Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ROTARY TRANSPORT DEVICE FOR A HOLLOW BODY
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/025692
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a device (10) for transporting a hollow body (12) provided with a neck, in particular for a hollow body made of a thermoplastic material, which comprises: - at least one mounting (18) translatably mobile along a predetermined path; - at least one shaft (32) rotatably mounted in the mounting (18) mobile about a predetermined axis; - a member (54) for gripping the hollow body (12) by a neck (14) which is supported by the rotary shaft (32); characterised in that the transport device (10) comprises means for angular indexing of the rotary shaft (32) in a single predetermined indexed angular position in relation to the mounting (18).

Inventors:
MORIN, Stéphane (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, 76930, FR)
HEUZEBROC, Pierre (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, 76930, FR)
GILLET, Denis (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, 76930, FR)
LECOINTRE, Vincent (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, 76930, FR)
Application Number:
FR2018/051816
Publication Date:
February 07, 2019
Filing Date:
July 17, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SIDEL PARTICIPATIONS (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-Mer, 76930, FR)
International Classes:
B29C49/42; B29C49/06; B29C49/64
Foreign References:
US20030077349A12003-04-24
DE102015005769A12016-11-10
DE102010036028A12012-03-01
EP0629484A11994-12-21
FR2703944A11994-10-21
Attorney, Agent or Firm:
GRASSIN D'ALPHONSE, Emmanuel (Sidel Participations, Avenue de la Patrouille de France Octeville-sur-me, CS 76059 Le Havre Cedex, 76059, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif (10) de transport pour un corps (12) creux muni d'un col, notamment pour un corps creux réalisé en un matériau thermoplastique, qui comporte :

- au moins un support (18) mobile en translation le long d'un trajet déterminé ;

- au moins un arbre (32) monté rotatif dans le support (18) mobile autour d'un axe déterminé ;

- un organe (54) de préhension du corps (12) creux par un col (14) qui est porté par l'arbre (32) rotatif ;

caractérisé en ce que le dispositif (10) de transport comporte des moyens d'indexation angulaire de l'arbre (32) rotatif dans une unique position angulaire indexée déterminée par rapport au support (18) et en ce que les moyens d'indexation comportent au moins une paire d'éléments (68, 68A, 68B, 70, 70A, 70B) magnétiques, un premier élément (68, 68A, 68B) magnétique étant monté fixe sur l'arbre (32) et le deuxième élément (70, 70A, 70B) magnétique étant monté fixe sur le support (18).

2. Dispositif (10) de transport selon la revendication précédente, caractérisé en ce que les deux éléments (68, 68A, 68B,

70, 70A, 70B) magnétiques de la paire sont en vis-à-vis lorsque l'arbre (32) occupe sa position angulaire indexée et à une distance suffisamment faible l'un de l'autre pour s'attirer mutuellement.

3. Dispositif (10) de transport selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l'un des éléments (68, 68A, 68B,

70, 70A, 70B) magnétiques de la paire est formé par un premier aimant permanent qui présente un pôle exposé de polarité déterminé qui est tourné vers l'autre des éléments magnétique (68, 68A, 68B, 70, 70A, 70B) lorsque l'arbre (32) occupe sa position angulaire indexée.

4. Dispositif (10) de transport selon la revendication précédente, caractérisé en ce que l'autre des éléments (68) magnétiques d'au moins une paire est formé par une pièce ferromagnétique.

5. Dispositif (10) de transport selon la revendication 3, caractérisé en ce que l'autre des éléments (68, 68A, 68B, 70, 70A, 70B) magnétiques de la paire est formé par un deuxième aimant permanent, le deuxième aimant permanent présentant un pôle attractif de polarité opposée à celle du pôle exposé du premier aimant permanent, le pôle attractif étant orientés vers le pôle exposé lorsque l'arbre (32) est dans sa position angulaire indexée.

