Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PROCESS FOR COATING WITH AT LEAST ONE INSULATING LAYER AT LEAST A LONGITUDINAL PORTION OF THE SURFACE OF AT LEAST ONE ELONGATE CONDUCTOR ELEMENT,AND EQUIPMENT FOR APPLYING SUCH PROCESS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1980/001734
Kind Code:
A1
Abstract:
The open metal wire (2) to be coated is driven, after preheating by means of a resistance (6), through a coating device (7), composed of two similar halves (7a and 7b) arranged on either side of the wire. Each of these halves (7a, 7b) comprises a rotary cylindrical metal drum (8a, 8b), arranged transversally to the wire so as to be substantially in contact with the latter, as well as an electrostatic powdering device (12a, 12b) arranged to the right of the portion of the drum diametrically opposed to that in contact with the wire. The insulating thermoplastic particles (14) continuously deposited on these portions of drum by the powdering devices (12a, 12b) are then carried continuously due to the rotation of the drum up the vicinity of the wire (2), where those of the particles which come into direct contact with the wire are then forced to fix onto it permanently. The wire thus coated goes then through a heating device (21), which melt these particles into a continuous coating around the wire. This coating is then hardened by means of the cooling device (22).

Inventors:
Guignard C.
Application Number:
PCT/CH1980/000015
Publication Date:
August 21, 1980
Filing Date:
February 04, 1980
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Battelle, Memorial Inst Guignard C.
International Classes:
H01B13/06; B05D7/20; B29C48/345; H01B13/00; (IPC1-7): H01B13/00; B05D7/20
Foreign References:
FR2346058A11977-10-28
US3301932A1967-01-31
FR1360679A1964-05-08
US4102300A1978-07-25
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. I. Procede pour revetir d'au moins une couche electriquement isolante au moins une portion longitudinale de la surface d'au moins un element Iongiligne electriquement conducteur, caracterϊse par le fait qu'il consiste ä : deposer sur la surface d'un support ϊntermedϊaire electriquement conducteur une couche de particules faϊtes en un materiau thermoplas¬ tique electriquement isolant, lesdϊtes particules etant chargees electro statiquement de faςon ä adherer audit support ϊntermedϊaire, amener la surface aϊnsϊ revetue dudit support ϊntermedϊaire en contact avec ladite portion longitudϊnale. ä revetir dudit element Iongiligne, de faςon ä provoquer le transfert sur cette portion longitu¬ dinale d'au moins une partϊe desdϊtes particules ainsϊ amenees en contact, chauffer ensuϊte ledit element Iongiligne aϊnsϊ recouvert par lesdϊtes particules ä une temperature süffisante pour faire fondre lesdites particules en une couche continue sur ladite portion longitu¬ dϊnale, et, enfin, refroidir ledit element Iongiligne ainsi revetu de ladite couche continue de faςon ä dαrcir cette couche continue.
2. Procede selon la revendϊcatϊon I, pour revetir en continu un element Iongiligne de' longueur indefϊnie, caracterϊse par le fait que : on fait defϊler axialement ledit element Iongiligne ä une vitesse de defϊlement predeterminee, on utilϊse comme support intermediaire au moϊns un tambour electriquement conducteur de forme cylindrique monte rotativement autour de son axe propre, ledit tambour etant agence de faςon ä etre sensiblement en contact par* sa surface cylindrique exterieure avec ladite portion longitudinale ä revetir dudit element Iongiligne en defϊlement, tout en s'etendant sensiblement transversalement ä la dϊrection de defilement de ce demier," on depose ladite couche de particules thermoplastiques electri¬ quement isolantes en une zone de la surface exterieure dudit tambour eloϊgnee de la zone de contact dudit tambour avec ledit element Iongiligne, et on entraTne iedϊt tambour en rotation dans le sens de defile¬ ment dudit element Iongiligne, selon une vitesse de rotation teile que sa vitesse peripherϊque soit sensiblement identique ä la vitesse de defϊlement dudϊt element Iongiligne, de sorte qu'on obtϊent aϊnsϊ, au für et ä mesure du defilement dudit element Iongiligne au contact dudit tambour, un transfert en continu d'au moins une partϊe desdites particules isolantes dudit tambour sur ladite portion longitudϊnale ä revetir dudit element Iongiligne de longueur indefϊnie.
