Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
REVOLVING DOOR
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2000/005476
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a revolving door (1) comprising at least two operating sashes (2, 3) and at least three arc-shaped side walls (4, 5, 6 ), arranged opposite one or several entrance passages (7, 8) or exit passages (9, 10) at the drum periphery. The invention is characterised in that it comprises control means acting on the operating sashes (2, 3) for extending or retracting said arc-shaped lateral walls (4, 5, 6) which open or close access to the passages. The invention is applicable in particular to passenger traffic in airports.

Inventors:
Borelli, Jean-marie (Office Méditerranéen de Brevets d'Invention et de Marques Cabinet Hautier 24, rue Masséna Nice, F-06000, FR)
Application Number:
PCT/FR1999/001676
Publication Date:
February 03, 2000
Filing Date:
July 09, 1999
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PENTAGON MANAGEMENT LIMITED (16 Connaught Street London W2 2AF, GB)
Borelli, Jean-marie (Office Méditerranéen de Brevets d'Invention et de Marques Cabinet Hautier 24, rue Masséna Nice, F-06000, FR)
International Classes:
E06B3/90; E06B3/92; (IPC1-7): E06B3/90
Foreign References:
GB1223699A1971-03-03
EP0478873A11992-04-08
EP0296134B11990-10-17
Attorney, Agent or Firm:
Hautier, Jean Louis (Office Méditerranéen de Brevets d'Invention et de Marques Cabinet Hautier 24, rue Masséna Nice, F-06000, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Porte à tambour (1) du type à au moins deux vantaux (2, 3) et au moins trois parois latérales en arc de cercle (4, 5, 6), disposées en regard d'une ou plusieurs voies d'accès (7,8, 30, 31) ou voies de sortie (9,10, 32,33), à la périphérie du tambour caractérisée par le fait que des moyens de commande agissent au passage des vantaux (2,3 ; 22,23, 24,25) pour déployer ou escamoter lesdites. parois latérales (4,5, 6 ; 26,27, 28,29) en forme d'arc de cercle qui ouvrent ou ferment l'accès aux voies en autorisant un déploiement desdites parois latérales par extension ou une fermeture ou escamotage par compression.
2. Porte à tambour selon la revendication 1 caractérisée par le fait que les parois latérales (4, 5,6 ; 26, 27, 28, 29) en forme d'arc de cercle sont du type à pliures verticales.
3. Porte à tambour selon la revendication 1 caractérisée par le fait que les parois latérales (4,5, 6) en forme d'arc de cercle sont suspendues sur un chemin de roulement qui fait office de glissière.
4. Porte à tambour selon la revendication 1 caractérisée par le fait que les moyens de commande (11, 12) agissant au passage des vantaux (2, 3) pour déployer ou escamoter les parois latérales (4,5, 6) en forme d'arc de cercle sont des moyens d'accrochage ou de décrochage disposés au niveau des extrémités périphériques des vantaux (2, 3), le mouvement des vantaux assurent ainsi l'ouverture ou la fermeture des différentes voies d'accès (7,8) en déployant ou en escamotant lesdites parois latérales (4,5, 6) en arc de cercle.
5. Porte à tambour selon la revendication 1 caractérisée par le fait que ces moyens d'accrochage (11, 12) ou de décrochage sont des aimants électromagnétiques.
6. Porte à tambour selon l'une quelconque des revendications 1 ou 5 caractérisée par le fait que ces moyens d'accrochage et de décrochage des parois latérales en arc de cercle coopèrent avec d'autres moyens faisant office de butée d'arrêt (13,14, 15,16) qui sont disposés en tête des parois verticales de séparation des voies, ces moyens faisant office de butée actionnent l'arrêt ou le coulissement des. parois latérales en arc de cercle qui sont suspendues sur une glissière circulaire dans la partie haute de la porte à tambour.
7. Porte à tambour selon la revendication 1 caractérisée par le fait que les parois latérales se déploient ou s'escamotent en pivotant vers l'extérieur de la porte à tambour pour se plaquer contre la paroi verticale sur laquelle est montée leur axe de rotation.
Description:
Porte à tambour L'invention a pour objet une porte à tambour dont les parois latérales en arc de cercle sont mobiles. La porte selon l'invention permet de faire se croiser des flux qui ont une origine et une destination différentes et dont les éléments constituant les flux ne doivent pas se mélanger.

