Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
POLYPHASE ROTATING ELECTRICAL MACHINE FOR A MOTOR VEHICLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2005/117244
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a polyphase rotating electrical machine which can be used in an internal combustion engine vehicle as (i) an electric generator and (ii) an electric motor for starting the internal combustion engine. The invention comprises: a rotary shaft, a rotor which is rotatably connected to the shaft, a fixed polyphase stator which surrounds the rotor, and magnetic means for monitoring the rotation of the rotor. The aforementioned magnetic means comprise an annular target (41) which surrounds the shaft and which is rotatably connected thereto and at least one fixed sensor which is disposed close to said target (41) and which co-operates with same. According to the invention, the target (41) comprises an annular magnetic part (411) and reinforcing means (412) which surround the magnetic part (411) on a radially outer side.

More Like This:
Inventors:
Badey, Jean-philippe (1 rue Gabrielle, Etaples-sur-Mer, Etaples-sur-Mer, F-62630, FR)
Application Number:
PCT/FR2005/001040
Publication Date:
December 08, 2005
Filing Date:
April 27, 2005
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Valeo, Equipements Electriques Moteur (2 rue André-Boulle, Créteil Cedex, Créteil Cedex, F-94017, FR)
Badey, Jean-philippe (1 rue Gabrielle, Etaples-sur-Mer, Etaples-sur-Mer, F-62630, FR)
International Classes:
H02K29/08; (IPC1-7): H02K29/06
Foreign References:
US6037726A2000-03-14
EP0610767A21994-08-17
DE19617134A11997-10-30
Other References:
PATENT ABSTRACTS OF JAPAN vol. 1997, no. 07 31 July 1997 (1997-07-31)
PATENT ABSTRACTS OF JAPAN vol. 0101, no. 25 (E - 402) 10 May 1986 (1986-05-10)
Attorney, Agent or Firm:
Leteinturier, Pascal (Valeo Equipements Electriques Moteur, 2 rue André-Boulle, Créteil Cedex, F-94017, FR)
Download PDF:
Description:
Machine électrique tournante polyphasée pour véhicule automobile

Domaine de l'invention

L'invention concerne en général les machines électriques tournantes polyphasées. Plus précisément, l'invention concerne une machine électrique tournante polyphasée, apte à être utilisée dans un véhicule automobile à moteur à combustion interne d'une part comme générateur électrique, et d'autre part comme moteur électrique notamment pour le démarrage du moteur à combustion interne du véhicule, comprenant un arbre rotatif, un rotor solidaire en rotation de l'arbre, un stator polyphasé fixe entourant le rotor, et des moyens magnétiques de suivi de la rotation du rotor, ces moyens comprenant une cible annulaire entourant l'arbre et solidaire en rotation de cet arbre, et au moins un capteur fixe disposé à proximité de la cible et coopérant avec celle-ci.

Etat de la technique

Des machines de ce type sont connues de l'art antérieur, et notamment de la demande de brevet FR 2 807 231, qui décrit des moyens magnétiques dont la cible est fixée à la poulie de la machine, celle-ci étant elle-même solidaire en rotation de l'arbre. Une telle machine réversible est appelée alteno-démarreur. Cette cible est entraînée en rotation à grande vitesse par l'arbre et subit un effort centrifuge important. Par ailleurs, elle est soumise à des cycles répétés d'accélération et de décélération, selon que le véhicule démarre ou ralentit. Ces sollicitations fatiguent mécaniquement la cible, et peuvent conduire à une rupture prématurée de celle-ci. Objet de l'invention

