Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PIECE OF CASING FOR A TIME PIECE AND SYSTEM FOR MANUFACTURING SAME
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2012/123214
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a piece of casing (3, 23, 43, 63, 83, 103) comprising an upper surface (82, 102) and a lower surface (84, 104). According to the invention, at least one of the faces (82, 84, 102, 104) has a longitudinal curvature (C2, C4) and a transverse curvature (C1, C3) which are different. The invention relates to the field of pieces of casing for a time piece.

Inventors:
DERRIEY GILLES (FR)
TASSETTI JEAN-PAUL (FR)
DUMONT PATRICE (FR)
Application Number:
EP2012/052740
Publication Date:
September 20, 2012
Filing Date:
February 17, 2012
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
COMADUR SA (CH)
DERRIEY GILLES (FR)
TASSETTI JEAN-PAUL (FR)
DUMONT PATRICE (FR)
International Classes:
B24B13/04; B24B13/06; C03B33/04; G04D3/06
Domestic Patent References:
WO1998015876A11998-04-16
Foreign References:
EP2228694A12010-09-15
EP0168010A11986-01-15
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
ICB Ingénieurs Conseils en Brevets SA (CH)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Système de fabrication (1 , 21 , 41 , 61 ) d'une pièce d'habillage (3, 23, 43, 63, 83, 103) pour une pièce d'horlogerie comportant un dispositif de fixation (5, 25, 45, 65) comprenant un tambour (1 1 , 31 , 51 , 71 ) monté à rotation selon un premier axe (A-i , A3) et portant au moins une ébauche (3', 23') de ladite pièce, un dispositif d'usinage (7, 27, 47, 67) comportant des moyens abrasifs (13, 33, 53, 73) montés à rotation selon un deuxième axe (A2, A4) et destinés à usiner ladite au moins une ébauche afin de former une première courbure (C-i , C3) caractérisé en ce que le dispositif d'usinage (7, 27, 47, 67) comporte en outre des moyens de déplacement (15, 35, 55, 75) dudit deuxième axe (A2, A4) afin que ce dernier soit monté mobile selon une directrice courbe pour former sélectivement une deuxième courbure (C2, C4) à ladite au moins une ébauche et en ce que ledit premier axe (A-i , A3) et ledit deuxième axe (A2, A4) sont perpendiculaires afin de croiser les raies d'usinage.

2. Système (1 , 21 , 41 , 61 ) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que la directrice des moyens de déplacement est symétrique afin de former ladite deuxième courbure selon un rayon unique.

3. Système (1 , 21 , 41 , 61 ) selon la revendication 1 , caractérisé en ce que la directrice des moyens de déplacement est asymétrique afin de former ladite deuxième courbure selon plusieurs rayons.

4. Système (1 ) selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le tambour (1 1 ) est un anneau contre la paroi interne duquel ladite au moins une ébauche (3) est fixée et en ce que les moyens abrasifs (13) sont déplacés dans le creux dudit anneau afin de former des première et deuxième courbures concaves (C-i , C2).

5. Système (21 , 41 , 61 ) selon l'une des revendications 1 à 3 caractérisé en ce que le tambour (31 , 51 , 71 ) est un disque contre la paroi externe duquel ladite au moins une ébauche (23', 43, 63) est fixée et en ce que les moyens abrasifs (33, 53, 73) sont déplacés devant ledit disque afin de former des première et deuxième courbures convexes (C3, C4).

6. Système (1 , 21 , 41 , 61 ) selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens abrasifs (13, 33, 53, 73) sont formés par une meule.

7. Système (1 , 21 , 41 , 61 ) selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens de déplacement (15, 35, 55, 75) sont formés par un actionneur déplacé en va-et-vient contre le profil d'une came fixe correspondant à ladite deuxième courbure.

8. Système (1 , 21 , 41 , 61 ) selon l'une des revendications 1 à 6, caractérisé en ce que les moyens de déplacement (15, 35, 55, 75) sont formés par un automate programmé pour se déplacer selon ladite deuxième courbure.

9. Système (1 , 21 , 41 , 61 ) selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que ladite pièce est formée à partir d'alumine cristallisée.

10. Pièce d'habillage (3, 23, 43, 63, 83, 103) comportant une surface supérieure (82, 102) et une surface inférieure (84, 104) caractérisée en ce qu'au moins une des faces (82, 84, 102, 104) comporte une courbure longitudinale (C2, C4) et une courbure transversale (C-i , C3) qui sont différentes et en ce qu'au moins l'une desdites courbures longitudinale et transversale (C-i , C2, C3, C4) est asymétrique.