L'invention s'applique notamment aux flux de passagers dans les aéroports.

Actuellement, pour éviter un mélange des flux, les croisements s'effectuent avec des portes classiques et des changements de niveaux.

Dans ces conditions, les passagers empruntent des immenses couloirs qui sont longs pour éviter des croisements. Les passagers perdent beaucoup de temps.

L'état de la technique peut être défini par les brevets suivants : - EP-O 365. 074. 1'invention concerne une porte à tambour munie d'un certain nombre de cloisons fixées sur un axe de rotation central et entourant deux par deux des cabines. La porte permet l'entrée ou la sortie par une entrée ou une sortie, des moyens étant prévus pour que, à l'emplacement de sortie, on peut empêcher la sortie d'un passant non autorisé en contrôlant un signal de présence et un signal d'autorisation. Le signal de présence, qui peut provenir d'un capteur, permet de détecter la présence d'un passant dans un compartiment. Le signal d'autorisation, qui peut provenir d'un générateur de signaux placé à proximité ou à l'intérieur d'un compartiment est contrôlé par le passant.

- WO 82/02224 : Porte à tambour dans laquelle le tambour central est de forme généralement cylindrique et présente un diamètre représentant au moins 0, 3 fois celui de l'espace séparant les parois non mobiles de la porte. Quatre panneaux de porte sont articulés sur le tambour central et maintenus dans leurs positions normales par des dispositifs de fermeture de porte hydrauliques, de telle sorte que ces panneaux puissent pivoter autour de leurs articulations vers des positions de stockage le long du tambour central et puissent être déviés lorsqu'ils rattrapent un usager à l'intérieur de la porte. Des détecteurs à radar détectent la présence d'utilisateurs pénétrant dans la porte et accélèrent la rotation des portes afin de faciliter le passage. Des détecteurs de proximité disposés sur les panneaux de porte ralentissent la rotation de la porte lorsqu'un panneau commence à rattraper une personne dans la porte. Des détecteurs d'inversion détectent le mouvement vers l'arrière d'un panneau de porte (en sens inverse de la rotation de la porte) par le contact avec un usager dans la porte, et provoque l'arrêt de la rotation de la porte lorsqu'un

tel contact se produit. Des moyens sont également prévus pour maintenir la porte dans une position de rotation dans laquelle les quatre panneaux coopèrent avec des parois latérales non mobiles et pour verrouiller les panneaux de porte contre les parois latérales en position de stockage.

- WO 93/21416 : Les portes à tambour comportent un rotor muni de vantaux, qui créent ainsi des espaces rotatifs dans lesquels une personne venant par exemple de l'extérieur accède à l'intérieur d'un immeuble et peut en ressortir de la même manière. Afin d'améliorer une porte à tambour de ce type sur le plan de la conception et du fonctionnement, il est prévu que chaque vantail du rotor soit conçu comme une structure coulissante et comprenne à cet effet au moins un élément de porte à glissière coulissant dans le plan du vantail ou le long d'une glissière munie d'une partie constituante radiale entre une position d'ouverture et de fermeture.

- WO 94/23167. Une porte à tambour améliorée comprend un dispositif rotatif à battant de porte décalés dans le sens de sa circonférence. Les axes de pivotements des battants sont situés par rapport à la longueur radiale des battants à une distance minimale de l'axe central ou axe de symétrie également à au moins 70% de la longueur totale des battants. Deux battants peuvent pivoter en sens opposés autour de leur axe de pivotement entre leur position usuelle de fonctionnement et une position d'ouverture qui laisse libre un passage.

- WO 94/08121 : L'invention se rapporte à un sas avec portes à tambour qui est délimité par des parois latérales définissant latéralement un passage et par au moins deux portes à tambour se déplaçant de façon relativement synchronisée, ces portes à tambour ayant deux battants tournant autour d'axes de rotation verticaux correspondants. Les battants de chacune des portes à tambour sont disposés dans une position angulaire, l'un par rapport à l'autre, telle que le passage se trouve toujours fermé sur au moins un côté. Dans un premier mode de réalisation, on prévoit deux portes

à tambour dont les angles par rapport à la ligne de symétrie longitudinale correspondante sont relativement décalés de 90°.

