Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ROLLING METHOD WITH A STEP FOR ADJUSTING THE INTERSPACE BETWEEN THE SIDE BEARING ROLLER AND THE SUPPORT ROLLER
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/170994
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a rolling method suitable for a strip rolling mill (ST) comprising: - rolling of a strip by means of a pair of working rollers (WR), - transmitting a rolling force to the working rollers by means of a pair of support rollers (SR), - retaining each of the working rollers (WR) by means of a pair of side bearing rollers (SSR), - supporting each of the side bearing rollers by means of two rows formed by a plurality of followers (G) - supporting each of the two rows formed by the plurality of followers (G), by means of a bearing support (BS) supporting the two rows of followers, the bearing support is pivotally mounted along an articulated axis (A1), and wherein the dimensions of a first interspace (It1) defined between the side bearing roller (SSR) and the support roller (SR) and a second interspace (It2) defined between the strip (ST) and the side bearing roller (SSR)/bearing support (BS) assembly vary during the rolling process. According to the invention, the method comprises an adjustment step in which the dimension of the first interspace (It1) and of the second interspace (It2) is adjusted by adjusting the dimension separating the axis (ASR) of the support roller (SR) and the axis (ASSR) of the side bearing roller (SSR) defining, with the support roller, the first interspace (It1).

More Like This:
JPS58157509ROLLING MILL
WO/2013/160254SUPPORT ROLLER
Inventors:
ERNST DE LA GRAETE, Conrad (ZI Lille-Seclin B.P, 59472 Seclin, 59472, FR)
Application Number:
FR2019/050483
Publication Date:
September 12, 2019
Filing Date:
March 04, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
FIVES DMS (1 Rue du Mont de Templemars ZI de Seclin, Noyelles-Les-Seclin, 59139, FR)
International Classes:
B21B13/14; B21B31/20
Domestic Patent References:
WO2015011373A12015-01-29
WO2015011373A12015-01-29
WO2011107165A12011-09-09
Foreign References:
US20120324973A12012-12-27
EP2391459B12014-08-06
EP2464470B12016-01-27
EP0121811A11984-10-17
US4531394A1985-07-30
US6041636A2000-03-28
EP1721685A12006-11-15
EP2391459A12011-12-07
EP0291459A21988-11-17
Attorney, Agent or Firm:
BUREAU DUTHOIT-LEGROS ASSOCIES (31 rue des PoissonceauxCS, 59044 Lille Cedex, 59044, FR)
Download PDF:
Claims:
2. REVENDICATIONS

1. Procédé de laminage adapté à une installation de laminage d’une bande (ST) comprenant :

- un laminage, par une paire de cylindres de travail (WR) à axes parallèles, de ladite bande prise entre lesdits cylindres de travail (WR) et défilant entre la paire de cylindres de travail, chacun desdits cylindres de travail ayant au moins une génératrice de contact avec la bande,

- une transmission auxdits cylindres de travail (WR) d’un effort de laminage sensiblement normal à la bande, par une paire de cylindres de soutien (SR), lesdits cylindres de travail (WR) et lesdits cylindres de soutien (SR) situés du même côté de la bande étant en contact l’un avec l’autre le long d’une génératrice de soutien commune afin de transmettre ledit effort de laminage,

- un plan perpendiculaire à une direction de défilement de la bande, dans lequel se trouvent au moins une génératrice de contact et les axes desdits cylindres de travail,

- un maintien de chacun desdits cylindres de travail (WR) par une paire de cylindres d’appui latéraux (SSR), situés de part et d’autre dudit plan perpendiculaire, chacun des cylindres d’appui latéral (SSR) étant, apte à exercer, le long d’une génératrice d’appui dudit cylindre de travail (WR), un effort maintenant G axe du cylindre de travail (WR) dans une position déterminée par rapport à une cage de laminage de l’installation et auxdits cylindres d’appui latéraux,

- un soutien de chacun desdits cylindres d’appui latéral au moyen de deux rangées formées d’une pluralité de galets (G) montés côte à côte, permettant de maintenir dans une position déterminée les cylindres d’appui latéraux (SSR),

- un soutien de chacune des deux rangées formées de ladite pluralité de galets (G), par l’intermédiaire d’un support de paliers (BS) portant les deux rangées de galets, ledit support de palier est monté pivotant suivant un axe d’articulation (Al), parallèle au cylindre de soutien (SR), porté par un support d’axe (AS), tel que les empoises (Ep) du cylindre de soutien, ou encore les blocs de cambrage (MB) destinés au cambrage du cylindre de soutien, ledit support d’axe étant fixe par rapport à Taxe du cylindre de soutien (SR) et dans lequel procédé les dimensions d’un premier inter-espace (Itl) défini entre le cylindre d’appui latéral (SSR) et le cylindre de soutien (SR) et d’un second inter-espace (It2) défini entre la bande (ST) et l’ensemble cylindre d’appui latéral (SSR)/support de paliers (BS) varient au cours du laminage en raison des réductions de diamètres du cylindre de soutien et du cylindre de travail provoquées par l’usure et les rectification des cylindres, caractérisé en ce que ledit procédé comprend une étape de réajustement pour laquelle on ajuste la dimension dudit premier inter-espace (Itl) et du second inter espace (It2) par la mise en œuvre d’un réglage de la dimension séparant l’axe (ASR) dudit cylindre soutien (SR) et l’axe (ASSR) dudit cylindre d’appui latéral (SSR) définissant, avec le cylindre de soutien, ledit premier inter-espace (Itl).

2. Procédé selon la revendication 1, dans lequel ladite étape de réajustement consiste à régler la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien (SR) et l’axe dudit cylindre d’appui latéral (SSR) de sorte que la dimension du premier inter-espace est au moins égale une limite inférieure Aminl et la dimension du deuxième espace est au moins égale une limite inférieure Amin2, ladite limite inférieure Aminl et la limite inférieure Amin2 étant supérieure ou égale à 5 mm.

3. Procédé de laminage selon l’une des revendications 1 ou 2 dans lequel le diamètre du cylindre de soutien (SR) étant compris entre un diamètre maximal et un diamètre minimal, procédé dans lequel on définit un diamètre nominal, inférieur au diamètre maximal et supérieur au diamètre minimal et dans lequel :

- on maintient une première configuration de laminage sans étape de réajustement tant que le diamètre du cylindre de soutien est compris entre le diamètre maximal et le diamètre nominal,

- on obtient une deuxième configuration de laminage, lorsque le cylindre de soutien est au diamètre nominal, par la mise en œuvre de ladite étape de réajustement avec réduction de la dimension séparant l’axe (ASR) dudit cylindre soutien (SR) et l’axe (ASSR) dudit cylindre d’appui latéral SSR

- on maintient ladite deuxième configuration obtenue par ladite étape de réajustement tant que le diamètre du cylindre de soutien est compris entre le diamètre nominal et le diamètre minimal.

4. Procédé de laminage selon l’une des revendications 1 à 3, dans lequel l’installation de laminage présente au moins des buses d’aspersion (SN1, SN2) permettant l’arrosage- par aspersion d’au moins un jet de fluide sur au moins une partie de la bande (ST) et au moins une partie d’un desdits cylindres et dans lequel on met en œuvre une étape d’arrosage comprenant au moins une aspersion directe d’au moins une partie des cylindres de travail (WR), de part et d’autre dudit plan perpendiculaire à la direction de défilement de la bande, lesdites buses ((SN1, SN2) étant configurées pour :

- produire un jet (Jl) dirigé vers le cylindre de travail (WR), à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, le jet traversant ledit première inter espace (Itl) entre le cylindre d’appui latéral (SSR) et le cylindre de soutien (SR), avant d’atteindre ledit cylindre de travail (WR), et/ou - produire un jet (J2) dirigé vers le cylindre de travail (WR), à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, traversant l’inter-espace entre la bande et le cylindre d’appui latéral, avant d’atteindre ledit cylindre de travail et/ou la bande.

5. Procédé selon l’une des revendications 1 à 4, dans lequel ledit support de paliers (BS) est monté fixé de manière amovible sur un bras (AR), de position réglable sur le bras, ledit bras (AR) étant lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation (Al), parallèle audit cylindre de soutien, assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation (Al), et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien (SR) et l’axe dudit cylindre d’appui latéral (SSR) mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit support de paliers (BS) sur le bras (AR).

6. Procédé selon la revendication 5, dans lequel l’installation comprend un moyen de fixation amovible entre ledit support de paliers (BS) et ledit bras (AR) comprenant un système (1) de détrompeur rainure/clavette, ladite clavette et la rainure portées respectivement par ledit support de paliers (BS) et ledit bras (AR), ou inversement, ladite clavette ou la rainure portée par le support de paliers étant désaxée suivant la direction longitudinale du bras (AR), par rapport au plan, parallèle à l’axe cylindre d’appui, passant par la médiane (Md) au segment, perpendiculaire au cylindre d’appui latéral, joignant les deux axes des deux rangées de galets (G), et dans ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de retournement dudit support de paliers (BS) sur le bras.

7. Procédé selon l’une des revendications 1 à 4, dans lequel ledit support de paliers (BS) étant monté fixé sur un bras (AR) lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation (Al) parallèle audit cylindre de soutien assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation (Al), et dans ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de réglage de la position dudit axe d’articulation (Al) par rapport au bras support (AR).

8. Procédé selon la revendication 7, dans lequel un excentrique (Exl) est prévu entre l’axe d’articulation (Al) et ledit bras (AR), et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien (SR) et l’axe dudit cylindre d’appui latéral (SSR) mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de mise en rotation dudit excentrique (Exl).

9. Procédé selon l’une des revendications 1 à 4, dans lequel ledit axe d’articulation (Al), autour duquel est monté le support de paliers (BS), est soutenu et monté sur ledit support d’axe (AS) et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit axe d’articulation (Al) sur ledit support d’axe (AS).

10. Procédé selon la revendication 9, dans lequel ladite étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe (AS) est obtenue par l’ajout ou le retrait de cales entre le support d’axe et ledit axe d’articulation, ou alternativement, ladite étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe est obtenue par la rotation d’un excentrique (Ex2) prévu entre ledit axe d’articulation (Al) et ledit support d’axe (AS).

11. Procédé selon l’une des revendications 1 à 4, dans lequel ledit cylindre de soutien (SR) est supporté à ses extrémités par des empoises (Ep), et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position de l’axe (ASR) dudit cylindre de soutien par rapport aux blocs de cambrage (MB) destinés au cambrage du cylindre de soutien.

12. Procédé selon l’une des revendications 1 à 11, dans lequel ladite étape de réajustement est mise en œuvre lors d’une interruption du laminage, après rectification du cylindre de travail et/ou du cylindre de soutien.

