé d'une seule pièce, étant par exemple entièrement métallique.

Dans tout ce qui précède, le dispositif peut comprendre au moins une pièce d'interposition dont au moins une partie est axialement disposée entre le support et une masse pendulaire du corps pendulaire ou entre le support et l'organe de roulement. Cette pièce est notamment distincte du moyen de serrage axial. La pièce d'interposition est par exemple fixée sur une masse pendulaire ou le support ou formée par un revêtement déposé sur une masse pendulaire ou sur le support. Une telle pièce d'interposition peut ainsi bloquer le déplacement axial du corps pendulaire par rapport au support, évitant ainsi les chocs axiaux entre lesdites pièces, et ainsi une usure et des bruits non souhaités, notamment lorsque le support et/ou la masse pendulaire sont en métal. Plusieurs pièces d'interposition, par exemple sous forme de patins, peuvent être prévues. Les pièces d'interposition sont notamment réalisées en un matériau amortissant, tel que du plastique ou du caoutchouc.

Les pièces d'interposition sont par exemple portées par les corps pendulaires, étant notamment fixées sur les masses pendulaires. Les pièces d'interposition peuvent être positionnées sur un corps pendulaire de manière à ce qu'il y ait toujours au moins une pièce d'interposition dont au moins une partie est axialement interposée entre une masse pendulaire et le support, quelles que soient les positions relatives du support et de ladite masse lors du déplacement par rapport au support du corps pendulaire.

Dans tout ce qui précède, chaque corps pendulaire peut comprendre au moins un organe d'amortissement de butée contre le support. Cet organe d'amortissement de butée peut venir en complément de l'action du moyen de serrage axial. Chacun de ces organes d'amortissement de butée peut alors venir en contact avec le support pour amortir la butée du corps pendulaire contre ce dernier, par exemple :

- à l'issue d'un déplacement dans le sens horaire de ce corps pendulaire depuis la position de repos, et/ou

- à l'issue d'un déplacement dans le sens antihoraire de ce corps pendulaire depuis la position de repos, et/ou

- en cas de chute radiale du corps pendulaire.

Le cas échéant, chaque organe d'amortissement de butée peut amortir la butée du corps pendulaire contre le support à l'issue d'un déplacement dans le sens horaire depuis la position de repos, à l'issue d'un déplacement dans le sens antihoraire depuis la position de repos mais également en cas de chute radiale du corps pendulaire. Un même organe d'amortissement de butée peut ainsi être associé à un corps pendulaire pour amortir tous les contacts précités entre le corps pendulaire et le support.

Chaque organe d'amortissement de butée peut être associé à un organe de liaison du corps pendulaire et porté par ce dernier. Chaque organe d'amortissement de butée peut alors présenter une forme cylindrique d'axe parallèle à l'axe de rotation du support. Chaque organe de liaison peut être associé à un unique organe d'amortissement de butée.

Chaque organe d'amortissement de butée peut présenter des propriétés élastiques permettant l'amortissement des chocs liés au contact entre le support et le corps pendulaire. Cet amortissement est alors permis par une compression de l'organe d'amortissement de butée. L'organe d'amortissement de butée est par exemple en élastomère ou en caoutchouc.

L'invention a également pour objet un composant pour système de transmission d'un véhicule automobile, le composant étant notamment un double volant amortisseur, un convertisseur de couple hydrodynamique, un disque d'embrayage à friction, un volant solidaire du vilebrequin, un double embrayage à sec ou humide, un simple embrayage humide et un module hybride comprenant une machine électrique, qui comprend un dispositif d'amortissement pendulaire tel que présenté au-dessus.

Le support du dispositif d'amortissement pendulaire peut alors être l'un parmi :

- un voile du composant,

- une rondelle de guidage du composant,

- une rondelle de phasage du composant, ou

- un support distinct dudit voile, de ladite rondelle de guidage et de ladite rondelle de phasage.

