Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
REFILL FOR LIQUID MAKEUP CASE AND ASSEMBLY COMPRISING A CASE AND SUCH A REFILL
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/106275
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a refill (2) intended to be inserted into a makeup case (1). The refill (2) comprises a vessel containing a liquid makeup, the vessel comprising a tank (6) comprising an open top face forming an opening for dispensing the makeup. The tank (6) is delimited by a side wall (18) in line with the opening and a bottom (22) of the tank. The refill (2) comprises an absorbent complex (7) in the tank (6). The vessel further comprises at least one additional volume (13) outside the tank (6), in fluid communication with the inside of said tank (6). This helps optimise the volume available for containing a liquid make-up, while allowing the latter to be effectively retained in the refill. The invention also concerns an assembly comprising a case (1) and such a refill (2).

Inventors:
MILESI, Frédéric (33 Boulevard de Reuilly, Paris, 75012, FR)
Application Number:
FR2018/052989
Publication Date:
June 06, 2019
Filing Date:
November 27, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
CHANEL PARFUMS BEAUTE (135 avenue Charles de Gaulle, Neuilly-Sur-Seine, 92200, FR)
International Classes:
A45D34/00; A45D40/00
Foreign References:
KR101379692B12014-04-02
GB2453330A2009-04-08
JP2008178463A2008-08-07
KR20120045146A2012-05-09
FR2744602A11997-08-14
Attorney, Agent or Firm:
SANTARELLI (49 avenue des Champs-Elysées, Paris, 75008, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Recharge (2) destinée à être insérée dans un boîtier (1 ) de maquillage, ladite recharge (2) comportant un réservoir contenant un maquillage liquide, le réservoir comportant une cuve (6) comportant une face supérieure ouverte formant une ouverture pour la délivrance du maquillage, ladite cuve (6) étant délimitée par une paroi latérale (18) au droit de l’ouverture et un fond de la cuve (22,22’),

la recharge (2) comportant dans la cuve (6) un complexe absorbant (7),

ladite recharge (2) étant caractérisée en ce que le réservoir comporte en outre au moins un volume additionnel (13) extérieur à la cuve (6), en communication fluidique avec l’intérieur de ladite cuve (6). 2. Recharge (2) selon la revendication 1 , caractérisée en ce qu’elle présente une forme sensiblement parallélépipédique de base sensiblement carrée et de hauteur inférieure à la moitié d’un côté de sa base.

3. Recharge (2) selon la revendication 1 ou la revendication 2, caractérisée en ce que la cuve (6) présente une forme sensiblement cylindrique.

4. Recharge (2) selon l’une des revendications précédentes, comportant une première pièce (14) creuse formant des parois externes (15) du réservoir et de la recharge (2), et un fond dudit réservoir et de la recharge

(2),

et une deuxième pièce (17) formant la paroi latérale (18) de la cuve (6) et une paroi supérieure (19) du réservoir comportant l’ouverture de délivrance du maquillage.

5. Recharge (2) selon la revendication 4, dans laquelle la deuxième pièce (17) forme en outre le fond de la cuve (22).

6. Recharge (2) selon la revendication 4, dans laquelle la première pièce forme le fond de la cuve (22’).

7. Recharge (2) selon l’une des revendications 4 à 6, dans laquelle la deuxième pièce (17) forme une charnière (9), la recharge (2) comportant en outre un clapet lié à ladite charnière (9), le clapet (8) pouvant basculer entre une position fermée dans laquelle il obture l’ouverture de délivrance du maquillage et une position ouverte libérant ladite ouverture de délivrance du maquillage.

8. Recharge (2) selon l’une des revendications précédentes comportant des passages (23) ménagés dans la paroi latérale (18) de la cuve (6) qui assurent ladite connexion fluidique. 9. Recharge (2) selon la revendication 6 ou selon la revendication 6 et la revendication 7, comportant un espace (24) entre la paroi latérale (18) de la cuve (6) et le fond de cuve (22’) qui assure ladite communication fluidique. 10. Recharge (2) selon l’une des revendications précédentes, comportant un film (21 ) obturant hermétiquement, avant la première utilisation de ladite recharge (2), l’ouverture de délivrance formée par la face ouverte de la cuve.