13. Installation de laminage d’une bande (ST) comportant au moins une cage comprenant :

- une paire de cylindres de travail (WR) à axes parallèles, entre lesquels défile la bande (ST) chacun desdits cylindres de travail ayant au moins une génératrice de contact avec la bande,

- un plan perpendiculaire à une direction de défilement de la bande, dans lequel se trouvent au moins une génératrice de contact et les axe desdits cylindres de travail (WR),

- une paire de cylindres de soutien (SR), à axes parallèles au plan de la bande et situés de part et d’autre de ladite bande, lesdits cylindres de soutien et cylindres de travail situés d’un même côté de la bande étant en contact l’un avec l’autre le long d’une génératrice de soutien commune afin de transmettre aux cylindres de travail un effort de laminage sensiblement normal à la bande,

- deux paires de cylindre d’appui latéral à axes parallèles, lesdits cylindres d’une même paire étant situés symétriquement de part et d’autre d’un desdits cylindres de travail, dans un plan parallèle à la bande, afin que chacun des cylindres d’appui latéral (SSR) d’une même paire soit apte à transmettre le long d’une génératrice d’appui dudit cylindre de travail (WR) un effort permettant un maintien dans une position déterminée relativement au cylindre de soutien (SR), - un soutien de chacun desdits cylindres d’appui au moyen de deux rangées formées d’une pluralité de galets (G) d’appui montés côte à côte, permettant de maintenir dans une position déterminée les cylindres d’appui latéral (SSR),

- un soutien de chacune des deux rangées formées de ladite pluralité de galets d’appui, par l’intermédiaire d’un support de paliers (BS) portant les deux rangées, ledit support de paliers (BS) étant monté pivotant suivant un axe d’articulation (Al), parallèle au cylindre de soutien, porté par un support d’axe (AS), fixe par rapport à l’axe du cylindre de soutien, tel que les empoises (Ep) du cylindre de soutien, ou encore les blocs de cambrage (MB) destinés au cambrage du cylindre de soutien dans laquelle l’installation comprend, lors du laminage de la bande métallique, un premier inter espace (Itl) défini entre le cylindre d’appui latéral (SSR) et le cylindre de soutien (SR) et un second inter-espace (It2) défini entre la bande (ST) et l’ensemble cylindre d’appui latéral (SSR)/ support de paliers (BS) susceptible de varier au cours du laminage en raison des réductions de diamètres du cylindre de soutien et du cylindre de travail provoquées par l’usure ou la rectification des cylindres, caractérisé en ce qu’elle comprend un dispositif de d’ajustement configuré pour ajuster la dimension dudit premier inter-espace (Itl) et de la dimension du deuxième inter-espace (It2) par la mise en œuvre d’un réglage de la dimension séparant l’axe (ASR) dudit cylindre soutien (SR) et l’axe (ASSR) dudit cylindre d’appui latéral (SSR) définissant, avec le cylindre de soutien, ledit premier inter-espace (Itl).

14. Installation selon la revendication 13 comprenant un dispositif configuré pour l’arrosage par aspersion d’au moins un jet de fluide sur au moins une partie de la bande et au moins une partie d’un desdites cylindres comprenant au moins un système de buses avec des buses (SN1, SN2) configurées pour :

- produire un jet (Jl) dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, le jet traversant un premier inter-espace (Itl) entre le cylindre d’appui latéral (SSR) et le cylindre de soutien (SR), avant d’atteindre ledit cylindre de travail (WR), et/ou

- produire un jet (J2) dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, traversant l’inter-espace entre le cylindre d’appui latéral (SSR) et la bande (ST), avant d’atteindre ledit cylindre de travail et/ou la bande.

15. Installation selon la revendication 13 ou 14, dans laquelle le dispositif d’ajustement comprend ledit support de paliers (BS) qui est monté fixé de manière amovible sur un bras (AR), de position réglable sur le bras, ledit bras étant lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation parallèle au cylindre de soutien (SR) assurant le pivotement dudit support de paliers (BS) autour dudit axe d’articulation, et dans laquelle le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe (ASR) dudit cylindre soutien (SR) et l’axe (ASSR) dudit cylindre d’appui latéral (SSR) est opéré par modification de la position dudit support de paliers (BS) sur le bras (AR).

16. Installation selon la revendication 15, dans laquelle le dispositif d’ajustement comprend un moyen de fixation amovible entre ledit support de paliers et ledit bras comprenant un système de détrompeur rainure/clavette (1), ladite clavette et la rainure portées respectivement par ledit support de palier et ledit bras, ou inversement, ladite clavette ou la rainure portée par le support de paliers (BS) étant désaxée suivant la direction longitudinale du bras, par rapport au plan, parallèle au cylindre d’appui latéral, passant par la médiane (Md) au segment perpendiculaire au cylindre d’appui latéral joignant les deux axes de deux rangées de galets, et dans laquelle le dispositif d’ajustement est configuré pour que ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral est opéré par retournement dudit support de paliers (BS).

17. Installation selon la revendication 13, dans laquelle ledit support de paliers (BS) étant monté fixé sur un bras (AR) lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation (Al) parallèle audit cylindre de soutien assurant le pivotement dudit support de paliers (BS) autour dudit axe d’articulation, et dans lequel le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe (ASR) dudit cylindre de soutien (SR) et l’axe (ASSR) dudit cylindre d’appui latéral (SSR) mise en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par réglage de la position dudit axe d’articulation (Al) sur le bras (AR).

18. Installation selon la revendication 17, dans laquelle ledit dispositif d’ajustement comprend un excentrique (Exl) prévu entre l’axe d’articulation (Al) et ledit bras (AR), et dans lequel le dispositif d’ajustement est configuré pour que ledit réglage de la dimension séparant l’axe (ASR) dudit cylindre soutien (SR) et l’axe (ASSR) dudit cylindre d’appui latéral (SSR) soit opéré par une étape de mise en rotation dudit excentrique (Exl).

19. Installation selon la revendication 13, dans laquelle ledit axe d’articulation (Al) autour duquel, est monté le support de paliers (BS), est soutenu et monté sur un support d’axe (AS) et dans laquelle le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe (ASR) dudit cylindre soutien (SR) et l’axe (ASSR) dudit cylindre d’appui latéral (SSR) est opéré par modification de la position dudit axe d’articulation (Al) sur ledit support d’axe (AS).

20. Installation selon la revendication 19, dans laquelle le dispositif d’ajustement comprend des cales, ledit dispositif d’ajustement configuré pour que la modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe soit obtenue par l’ajout ou le retrait de cales entre le support d’axe et ledit axe d’articulation, ou alternativement, ledit dispositif d’ajustement comprend un excentrique (Ex2) prévu entre ledit axe d’articulation et ledit support d’axe (AS) et dans lequel ledit dispositif d’ajustement est configuré pour que la modification de la position dudit axe d’articulation (Al) sur ledit support d’axe (AS) soit obtenue par la rotation de l’excentrique (Ex2).

Description:
PROCEDE DE LAMINAGE AVEC ETAPE DE REAJUSTEMENT DE L’ INTER-ESPACE ENTRE LE CYLINDRE D’APPUI LATERAL ET LE CYLINDRE DE SOUTIEN

L’invention est relative à un procédé de laminage adaptée à une installation de laminage d’une bande, ainsi qu’à une installation de laminage en tant que telle.

Le domaine de l’invention est celui du laminage à froid d’une bande métallique, et plus particulièrement celui des laminoirs à cage Sexto supporté latéralement, et en particulier les laminoirs connus sous l’appellation « Z High ».

Ces laminoirs trouvent leur application, en ligne, par exemple, dans les lignes de recuit décapage ou, hors ligne, comme laminoirs réversibles, pour bande métallique.

Un laminoir à cage Quarto comprend une cage de maintien dans laquelle sont prévus quatre cylindres à axes parallèles, à savoir respectivement deux cylindres de travail, inférieur et supérieur, définissant l’entrefer de passage de la bande à laminer, ainsi que deux cylindres d’appui, supérieur et inférieur, prenant respectivement appui sur les cylindres de travail du côté opposé à celui de l’entrefer de passage pour transmettre l’effort de laminage.

Un laminoir Sexto comprend deux cylindres supplémentaires par rapport à un Quarto, à savoir deux cylindres intermédiaires interposés respectivement entre chaque cylindre de travail et le cylindre d’appui correspondant, de part et d’autre de la bande métallique : l’effort de serrage de chaque cylindre d’appui est transmis au cylindre de travail, seulement par l’intermédiaire du cylindre intermédiaire, ce dernier présentant une génératrice en contact avec une génératrice du cylindre d’appui et une génératrice diamétralement opposée en contact avec une génératrice du cylindre de travail.

Dans de tels laminoirs, chaque cylindre d’appui et chaque cylindre intermédiaire, est monté rotatif à ses extrémités sur des empoises, par l’intermédiaire de paliers, par exemple à roulements ou encore paliers hydrostatiques. Ces empoises sont des supports qui peuvent être déplacés selon une direction verticale parallèle au plan de serrage, le long et entre les deux montants de la cage.

Classiquement, des vérins d’équilibrage permettent le déplacement des empoises des cylindres intermédiaires. Ces vérins d’équilibrage permettent de changer la position relative des empoises et de leur cylindre, permettant entre autre, d’ouvrir la cage pour faciliter l’engagement du produit à laminer, ou encore de déplacer ces éléments pour faciliter le démontage des cylindres. Ces vérins d’équilibrage peuvent également permettre de cambrer les cylindres intermédiaires. Un avantage d’un laminoir à cage Sexto est la possibilité d’utiliser, par comparaison avec une cage Quarto, des cylindres de travail de plus petit diamètre, ce qui permet d’obtenir une réduction d’épaisseur supérieure du produit à laminer, pour une même force de laminage.

Un laminoir Sexto offre par ailleurs la possibilité de décaler axialement les deux cylindres intermédiaires, et dans le but d’appliquer l’effort de laminage seulement sur la largeur de la bande à laminer, et non sur toute la longueur des cylindres de travail.

Dans un laminoir Sexto dit « supporté latéralement », bien souvent les cylindres de travail ne sont pas montés sur des empoises, mais au contraire prévus flottants. Il est alors nécessaire de maintenir leur position axiale, par l’intermédiaire de butées axiales, mais également de maintenir leur position latérale au moyen d’organes d’appui latéraux, tels que des galets ou des rouleaux d’appui latéraux disposés de part et d’autre du plan de serrage.

On connaît, par exemple, du document ER 0 121 811, en particulier du mode de réalisation de la figure 2, un tel laminoir du type Sexto qui comprend deux cylindres de travail, deux cylindres d’appui et deux cylindres intermédiaires, intercalés respectivement entre l’un des cylindres de travail et le cylindre d’appui correspondant. Dans ce document, les cylindres de travail, les cylindres intermédiaires et les cylindres d’appui sont tous montés sur empoises.

Chaque cylindre de travail est supporté latéralement, de part et d’autre du cylindre de travail, par deux paires de galets. Les galets d’une même paire sont prévus au niveau des deux extrémités de chaque cylindre de travail, au niveau des extrémités du cylindre qui ne sont pas en contact avec la bande à laminer. Les galets sont montés en pivot sur des fourches mobiles en translation par rapport au montant de la cage, sous l’action de vérins hydrauliques.

A la figure 6 de ce document, il est prévu des buses embarquées sur la partie de support des galets, mobile par rapport au montant de la cage. A cet effet, on utilise des flexibles pour alimenter les buses en produits de refroidissement et/ou de lubrification, les flexibles permettant de tenir compte des déplacements entre la partie de support, mobile, et les montants de la cage. Ces buses permettent la lubrification et le refroidissement des galets et du cylindre de travail, au niveau de la zone d’appui des galets.

On connaît encore du document US 4,531,394 une autre conception de laminoir, du type Sexto supporté latéralement. Un tel laminoir comprend toujours deux cylindres de travail, deux cylindres d’appui et deux cylindres intermédiaires, intercalés respectivement entre l’un des cylindres de travail et le cylindre d’appui correspondant. Dans ce document, les cylindres d’appui et les cylindres intermédiaires sont montés à leurs extrémités sur des empoises, tandis que les cylindres de travail sont prévus flottants. Chaque cylindre de travail est supporté latéralement, de chaque côté du cylindre de travail, par un cylindre d’appui latéral, lui-même en appui sur deux rangées de galets disposés sur la longueur du cylindre.