L'invention a encore pour objet, selon un autre de ses aspects, un groupe motopropulseur de véhicule comprenant :

- un moteur thermique de propulsion du véhicule, notamment à deux, trois ou quatre cylindres, et

- un composant pour système de transmission tél que défini ci-dessus.

Figures

L'invention pourra être mieux comprise à la lecture de la description qui va suivre d'un exemple non limitatif de mise en œuvre de celle-ci et à l'examen du dessin annexé sur lequel :

- la figure 1 représente, de face et en coupe, un premier exemple de dispositif d'amortissement pendulaire selon l'invention, le dispositif étant dans une première configuration,

- la figure 2 représente, de façon schématique, différentes formes de l'ouverture de la figure 1 chacune dans une position de repos du dispositif,

- les figures 3 à 9 représentent différents exemple du moyen de serrage axial pouvant équiper le dispositif de la figure 1 ,

- la figure 10 représente un deuxième exemple de dispositif selon l'invention,

- la figure 1 1 représente un troisième exemple du dispositif selon l'invention, le dispositif étant dans une seconde configuration.

Figure la

On a représenté sur les figures la et lb un même dispositif d'amortissement pendulaire 1 en position de repos. Le dispositif 1 est notamment apte à équiper un système de transmission de véhicule automobile, étant par exemple intégré à un composant non représenté d'un tel système. Ce composant est par exemple, un double volant amortisseur, un convertisseur de couple hydrodynamique, un disque d'embrayage à friction, un volant solidaire du vilebrequin, un double embrayage à sec ou humide, un simple embrayage humide et un module hybride comprenant une machine électrique.

Le dispositif 1 comprend dans l'exemple considéré:

- un support 2 apte à se déplacer en rotation autour d'un axe X,

- une pluralité de corps pendulaire 3, mobiles par rapport au support 2.

Selon les exemples de mise en œuvre de l'invention qui vont être décrits ultérieurement, le support 2 est unique et réalisé d'une seule pièce.

Selon l'exemple considéré, on observe que le dispositif 1 comprend cinq corps pendulaires 3. Les corps pendulaires 3 se succèdent circonférentiellement sur le pourtour de l'axe X.

Le support 2 du dispositif d'amortissement 1 peut être l'un parmi :

- un voile du composant,

- une rondelle de guidage du composant,

- une rondelle de phasage du composant, ou

- un support distinct dudit voile, de ladite rondelle de guidage et de ladite rondelle de phasage, par exemple un flasque du composant.

Dans l'exemple considéré, le support 2 présente globalement une forme d'anneau comportant deux côtés opposés 4 qui sont ici des faces planes.

Comme on peut notamment le voir sur les figures la et lb, chaque corps pendulaire 3 comprend:

- une première et une deuxième masses pendulaires 5 espacées axialement l'une par rapport à l'autre et mobiles par rapport au support 2, la première masse pendulaire 5 étant disposée axialement d'un premier côté 4 du support et la deuxième masse pendulaire 5 étant disposée axialement d'un deuxième côté du support 2, et

- deux organes de liaison 6 solidarisant les deux masses pendulaires 5.

Sur la figure la, une des masses pendulaires 5 est représentée en transparence pour faire apparaître les pistes de roulement 12, 13 et les organes de roulement 11.

Le dispositif comprend encore des organes de roulement 11 guidant le déplacement des corps pendulaires 3 par rapport au support 2. Dans l'exemple considéré, deux organes roulement sont associés à chaque corps pendulaire 3. Chaque organe de roulement 11 coopère d'une part avec une piste de roulement 12 solidaire du support 2 et d'autre part avec une piste de roulement 13 solidaire du corps pendulaire 3. Chaque organe de roulement 11 présente ainsi un axe longitudinal

Y parallèle à l'axe de rotation X du support 2.

Dans l'exemple considéré aux figures 1 à 10, le dispositif 1 est dans une première

configuration, dans laquelle les organes de liaison 6 définissent les pistes de roulement 13. Les organes de liaison 6, encore appelés entretoises, sont alors des « entretoises de roulement » décalées angulairement.