Dans ce contexte, la présente invention a pour but de pallier le défaut mentionné ci-dessus. A cette fin, la machine de l'invention, par ailleurs conforme à la définition générique qu'en donne le préambule ci-dessus, est essentiellement caractérisé en ce que la cible comprend une partie magnétique annulaire et des moyens de renfort enveloppant la partie magnétique d'un côté radialement extérieur. Une telle solution est peu encombrante et permet de conserver la structure de la machine en sorte qu'elle est simple et économique. En outre on maîtrise bien l'entrefer entre la cible et le capteur. De plus le montage est aisé à l'arrière de la machine et on obtient une bonne précision de positionnement du capteur par rapport à la cible. Dans un mode de réalisation possible de l'invention, les moyens de renfort forment un cylindre enveloppant la partie magnétique annulaire sur toute la circonférence de cette partie. Avantageusement, les moyens de renfort sont constitués d'un matériau amagnétique pour un bon rebouclage du flux magnétique. De préférence, les moyens de renfort sont constitués d'aluminium et/ou d'acier austénitique et/ou de matière plastique et/ou d'une matière textile tissée ou intissée. Par ailleurs, les moyens de renfort peuvent être : - emmanchés à force autour de la partie magnétique annulaire, - frettés autour de la partie magnétique annulaire, - collés autour de la partie magnétique annulaire, magnétoformés autour de la partie magnétique annulaire, l'

FR2005/001040

therxnoformés autour de la partie magnétique annulaire, surmoulés autour de la partie magnétique annulaire. Alternativement, la partie magnétique annulaire peut être surmoulée dans les moyens de renfort. Avantageusement, la partie magnétique annulaire est un plastoaimant. Selon une autre caractéristique avantageuse, les moyens de renfort forment une couche mince plaquée sur la partie magnétique d'un côté radialement extérieur. Cette couche mince est par exemple réalisée sous la forme d'un feuillard ou d'un film La couche mince peut être pleine. Alternativement, la couche mince peut présenter des ouvertures. Dans ce cas, la partie magnétique peut remplir les ouvertures de la couche mince et peut affleurer d'un côté extérieur de la couche mince à travers les ouvertures. Selon encore une autre caractéristique avantageuse, le capteur est disposé radialement à l'extérieur de la cible annulaire, en regard de celle-ci.

Brève description des figures

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention ressortiront clairement de la description qui en est faite ci-dessous, à titre indicatif et nullement limitatif, en référence aux figures annexées, parmi lesquelles : - la figure 1 est une vue en coupe axiale d'une machine électrique tournante polyphasée selon invention, - la figure 2 est une vue de côté d'une cible conforme à un premier mode de réalisation de l'invention, la moitié droite de la cible étant représentée en coupe, les figures 3 et 4 sont des vues agrandies respectivement des détails III et IV de la figure 2, - la figure 5 est une vue équivalente à celle de la figure 3, pour un second mode de réalisation de l'invention, et - la figure 6 est une vue éclatée correspondant à la figure 5.

Exemples de réalisation de l'invention

La machine électrique tournante représentée sur la figure 1 est un alternateur pour véhicule automobile fonctionnant de manière réversible. Un tel alternateur est appelé alterno-démarreur et comprend un arbre rotatif 1, un rotor à griffe 2 solidaire en rotation de l'arbre 1, un stator polyphasé 3 fixe entourant le rotor 2, et des moyens magnétiques 4 de suivi de la rotation du rotor 2. L'axe de l'arbre 1 définit l'axe de rotation X-X' de la machine électrique, ici du type polyphasé. Le rotor 2 est solidaire de l'arbre 1 et forme avec celui-ci un ensemble rotorique. Ce rotor 2 comprend deux roues polaires à griffes 21 et un bobinage 22 d'excitation disposé entre les roues polaires 21. Chaque roue polaire 21 comporte un flasque s'étendant sensiblement perpendiculairement à l'arbre 1, portant à sa périphérie externe des dents d'orientation axiale dirigées vers le flasque de l'autre roue polaire. Les dents sont décalées circonférentiellement d'une roue polaire à l'autre et s'interpénétrent. Elles présentent chacune une forme trapézoïdale. Les flasques sont percés chacun d'un alésage central recevant l'arbre 1, et sont solidarisés de cet arbre en rotation par des nervures coopérant avec des cannelures ménagées dans l'arbre 1. Lorsque le bobinage 22 est alimenté électriquement, les dents de l'une des roues polaires 21 définissent des l'