Dans cette conception de laminoir, pour chaque cylindre de travail, les deux cylindres d’appui latéraux correspondants sont solidaires des deux empoises dudit cylindre intermédiaire. Chaque cylindre d’appui latéral, ainsi que ses galets d’appui sont montés sur un bras support qui s’étend entre les deux empoises du cylindre intermédiaire, chaque bras support étant monté pivotant autour d’un arbre dont les extrémités sont solidaires des empoises.

L’ensemble cylindre intermédiaire, empoises du cylindre intermédiaire, bras support, (droite et gauche), galets et cylindres d’appui latéral, droite et gauche, forme un ensemble autoportant, couramment appelé « cassette » ou encore « insert» qui peut être introduit dans la cage, ou retiré de la cage, lors de la maintenance, par coulissement de l’ensemble selon la direction des cylindres, dans la position d’ouverture de la cage.

Quatre poutres de répartition d’effort s’étendent de manière rigide entre les deux montants de la cage, respectivement, en vis-à-vis de chaque bras support. Chaque poutre de répartition d’effort supporte une poutre, dite de précharge, mobile en translation par rapport à la poutre de répartition d’effort correspondante, déplaçable vers l’intérieur de la cage selon une direction sensiblement horizontale. Des vérins de précharge permettent de contraindre la poutre mobile en contact avec le bras support pivotant pour précharger le cylindre d’appui latéral sur le cylindre de travail.

Dans un tel laminoir, le refroidissement et la lubrification du cylindre de travail et du cylindre intermédiaire sont effectués au moyen de buses, repérées respectivement 73 et 72 à la figure 2 du document US 4,531,394, physiquement à distance du cylindre de travail, situées en dehors de G « insert » ou de la « cassette ». Sur la figure 2, ces buses sont solidarisées à la poutre de répartition d’effort, ou encore, à la poutre de précharge mobile. Afin que le jet puisse atteindre le cylindre intermédiaire, les buses, repérées 72 sont en regard d’alésages traversant les bras support. En pratique et à la connaissance des inventeurs, cette solution d’arrosage par l’intermédiaire d’alésages des bras support ne semblerait pas être retenue dans les laminoirs mis en œuvre industriellement.

Selon les constatations des inventeurs, les buses de pulvérisation, repérées 73 sont incapables de refroidir correctement le rouleau de travail car elles sont situées trop loin de celui-ci, leurs jets venant trop vite en interférence avec les bras supports latéraux, galets et rouleaux d’appuis latéraux et donc incapables de remonter le défilement de la bande. D’autre part, selon les constatations des inventeurs, les buses repérées 72 sont incapables de lubrifier correctement le contact entre le rouleau de travail et le cylindre intermédiaire car elles sont situées trop loin de celui-ci. A l’usage, de tels laminoirs à insert, présentent une durée de vie limitée pour le cylindre de travail, en raison de son mauvais refroidissement.

On connaît encore du document US.6, 041, 636 une autre conception d’un laminoir du type sexto supporté latéralement, à « insert » ou « cassette ». Comme dans le document précédent, l’ensemble cylindre intermédiaire, empoises du cylindre intermédiaire, bras support, (droite et gauche), galets et cylindres d’appui latéral, droite et gauche, forme un ensemble autoportant qui peut être introduit dans la cage ou retiré de la cage lors de la maintenance, par coulissement de l’ensemble selon la direction des cylindres.

Dans ce document US.6, 041, 636, les empoises des cylindres intermédiaires sont montées sur des blocs de cambrage. Les vérins des blocs de cambrage permettent, lors du fonctionnement, de rapprocher les cylindres intermédiaires, dans une position de travail illustrée à la figure 5 de ce document, ou encore d’écarter les cylindres intermédiaires jusqu’à une position, illustrée à la figure 4, permettant le retrait des inserts par coulissement. Ces vérins peuvent permettre également, en fonctionnement de cambrer le cylindre intermédiaire.

Dans ce document, il est connu d’alimenter en lubrifiant les roulements des galets des bras support de l’insert, à partir d’une source de lubrifiant. Des dispositifs de connexion/déconnexion permettent, dans la position de travail des cylindres, de connecter la source de lubrifiant à des alésages de lubrification prévus dans les empoises, et de déconnecter automatiquement les alésages lorsque les cylindres intermédiaires et leurs empoises sont écartés verticalement par les blocs de cambrage. Cette connexion/déconnexion automatique est avantageuse. Aucune opération supplémentaire pour connecter/déconnecter la source de lubrifiant n’est nécessaire lors de la maintenance, en particulier lorsque les inserts doivent être retirés ou introduits dans la cage. A cet effet, chaque dispositif de connexion comprend un élément, repéré 57 nommé « plunger », creux, destiné à conduire le lubrifiant, et qui permet, dans la position de travail des cylindres intermédiaires, telle qu’illustrée à la figure 9, de joindre de manière relativement étanche l’alésage de l’empoise par l’intermédiaire d’un joint. Cet élément est mobile, verticalement en translation, contraint vers sa position d’étanchéité au moyen d’un ressort, repéré 58. Dans la position de connexion, le lubrifiant s’écoule à partir de la source de lubrifiant au travers de l’élément mobile et jusqu’à l’alésage de l’insert. Le lubrifiant s’écoule ensuite depuis l’alésage de l’empoise, et jusqu’aux roulements par l’intermédiaire du creux de l’arbre, repéré 17, sur lequel le bras support est monté pivotant.

Lorsque les cylindres intermédiaires sont écartés par les blocs de cambrage jusqu’à leur position de retrait, la course de l’élément mobile est limitée, inférieure à la course de déplacement des blocs de cambrage, permettant ainsi de garantir un inter-espace entre l’élément mobile et l’empoise, tel qu’illustré à la figure 8 du document US 6,041,636. Il est alors possible de retirer l’insert, sans frottement entre les empoises et l’élément mobile.

Un tel dispositif de connexion/déconnexion permet la lubrification des roulements des bras supports. Toutefois ce document n’aborde pas le problème du refroidissement des cylindres de travail. A la connaissance des inventeurs, et selon cette conception, le refroidissement des cylindres intermédiaires et de travail et la lubrification du contact cylindre intermédiaire/cylindre de travail est toujours effectué en prévoyant des buses physiquement à distance des cylindres.

On connaît toutefois du document EP 1 721 685 un laminoir du type sexto latéralement, perfectionnant le refroidissement d’un cylindre de travail. Ce document se propose d’améliorer les laminoirs de l’état de la technique à « cassettes », pour lesquels il n’y aurait pas de place pour placer des buses de refroidissement au plus près des rouleaux. La figure 2 illustre l’objet du perfectionnement de l’antériorité EP 1 721 685.

Le laminoir est désormais un laminoir unidirectionnel (non réversible) qui comprend, en amont, selon le sens de défilement de la bande, un cylindre d’appui latéral, tel que précédemment décrit, supporté par un bras support. En aval, le bras support est dépourvu de galet ou de cylindre d’appui. Ce cylindre d’appui est remplacé par un patin dénommé « support pad » qui peut être en bronze ou en un matériau en graphite auto-lubrifiant, destiné à glisser sur la surface du rouleau de travail, sans exercer d’effort substantiel sur celui-ci.

Ce bras support à patin embarque plusieurs buses pour un liquide de refroidissement qui permettent de refroidir directement le rouleau de travail, du côté aval. En aval, le liquide de lubrifiant est alimenté jusqu’aux buses par l’intermédiaire de l’arbre creux du bras support correspondant. En amont, l’arbre creux du bras support est utilisé pour acheminer le lubrifiant jusqu’aux roulements des galets supportant le cylindre d’appui latéral. Ce document enseigne ainsi comment améliorer le refroidissement des cylindres de travail. Toutefois cette amélioration se fait au détriment du supportage du cylindre de travail sur l’un de ses côtés, en supprimant un cylindre d’appui latéral et en le remplaçant par un patin, le laminoir n’étant alors plus un laminoir réversible.

On connaît encore du document EP 2 391 459 une méthode et un dispositif d’arrosage d’une installation de laminage. Ce document s’intéresse plus particulièrement à l’arrosage des cylindres de travail supportés latéralement chacun par une paire de cylindres, et comprenant au moins une paire de cylindres d’appui pour la transmission d’un effort de laminage. Ce document se veut notamment comme une amélioration du document EP 1 721 685 précédemment décrit, solution qui resterait interdite aux laminoirs réversibles.

Selon ce document, on prévoit une aspersion directe d’au moins une partie des cylindres de travail, de part et d’autre dudit plan perpendiculaire à la direction de défilement de la bande. Selon ce document, les buses sont positionnées sur les supports des cylindres d’appui latéraux afin d’arroser directement le cylindre de travail des deux côtés, latéralement de part et d’autre du plan de serrage.

Toutefois, la technologie décrite dans ce document EP 2 391 459 n’est pas une technologie à « cassettes » comme enseignée par les documents US 4.531.394, US.6, 041,636, EP 1.721.685 pour laquelle l’ensemble cylindre intermédiaire, empoises du cylindre intermédiaire, bras support, (droite et gauche), galets et cylindres d’appui latéral, droite et gauche, forme un ensemble autoportant, appelé « insert » qui peut être introduit dans la cage ou retiré de la cage lors de la maintenance, par coulissement de l’ensemble selon la direction des cylindres.

La réelle difficulté de l’amélioration de l’arrosage des cylindres de travail dans un laminoir à cassettes n’est pas de placer les buses d’arrosage dans la cassette, mais de savoir comment les alimenter en fluide de lubrification/refroidissement, et sans augmenter la durée de maintenance lors des opérations de retrait ou d’insertion de la cassette dans la cage du laminoir. Par exemple, il est exclu d’utiliser des flexibles entre la cassette et la cage du laminoir pour alimenter les buses, car ceux-ci nécessiteraient d’être démontés et remontés lors des opérations de retrait ou d’introduction de la cassette, ce qui allongerait considérablement le temps nécessaire pour ces opérations de maintenance.

Comme précédemment décrit, le document US.6, 041, 636 divulgue des dispositifs de connexion automatique permettant, dans la position de travail des cylindres, de connecter la source de lubrifiant à des alésages de lubrification prévus dans les empoises, et de déconnecter automatiquement les alésages lorsque les cylindres intermédiaires sont écartés verticalement par les blocs de cambrage. Toutefois, un tel dispositif ne peut être utilisé que pour alimenter en lubrifiant, soit uniquement les roulements des galets du cylindre d’appui latéral d’un bras support, soit uniquement pour alimenter en fluide les buses d’un bras support. C’est la raison pour laquelle le bras support des buses est dépourvu de cylindre d’appui latéral dans le document EP 1 721 685, celui-ci étant remplacé par un patin qui ne nécessite pas de roulement à lubrifier. Par ailleurs, le dispositif de connexion dans cette antériorité vient se connecter aux empoises ce qui oblige d’acheminer le fluide selon une trajectoire complexe par l’intermédiaire de l’arbre creux et jusqu’à l’extrémité inférieure du bras support. Cette trajectoire du fluide, complexe, depuis l’empoise jusqu’au bras support, par l’intermédiaire de l’arbre creux, engendre des pertes de charge importantes, limitant les débits. En résumé, et selon l’état de la technique précité, dans les laminoirs réversibles du type sexto supportés latéralement précités, à cassettes, les refroidissements des cylindres de travail et des cylindres intermédiaires sont effectués au moyen de buses placées en dehors de la cassette, physiquement à distance des cylindres de travail et des cylindres intermédiaires et dont les jets ne peuvent atteindre directement les cylindres de travail. Dans ce type de laminoir mis en œuvre industriellement, il est classique de placer une rampe de pulvérisation, de chaque côté du plan de serrage, embarquée sur la poutre de répartition d’effort de la cage et dont les jets sont dirigés au niveau du contact entre le cylindre d’appui et le cylindre intermédiaire. Selon cet agencement, la lubrification du cylindre de travail est donc obtenue, indirectement, par le fait que le cylindre intermédiaire a été mouillé et que ce cylindre transporte cette lubrification lors de sa rotation d’un demi-tour, jusqu’au cylindre de travail. Selon les constatations des inventeurs, cette lubrification est insuffisante, en particulier pour les cylindres placés sous la bande.