3. Procede selon la revendϊcatϊon 2, pour enrober en continu un element Iongiligne en forme de fϊl, caracterϊse par le fait qu'on utilise au moins deux tambours rotatϊfs agences sensiblement transversalement de part et d'autre dudit element filiforme en defϊlement de faςon ä etre en contact par leur surface exterieure avec des portions sensiblement diametralement opposees dudϊt element filϊforme, qu'on depose ladite couche de particules thermoplastϊques isolantes sur chacun desdits tambours et qu'on entraTne en rotation dans le sens de defϊlement dudϊt element filiforme chacun desdits tambours, de faςon ä provoquer le transfert en continu desdites particules desdits tambours sur lesdites portions opposees dudϊt element filiforme, le chauffage ulterϊeur dudit element filiforme aϊnsϊ recouvert de particules entraϊnant alors la fusϊon desdites particules en une enveloppe continue autour dudϊt element filiforme.
4. Procede selon la revendϊcatϊon 3, pour former un cäbie co pre nant une pluralite d'elements filϊformes conducteurs enrobes dans une gaϊne isolante unϊque, caracterise par le fait qu'ϊl consiste ä faire defiler sϊmultanement entre lesdϊts deux tambours une pluralite d'ele¬ ments filϊformes conducteurs dϊsposes en positϊon adjacente les uns des autres en s'etendant parallelement les uns aux autres dans un meme plan.
5. Procede selon la revendϊcatϊon 2, pour revetir en continu au moϊns l'une des faces d'un element Iongiligne en forme de. ruban, caracterϊse par le fait que ledit tambour rotatϊf est agence sensiblement transversalement ä la direction de defilement dudit ruban de faςon ä etre en contact par sa surface cylindrique externe avec ladite face ä revetir dudit ruban .
6. Procede selon la revendϊcation 5, pour revetir en continu l'une et l'autre faces dudϊt ruban, caracterise par le faϊt qu'on utilise deux 16 tambours rotatifs agences sensiblement transversalement de part et d'autre dudϊt ruban de faςoπ ä etre en contact par leur surface cylin¬ drique externe avec chacune des faces dudϊt ruban.
7. Procede selon la revendϊcation 2, pour recouvrϊr ledit element Iongiligne revetu de sa couche isolante d'au moins une seconde couche isolante superposee ä cette premiere couche, caracterise par le faϊt qu'on utilise un second tambour conducteur cylindrique rotatif dϊspose en aval dudϊt premier tambour, ledit second tambour etant agence de faςon ä etre sensiblement en contact par sa surface cylindrique exte rϊeure avec ladϊte portion longitudinale dudit element Iongiligne dejä revetue de ladite premiere couche isolante.
8. Procede selon la revendϊcatϊon I, caracterϊse par le faϊt que ledit element Iongiligne est prechauffe avant d'etre mis en contact avec ledit support intermediaire revetu de ladϊte couche de particules, ä une temperature süffisante pour provoquer l'adherence ulterieure desdites particules sur ledit element Iongiligne, permettant aϊnsi d'ameliorer le transfert desdites particules . dudit support intermediaire sur ledit element Iongiligne.
9. Procede selon la reveπdicatϊon I, caracterise par le fait que ledϊt element Iongiligne est revetu d'une couche d'un materiau adhesif avant d'etre mis en contact avec ledϊt support intermedϊaire revetu de ladite couche de particules, de faςon ä provoquer l'adherence ulte¬ rieure desdites particules sur ledit element Iongiligne, permettant aϊnsi d'ameliorer le transfert desdites particules dudϊt support intermediaire sur ledϊt element Iongiligne.
10. Installation pour la mise en oeuvre du procede selon la revendicatϊon l, caracterϊse par le fait qu'elle comprend : des moyens pour deposer par voie electrostatique ladite couche de particules thermoplastiques isolantes sur la surface dudit support intermediaire, des moyens pour amener la surface aϊnsϊ revetue dudit .support intermediaire en contact avec ladϊte portion longitudinale ä revetir dudit element Iongiligne, de faςon ä provoquer le transfert sur cette portion longitudinale d'au moins une partϊe desdites particules ainsi amenees en contact, des moyens pour chauffer ledϊt element Iongiligne ainsi recouvert par lesdites particules ä une temperature süffisante pour faϊre fondre lesdites particules en une couche continue sur ladite portion longitudinale, et, des moyens pour refroϊdϊr ledit element Iongiligne aϊnsi revetu de ladϊte couche continue de faςon ä durcir cette couche continue. II . Element Iongiligne revetu par le procede selon la revendication I . OMPI.
Description:
PROCEDE POU R REVETI R D'AU MOI NS UN E COUCH E ISOLANTE

