Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PORTABLE POWER TOOL COMPRISING AN EPICYCLIC REDUCTION GEAR
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2016/207516
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a portable power tool including, within a housing (2, 4): an electric motor (10) having a drive shaft (12), an epicyclic reduction gear (20) having planetary gears (25) meshing with a central gear (26) of the drive shaft (12) of the electric motor (10), the reduction gear being provided with an output shaft (32) that is rigidly connected to a ball screw (34) of a ball screw/nut mechanism (30) and is coaxial to the ball screw (34), and a support bearing (PS1) connecting the output shaft (32) to the housing (2, 4). In accordance with the invention, the tool includes at least one stabilization bearing (PS2, PS2a, PS2b, PS2c) axially offset relative to the support bearing (PS1). The stabilization bearing (PS2, PS2a, PS2b, PS2c) connects the output shaft (32) of the epicyclic reduction gear (20) to the housing (2, 4) by means of at least one intermediate part selected from: the drive shaft (12) of the electric motor (10), planet-carrier axles (24) of the epicyclic reduction gear (20), and epicyclic reduction gears (25) of the epicyclic reduction gear (20). The invention is of use in shears, in particular sheet metal shears.

Inventors:
PELLENC, Roger (110 chemin de l'Abbaye, Pertuis, Pertuis, 84120, FR)
Application Number:
FR2016/051441
Publication Date:
December 29, 2016
Filing Date:
June 15, 2016
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PELLENC (SOCIÉTÉ ANONYME) (Quartier Notre Dame, Pertuis, 84120, FR)
International Classes:
B25F5/00; A01G3/037; B23D29/00; B25B1/10
Domestic Patent References:
WO2014145980A12014-09-18
Foreign References:
CH348587A1960-08-31
FR1152353A1958-02-14
US20150020391A12015-01-22
FR2614568A11988-11-04
EP2786845A12014-10-08
Attorney, Agent or Firm:
WEBER, Etienne (Cabinet Marek, 28 rue de la Log, B.P. 13201 Marseille Cedex 02, 13201, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 ) Outil électroportatif comprenant, dans un carter (2,4) :

- un moteur électrique (10) avec un arbre d'entraînement ( 2),

- un réducteur épicycloïdal (20) à pignons satellites (25) en prise sur un pignon central (26) de l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10), le réducteur étant pourvu d'un arbre de sortie (32) rigidement solidaire d'une vis à billes (34) d'un mécanisme de vis-écrou à billes (30) et coaxial à la vis à billes (34),

- un palier de support (PS1 ) reliant l'arbre de sortie (32) au carter (2,4), caractérisé par :

au moins un palier de stabilisation (PS2, PS2a, PS2b, PS2c), axialement décalé par rapport au palier de support (PS1), le palier de stabilisation (PS2, PS2a, PS2b, PS2c) reliant l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycloïdal (20) au carter (2, 4) par au moins une pièce intermédiaire choisie parmi : l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10), des axes porte-satellites (24) du réducteur épicycloïdal (20) et des pignons satellites (25) du réducteur épicycloïdal (20) formant des galets de roulement.

2) Outil électroportatif selon la revendication 1 , dans lequel l'arbre de sortte (32) du réducteur épicycloïdal (20) comprend un alésage axial (33) et dans lequel l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10) présente une extrémité reçue dans l'alésage axial (33) de l'arbre de sortie (32) par l'intermédiaire du palier de stabilisation (PS2).

3) Outil électroportatif selon la revendication 1 , dans lequel le palier de stabilisation (PS2) est monté sur une portion de l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10), située entre le moteur électrique (10) et le pignon central (26), le palier de stabilisation (PS2) étant relié à l'arbre de sortie du réducteur par l'intermédiaire des axes porte-satellites (24). 4) Outil électro portatif selon la revendication 1 , dans lequel les axes porte-satellites (24) sont pourvus chacun respectivement d'un palier de stabilisation (PS2a, PS2b, PS2c) de l'arbre de sortie, les paliers de stabilisation étant en contact roulant avec une couronne de roulement lisse (29) du carter.

5) Outil électroportatif selon la revendication 1 , dans lequel les pignons satellites (25) formant des galets de roulement, présentent chacun un épaulement cylindrique avec un diamètre sensiblement égal au diamètre primitif du pignon, i'épaulement des pignons satellites formant une bande de roulement (25a) et étant respectivement en contact roulant avec une couronne de roulement lisse (29), solidaire du carter (2,4).

6) Outil éîectroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel l'arbre d'entraînement (12) du moteur (10) est relié au carter par au moins un palier de moteur (PM1, PM2), distinct du palier de stabilisation (PS2).

7) Outil éîectroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le réducteur épicycioïdal (20) comprend au moins trois pignons satellites (25).

8) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le palier de support (PS1 ) de l'arbre de sortie (32) du réducteur (20) comprend l'un parmi une douille à aiguilles et une douille à rouleaux.

9) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, comprenant au moins une butée à aiguilles (56, 58), coopérant avec l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycioïdal (20), pour interdire un mouvement axial de l'arbre de sortie (32). 10) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la vis à billes (34) est réalisée d'une seule pièce avec l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycloïdal. 11 ) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la vis à billes (34) présente une extrémité distale libre.

12) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le mécanisme de vis-écrou à billes comprend un écrou à billes (36) mobile en translation par rapport à un axe (3) de la vis à billes, l'écrou étant relié à un organe de coupe (42).

13) Outil électroportatif selon la revendication 12, dans lequel l'organe de coupe (42) est une lame de sécateur, l'écrou à billes étant relié à une came d'actionnement (44) de la lame de sécateur.

14) Outil électroportatif selon la revendication 12, dans lequel l'organe de coupe est une lame de cisaille à tôle, l'écrou à billes étant relié à une came d'actionnement de la lame cisaille à tôle.

15) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes dans lequel l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycloïdal (20) constitue la vis à billes.