6. Dispositif (10) de transport selon l'une quelconque des revendications 3 à 5, caractérisé en ce que celui parmi le support (18) ou l'arbre (32), qui porte l'autre des éléments (68) magnétiques de la paire, comporte un aimant (76) permanent qui présente un pôle répulsif de même polarité que le pôle exposé du premier aimant (70) permanent, le pôle répulsif étant décalé circonférentiellement par rapport à l'autre élément magnétique de la paire de manière à être en vis-à-vis du pôle exposé du premier aimant permanent lorsque l'arbre (32) occupe une position angulaire déterminée distincte de la position angulaire indexée pour provoquer la rotation de l'arbre vers sa position indexée en repoussant magnétiquement le pôle exposé du premier aimant magnétique.

7. Dispositif (10) de transport selon la revendication précédente, caractérisé en ce que le pôle répulsif est décalé circonférentiellement de 180° autour de l'axe (A) de rotation de l'arbre (32) par rapport à l'autre des deux éléments (68) magnétiques.

8. Dispositif (10) de transport selon la revendication précédente prise en combinaison avec la revendication 5, caractérisé en ce que le deuxième aimant (68) permanent est agencé sur l'arbre (32), et en ce que les deux pôles magnétiques du deuxième aimant (68) permanent forment respectivement le pôle attractif et le pôle répulsif.

9. Dispositif (10) selon l'une quelconque des revendications 6 ou 7, caractérisé en ce que le pôle répulsif est réalisé au moyen d'un troisième aimant (76) permanent.

10. Dispositif (10) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les éléments

(68, 68A, 68B, 70, 70A, 70B) magnétiques de la paire sont orientés radialement l'un vers l'autre lorsque l'arbre (32) occupe sa position angulaire indexée.

11. Dispositif (10) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l'arbre (32) est guidé en rotation dans le support par des paliers (44A, 44B) à roulements.

Description:
Dispositif de transport tournant pour un corps creux

DOMAINE TECHNIQUE DE L'INVENTION L'invention concerne un dispositif de transport pour un corps creux muni d'un col, notamment pour un corps creux réalisé en un matériau thermoplastique, qui comporte :

- au moins un support mobile en translation le long d'un trajet déterminé ;

- au moins un arbre monté rotatif dans le support mobile autour d'un axe déterminé ;

- un organe de préhension du corps creux par un col qui est porté par l'arbre rotatif. ARRIERE PLAN TECHNIQUE DE L'INVENTION

De tels dispositifs de transport sont communément utilisés dans les machines de fabrication de récipients à partir de préformes en matériau thermoplastique, en particulier pour transporter les préformes thermoplastiques à travers une station de chauffage.

De telles préformes sont obtenues généralement par injection et présentent un corps cylindrique tubulaire fermé à l'une de ses extrémités axiales, et qui est prolongé à son autre extrémité par un col, lui aussi tubulaire. Le col est généralement injecté de manière à posséder déjà sa forme définitive tandis que le corps de la préforme est appelé à subir une déformation relativement importante pour former le récipient final suite à une opération de formage, notamment par soufflage.

Un récipient final est réalisé par formage de la préforme dans un moule. L'opération de formage du corps de la préforme nécessite que celui-ci soit porté à une température supérieure à la température de transition vitreuse de son matériau constitutif. Le conditionnement thermique de la préforme est réalisé dans la station de chauffage.

A cet effet, la station de chauffage comporte un tunnel de chauffage le long duquel sont répartis des moyens de chauffage émettant des radiations chauffantes, tels que des lampes à infrarouge. L'organe de préhension déplace les préformes le long d'un trajet de chauffage qui traverse ce tunnel de chauffage pour exposer les préformes aux radiations chauffantes.

Pour que le corps de la préforme soit chauffé de manière homogène, il est connu de conférer à l'organe de préhension un mouvement de rotation propre de manière que la préforme tourne autour d'un axe passant par son col durant le trajet. L'organe de préhension est par exemple un mandrin qui est emboîté à force dans le col, ou bien un mandrin qui saisit le col par sa paroi externe.