Dans l'exemple considéré, les masses pendulaires 5, les organes de liaison 6 et les organes de roulement 11 sont par exemple en acier.

Chaque organe de roulement 11 et l'organe de liaison 6 associé sont disposés dans une même fenêtre 19 ménagée dans le support 2. La piste de roulement 12 est définie par un bord 23 de cette fenêtre 19, plus précisément par une portion radialement extérieur de ce bord. Chaque organe de roulement 11 coopère avec la piste de roulement 12 et avec la piste de roulement 13 uniquement via la surface extérieure d'une portion de roulement 29. Chaque organe de roulement 11 est uniquement sollicité en compression entre les pistes de roulement 12, 13.

Dans l'exemple représenté à la figure 1, chaque organe de liaison 6 est solidarisé aux masses pendulaires 5 en étant emmanché en force via chacune de ses extrémités dans des ouvertures 17 ménagée dans les masses pendulaires 5. Dans l'exemple que l'on observera en figure 10, chaque organe de liaison 6 est vissé sur chacune des masses pendulaires 5. Dans des variantes non représentées, les organes de liaison 6 sont solidarisés par soudure ou par rivetage aux masses pendulaires 5.

Dans l'exemple représenté à la figure la, le dispositif 1 comprend encore des organes d'amortissement de butée 20 contre le support 2 qui sont notamment visibles sur le corps pendulaire 3 en haut de la figure la.

Dans l'exemple considéré, un seul organe d'amortissement de butée 20 est associé à chaque organe de liaison 6. Cet unique organe d'amortissement de butée 20 recouvre le bord radialement intérieur de l'organe de liaison 6. Cet organe d'amortissement de butée 20 s'étend entre deux extrémités circonférentielles 22. Chaque extrémité 22 est de forme allongée selon un axe parallèle à l'axe Y et est ici reçue dans un dégagement 21 formé dans un bord latéral de l'organe de liaison 6. Chacune de ces extrémités 22 est emmanchée en force dans l'ouverture de la masse pendulaire 5 recevant également l'organe de liaison 6 de manière à solidariser l'organe d'amortissement de butée 20 au corps pendulaire 3.

Chaque organe d'amortissement de butée 20 peut, dans l'exemple considéré, être réalisé en élastomère ou en caoutchouc.

Dans l'exemple considéré, chaque organe d'amortissement de butée 20 amortit les chocs entre le corps pendulaire 3 et le support 2 :

- à l'issue d'un déplacement dans le sens horaire de ce corps pendulaire 3 depuis la position de repos, dans laquelle sont les corps pendulaires 3 à la figure la, et

- à l'issue d'un déplacement dans le sens antihoraire de ce corps pendulaire 3 depuis la position de repos, et - en cas de chute radiale du corps pendulaire 3, par exemple lors de l'arrêt du moteur thermique du véhicule.

Dans une variante non représentée, plusieurs organes d'amortissement distincts peuvent être associés à un même organe de liaison. Les organes d'amortissement de butée sont alors positionnés de manière à amortir les chocs liés à la venue en butée du corps pendulaire contre le support à l'issue d'un déplacement dans le sens horaire depuis la position de repos. L'autre organe d'amortissement de butée est positionné de manière à amortir les chocs liés à la venue en butée du corps pendulaire contre le support à l'issue d'un déplacement dans le sens antihoraire depuis la position de repos.

A l'issu de ces dits déplacements, l'unique ou les organes d'amortissement de butée 20 viennent en contact du bord de la fenêtre 19, plus précisément de la partie radialement intérieure de ce bord.

Dans l'exemple considéré, le dispositif 1 comprendre également des pièces d'interposition 25. Sur chaque masse pendulaire 5 est fixée une unique pièce d'interposition 25 en regard du support 2. Chaque pièce d'interposition 25 est positionnée et configurée de manière à être toujours interposée axialement entre le support et la masse pendulaire 5 et le support et les organes de roulement 11 quelles que soient les positions relatives du support et du corps pendulaire 3.