REVENDICATIONS MODIFIÉES

reçues par le Bureau international le 06 Décembre 2016 (06-12-2016)

1 ) Outil électroportatif comprenant, dans un carter (2,4) :

5 - un moteur électrique (10) avec un arbre d'entraînement (12),

- un réducteur épicycloïdal (20) à pignons satellites (25) en prise sur un pignon central (26) de l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10), le réducteur étant pourvu d'un arbre de sortie (32) rigidement solidaire d'une vis à billes (34) d'un mécanisme de vis-écrou à billes (30) et coaxial à la vis à billes i0 (34),

- un palier de support (PS1) reliant l'arbre de sortie (32) au carter (2,4), caractérisé par :

au moins un palier de stabilisation (PS2, PS2a. PS2b, PS2c), axialement décalé par rapport au palier de support (PS1 ), le palier de stabilisation (PS2, 15 PS2a, PS2b, PS2c) reliant l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycloïdal (20) au carter (2, 4) par au moins une pièce intermédiaire choisie parmi :

- l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10),

- des axes porte-satellites (24) du réducteur épicycloïdal (20) et

- des pignons satellites (25) du réducteur épicycloïdal (20), les pignons0 satellites (25) présentant, dans ce cas, chacun un épaulement cylindrique avec

un diamètre sensiblement égal au diamètre primitif du pignon, l'épautement des pignons satellites formant une bande de roulement (25a) et étant respectivement en contact roulant avec une couronne de roulement lisse (29), solidaire du carter (2,4).

5

2) Outil électroportatif selon la revendication 1 , dans lequel l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycloïdal (20) comprend un alésage axial (33) et dans lequel l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10) présente une0 extrémité reçue dans l'alésage axial (33) de l'arbre de sortie (32) par

l'intermédiaire du palier de stabilisation (PS2).

3) Outil électroportatif selon la revendication 1 , dans lequel le palier de stabilisation (PS2) est monté sur une portion de l'arbre d'entraînement (12) du moteur électrique (10), située entre le moteur électrique (10) et le pignon central (26), le palier de stabilisation (PS2) étant relié à l'arbre de sortie du réducteur par l'intermédiaire des axes porte-satellites (24).

4) Outil électroportatif selon la revendication 1, dans lequel les axes porte-satellites (24) sont pourvus chacun respectivement d'un palier de stabilisation (PS2a. PS2b, PS2c) de l'arbre de sortie, les paliers de stabilisation étant en contact roulant avec une couronne de roulement lisse (29) du carter.

5) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel l'arbre d'entraînement (12) du moteur (10) est relié au carter par au moins un palier de moteur (PM1, PM2), distinct du palier de stabilisation (PS2).

6) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le réducteur épicycioïdal (20) comprend au moins trois pignons satellites (25).

7) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le palier de support (PS1 ) de l'arbre de sortie (32) du réducteur (20) comprend l'un parmi une douille à aiguilles et une douille à rouleaux.

8) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, comprenant au moins une butée à aiguilles (56, 58), coopérant avec l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycioïdal (20), pour interdire un mouvement axial de l'arbre de sortie (32). 9) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la vis à billes (34) est réalisée d'une seule pièce avec l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycloïdal.

10) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la vis à billes (34) présente une extrémité distale libre.

11) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le mécanisme de vis-écrou à billes comprend un écrou à billes (36) mobile en translation par rapport à un axe (3) de la vis à billes, l'écrou étant relié à un organe de coupe (42).

12) Outil électroportatif selon la revendication 11 , dans lequel l'organe de coupe (42) est une lame de sécateur, l'écrou à billes étant relié à une came d'actionnement (44) de la lame de sécateur.

13) Outil électroportatif selon la revendication 11, dans lequel l'organe de coupe est une lame de cisaille à tôle, l'écrou à billes étant relié à une came d'actionnement de la lame cisaille à tôle.

14) Outil électroportatif selon l'une quelconque des revendications précédentes dans lequel l'arbre de sortie (32) du réducteur épicycloïdal (20) constitue la vis à billes.

Description:
Outil électroportatif à réducteur épicycloïda!

Domaine technique

La présente invention concerne un outil électroportatif et, plus précisément, un tel outil utilisant une transmission pour transformer le mouvement rotatif d'un moteur électrique en un mouvement de translation longitudinal d'un organe actif, tel que, par exemple, une transmission comprenant un mécanisme du type vis-écrou à billes.

L'invention trouve des applications de manière générale dans la réalisation de mécanismes de transmission et dans la fabrication d'outils électroportatifs utilisant un mécanisme transformant le mouvement rotatif d'un moteur en un mouvement de translation longitudinal tel que, par exemple, celui fourni par un mécanisme de vis-écrou à billes. L'invention trouve notamment des applications dans la fabrication de sécateurs ou de cisailles à tôle.

Etat de la technique antérieure

Les outils électroportatifs, tels que les sécateurs et les cisailles à tôle, comportent généralement un carter formant poignée. Le carter sert de support à un organe de coupe et loge un moteur électrique destiné à actionner l'organe de coupe. Dans le cas d'un sécateur électrique, l'organe de coupe comprend typiquement une mâchoire avec une lame fixe appelée crochet, et une lame de coupe mobile autour d'un pivot de lame lui permettant de pivoter par rapport au crochet. La fermeture de la lame de coupe sur le crochet permet de sectionner une branche ou un sarment pris entre la lame et le crochet.

Une transmission mécanique est utilisée pour transmettre le mouvement du moteur à la lame de coupe. La transmission comprend usuellement un réducteur mécanique entraîné en rotation par le moteur. Il s'agit, par exemple, d'un réducteur épicycloïdal à pignons satellites.

Le réducteur entraine une vis à billes d'un mécanisme de vis-écrou à billes. Il permet d'entraîner la vis à billes avec une vitesse de rotation réduite par rapport à la vitesse de rotation du moteur électrique. Il permet également d'augmenter le couple de rotation.

