Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PILLOW HEADREST FOR AIRCRAFT CABIN SEAT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/024512
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention mainly concerns a headrest (10), in particular for an aircraft seat, comprising: - a central portion (11), and - at least one wing (12) positioned at at least one end of the central portion (11), characterised in that it comprises at least one hinge (13) interposed between the wing (12) and the central portion (11), the hinge (13) being configured to allow at least two relative movements of the wing (12) relative to the central portion (11) about at least one axis (X1, X2).

Inventors:
KHECHINE, Mohamed (Rue Robert Maréchal Sénior, ZI La Limoise, ISSOUDUN, 36100, FR)
CHEBBI, Hamdi (Rue Robert Maréchal Sénior, ZI La Limoise, ISSOUDUN, 36100, FR)
HERMASSI, Nadia (Rue Robert Maréchal Sénior, ZI La Limoise, ISSOUDUN, 36100, FR)
FAKHFAKH, Wassim (Rue Robert Maréchal Sénior, ZI La Limoise, ISSOUDUN, 36100, FR)
Application Number:
EP2017/068520
Publication Date:
February 08, 2018
Filing Date:
July 21, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ZODIAC SEATS FRANCE (Rue Robert Maréchal Sénior, ZI La Limoise, ISSOUDUN, 36100, FR)
International Classes:
B60N2/48; B60N2/02
Attorney, Agent or Firm:
CABINET SÉBASTIEN MARCONNET (4Ter Route des Gardes, Bâtiment A, MEUDON, 92190, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Têtière (10), notamment pour siège d'aéronef, comportant:

une partie centrale (1 1 ), et

- au moins une ailette (12) positionnée à au moins une extrémité de la partie centrale (1 1 ),

caractérisée en ce qu'elle comprend au moins une articulation (13) interposée entre l'ailette (12) et la partie centrale (1 1 ), l'articulation (13) étant configurée pour autoriser au moins deux mouvements relatifs de l'ailette (12) par rapport à la partie centrale (1 1 ) selon au moins un axe (X1 , X2).

2. Têtière (10) selon la revendication 1 , caractérisée en ce que l'articulation (13) est configurée pour autoriser une rotation de l'ailette (12) par rapport à la partie centrale (1 1 ) respectivement autour d'un premier axe (X1 ) et/ou d'un deuxième axe (X2).

3. Têtière (10) selon la revendication 2, caractérisé en ce que le premier axe (X1 ) et le deuxième axe (X2) forment un angle non nul l'un par rapport à l'autre.

4. Têtière (10) selon la revendication 2 ou 3, caractérisée en ce que le premier axe (X1 ) est sensiblement vertical.

5. Têtière (10) selon l'une quelconque des revendications 2 à 4, caractérisée en ce que le deuxième axe (X2) est sensiblement horizontal.

6. Têtière (10) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que l'articulation (13) comporte une glissière (19) apte à autoriser un mouvement de translation de l'ailette (12) par rapport à la partie centrale (1 1 ).

7. Têtière (10) selon l'une quelconque des revendications 2 à 6, caractérisée en ce que l'articulation (13) comporte: une première charnière (15) apte à autoriser un mouvement rotatif de l'ailette (12) par rapport à la partie centrale (1 1 ) autour dudit premier axe (X1 ), et

une deuxième charnière (1 6) apte à autoriser un mouvement rotatif de l'ailette (12) autour du deuxième axe (X2).

8. Têtière selon les revendications 6 ou 7, caractérisée en ce que les charnières (15, 1 6) et/ou la glissière (19) sont à friction pour maintenir en position l'ailette (12) après son réglage.