1 1 . Recharge (2) selon la revendication 10, dans laquelle le film est fixé à un anneau (20) rigide lié à un bord supérieur de la paroi latérale (18) de la cuve (6).

12. Recharge (2) selon la revendication 10, dans laquelle le film (21 ) est fixé à un retour (25) formé sur un bord supérieur de la paroi latérale

(18) de la cuve (6).

13. Ensemble comportant un boîtier (1 ) de maquillage présentant un corps principal (4) formant un volume intérieur de réception d’une recharge (2) et une recharge (2) selon l’une des revendications précédentes de forme correspondante, insérée et fixée dans ledit volume de réception du boîtier 14. Ensemble selon la revendication 13, comportant en outre une houppette (1 1 ) permettant la récupération de maquillage liquide par pression sur le complexe absorbant (7) de la recharge (2), et dans lequel le boîtier comporte en outre un couvercle (3) formant un espace d’accueil pour ladite houppette (1 1 ) lorsque le boîtier (1 ) est fermé par ledit couvercle (3).

Description:
Recharge pour boîtier de maquillage liquide et ensemble

comportant un boîtier et une telle recharge

La présente invention concerne le domaine des contenants pour maquillage liquide. Elle porte en particulier sur le domaine des recharges de maquillage liquide pour boîtiers pour maquillage et des boîtiers pour maquillage liquide.

Elle concerne par exemple les boîtiers destinés à contenir et délivrer un maquillage sous forme liquide permettant à l’utilisatrice ou l’utilisateur de transporter son maquillage dans un sac à main ou une poche afin de se maquiller tout au long de la journée. On désignera dans la suite du présent document l’utilisateur ou l’utilisatrice par le terme « utilisatrice ».

De même, le terme maquillage liquide doit être compris dans un sens large, et peut désigner par exemple un fond de teint fluide, un maquillage pour le contour des yeux désigné communément par le terme anglophone « eye-liner », une ombre à paupières, ou un rouge à lèvres fluide. Le terme maquillage peut également désigner une formule de soin liquide, une crème liquide pour le visage ou les yeux, une lotion.

Ces boîtiers sont de petite taille afin d’être facilement transportables. Ils doivent être parfaitement étanches au produit qu’ils contiennent lorsqu’ils sont fermés, et doivent être simples d’utilisation, notamment en permettant la délivrance et l’application aisée de maquillage liquide.

Les boîtiers ont également une fonction esthétique importante. Ils peuvent avoir vocation à être réutilisés lorsqu’ils sont vides.

A cette fin, les boîtiers connus dans l’état de la technique contiennent une recharge. Cette recharge est clipsée dans le fond du boîtier et permet d'assurer la protection, l'étanchéité, et la distribution du produit pour l'utilisatrice.

Une telle recharge est réalisée avec des matériaux compatibles des produits qu’elle contient. Elle comporte une cuve qui contient le maquillage liquide et un couvercle permettant l’obturation étanche de la cuve. Un dispositif permet la distribution ou délivrance de maquillage.

Divers types de dispositifs permettant la délivrance du maquillage qui est sous forme liquide ont été envisagés dans l’état de la technique.

Certaines recharges comportent un complexe absorbant, à savoir une éponge. Dans ces recharges, le produit, c’est-à-dire le maquillage liquide, est imbibé dans une éponge qui est maintenue dans le fond de la recharge à l'aide d'un anneau de maintien.

Cet anneau supporte une étiquette de protection qui est ôtée par l’utilisatrice à la première utilisation. L'étanchéité est ensuite assurée par le couvercle de la recharge. La distribution du produit se fait en imbibant un applicateur telle qu’une houppette ou un doigt de l’utilisatrice par pression sur l'éponge, afin qu’elle restitue le produit qu’elle contient dans ses alvéoles.

Cette première solution permet de contenir et délivrer des produits très fluides.