Le mécanisme de vis-écrou à billes a pour fonction essentielle de convertir le mouvement de rotation du moteur et du réducteur en un mouvement de translation. L'écrou à billes et la vis à billes présentent des gorges hélicoïdales complémentaires qui se font face et qui forment un chemin de circulation de billes. La rotation de la vis à billes provoque la circulation des billes dans le chemin de billes et le déplacement de l'écrou le long de l'axe de la vis. Les efforts mécaniques du mouvement sont transmis de la vis à l'écrou par l'intermédiaire des billes. Le sens de rotation de la vis, horaire ou antihoraire, détermine le sens de déplacement axial de l'écrou. L'écrou est ainsi animé d'un mouvement de translation.

Le mouvement de translation de l'écrou à billes est ensuite transmis à une came de l'organe de coupe. Ceci a lieu par l'intermédiaire de biellettes montées sur l'écrou et reliées à la came, par exemple, par un pivot de came. La came permet en particulier de faire pivoter une lame de coupe par effet de levier entre le pivot de came et le pivot de lame. Le sens de déplacement de l'écrou à billes le long de la vis à billes détermine le sens de pivotement de la lame soit pour ouvrir l'organe de coupe, soit pour le fermer. Dans le cas d'un sécateur, l'ouverture de l'organe de coupe correspond à un pivotement de la lame mobile qui l'écarté du crochet. La fermeture de l'organe de coupe déplace la lame sur le crochet.

Un tel outil est décrit, par exemple, dans le document FR2614568.

Une des difficultés rencontrées avec des transmissions de ce type est le maintien axial et radial de la vis à billes. La vis à billes subit essentiellement des efforts axiaux correspondant aux efforts d'ouverture et surtout aux efforts de coupe lors de la fermeture de la lame. Ces efforts sont transmis par les billes entre la vis et l'écrou à billes, de la manière évoquée ci-dessus. La cinématique particulière de cette transmission empêche au cours du mouvement d'ouverture ou de fermeture de la lame de maintenir le pivot de came dans l'axe de la vis à bille et cette dernière subit ainsi des efforts radiaux, c'est-à-dire perpendiculaires à son axe. Ces efforts tendent à incliner la vis à billes par rapport à son axe. Les efforts radiaux sont dus essentiellement au fait que les biellettes qui relient l'écrou à billes à la came de l'organe de coupe ne restent pas constamment parallèles à l'axe de la vis à billes lors du mouvement de pivotement.

Plusieurs solutions sont envisagées pour le maintien de l'axe de la vis à billes.

Une solution, permettant de laisser l'extrémité de la vis à bille libre, consiste à prévoir un unique palier, et en particulier un palier à rouleaux, pour relier la vis à billes au carter de l'outil. Ce palier est monté à proximité du réducteur pour ne pas gêner le mouvement de l'écrou à billes. Cette solution requiert toutefois un surdimensionnement du palier pour contenir les contraintes radiales de la vis à billes. Elle pose également des problèmes d'encombrement, de coût et de poids pour un outil portatif. De plus, les contraintes radiales de la vis à billes ne sont pas nécessairement contenues de manière satisfaisante.

Une autre solution, permettant de mieux contenir les contraintes radiales, consiste à relier la vis à billes au carter de l'outil de coupe par l'intermédiaire de deux paliers montés respectivement aux deux extrémités de la vis à billes. Cette solution assure une bonne stabilité de la vis à bille mais peut poser des problèmes d'alignement des paliers. Elle pose également des problèmes d'encombrement et de limitation de la course de l'écrou à billes à l'extrémité de la vis à billes. Enfin, elle nécessite une conception plus complexe au niveau de la lame de coupe, et notamment de sa came, générant un poids plus élevé.

Une dernière solution, qui n'est pas exclusive de la précédente, est décrite par le document EP2786845. Elle consiste à pourvoir la vis à bille d'un palier oblique asymétrique supportant un décalage radial de l'axe de la vis à billes. Une telle solution reste sujette à des limites en termes de coût, d'encombrement et de poids. En tout état de cause, cette solution amène aussi une reprise très importante des efforts radiaux par le réducteur.

L'encombrement et le poids des différents organes sont en effet des paramètres importants dans la réalisation d'outils portatifs.

Exposé de l'invention

La présente invention a pour but de proposer un outil électroportatif ne souffrant pas des difficultés mentionnées ci-dessus.

Un but de l'invention est en particulier de réduire la taille et l'encombrement du réducteur et des paliers utilisés pour le maintien de la vis à billes dans le carter de l'outil.

Un autre but de l'invention est de proposer un montage de la vis à billes permettant de contenir suffisamment les contraintes radiales pour rendre superflu un palier à l'extrémité distale de la vis à billes, c'est-à-dire l'extrémité opposée au réducteur.

Un but de l'invention est encore de proposer un outil compact, allégé, avec un mécanisme de vis- écrou à billes permettant une course maximum de l'écrou à billes.

Enfin un but de l'invention est de proposer un outil électroportatif fonctionnant avec un bruit de transmission réduit.

Pour atteindre ces buts l'invention propose plus précisément un outil électroportatif comprenant, dans un carter :

- un moteur électrique avec un arbre d'entraînement,

- un réducteur épicycioïdal à pignons satellites, en prise sur un pignon central solidaire de l'arbre d'entraînement du moteur électnque, le réducteur étant pourvu d'un arbre de sortie rigidement solidaire d'une vis à billes d'un mécanisme de vis-écrou à billes et coaxial à la vis à billes,

- un palier de support reliant l'arbre de sortie au carter.

Conformément à l'invention, l'outil comprend au moins un palier de stabilisation, axialement décalé par rapport au palier de support. Le palier de stabilisation relie l'arbre de sortie du réducteur au carter par au moins une pièce intermédiaire choisie parmi : l'arbre d'entraînement du moteur, les axes porte- satellites du réducteur et des pignons satellites du réducteur formant des galets de roulement.

On considère que les pignons satellites forment des galets de roulement, lorsqu'outre leur fonction de transmission du mouvement, ils sont également configurés pour la transmission de contraintes radiales par un contact roulant avec une surface de roulement conjuguée.