AU MOI NS UN E PORTION LONGITUDI NALE DE LA SUR FACE

D'AU MOI NS UN ELEMENT LONGI LI GN E CONDUCTEU R , AI NSI

QU'INSTALLATION POUR LA MISE EN OEUVRE D'UN TEL PROCEDE

Domaine technique

La presente ϊnvention a pour objet un procede pour revetir d'au moins une couche isolante au moins une portion longitudinale de la surface d'au moins un element Iongiligne conducteur, aϊnsϊ qu'une Installation pour la mise en oeuvre de ce procede. Technique anterieure

II existe ä l'heure actuelle un grand nombre de procedes pour revetir de matϊere isolante des elements longϊllgnes electriquement conducteurs de faibles dϊmensions laterales (tels que fϊls ou rubans metallϊques), parmi lesquels un bon nombre d'entre eux repose sur la technique de base qui consiste ä faire defϊler l'element Iongiligne ä revetir dϊrectement au travers d'une masse compacte de particules thermoplastiques fϊnement divϊsees . De tels procedes consistent essen- tϊellement ä prechauffer l'element Iongiligne prealablement ä son passage au travers de la masse cόmpacte de particules . de faςon ä provoquer l'adherence de particules- sur l'element ainsi prechauffe, et ä soumettre ulterϊeurement l'element ainsi recouvert de particules ä un chau fage süffisant pour faire fondre ces particules en ur.e enveloppe continue autour de l'element Iongiligne. Ces procedes presentent le grand avantage d'etre extrεmement simples ä mettre en oeuvre. I ls ont cependant l'inconvenient majeur de rester limϊtes ä des vϊtesses de defϊlement peu eievees, compte tenu de l'apparϊtϊon inevϊtable ä partir d'une certaine vitesse lϊmite de pheno- menes d'abrasϊon susceptϊbles d'occasionner, au für et ä esure de l'augmentation de la vitesse de defilement, une deterioration progres¬ sive de la qualϊte du revetement (deterioration progressive resultant d'un processus d'arrachement des »particules collees ä l'element, Iongiligne par les particules avoisinantes n'y adherant pas, leque! processus d'arrachement ne peut que croϊtre en intensϊte avec la vitesse de defϊlement appliquee a l'element Iongiligne) .

I I existe par aϊlleurs un certaϊn nombre d'autres procedes bϊen connus, dans lesquels sont mis ä profit des processus de nature elec-

OMPI

trostatique pour revetir des artϊcles electriquement conducteurs de matiere isolante. De tels procedes consϊstent essentϊellement ä deposer dϊrectement par voie electrostatique une couche de particules thermo¬ plastiques electriquement chargees sur la surface de l'articie ä revetir, en vue de soumettre ulterieurement l'articie ainsi recouvert de parti¬ cules ä un chauffage süffisant pour faire fondre ces particules en un revetement continu sur ledϊt article (les processus de deposition elec¬ trostatique necessϊtant notamment I'utilisatϊon d'un organe de decharge corona servant d'electrode active dispose en face de l'articie conducteur ä revetir servant d'electrode passive, en vue d'assurer la Charge electrϊque des particules isolantes destinees ä etre deposees sur l'articie a revetir). Ces procedes electrostatiques sont particulϊerement bien appropries pour effectuer le revetement en continu d'elements longϊlignes conducteurs de relativement grandes dimensions laterales, tels que des bandes ou feuilles metalliques, etant donne que le reve¬ tement peut alors dans un tel cas etre mis en oeuvre en faϊsant defϊler ces bandes metalliques au droit des organes charges d'assurer la deposition electrostatique des particules, ce defϊlement pouvant au demeurant etre opere ä des vitesses relativement eievees (les procedes electrostatiques n'ϊmplϊquant en effet dans leur principe aucune li i- tatioπ quant a la vitesse de defϊlement des articles ä revetir). La mise en oeuvre de tels procedes electrostatiques devient cependant plus problematϊque ä realiser au für et ä mesure qu'ϊl s'agit de revetir des elemeπts longϊlϊgnes de relativement plus faϊbles dimensions laterales. On sait en effet que la deposition electrostatique ne peut etre operee de maniere satϊsfaϊsante que si les dϊmen~ϊons de l'articie ä revetir servant d'electrode passive restent relativement grandes par rapport ä ceiles de l'organe corona servant d'electrode active, cette deposition electrostatique devenant par contre catastrophique lorsque au moins l'une des dimensions laterales de l'articie ä revetir devient comparable a ceiles de l'electrode corona, en raison de l'apparition de phenomenes de contre-emission de particules. Les procedes de revetement electro¬ statique susmentϊonnes presentent en outre l'inconvenient additionnel de rester pratiquement lϊmϊtes ä la deposition de monocouches, etant donne que les particules electriquement chargees constitutives de la premϊere couche ont ensuite tendance ä s'opposer au depδt de couches ulterieures (en exerςant une repulsion electrostatique sur les particules

OMr

destinees ä constituer ces couches ulterieures), de sorte que de tels procedes ne peuvent donner lϊeu qu'ä des revetements de faible epaϊsseur (fonctϊon de la granulometrie des particules deposees) . Expose de l'ϊnvention La presente inventϊon a precisement pour but de remedϊer au moins partϊellement aux ϊnconvenients susmentϊαnnes, en proposant un procede pour revetir des elements longϊlignes conducteurs, qui solt susceptϊble de permettre le revetement d'elements longϊlignes de tres faibles dimensions laterales, tout en etant egalement susceptϊble de permettre la mise en oeuvre de vitesses de defilement eievees et/ou l'obtention de revetements de relativement grande epaϊsseur.

A cet effet, la presente ϊnventϊon a pour objet un procede pour revetir d'au moins une couche electriquement isolante au moins une portion longitudϊnale de la surface d'au moins un element Iongiligne electriquement conducteur, caracterise par le fait qu'ϊl consϊste ä :

- deposer sur la surface d'un support ϊntermedϊaire electriquement conducteur une couche de particules faites en un materiau thermo- plastϊque electriquement isolant, lesdϊtes particules etant chargees electrostatϊquement de faςon ä adherer audit support intermedϊaire, - amener la surface aϊnsi revetue dudϊt support ϊntermedϊaire en contact avec ladite portion longitudϊnale ä revetir dudϊt element Iongi¬ ligne, de faςon ä provoquer le transfert sur cette portion longitudϊnale d'au moins une partie desdites particules ainsi amenees en contact,

- chauffer ensuite ledit element Iongiligne aϊnsi recouvert par lesdϊtes particules ä une temperature süffisante pour faire fondre lesdites particules en une couche continue sur ladite portion longitu- dinale,

- et, enfϊn, refroϊdϊr ledit element Iongiligne aϊnsϊ revetu de ladite couche continue de faςon ä durcir cette couche continue. La presente ϊnventϊon a egalement pour objet une installation pour la mise en oeuvre d'un tel procede.