Dans l'exemple considéré, chaque pièce d'interposition 25 s'étend entre deux extrémités circonférentielles reliées entre elles par une portion centrale. Chaque pièce d'interposition 25 comprend quatre zones de fixation par encliquetage. Les zones de fixation coopèrent avec des ouvertures de fixation 26, débouchantes, ménagées dans la masse pendulaire 5.

Dans l'exemple considéré, les pièces d'interposition 25 sont notamment réalisées en un matériau amortissant, tel que du plastique.

Dans l'exemple considéré, chaque organe de roulement 11 comprend une portion cylindrique de roulement 29 définissant la surface de roulement extérieur et également deux tétons 30 coopérant avec des fentes de guidage 31 ménagées dans les masses pendulaires 5. Les tétons sont cylindriques de diamètre inférieur au diamètre de la portion de roulement et disposées axialement de part et d'autre. Les fentes de guidage 31 sont ici traversantes. Des fentes de guidages ménagées dans la pièce d'interposition sont superposées aux fentes de guidage 31 des masses pendulaires. Dans l'exemple considéré, le dispositif 1 comprend enfin un moyen de serrage axial 35 disposé axialement entre les première et deuxième masses pendulaires 5, partiellement logé dans une ouverture 36 ménagée dans le support 2 et apte à frotter sur les premières et deuxième masse pendulaires pour certains déplacements relatifs du corps pendulaire et du support. On le verra dans les exemples décrits en référence aux figures 3 à 9, l'ouverture 36 est ici dédiée au moyen de serrage axial 35, c'est-à-dire qu'elle ne reçoit aucun autre élément.

L'ouverture 36 est distincte des fenêtres 19.

Figure lb

Dans l'exemple considéré, en référence à la figure lb, le moyen de serrage axial 35 comprend un organe de rappel élastique 40, plus précisément un ressort droit, et deux coupelles 41 destinées à frotter sur les première et deuxième masses pendulaires 5 sous l'action de l'organe de rappel élastique 41.

Les coupelles 41 peuvent être en plastique, en composite, ou en métal.

Dans l'exemple considéré, l'ouverture est également configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial lorsque le corps pendulaire 3 n'est plus centrifugé de sorte que les coupelles 41 frottent sur les masses pendulaires 5 pour freiner la chute radiale du corps pendulaire. Le moyen de serrage axial 35 présente alors un rôle de génération d'hystérésis antigravité. L'ouverture 36 présente un bord radialement intérieur 39. Dans leur chute, les masses pendulaires 5 entraînent le moyen de serrage axial 35 qui vient en contact de ce bord radialement intérieur. Le frottement intervient lorsque le moyen de serrage axial 35 est en contact de ce bord radialement intérieur 39.

Dans l'exemple considéré, la dimension radiale de l'ouverture 36 est juste supérieure à la dimension du moyen de serrage axial. Ce jeu radial est notamment compris entre 1% et 10% de la dimension radiale du moyen de serrage axial dans l'ouverture.

Dans l'exemple considéré, les coupelles 41 coopèrent avec des faces intérieures axiales des masses pendulaires sensiblement planes. Ces faces sont en regard des faces 4 du support. En dehors des zones de contact possibles avec les coupelles 41, il importe peu que les masses pendulaires soient planes, ces masses pouvant notamment comprendre des trous pour la fixation avec les organes de liaison, les organes de roulement, les pièces d'interposition etc...

Dans l'exemple considéré, les coupelles 41 s'étendent radialement en dehors de l'ouverture 36 pour s'interposer axialement entre les masses pendulaires 5 et le support 2 afin de limiter les chocs axiaux. Elles agissent alors en complément des pièces d'interposition 35.

Dans l'exemple considéré, les pièces d'interposition 25 sont configurées pour ne pas interférer avec les coupelles 41.