Il convient de préciser que, lorsque les pignons satellites du réducteur ne sont pas utilisés comme pièce intermédiaire, et n'interviennent donc pas dans la transmission de contraintes radiales, les pignons satellites peuvent être des pinions ordinaires qui ne constituent pas des galets de roulement.

Le terme palier ne préjuge pas du type de palier utilisé. Le ou les paliers de support, le ou les paliers de stabilisation, ainsi que d'autres paliers, par exemple des paliers de support de l'arbre d'entraînement peuvent être choisis parmi des paliers avec ou sans roulement, des roulements à billes à aiguilles ou à rouleaux, ou des combinaisons de ces derniers selon les contraintes spécifiques de l'outil considéré.

Le réducteur, la vis à billes et l'écrou du mécanisme de vis-écrou à billes font partie d'une transmission qui transmet le mouvement du moteur à un organe actif de l'outil tel qu'un organe de coupe. Cet aspect est décrit plus en détail dans la suite de la description.

On considère que l'arbre de sortie est rigidement solidaire de la vis à billes lorsqu'il est fixé à la vis à billes de manière à interdire tout mouvement angulaire relatif entre ces parties. En particulier, on considère que l'arbre de sortie du réducteur est rigidement solidaire de la vis à billes lorsqu'il est réalisé d'une seule pièce avec la vis à bille ou lorsqu'il constitue la vis à billes. En effet, selon un mode de réalisation préféré d'un outil conforme à l'invention, l'arbre de sortie du réducteur peut constituer la vis à billes. Dans ce cas, la gorge hélicoïdale pour la circulation des billes est formée directement sur l'arbre de sortie du réducteur. On considère que le palier de support relie l'arbre de sortie du réducteur au carter lorsque qu'il assure le maintien de la position axiale de l'arbre de sortie par rapport au carter, avec une liberté de rotation de l'arbre de sortie. Ceci ne préjuge pas de l'endroit du montage du palier de support. Le palier de support peut être monté directement sur l'arbre de sortie, par exemple au voisinage immédiat du réducteur. Il peut aussi être monté sur un siège de palier prévu, non pas directement sur l'arbre de sortie, mais sur la vis à billes solidaire de l'arbre de sortie. Par ailleurs le palier de support peut être reçu directement dans le carter, ou dans une pièce intermédiaire, telle qu'un logement de palier, ou un carter intermédiaire, qui relie le palier de support au carter.

On considère que le palier de stabilisation est axialement décalé par rapport au palier de support lorsqu'il existe entre ces paliers un décalage mesuré selon l'axe commun de l'arbre de sortie du réducteur et de la vis à billes ou selon un axe parallèle à l'axe de l'arbre de sortie du réducteur. Le palier de support et le ou les paliers de stabilisation peuvent être coaxiaux ou non.

Le palier de stabilisation relie l'arbre de sortie du réducteur au carter par l'intermédiaire d'une ou de plusieurs des pièces intermédiaires mentionnées ci- dessus. Il s'agit notamment de l'arbre d'entraînement du moteur, les axes porte- satellites du réducteur et/ou les pignons satellites du réducteur. Ceci ne préjuge pas de l'existence, ou non, d'autres pièces intermédiaires supplémentaires qui contribuent au maintien de l'arbre de sortie du réducteur sur son axe.

A titre d'exemple, si le palier de stabilisation est relié au carter par l'intermédiaire de l'arbre d'entraînement du moteur électrique, on comprend que l'arbre d'entraînement du moteur électrique n'est pas en contact direct avec le carter de l'outil. En effet, l'arbre du moteur peut être reçu lui-même dans le carter par l'intermédiaire d'un ou de plusieurs paliers.

Selon une possibilité de réalisation d'un outil conforme à l'invention, l'arbre de sortie du réducteur épicycloïdal peut comporter un alésage axial tourné vers le moteur électrique. Dans ce cas, l'arbre d'entraînement du moteur électrique peut présenter une extrémité reçue dans l'alésage axial de l'arbre de sortie par l'intermédiaire du palier de stabilisation.

Le palier de stabilisation est alors logé dans l'alésage axial. Dans ce cas, l'arbre de sortie du réducteur, son alésage axial, le palier de stabilisation et l'arbre d'entraînement du moteur peuvent être coaxiaux.

Le palier de stabilisation, décalé par rapport au palier de support de l'arbre de sortie du réducteur, permet de soulager le palier de support d'une partie des contraintes radiales subies par la vis à billes, en les transmettant à l'arbre d'entraînement du moteur électrique. Ces contraintes sont ensuite transmises au carter de l'outil par l'intermédiaire d'un ou plusieurs paliers de l'arbre d'entraînement du moteur électrique, déjà évoqués.

Le palier de support de l'arbre de sortie du réducteur se situe de préférence au voisinage du réducteur de manière à ne pas encombrer l'espace dédié à la vis à billes. Ce palier, soulagé d'une partie des contraintes radiales subies par la vis à billes, peut ainsi être dimensionné de manière plus réduite, et l'extrémité de la vis à billes, opposée au réducteur, peut être dépourvue de palier.

En d'autres termes, l'extrémité de la vis à billes peut être libre, ce qui augmente la longueur de la vis à billes disponible pour la course de l'écrou à billes, tout en conservant à l'outil un caractère compact.

Le caractère concentrique du palier de stabilisation à l'intérieur de l'alésage axial de l'arbre de sortie du réducteur est également une caractéristique contribuant au caractère compact de la transmission.

Selon une autre possibilité de réalisation d'un outil conforme à l'invention, le palier de stabilisation est monté sur une portion de l'arbre d'entraînement du moteur électrique située entre le moteur électrique et le pignon central du réducteur. Dans ce cas, le palier de stabilisation peut être relié à l'arbre de sortie du réducteur par l'intermédiaire des axes porte-satellites.