Dans les dispositifs de transports connus, l'organe de préhension est entraîné en rotation par des moyens d'entraînement mécaniques dits "pignon-crémaillère". L'organe de préhension est solidaire en rotation d'un pignon. Lors du déplacement de l'organe de préhension le long de son trajet, le pignon engrène avec une crémaillère fixe qui s'étend le long du trajet de l'organe de préhension dans le tunnel de chauffage et qui permet ainsi de faire tourner l'organe de préhension sur lui-même à une vitesse de rotation proportionnelle à la vitesse de déplacement du support de mandrin le long du trajet.

Pour la réalisation de récipients axisymétriques, le corps de la préforme est généralement chauffé de manière homogène. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire d'indexer la position angulaire du mandrin par rapport à son support.

Cependant, lorsque les récipients, notamment des bouteilles, à produire présentent une section transversale qui n'est pas approximativement symétrique de révolution par rapport à l'axe du col à partir de la préforme, le chauffage homogène du corps de la préforme engendre de nombreux inconvénients qui sont par exemple cités dans le document FR-A1 -2.703.944.

Pour obtenir un récipient de section non symétrique de révolution à paroi d'épaisseur homogène obtenu par soufflage ou étirage-soufflage, il est connu de chauffer des premières portions du corps de la préforme à une température supérieure à la température de transition vitreuse, sans toutefois atteindre la température de cristallisation du matériau. Des deuxièmes portions de la préforme sont chauffées au-delà de la température de transition vitreuse mais à une température moins importante que les portions à surchauffer. Les portions présentent généralement une forme de bandes axiales couvrant un secteur angulaire déterminé autour de l'axe de la préforme. La répartition des différentes parties à chauffer et leur température est appelée habituellement "profil de chauffe".

Un tel procédé, appelé couramment "procédé de chauffe préférentielle", permet de conférer aux premières portions plus chaudes des caractéristiques mécaniques permettant un étirage, notamment circonférentiel, plus rapide par rapport aux deuxièmes portions plus froides.

En outre, le profil de chauffe est généralement orienté par rapport à un repère déterminé du récipient pour permettre de mettre en rapport le profil de chauffe avec la forme du récipient à obtenir lors de l'insertion de la préforme chaude dans le moule. Un tel point de repère est par exemple formé par une encoche ou un ergot du col de la préforme.

Lorsque les organes de préhension sont entraînés en rotation par des moyens d'entraînement mécaniques, tels une liaison pignon-crémaillère, la position angulaire de la préforme est déterminée par sa localisation le long de son trajet. En fonction du nombre de dent du pignon et du pas entre les crans de la crémaillère, il est aisé de calculer la position angulaire qu'occupera une préforme par rapport à son support. Ainsi, les moyens de chauffage sont répartis le long du trajet de manière à chauffer le corps en fonction de la position angulaire de l'organe de préhension.

Cependant, le pignon de chaque organe de préhension portant une préforme n'est pas engagé en permanence avec la crémaillère. C'est notamment le cas dans les deux configurations suivantes qui sont données à titre d'exemples non limitatifs pouvant être combinés.

La première configuration se présente lorsque la crémaillère est réalisée au moyen d'une chaîne dont la tension est réglable. La chaîne est généralement réalisée en au moins deux tronçons ouverts. Une extrémité de chacun des tronçons de chaîne est munie de moyens de réglage de la tension. Les deux tronçons sont tous les deux agencés le long d'une portion associée du trajet des organes de préhension dans le tunnel de chauffage. Lors du passage de l'organe de préhension à l'intervalle entre un premier tronçon de chaîne et le tronçon suivant de chaîne, le corps de la préforme a déjà commencé à être chauffé selon le profil de chauffe souhaité. Or, dans cet intervalle, le pignon n'est plus en prise avec aucun des deux tronçons de chaîne, et l'organe de préhensions est alors libre de tourner autour de son axe sans aucun contrôle. Si la rotation de l'organe de préhension n'est pas maîtrisée, la poursuite du chauffage du corps de la préforme risque de se faire selon un profil de chauffe décalé angulairement par rapport au profil de chauffe initié sur le premier tronçon de chaîne.