9. Têtière selon la revendication 7, caractérisée en ce que la première charnière (15) comporte un premier étrier (21 ) fixé sur la partie centrale (1 1 ) et un premier bras (23) monté rotatif par rapport au premier étrier (21 ). 10. Têtière (10) selon la revendication 9, caractérisée en ce que la deuxième charnière (1 6) comporte un deuxième étrier (26) solidaire du premier bras (23) de la première charnière (15) et un deuxième bras (27) monté rotatif par rapport au deuxième étrier (26). 1 1 . Têtière (10) selon les revendications 6 et 10, caractérisée en ce que la glissière (19) est portée par le deuxième bras (27) de la deuxième charnière (1 6).

12. Têtière (10) selon l'une quelconque des revendications 7 à 1 1 , caractérisée en ce qu'elle comporte un cache (31 ) fixé sur un bord de l'ailette

(12) recouvrant la première charnière (15) et/ou la deuxième charnière (1 6).

13. Siège destiné à être installé notamment dans une cabine d'aéronef, caractérisé en ce qu'il comporte une têtière (10) selon l'une quelconque des revendications précédentes.

14. Siège selon la revendication 13, caractérisé en ce que la siège comprend un dossier (35) et en ce que la têtière (10) comporte un dispositif de montage coulissant (34) par rapport au dossier (35).

15. Siège selon la revendication 14, caractérisée en ce que le dispositif de montage coulissant (34) comporte un support (38) muni d'au moins une tige (41 ) apte à coulisser à l'intérieur d'une ouverture (42) réalisée dans le dossier (35).

Description:
TÊTIÈRE OREILLER POUR SIÈGE DE CABINE D'AÉRONEF

La présente invention porte sur une têtière notamment pour un siège de cabine d'aéronef. L'invention trouve une application particulièrement avantageuse, mais non exclusive, avec les sièges de classe économique.

De façon connue en soi, un siège d'aéronef peut comporter une têtière montée sur un dossier. Les têtières équipant les sièges de classe économique ne permettent pas aux passagers de s'endormir en calant confortablement leur tête.

En effet, si la tête du passager peut venir en appui contre des extrémités de la têtière, cette dernière ne permet pas d'assurer un équilibre statique de la tête du passager souhaitant s'endormir, dans la mesure où le contact entre la tête et la têtière est établi suivant une surface réduite située généralement sur le côté du front du passager.

L'invention vise à remédier efficacement à cet inconvénient en proposant une têtière, notamment pour siège d'aéronef, comportant:

- une partie centrale, et

- au moins une ailette positionnée à au moins une extrémité de la partie centrale,

caractérisée en ce qu'elle comprend au moins une articulation interposée entre l'ailette et la partie centrale, l'articulation étant configurée pour autoriser au moins deux mouvements relatifs de l'ailette par rapport à la partie centrale selon au moins un axe.

L'invention permet ainsi au passager d'ajuster la position de l'ailette pour venir y poser sa joue afin de pouvoir prendre une position d'endormissement confortable. L'invention confère à la têtière une nouvelle fonction de maintien de la tête du passager prenant en compte la variabilité de corpulence des passagers. Selon une réalisation, l'articulation est configurée pour autoriser une rotation de l'ailette par rapport à la partie centrale respectivement autour d'un premier axe et/ou d'un deuxième axe. Selon une réalisation, le premier axe et le deuxième axe forment un angle non nul l'un par rapport à l'autre.

Selon une réalisation, le premier axe est sensiblement vertical. Selon une réalisation, le deuxième axe est sensiblement horizontal.

Selon une réalisation, l'articulation comporte une glissière apte à autoriser un mouvement de translation de l'ailette par rapport à la partie centrale. Cela permet d'ajuster la position de la têtière en fonction de la variabilité de la morphologie des passagers et d'assurer ainsi un maximum de surface de contact avec la joue et le menton du passager. On améliore ainsi l'ergonomie de la têtière pour le passager endormi.

Selon une réalisation, l'articulation comporte:

- une première charnière apte à autoriser un mouvement rotatif de l'ailette par rapport à la partie centrale autour dudit premier axe, et

- une deuxième charnière apte à autoriser un mouvement rotatif de l'ailette autour du deuxième axe. Selon une réalisation, les charnières et/ou la glissière sont à friction pour maintenir en position l'ailette après son réglage.