La presente invention a enfϊn pour objet un element Iongiligne revetu selon un tel procede.

Dans la presente descrϊption, l'expressϊon "materiau thermo- plastique electriquement isolant" entend designer tous les types de materϊaux electriquement isolants se presentant normaiement sous forme

solide ä la temperature ambϊante, qui ont la propriete de se ramoliϊr sous l'action de la chaleur et de durcir en se refroϊdϊssant. Cette expression doit donc etre entendue dans un sens beaύcoup plus general que celuϊ sous lequel eile est habϊtuellement entendue dans le domaine des matieres plastϊques. Elle entend aϊnsi notamment engiober aussi bϊen des materiaux isolaπts orgaπϊques tels que la plupart des matieres dϊtes "plastiques" que des materiaux isolants ϊnorganϊques tels que les dϊfferents types de verre. L'expressϊon "particules faϊtes en un materiau thermoplastique isolant" entend quant ä eile designer des parties tres finement divisees du materiau tel que sus-defϊnϊ.

Aϊnsi, on voϊt que l'une des caracteristϊques essentielles du procede qui vient d'etre defϊni resϊde dans l'utϊlisatϊon d'un support mtermediaire electriquement conducteur, lequel support intermediaire permet de realiser le revetement desϊre par applϊcation de deux etapes successives, ä savoir tout d'abord deposition par voie electrostatique d'une couche de particules thermoplastiques isolantes sur la surface du support ϊntermedϊaire, suϊvie du transfert d'au oϊns une partie de ces particules sur la portion longitudinale desiree de l'element Iongiligne ä revetir, par mise en contact de la surface aϊnsi revetue de particules du support intermedϊaire avec ladite portion longitudϊnale desiree de l'element Iongiligne.

La deposition par voie electrostatique de la couche de particules thermoplastiques isolantes sur la surface du support intermediaire electriquement conducteur peut etre effectuee au moyen de toute methode electrostatique appropriee connue, les particules thermo¬ plastiques isolantes pouvant par aϊlleurs, selon la methode employee, etre chargees electriquement avant d'etre deposees sur le support intermediaire ou au contraire seulement apres avoir ete deposees sur ce support intermedϊaire. La Charge electrϊque de ces particules est dans tous les cas assuree, quelle que soit la methode employee, par un organe de decharge corona dϊspose a dϊstance du support intermediaire electriquement conducteur, ce support intermediaire etant normalemen1> relϊe ä la masse, cependant que I'organe corona se trouve porte ä un potentϊel eleve, qui peut etre soit positif (afϊn de charger positϊvement les particules thermoplastiques isolantes), soit preferentiellement negatif (afϊn de charger negatϊvement ces particules) . La Charge electrϊque de ces particules isolantes a notamment pour fonctϊon de

permettre qu'elles restent fϊxees au support ϊntermedϊaire electri¬ quement conducteur par adherence electrostatique, apres avoϊr ete de¬ posees sur ce dernier.

Le transfert sur la portion longitudinale desiree de l'element Iongiligne ä revetir d'au moins une partϊe des particules aϊnsi fixees electrostatiquement sur le support intermediaire peut ensuite en principe etre opere par simple mise en contact de ce support inter¬ mediaire avec ladite portion longitudinale desiree. Le support inter¬ mediaire ainsi que l'element Iongiligne conducteur ä revetir etant normalement tous deux relies ä la masse, la probabϊlϊte pour que les particules electriquement chargees puissent aller se fixer electrosta¬ tiquement sur l'element Iongiligne est en effet du meme ordre de grandeur que celle pour que ces particules restent fϊxees electro¬ statiquement au support intermediaire, de sorte qu'envϊron la oitie des particules ainsi amenees en contact se trouve transferee sur l'element Iongiligne. Un tel transfert aleatoϊre peut neanmoins etre considerablement ameliore, en prevoyant d'appliquer ä l'element Iongiligne tout pretraitement approprie capable de contraindre les particules amenees ä son contact ä s'y fixer de maniere definitive. Comme pretraitements possibles, on peut ainsi ä titre d'exemple envisager d'appliquer des pretraitements tels que prechauffage de l'element Iongiligne (de faςon ä ramoüϊr suffϊsamment les particules amenees ä son contact pour qu'elles y adherent de maniere conve- nable), ou bien encore pre-encollage de l'element Iongiligne (c'est-ä- dire depot prealable d'une couche d'adhesif destinee ä contraindre les particules amenees ulterieurement a son contact ä y adherer de maniere definitive).