1 1 . Pièce (3, 23, 43, 63, 83, 103) selon la revendication précédente, caractérisée en ce que les faces inférieure et supérieure (82, 84, 102, 104) comportent une courbure longitudinale (C2, C4) et une courbure transversale (d , C3) qui sont différentes.

12. Pièce (3, 23, 43, 63, 83, 103) selon la revendication 10 ou 1 1 , caractérisée en ce qu'elle est formée à partir d'alumine cristallisée.

13. Pièce d'horlogerie caractérisée en ce qu'elle comporte une pièce d'habillage (3, 23, 43, 63, 83, 103) selon l'une des revendications 10

Description:
Pièce d'habillage pour une pièce d'horlogerie et son système de fabrication

Domaine de l'invention L'invention se rapporte à une pièce d'habillage pour une pièce d'horlogerie et son système de fabrication.

Arrière plan de l'invention

Il est connu de former des glaces de montre en saphir qui sont très résistantes aux rayures. De telles glaces sont généralement fabriquées par la mise en contact d'une meule rotative contre la surface d'un tambour supportant plusieurs glaces. Le meulage résultant permet de former une glace cylindrique ou sphérique. Toutefois, il devient nécessaire de former des glaces asymétriques pour s'adapter par exemple à des affichages de pièce d'horlogerie qui ne sont pas centrés par rapport à son boîtier ce qui n'est pas possible à partir des techniques actuelles de fabrication en série.

Résumé de l'invention

Le but de la présente invention est de pallier tout ou partie les inconvénients cités précédemment en proposant un nouveau système de fabrication autorisant la fabrication en série de glaces spéciales dont les courbures longitudinales sont indépendantes des courbures transversales.

A cet effet, l'invention se rapporte à un système de fabrication d'une pièce d'habillage pour une pièce d'horlogerie comportant un dispositif de fixation comprenant un tambour monté à rotation selon un premier axe et portant au moins une ébauche de ladite pièce, un dispositif d'usinage comportant des moyens abrasifs montés à rotation selon un deuxième axe et destinés à usiner ladite au moins une ébauche afin de former une première courbure caractérisé en ce que le dispositif d'usinage comporte en outre des moyens de déplacement dudit deuxième axe afin que ce dernier soit monté mobile selon une directrice courbe pour former sélectivement une deuxième courbure à ladite au moins une ébauche et en ce que ledit premier axe et ledit deuxième axe sont perpendiculaires afin de croiser les raies d'usinage.

On comprend donc qu'au moins une des courbures de la pièce d'habillage est directement formée par le déplacement sélectif, c'est-à-dire totalement libre et maîtrisé, de l'axe de rotation des moyens abrasifs. Par conséquent, il devient possible de fabriquer des glaces très complexes en série avec un taux de rebut avantageux tout en facilitant une étape postérieure de polissage.

Conformément à d'autres caractéristiques avantageuses de l'invention :

- la directrice des moyens de déplacement est symétrique afin de former ladite deuxième courbure selon un rayon unique ;

- la directrice des moyens de déplacement est asymétrique afin de former ladite deuxième courbure selon plusieurs rayons ;

- selon un premier mode de réalisation, le tambour est un anneau contre la paroi interne duquel ladite au moins une ébauche est fixée et en ce que les moyens abrasifs sont déplacés dans le creux dudit anneau afin de former des première et deuxième courbures concaves ;

- selon un deuxième mode de réalisation, le tambour est un disque contre la paroi externe duquel ladite au moins une ébauche est fixée et en ce que les moyens abrasifs sont déplacés devant ledit disque afin de former des première et deuxième courbures convexes ;

- les moyens abrasifs sont formés par une meule ; - selon une première variante, les moyens de déplacement sont formés par un actionneur déplacé en va-et-vient contre le profil d'une came fixe correspondant à ladite deuxième courbure ;

- selon une deuxième variante, les moyens de déplacement sont formés par un automate programmé pour se déplacer selon ladite deuxième courbure ;

- ladite pièce est formée à partir d'alumine cristallisée.

De plus, l'invention se rapporte à une pièce d'habillage comportant une surface supérieure et une surface inférieure caractérisée en ce qu'au moins une des faces comporte une courbure longitudinale et une courbure transversale qui sont différentes et en ce que au moins l'une desdites courbures longitudinale et transversale est asymétrique.