En particulier les axes porte-satellites peuvent former un ancrage sur l'arbre de sortie pour une pièce de réception du palier de stabilisation. Le pafier de stabilisation transmet ainsi une partie des forces radiales subies par la vis à billes, et donc par l'arbre de sortie du réducteur, vers l'arbre du moteur. Les forces sont ensuite transmises au carter par des paliers de support de l'arbre du moteur.

Dans ce mode de réalisation, le décalage axial entre le palier de support et le palier de stabilisation peut être plus grand que dans une réalisation où le palier de stabilisation est logé dans un alésage de l'extrémité de l'arbre de sortie du réducteur. Ce décalage, s'il est obtenu au prix d'une compacité légèrement réduite de la transmission, permet d'augmenter un bras de levier entre les paliers de support et de stabilisation pour contenir, mieux encore, les forces radiales s'exerçant sur la vis à billes et l'arbre de sortie du réducteur.

Selon encore une autre possibilité de réalisation d'un outil conforme à l'invention, les axes porte-satellites peuvent être pourvus chacun, respectivement d'un palier de stabilisation de l'arbre de sortie. Dans ce cas, les paliers de stabilisation sont en contact roulant avec une couronne de roulement du carter.

Les axes porte-satellites sont rigidement solidaires de l'arbre de sortie dans la mesure où ils assurent l'entraînement de l'arbre de sortie dans le réducteur épicycloïdal. Dans ce mode de mise en œuvre, ils sont mis à profit pour transférer les contraintes radiales de la vis à billes et de l'arbre de sortie du réducteur vers le carter, par l'intermédiaire de la couronne de roulement.

La couronne de roulement peut être constituée directement par le carter ou peut être une pièce rapportée montée dans le carter et fixe par rapport au carter.

Le nombre d'axes porte satellite est généralement supérieur ou égal à trois. Il est ainsi possible d'utiliser plusieurs paliers de stabilisation et répartir ainsi la transmission des contraintes de stabilisations vers le carter. Les paliers peuvent être plus petits que dans une configuration avec un palier de stabilisation unique.

Selon encore une autre possibilité de réalisation d'un outil conforme à l'invention, voisine de la précédente, mais dans laquelle les pignons forment des galets de roulement, les pignons satellites peuvent présenter, chacun, un epau!ement cylindrique avec un diamètre sensiblement égal au diamètre primitif du pignon. L'épaulement des pignons satellites forme une bande de roulement en contact roulant avec une couronne de roulement solidaire du carter. Ainsi, les satellites, outre leur fonction de transmission du mouvement dans le réducteur épicycloïdal servent aussi de galets de roulement. Dans ce cas, chaque pignon satellite constitue, avec son axe porte-satellite, un palier de stabilisation. Ce mode de réalisation est particulièrement économique dans la mesure où les pignons satellites constituent directement les paliers avec leurs axes respectifs. Il exige toutefois un dimensionnement précis de l'épaulement des pignons. En effet si l'épaulement présentait un diamètre différent du diamètre primitif des pignons, des frottements parasites par glissement seraient occasionnés entre l'épaulement et la couronne de roulement.

L'arbre d'entraînement du moteur est relié au carter par au moins un palier dit "palier de moteur", distinct du palier de stabilisation. Lorsque l'arbre du moteur est utilisé comme pièce intermédiaire pour recevoir le palier de stabilisation et/ou pour transmettre tout ou partie des contraintes radiales de la vis à billes vers le carter, ces contraintes sont prises en compte pour dimensionner îe ou les paliers de moteur. L'arbre du moteur est de préférence supporté par deux paliers de moteur, par exemple à chaque extrémité du rotor.

Il est également possible d'envisager de ne supporter l'arbre du moteur que par un seul palier, sur son extrémité opposée au réducteur épicycloïdal. Cette option est en particulier envisageable pour le premier mode de mise en œuvre évoqué ci-dessus, dans lequel le palier de stabilisation reçoit l'arbre du moteur dans un alésage axial de l'arbre de sortie. Elle est également envisageable lorsqu'une pluralité de paliers de stabilisation viennent directement en contact roulant avec une couronne de roulement solidaire du carter.

Les différents paliers évoqués, en particulier le palier de support, le ou les paliers de stabilisation et le ou les paliers de moteur peuvent être des paliers à roulement ou non. 11 peut s'agir, en particulier, de paliers avec un roulement à billes, à aiguilles ou à rouleaux, voire une combinaison de ces derniers. Le palier de support de l'arbre de sortie du réducteur comprend de préférence une douille à aiguilles ou à rouleaux. Le fait de supporter l'arbre de sortie du réducteur avec une douille à aiguilles ou à rouleaux permet de supporter une partie des contraintes radiales subies par la vis à billes et l'arbre de sortie du réducteur. Cette construction soulage partiellement le roulement de stabilisation.

L'outil peut aussi comporter une ou plusieurs butées à aiguilles, coopérant avec l'arbre de sortie du réducteur épicycloïdal, pour interdire ou limiter un mouvement axial de l'arbre de sortie et supporter les efforts axiaux de la transmission. La butée à aiguilles peut être configurée, par exemple, pour venir en contact avec un flasque d'appui, un anneau élastique ou encore un épaulement adapté de l'arbre de sortie.

Elle sert à transmettre au carter les contraintes axiales supportées par la vis à billes et l'arbre de sortie du réducteur. Les contraintes axiales sont essentiellement dues aux contraintes d'ouverture et de fermeture de l'organe de coupe dans le cas d'un outil tel qu'un sécateur ou une cisaille.

Le mécanisme de vis-écrou à billes peut comporter un écrou à billes, mobile en translation par rapport à un axe de la vis à billes, et relié à un organe actif tel qu'un organe de coupe. Dans le cas particulier d'un sécateur ou d'une cisaille, l'écrou à billes peut être relié à une lame pivotante, et plus précisément à une came d'actionnement de la lame. La came est prévue pour transformer le mouvement de translation de l'écrou à billes en un mouvement de pivotement de la lame. L'écrou à billes peut être relié à la came par une ou plusieurs biellettes, par exemple. Le déplacement de l'écrou à bille le long de la vis à bille provoque ainsi l'ouverture ou la fermeture de l'organe de coupe.