pôles Nord, tandis que les dents de l'autre roue polaire 21 définissent des pôles Sud. Le stator 3 destiné à être fixé sur une partie fixe du véhicule, comprend quant à lui des paliers avant et arrière 31 et 32, qui sont refermés l'un sur l'autre et fixés l'un avec l'autre ici avec des tirants référencés en 33 sur la figure 1 pour former un carter, ainsi qu'un ensemble statorique 34 comprenant un corps de stator portant un jeu de bobinages statoriques. De manière connue, l'ensemble statorique 34 entoure le rotor 2 et comporte un corps sous la forme d'un paquet de tôles dans lequel sont ménagées une série d'encoches contenant des enroulements à raison d'au moins un enroulement par phase que comporte alterno-démarreur ici du type triphasé. Les enroulements peuvent être du type à bobines séparées, à bobines enchevêtrées ou du type à barres par exemple en forme de U comme décrit dans le document WO 92/06527. Les paliers 31 et 32 de forme creuse sont ajourés pour la circulation de l'air à l'intérieur de la machine du type compact et à ventilation interne, le rotor 2 portant ici à chacune de ses extrémités axiales un ventilateur référencé 23 à la figure 1. En variante un seul ventilateur 23 est prévu. Chaque palier 31, 32, ici en aluminium, porte centralement un roulement à billes, référencé en 35 à la figure 1. Ces roulements supportent respectivement 1 'extrémité avant et arrière de 1 'arbre 1. Le roulement 35 associé au palier arrière 32 est de plus petite taille que celui associé au palier avant 31. L'arbre 1 se prolonge au-delà du palier avant 31, un organe de transmission de mouvement 5 sous la forme d'une poulie étant fixé sur l'arbre 1 à l'extérieur dudit palier et solidaire en rotation de l'arbre 1. Cette poulie est destinée à coopérer avec une courroie à rainures en V (non représentée) par laquelle le moteur thermique entraîne l'arbre 1 et l'ensemble du rotor 2 lorsque la machine électrique fonctionne en mode générateur. Cette poulie et la courroie qui lui est associée permet également en sens inverse à la machine électrique d'entraîner le moteur thermique, lorsque ladite machine fonctionne en mode démarreur. La transmission de mouvement entre l'arbre 1 et le moteur thermique du véhicule en variante peut comporter des engrenages, au moins une chaîne des poulies à écartement variable et/ou au moins une courroie. Ainsi l'organe de transmission de mouvement 5 peut avoir de nombreuses configurations et consister en un engrenage, en une roue dentée, en une poulie etc. Les extrémités du bobinage 22 du rotor 2 sont reliées chacune par une liaison filaire à des bagues collectrices 11 portées par l'arbre 1. Les bobinages de l'ensemble statorique 34 sont quant à eux reliées par une liaison filaire à un dispositif électronique de gestion, non représenté, disposé à l'extérieur de la machine. Ici la machine est du type de celle décrite dans le document WO 01/69762 auquel on se reportera pour plus de précisions. Les moyens magnétiques 4 de suivi du rotor 2 comprennent une cible annulaire 41 entourant l'arbre 1 et solidaire en rotation de cet arbre 1, et au moins un capteur fixe 42 disposé à proximité de la cible 41 et coopérant avec celle-ci. Les moyens 4 comprennent typiquement trois capteurs 42, de type à effet Hall. La cible annulaire 41 s'étend dans un plan perpendiculaire à l'arbre 1, est centrée sur l'arbre 1 et est disposée d'un côté axial arrière du rotor 2. La cible s'étend sensiblement autour du roulement arrière 35, à l'intérieur du stator 3. Elle est dans un mode de réalisation rigidement fixée au ventilateur arrière 23 métallique solidaire du rotor 2, comme visible par exemple à la figure 12 du document WO 01/69762 précité, le ventilateur étant conformé à son extrémité libre pour former une coupelle de support de la cible de forme annulaire. Cette coupelle comporte une portion d'orientation axiale prolongée vers l'extérieur par un rebord annulaire d'orientation transversale dirigé en direction opposée à l'axe X-X' . Le rebord transversal est moins haut que la cible. Ici la cible 41 comprend un moyeu central d'entraînement