On comprend donc que la pièce d'habillage peut être complexe et permette, par exemple, de former une glace asymétrique ou dont le galbe apparaît visuellement asymétrique pour s'adapter par exemple à des affichages de pièce d'horlogerie qui ne sont pas centrés par rapport à son boîtier.

Conformément à d'autres caractéristiques avantageuses de l'invention :

- les faces inférieure et supérieure comportent une courbure longitudinale et une courbure transversale qui sont différentes ;

- la pièce d'habillage est formée à partir d'alumine cristallisée.

Enfin, l'invention se rapporte à une pièce d'horlogerie caractérisée en ce qu'elle comporte une pièce d'habillage selon l'une des variantes précédentes.

Description sommaire des dessins

D'autres particularités et avantages ressortiront clairement de la description qui en est faite ci-après, à titre indicatif et nullement limitatif, en référence aux dessins annexés, dans lesquels : - la figure 1 est une vue d'un système de fabrication selon un premier mode de réalisation de l'invention ;

- les figures 2 à 4 sont des vues d'un système de fabrication selon un deuxième mode de réalisation de l'invention ;

- les figures 5 à 7 sont des représentations d'une pièce d'habillage selon une première variante de l'invention ;

- les figures 8 à 10 sont des représentations d'une pièce d'habillage selon une deuxième variante de l'invention.

Description détaillée des modes de réalisation préférés

L'invention se rapporte à une pièce d'habillage non symétrique comme une glace, un boîtier ou un cadran à base d'alumine cristallisée comme du saphir, du corindon ou du rubis. Pour réaliser ces nouvelles pièces, de nouveaux systèmes de fabrication ont été développés pour s'adapter par exemple à des affichages de pièce d'horlogerie qui ne sont pas centrés par rapport à son boîtier. A titre d'exemple, le boîtier peut être sensiblement en forme de goutte d'eau et/ou non plan nécessitant pour l'harmonie de la pièce d'horlogerie d'être pourvu d'un affichage décentré.

Bien entendu, même si la présente invention a été développée pour le domaine de l'horlogerie, elle ne saurait s'y limiter. D'autres applications sont également envisageables comme dans l'optique, les arts de la table ou l'électronique.

Selon un premier mode de réalisation illustré à la figure 1 , un système de fabrication 1 a été développé afin de réaliser des pièces 3 d'habillage comportant des surfaces dont les courbures Ci, C 2 sont concaves. Le système de fabrication 1 comporte un dispositif de fixation 5 et un dispositif d'usinage 7.

Le dispositif de fixation 5 comprend un tambour 1 1 monté à rotation selon un premier axe A et portant au moins une ébauche 3' de la future pièce 3. Préférentiellement, comme visible à la figure 1 , le tambour 1 1 est un anneau comportant une paroi interne facettée, c'est-à-dire munie de plans P x successifs. Comme illustré à la figure 1 , chaque plan P x successif reçoit une ébauche 3' qui peut être fixée, par exemple, par collage.

Le dispositif d'usinage 7 comporte des moyens abrasifs 13 qui sont montés à rotation selon un deuxième axe A 2 et qui sont destinés à usiner chaque ébauche 3'. Préférentiellement, les moyens abrasifs 13 sont déplacés dans le creux du tambour 1 1 en forme d'anneau. Les moyens abrasifs 13 présentés à la figure 1 sont formés par une meule classique, c'est-à-dire sans forme particulière de sa zone de contact. Bien entendu, les moyens abrasifs 13 peuvent être différents et, par exemple, prendre la forme d'un sabot courbe ou conique.

Avantageusement selon l'invention, le dispositif d'usinage 7 comporte des moyens de déplacement 15 du deuxième axe A 2 afin que ce dernier soit monté mobile selon une directrice courbe C 2 pour former sélectivement une deuxième courbure à chaque ébauche 3'. On comprend donc que le système de fabrication 1 permet de former des première et deuxième courbures Ci, C 2 concaves.

Selon l'invention, les moyens de déplacement 15 peuvent être, de manière non limitative, formés par un actionneur déplacé en va-et-vient contre le profil d'une came fixe correspondant à la deuxième courbure C 2 ou, par exemple, un automate programmé pour se déplacer selon ladite deuxième courbure.