En outre, et lorsque la vitesse du laminoir devient importante, la force centrifuge à la circonférence du cylindre intermédiaire tend à essorer le cylindre de sorte que peu de fluide de refroidissement atteint le cylindre de travail.

On connaît toutefois du document WO 2015/011373 de la présente Demanderesse, un laminoir du Type Sexto supporté, à technologie à cassette qui apporte un progrès notable pour le refroidissement des cylindres de travail, et par rapport à l’état de la technique précité, en particulier de cage de laminoir à cassette.

II s’agit d’un laminoir Sexto supporté latéralement qui comporte :

- une cage de maintien comprenant deux paires de montants écartées entre-elles aux deux extrémités de la cage, au moins deux montants d’une même paire définissant une fenêtre d’accès,

- deux cylindres de travail, aptes à enserrer une bande à laminer, deux cylindres d’ appui, et deux cylindres intermédiaires, les cylindres d’appui et les cylindres intermédiaires étant montés rotatifs à leurs extrémités sur des empoises,

- des cylindres d’appui latéraux, aptes à supporter latéralement les cylindres de travail, chaque cylindre d’appui latéral étant porté par un bras support, monté pivotant sur un axe,

- des poutres de répartition d’effort s’étendant entre les montants correspondants de chaque paire, et des moyens d’application d’un effort de précharge sur chaque bras support, destinés à engager avec l’un des bras support au niveau d’une surface d’appui, et comprenant au moins un vérin de précharge solidaire de l’une des poutres de répartition d’effort,

- une ou plusieurs buses de pulvérisation pour un fluide lubrifiant/ refroidissant. Chaque bras support d’un cylindre d’appui latéral est monté pivotant sur ledit axe, constitué par un arbre solidaire des empoises d’un des cylindres intermédiaires, chaque cylindre intermédiaire, empoises du cylindre intermédiaire, cylindres d’appui latéraux et bras supports correspondants formant un ensemble autoportant, appelé insert (ou « cassette »), qui peut être retiré ou introduit par coulissement au travers de la fenêtre d’accès lors de la maintenance, dans la position d’ouverture de la cage.

Le creux de l’arbre peut éventuellement servir, comme dans l’état de la technique (voir LFS 6,041,636) pour canaliser un fluide destiné à lubrifier les roulements des galets (repérés 52 à la figure 1) supportant latéralement le cylindre d’appui latéral. Selon le document WO 2015/011373, au moins une des buses est embarquée sur l’un des bras support en particulier pour permettre la lubrification/refroidissement des cylindres de travail et/ou des cylindres intermédiaires.

Avantageusement, le circuit d’alimentation en fluide de ladite au moins une buse comprend un dispositif repéré 13 de connexion/déconnexion présentant :

- une conduite du bras support, destinée à canaliser le fluide, présentant une ouverture d’alimentation débouchant sur la surface d’appui 10 du bras support 6 destinée à engager les moyens d’application d’un effort de précharge,

- une partie creuse, mobile par rapport à la poutre de répartition d’effort, déplaçable par rapport à ladite poutre de répartition d’effort 8 sous l’action desdits moyens 9 d’application d’un effort de précharge.

Selon le document WO 2015/011373, cette partie creuse est configurée pour réaliser une liaison étanche avec l’ouverture d’alimentation sur la surface d’appui dans une première position de connexion, ou au contraire, s’escamoter dans une deuxième position de déconnexion, à distance de la surface d’appui.

Dans la première position de connexion, telle qu’illustrée à la figure 2 du document WO 2015/011373, le fluide de refroidissement peut être canalisé depuis la source jusqu’à ladite au moins une buse repérée 12 (illustrée) ou encore jusqu’à ladite au moins une buse repérée 12’ (non illustrée), par l’intermédiaire dudit dispositif de connexion/déconnexion. Dans la deuxième position de déconnexion, les moyens d’application d’un effort de précharge sont escamotés, en position rétractée, ladite partie creuse étant à distance du bras support.

Cette position permet, en particulier lorsque la conception du laminoir est du type à insert (ou à cassette) de pouvoir retirer ou introduire G insert, sans nécessiter de temps de maintenance supplémentaire pour déconnecter/connecter la source de fluide.

Un autre avantage d’un tel dispositif de connexion/déconnexion est qu’il vient se connecter directement au bras support, et non aux empoises du cylindre intermédiaire comme enseigné dans l’état de la technique connu du document US.6, 041, 636. Pour arriver jusqu’à la buse ou dans un laminoir de type à insert WO 2015/011373, le fluide n’a pas besoin de traverser l’arbre creux sur lequel le bras support est monté pivotant. Il est alors possible de limiter sensiblement les pertes de charge, et ainsi d’obtenir des débits de fluide bien supérieurs à ceux obtenus dans cet état de la technique, et ainsi d’améliorer sensiblement le refroidissement des cylindres de travail en plaçant des buses de refroidissement au plus près du cylindre d’appui latéral.

On connaît encore du document WO 2011/107165 une cage de laminage du type Sexto supporté latéralement, avec des cylindres de travail, des cylindres intermédiaires. La cage de laminage comprend, selon l’exemple de la figure 5 des cylindres d’appui latéral, et plus particulièrement, pour chaque cylindre de travail, un premier cylindre d’appui latéral et un deuxième cylindre d’appui latéral, situés de part et d’autre du plan de serrage. Chaque cylindre d’appui latéral est maintenu par deux rangées de galets d’appui, les galets d’appui et le cylindre d’appui latéral étant portés par un bras monté pivotant autour d’un organe de guidage repéré 72 à la figure 5.

De manière notable, et dans ce document WO 2011/107165 les galets d’appui et leur bras support sont montés pivotants sur le bloc de cambrage, apte à supporter une empoise du cylindre intermédiaire, bloc de cambrage qui est apte à se déplacer verticalement par rapport au montant de la cage. Lors de la maintenance, il devient possible d’extraire axialement le cylindre intermédiaire, par glissement de ses empoises par rapport aux blocs de cambrage, et alors que le cylindre d’appui latéral reste fixe dans la cage, toujours relié au bloc de cambrage par l’intermédiaire du bras support.

L’invention s’intéresse plus particulièrement, au moins selon un mode de réalisation, au problème du refroidissement des cylindres de travail, lorsque chaque cylindre de travail est maintenu latéralement, par deux cylindres d’une paire de cylindre d’appui latéral, disposés de part et d’autre du plan de serrage, par une aspersion directe du cylindre de travail, et comme enseigné par le document EP 291 459 Al.

De manière notable toutefois, l’invention s’intéresse à la résolution de ce problème dans le cas où les deux rangées de galets d’ appui assurant le maintien de chaque cylindre d’ appui latéral est monté pivotant par l’intermédiaire d’un bras support, que ce bras support soit articulé suivant un axe de pivot aux empoises du cylindre intermédiaire comme enseigné par le document WO 2015/011373, ou encore au bloc de cambrage apte à supporter l’empoise du cylindre intermédiaire, embarqué au bloc de cambrage, comme enseigné par le document WO 2011/107165.

Les figures 1 à 4 illustrent les configurations standards d’un laminoir de type Sexto supporté latéralement, du type à cassette, par exemple enseigné selon le document WO 2015/011373 ou US.6, 041, 636 dans lequel le cylindre de soutien transmettant l’effort du laminage au cylindre de travail WR est un cylindre intermédiaire IR. Ce cylindre de travail est maintenu latéralement par les deux cylindres d’une paire de cylindre d’appui latéral SSR, disposés de part et d’autre du plan de serrage de la cage.

Chaque cylindre d’appui latéral SSR est lui-même maintenu par deux rangées de galets d’appui G appartenant à un support de palier, fixé à l’une des extrémités d’un bras Bs, l’autre extrémité étant articulée autour d’un arbre fixé à ses extrémités aux deux empoises du cylindre intermédiaire.

La figure 1 représente une telle configuration lorsque le cylindre intermédiaire et le cylindre de travail sont neufs, à savoir de diamètres maximum, par exemple 355 mm pour le cylindre intermédiaire et 140 mm pour le cylindre de travail selon cet exemple. La figure 4 représente cette configuration lorsque le cylindre intermédiaire et le cylindre de travail sont usés et à changer, à savoir de diamètres minimum, par exemple 330 mm pour le cylindre intermédiaire et 120 mm pour le cylindre de travail.

Lors de la conception, la position de l’axe d’articulation entre le bras support et les deux empoises du cylindre intermédiaire est choisie pour que, lorsque le diamètre de cylindre de travail WR et le diamètre du cylindre intermédiaire IR sont maximum, il n’y ait pas d’interférence mécanique entre le cylindre de d’appui latéral SSR et le cylindre intermédiaire IR (voir figure 1), et pour que, lorsque le diamètre de cylindre de travail WR et le diamètre du cylindre intermédiaire IR sont minimum, il n’y ait pas d’interférence entre le cylindre d’appui latéral et la bande métallique laminée (voir figure 4).

On remarque encore à la figure 1 (ou à la figure 4) qu’il est possible de refroidir le cylindre de travail par une aspersion directe, de part et d’autre du plan de serrage de la cage du laminoir : - le premier jet Jl généré par un premier système de buses, embaqué au support de palier, traverse une ouverture de passage définie par l’inter-espace entre le cylindre d’appui latéral SSR et le cylindre intermédiaire IR, avant d’atteindre le cylindre de travail, à proximité du contact cylindre intermédiaire/cylindre de travail WR.

- un second jet J2, généré par un second système de buses, embarqué au support de palier traverse l’inter-espace entre le cylindre d’appui latéral SSR et la bande métallique, avant d’atteindre directement le cylindre de travail, voire même la bande métallique, au niveau de l’emprise de laminage.

Au cours de l’exploitation, l’état de surface du cylindre de travail et l’état de surface du cylindre intermédiaire se détériorent. Périodiquement, et de manière connue, on procède à des rectifications du cylindre de travail, et moins fréquemment à des rectifications du cylindre intermédiaire, afin de restaurer leur état de surface. Ces opérations engendrant une diminution de diamètre des cylindres rectifiés.

La diminution de diamètre du cylindre de travail étant ainsi plus rapide que celle du cylindre intermédiaire, les inventeurs constatent que le mécanisme de supportage et de position des cylindres d’appui latéral (avec une position de pivot fixe par rapport à l’axe de rotation du cylindre intermédiaire, et une longueur de bras fixe) présente des inconvénients pour certaines configurations de diamètres du cylindre intermédiaire et du cylindre de travail : on observe ainsi des risques d’interférences entre le cylindre intermédiaire et le cylindre d’appui latéral (ou son support de paliers), ou encore un risque d’obstruction de l’ouverture de passage pour les jets d’arrosage et de lubrification du contact cylindre intermédiaire/cylindre de travail, ou les jets pour la lubrification de l’emprise de laminage.

Ainsi et à la figure 3, représentant une configuration pour laquelle le diamètre du cylindre intermédiaire est maximal (355 mm) et le diamètre du cylindre de travail est minimal (120 mm), on observe que les jets d’arrosage sont interrompus (à droite), l’ouverture de passage entre le cylindre d’appui latéral (droite) et le cylindre intermédiaire n’étant plus traversée par le jet Jl, le refroidissement du cylindre de travail et de l’interface cylindre intermédiaire/cylindre de travail étant compromis. On observe encore un jeu très faible de 0,7 mm entre le support de paliers (à droite) et le cylindre intermédiaire, avec risque de contact mécanique.