et/ou de fixation 413, lié en rotation au rotor soit de manière directe, par exemple par coopération de formes, soit de manière indirecte. Dans ce dernier cas, le moyeu 413 peut par exemple être lié au rotor via le ventilateur, comme dans les figures 1 à 6 du document WO 01/69762. Le moyeu 413 comporte alors une coupelle métallique du type précité, à portion d'orientation axiale et rebord annulaire d'orientation transversale. Cette pièce est liée en rotation au ventilateur par coopération de formes. En variante, le moyeu 413 peut comporter une coupelle, avantageusement en acier, dotée d'un rebord d'orientation transversale prolongée à sa périphérie externe par une portion annulaire d'orientation axiale portant à fixation la cible. Dans l'exemple de réalisation des figures 1 à 6, le moyeu 413 est lié en rotation au rotor par l'intermédiaire du collecteur 12 portant les bagues 11. Ce collecteur est mieux visible à la figure 8 du document FR A 2 710 200 auquel on se reportera pour plus de précisions. Il comporte un corps 121 tubulaire emmanché à force sur l'extrémité arrière de l'arbre 1, et un anneau 122 centré sur l'arbre 1 et solidaire du corps 121. Le corps 121 porte les bagues 11. Le corps 121 et l'anneau 122 sont mutuellement écartés, de telle sorte que le corps 121 est disposé à l'extérieur du palier arrière 32 et l'anneau 122 à l'intérieur du palier arrière 32, entre le roulement à bille 35 et le rotor 2, comme on le voit sur la figure 1 . L'anneau 122 porte des éléments 123 de connexion électrique des extrémités du bobinage 22 du rotor 2, ces éléments faisant saillie radialement vers l'extérieur à partir de l'anneau 122. Ces éléments 123 sont reliés électriquement aux bagues 11. L'anneau 122 porte encore des reliefs, par exemple en saillie radialement vers l'extérieur, le moyeu 413 de la cible annulaire 41 étant lié en rotation à l'anneau 122 par coopération de forme avec ces reliefs. Les capteurs 42 sont montés fixes sur le palier arrière 32, à l'intérieur du stator 3. Ces capteurs sont montés sur un porte capteur disposé du côté du palier arrière opposé au rotor de manière décrite ci après. Sous l'effet de la rotation de la cible 41 conjointement avec l'arbre 1, le champ magnétique reçu par chaque capteur 42 varie. Ces capteurs 42 sont reliés au dispositif électronique de gestion, et transmettent à celui-ci des signaux fonction des champs magnétiques reçus, le dispositif de gestion traitant lesdits signaux pour en déduire la position angulaire du rotor 2. Le dispositif électronique de gestion est du type décrit dans le document FR A 2 745 444, et comprend un convertisseur transformant le courant alternatif produit par le stator 3 en courant continu, des moyens de commande recevant les informations des capteurs 42, et des moyens de régulation du courant d'excitation du rotor 2. Ces moyens de régulation sont reliés par une liaison filaire à un dispositif porte-balais, non représenté, comprenant des balais en contact avec les bagues 11 portées par l'arbre 1. Selon l'invention, la cible 41 comprend une partie magnétique annulaire 411 et des moyens de renfort 412 enveloppant la partie magnétique 411 d'un côté radialement extérieur. Comme on le voit à la figure 3, le moyeu central 413 de la cible 41 comprend une âme métallique 43 en forme de coupelle, et une partie d'entraînement 44 en matière plastique surmoulée sur l'âme métallique 43. L'âme métallique 43 présente un plateau central 431 en forme de disque s'étendant dans un plan perpendiculaire à l'axe X-X', un bord 432 dressé vers l'arrière porté par un côté radialement extérieur du plateau central 431, et un rebord 433 prolongeant le bord 432 radialement vers l'extérieur à partir d'un côté opposé au plateau 431. Le plateau 431 est percé centralement d'un orifice recevant l'arbre rotatif 1, et est percé dans une zone périphérique de plusieurs autres orifices permettant de laisser passer les conducteurs électriques reliant les éléments de connexion 123 aux bagues 11. La partie magnétique 411 est rigidement fixée sur une face radialement extérieure du bord dressé 