Le transfert de la couche de particules thermoplastiques isolantes sur l'element Iongiligne une fois opere, on soumet alors ce dernier ä une Operation complementaϊre de chauffage, effectuee ä une tempera¬ ture süffisante pour faire fondre les particules en un revetement continu sur la portion longitudϊnale desiree de l'element Iongiligne. L'element Iongiligne est ensuϊte en principe refroϊdϊ, de faςon ä durcϊr le revetement continu ainsi obtenu . Avant d'operer un tel refroϊdϊs- sement, on peut encore neanmoins le cas echeant envisager d'appliquer ä ce revetement continu non encore durcϊ toute Operation complemen¬ taϊre appropriee connue destinee ä permettre l'obtention d'un type de revetement bien determine.

Le procede selon l'ϊnvention est partϊculierement bien approprie pour realϊser le revetement d'elements longilignes conducteurs de faϊbles dimensions laterales, tels que fils ou rubans metalliques, compte tenu de ce que la deposition par voie electrostatique est ϊci effectuee ϊndϊrectement sur le support intermediaire electriquement conducteur (lequel support ϊntermedϊaire peut conserver des dimensions relative¬ ment grandes par rapport a I'organe corona utilϊse dans cette deposition electrostatique), et non plus dϊrectement sur l'element Iongiligne a revetir comme dans l'art anterϊeur. En ce qui concerne le revetement de ces elements longilignes de faϊbles dimensions laterales, on peut par ailleurs envisager d'effectuer aussi bien le revetement d'un element Iongiligne unϊque, que le revetement simultane d'une pluralite d'elements longϊlignes adjacents s'etendant parallelement les uns aux autres dans un meme plan (en vue par exemple de realϊser une structure complexe constituee d'une pluralite de conducteurs enrobes dans une gaϊne isolante unϊque) .

Le procede selon l'ϊnvention est neanmoins egalement susceptible d'etre utilϊse pour effectuer le revetement d'elements longilignes conducteurs de plus grandes dimensions laterales, tels que des bandes ou feuϊlles metalliques.

En ce qui concerne le revetement susceptible d'etre obtenu avec le procede selon l'inventϊon, on peut envisager de realϊser aussϊ bien un revetement s'etendant sur toute la surface de l'element Iongiligne ä revetir (par exemple enrobage circonferentiel d'un fil metallϊque, ou bien revetement des deux faces d'un ruban ou d'une bände metal- lϊque), qu'un revetement ne s'etendant que sur une portion longitu¬ dϊnale de cette surface (par exemple revetement d'une seule face d'un ruban metallϊque, ou revetement partiel, selon toute confϊguration desiree, de l'une ou des deux faces d'une bände ou feuille meta.llque). En ce qui concerne la nature du revetement susceptible d'etre obtenu, on peut par ailleurs envisager de realiser aussi bien un revetement "monocouche" de faϊble epaisseur, qu'un , revetement i'mu.ii- couche" de plus grande epaisseur, chacune des couches de ce revetement "multϊcouche" pouvant en outre etre constituee par un materiau thermoplastique isolant identique, ou au contraire par une succession des materiaux thermoplastiques isolants differents (en vue de realϊser par exemple un revetement composite dans son epaisseur) .

La realisatϊon d'un tel revetement "multϊcouche" peut etre tout simple- ent obtenue par applϊcatϊon repetitϊve du procede tel que sus-defϊni, en prevoyant toutefois avantageusement dans un tel cas d'effectuer une Operation de chauffage intermediaire du fil entre deux transferts successifs de particules, de faςon ä ramollϊr suffisamment la couche de particules precedemment deposee pour que les particules ulterieurement transferees puϊssent venir y adherer de maniere convenable, en depit de la repulsion electrostatique susceptible d'etre exercee par cette couche precedemment deposee encore chargee electriquement. En ce qui concerne toujours la nature du revetement susceptible d'etre obtenu, on peut encore envisager de realϊser aussi bien un revetement constϊtue par un materiau unϊque s'etendant sur toute la longueur de l'element Iongiligne ä revetir ' , qu'un revetement constitue de materiaux dϊfferents s'etendant de faςon alternee sur la longueur de cet element Iongiligne (production a titre d'exemple de fils conducteurs pourvus d'un enrobage isolant comportant des marques de couleur dϊsposees ä intervalles regulϊers le long de ces fils, la couleur de ces marques pouvant etre dϊfferente pour chaque fϊl de faςon ä permettre leur reperage ulterϊeur) . Le revetement d'elements longilignes conducteurs par le procede selon l'ϊnventϊon peut en principe ' etre effectue aussi bien selon un processus dϊscontinu que selon un processus continu (Je revetement selon un processus discontϊnu pouvant ä titre d'exemple etre effectue en utϊlisant comme support intermediaire un support se presentant sous la forme d'une plaque) . On choϊsira cependant, de maniere tout par- ticulierement avantageuse, d'effectuer un tel revetement selon un processus continu, en faisant defϊler axialement l'element Iongiligne a revetir selon une dϊrectϊon predetermϊnee, et en prevoyant alors d'utilϊser comme support intermediaire au moins un transporteur sans fin pourvu d'une surface externe electriquement conductrice, tel que par exemple un tambour metallϊque de forme cylϊndrϊque monte rotativement autour de son axe propre, ce tambour etant alors agence ■ ■ de faςon ä etre sensiblement en contact par sa surface cylindrique exterieure avec la portion longitudinale ä revetir de l'element Iongiligne en defϊlement tout en s'etendant sensiblement transversalement ä la direction de defϊlement de ce dernier. Le revetement en continu de cette portion longitudϊnale peut alors essentϊellement etre obtenu en ef-