De même à la figure 4 pour lesquels les diamètres d’un cylindre intermédiaire au diamètre minimum et un cylindre de travail au diamètre maximal, on observe que la distance entre la bande métallique et chaque support de palier (gauche) est faible, avec seulement de 7,3 mm, représentant un risque de contact important. Le but de la présente invention est de pallier les inconvénients précités en proposant un procédé de laminage adapté à une installation de laminage d’une bande permettant d’éviter les interférences mécaniques précitées entre la bande métallique et l’ensemble cylindre d’appui latéral/support de paliers, et ou encore les interférences mécaniques entre l’ensemble cylindre d’appui latéral/support de paliers et le cylindre intermédiaire, lorsque ledit support de palier est monté pivotant suivant un axe d’ articulation, parallèle au cylindre de soutien, que le support de paliers soit articulé suivant un axe de pivot aux empoises du cylindre intermédiaire comme enseigné à titre d’exemple par le document WO 2015/011373, ou encore au bloc de cambrage apte à supporter l’empoise le cylindre intermédiaire comme enseigné par le document

WO 2011/107165.

Plus particulièrement le but de la présente invention est de proposer un tel procédé permettant d’éviter les interférences précitées tout au long de l’exploitation de l’installation de laminage, et quelles que soient les configurations possibles des diamètres du cylindre de travail et du cylindre intermédiaire qui sont amenés respectivement à diminuer de diamètre, depuis un diamètre maximal et jusqu’ à un diamètre minimal.

Lin autre but de l’invention est de proposer, au moins selon un mode de réalisation, un tel procédé qui assure un refroidissement optimal du contact cylindre intermédiaire/cylindre de travail et/ou de l’emprise de laminage entre le cylindre de travail et la bande, tout au long de l’exploitation de l’installation de laminage, et quelles que soient les configurations possibles des diamètres du cylindre de travail et du cylindre intermédiaire.

Lin autre but de la présente invention est de proposer une installation de laminage en tant que telle, convenant pour la mise en œuvre du procédé.

D’autres buts et avantages apparaîtront au cours de la description précitée qui n’est donnée qu’à titre indicatif et qui n’ a pas pour but de la limiter.

Aussi l’invention concerne tout d’abord un procédé de laminage adapté à une installation de laminage d’une bande comprenant :

- un laminage, par une paire de cylindres de travail à axes parallèles, de ladite bande prise entre lesdits cylindres de travail et défilant entre la paire de cylindres de travail, chacun desdits cylindres de travail ayant au moins une génératrice de contact avec la bande,

- une transmission auxdits cylindres de travail d’un effort de laminage sensiblement normal à la bande, par une paire de cylindres de soutien, lesdits cylindres de travail et lesdits cylindres de soutien situés du même côté de la bande étant en contact l’un avec l’autre le long d’une génératrice de soutien commune afin de transmettre ledit effort de laminage,

- un plan perpendiculaire à une direction de défilement de la bande, dans lequel se trouvent au moins une génératrice de contact et les axes desdits cylindres de travail,

- un maintien de chacun desdits cylindres de travail par une paire de cylindres d’appui latéraux, situés de part et d’autre dudit plan perpendiculaire, chacun des cylindres d’appui latéral étant, apte à exercer, le long d’une génératrice d’appui dudit cylindre de travail, un effort maintenant l’axe du cylindre de travail dans une position déterminée par rapport à une cage de laminage de l’installation et auxdits cylindres d’appui latéraux,

- un soutien de chacun desdits cylindres d’appui latéral au moyen de deux rangées formées d’une pluralité de galets montés côte à côte, permettant de maintenir dans une position déterminée les cylindres d’appui latéraux par rapport à la cage de laminage de l’installation et auxdits deux rangées de galets,

- un soutien de chacune des deux rangées formées de ladite pluralité de galets, par l’intermédiaire d’un support de paliers portant les deux rangées de galets, ledit support de paliers étant monté pivotant suivant un axe d’articulation, parallèle au cylindre de soutien , porté par un support d’axe, tel que les empoises du cylindre de soutien, ou encore les blocs de cambrage destinés au cambrage du cylindre de soutien, ledit support d’axe étant fixe par rapport à l’axe du cylindre de soutien, et dans lequel procédé les dimensions d’un premier inter-espace défini entre le cylindre d’appui latéral et le cylindre de soutien et d’un second inter-espace défini entre la bande et l’ensemble cylindre d’ appui latéral/support de paliers varient au cours du laminage en raison des réductions de diamètres du cylindre de soutien et du cylindre de travail provoquées par l’usure et les rectification des cylindres.

Selon l’invention, ledit procédé comprend une étape de réajustement pour laquelle on ajuste la dimension dudit premier inter-espace et du second inter espace par la mise en œuvre d’un réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral définissant, avec le cylindre de soutien, ledit premier inter-espace.

Selon des caractéristiques optionnelles de l’invention, prises seules ou en combinaison :

- ladite étape de réajustement consiste à régler la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral de sorte que la dimension du premier inter-espace est au moins égale une limite inférieure Amin 1 et la dimension du deuxième espace est au moins égale une limite inférieure Dhiίh2, ladite limite inférieure Amin 1 et la limite inférieure Dhiίh2 étant par exemple supérieure ou égale à 5 mm ;

- le diamètre du cylindre de soutien étant compris entre un diamètre maximal et un diamètre minimal, procédé dans lequel on définit un diamètre nominal, inférieur au diamètre maximal et supérieur au diamètre minimal et dans lequel :

- on maintient une première configuration de laminage sans étape de réajustement tant que le diamètre du cylindre de soutien est compris entre le diamètre maximal et le diamètre nominal,

- on obtient une deuxième configuration de laminage, lorsque le cylindre de soutien est au diamètre nominal, par la mise en œuvre de ladite étape de réajustement avec réduction de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral SSR

- on maintient ladite deuxième configuration obtenue par ladite étape de réajustement tant que le diamètre du cylindre de soutien est compris entre le diamètre nominal et le diamètre minimal ;

- l’installation de laminage présente au moins des buses d’aspersion permettant l’arrosage par aspersion d’au moins un jet de fluide sur au moins une partie de la bande et au moins une partie d’un desdits cylindres et dans lequel on met en œuvre une étape d’arrosage comprenant au moins une aspersion directe d’au moins une partie des cylindres de travail, de part et d’autre dudit plan perpendiculaire à la direction de défilement de la bande, lesdites buses étant configurées pour :

- produire un jet dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, le jet traversant ledit première inter-espace entre le cylindre d’appui latéral et le cylindre de soutien, avant d’atteindre ledit cylindre de travail, et/ou

- produire un jet dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, traversant l’inter-espace entre la bande et le cylindre d’appui latéral, avant d’atteindre ledit cylindre de travail et/ou la bande ;

- ledit support de paliers est monté fixé de manière amovible sur un bras, de position réglable sur le bras, ledit bras étant lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation , parallèle audit cylindre de soutien, assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation, et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit support de paliers sur le bras ; - l’installation comprend un moyen de fixation amovible entre ledit support de paliers et ledit bras comprenant un système de détrompeur rainure/clavette, ladite clavette et la rainure portées respectivement par ledit support de paliers et ledit bras, ou inversement, ladite clavette ou la rainure portée par le support de paliers étant désaxée suivant la direction longitudinale du bras, par rapport au plan, parallèle à l’axe cylindre d’appui, passant par la médiane au segment, perpendiculaire au cylindre d’appui latéral, joignant les deux axes des deux rangées de galets, et dans ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de retournement dudit support de paliers sur le bras ;

- ledit support de paliers étant monté fixé sur un bras lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation parallèle audit cylindre de soutien assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation, et dans ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de réglage de la position dudit axe d’articulation par rapport au bras support : par exemple un excentrique est prévu entre l’axe d’articulation et ledit bras , et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de mise en rotation dudit excentrique ;

- ledit axe d’articulation, autour duquel est monté le support de paliers, est soutenu et monté sur ledit support d’axe et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe : par exemple, ladite étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe est obtenue par l’ajout ou le retrait de cales entre le support d’axe et ledit axe d’articulation, ou alternativement, ladite étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe est obtenue par la rotation d’un excentrique prévu entre ledit axe d’articulation et ledit support d’ axe ;

- ledit cylindre de soutien est supporté à ses extrémités par des empoises, et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position de l’axe dudit cylindre de soutien par rapport aux blocs de cambrage destinés au cambrage du cylindre de soutien ;

- ladite étape de réajustement est mise en œuvre lors d’une interruption du laminage, après rectification du cylindre de travail et/ou du cylindre de soutien. L’invention concerne encore une installation de laminage d’une bande comportant au moins une cage comprenant :

- une paire de cylindres de travail à axes parallèles, entre lesquels défile la bande chacun desdits cylindres de travail ayant au moins une génératrice de contact avec la bande,

- un plan perpendiculaire à une direction de défilement de la bande, dans lequel se trouvent au moins une génératrice de contact et les axe desdits cylindres de travail,

- une paire de cylindres de soutien, à axes parallèles au plan de la bande et situés de part et d’autre de ladite bande, lesdits cylindres de soutien et cylindres de travail situés d’un même côté de la bande étant en contact l’un avec l’autre le long d’une génératrice de soutien commune afin de transmettre aux cylindres de travail un effort de laminage sensiblement normal à la bande,

- deux paires de cylindre d’appui latéral à axes parallèles, lesdits cylindres d’une même paire étant situés symétriquement de part et d’autre d’un desdits cylindres de travail, dans un plan parallèle à la bande, afin que chacun des cylindres d’appui latéral d’une même paire soit apte à transmettre le long d’une génératrice d’appui dudit cylindre de travail un effort permettant un maintien dans une position déterminée relativement au cylindre de soutien,

- un soutien de chacun desdits cylindres d’appui au moyen de deux rangées formées d’une pluralité de galets d’appui montés côte à côte, permettant de maintenir dans une position déterminée les cylindres d’appui latéral,

- un soutien de chacune des deux rangées formées de ladite pluralité de galets d’appui, par l’intermédiaire d’un support de paliers portant les deux rangées, ledit support de paliers étant monté pivotant suivant un axe d’articulation, parallèle au cylindre de soutien, porté par un support d’axe, fixe par rapport à l’axe du cylindre de soutien, tel que les empoises du cylindre de soutien, ou encore les blocs de cambrage destinés au cambrage du cylindre de soutien, dans laquelle l’installation comprend, lors du laminage de la bande métallique, un premier inter espace défini entre le cylindre d’appui latéral et le cylindre de soutien et un second inter-espace défini entre la bande et l’ensemble cylindre d’appui latéral/ support de paliers susceptible de varier au cours du laminage en raison des réductions de diamètres du cylindre de soutien et du cylindre de travail provoquées par l’usure ou la rectification des cylindres.

Selon l’invention, ladite installation comprend un dispositif de d’ajustement configuré pour ajuster la dimension dudit premier inter-espace et de la dimension du deuxième inter-espace par la mise en œuvre d’un réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral définissant, avec le cylindre de soutien, ledit premier inter-espace.