432. La partie d'entraînement 44 est surmoulée sur l'âme métallique 43 et forme d'un côté avant du plateau 431 des reliefs coopérant avec les reliefs de l'anneau 122 pour lier en rotation le collecteur 12 et la cible annulaire 41. On notera, comme le montrent les figures 2 et 3, que la partie de fixation 44 forme un second rebord 441 parallèle au rebord 433, de même largeur radiale que celui-ci, s'étendant sensiblement dans le plan du plateau 431, et légèrement en saillie vers l'extérieur par rapport à celui-ci. La partie magnétique 411 comprend une partie radialement intérieure s'étendant entre les deux rebords 433 et 441, prolongée par une partie radialement extérieure s'étendant radialement au-delà des deux rebords 433 et 441. Cette partie magnétique 411 est de section radiale sensiblement rectangulaire, et présente une surface radialement extérieure 414 sensiblement cylindrique, coaxiale à l'arbre 1. La partie magnétique 411 est un plastoaimant, constitué de particules magnétiques dispersées dans une matrice en matière plastique. La surface radialement extérieure 414 est revêtue par les moyens de renfort 412, ceux-ci formant un cylindre enveloppant la partie magnétique annulaire 411 sur toute la circonférence de cette partie. Bien entendu les moyens de renforts peuvent être montés sur la partie magnétique de la cible de la figure 1, cette partie magnétique étant avantageusement aimantée en final . Comme on le voit sur les figures 2 à 6, les moyens de renfort 412 forment une couche mince 415 entourant de la partie magnétique 411 d'un côté radialement extérieur, cette couche étant plaquée contre la surface extérieure 414. La couche mince 415 présente une forme cylindrique correspondante à celle de la surface extérieure 414 et la recouvre en totalité. Son épaisseur radiale est faible relativement à celle de la partie magnétique annulaire en sorte que l'encombrement de la machine n'est globalement pas modifié. Dans une variante de réalisation, la couche mince 415 est pleine, comme illustré sur les figures 5 et 6. Dans une autre variante de réalisation, la couche mince 415 présente des ouvertures 416, comme le montrent les figures 2 à 4. Ces ouvertures 416 sont de petites tailles relativement à la largeur axiale de la couche mince et à son diamètre. La couche mince 415 est percée d'un grand nombre d'ouvertures 416, réparties régulièrement sur toute sa surface, axialement et circonférentiellement. A cet effet, la couche mince peut être constituée d'un réseau de croisillons définissant des ouvertures 416 carrées, comme on le voit sur la figure 4. Ces croisillons forment une maille régulière, et présentent chacun une largeur sensiblement égale à la moitié du côté d'une ouverture carrée. La largeur d'un croisillon est considérée perpendiculairement à sa direction longitudinale. Ces croisillons s'étendent en oblique par rapport au bord axial de la couche mince 415, sensiblement à 45°, et constituent deux séries. Les croisillons d'une même série sont mutuellement parallèles et sont perpendiculaires à ceux de l'autre série. Les ouvertures 416 peuvent également présenter d'autres formes, en losange, rondes, rectangulaires, elliptiques, triangulaires ou autres. Dans ce cas, comme le montre la figure 3, la partie magnétique 411 remplit les ouvertures 416 de la couche mince 415, de telle sorte qu'elle affleure d'un côté radialement extérieur de la couche mince à travers les ouvertures 416. La matière de la partie magnétique 411 qui remplit les ouvertures 416 s'inscrit donc parfaitement dans la surface cylindrique formée par le côté extérieur de la couche mince. Par ailleurs, les moyens de renfort 412 sont constitués d'un matériau amagnétique. Plus précisément, ils sont typiquement constitués d'aluminium et/ou d'acier austénitique et/ou de matière plastique et/ou d'une matière textile tissée ou intissée, par exemple de feutre. La matière plastique peut comprendre ou non des renforts, par exemple de fibres de verre. Les moyens de renfort 412 peuvent être rendus solidaires de la partie magnétique annulaire 411 de plusieurs façons