Néanmoins l'éponge occupe un certain volume à l'intérieur de la recharge, au détriment de la capacité de stockage du produit contenu. Pour un volume de produit restituable donné, la recharge et le boîtier doivent être plus grands qu’en l’absence d’éponge. Ceci va à l'encontre de la transportabilité du produit.

Une recharge pour maquillage liquide comportant une éponge est notamment divulguée dans le document JP2008178463.

Selon ce même principe, le boîtier pour maquillage peut comporter, outre la cuve de la recharge, des récipients ou recharges secondaires pour contenir d’autres compositions cosmétiques. Cela est décrit dans le document KR20120045146. Cela ne résout pas, ou de manière imparfaite, la problématique de la contenance de la recharge en maquillage liquide restituable.

Selon une seconde solution, les recharges peuvent présenter un tamis tendu au-dessus de la cuve contenant le maquillage. Le tamis est constitué d'une maille extensible ou d'une membrane en silicone perforé. Cette solution permet de laisser passer le produit à travers les mailles du tissu formant le tamis ou à travers les perforations du silicone quand on l'étire en appuyant dessus. De manière alternative, la délivrance du produit peut être réalisée grâce à une mise en pression du volume intérieur de la recharge, en appuyant sur un fond déformable qu’elle comporte. Cela est décrit dans le document FR2744602. Selon cette deuxième solution, comme il n’y a pas d’éponge ou d’autre élément dans la cuve, tout son volume est disponible pour contenir du produit. Néanmoins, le produit ne peut pas être très fluide car le tamis offre un maintien imparfait d’un produit très fluide dans la cuve, et le produit ne doit pas traverser le tamis en l’absence de pression sur ce dernier.

Selon une troisième solution, le produit est distribué par une pompe dite « airless » (pouvant se traduire par « sans air », c’est-à-dire n’employant aucun gaz propulseur) à travers un plateau, soit par un trou central, soit par une multitude d’orifices disposés sur la surface supérieure du plateau. Selon cette solution, le fond de la recharge est constitué d'un piston qui vient repousser le produit sous l'action de la pompe, ou bien d'une poche souple qui s'écrase sous l'action de la pompe. Cette solution est adaptée au stockage et à la restitution de produits liquides, même les plus fluides, mais a un coût élevé et présente un encombrement important du fait du système comportant un piston et une pompe.

Néanmoins, il n’existe pas dans l’état de la technique de recharge pour boîtier de maquillage liquide, ni de boîtier correspondant, maximisant le volume de stockage de maquillage liquide, potentiellement très fluide, tout en permettant une délivrance aisée et étant peu cher à fabriquer et peu encombrant afin de permettre un transport facile par l’utilisatrice.

L’invention vise ainsi à proposer une recharge résolvant tout ou partie des problématiques précitées, ainsi qu’un ensemble comportant un boîtier adapté et une telle recharge.

Ainsi, l’invention porte sur une recharge destinée à être insérée dans un boîtier de maquillage. La recharge comporte un réservoir contenant un maquillage liquide. Le réservoir comporte une cuve comportant une face supérieure ouverte formant une ouverture pour la délivrance du maquillage, ladite cuve étant délimitée par une paroi latérale au droit de l’ouverture et un fond de cuve. La recharge comporte dans la cuve un complexe absorbant. Le réservoir comporte en outre au moins un volume additionnel extérieur à la cuve, en communication fluidique avec l’intérieur de ladite cuve. La présence d’un complexe absorbant tel qu’une éponge dans la cuve et donc au niveau de l’ouverture de délivrance du produit permet, tout comme dans l’art antérieur une bonne rétention d’un produit même très fluide, et une délivrance aisée du produit par pression sur le complexe absorbant.

Par ailleurs, la présence de volumes du réservoir additionnels à la cuve offre une capacité supplémentaire pour contenir du maquillage liquide, d’autant plus importante que les volumes additionnels ne contiennent pas de complexe absorbant qui en limiteraient la capacité de stockage.