La deuxième configuration se présente lorsque la station de chauffage est conçue pour chauffer les préformes avec leur col orienté vers le bas. L'air chaud étant moins dense que l'air froid, le col de la préforme est ainsi plus facile à maintenir froid. Les préformes froides sont acheminées jusqu'à la station par des moyens de transports des préformes agencés en amont et les préformes chaudes sont prises en charge par des moyens de transport en aval de la station de chauffage. Or ces moyens de transport amont et aval sont conçus pour transporter les préformes avec leur col orientés vers le haut. Ainsi, ces stations de chauffage sont équipées de tronçons de retournement qui permettent de faire basculer les organes de préhension à l'entrée et à la sortie du tunnel de chauffage. Sur ces tronçons de retournement, le pignon n'est pas non plus en prise avec la crémaillère, et les organes de préhension sont libres de tourner autour de leur axe. Or, si la rotation de l'organe de préhension n'est pas maîtrisée, le corps de la préforme risque d'être chauffé avec un décalage angulaire aléatoire par rapport à son repère.

Dans les dispositifs de transport connus, les organes de préhension sont portés par un arbre qui est monté rotatif sur un support par l'intermédiaire de paliers lisses. Ces paliers lisses présentent un coefficient de frottement qui permet de freiner la rotation de l'arbre qui porte l'organe de préhension. Le coefficient de frottement est notamment suffisant pour interrompre presque immédiatement la rotation de l'arbre par rapport à son support lorsque le pignon n'est plus en prise avec la crémaillère. Ainsi, l'orientation de la préforme est sensiblement préservée lorsque l'organe de préhension subit un retournement et/ou lorsqu'il passe dans l'intervalle entre deux tronçons de crémaillère. La rotation de l'organe de préhension est donc maîtrisée par freinage.

Cependant, ces paliers lisses requièrent beaucoup d'entretien. Il est notamment nécessaire de les remplacer très fréquemment. Un tel palier lisse présente en effet une durée de vie relativement réduite, par exemple de 6000 heures.

Pour remédier à ces problèmes, il est désormais connu de guider la rotation de l'arbre au moyen de paliers à roulements, tels que des roulements à billes. Les paliers à roulements présentent l'avantage de nécessité moins d'entretien par rapport aux paliers lisses. Ils présentent en outre une durée de vie considérablement plus longue, par exemple de l'ordre de 24000 heures. Cependant, les paliers à roulements ne permettent pas de freiner la rotation de l'arbre lorsque le pignon n'est plus en prise avec la crémaillère. Au contraire, la rotation de l'arbre n'est que très peu ralentie et ce dernier est généralement encore en rotation non maîtrisée lorsque le pignon engrène sur le tronçon suivant de crémaillère.

BREF RESUME DE L'INVENTION L'invention propose un dispositif de transport pour un corps creux muni d'un col, notamment pour un corps creux réalisé en un matériau thermoplastique, qui comporte :

- au moins un support mobile en translation le long d'un trajet déterminé ;

- au moins un arbre monté rotatif dans le support mobile autour d'un axe déterminé ;

- un organe de préhension du corps creux par un col qui est porté par l'arbre rotatif ;

caractérisé en ce que le dispositif de transport comporte des moyens d'indexation angulaire de l'arbre rotatif dans une unique position angulaire indexée déterminée par rapport au support et en ce que les moyens d'indexation comportent au moins une paire d'éléments magnétiques, un premier élément magnétique étant monté fixe sur l'arbre et le deuxième élément magnétique étant monté fixe sur le support.

Selon d'autres caractéristiques de l'invention :

- les deux éléments magnétiques de la paire sont en vis-à-vis lorsque l'arbre occupe sa position angulaire indexée et à une distance suffisamment faible l'un de l'autre pour s'attirer mutuellement ;

- l'un des éléments magnétiques de la paire est formé par un premier aimant permanent qui présente un pôle exposé de polarité déterminé qui est tourné vers l'autre des éléments magnétique lorsque l'arbre occupe sa position angulaire indexée ;

- l'autre des éléments magnétiques d'au moins une paire est formé par une pièce ferromagnétique ;

- l'autre des éléments magnétiques de la paire est formé par un deuxième aimant permanent, le deuxième aimant permanent présentant un pôle attractif de polarité opposée à celle du pôle exposé du premier aimant permanent, le pôle attractif étant orientés vers le pôle exposé lorsque l'arbre est dans sa position angulaire indexée ;