'

fectuant la deposition electrostatique de la couche de particules thermo¬ plastiques isolantes en une zone de la surface du tambour eloϊgnee de la zone de contact de ce dernier avec l'element Iongiligne, et en entraϊnant le tambour en rotation dans le sens de defilement de l'element Iongiligne, selon une vitesse de rotation teile que sa vitesse peripherique soit sensiblement identique a la vitesse de defilement de l'element Iongiligne de faςon ä permettre, au für et ä mesure du defilement de l'element Iongiligne, le transfert en continu d'au moins une partie des particules isolantes du tambour sur la portion loπgϊtu- dϊnale ä revetir de l'element Iongiligne. Un tel processus de revetement en continu presente l'avantage ajeur de permettre la mise en oeuvre de vitesses de defϊlement particulϊerement eievees.

Le processus de revetement en continu sus-decrϊt peut donner lieu ä l'obtention de revetements tres divers, selon le nombre aϊnsi que la disposϊtϊon des tambours rotatϊfs utilises comme Supports interme- dϊaires. On pourra aϊnsϊ a titre d'exemple envisager de realϊser des gaϊnages enrobant cϊrconferentϊellement des fϊls metalliques, en prevo¬ yant d'utiliser au moins une paire de tambours rotatϊfs agences de part et d'autre du fil (ou encore addϊtϊonellement une seconde paire dϊsposee en aval et ä 9O de la premϊere paire), ou bien des revete¬ ments recouvrant les deux faces de rubans ou bandes metalliques, en prevoyant d'utiliser au moins une paire de tambours rotatifs agences contre chacune des faces de ces rubans ou bandes, ou encore des re¬ vetements ne recouvrant que l'une des faces de ces rubans ou bandes, en prevoyant de ne disposer des tambours rotatϊfs que contre cette face a recouvrir.

On pourra en outre envisager de realϊser aussi bien des revete¬ ments "monocouche", en prevoyant de n'utϊlϊser qu'un seul ensemble de tambours rotatifs agence le long du chemin de defϊlement de l'element Iongiligne ä revetir, que des revetements "multϊcouche" , en prevoyant d'utiliser une pluralite d'ensembles de tambours rotatϊfs agences les uns ä la suite des autres le long de ce chemin de defϊlement. Breve descrϊption des dessins Le dessϊn annexe illustre, schematϊquement et ä tϊtre d'exemple, deux formes d'execution, aϊnsi que des variantes d'ϊnstallations pour la mise en oeuvre du procede selon l'ϊnventϊon .

La fϊgure I est une vue schematique generale, illustrant une premiere forme d'execution.

La figure 2 est une vue en coupe selon l'axe 11-11 de ia fϊgure I, illustrant un premϊer detail de cette fϊgure I . La fϊgure 3 est une vue d'un second detail, aggrandϊ, de la fϊgure I .

La fϊgure 4 est une vue en coupe, partielle, analogue ä celle de la f ' rgure 2, illustrant une premiere Variante.

La figure 5 est une vue en coupe analogue ä celle de la figure 4, illustrant une deuxieme Variante.

La fϊgure 6 est une vue en coupe d'un element revetu selon cette deuxϊeme Variante.

La fϊgure 7 est une vue en coupe analogue ä celle de la figure 4, illustrant -une troisϊeme Variante. La figure 8 est une vue schematique generale analogue ä celle de la figure I, illustrant une seconde forme d'execution . Meilleures manieres de realiser l'ϊnvention

Les figures 1 ä 3 illustrent une premiere forme d'execution d'une installatϊon pour la mise en oeuvre du procede selon l'invention, destinee ä permettre un enrobage isolant "monocouche" d'un fil metal¬ lϊque unϊque. Cette installation comprend une bobine d'alϊmentation I en fil metallϊque nu 2. Ce fil metallϊque 2 qui se deroule depuis la bobine I parcourt, a travers toute une serie de dispositifs qui vont etre decrits ci-apres, un chemin qui le conduϊt jusqu'ä une bobine de stockage 3, sur laquelle il est reenroule. Le fϊl metallϊque 2, qui se trouve relie ä la masse par l'ϊntermedϊaire d'un contact glϊssant 5, est extraϊt de la bobine I par une poulϊe d'alϊmentation 4, chargee de communϊquer au fil 2 une vitesse de defϊlement bien determϊnee.

Le fil 2 aϊnsϊ extraϊt de la bobine 1 passe tout d'abord au droit d'un dispositif de prechauffage 6, qui se trouve dans cet exemple constϊtue par une resϊstance electrϊque.

Le fϊl 2 ainsi prechauffe passe ensuϊte au travers d'un dispositif • de revetement 7, qui se compose de deux moϊtϊes ϊdentiques 7a et 7b agencees respectivement au droit de deux portions opposees du fil 2, par exemple respectivement au droϊt des portions superieure et inferϊeure de ce fϊl 2. Ces deux moitϊes 7a et 7b etant ϊdentϊques, on se contentera de decrire en detail seulement l'une d'entre elles, en

l'occurrence la moitie 7a agencee au droϊt de la portion superϊeure du fil.