La capacité de rétention du produit par la recharge n’est pas compromise, car le complexe absorbant permet cette rétention au niveau de l’ouverture de délivrance du maquillage liquide. Lorsque du maquillage est prélevé dans la recharge par pression sur le complexe absorbant, ce dernier est rechargé en maquillage liquide provenant des volumes additionnels, par gravité et/ou capillarité.

La recharge peut présenter une forme sensiblement parallélépipédique de base sensiblement carrée et de hauteur inférieure à la moitié d’un côté de sa base.

La cuve peut présenter une forme sensiblement cylindrique.

La recharge peut comporter une première pièce creuse formant les parois externes du réservoir et de la recharge, et le fond dudit réservoir et de la recharge, et une deuxième pièce formant la paroi latérale de la cuve et une paroi supérieure du réservoir comportant l’ouverture de délivrance du maquillage.

Selon un premier mode de réalisation, la deuxième pièce forme en outre un fond de la cuve.

Selon un deuxième mode de réalisation, la première pièce forme un fond de la cuve.

La deuxième pièce peut former une charnière, la recharge comportant en outre un clapet lié à ladite charnière, le clapet pouvant basculer entre une position fermée dans laquelle il obture l’ouverture de délivrance du maquillage et une position ouverte libérant ladite ouverture de délivrance du maquillage. La recharge peut comporter des passages ménagés dans la paroi latérale de la cuve qui assurent ladite connexion fluidique du ou des volumes additionnels avec l’intérieur de ladite cuve.

La recharge peut comporter un espace entre la paroi latérale de la cuve et le fond de cuve qui assure ladite communication fluidique du ou des volumes additionnels avec l’intérieur de ladite cuve.

La recharge peut comporter un film obturant hermétiquement, avant la première utilisation de ladite recharge, l’ouverture de délivrance formée par la face ouverte de la cuve. Dans ce cas, le film peut être fixé à un anneau rigide lié à un bord supérieur de la paroi latérale de la cuve. Alternativement, le film peut être fixé à un retour formé sur un bord supérieur de la paroi latérale de la cuve.

L’invention porte également sur un ensemble comportant un boîtier de maquillage présentant un corps principal formant un volume intérieur de réception d’une recharge et une recharge selon l’une des revendications précédentes de forme correspondante et insérée et fixée dans ledit volume de réception du boîtier. Un tel ensemble peut comporter en outre une houppette permettant la récupération de maquillage liquide par pression sur le complexe absorbant de la recharge, et dans lequel le boîtier comporte en outre un couvercle formant un espace d’accueil pour ladite houppette lorsque le boîtier est fermé par ledit couvercle.

D'autres particularités et avantages de l'invention apparaîtront encore dans la description ci-après.

Aux dessins annexés, donnés à titre d'exemples non limitatifs :

- la figure 1 représente selon une vue tridimensionnelle un ensemble comportant un boîtier et une recharge de maquillage liquide selon un mode de réalisation de l’invention ;

- la figure 2 représente, selon une vue tridimensionnelle, l’ensemble de la figure 1 dans lequel la recharge est désolidarisée du boîtier ;

- la figure 3 présente selon une première vue en coupe un ensemble comportant un boîtier et une recharge de maquillage liquide selon un premier mode de réalisation de l’invention ; - la figure 4 représente selon une deuxième vue en coupe l’ensemble de la figure 3 ;

- la figure 5 représente selon une première vue en coupe un ensemble comportant un boîtier et une recharge de maquillage liquide selon un deuxième mode de réalisation de l’invention ;

- la figure 6 représente selon une deuxième vue en coupe l’ensemble de la figure 5.

La figure 1 représente un ensemble de maquillage transportable ou « nomade ». L’ensemble comporte un boîtier 1 qui contient une recharge 2, qui contient du maquillage liquide. Dans l’exemple ici représenté, le boîtier présente une forme dite sensiblement carrée, c’est-à-dire une forme sensiblement parallélépipédique à base carrée, « aplatie » c’est-à-dire de faible hauteur comparativement à ses côtés, par exemple de hauteur inférieure à la moitié d’un côté de la base. Dans l’exemple représenté à la figure 1 , la base n’est pas strictement carrée en ce qu’elle présente des cotés légèrement arrondis vers l’extérieur, offrant un aspect valorisant au boîtier.