Dans la mesure où les contraintes radiales supportées par la vis à billes sont reportées sur le palier de stabilisation de la manière décrite ci-dessus il est possible d'omettre un palier de support de la vis à billes à l'extrémité distale de celle-ci, c'est-à-dire l'extrémité opposée au réducteur et tournée vers l'organe actif. Dans ce cas, la vis à billes présente une extrémité distale libre. Cette construction libère l'espace occupé par un éventuel palier d'extrémité et autorise une course avec une plus grande amplitude en translation de l'écrou à billes sur la vis à billes. Il est ainsi possible de concevoir un outil plus compact, ou un outil dont l'organe actif, et en particulier l'organe de coupe, a une plus grande amplitude d'ouverture.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention ressortent de la description qui suit en référence aux figures des dessins. Cette description est donnée à titre purement illustratif et non limitatif.

Brève description des figures.

La figure 1 est une coupe d'un sécateur électrique conforme à l'invention. La figure 2 est une coupe d'une partie d'un moteur et d'un réducteur du sécateur de la figure 1 montrant à plus grande échelle l'agencement des paliers de support et de stabilisation.

La figure 3 est une représentation schématique d'une possibilité d'agencement des paliers de support et de stabilisation conforme à l'invention et correspondant à la figure 1.

La figure 4A est une représentation schématique d'une autre possibilité d'agencement des paliers de support et de stabilisation, conforme à l'invention.

La figure 4B est une coupe selon A-A du dispositif de fa figure 4A.

La figure 5A est une représentation schématique d'une autre possibilité d'agencement des paliers de support et de stabilisation, conforme à l'invention.

La figure 5B est une coupe selon B-B du dispositif de la figure 5A.

La figure 6 est une représentation schématique d'une autre possibilité d'agencement des paliers de support et de stabilisation conforme à l'invention. Description détaillée de modes de mise en œuvre de l'invention

Dans la description qui suit des parties identiques ou similaires des différentes figures sont repérées avec les mêmes signes de référence. Il est ainsi possible de se reporter d'une figure à l'autre. Les figures sont représentées en échelle libre.

La figure 1 représente en coupe un sécateur électrique 1. Le sécateur électrique 1 comprend un carter principal 2 logeant un moteur électrique 10, un réducteur 20, épicycloïdal, monté sur un arbre d'entraînement 12 du moteur, et un mécanisme 30 de vis écrou à billes.

L'arbre 12 du moteur électrique 10 est maintenu dans le carter par deux paliers de moteur PM1 et PM2 situés de part et d'autre du moteur 10. Les paliers P 1 , PM2 sont de préférence constitués de roulements à billes.

Dans l'exemple illustré, le moteur 10 comprend un stator 13 et un rotor

14. On peut également noter la présence d'un carter intermédiaire 4 recevant le moteur 10 et le réducteur épicycloïdal 20. Le carter intermédiaire 4 est reçu dans le carter principal 2 du sécateur électrique.

Le réducteur épicycloïdal 20, mieux visible sur la figure 2, comprend une couronne 22 de sortie rigidement solidaire d'un arbre de sortie 32. La couronne de sortie sert de support des axes 24 porte-satellites qui portent des pignons satellites 25. Il s'agit de pignons en prise sur un pignon central 26 solidaire de l'arbre d'entraînement 12 du moteur 10, et roulant dans une couronne de roulement dentée 27. Les pignons satellites 25 sont simplement désignés par "satellites" dans la suite du texte.

Le réducteur épicycloïdal a pour fonction de conférer à son arbre de sortie 32 une vitesse de rotation réduite par rapport à la vitesse de rotation de l'arbre d'entrainement 12 du moteur. La rotation à vitesse réduite s'accompagne d'une augmentation du couple de rotation. L'arbre de sortie 32 du réducteur fait également partie du mécanisme 30 de vis écrou à billes dans la mesure où une partie de cet arbre, visible à la figure 1, forme la vis à billes 34. En effet, l'extrémité libre de l'arbre de sortie est pourvue d'une gorge hélicoïdale pour la circulation de billes. La vis à billes 34 de l'arbre de sortie coopère avec un écrou 36 par l'intermédiaire de billes non représentées, qui circulent dans un chemin de billes formé par la conjonction de la gorge hélicoïdale de la vis à billes et une gorge hélicoïdale correspondante de l'écrou à billes 36. L'écrou 36 n'est pas représenté en coupe.

La rotation de l'arbre de sortie 32 provoque ainsi un déplacement de l'écrou à billes 36. L'écrou se déplace dans un sens qui le rapproche ou qui l'éloigné du moteur en fonction du sens de rotation de l'arbre de sortie.

L'écrou à billes 36 du mécanisme de vis-écrou à billes 30 est relié à un organe de coupe 40. Il s'agit, dans le cas de la figure 1 , d'une lame mobile 42 du sécateur, pivotant autour d'un pivot de lame 43. Plus précisément, l'écrou 36 est relié à une came 44 de la lame mobile par l'intermédiaire d'un pivot de came 45 et de deux bîelfettes 46 dont une seule est visible. Le déplacement de l'écrou 36 provoque ainsi le pivotement de la lame mobile 42 dans un sens qui la rapproche ou l'éloigné d'une contrelame 48 appelée "crochet". Dans l'exemple de la figure 1 la lame mobile pivote en s'éloignant du crochet lorsque l'écrou à billes 36 se déplace en direction de l'extrémité distale de la vis à billes 34. Ce mouvement correspond à l'ouverture du sécateur. A l'inverse la lame mobile 42 pivote pour se refermer sur le crochet lorsque l'écrou à billes se déplace en direction du moteur 10. Ce mouvement est un mouvement de coupe.