différentes. Les moyens de renfort 412 peuvent être frettés autour de la partie magnétique annulaire 411, comme représenté sur les figures 5 et 6. Dans ce cas, les moyens de renfort 412 comprennent en plus de la couche mince 415 cylindrique coaxiale à l'arbre 1, une aile annulaire 417 s'étendant perpendiculairement à l'arbre 1. Cette aile 417 est solidaire d'un côté axial de la couche mince cylindrique 415 et s'étende radialement vers l'intérieur à partir de celui-ci. L'aile 417 vient se plaquer contre une face axiale de la partie magnétique 411. On notera que le diamètre intérieur de la couche mince 415 est choisi légèrement inférieur au diamètre extérieur de la partie magnétique, la différence étant choisie de façon à obtenir un bon ajustement des moyens de renfort sur la surface extérieure 414 de la partie magnétique 411. Les moyens de renfort 412 peuvent être également emmanchés à force autour de la partie magnétique annulaire 411. Les moyens de renfort 412 peuvent encore être collés autour de la partie magnétique annulaire 411, sur la face extérieure 414. Dans ce cas, les moyens de renforts peuvent être constitués d'un ruban adhésif, enduit de colle sur une grande face destinée à être apposée sur la face extérieure 414. Les moyens de renfort 412 peuvent également être magnétoformés autour de la partie magnétique annulaire 411. Ils sont dans ce cas constitués d'un matériau métallique adapté Enfin, les moyens de renfort 412 peuvent être thermoformés autour de la partie magnétique annulaire 411. Ils sont dans ce cas constitués d'une matière plastique adaptée. Dans un mode de réalisation représenté sur les figures 2 à 4, la partie magnétique annulaire 411 est surmoulée dans les moyens de renfort 412. Ceci est rendu possible du fait que cette partie magnétique 411 est un plastoaimant. Cette méthode permet d'obtenir facilement que la matière constituant la partie magnétique 411 remplisse les ouvertures 416 des moyens de renfort 412. Par ailleurs, elle est particulièrement adaptée aux moyens de renfort 412 constitués de matériaux fibreux, par exemple les textiles tissés ou intissés, car la porosité naturelle de ces matériaux facilite leur accrochage mécanique sur la matrice plastique de la partie magnétique 411 lors du surmoulage. Dans encore un autre mode de réalisation, les moyens de renfort 412 sont constitués d'une matière plastique et sont surmoulés autour de la partie magnétique annulaire 411. Ils peuvent alors couvrir seulement la surface extérieure 414 de la partie magnétique 411, ou couvrir en plus les faces axiales de ladite partie, partiellement ou en totalité. On voit sur la figure 1 que les capteurs 42 sont montés sur un support 421. Ce support 421 comprend une partie principale 422 fixée, de préférence à réglage angulaire en variante rigidement, sur le palier arrière 32, d'un côté extérieur au stator 3 c'est-à-dire au rotor 2, et trois doigts 423 s'étendant axialement vers l'avant à partir de ladite partie principale et pénétrant dans le stator par des ouvertures du palier arrière 32. Les capteurs 42 sont rigidement fixés à des extrémités libres avant des doigts 423, et sont disposés radialement à l'extérieur de la cible annulaire 41, en regard de celle- ci. Un entrefer d'épaisseur déterminé sépare les capteurs 42 du côté radialement extérieur de la couche mince 415 des moyens de renfort 412. En variante les doigts 423 sont reliés entre eux pour former un unique secteur traversant une ouverture plus large du palier arrière. Pour plus de précision on se reportera au document WO 01/69762, décrivant également des oreilles à trou de forme oblongue permettant un réglage angulaire du support 421 et un blocage de celui-ci à l'aide d'écrous de goujons ancrés dans le palier 32 On notera que l'épaisseur radiale de la couche mince 415 est faible relativement à l'entrefer. Dans ce contexte, on comprend que la variante de réalisation dans laquelle les moyens de renforts 412 sont ajourés par des ouvertures 416, ces ouvertures étant rempli par la matière de la partie magnétique 411, est particulièrement avantageuse. l'l'l'l'