Ainsi, la première courbure Ci est générée perpendiculairement à l'axe A par le rayon s'étendant entre l'axe A et la zone de contact entre les moyens abrasifs 13 et chaque ébauche 3'. Du fait que le tambour 1 1 est déplacé à rotation selon l'axe A ; chaque ébauche 3' est donc creusée transversalement selon un rayon unique formant la première courbure Ci concave.

De plus, avantageusement selon l'invention, la deuxième courbure C 2 est directement obtenue par le déplacement sélectif du deuxième axe A 2 . Ainsi, pendant que la première courbure Ci est générée, la zone de contact entre les moyens abrasifs 1 3 et chaque ébauche 3' est progressivement déplacée par rapport à l'épaisseur du tambour 1 1 en forme d'anneau. Par conséquent, chaque ébauche 3' est creusée longitudinalement selon une directrice courbe formant la deuxième courbure C 2 concave.

On comprend donc immédiatement que la directrice courbe des moyens de déplacement 1 5 peut être symétrique ou non afin de former la deuxième courbure C 2 selon un ou plusieurs rayons.

Enfin, préférentiellement selon l'invention, le premier axe A et le deuxième axe A 2 sont perpendiculaires afin de croiser les raies d'usinage. Cette caractéristique permet avantageusement de faciliter le polissage postérieur des pièces d'habillage 3.

Selon un deuxième mode de réalisation illustré aux figures 2 à 4, un système de fabrication 21 a été développé afin de réaliser des pièces 23 d'habillage comportant des surfaces dont les courbures C 3 , C 4 sont convexes. Le système de fabrication 21 comporte un dispositif de fixation 25 et un dispositif d'usinage 27.

Le dispositif de fixation 25 comprend un tambour 31 monté à rotation selon un premier axe A 3 et portant au moins une ébauche 23' de la future pièce 23. Préférentiellement, comme visible à la figure 2, le tambour 21 est un disque contre la paroi externe duquel chaque ébauche 23' est fixée, par exemple, par collage.

Le dispositif d'usinage 27 comporte des moyens abrasifs 33 qui sont montés à rotation selon un deuxième axe A 4 et qui sont destinés à usiner chaque ébauche 23'. Préférentiellement, les moyens abrasifs 33 sont déplacés devant le tambour 31 . Les moyens abrasifs 33 présentés à la figure 2 sont formés par une meule classique, c'est-à-dire sans forme particulière de sa zone de contact. Bien entendu, les moyens abrasifs 33 peuvent être différents et, par exemple, prendre la forme d'un sabot courbe ou conique comme cela sera expliqué ci-dessous.

Avantageusement selon l'invention, le dispositif d'usinage 27 comporte des moyens de déplacement 35 du deuxième axe A 4 afin que ce dernier soit monté mobile selon une directrice courbe C 4 pour former sélectivement une deuxième courbure à chaque ébauche 23'. On comprend donc que le système de fabrication 21 permet de former des première et deuxième courbures C 3 , C 4 convexes.

Selon l'invention, les moyens de déplacement 35 peuvent être, de manière non limitative, formés par un actionneur déplacé en va-et-vient contre le profil d'une came fixe correspondant à la deuxième courbure C 4 ou, par exemple, un automate programmé pour se déplacer selon ladite deuxième courbure.

Ainsi, la première courbure C 3 est générée perpendiculairement à l'axe A 3 par le rayon s'étendant entre l'axe A 3 et la zone de contact entre les moyens abrasifs 33 et chaque ébauche 23'. Du fait que le tambour 31 est déplacé à rotation selon l'axe A 3 , chaque ébauche 23' est donc creusée transversalement selon un rayon unique formant la première courbure C 3 convexe.

De plus, avantageusement selon l'invention, la deuxième courbure

C 4 est directement obtenue par le déplacement sélectif du deuxième axe A 4 . Ainsi, pendant que la première courbure C 3 est générée, la zone de contact entre les moyens abrasifs 33 et chaque ébauche 23' est progressivement déplacée par rapport à l'épaisseur du tambour 31 en forme de disque. Par conséquent, chaque ébauche 23' est creusée longitudinalement selon une directrice courbe formant la deuxième courbure C 4 convexe.