Les mouvements d'ouverture et de coupe de l'organe de coupe génèrent principalement sur la vis à billes 34 et sur l'arbre de sortie 32 du réducteur 30 des efforts axiaux, c'est-à-dire parallèles à l'axe de l'arbre de sortie 32. ils génèrent également des efforts radiaux, c'est-à-dire perpendiculaires à l'axe de l'arbre de sortie 32. Les efforts radiaux sont dus, par exemple, à une inclinaison transitoire des biellettes par rapport à l'axe de l'arbre de sortie 32 ou de la vis à billes 34. Ceci est le cas, notamment, lorsque les biellettes sont reliées à une came pivotante 44 par un pivot de came 45 qui ne peut être maintenu constamment dans l'axe de la vis à bille compte tenu de sa trajectoire circulaire centrée sur le pivot de lame 43.

L'arbre de sortie 32 du réducteur épicycloïdal 20 est maintenu dans le carter principal 2 par un palier de support PS1.

Le palier de support PS1 visible à plus grande échelle sur la figure 2, a pour fonction de maintenir l'arbre de sortie et de transférer vers le carter des efforts axiaux et radiaux appliqués à l'arbre de sortie 32 par le travail de l'organe de coupe. Les efforts sont transmis au carter principal 2 par l'intermédiaire d'une bague 52 du palier de support PS1.

Dans le mode de réalisation illustré les parties du moteur ou du réducteur maintenus dans le carter principal 2 du sécateur, le sont par l'intermédiaire du carter intermédiaire 4 déjà mentionné. Un maintien directement dans le carter principal est toutefois envisageable.

Le palier de support PS1 comprend une première douille à aiguilles formant un premier roulement à aiguilles 54 roulant à la surface de l'arbre de sortie 32 du réducteurs. Les aiguilles du roulement à aiguilles 54 permettent de transmettre au carter une partie des efforts radiaux subis par l'arbre de sortie 32 par l'intermédiaire de la bague 52. Le palier de support PS1 comprend une deuxième cage à aiguilles qui forme une butée à aiguilles 56. La butée à aiguilles 56 roule contre la couronne de sortie 22 du réducteur, et plus précisément contre un flasque 57 en appui sur la couronne. La butée à aiguilles 56 permet de transférer vers le carter, via la bague 52, les efforts axiaux de l'arbre de sortie 32 du roulement lors du mouvement de coupe.

Enfin, le palier de support PS1 comprend une troisième cage à aiguilles formant une autre butée à aiguilles 58 en appui contre un deuxième flasque 59 maintenu sur l'arbre de sortie 32 par un anneau élastique 60. La butée à aiguilles 58 permet notamment de transférer vers le carter des efforts axiaux subis par l'arbre de sortie 32 du réducteur lors d'un mouvement d'ouverture de l'organe de coupe.

Comme le montrent les figures 1 et 2, l'extrémité de l'arbre d'entraînement 12 du moteur tournée vers le réducteur épicycloïdal est pourvue d'un palier de stabilisation PS2. Le palier de stabilisation est monté dans un alésage axial 33 de l'arbre de sortie 32 du réducteur épicycloïdal. il s'agit, dans l'exemple illustré, d'un roulement à billes. L'arbre d'entrainement 12 du moteur, l'alésage 33, le palier de stabilisation PS2 et l'arbre de sortie 32 du réducteur épicycloïdal sont coaxiaux.

Comme le montre en particulier la figure 2, le palier de stabilisation PS2 est axialement décalé par rapport au palier de support PS1 en direction du moteur. Le décalage confère à ces deux paliers une bonne portée pour supporter les efforts et contraintes radiales que subit la vis à bille 34 et donc l'arbre de sortie 32 du réducteur épicycloïdal. L'utilisation du palier de stabilisation PS2 soulage largement le palier de support PS1 des contraintes radiales et permet par conséquent un meilleur maintien de la vis à billes et un dimensionnement plus modeste du palier de support PS1. Il permet aussi d'éviter que les efforts radiaux soient supportés directement par les satellites du réducteur, évitant une usure prématurée des dentures des différents engrenages du réducteur (satellites, couronne).

Il convient de noter à cet égard, que la vis à billes 34 est dépourvue de palier en son extrémité libre, comme le montre la figure 1. L'absence de palier à l'extrémité de la vis à billes autorise, comme mentionné précédemment un débattement plus important de la course de l'écrou à bille et une construction plus compacte de l'outil.

La figure 3 est une coupe schématique montrant l'agencement des principaux organes intervenant dans la stabilisation de l'arbre de sortie dans une construction comparable aux figures 1 et 2. On y retrouve, centrés sur un même axe 3, le moteur 10, les paliers de moteur PM1 , PM2 supportant l'arbre d'entrainement 12 du moteur, le pignon central d'entrainement 26, monté sur l'arbre d'entrainement 12 du moteur 10, le palier de stabilisation PS2 intégré dans un alésage axial 33 de l'arbre de sortie 32, la couronne 22 de support des axes porte-satellites 24, le palier de support PS1 et l'arbre de sortie 32 du réducteur épicycloïdal 30.

Sur la figure 3, ainsi que sur les figures suivantes, le carter recevant les contraintes et efforts mécaniques du moteur et du réducteur est représenté de manière symbolique. Il peut s'agir, soit du carter principal, 2 soit du carter intermédiaire 4 reçu rigidement dans le carter principal. Une double référence 2, 4 est ainsi mentionnée sur les figures.

Un satellite 25 est monté sur un axe porte-satellite 24 de la couronne 22. H est entraîné en rotation par le pignon central 26 de l'arbre d'entraînement 12 du moteur 10. Le satellite 25 est engrené sur une couronne de roulement dentée 27 périphérique, dans laquelle il peut rouler. La couronne de roulement dentée 27 est maintenue fixe par le carter principal 2 ou par le carter intermédiaire 4. Le roulement du satellite 25 dans la couronne de roulement dentée 27 entraine le satellite dans un mouvement circulaire autour de l'axe 3 de l'arbre d'entraînement. Le mouvement du satellite 25 entraine la couronne de sortie 22 qui sert de support aux axes porte-satellites, et la couronne de sortie 22 entraîne l'arbre de sortie 32 du réducteur dont elle est solidaire.