Figure 2

Dans l'exemple considéré à la figure 1 et qui correspond à la première représentation schématique de la figure 2, l'ouverture 36 est configurée pour que le moyen de serrage axial 35 suive le mouvement du corps pendulaire 3 guidé par les organes de roulement 11 sur les pistes de roulement 12, 13. L'ouverture 36 présente un bord radialement extérieur 38 qui permet d'éviter que le moyen de serrage axial 35 ne s'échappe radialement.

Au-delà d'un premier débattement dans le sens horaire et dans le sens antihoraire, l'ouverture 35 est configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial 35 par rapport au support 2. Au-delà de ce premier débattement, le moyen de serrage axial 35 vient au contact des extrémités circonférentielles de l'ouverture 36, ce qui le bloque par rapport au support 2. Le moyen de serrage axial 35 frotte alors sur les masses pendulaires 5 pour freiner puis,

éventuellement arrêter le déplacement du corps pendulaire 3.

Dans l'exemple considéré sur la deuxième représentation schématique de la figure 2, une variante de la forme de l'ouverture 36 est présentée en trait plein et comparée à la forme de l'ouverture de la première représentation schématique illustrée en pointillé. Selon cette représentation, l'ouverture 36 ne suit plus la trajectoire du corps pendulaire 3 à partir d'un débattement intermédiaire entre le premier débattement et la position de repos. A partir de ce débattement intermédiaire, le moyen de serrage axial 35 est en contact du bord radialement extérieur 38 qui exerce un effort sur le moyen de serrage axial qui s'oppose à son déplacement.

Dans l'exemple considéré sur la troisième représentation schématique de la figure 2, la forme de l'ouverture 36 s'éloigne de la trajectoire du corps pendulaire 3 puis coïncide à nouveau avec cette trajectoire ce qui permet de créer un frottement variable fonction de la forme de l'ouverture. Sur cette représentation, le moyen de serrage est représenté dans plusieurs configurations.

Enfin, dans l'exemple considéré sur la quatrième représentation schématique de la figure 2, l'ouverture 36 est asymétrique par rapport à une position d'occuperait l'organe de serrage axial 35 dans la position de repos. Le moyen de serrage axial peut donc frotter sur les masses pendulaires à partir de débattements différents dans le sens horaire et dans le sens antihoraire.

Dans les exemples considérés aux figures 1 et 2, le moyen de serrage axial 35 présente à la fois une fonction d'amortissement de fin de course et un rôle de génération d'hystérésis anti-gravité.

Figure 3 à 9

Les figures 3 à 9 représentent des alternatives au moyen de serrage axial décrit à la figure lb. Dans chacune des alternatives des figures 3 à 8, le moyen de serrage de serrage axial 35 comprend un ressort 40 et chaque coupelle 41, formée d'un seul tenant, comprend une portion de frottement 45 et une portion de maintien 46. Dans chacune des alternatives, la portion de frottement définit une surface plane circulaire qui frotte sur une surface plane des masses pendulaires 5.

A la figure 3, la portion de maintien 46 est extérieure au ressort de sorte que chaque coupelle 41 à un profil en forme de « U » dans le plan de la figure. La figure 4, diffère de la figure 3 en ce que la portion de maintien comprend en plus de sa partie extérieure, une partie intérieure qui donne à la coupelle 41 un profil en forme de « W » dans le plan de la figure. Chacune de ces deux alternatives présentent des coupelles identiques.

A la figure 5, le moyen de serrage axial 35 comprend deux coupelles distinctes 41 de forme complémentaire, l'une comprenant uniquement une portion de maintien extérieure au ressort qui s'étend sensiblement dans toute l'ouverture 36 et l'autre comprenant uniquement une portion de maintien intérieur. Le moyen de serrage axial 35 de la figure 6 diffère de celui de la figure 5 uniquement en ce que les deux coupelles 41 coopèrent entres elles de sorte à maintenir le ressort 40 comprimé. Les portions de maintien 46 possèdent des ergots 48 complémentaires qui limitent l'allongement maximum du ressort. Dans l'ensemble des autres alternatives, le ressort est maintenu comprimé par les masses pendulaires dont l'espacement axial est défini par les organes de liaison.