Selon des caractéristiques optionnelles de l’invention prises seules ou en combinaison :

- l’installation comprend un dispositif configuré pour l’arrosage par aspersion d’au moins un jet de fluide sur au moins une partie de la bande et au moins une partie d’un desdites cylindres comprenant au moins un système de buses avec des buses configurées pour :

- produire un jet dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, le jet traversant un premier inter-espace entre le cylindre d’appui latéral et le cylindre de soutien , avant d’atteindre ledit cylindre de travail, et/ou

- produire un jet dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, traversant l’inter-espace entre le cylindre d’appui latéral et la bande, avant d’atteindre ledit cylindre de travail et/ou la bande ;

- le dispositif d’ajustement comprend ledit support de paliers qui est monté fixé de manière amovible sur un bras , de position réglable sur le bras, ledit bras étant lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation parallèle au cylindre de soutien assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation, et dans laquelle le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral est opéré par modification de la position dudit support de paliers sur le bras: par exemple, le dispositif d’ajustement comprend un moyen de fixation amovible entre ledit support de paliers et ledit bras comprenant un système de détrompeur rainure/clavette, ladite clavette et la rainure portées respectivement par ledit support de palier et ledit bras, ou inversement, ladite clavette ou la rainure portée par le support de paliers étant désaxée suivant la direction longitudinale du bras, par rapport au plan, parallèle au cylindre d’appui latéral, passant par la médiane au segment perpendiculaire au cylindre d’appui latéral joignant les deux axes de deux rangées de galets, et dans laquelle le dispositif d’ajustement est configuré pour que ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral est opéré par retournement dudit support de paliers ;

- ledit support de paliers étant monté fixé sur un bras lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation parallèle audit cylindre de soutien assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation, et dans lequel le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mise en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par réglage de la position dudit axe d’articulation sur le bras ; par exemple ledit dispositif d’ajustement comprend un excentrique prévu entre l’axe d’articulation et ledit bras, et dans lequel le dispositif d’ajustement est configuré pour que ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’ appui latéral soit opéré par une étape de mise en rotation dudit excentrique ;

- ledit axe d’articulation autour duquel, est monté le support de paliers, est soutenu et monté sur un support d’axe et dans laquelle le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral est opéré par modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe ;par exemple, le dispositif d’ajustement comprend des cales, ledit dispositif d’ajustement configuré pour que la modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe soit obtenue par l’ajout ou le retrait de cales entre le support d’axe et ledit axe d’articulation, ou alternativement, ledit dispositif d’ajustement comprend un excentrique prévu entre ledit axe d’articulation et ledit support d’axe et dans lequel ledit dispositif d’ajustement est configuré pour que la modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe soit obtenue par la rotation de l’excentrique.

L’invention sera mieux comprise à la lecture de la description accompagnée des figures en annexe, représentant l’invention, parmi lesquelles :

- Les figures 5 à 10 illustrent un premier mode de réalisation de l’invention pour lequel l’étape de réajustement est obtenu par retournement des supports de paliers fixés aux bras, les figures illustrant la cage de laminoir selon différentes configurations de diamètres du cylindre de travail et de diamètres du cylindre intermédiaire, ainsi que selon différentes configurations de la position de l’ensemble support de paliers/ cylindre d’appui latéral sur le bras, à savoir respectivement :

- une configuration illustrée à la figure 5 pour laquelle le cylindre de travail et le cylindre intermédiaire sont de diamètres maximum (348 mm de diamètre maximal pour le cylindre intermédiaire et 140 mm de diamètre maximal pour le cylindre de travail), et suivant une première position du support de palier sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 180 mm de l’axe de pivot du bras,

-deux configuration illustrées respectivement aux figures 6a et 6b pour lesquelles le cylindre de travail est à son diamètre maximal et le cylindre intermédiaire à son diamètre nominal (342,5 mm de diamètre nominal pour le cylindre intermédiaire et 140 mm de diamètre maximal pour le cylindre de travail), la figure 6a illustrant la configuration suivant la première position du support de palier sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 180 mm de l’axe de pivot du bras, la figure 6b illustrant une autre configuration, après retournement du support de paliers sur le bras, et suivant une deuxième position du support de paliers sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 172 mm de l’axe de pivot du bras,

- une configuration illustrée à la figure 7 pour laquelle le cylindre de travail est à son diamètre minimal et le cylindre intermédiaire à son diamètre maximal (348 mm de diamètre maximal pour le cylindre intermédiaire et 120 mm de diamètre minimal pour le cylindre de travail) et suivant la première position du support de palier sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 180 mm de l’axe de pivot du bras,

- une configuration illustrée à la figure 8 pour laquelle le cylindre de travail est à son diamètre minimal et le cylindre intermédiaire à son diamètre maximal (348 mm de diamètre maximal pour le cylindre intermédiaire et 120 mm de diamètre minimal pour le cylindre de travail) et suivant la première position du support de palier sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 180 mm de l’axe de pivot du bras,

- deux configurations illustrées respectivement aux figures 9a et 9b pour lesquelles le cylindre de travail est à son diamètre minimal et le cylindre intermédiaire à son diamètre nominal (342,5 mm de diamètre nominal pour le cylindre intermédiaire et 120 mm de diamètre minimal pour le cylindre de travail), la figure 9a illustrant la configuration suivant la première position du support de paliers sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 180 mm de l’axe de pivot du bras, la figure 9b illustrant une autre configuration suivant une deuxième position du support de paliers sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de l72mm de l’axe de pivot du bras,

- La figure 10 est une vue d’une configuration pour laquelle le cylindre de travail est à son diamètre minimal et le cylindre intermédiaire à son diamètre minimal (330 mm de diamètre maximal pour le cylindre intermédiaire et 120 mm de diamètre minimal pour le cylindre de travail) et suivant la deuxième position du support de palier sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à 172 mm de l’axe de pivot du bras,

- La figure 11 est une vue illustrant un second mode de réalisation de l’invention pour lequel un excentrique est prévu entre l’axe d’articulation et ledit bras, et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de mise en rotation dudit excentrique,

- La figure 12 est une vue illustrant un troisième mode de réalisation de l’invention pour lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe constitué ici par les empoises du cylindre de soutien, ladite étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur les empoises étant obtenue par la rotation d’un excentrique prévu entre ledit axe d’articulation et les empoises,

- La figure 13 est une vue schématique d’un quatrième mode de réalisation pour lequel l’ensemble cylindre d’appui latéral/support de paliers est articulé via un bras au bloc de cambrage destiné au cambrage du cylindre de soutien, l’ensemble cylindre d’appui latéral/support de paliers étant apte à être déplacé suivant le déplacement du bloc de cambrage et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit cylindre de soutien par rapport au bloc de cambrage destiné au cambrage du cylindre de soutien, opéré par exemple par retournement à 180° des empoises asymétriques du cylindre de soutien.

Aussi, l’invention concerne un procédé de laminage adapté à une installation de laminage d’une bande ST comprenant les étapes suivantes :

- un laminage, par une paire de cylindres de travail WR à axes parallèles, de ladite bande prise entre lesdits cylindres de travail WR et défilant entre la paire de cylindres de travail, chacun desdits cylindres de travail ayant au moins une génératrice de contact avec la bande,

- une transmission auxdits cylindres de travail WR d’un effort de laminage sensiblement normal à la bande, par une paire de cylindres de soutien SR, lesdits cylindres de travail WR et lesdits cylindres de soutien SR situés du même côté de la bande étant en contact l’un avec l’autre le long d’une génératrice de soutien commune afin de transmettre ledit effort de laminage,

- un plan perpendiculaire à une direction de défilement de la bande, dans lequel se trouvent au moins une génératrice de contact et les axes desdits cylindres de travail,

- un maintien de chacun desdits cylindres de travail WR par une paire de cylindres d’ appui latéraux SSR, situés de part et d’autre dudit plan perpendiculaire, chacun des cylindres d’appui latéral SSR étant, apte à exercer, le long d’une génératrice d’appui dudit cylindre de travail WR, un effort maintenant axe du cylindre de travail WR dans une position déterminée par rapport à une cage de laminage de l’installation et auxdits cylindres d’appui latéraux,

- un soutien de chacun des dits cylindres d’appui latéral au moyen de deux rangées formées d’une pluralité de galets G montés côte à côte, permettant de maintenir dans une position déterminée les cylindres d’appui latéraux SSR,

- un soutien de chacune des deux rangées formées de ladite pluralité de galets G, par l’intermédiaire d’un support de paliers BS portant les deux rangées, ledit support de paliers étant monté pivotant suivant un axe d’articulation Al, parallèle au cylindre de soutien SR, porté par un support d’axe AS, tel que les empoises Ep du cylindre de soutien, ou encore les blocs de cambrage MB destinés au cambrage du cylindre de soutien, ledit support d’axe AS étant fixe par rapport à G axe du cylindre de soutien SR.

L’installation de laminage peut être une cage de laminage comprenant les deux cylindres de travail, les deux cylindres d’appui, et les deux cylindres de soutien, chaque cylindre de soutien étant intermédiaire entre ledit cylindre d’appui et ledit cylindre de travail, à savoir une cage de laminoir du type Sexto supporté latéralement.

Selon une possibilité illustrée suivant les figures 1 à 12, ledit axe d’articulation Al autour duquel est monté le support de paliers BS est soutenu et monté solidaire de deux empoises Ep du cylindre de soutien SR (autrement le cylindre intermédiaire IR), l’ensemble cylindre intermédiaire IR, supports de palier BS, et deux des cylindres d’appui latéraux SSR, de part et d’autre du plan perpendiculaire formant un ensemble autoportant apte à être introduit ou retiré de la cage par coulissement de l’ensemble selon la direction des cylindres, typiquement appelée « cassette » ou « insert » , et tel que connu en soi du document WO 2015/011373.

Selon une autre possibilité illustrée à la figure 13, ledit axe d’articulation Al, autour duquel est monté pivotant le support de paliers BS, est soutenu et monté embarqué sur un bloc de cambrage MB (en anglais « Maes block » destiné au cambrage du cylindre intermédiaire IR, apte à être déplacé verticalement les long des montants de la cage et tel que connu en soi du document WO 2011/107165.

Lors de la mise en œuvre du procédé de laminage, les dimensions d’un premier inter-espace Itl défini entre le cylindre d’appui latéral SSR et le cylindre de soutien SR et d’un second inter-espace It2 défini entre la bande ST et l’ensemble cylindre d’appui latéral SSR/support de paliers BS varient au cours du laminage en raison des réductions de diamètres du cylindre de soutien et du cylindre de travail. Les réductions de diamètres sont provoquées par l’usure et les rectifications des cylindres. Périodiquement, et de manière connue, les cylindres de travail et les cylindres de soutien sont retirés de la cage : on procède à des rectifications du cylindre de travail, et moins fréquemment à des rectifications du cylindre intermédiaire, afin de restaurer leur état de surface.

Les inventeurs constatent que le mécanisme de supportage et de position des cylindres d’appui latéral avec une position de pivot fixe par rapport à l’axe de rotation du cylindre intermédiaire, et une longueur de bras fixe (tel que notamment enseigné par le document WO 2011/107165 ou encore WO 2015/011373) présente des inconvénients pour certaines configurations de diamètres du cylindre intermédiaire et du cylindre de travail : on observe ainsi des risques d’interférences entre le cylindre intermédiaire et le cylindre d’appui latéral, ou encore un risque d’obstruction de l’ouverture de passage pour les jets d’arrosage et de lubrification du contact cylindre intermédiaire/cylindre de travail, ou d’obstruction des jets pour la lubrification de l’emprise de laminage.

Ainsi et à la figure 3 représentant un tel état de la technique et selon une configuration pour laquelle le diamètre du cylindre intermédiaire est maximal (355 mm) et le diamètre du cylindre de travail est minimal (l20mm), on observe que les jets d’arrosage sont interrompus (à droite), l’ouverture de passage entre le cylindre d’appui latéral (droite) et le cylindre intermédiaire est si restreinte qu’elle n’est plus traversée par le jet Jl, le refroidissement du cylindre de travail et de l’interface cylindre intermédiaire/cylindre de travail étant compromis. On observe encore un jeu très faible de 0,7 mm entre le support de palier (à droite) et le cylindre intermédiaire, avec risque de contact mécanique.