Dans un autre mode de réalisation, on peut prévoir trois portes à tambour ou davantage disposées dans les parois latérales d'un passage plus grand.

FR-A-2. 560. 275 : La présente invention concerne un sas de contrôle d'accès pour chambres fortes caractérisé en que qu'il est essentiellement constitué par un tambour rotatif blindé muni d'une ouverture de passage et monté dans une ossature blindée solidaire de l'ouverture d'entrée de la chambre forte par des dispositifs de contrôle d'identités et de contrôle de charge et de mesure du poids du tambour par un coffre fort renfermant un mécanisme d'entraînement du tambour et un circuit électronique de gestion de l'ensemble reliée aux divers dispositifs de contrôle et commandant le mécanisme d'entraînement, et fixé sur l'ossature et par un dispositif de déverrouillage manuel du tambour, ce dernier présentant trois positions d'arrêt, à savoir une position de repos, une position intermédiaire de contrôle d'identité et de vérification du poids et une position d'accès à la chambre forte.

- GB-1. 223. 699 (BRITISH EUROPEAN AIRWAYS) : ce brevet décrit une porte à tambour avec une colonne centrale le mécanisme commandant les vantaux se trouve dans la colonne centrale et dans la partie supérieure de la porte à tambour. Les vantaux sont composés de secteurs, lesdits secteurs sont reliés à une traverse qui traverse de part en part la porte à tambour selon son diamètre et qui relie deux secteurs formant un vantail. Par ailleurs, d'autres secteurs sont mobiles et peuvent en coulissant, venir ouvrir ou fermer les passages des flux comme indiqué aux figures 4 à 5. En aucun cas, il ntest suggéré ou décrit que les vantaux peuvent s'ouvrir ou se fermer par extension ou par compression dans le sens latéral.

EP-0. 296. 134 : ce brevet décrit un dispositif de porte réalisé pour un seul sens du flux. Chaque porte est réalisée essentiellement pour éviter tout risque de courant d'air. Il n'y a pas comme indiqué dans l'invention, un croisement des flux. Ce n'est pas d'ailleurs le but de l'invention. De même, il n'est pas décrit ni même suggéré l'ouverture et la fermeture des passages par des vantaux extensibles ou compressibles dans le sens de la largeur.

Tous ces brevets décrivent des dispositifs pour contrôler l'accès d'une personne ou d'un bien en passant dans un sas constitué d'une porte à tambour. D'autres dispositifs concernent des portes à tambour dont les vantaux peuvent s'orienter ou s'escamoter pour laisser le passage libre.

Ces portes à tambour ne coopèrent pas avec les parois latérales en arc de cercle pour ouvrir ou fermer des passages pour interdire le mélange des flux à ce point de croisement, le mélange des éléments constituants est spécifique à chaque flux.

Or le croisement est le point de rencontre obligatoire entre deux éléments qui ont une origine et une destination différentes et qui circulent sur le même plan.

De manière à éviter une rencontre ou un mélange des flux, il est nécessaire de changer le niveau d'un des flux et de faire circuler les flux sur des plans différents.

L'invention tend à résoudre ce problème.

Elle permet de faire se croiser, en un même point donc dans un même plan, au moins deux flux sans que chacun de ces flux ne se mélange.

A cet effet, la porte à tambour selon l'invention est du type à au moins deux vantaux et au moins trois parois latérales en arc de cercle, disposées en regard d'une ou plusieurs voies d'accès, à la périphérie du tambour.

Des moyens de commande agissent au passage des vantaux pour déployer ou escamoter lesdites parois latérales en forme d'arc de cercle qui ouvrent ou ferment l'accès aux voies en

autorisant un déploiement desdites parois latérales par extension ou, une fermeture ou escamotage par compression.