Dans l'alternative présentée à la figure 7, les coupelles 41 sont différentes mais comportent chacune une portion de maintien 46 extérieur au ressort. Ces portions 46 se chevauchent radialement de sorte que l'une d'entre elles est prise en sandwich entre l'autre portion et le ressort 40.

Dans chacune de ces alternatives, le moyen de serrage axial 35 vient en contact du bord de l'ouverture 36 via les coupelles, plus précisément via la ou les parties extérieures au ressort des portions de maintien pour ne pas détériorer le ressort.

Dans l'alternative présentée à la figure 8, les coupelles 41, identiques, comprennent des portions de maintien 46 intérieures de sorte que chaque coupelle 41 à un profil en forme de « T » dans le plan de la figure. Dans cette alternative, le moyen de serrage axial comprend alors une bague cylindrique 49 distincte des coupelles 41 disposées autour du ressort 40 dans l'ouverture 36 par laquelle le moyen de serrage axial vient au contact du bord de l'ouverture 36.

Enfin, l'alternative décrite à la figure 9 présente un moyen de serrage axial 35 comprenant un bloc d'élastomère 51 à la place du ressort sur lequel sont fixées, par exemple surmoulé, les deux coupelles 41 et la bague cylindrique 49. Une des coupelles 41 est de dimension inférieure à l'ouverture 36 pour permettre l'insertion du moyen de serrage axial 35 tandis que l'autre coupelle est de dimension supérieure à l'ouverture 36 pour empêcher le moyen de serrage axiale d'en sortir.

Figure 10

La figure 10 présente un deuxième exemple de dispositif 1 selon l'invention, dans lequel la gestion de la chute radiale des corps pendulaires 3 est réalisée différemment.

Dans cet exemple, les masses pendulaires 5 sont configurées pour bloquer le déplacement des moyens de serrage axial 35 par rapport au corps pendulaire 3 lorsque celui-ci n'est plus centrifugé, ici au nombre de deux par corps pendulaire. En particulier, dans cet exemple de l'invention, les masses pendulaires 5 définissent des rainures 60 recevant les moyens de serrage axial 35. Le bord de la rainure 60 vient en contact des moyens de serrage axial 35 lorsque le corps pendulaire n'est plus centrifugé et bloque son déplacement. La chute radiale n'est ainsi pas limitée par frottement mais par blocage.

Chaque moyen de serrage axial 35 s'étend entre un fond de chaque rainure 60. Chaque moyen de serrage axial 35 coopère donc à la fois avec le fond de la rainure 60 et le bord de la rainure de sorte que le moyen de serrage axial ne coopère pas avec une face sensiblement plane des masses pendulaires contrairement au premier exemple décrit.

Dans l'exemple considéré, la rainure 60 autorise le débattement total du corps pendulaire 3. Sur toute la plage de débattement du corps pendulaire 3, les moyens de serrage axial 35 n'atteignent pas les extrémités circonférentielle de la rainure 60.

Dans l'exemple considéré, chaque moyen de serrage axial est logé dans une ouverture 36 dédiée et configurée pour limiter le déplacement du moyen de serrage axial 35 pour tout débattement du corps pendulaire 3 par rapport au support 2. Chaque moyen de serrage axial 35 frotte ainsi sur les masses pendulaires 3 pour tout débattement du corps pendulaire 3 par rapport au support 2. Il existe un jeu de montage pour ne pas entraver la compression des moyens de serrage axial 35. Ces ouvertures sont notamment visibles sur la figure 10b qui présente le dispositif sans faire apparaître les masses pendulaires.