De même à la figure 4 pour lesquels les diamètres d’un cylindre intermédiaire au diamètre minimum et un cylindre de travail au diamètre maximal, on observe que la distance entre la bande métallique et chaque support de palier (gauche) est faible, avec seulement de 7,3 mm, représentant un risque de contact important.

L’invention permet avantageusement d’éviter de telles interférences mécaniques par la mise en œuvre d’une étape de réajustement pour laquelle on ajuste la dimension dudit premier inter-espace Itl et du second inter espace It2 par la mise en œuvre d’un réglage de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR définissant, avec le cylindre de soutien, ledit premier inter-espace itl.

Cette étape de réajustement peut être avantageusement mise en œuvre lors d’une interruption du laminage, par exemple simultanément à une interruption de laminage pour rectification du cylindre de travail et/ou du cylindre de soutien. Cette étape de réajustement consiste à régler la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien SR et l’axe dudit cylindre d’appui latéral SSR de sorte que la dimension du premier inter-espace Itl est au moins égale une limite inférieure Dhiίh 1 et la dimension du deuxième espace It2 est au moins égale une limite inférieure Dhiίh2, quelles que soient les configurations, à savoir tant que :

- le diamètre du cylindre de travail WR est compris entre un diamètre minimal et un diamètre maximal,

- le diamètre du cylindre de soutien SR est compris entre un diamètre minimal et un diamètre maximal.

Cette limite inférieure Aminl et cette limite inférieure Dhiίh2, qui peuvent être égales ou distinctes, peuvent être supérieures ou égales à 5mm.

Les figures 5 à 10 illustrent les différentes configurations possibles d’une cage de laminoir du type Sexto supportée latéralement, avec cassette, comme l’état de la technique représenté aux figures 1 à 4.

Sur ces figures 5 à 10, on reconnaît le cylindre de soutien SR qui est le cylindre intermédiaire IR, et qui transmet l’effort de laminage au cylindre de travail WR. Le cylindre de soutien SR est classiquement articulé à ses extrémités à des empoises.

De part et d’autre du plan de serrage, chaque cylindre d’appui latéral SSR est maintenu par deux rangées de galets G d’un support de paliers BS monté pivotant via un bras AR suivant l’axe d’articulation Al à un support d’axe formé par les empoises du cylindre de soutien SR. Le cylindre de soutien SR avec ses empoises, les bras AR, les supports de paliers BS et la paire de cylindre d’appui latéral forme un ensemble autoportant qui peut être retiré lors de l’ouverture de la cage, et de manière connue en soi de l’état de la technique.

Selon ce mode de réalisation, ledit support de paliers BS est monté fixé de manière amovible sur un bras AR, de position réglable sur le bras, ledit bras AR étant lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation Al, parallèle audit cylindre de soutien, assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation A1.

De manière notable, et selon ce mode de réalisation, ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien SR et l’axe dudit cylindre d’appui latéral SSR mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit support de paliers BS sur le bras AR. Plus particulièrement, il peut être prévu un moyen de fixation amovible entre ledit support de paliers BS et ledit bras AR comprenant un système 1 de détrompeur rainure/clavette, ladite clavette et la rainure portées respectivement par ledit support de paliers BS et ledit bras AR, ou inversement.

Comme visible sur la figure 5, ladite clavette ou la rainure portée par le support de paliers est de manière notable désaxée suivant la direction longitudinale du bras AR, par rapport au plan, parallèle à l’axe du cylindre d’appui, passant par la médiane Md au segment, perpendiculaire au cylindre d’appui latéral, joignant les deux axes des deux rangées de galets G.

Le réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de retournement dudit support de paliers BS sur le bras.

Cette étape de réajustement opérée par retournement dudit support de palier BS sur le bras AR est illustrée à titre d’exemple aux figures 9a et 9b.

Les deux configurations illustrées respectivement aux figures 9a et 9b sont des configurations pour lesquelles le cylindre de travail est à son diamètre minimal et le cylindre intermédiaire à son diamètre nominal (342,5 mm de diamètre nominal pour le cylindre intermédiaire et 120 mm de diamètre minimal pour le cylindre de travail).

La figure 9a illustre la configuration suivant la première position Pl du support de paliers sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 180 mm de l’axe d’articulation Al du bras, alors que la figure 9b illustre une autre configuration suivant une deuxième position P2 du support de paliers sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 172 mm de l’axe de pivot du bras.

Le passage de la première position Pl du support de paliers vers la deuxième position P2 du support de paliers est obtenu par simple retournement à 180° dudit support de paliers BS sur le bras, lors d’une interruption du laminage.

Ce retournement opère une modification de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre de soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR définissant, avec le cylindre de soutien, ledit premier inter-espace itl, et en l’espèce une diminution de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR (de la figure 9a vers la figure 9b) .

On observe alors un réajustement (une modification) de la dimension dudit premier inter-espace Itl et du second inter espace it2 : - à la figure 9a, et selon la première position Pl du support de paliers BS sur le bras, le premier inter- espace entre le cylindre d’appui latéral SSR (gauche) et le cylindre de soutien SR est de 17 mm et le premier inter-espace entre le cylindre d’appui latéral SSR (droite) et le cylindre de soutien SR est de 15,1 mm, d’une part, le second inter-espace entre la bande et l’ensemble support de paliers/cylindre d’appui latéral (gauche) est de 8,7 mm et le second inter-espace entre la bande et l’ensemble support de paliers/cylindre d’appui latéral (droite) est de 8,9 mm

- à la figure 9b, et selon la deuxième configuration P2 du support de paliers BS sur la bras le premier inter-espace entre le cylindre d’appui latéral SSR (gauche) et le cylindre de soutien SR est de 10,5 mm, et le premier inter-espace entre le cylindre d’appui latéral SSR (droite) et le cylindre de soutien SR est de 9 mm, d’une part, le second inter espace entre la bande et l’ensemble support de paliers/cylindre d’appui latéral (gauche) est de 18 mm, le second inter espace entre la bande et l’ensemble support de paliers/cylindre d’appui latéral (droite) est de 16,3 mm.

On remarque qu’à ce diamètre nominal du cylindre de soutien SR (ici en l’espèce égal à 342,5mm) et alors que le cylindre de travail est de diamètre minimal (ici en l’espèce 120 mm), cas le plus critique en terme de risques d’interférence mécanique, il est possible de procéder à l’étape de réajustement, en conservant, avant (figure 9a) et après (figure 9b) l’étape de réajustement une valeur du premier inter-espace Itl et une valeur inter-espace It2 suffisante pour éviter les risques d’interférence mécanique.

On remarque que ce changement à opérer par retournement du support de paliers lorsque le cylindre de soutien est à son diamètre nominal (342,5mm), mais que le cylindre de travail est à son diamètre maximal (l40mm) ne pose aucune difficulté en ce que le premier inter-espace Itl et le second inter-espace It2 sont de valeurs encore plus confortables en terme de risques d’interférence mécaniques, et comme visible aux figures 6a et 6b.

De manière compréhensible des figures 5 à 10 :

- la première configuration de laminage (première position Pl du support de paliers sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 180 mm de l’axe d’articulation Al du bras) peut être conservé sans risque d’interférence mécanique tant que le diamètre du cylindre de soutien SR est compris entre le diamètre maximal et le diamètre nominal et quel que soit le diamètre du cylindre de travail compris entre le diamètre minimal et le diamètre maximal, et comme plus particulièrement compréhensible des figures 6a et 9a, - la deuxième configuration de laminage (seconde position P2 du support de paliers sur le bras pour laquelle l’axe des galets de la première rangée est à une distance de 172 mm de l’axe d’articulation Al du bras) peut être conservé sans risque d’interférence mécanique, tant que le diamètre du cylindre de soutien SR est compris entre le diamètre nominal et le diamètre minimal et quel que soit le diamètre du cylindre de travail compris entre le diamètre minimal et le diamètre maximal, et comme plus particulièrement compréhensible des figures 6b et 9b.

Les problèmes d’interférences mécaniques et d’obstruction de jets identifiés aux figures 3 et 4 représentant l’état de l’art antérieur sont résolus :

- la comparaison entre la figure 3 (art antérieur) et la figure 8 selon l’invention représentant toutes les deux le cas où le diamètre du cylindre de soutien est maximal, le diamètre du cylindre de travail minimal, montre que les problèmes d’interférence mécanique et d’obstructions de jet sont résolus.

- la comparaison entre la figure 4 (art antérieur) et la figure 10 (selon l’invention) représentant toutes les deux le cas où le diamètre du cylindre de soutien est minimal, le diamètre du cylindre de travail minimal, montre que les problèmes de risque d’interférence mécanique sont diminués.

Ainsi et de manière générale et selon un mode de réalisation avantageux, le diamètre du cylindre de soutien SR étant compris entre un diamètre maximal et un diamètre minimal, procédé dans lequel on définit un diamètre nominal, inférieur au diamètre maximal et supérieur au diamètre minimal et dans lequel :

- on maintient une première configuration de laminage (sans étape de réajustement) tant que le diamètre du cylindre de soutien est compris entre le diamètre maximal et le diamètre nominal,

- on obtient une deuxième configuration de laminage, lorsque le cylindre de soutien est au diamètre nominal, à une tolérance près, par la mise en œuvre de l’étape de réajustement avec réduction de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre de soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR,

- on maintient ladite deuxième configuration obtenue par l’étape de réajustement tant que le diamètre du cylindre de soutien est compris entre le diamètre nominal et le diamètre minimal.

On remarque que l’invention permet ainsi de réduire considérablement les risques d’interférence mécanique entre la bande et l’ensemble support de paliers/cylindre d’appui latéral d’une part, ou encore, et entre l’ensemble support de paliers/cylindre d’appui latéral et le cylindre de soutien, d’autre part. Comme visible des figures 5 à 10, et en conservant G inter-espace Itl entre le cylindre de soutien et le cylindre d’appui latéral supérieur ou égal à la valeur une limite inférieure Aminl, l’invention permet encore d’ assurer un refroidissement optimisé du contact cylindre de soutien SR/cylindre de travail par aspersion directe du cylindre de travail, tout au long de l’exploitation, quel que soit le diamètre du cylindre de travail et le diamètre du cylindre de soutien, et sans risque d’interruption totale du jet au cours de cette exploitation.

Avantageusement, l’installation de laminage peut présenter ainsi au moins des buses d’aspersion SN1, SN2 permettant l’arrosage par aspersion d’au moins un jet de fluide sur au moins une partie de la bande ST et au moins une partie desdits cylindres et dans lequel procédé on met en œuvre une étape d’arrosage comprenant au moins une aspersion directe d’au moins une partie des cylindres de travail WR, de part et d’autre dudit plan perpendiculaire à la direction de défilement de la bande, lesdites buses SN1, SN2 étant configurées pour :

- produire un jet Jl dirigé vers le cylindre de travail WR, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, le jet traversant ledit premier inter-espace Itl entre le cylindre d’appui latéral SSR et le cylindre de soutien SR, avant d’atteindre ledit cylindre de travail WR, et/ou

- produire un jet J2 dirigé vers le cylindre de travail WR, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, traversant l’inter-espace entre la bande et le cylindre d’appui latéral, avant d’atteindre ledit cylindre de travail et/ou la bande.

Pour chaque cylindre de travail, une aspersion directe peut ainsi être mise en œuvre de part et d’autre du plan de serrage. Les buses SN1 et SN2 peuvent être portées par le bras A.R et/ou le support de paliers B. S.