Le dispositif de revetement superϊeur 7a comprend un tambour metallique cylindrique 8a monte rotatϊvement autour de son axe propre. Ce tambour 8a se trouve dispose transversalement au fϊl 2, tout en etant agence de faςon ä etre sensiblement en contact par sa surface cylindrique externe avec la portion superϊeure du fil 2. Le tambour 8a, qui se trouve relϊe ä la masse par l'intermedϊaϊre d'un contact glissant 9a, est destiπe ä etre entraϊne en .rotation dans le sens de defilement du fϊl par un moteur electrϊque lOa (sens de rotation ϊndϊque par une fleche au dessin), avec une vitesse de rotation teile que sa vitesse peripherique soit sensiblement identique ä la vitesse de defilement du fil. Contre la surface cylindrique externe du tambour -8a, et en aval de la zone de contact de ce tambour avec le fil , se trouve par ailleurs dϊspose un räcleur metallique Ha, egalement reue ä la masse.

A l'aplomb de la partϊe superϊeure du tambour 8a (c'est-ä-dϊre ä l'aplomb de la partϊe de ce tambour sensiblement diametralement opposee ä celle en contact avec le fil) se trouve par ailleurs dϊspose un organe de poudrage electrostatique 12a, comprenant une chambre isolante 13a destinee ä contenϊr une poudre thermoplastique isolante 14. Cette chambre isolante 13a, qui est munie d'un orϊfϊce d'admϊssϊon de poudre 15a ainsi que d'une buse d'ejection de poudre 16a poϊntant en dϊrection de la partϊe superϊeure du tambour 8a, est en outre traversee par une electrode corona 17a dont l'extremite en forme de poϊnte vϊent deboucher dans la buse d'ejection 16a. Cette electrode corona 17a est reliee par son autre extremite au pole negatϊf d'une source haute tension continue I8a, dont l'autre pole positif se trouve reliee ä la masse.

Le dispositif de revetement superieur 7a comprend eπfϊn un ecran isolant 19a, agence sensiblement ä mi-hauteur du tambour 8a de faςon ä venir s'interposer entre l'organe de poudrage 12a et le fϊl metallique 2.

Le dispositif de revetement inferieur Tb se compose ~«ssentielle- ment, de maniere analogue, d'un tambour cylindrique metallique 8b egalement relie ä la masse, agence de faςon ä etre sensiblement en contact par sa surface cylindrique externe avec la portion inferieure du fϊl 2; aϊnsϊ que d'un organe de poudrage electrostatique I2b pourvu d'une electrode corona 17b, dϊspose sensiblement ä l'aplomb de la partie

O PI

inferieure du tambour 8b.

Les organes de poudrage electrostatique 12a et I2b des dispositifs de revetement respectifs 7a et 7b ont pour fonction d'assurer, de maniere bien connue, la deposition en continu d'une couche de parti- cules thermoplastiques isolantes 14 sur la partie situee en vis-ä-vϊs des tambours respectifs 8a et 8b, les electrodes corona 17a et 17b de ces organes 12a et 12b ayant plus specϊalement pour fonction d'assurer la Charge electrique des particules 14 emergeant des buses d'ejection 16a et 16b, et ces particules aϊnsϊ chargees 14 etant ensuϊte vehiculees le long des lignes de champ jusqu'ä la partie situee en vϊs-ä-vϊs de la surface cylindrique externe des tambours respectifs 8a et 8b (partie sur laquelle elles restent ensuϊte fixees par adherence electrostatique) . Une teile deposition electrostatique est ä meme de se derouler dans des condϊtϊons partϊculierement satisfaϊsantes et regulϊeres, grace notamment au faϊt que les dimensions des tambours respectifs 8a et 8b (et notam¬ ment leur longueur axiale) peuvent etre choϊsϊes suffϊsamment grandes par rapport ä ceiles des electrodes corona 17a et 17b (fϊg. 2), de faςon ä evϊter tout rϊsque d'apparition d'un effet corona inverse.

Les couches de particules 14 ainsi deposees sur les tambours respectifs 8a et 8b se trouvent alors vehiculees en continu, du faϊt de la rotation de ces tambours, jusqü'au voisϊnage du fϊl prechauffe 2. Ceiles de ces particules qui arrivent en contact direct (fϊg . 3) avec les portions respectives superieure et inferieure du fil prechauffe 2, sont alors contraintes de se fixer sur ces portions de fϊl, du fait du pre- chauffage de ce dernier (prechauffage causaπt un certaϊn ramollis- sement des particules amenees en contact avec le fil, les contraϊgnant aϊnsi ä adherer de maniere definitive au fϊl) . Les autres particules qui n'ont pas contacte dϊrectemeπt le fϊl 2 restent quant ä elles fϊxees sur les tambours respectifs 8a et 8b, desquels elles sont ensuite elϊmϊnees par les räcleurs Ha et llb, de sorte que le processus de deposition- transfert sus-decrϊt peut se poursuivre de maniere continue.