Les parois latérales en forme d'arc de cercle sont du type à pliures verticales autorisant un déploiement par extension ou une fermeture ou escamotage par compression.

Selon un mode de réalisation particulier, les parois latérales en forme d'arc de cercle sont suspendues sur un chemin de roulement qui fait office de glissière.

Selon un mode de réalisation, les moyens de commande agissant au passage des vantaux pour déployer ou escamoter les parois latérales en forme d'arc de cercle sont des moyens d'accrochage ou de décrochage disposés au niveau des extrémités périphériques des vantaux, le mouvement des vantaux assurent ainsi l'ouverture ou la fermeture des différentes voies d'accès en déployant ou en escamotant lesdites parois latérales en arc de cercle.

Ces moyens d'accrochage ou de décrochage sont des aimants électromagnétiques.

Ces moyens d'accrochage et de décrochage des parois latérales en arc de cercle coopèrent avec d'autres moyens faisant office de butée d'arrêt qui sont disposés en tête des parois verticales de séparation des voies, ces moyens faisant office de butée actionnent l'arrêt ou le coulissement des parois latérales en arc de cercle qui sont suspendues sur une glissière circulaire dans la partie haute de la porte à tambour.

Le déploiement ou l'escamotage des parois latérales en forme d'arc de cercle s'opère progressivement en fonction de la vitesse de rotation de la porte à tambour.

Selon un mode de réalisation, les portes latérales en forme d'arc de cercle descendent du plafond ou s'escamotent en montant dans le plafond au-dessus de la porte. Ladite porte à tambour comportant au-dessus de son plafond un châssis et une superstructure aptes à recevoir au-dessus du tambour les cloisons latérales qui montent et qui descendent tout en tournant en même

temps que la porte.

Les dessins ci-joints sont donnés à titre d'exemples indicatifs et non limitatifs. Ils représentent un mode de réalisation selon l'invention. Ils permettront de comprendre aisément l'invention.

La figure 1 est une vue de dessus, vue schématique d'une porte à tambour selon l'invention dans un mode de réalisation où la porte comporte deux vantaux et quatre voies. Les flux sont représentés par des ronds blancs et des ronds noirs.

La figure 2 est une vue selon la figure 1 où la porte à tambour a tourné suivant un angle de 90°. L'accès à la porte est fermé aux ronds blancs, il est ouvert aux ronds noirs qui ne peuvent sortir que sur une voie, voie qui n'est pas accessible aux ronds blancs.

Ces figures mettent en évidence les parois latérales en forme d'arc de cercle et qui peuvent se déployer ou s'escamoter.

La figure 3 est une vue où la porte à tambour a encore tourné de 90° et/ou les ronds blancs voient peu à peu la paroi latérale s'escamoter pour laisser le passage libre vers la voie de sortie des ronds blancs. L'accès à la porte pour les ronds noirs est fermé tandis que les derniers ronds noirs sortent de la porte à tambour pour aller vers leur voie de sortie.

La figure 4 est une vue schématique, vue en plan, de la porte à tambour selon les vues précédentes 1,2 et 3 et dans lesquelles la porte à tambour a encore tourné de 90° c'est-à-dire que l'accès à la porte à tambour pour les ronds blancs est ouvert et qu'il est en cours d'ouverture pour les ronds noirs qui peuvent voir et accéder vers leur voie de sortie.

Les figures suivantes 5,6, 7,8, 9,10 et 11 mettent en évidence une vue de dessus d'une porte à tambour selon l'invention dans un mode de réalisation où il y a quatre vantaux.

La figure 5 est une vue de dessus d'une porte à tambour selon l'invention à quatre vantaux mais dans laquelle les vantaux ne coopèrent pas avec les moyens d'accrochage ou de décrochage

disposés au niveau des extrémités périphériques des vantaux. Ces moyens ne coopèrent pas non plus avec les moyens faisant office de butée d'arrêt qui sont disposées en tête des parois verticales de séparation des voies. Dans ces conditions, lorsque la porte à tambour tourne, selon la flèche noire indiquée, il y a un mélange des flux, voir flèche blanche, et on obtient un mélange des ronds noirs et des ronds blancs.