- celui parmi le support ou l'arbre, qui porte l'autre des éléments magnétiques de la paire, comporte un aimant permanent qui présente un pôle répulsif de même polarité que le pôle exposé du premier aimant permanent, le pôle répulsif étant décalé circonférentiellement par rapport à l'autre élément magnétique de la paire de manière à être en vis-à-vis du pôle exposé du premier aimant permanent lorsque l'arbre occupe une position angulaire déterminée distincte de la position angulaire indexée pour provoquer la rotation de l'arbre vers sa position indexée en repoussant magnétiquement le pôle exposé du premier aimant magnétique ;

- le pôle répulsif est décalé circonférentiellement de 180° autour de l'axe de rotation de l'arbre par rapport à l'autre des deux éléments magnétiques ;

- le deuxième aimant permanent est agencé sur l'arbre, et en ce que les deux pôles magnétiques du deuxième aimant permanent forment respectivement le pôle attractif et le pôle répulsif ;

- le pôle répulsif est réalisé au moyen d'un troisième aimant permanent ;

- les éléments magnétiques de la paire sont orientés radialement l'un vers l'autre lorsque l'arbre occupe sa position angulaire indexée ; - l'arbre est guidé en rotation dans le support par des paliers à roulements.

BREVE DESCRIPTION DES FIGURES

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront au cours de la lecture de la description détaillée qui va suivre pour la compréhension de laquelle on se reportera aux dessins annexés dans lesquels :

- la figure 1 est une vue en perspective qui représente un dispositif de transport de corps creux réalisé selon les enseignements de l'invention ;

- la figure 2 est une vue en coupe axiale du dispositif de transport de la figure 1 qui représente un premier mode de réalisation de l'invention ;

- la figure 3 est une vue en coupe transversale selon le plan de coupe 3-3 de la figure 2 dans lequel un arbre rotatif du dispositif de transport occupe une posture active par rapport à son support ;

- la figure 4 est une vue similaire à celle de la figure 3 qui représente une variante de réalisation du premier mode de réalisation de l'invention ;

- la figure 5 est une vue similaire à celle de la figure 3 qui représente un deuxième mode de réalisation de l'invention ;

- la figure 6 est une vue similaire à celle de la figure 3 qui représente un troisième mode de réalisation de l'invention.

DESCRIPTION DETAILLEE DES FIGURES

Dans la suite de la description, des éléments présentant des éléments de structure identique ou présentant des fonctions analogues seront désignés par des mêmes références.

Dans la suite de la description, on adoptera à titre non limitatif des orientations : - longitudinale "L" dirigée d'arrière en avant selon le sens de déplacement des supports mobiles le long de leur trajet ;

- verticale "V" dirigée de bas en haut, parallèlement à l'axe principal de l'arbre rotatif ;

- transversale "T" dirigée de gauche à droite orthogonalement aux orientations longitudinale et verticale.

On a représenté aux figures 1 et 2 un dispositif 10 de transport pour un corps 12 creux muni d'un col 14, notamment pour un corps creux réalisé en un matériau thermoplastique.

Le corps 12 creux est ici formé par une préforme en matériau thermoplastique. Elle présente un corps 16 cylindrique tubulaire d'axe vertical "A". Le corps 16 est fermé à son extrémité axiales inférieure, et il est prolongé à son extrémité axiale supérieure par le col 14, lui aussi tubulaire.

Le dispositif 10 de transport est ici destiné à équiper une station de chauffage (non représentée) d'une installation de fabrication de récipient par soufflage à partir de telles préformes 12.

Le dispositif 10 comporte au moins un support 18 mobile en translation le long d'un trajet déterminé le long d'un tunnel de chauffage de la station de chauffage. Le support 18 mobile est ici destiné à être articulé avec d'autre supports mobiles identiques par l'intermédiaire de maillons 20 d'articulation pour former une chaîne fermée de transport.