Dans l'exemple considéré, chaque moyen de serrage axial 35 comprend un ressort droit 40 et deux coupelles 41. Les coupelles 41 coopèrent avec les rainures 60 et le ressort 40 vient en contact du bord de l'ouverture 36. Les coupelles 41 ne sont pas ici interposées entre les masses pendulaires 5 et le support 2.

Dans l'exemple considéré, le dispositif comprend trois corps pendulaires 3. Les organes de liaison 11 sont ici vissés sur les masses pendulaires 5 et chaque organe de liaison 6 est disposé dans une fenêtre mutualisée avec un organe de liaison d'un corps pendulaire 3 directement adjacent. Ces fenêtres 19, au nombre de trois, définissent chacune deux pistes de roulement du support 13.

Dans l'exemple considéré, chacun des organes de liaison 11 porte un seul organe

d'amortissement de butée 20 qui vient en contact du bord d'une fenêtre 19 uniquement dans un déplacement dans le sens horaire ou antihoraire. L'un des organes d'amortissement de butée 20 agit dans le sens horaire tandis que l'autre agit dans le sens antihoraire. Chaque organe d'amortissement n'agit pas dans les deux sens comme dans l'exemple de la figure 1.

Figure 11

Enfin, il est présenté en référence à la figure 11 , un troisième exemple du dispositif 1 selon l'invention, le dispositif étant ici dans une seconde configuration. Dans cet exemple, chaque organe de roulement 11 coopère avec deux pistes de roulement solidaires 13 du corps pendulaire, chaque piste de roulement étant définie par le bord d'une cavité 50 ménagée dans une des masses pendulaires 5. Ces cavités 50 sont distinctes des éventuelles rainures recevant le moyen de serrage axial. Pour chaque organes de roulement 1 1 , la piste de roulement 12 solidaire de support est, quant à elle, définie par le bord d'une cavité 52 du support 2 distincte des fenêtres 19 dans laquelle s'étendent les organes de liaison 6. Les organes de roulement 1 1 et les organes de liaison 6 sont à distance les uns des autres.

Dans cet exemple de configuration, chaque organe de roulement 1 1 peut alors comprendre successivement axialement:

- une portion coopérant avec la piste de roulement 13 définie par le bord de la cavité 50 de la première masse pendulaire 5,

- une portion coopérant avec la piste de roulement 12 définie par le bord de la cavité du support 2, et

- une portion coopérant avec la piste de roulement 13 définie par le bord de la cavité 50 de la deuxième masse pendulaire 5,

Les portions de chaque organe de roulement 1 1 sont cylindriques successives et de rayons différents.

Dans l'exemple considéré, les organes de liaison 6 sont des rivets et chacun s'étend dans une fenêtre 19 qui lui est dédié.

Dans l'exemple considéré, l'ouverture 36 recevant le moyen de serrage axial est disposé circonférentiellement entre les deux cavités 52. Ce moyen de serrage axial peut être l'un parmi ceux décrit aux figures 3 à 9. Les masses pendulaires 5 de cet exemple peuvent aussi définir des rainures telles que présentées en référence au deuxième exemple de la figure 10.

Dans les exemples précités, le moyen de serrage axial 35 est comprimé entre les masses pendulaires 5. Dans ces exemples, le moyen de serrage axial 35 peut exercer sur le corps pendulaire un serrage axial de 0,5 N, repartie équitablement sur chacune des deux masses pendulaires 5. La force de serrage globale, exprimée en Newtons, peut être comprise entre 20% et 1 10%) du poids du corps pendulaire, exprimé en Newtons. De préférence, cette force de serrage est comprise entre 50% et 90%> du poids du corps pendulaire, notamment comprise entre 60% et 80%) de ce poids.

En particulier dans la configuration des exemples des figures 1 à 9, le moyen de serrage axial 35 peut permettre l'arrêt de la chute radiale du corps pendulaire. Le moyen de serrage axial peut alors exercer une force axiale au moins égale à la force de pesanteur divisé par le coefficient de frottement entre le moyen de serrage axial et les masses pendulaires.