Le fil 2 dont les portions superϊeure a≥t» inferieure sont aϊnsi recouvertes de particules 14 passe ensuϊte au travers d'un dispositif de chauffage 21 , constitue dans cet exemple par un Corps de chauffe electrique. Ce dispositif de chauffage 21 est destine ä porter le fϊl 2 ä une temperature süffisante pour faire fondre les particules 14 en une gaϊne continue autour du fil 2 (gaine continue entourant tout le pourtour du fϊl) .

Le fil 2 aϊnsϊ recouvert de sa gaine continue passe enfin au travers d'un dispositif de refroϊdϊssement 22 destine ä durcir la gaine continue ainsi obtenue. Le dispositif de refroϊdϊssement 22 peut ä titre d'exemple etre constitue par un canal alϊmente en air de refroϊdissement Le fϊl 2 muni de, sa gaine isolante durcϊe est enfϊn reenroule sur la bobine de stockage 3.

L'epaϊsseur de la gaine isolante ainsi obtenue est essentϊellement fonction de la granulometrie de la poudre 14 utilisee. L'epaϊsseur de cette gaϊne peut cependant etre plus ou moins modulee ä volonte, pour une granulometrie predeterminee, en choisissant d'entraϊner les tambour respectifs 8a et 8b ä une vitesse legerement superϊeure, ou au contrair legerement inferieure, ä la vitesse de defilement du fϊl 2 (permettant aϊnsϊ d'obtenϊr un certain effet de contractϊon, ou au contraire d'etalement, des particules le long du fil, et donc une certaine modifi- catϊon de l'epaϊsseur de la gaϊne finale).

Dans l'ϊnstallation sus-decrite, ϊl est en outre possϊble d'envϊ- sager, en Variante, l'adjonction d'un second dispositif de revetement dispose ϊmmedϊatement en aval et ä 9O du premier dispositif de revetement, en vue d'amelϊorer la qualite de l'enrobage obtenu (de faςon ä pouvoir deposer des particules en quatre endroits dϊstϊncts du pourtour du fϊl ecartes de 9O les " uns des autres, au lieu d'effectuer ce depot en seulement deux endroits diametralement opposes comme precedemment). C'est cette Variante qui se trouve representee en poϊntilles sur la fϊgure 2, sur laquelle on peut reconnaTtre un second dispositif de revetement (se composant de deux moities identiques 7c et 7d) dϊspose en aval et ä 9O du premier dispositif.

La fϊgure 4 illustre une Variante possible d'un detail de l'ϊnstal¬ lation precedemment decrite, selon laquelle on utϊlϊse des tambours 8a et 8b munis sur leur surface cylindrique externe de raϊnures cϊrcu- laϊres 23 (au lieu d'utiliser des tambours lϊsses comme precedemment) .

Les figures 5 et 6 illustrent une autre Variante de l'installation precedemment decrite, destinee ä permettre la formatioft <fϊg. 6) d'un cäble 31 se composant d'une pluralite de fϊls conducteurs 32 enrobes dans une gaϊne isolante unique 33. L'ϊnstallatϊon permettant d'obtenϊr un tel cäble 31 est en tous points identique ä celle decrite aux figures I ä 3, mis ä part le faϊt que le fϊl unique 2 tire de la bobine d'alϊmen- tation I est ϊci remplace (fϊg . 5) par une pluralite de fils adjacents 32

/ ^ ~~~~

disposes de faςon ä s'etendre parallelement les uns aux autres dans un meme plan .

La fϊgure 7 illustre encore une autre Variante de l'ϊnstallation precedemment decrite aux figures I ä 3, destinee ä permettre la reali- sation d'un revetement recouvrant une seule face d'un ruban metallϊque. L'ϊnstallation permettant d'obtenir un tel revetement reste en tous points identique ä celle decrite aux figures I ä 3, mis ä part le fait que le fil 2 tϊre de la bobine d'alimentation 1 est ici remplace par un ruban metallϊque 35, cependan-t que le dispositif de revetement inferieur 7b est ici supprime et remplace de maniere avantageuse par un simple rouleau de guidage 36.

La figure 8 illustre une seconde forme d'execution d'une Instal¬ lation pour la mise en oeuvre du procede selon l'ϊnventϊon, destinee ä permettre la realϊsatϊon d'un revetement "bϊcouche" sur les deux faces d'un ruban metallique. Cette installatϊon est en tous poϊnts identique ä celle representee aux figures I ä 3, mis ä part le faϊt que le fil 2 tire de la bobine d'alϊmentatϊon I est ici remplace par un ruban metallϊque

42, et qu'en aval du premier dispositif de revetement 7 se trouve ici dϊspose un second dispositif de revetement 7' (se composant de deux moities identiques 7'a et 7'b) en tous poϊnts analogue au premier dispo¬ sitif de revetement 7, cependant q ' u'entre les deux dispositifs 7 et 7' se trouve en outre interpose un dispositif de chauffage intermediaire

43, destine ä chauffer le ruban 42 recouvert de la premiere couche de particules ä une temperature süffisante pour permettre une adherence ulterieure de la seconde couche de particules (en depit de la repulsion electrostatique susceptible d'etre exercee par la premiere couche encore chargee electriquement) .