On comprend donc immédiatement que la directrice courbe des moyens de déplacement 35 peut être symétrique ou non afin de former la deuxième courbure C 4 selon un ou plusieurs rayons. Enfin, préférentiellement selon l'invention, le premier axe A 3 et le deuxième axe A 4 sont perpendiculaires afin de croiser les raies d'usinage. Cette caractéristique permet avantageusement de faciliter le polissage postérieur des pièces d'habillage 23. Le polissage peut à titre d'exemple être effectué à l'aide de dispositif de fixation et d'usinage proche des dispositifs de fixation 25 et d'usinage 27 réalisant l'ébauche des pièce 23 expliqués ci-dessus. Toutefois, une étape de polissage étant moins agressive quant à l'épaisseur à retirer, seuls les moyens abrasifs sont principalement modifiés.

Ainsi, deux exemples de polissage sont présentés aux figures 3 et 4.

Selon une première alternative du deuxième mode de réalisation illustré à la figure 3, un système de fabrication 41 a été développé afin de polir des pièces 43 d'habillage comportant des surfaces dont les courbures C 3 , C 4 sont convexes. Le système de fabrication 41 comporte un dispositif de fixation 45 et un dispositif d'usinage 47.

Le dispositif de fixation 45 comprend un tambour 51 monté à rotation qui porte au moins une pièce 43 à polir. Le dispositif d'usinage 47 comporte des moyens abrasifs 53 montés à rotation et destinés à polir chaque pièce 43. Préférentiellement, les moyens abrasifs 53 sont déplacés devant le tambour 51 . Les moyens abrasifs 53 présentés à la figure 3 sont, de manière préférée, formés par un sabot conique, par exemple en métal, régulièrement enduit d'un liquide de polissage. Bien entendu, d'autres types de moyens abrasifs comme de forme sensiblement plane peuvent également convenir.

Avantageusement selon l'invention, le dispositif d'usinage 47 comporte des moyens de déplacement et de placage 55 afin de forcer le frottement des moyens abrasifs 53 contre chaque pièce 43 dans le but de les polir sélectivement selon la deuxième courbure C 4 . On comprend donc que le système de fabrication 41 permet de polir des première et deuxième courbures C 3 , C 4 convexes. Selon l'invention, les moyens de déplacement 55 peuvent être, de manière non limitative, formés par un actionneur déplacé en va-et-vient contre le profil d'une came fixe correspondant à la deuxième courbure C 4 ou, par exemple, un automate programmé pour se déplacer selon ladite deuxième courbure.

Selon une deuxième alternative du deuxième mode de réalisation illustré à la figure 4, un système de fabrication 61 a été développé afin de polir des pièces 63 d'habillage comportant des surfaces dont les courbures C 3 , C 4 sont convexes. Le système de fabrication 61 comporte un dispositif de fixation 65 et un dispositif d'usinage 67.

Le dispositif de fixation 65 comprend un tambour 71 monté à rotation qui porte au moins une pièce 63 à polir. Le dispositif d'usinage 67 comporte des moyens abrasifs 73 destinés à polir chaque pièce 63. Préférentiellement, les moyens abrasifs 73 sont déplacés devant le tambour 71 . Les moyens abrasifs 73 présentés à la figure 4 sont, de manière préférée, formés par un sabot courbe, par exemple en métal, régulièrement enduit d'un liquide de polissage.

Avantageusement selon l'invention, le dispositif d'usinage 67 comporte des moyens de déplacement et de placage 75 afin de forcer le frottement des moyens abrasifs 73 contre chaque pièce 63 dans le but de les polir sélectivement selon la deuxième courbure C 4 . On comprend donc que le système de fabrication 61 permet de polir des première et deuxième courbures C 3 , C 4 convexes.

Selon l'invention, les moyens de déplacement 75 peuvent être, de manière non limitative, formés par un actionneur déplacé en va-et-vient contre le profil d'une came fixe correspondant à la deuxième courbure C 4 ou, par exemple, un automate programmé pour se déplacer selon ladite deuxième courbure.

Ces premier et deuxième modes de réalisation ainsi que leur variantes peuvent être utilisés seuls ou en combinaison. Par conséquent, une grande variété de la pièce d'habillage peut être obtenue suivant notamment que sa surface supérieure et/ou sa surface inférieure sont usinées. On comprend donc toutefois qu'avantageusement selon l'invention, au moins une des faces supérieure et inférieure peut comporter une courbure longitudinale et une courbure transversale qui sont différentes.