Dans ce cas, en effet, écartement entre la partie magnétique 411 et les capteur 42 au niveau des ouvertures 416 correspond à l'entrefer. Quand la couche mince 415 est pleine, écartement entre la partie magnétique 411 et les capteurs 42 correspond à l'entrefer augmenté de l'épaisseur de ladite couche mince. On comprend donc bien que la machine décrite ci- dessus présente de multiples avantages. Les moyens de renfort 412 constituent une armature pour la partie magnétique annulaire 411, permettant à celle-ci de résister à la force centrifuge créée quand l'arbre 1 est entraîné à grande vitesse. Ces moyens de renfort augmentent de façon importante la résistance mécanique de la cible annulaire à la force centrifuge. Ces moyens de renfort sont minces radialement et peu encombrants. Ils n'augmentent pas de façon importante écartement entre la partie magnétique et le capteur. Dans le cas où la couche mince présente des ouvertures, cet écartement n'est pas augmenté. La qualité du signal produit par les capteurs est préservée dans tous les cas. L'assemblage des moyens de renfort sur la partie magnétique annulaire peut être effectué simplement et rapidement, en utilisant des méthodes comme emmanchement et le frettage. Par ailleurs, le mode de renforcement de la cible magnétique adopté ici permet de positionner les capteurs radialement à l'extérieur de la cible. Cette disposition est favorable car l'implantation des capteurs est relativement plus facile à l'extérieur de la cible que radialement à l'intérieur de la cible, ou axialement derrière la cible, comme on le comprend bien en considérant la figure 1. D'autres variantes de réalisation de la machine décrite ci-dessus peuvent être envisagées sans sortir du cadre de l'invention. La partie magnétique annulaire peut présenter une section radiale qui n'est par sensiblement rectangulaire. Cette section peut être carrée, ronde, elliptique ou présenter toute autre forme adaptée en fonction du capteur associé. La partie magnétique annulaire peut ne pas être un plastoaimant, mais être constitué d'un matériau dont la matrice est métallique ou minérale. Dans le cas où les moyens de renfort 412 sont ajourés, le nombre d'ouvertures ménagées dans la couche mince et la taille de ces ouvertures peut varier très largement, sous réserve que la résistance mécanique de la cible annulaire soit suffisante. Bien entendu la présente invention n'est pas limitée aux exemples de réalisation décrits. Ainsi le rotor est en variante du type à pôles saillants autour desquels sont enroulés des bobinages d'excitation. En variantes l'alternateur est à pôles saillants ,autour desquels sont enroulés des bobinages d'excitation,et à aimants permanents intégrés dans le rotor comme décrit par exemple dans le document WO 02/054566 auquel on se reportera pour plus de précisions. Le carter de l'alternateur peut comporter plus de deux parties, par exemple trois parties reliées ensembles par exemple à l'aide de vis. Ces trois parties comportent les deux paliers disposés de part et d'autre d'une partie centrale portant intérieurement l'ensemble statorique. En variante on peut inverser les structures le porte cible étant implanté entre le fond du palier avant 31 troué pour passage des doigts 423 et le flasque adjacent de la roue polaire 21. Le porte capteur est alors fixé sur la face du palier 31 tournée à l'opposé du rotor. En variante, le moyeu 413 peut être collé sur le ventilateur.