Les figures 5 à 10 montrent un exemple pour lequel l’étape de réajustement est opéré en changeant la position du support de paliers BS sur le bras AR, et afin de modifier (régler) de la dimension séparant l’axe A SR dudit cylindre soutien SR et l’axe A SSR dudit cylindre d’appui latéral SSR.

D’autres solutions techniques sont envisageables sans sortir du cadre de l’invention, et toujours dans l’objectif de modifier (régler) de la dimension séparant l’axe A SR dudit cylindre soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR.

Selon un autre mode de réalisation, ledit support de paliers BS étant monté fixé sur un bras AR lui- même articulé suivant ledit axe d’articulation Al parallèle audit cylindre de soutien assurant le pivotement dudit support de paliers autour dudit axe d’articulation Al, et dans ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de réglage de la position dudit axe d’articulation Al sur la bras support AR.

Par exemple, un excentrique Exl peut être prévu entre l’axe d’articulation Al et ledit bras AR, et dans lequel ledit réglage de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de mise en rotation dudit excentrique Exl.

Un tel mode de réalisation est illustré à la figure 11 , illustrant respectivement en trait plein et en trait pointillé le changement de position du bras et du support de paliers suivant deux positions de l’excentrique Exl. On constate que lors de la rotation de l’excentrique Exl, la position de l’axe Al reste inchangé, et alors que le bras AR et le support de paliers BS s’écartent de l’axe du cylindre de soutien SR.

Selon un autre mode de réalisation, ledit axe d’articulation Al autour duquel est monté le support de paliers BS est soutenu et monté sur ledit support d’axe AS et dans lequel procédé ledit réglage de la dimension séparant l’axe A SR dudit cylindre soutien SR et l’axe A SSR dudit cylindre d’appui latéral SSR mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position dudit axe d’articulation Al sur ledit support d’axe AS.

Par exemple, ladite étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe AS est obtenue par l’ajout ou le retrait de cales entre le support d’axe et ledit axe d’articulation (exemple non illustré), ou encore ladite étape de modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe est obtenue par la rotation d’un excentrique Ex2 prévu entre ledit axe d’articulation Al et ledit support d’axe AS.

Ce dernier mode de réalisation avec excentrique Ex2 est illustré à la figure 12 illustrant respectivement en trait plein et en trait pointillé le changement de position du bras et du support de paliers suivant deux positions de l’excentrique Ex2. Selon cet exemple schématique, le cylindre de soutien SR est monté rotatif à des empoises Ep, ledit axe d’articulation Al étant fixé à ses extrémités aux deux empoises du cylindre de soutien qui constituent le support d’axe AS. Un excentrique Ex2 est prévu entre chaque extrémité de l’axe d’articulation Al et l’empoise Ep. Comme visible à la figure 12, la rotation de l’excentrique Ex2 permet de modifier la position de l’axe d’articulation Al sur le support d’axe AS

Encore, et selon un quatrième mode de réalisation possible ledit cylindre de soutien SR est supporté à ses extrémités par des empoises Ep, et lequel procédé ledit réglage de la dimension séparant l’axe A SR dudit cylindre soutien SR et l’axe A SSR dudit cylindre d’appui latéral SSR mis en œuvre lors de l’étape de réajustement est opéré par une étape de modification de la position de Taxe A S R dudit cylindre de soutien par rapport aux blocs de cambrage MB destinés au cambrage du cylindre de soutien.

Par exemple et selon le mode de réalisation illustré à la figure 13, le cylindre de soutien SR monté rotatif sur des empoises Ep, chacune des empoises étant en prise avec un bloc de cambrage MB. Chaque support de paliers BS est monté sur un bras AR articulé suivant Taxe Al au support d’axe AS constitué ici par le bloc de cambrage MB.

On remarque encore que les empoises Ep sont asymétriques, en ce sens qu’elles permettent d’obtenir deux positions de montage du cylindre de soutien, avec décalage de Taxe A SR du cylindre de soutien selon si l’empoise est montée dans un premier sens de montage dans le bloc de cambrage, ou dans un deuxième sens de montage, obtenu par retournement de l’empoise Ep.

Selon ce mode de réalisation, le réglage lors de l’étape de réajustement est obtenu par retournement de l’empoise à 180°.

L’invention concerne encore une installation de laminage d’une bande ST convenant pour la mise en œuvre du procédé.

Ladite installation de laminage comporte au moins une cage comprenant :

- une paire de cylindres de travail WR à axes parallèles, entre lesquels défile la bande ST chacun desdits cylindres de travail ayant au moins une génératrice de contact avec la bande,

- un plan perpendiculaire à une direction de défilement de la bande, dans lequel se trouvent au moins une génératrice de contact et les axes desdits cylindres de travail WR,

- une paire de cylindres de soutien SR, à axes parallèles au plan de la bande et situés de part et d’autre de ladite bande, lesdits cylindres de soutien et cylindres de travail situés d’un même côté de la bande étant en contact l’un avec l’autre le long d’une génératrice de soutien commune afin de transmettre aux cylindres de travail un effort de laminage sensiblement normal à la bande,

- deux paires de cylindre d’appui latéral à axes parallèles, lesdits cylindres d’une même paire étant situés symétriquement de part et d’autre d’un desdits cylindres de travail, dans un plan parallèle à la bande, afin que chacun des cylindres d’appui latéral SSR d’une même paire soit apte à transmettre le long d’une génératrice d’appui dudit cylindre de travail WR un effort permettant un maintien dans une position déterminée relativement au cylindre de soutien SR, - un soutien de chacun desdits cylindres d’appui au moyen de deux rangées formées d’une pluralité de galets G d’appui montés côte à côte, permettant de maintenir dans une position déterminée les cylindres d’appui latéral SSR,

- un soutien de chacune des deux rangées formées de ladite pluralité de galets d’appui, par l’intermédiaire d’un support de paliers BS portant les deux rangées de galets, ledit support de paliers BS étant monté pivotant suivant un axe d’articulation Al, parallèle au cylindre de soutien, porté par un support d’axe AS, fixe par rapport à l’axe du cylindre de soutien, tel que les empoises Ep du cylindre de soutien, ou encore les blocs de cambrage MB destinés au cambrage du cylindre de soutien.

Une telle installation comprend, lors du laminage de la bande métallique, un premier inter-espace Itl défini entre le cylindre d’appui latéral SSR et le cylindre de soutien S et un second inter-espace It2 défini entre la bande ST et l’ensemble cylindre d’appui latéral SSR/ support de paliers BS susceptible de varier au cours du laminage en raison des réductions de diamètres du cylindre de soutien et du cylindre de travail provoquées par l’usure ou la rectification des cylindres.

Selon l’invention, ladite installation comprend un dispositif d’ajustement configuré pour ajuster la dimension dudit premier inter-espace Itl et de la dimension du deuxième inter-espace It2 par la mise en œuvre d’un réglage de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR définissant, avec le cylindre de soutien, ledit premier inter espace Itl.

L’installation peut comprendre un dispositif configuré pour l’arrosage par aspersion d’au moins un jet de fluide sur au moins une partie de la bande et au moins une partie d’un desdits cylindres comprenant au moins un système de buse avec des buses SN 1 , SN2 configurées pour :

- produire un jet Jl dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, le jet traversant un premier inter-espace Itl entre le cylindre d’appui latéral SSR et le cylindre de soutien SR, avant d’atteindre ledit cylindre de travail WR, et/ou

- produire un jet J2 dirigé vers le cylindre de travail, à partir d’au moins un côté du plan perpendiculaire à la direction de défilement, traversant l’inter-espace entre le cylindre d’appui latéral SSR et la bande ST, avant d’atteindre ledit cylindre de travail et/ou la bande.

Selon un mode de réalisation, le dispositif d’ajustement comprend ledit support de paliers BS qui est monté fixé de manière amovible sur un bras AR, de position réglable sur le bras, ledit bras étant lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation parallèle au cylindre de soutien SR assurant le pivotement dudit support de paliers BS autour dudit axe d’articulation. Le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre de soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR est opéré par modification de la position dudit support de paliers BS sur le bras AR.

Par exemple, et selon l’exemple des figures 5 à 15, le dispositif d’ajustement comprend un moyen de fixation amovible entre ledit support de paliers et ledit bras comprenant un système de détrompeur rainure/ clavette 1 , ladite clavette et la rainure portées respectivement par ledit support de paliers et ledit bras, ou inversement, ladite clavette ou la rainure portée par le support de paliers BS étant désaxée suivant la direction longitudinale du bras, par rapport au plan, parallèle au cylindre d’appui latéral, passant par la médiane Md au segment perpendiculaire au cylindre d’appui latéral joignant les deux axes de deux rangées de galets. Le dispositif d’ajustement est configuré pour que ledit réglage de la dimension séparant l’axe dudit cylindre de soutien et l’axe dudit cylindre d’appui latéral est opéré par retournement dudit support de paliers BS.

Selon un autre mode de réalisation illustré à titre indicatif à la figure 11, ledit support de paliers BS étant monté fixé sur un bras AR lui-même articulé suivant ledit axe d’articulation Al parallèle audit cylindre de soutien assurant le pivotement dudit support de paliers BS autour dudit axe d’articulation, et dans lequel le dispositif d’ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre de soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR est opéré par réglage de la position dudit axe d’articulation Al sur le bras AR.

Ledit dispositif d’ajustement peut comprendre un excentrique Exl prévu entre l’axe d’articulation Al et ledit bras AR, ledit dispositif d’ajustement étant configuré pour que ledit réglage de la dimension séparant l’axe A S R dudit cylindre soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR est opéré par une étape de mise en rotation dudit excentrique Exl.

Selon un autre mode de réalisation illustré à titre indicatif à la figure 12, ledit axe d’articulation Al autour duquel est monté le support de paliers BS est soutenu et monté sur un support d’axe AS et dans laquelle le dispositif d’ ajustement est configuré pour que le réglage de la dimension séparant l’axe A s dudit cylindre soutien SR et l’axe A S SR dudit cylindre d’appui latéral SSR est opéré par modification de la position dudit axe d’articulation Al sur ledit support d’axe AS.

Le dispositif d’ajustement peut alors comprendre des cales, ledit dispositif d’ajustement étant configuré pour que la modification de la position dudit axe d’articulation sur ledit support d’axe soit obtenue par l’ajout ou le retrait de cales entre le support d’axe et ledit axe d’articulation. Alternativement, ledit dispositif d’ajustement comprend l’excentrique Ex2 prévu entre ledit axe d’articulation et ledit support d’axe AS : ledit dispositif d’ajustement est configuré pour que modification de la position dudit axe d’articulation Al sur ledit support d’axe AS soit obtenue par la rotation de l’excentrique Ex2.

NOMENCLATURE

Al. Axe d’articulation (entre le support de paliers BS et le support d’axe AS),

A sr . Axe du cylindre de soutien,

A S SR. Axe du cylindre d’appui latéral

AR. Bras

AS. Support d’axe

BS. Support de paliers,

Ep. Empoise

Exl, Ex2. Excentriques

G. Galets (support de paliers),

IR. Cylindre intermédiaire (cylindre de soutien)

Itl. Premier inter-espace entre le cylindre d’appui latérale et le cylindre de soutien,

It2. Deuxième inter-espace entre l’ensemble cylindre d’appui latéral/support de paliers et la bande. Jl. Premier jet,

J2. Deuxième jet,

MB. Bloc de cambrage (an anglais « Maes block »)

Md. Médiane

SR. Cylindre de soutien,

SSR. Cylindre d’appui latéral

ST. Bande

WR. Cylindres de travail,

1. Système de détrompeur rainure/clavette