Le boîtier peut être fermé à l’aide d’un couvercle 3. Le couvercle 3 peut être basculant par rapport à un corps principal 4 du boîtier 1 . Le couvercle 3 sert en premier lieu à la fermeture et l’ouverture du boîtier en vue de la délivrance de maquillage, mais peut avoir d’autres fonctions. Il peut former un volume intérieur, au-dessus de la recharge 2, pouvant servir d’espace d’accueil afin d’y loger un accessoire d’application de maquillage, par exemple une houppette. Le couvercle 3 peut également, en son fond, être équipé d’un miroir 5 permettant à l’utilisatrice de se maquiller aisément. La recharge est dotée d’une cuve 6 présentant une face supérieure ouverte pour la délivrance du maquillage. La cuve est centrale vis-à-vis du boîtier 1 et de la recharge 2. Dans l’exemple représenté, la cuve 6 est cylindrique de révolution et l’ouverture qu’elle forme est ainsi ronde. La cuve est définie dans la recharge par une paroi latérale, qui est ici une paroi périphérique, la cuve étant cylindrique. Un complexe absorbant 7 est disposé dans la cuve. Le complexe absorbant remplit tout le volume de la cuve 6, et présente pour cela une forme correspondant sensiblement au volume intérieur de la cuve 6. Les dimensions du complexe absorbant peuvent être légèrement plus grandes que celles de la cuve de sorte à ce qu’il y soit légèrement comprimé. Le complexe absorbant 7 est classiquement une éponge, naturelle ou synthétique, ou tout autre type de mousse solide ouverte. Le complexe absorbant 7, peut également être réalisé, de manière non limitative, en matériaux non tissées ou fibres stratifiées. Le complexe absorbant 7 présente une capacité d’absorption de fluide importante, mais doit néanmoins permettre la rétention du maquillage liquide en l’absence de sollicitations mécaniques extérieures autres que la gravité par exemple.

Afin de se maquiller, l’utilisatrice appuie ou tamponne la houppette (ou autre accessoire d’application de maquillage, ou un doigt) sur le complexe absorbant 7. Sous l’effet de la pression exercée, le complexe absorbant restitue au niveau de sa zone comprimée une partie le maquillage liquide qu’il contient. La surface de la houppette est alors recouverte de maquillage, ce qui permet à l’utilisatrice de se l’appliquer aisément.

La recharge comporte également un clapet 8, pouvant également être appelé plateau. Le clapet 8 est lié au bord de la cuve 6 par une charnière 9. Le clapet a typiquement une forme générale qui correspond à celle de l’ouverture formée par la face ouverte de la cuve 6.

Le clapet permet de garantir, lorsqu’il est dans une position fermée, l’étanchéité au maquillage liquide au niveau de la face ouverte de la cuve 6 formant ouverture de délivrance du maquillage. Ceci évite toute fuite de maquillage lors du transport, par exemple dans un sac.

Dans une position ouverte, représentée à la figure 1 , l’ouverture de délivrance de la recharge est libérée, permettant la récupération de maquillage dans la cuve.

La recharge 2 a pour particularité de présenter, en plus de la cuve 6, un (ou plusieurs) volume additionnel de stockage du maquillage liquide, fluidiquement lié à la cuve. Le volume additionnel est ainsi défini à l’extérieur de la cuve, typiquement entre une paroi latérale de ladite cuve 6 et une paroi extérieure de la recharge. Typiquement, dans l’exemple représenté à la figure 1 , les quatre angles 10 du carré formé par la base du boîtier, et en correspondance par la recharge insérée dans le boîtier, sont employés en tant que volumes additionnels tel que détaillé en références aux figures 3 à 6.