En variante non représenté, le dispositif (10) de transport pour un corps (12) creux muni d'un col, notamment pour un corps creux réalisé en un matériau thermoplastique comporte au moins un support (18) mobile formé par un stator de moteur linéaire aussi appelé navette, ledit support (18) est apte à se déplacer le long d'un trajet déterminé, formé par un stator de moteur linéaire. Le stator forme un circuit en boucle fermée sur laquelle est apte à circuler les navettes. Le circuit s'étend dans un même plan horizontal. Dans ce mode de réalisation décrit précédemment, chaque navette est commandée en déplacement individuellement, c'est à dire indépendamment des unes des autres navettes.

Le support 18 mobile présente ici une platine 22 horizontale supérieure et une platine 24 inférieure horizontale qui sont reliées par une âme 26 centrale verticale transversale. Les platines 22, 24 sont chacune ajourées de deux orifices 28, 30. Chaque orifice 28 de la platine 22 supérieure est en coïncidence verticale avec un orifice 30 de la platine 24 inférieure.

Le support 18 est ici destiné à porter deux corps 12 creux, chacun par l'intermédiaire de moyens de préhension aptes à faire tourner le corps creux autour de son axe principal. Un tel moyen de préhension tournant est généralement appelé "tournette" par l'homme du métier.

Chaque tournette comporte un arbre 32 monté rotatif dans le support 18 mobile autour d'un axe vertical "A" déterminé. Chaque arbre 32 est reçu à rotation dans les orifices 28, 30 en coïncidence associés du support 18.

Les deux arbres 32 sont agencés de manière similaire sur le support 18. A cet égard, on décrit par la suite l'agencement d'un seul arbre 32, cet agencement étant applicable à l'autre arbre 32.

Un manchon 34 est interposé radialement entre chaque arbre 32 et le support 18. Chaque manchon 34 est monté fixe par rapport au support 18, tandis que l'arbre 32 est monté rotatif et coulissant axialement dans le manchon 34.

Le manchon 34 présente un tronçon 34A supérieure tubulaire de diamètre sensiblement constant qui traverse les deux orifices 28, 30 et un tronçon 34B inférieur formant une jupe évasée vers le bas. Le tronçon 34B inférieur s'étend au-dessous de la platine 24 inférieure du support 18. Un espace radial fonctionnel permettant la rotation de l'arbre 32 dans le manchon 34 est prévu entre une paroi interne du tronçon 34A tubulaire et une face externe cylindrique de l'arbre 32. A une extrémité supérieure, l'arbre 32 est pourvu d'un pignon 36, solidaire en rotation de celui-ci. Le pignon 36 est intégré à un embout 38 en forme de bobine qui comprend un fût 40 à une extrémité axiale duquel s'étend le pignon 36 et, à l'opposé de celui-ci, un flasque 42 de diamètre inférieur à celui du pignon 36. Le pignon 36 est destiné à être engrené par une crémaillère (non représentée) qui s'étend le long de la station de chauffage, de façon à entraîner l'arbre 32 en rotation. L'embout 38 est aussi monté solidaire en coulissement axial avec l'arbre 32.

Chaque arbre 32 est guidé en rotation par rapport au support

18 par un palier 44A supérieur à roulements et par un palier 44B inférieur à roulements. Il s'agit ici de roulements à billes. L'arbre 32 est ici guidé en rotation par rapport au support 18 uniquement par des paliers à roulements. Chaque palier 44A, 44B à roulements comporte une bague externe qui est monté fixe par rapport au support 18 et une bague interne qui est monté coulissante axialement par rapport à l'arbre 32.

Plus particulièrement, la bague externe de chaque palier 44A supérieur à roulements est montée dans un écrou 46 qui est fixé au support 18. La bague interne est montée serrée sur une douille 48 dans laquelle l'arbre 32 est guidé en coulissement axial.

De même, la bague externe de chaque palier 44B inférieur à roulements est montée serrée dans le tronçon 34B inférieur du manchon 34. La bague interne est montée serrée sur une douille 50 dans laquelle l'arbre 32 est guidé en coulissement axial.