De plus, suivant l'orientation de chaque pièce 3', 23', 43, 63 par rapport aux dispositifs de fixation 5, 25, 45, 65, au moins l'une desdites courbures longitudinale et transversale peut être symétrique ou asymétrique. On comprend donc qu'une telle pièce d'habillage non symétrique peut parfaitement former une glace, un boîtier ou un cadran à base d'alumine cristallisée comme du saphir, du corindon ou du rubis pour, par exemple, une pièce d'horlogerie.

Deux variantes de pièces 83, 103 formant des glaces de pièce d'horlogerie réalisables selon l'invention sont présentées aux figures 5-7 et 8-10. Selon la première variante, la pièce d'habillage 83 comporte une surface supérieure 82 et une surface inférieure 84 qui sont usinées afin d'obtenir une épaisseur sensiblement constante βι malgré la forme complexe de la pièce 83.

Ainsi, la figure 5 est une représentation, vue de dessus, de la pièce

83 sensiblement ovoïde. La courbure longitudinale C 4 est sécante de la courbure transversale C 3 au point Oi . On remarque que le point Oi n'est pas centré par rapport à la forme sensiblement ovoïde mais est plus proche de la partie évasée que de la pointe. Cette configuration de la pièce 83 lorsqu'elle est rapportée sur un boîtier de pièce d'horlogerie permet d'accentuer visuellement l'intégration déportée de l'affichage de la pièce d'horlogerie.

Comme visible à la figure 7 représentant la coupe A-A de la figure 5, c'est-à-dire une coupe longitudinale, on peut voir que les courbures C 2 et C 4 sont parallèles. Dans l'exemple des figures 5 à 7, on remarque qu'en fait les courbures C 2 et C 4 forment respectivement un rayon unique R 2 et R 4 de sorte que R 4 = R 2 + e-i .

De manière analogue, comme visible à la figure 6 représentant la coupe B-B de la figure 5, c'est-à-dire une coupe transversale, on peut voir que les courbures Ci et C 3 sont parallèles. Dans l'exemple des figures 5 à 7, on remarque qu'en fait les courbures Ci et C 3 forment respectivement un rayon unique Ri et R 3 de sorte que R 3 = Ri + e-i.

Par conséquent, la pièce 83 est très galbée et permet, par exemple, de former une glace qui paraît visuellement asymétrique pour s'adapter par exemple à des affichages de pièce d'horlogerie qui ne sont pas centrés par rapport à son boîtier.

Selon la deuxième variante, la pièce d'habillage 103 comporte une surface supérieure 102 et une surface inférieure 104 dont seules la face supérieure est usinée afin d'obtenir une épaisseur sensiblement constante e 2 sur ses bords malgré la forme complexe de la pièce 103.

Ainsi, la figure 9 est une représentation en perspective de la pièce 103 sensiblement ovoïde. La courbure longitudinale C 4 est sécante de la courbure transversale C 3 au point O 2 . On remarque que le point O 2 n'est pas centré par rapport à la forme sensiblement ovoïde mais est plus proche de la partie évasée que de la pointe. Cette configuration de la pièce 103 lorsqu'elle est rapportée sur un boîtier de pièce d'horlogerie permet d'accentuer visuellement l'intégration déportée de l'affichage de la pièce d'horlogerie.

Comme visible à la figure 10 représentant la coupe C-C de la figure 9, c'est-à-dire une coupe longitudinale, on peut voir que la courbure C 4 est asymétrique. Dans l'exemple des figures 8 à 10, on remarque qu'en fait la courbure C 3 forme un rayon unique R 3 et que la courbure C 4 forme deux rayons R 4 et R' 4 adjacents. Ainsi, le rayon R 4 compris entre le bord de la partie évasée et le point O 2 est plus grand que le rayon R' 4 compris entre le bord de la pointe et le point O 2 . Par conséquent, la pièce 103 est complexe et permet, par exemple, de former une glace asymétrique pour s'adapter par exemple à des affichages de pièce d'horlogerie qui ne sont pas centrés par rapport à son boîtier. A ce titre, l'épaisseur maximale e 3 de la pièce 103 est située à l'aplomb du point fictif O 2 et l'épaisseur minimale e 2 tout autour du bord de la pièce 103.

Bien entendu, la présente invention ne se limite pas à l'exemple illustré mais est susceptible de diverses variantes et modifications qui apparaîtront à l'homme de l'art. En particulier, d'autres variantes de pièces sont envisageables suivant que la face supérieure et/ou la face inférieure sont usinées avec un ou plusieurs rayons aussi bien transversalement que longitudinalement.