La figure 3 ne montre qu'un seul satellite 25 situé dans le plan de coupe. Deux autres satellites sont situés en dehors du plan de coupe et ne sont pas représentés.

De manière générale le réducteur 30 comprend de préférence un nombre de satellites égal ou supérieur à trois.

Dans une mise en œuvre simplifiée de l'invention, le deuxième palier de moteur PM2 peut être omis. Dans ce cas, l'arbre du moteur est supporté uniquement par le premier palier moteur PM1 , situé à l'opposé du réducteur épicycloïdal 30, et par le palier de stabilisation PS2. Le palier de stabilisation PS2 est en effet maintenu sur l'axe 3 par la couronne de sortie 22 solidaire de l'arbre de sortie 32, et par le palier de support PS1 relié au carter principal 2, ou au carter intermédiaire 4.

La figure 4A est une coupe schématique correspondant à une autre possibilité de réalisation de l'invention dans laquelle un palier de stabilisation PS2 relie l'arbre de sortie du réducteur au carter par l'intermédiaire des axes porte-satellites 24. Les axes porte-satellites sont solidaires de l'arbre de sortie 32 par l'intermédiaire de la couronne de sortie 22. Or, comme le montre la figure 4A, les axes sont également reçus dans un disque de stabilisation 70 monté sur l'arbre d'entraînement 12 du moteur 10 par l'intermédiaire du paiier de stabilisation PS2. Le disque de stabilisation 70 est rigidement solidaire des axes porte-satellites 24 et forme un logement pour le palier de stabilisation PS2.

L'arbre d'entraînement 12 du moteur est lui-même relié au carter par l'intermédiaire des paliers de moteur PM1 et PM2 déjà évoqués en référence aux figures précédentes.

La figure 4B est une vue selon un plan A-A de la figure 4A. Elle montre en coupe le disque de stabilisation 70 et les axes porte-satellites 24 de trois satellites 25 dont seuls les cercles primitifs sont indiqués en trait discontinu. Les satellites 25 présentent une répartition angulaire régulière à 120° autour de l'axe 3 de l'arbre d'entrainement 12. Le palier de stabilisation PS2 est indiqué schématiquement. Il relie l'arbre d'entrainement 12 au disque de stabilisation 70.

Les figures 5A et 5B montrent une variante de la mise en oeuvre de l'invention, dans laquelle plusieurs paliers de stabilisation sont utilisés. Les paliers de stabilisation PS2a, PS2b, PS2c sont toujours solidaires de l'arbre de sortie 32 du réducteur épicycloïdal 30 par l'intermédiaire de la couronne de sortie 22 et des axes porte-satellites 24 rigidement solidaires de la couronne de sortie 22. Les paliers de stabilisation PS2a, PS2b, PS2c sont montés sur les axes porte satellites, derrière les satellites, et roulent sur une couronne de roulement lisse 29. Le terme "lisse" ne préjuge pas de l'état de surface de la couronne de roulement dite lisse, mais la distingue simplement de la couronne de roulement dentée 27. La couronne de roulement lisse 29 est en effet dépourvue de dents et présente une bande de roulement périphérique et cylindrique pour les paliers. La couronne de roulement lisse 29 peut être formée par un épaulement de la couronne de roulement dentée 27. On rappelle que les satellites 25 sont engrenés sur la couronne de roulement dentée 27.

Les paliers PS2a, PS2b, PS2c sont, par exemple, des roulements à billes ou à aiguilles. Des paliers sans roulement sont également utilisables. La figure 5B montre les paliers PS2a, PS2b, PS2c selon la coupe B-B de la figure 5A. Les cercles primitifs des satellites 25, ainsi que du pignon centrai 26 sont représentés en trait discontinu. La figure 6 montre encore une autre possibilité de mise en œuvre dans laquelle les satellites 25 forment directement les paliers de stabilisation.

Les satellites 25, dont un seul est vu en coupe sur la figure 6, présentent une denture 25a s'étendant sur seulement une partie de leur largeur. La denture du satellite est en prise avec une partie 26a du pignon central 26 également dentée, et avec une couronne de roulement dentée 27. Ce mécanisme est similaire à celui décrit en référence aux figures précédentes. Les satellites forment en outre, sur une partie de leur largeur un galet de roulement avec un épaulement formant une bande de roulement 25b.

La bande de roulement 25b des satellites vient rouler sur une couronne de de roulement lisse 29 et sur une bande de roulement 26b correspondante du pignon central 26. La couronne de roulement lisse 29 est comparable à celle décrite en référence aux figures 5A et 5B. La couronne de roulement lisse 29, la bande de roulement 26b du pignon central 26, tout comme la bande de roulement 25b du satellite sont dépourvues de denture.

Les contraintes radiales subies par l'arbre de sortie 32 du réducteur épicycloïdal sont ainsi transmises au carter 2, 4 par l'intermédiaire de la couronne de sortie 22, des axes porte-satellites 24, des satellites 25 formant des galets de roulements, et de la couronne de roulement lisse 29. Les contraintes sont aussi transmises au carter par l'intermédiaire de la bande de roulement 26b du pignon central 26, de l'arbre d'entraînement 12, et des paliers de moteur PM1, PM2.

Dans ce mode de réalisation, les pignons satellites 25 constituent aussi des paliers de stabilisation. Il convient de préciser que le diamètre de la bande de roulement 25b des satellites et le diamètre de la bande de roulement 26b du pignon central 26 correspondent au diamètre primitif des parties 25a, 26a comportant des dentures de manière à éviter des frottements lors du roulement. Il en va de même pour la couronne de roulement lisse 29 dont le diamètre est ajusté au cercle primitif de roulement de la couronne de roulement dentée 27. Dans une version simplifiée, la bande de roulement 25b des satellites peut être conçue pour rouler seulement sur la couronne de roulement lisse 29 ou seulement sur la bande de roulement 26b du pignon central 26.