La figure 6 et les figures suivantes 7,8, 9, 10. et 11 mettent en évidence une porte à tambour équipée de quatre vantaux, lesdits vantaux coopérant avec les moyens d'accrochage et de décrochage, lesdits moyens coopérant avec d'autres moyens faisant office de butées d'arrêt qui sont disposées en tête des parois verticales de séparation des voies.

Lorsque la porte à tambour tourne selon la flèche noire, elle provoque le début du déploiement des parois latérales en arc de cercle.

La figure 7 est une vue selon la figure 6 lorsque la porte à tambour a tourné d'un certain angle, elle met en évidence le début du déploiement des portes latérales en arc de cercle.

La figure 8 est une vue suivant la figure 7 et/ou la porte à tambour a encore tourné d'un certain angle mettant en évidence la quasi-totalité du déploiement des portes latérales en arc de cercle qui tendent à fermer les voies d'accès et les voies de sortie de la porte à tambour.

La figure 9 est une vue selon la figure 8 où la porte à tambour a continué à tourner et/ou les quatre voies, deux voies d'accès, deux voies de sortie, sont totalement fermées par les parois latérales en forme d'arc de cercle.

La figure 10 est une vue selon la figure 9 où la porte à tambour continuant à tourner, les parois latérales en arc de cercle sont progressivement escamoter par compression ou pliage dans le même sens que le sens de la rotation de la porte à tambour.

La figure 11 est une vue selon la figure 10 où la porte à

tambour continue à tourner selon la flèche noire, les parois latérales en forme d'arc de cercle sont presque totalement escamotées, comprimées par pliage et ce de manière progressive suivant la vitesse de rotation de la porte à tambour.

La porte à tambour 1, telle que représentée dans les figures 1,2, 3 et 4 est une porte à deux vantaux 2 et 3.

Dans le mode de réalisation représenté où la porte à tambour 1 comporte deux vantaux, il est nécessaire d'utiliser trois parois latérales en forme d'arc de cercle. I1 s'agit des parois 4,5, 6. Ces parois sont disposées en regard des deux voies d'accès 7 et 8 et des deux voies de sortie 9 et 10.

Les parois latérales 4,5, 6 sont disposées à la périphérie du tambour de la porte à tambour 1.

Des moyens de commande agissent au passage des vantaux 2 et 3 pour déployer ou escamoter lesdites parois latérales 4,5, 6 en forme d'arc de cercle qui ouvrent ou ferment l'entrée aux voies d'accès 7 et 8 ou aux voies de sortie 9 et 10.

Selon un mode de réalisation, les parois latérales 4,5, 6 en forme d'arc de cercle, sont du type à pliure verticale autorisant un déploiement par extension ou une fermeture ou escamotage par compression.

Selon un mode de réalisation particulier non représenté sur les figures, les parois latérales 4,5, 6 en forme d'arc de cercle sont suspendues sur un chemin de roulement qui fait office de glissière et qui se trouve disposé au-dessus de la porte à tambour 1 dans un plafond.

Les moyens de commande 11 et 12 agissant au passage des vantaux 2 et 3 pour déployer ou escamoter les parois latérales 4, 5,6 en forme d'arc de cercle, sont des moyens d'accrochage ou de décrochage disposés au niveau des extrémités périphériques des vantaux 2 et 3. Le mouvement des vantaux assure l'ouverture et la fermeture des différentes voies d'accès 7, 8 et voies de sortie 9, 10 en déployant ou en escamotant lesdites parois latérales 4,5, 6 en forme d'arc de cercle.

Ces moyens d'accrochage 11, 12 peuvent, par exemple, être des moyens électromagnétiques qui coopèrent avec des moyens faisant office de butée 13,14, 15 et 16 qui sont disposés en tête des parois verticales de séparation des voies, parois verticales 17,18, 19 et 20.

Ces moyens qui font office de butée coopérant avec les moyens d'accrochage 11 et 12 disposés aux extrémités périphériques des vantaux permettent de stopper ou au contraire de laisser les parois latérales 4,5, 6 en forme d'arc de cercle circuler le long de la glissière.