Selon une réalisation, la première charnière comporte un premier étrier fixé sur la partie centrale et un premier bras monté rotatif par rapport au premier étrier.

Selon une réalisation, la deuxième charnière comporte un deuxième étrier solidaire du premier bras de la première charnière et un deuxième bras monté rotatif par rapport au deuxième étrier. Selon une réalisation, la glissière est portée par le deuxième bras de la deuxième charnière.

Selon une réalisation, ladite têtière comporte un cache fixé sur un bord de l'ailette recouvrant la première charnière et/ou la deuxième charnière.

L'invention a également pour objet un siège destiné à être installé notamment dans une cabine d'aéronef, caractérisé en ce qu'il comporte une têtière telle que précédemment définie.

Selon une réalisation, la siège comprend un dossier et en ce que la têtière comporte un dispositif de montage coulissant par rapport au dossier.

Selon une réalisation, le dispositif de montage coulissant comporte un support muni d'au moins une tige apte à coulisser à l'intérieur d'une ouverture réalisée dans le dossier.

Bien entendu les différentes caractéristiques, variantes et/ou formes de réalisation de la présente invention peuvent être associées les unes avec les autres selon diverses combinaisons dans la mesure où elles ne sont pas incompatibles ou exclusives les unes des autres.

La présente invention sera mieux comprise et d'autres caractéristiques et avantages apparaîtront encore à la lecture de la description détaillée qui suit comprenant des modes de réalisation donnés à titre illustratif en référence avec les figures annexées, présentés à titre d'exemples non limitatifs, qui pourront servir à compléter la compréhension de la présente invention et l'exposé de sa réalisation et, le cas échéant, contribuer à sa définition, sur lesquelles:

- La figure 1 est une vue en perspective éclatée d'une têtière de siège selon la présente invention;

- Les figures 2a à 2c sont des vues en perspective illustrant le déploiement de la têtière de siège selon la présente invention;

- La figure 3 est une vue de dos de la partie centrale de la têtière selon la présente invention; - La figure 4 est une vue en perspective de côté de la têtière selon l'invention montée sur un dossier de siège.

11 est à noter que, sur les figures, les éléments structurels et/ou fonctionnels communs aux différents modes de réalisation peuvent présenter les mêmes références. Ainsi, sauf mention contraire, de tels éléments disposent de propriétés structurelles, dimensionnelles et matérielles identiques.

Par ailleurs, dans la suite de la description, les termes relatifs de type "vertical" et "horizontal" sont considérés par référence à un siège muni d'une têtière installé dans une cabine d'aéronef, notamment par fixation sur des rails dédiés.

La figure 1 montre une têtière 10 notamment pour un siège d'aéronef comportant une partie centrale 1 1 et au moins une ailette 12 positionnée à une extrémité de la partie centrale 1 1 . La partie centrale 1 1 pourra par exemple prendre la forme d'une plaque rectangulaire s'étendant de part et d'autre d'un plan médian du siège. La partie centrale 1 1 présente une face avant contre laquelle vient en appui la tête du passager.

Afin de faciliter la compréhension des figures, une seule ailette 12 a été représentée. Toutefois, en pratique, une première ailette 12 est positionnée à une extrémité de la partie centrale 1 1 ; et une deuxième ailette 12 est positionnée à l'autre extrémité de la partie centrale 1 1 . Les ailettes 12 sont ainsi positionnées de part et d'autre de la partie centrale 1 1 . Chaque ailette

12 pourra par exemple prendre la forme d'une plaque ayant une section transversale qui augmente lorsque l'on se déplace de l'extrémité supérieure vers l'extrémité inférieure. L'ailette 12 est accolée à la partie centrale, c'est-à-dire que l'ailette 12 est reliée mécaniquement à la partie centrale 1 1 sans autre ailette intermédiaire interposée entre l'ailette 12 et la partie centrale 1 1 .