Cela est notamment visible à la figure 2 qui représente l’ensemble de la figure 1 , la recharge 2 étant désolidarisée du corps principal 4 du boîtier 1 , par exemple pour son remplacement par une recharge pleine. La recharge 2 présente une forme extérieure qui correspond à la géométrie du volume intérieur du corps principal 4. Dans l’exemple ici représenté, le boîtier 1 présente une forme générale sensiblement carrée, et la recharge 2 présente en correspondance une forme sensiblement carré. La recharge présente ainsi un volume aussi grand que possible vis-à-vis du volume disponible dans le corps principal 4 du boîtier 1.

Lorsque la recharge 2 est insérée dans le boîtier 1 , la recharge 2 y est maintenue par correspondance de forme et/ou clipsage.

La figure 3 est une vue en coupe, selon un plan médian A-A représenté à la figure 1 , d’un ensemble comportant un boîtier 1 et une recharge 2 tel que celui de la figure 1. La figure 4 représente le même ensemble selon une vue en coupe, selon un plan diagonal B-B représenté à la figure 1.

Le boîtier est représenté en position fermée, c’est-à-dire que son couvercle 3 est fermé.

Une houppette 1 1 est disposée entre le miroir 5 et le clapet 8 de la recharge 2.

Aux figures 3 à 6, le clapet 8 est en position fermée, et obture de manière étanche la face ouverte de la cuve 6 formant ouverture de délivrance du maquillage. L’étanchéité est obtenue par pincement d’un joint 12 porté par une face du couvercle, comme dans l’exemple ici représenté. Alternativement le joint 12 peut être disposé sur le bord supérieur de la cuve 6.

La recharge est constituée tel que décrit ci-après. La recharge comporte un réservoir pour contenir le maquillage liquide. Le réservoir comporte la cuve 6, qui contient une éponge, et le volume additionnel 13.

La recharge 2 comporte, afin de former le réservoir :

- une première pièce 14 creuse formant les parois externes 15 du réservoir et de la recharge, et le fond 16 dudit réservoir et de la recharge, et - une deuxième pièce 17 formant la paroi latérale 18 de la cuve et une paroi supérieure 19 du réservoir comportant l’ouverture de délivrance du maquillage, c’est-à-dire la face ouverte de la cuve 6.

La deuxième pièce 17 est fixée à la première pièce 16, par exemple par emboîtement à l’intérieur de cette dernière.

Les pièces constitutives du réservoir peuvent être réalisées en matériau plastique, et être par exemple obtenues par moulage.

Dans le mode de réalisation des figures 3 et 4, un anneau 20 est rapporté, par exemple par clipsage, au bord supérieur de la paroi latérale 18 de la cuve 6. L’anneau 20 supporte un film 21 (ou étiquette), qui obture la recharge 2 de manière étanche aux liquides et à l’air avant sa première utilisation pour laquelle le film 21 étanche est retiré.

L’anneau 20 peut également former une légère restriction de l’ouverture de la cuve 6, ce qui permet d’améliorer le maintien du complexe absorbant 7 dans la cuve 6.

Afin de permettre l’extraction de la recharge 2 du boîtier 1 , ce dernier peut être doté, comme dans l’exemple ici représenté, d’un fond ouvert. Le fond ouvert du boîtier permet à l’utilisatrice d’appuyer sur le fond de la recharge 2 afin de la faire sortir dudit boîtier 1 . Le fond de la recharge 2, formé par la première pièce 14 peut avantageusement comporter un décrochement venant s’insérer dans l’ouverture du fond du boîtier 1 , afin que l’ensemble constitué du boîtier 1 et de la recharge 2 présente un fond plat.

De manière générale, l’extraction de la recharge 2 du boîtier 1 , préférentiellement lorsque la recharge est vide de maquillage, permet son remplacement dans le boîtier par une recharge pleine.

Dans le mode de réalisation des figures 3 et 4, la deuxième pièce 17 forme également un fond 22 de la cuve 6. Le fond 22 de la cuve 6 vient se poser lors du montage de la recharge 2 sur le fond de la recharge constitué par la première pièce 14.