Comme représenté dans les figures 1,2, 3 et 4, on constate, selon la figure 1, qu'une voie est toujours fermée, en l'occurrence sur la figure 1, la voie de sortie 9 est fermée par une paroi latérale 5 tandis que la voie de sortie 10 est entrouverte puisque des ronds blancs sortent par cette voie. La porte latérale en arc de cercle 6 est en cours de compression, à l'opposé, la porte latérale en arc de cercle 4 pour fermer la voie d'accès 7 aux ronds blancs.

La voie d'accès 8 ne comporte pas de parois latérales en forme d'arc de cercle. On constate que pour quatre voies, deux voies d'accès 7,8, deux voies de sortie 9,10, il n'y a que trois portes, trois parois latérales en forme d'arc de cercle à savoir les parois 4,5, 6. Ces parois sont mobiles dans leur déplacement et vont se retrouver alternativement devant chaque voie de sortie ou d'accès ; en suivant le cycle, suivant les figures 1,2, 3 et 4, on peut s'apercevoir que les parois latérales sont mobiles et tournent après chaque déploiement ou escamotage dans le même sens que les vantaux de la porte à tambour 1. Lorsque le cycle est complet, c'est-à-dire qu'après la figure 4 il y a un autre angle de la porte à tambour qui est tourné et que l'on revient à la figure 1, la paroi latérale en forme d'arc de cercle 6 se retrouve en train de fermer la voie 7, alors que la porte à tambour aura fait un tour complet.

I1 y a lieu de noter également que cette porte à tambour

selon l'invention a l'avantage de permettre au flux, ronds noirs ou ronds blancs, dans l'application préférentielle des passagers en transit, d'apercevoir, lorsqu'ils arrivent par la voie d'accès représentée à la figure 1, la sortie de la porte à tambour qui s'entrouvre sur la voie de sortie 10.

Il en est de même à la figure 4, lorsque la voie d'accès 8 s'entrouvre, les ronds noirs ou passagers en transit peuvent entr'apercevoir la voie de sortie 9.

Selon les modes de réalisation représentés aux figures 6, 7, 8, 9, 10 et 11 la porte à tambour 21 comporte quatre vantaux 22, 23,24, 25.

Comme on peut le constater, cette porte nécessite qu'il y ait quatre parois latérales en forme d'arc de cercle 26,27, 28, 29.

Les caractéristiques techniques sont identiques, cependant, il y a une phase, représentée à la figure 9, ou toutes les parois latérales en forme d'arc de cercle développées à la périphérie du tambour sont déployées. Les voies d'accès 30 et 31 sont fermées, les voies de sortie 32 et 33 sont également fermées, il y a donc une phase ou les ronds noirs et les ronds blancs sont bien enfermés dans le sas.

Contrairement au précédent mode de réalisation, il n'est pas possible, pour les ronds noirs ou les ronds blancs ou les passagers de visualiser, à travers la porte à tambour, vers quelle voie de sortie ils se dirigent. En effet, ils doivent être auparavant entrés dans le quart de la porte les concernant pour pouvoir, après avoir fait le chemin nécessaire, accéder à l'ouverture de la paroi latérale en forme d'arc de cercle qui leur permettra de sortir par la voie d'accès.

Pour l'ensemble de ces modes de réalisation, les vantaux progressent en rotation à la périphérie de la porte à tambour à la manière d'une"mille-pattes"ou d'une"chenille"en se compressant puis en ayant une extension par une extrémité puis l'autre extrémité vient, par compression, rejoindre l'ensemble et

ainsi de suite, tout en tournant autour de l'axe central de la porte à tambour.

REFERENCES 1. Porte à tambour 2. Vantail 3. Vantail 4. 5. 6. Parois latérales en forme d'arc de cercle 7. 8. Voie d'accès 9.10. Voie de sortie 11. 12. Moyens d'accrochage 13. 14. 15. 16. Moyens faisant office de butée d'arrêt 17. 18. 19. 20. Parois verticales de séparation des voies 21. Porte à tambour 22. 23. 24. 25. Vantail 26. 27. 28. 29. Parois latérales en forme d'arc de cercle 30. 31 Voies d'accès 32. 33. Voies de sortie