Une articulation 13 est interposée entre l'ailette 12 et la partie centrale 1 1 . L'articulation 13 est configurée pour autoriser au moins deux mouvements de l'ailette 12 par rapport à la partie centrale 1 1 selon au moins un axe. Autrement dit, l'articulation 13 est au moins bidirectionnelle. Les mouvements sont choisis parmi un mouvement de rotation, un mouvement de translation, ou un mouvement combiné de rotation et de translation. L'articulation peut ainsi être configurée pour autoriser au moins un mouvement de rotation et un mouvement de translation de l'ailette 12 par rapport à la partie centrale 1 1 selon au moins un axe, par exemple l'axe X1 .

Alternativement, l'articulation 13 est configurée pour autoriser au moins une première rotation de l'ailette 12 par rapport à la partie centrale 1 1 autour d'un axe X1 et une deuxième rotation de l'ailette 12 par rapport à la partie centrale 1 1 autour d'un axe X2. Ces deux axes X1 , X2 forment avantageusement un angle non nuls l'un par rapport à l'autre.

A cet effet, l'articulation 13 comporte par exemple une première charnière 15 et une deuxième charnière 1 6 reliées mécaniquement entre elles. Ces charnières 15, 1 6 sont situées dans la même zone d'interfaçage entre l'ailette latérale 12 et la partie centrale 1 1 .

Suivant un exemple particulier, la première charnière 15 est apte à autoriser un mouvement rotatif de l'ailette 12 par rapport à la partie centrale 1 1 autour du premier axe X1 . De préférence, le premier axe X1 est sensiblement vertical. Par "sensiblement vertical", on entend un axe formant un angle inférieur à 30 degrés par rapport à la direction verticale.

En outre, une deuxième charnière 16 est apte à autoriser un mouvement rotatif de l'ailette 12 autour du deuxième axe X2. De préférence, le deuxième axe X2 est sensiblement horizontal. Par "sensiblement horizontal", on entend un axe formant un angle inférieur à 30 degrés par rapport à la direction horizontale.

Dans l'exemple de réalisation, les axes X1 et X2 forment entre eux un angle de l'ordre de 90 degrés. Toutefois, en variante, l'angle entre ces deux axes X1 et X2 pourra être adapté en fonction de l'application. Dans tous les cas, l'angle entre ces deux axes X1 et X2 est non nul.

L'articulation 13 comporte en outre une glissière 19 apte à autoriser un mouvement de translation de l'ailette 12 par rapport à la partie centrale 1 1 . Avantageusement, les charnières 15, 16 et la glissière 19 sont à friction pour maintenir en position l'ailette 12 après son réglage en rotation et en translation par rapport à la partie centrale 1 1 .

Plus précisément, la première charnière 15 comporte un premier étrier 21 fixé sur la partie centrale 1 1 au moyen d'organes de fixation 22, tels que des vis, et un premier bras 23 monté rotatif par rapport au premier étrier 21 . A cet effet, le premier bras 23 pénètre dans une ouverture d'axe X1 correspondante prévue dans l'étrier 21 .

La deuxième charnière 1 6 comporte un deuxième étrier 26 solidaire du premier bras 23 de la charnière 15 et un deuxième bras 27 monté rotatif par rapport au deuxième étrier 26.

La glissière 19 sur laquelle est fixée l'ailette 12 est portée par le deuxième bras 27 de la deuxième charnière 1 6. La glissière 19 autorise un mouvement en translation de l'ailette 12 par rapport au deuxième bras 27. En outre, un cache 31 fixé sur un bord de l'ailette 12 recouvre les première et deuxième charnières 15, 1 6.