Dans le mode de réalisation des figures 3 et 4, dans lequel la deuxième pièce 17 forme à la fois la paroi latérale 18 de la cuve 6 et son fond 22, les parois latérales 18 comportent des passages 23 permettant au maquillage liquide contenu dans le volume additionnel 13 de passer dans la cuve 6 afin d’imbiber ou de ré-imbiber le complexe absorbant 7. En d’autres termes, les passages 23 mettent la cuve 6 en communication fluidique avec le volume additionnel 13.

Comme montré aux figures 3 et 4, le volume additionnel est majoritairement situé dans les angles 10, mais s’étend néanmoins tout autour de la cuve 6. Le volume additionnel est donc, dans l’exemple représenté, un unique volume formé autour de la cuve. Si plusieurs volumes additionnels sont prévus, par exemple un volume additionnel indépendant dans chaque angle d’une recharge, un passage doit être prévu entre chaque volume additionnel et la cuve 6.

Le mode de réalisation représenté aux figures 5 et 6 correspond essentiellement à celui des figures 3 et 4, optimisé sur deux aspects. La description ci-dessus faite en référence aux figures 3 et 4 s’applique donc, excepté pour les différences détaillées ci-après, au mode de réalisation des figures 5 et 6.

La figure 5 est une vue en coupe, selon un plan médian A-A représenté à la figure 1 ; la figure 6 est une vue en coupe, selon un plan diagonal B-B représenté à la figure 1.

Dans le mode de réalisation représenté aux figures 5 et 6, une première différence tient au fait que la deuxième pièce 17 ne forme pas de fond pour la cuve 6. Dans ce mode de réalisation, le fond de la cuve 22’ correspond au fond de la recharge. Le fond de la cuve 22’ est ainsi formé par la première pièce. Cette configuration présente deux avantages. D’une part, le volume de la cuve est agrandi. D’autre part, la communication fluidique entre le volume additionnel 13 et la cuve 6 peut être réalisé de manière simple en ménageant un espace 24 entre la paroi latérale de la cuve (formée par la deuxième pièce 17) et le fond 22’ de la cuve (formé par la première pièce). Le maquillage liquide peut ainsi s’écouler librement entre le volume additionnel 1 et la cuve 6, sur toute la périphérie de la cuve.

Une deuxième différence tient au fait qu’il n’y a pas d’anneau 20 dans le mode de réalisation représenté aux figures 5 et 6. Les fonctions de l’anneau 20 sont assurées par un retour 25 ménagé au niveau du bord supérieur de la cuve 6, vers l’intérieur de sa face ouverte. Le retour 25 permet la fixation du film 21. Le retour 25 permet également un bon maintien du complexe absorbant 7 dans la cuve 6.

Bien évidemment, chacune des deux différences évoquées ci-dessus entre le mode de réalisation des figures 3 et 4 et celui des figures 5 et 6 peut être adoptée indépendamment l’une de l’autre.

Dans tous les modes de réalisation représentés, le volume additionnel est libre de tout élément (typiquement, il ne contient pas de complexe absorbant), ce qui permet de maximiser la contenance totale de la recharge en maquillage liquide.

Dans un mode de réalisation non représenté, la paroi latérale de la cuve peut être ajourée de multiples orifices afin de faciliter la communication fluidique entre le volume additionnel 13 et la cuve 6.

L’invention propose ainsi une recharge pour boîtier de maquillage, contenant un maquillage liquide offrant une prestation inconnue dans l’état de la technique. Grâce à la configuration développée dans l’invention, la recharge offre un volume de stockage de maquillage optimisé, dans un volume total limité permettant de transporter aisément le boîtier et sa recharge, tout en préservant la facilité d’emploi comparativement aux recharges à éponges de l’état de la technique, et l’avantage d’être adapté aux produits très fluides.

Par exemple, la recharge proposée dans l’invention peut contenir et restituer de l’ordre de 15 grammes d’un produit, même très liquide, dans un boîtier par exemple sensiblement carré ayant un encombrement très faible.