Les différents éléments de la têtière 10 (partie centrale, ailettes, et caches) étant réalisés à partir de plaques de métal, notamment trouées, ces éléments sont de préférence recouverts d'un matériau 32 de type mousse et de tissu pour améliorer le confort du passager, comme cela est illustré par la figure 4.

Afin d'ajuster la hauteur de la têtière 10, cette dernière comporte un dispositif de montage coulissant 34 par rapport au dossier 35, tel que montré sur les figures 3 et 4. Ce dispositif 34 comporte un support 38 qui pourra par exemple s'étendre le long d'un bord longitudinal supérieur de la partie centrale 1 1 . Ce support 38 est muni de deux tiges 41 s'étendant du côté de la face arrière de la partie centrale 1 1 . Ces tiges 41 sont aptes à coulisser à l'intérieur d'ouvertures 42 de forme correspondante réalisées dans le dossier 35. En variante, le support 38 pourra comporter une seule ou plus de deux tiges 41

On décrit ci-après en référence avec les figures 2a à 2d, le déploiement des ailettes 12 de la têtière 10 selon l'invention qui se trouve sensiblement dans le plan d'extension de la partie centrale 1 1 dans une position de repos.

Dans un premier temps, le passager pourra faire tourner, suivant la flèche F1 , l'ailette 12 autour de l'axe X1 sensiblement vertical via la première charnière 15, tel que cela est montré sur la figure 2b. L'ailette 12 est ainsi positionnée suivant une direction transversale d'appui. La rotation de la têtière 10 autour de l'axe X1 est limitée par exemple à un angle de l'ordre de 60 degrés.

Le passager peut ensuite faire tourner, suivant la flèche F2, l'ailette 12 autour de l'axe X2 sensiblement horizontal via la deuxième charnière 1 6, comme cela est illustré par la figure 2c. Un tel déplacement permet d'assurer un alignement de l'ailette 12 avec la joue du passager. La rotation de la têtière 10 autour de l'axe X2 est limitée par exemple à un angle de l'ordre de 20 degrés.

L'ailette 12 peut ensuite être déplacée, via la glissière 19, suivant un mouvement de translation rectiligne par rapport à la partie centrale 1 1 suivant la flèche F3, tel que cela est illustré par la figure 2d. La course maximale en translation de la glissière 19 pourra par exemple être de l'ordre de 5cm. Un tel déplacement linéaire en translation permet d'ajuster la têtière 10 à la variabilité de la morphologie des passagers, en particulier la position de la tête, et d'assurer ainsi un maximum de surface de contact avec la joue et le menton. Alternativement, l'articulation 13 comporte un mécanisme à rotule à friction et/ou débrayable qui est interposé entre chaque ailette 12 et la partie centrale 1 1 . Il sera également possible d'utiliser une rotule à doigt. Cela constitue des variantes à l'utilisation des charnières 15, 1 6. En variante, la glissière 19 n'est pas linaire. Si la présente invention est particulièrement bien adaptée à un siège d'avion de classe économique dans lequel la mobilité du dossier par rapport à l'assise est limitée, voire nulle, l'invention pourra également être mise en œuvre avec des sièges de classe supérieure.

Ces sièges pourront le cas échéant être motorisés et prendre au moins une position assise et une position allongée par déplacement respectifs de l'assise, du dossier et/ou d'un repose-jambes. Le siège pourra de préférence également prendre au moins une position intermédiaire, dite position de détente, entre la position assise et la position allongée.

L'invention pourra également être mise en œuvre avec des sièges installés dans d'autres moyens de transport, comme par exemple des sièges de bus, de trains, ou de bateaux.

Bien évidemment, l'invention n'est pas limitée aux modes de réalisation décrits précédemment et fournis uniquement à titre d'exemple. Elle englobe diverses modifications, formes alternatives et autres variantes que pourra envisager l'homme du métier dans le cadre de la présente invention et notamment toutes combinaisons des différents modes de fonctionnement décrits précédemment, pouvant être pris séparément ou en association.