L'arbre 32 est monté coulissant axialement entre une posture active, représentée aux figures 1 et 2, et une posture inactive (non représentée) dans laquelle il est coulissé vers le haut, en référence aux figures 1 et 2, par rapport à sa posture active. Il est rappelé élastiquement vers sa posture active par un organe élastique, ici un ressort 35 hélicoïdal qui est interposé entre une coupelle 37 inférieure, qui est fixée à une extrémité inférieure de l'arbre 32, et la douille 50. L'arbre 32 est destiné à porter à son extrémité inférieure un nez 52 amovible, dit "nez de tournette". Un tel nez 52 est déjà connu et sera décrit succinctement en référence à la figure 1.

Le nez 52 comporte à son extrémité inférieure un organe 54 de préhension du corps 12 creux par son col 14. L'organe 54 de préhension est ici un mandrin qui est pourvu de moyens élastiques (non représentés), tel qu'un joint torique, avantageusement réalisé dans un matériau élastique (tel qu'un élastomère), et dont le diamètre externe est égal ou légèrement supérieur au diamètre interne du col 14, de façon à assurer la sustentation de la préforme 12 par frottement contre la paroi interne du col 14, lorsque le mandrin, formant organe 54 de préhension, est inséré dans le col 14. L'organe 54 de préhension est ici monté coaxial avec l'arbre 32.

L'organe 54 de préhension est destiné à être monté fixe sur l'arbre 32 par des moyens de fixation rapides. Il s'agit ici de moyens de fixation par emboîtement élastique de formes complémentaires tels que des moyens de fixation à baïonnette ou des moyens de fixation à billes. A cet effet, l'organe 54 de préhension est fixé à l'extrémité inférieure d'une tige 55 munie de premiers moyens 57 de fixation rapide. L'extrémité inférieure de l'arbre 32 comporte des deuxièmes moyens 56 complémentaires de fixation rapide. Dans l'exemple représenté aux figures 1 et 2, le nez 52 comporte des ergots 57 radiaux de fixation à baïonnette, et l'arbre comporte des encoches 56 associées.

Le nez 52 comporte en outre un plateau 58 d'extraction qui est monté coulissant axialement par rapport à l'organe 54 de préhension. Le plateau 58 d'extraction présente un passage central qui permet de faire passer l'organe 54 de préhension au-dessous du plateau 58 dans la posture active de l'arbre 32, et au-dessus du plateau 58 dans la posture inactive de l'arbre 32. Le plateau 58 est fixé au tronçon 34B inférieur du manchon 34 par emboîtement axial avec un anneau 60 supérieur qui est fixé au-dessus du plateau 58. Le plateau 58 est destiné à prendre appui sur un bord supérieur du col 14 du corps 12 creux lorsque l'organe 54 de préhension est déplacé vers le haut afin de permettre son extraction du col 14.

Par ailleurs, deux supports 18 consécutifs du dispositif 10 de transport sont articulés l'un à l'autre par l'intermédiaire de maillons 20 d'articulation. Chaque maillon 20 d'articulation comporte un premier palier 62A amont et un deuxième palier 62B aval. Il s'agit ici de paliers 62A, 62B lisses. Comme représenté à la figure 2, le tronçon 34A tubulaire du manchon de l'arbre 32 situé en amont sur le support 18 est reçu pivotant autour de son axe "A" dans le palier 62B aval du maillon 20 d'articulation. De même, le palier 62A du maillon 20 d'articulation est destiné à recevoir le tronçon tubulaire du manchon d'un arbre situé en aval sur le support 18 précédent. Ainsi, le dispositif 10 de transport forme une chaîne souple fermée qui est réalisée par une alternance de supports 18 et de maillons 20 d'articulation, chaque support 18 étant monté pivotant autour de l'axe "A" de l'arbre 32 amont associé avec le maillon 20 d'articulation précédent.

Il s'agit ici d'un dispositif 10 de transport qui est destiné à équiper une station de chauffage conçue pour chauffer les corps 12 creux avec leur col 14 agencé vers le bas. A cet effet, les paliers 62A, 62B de chaque maillon 20 d'articulation sont montés pivotants l'un par rapport à l'autre autour d'un axe "B" longitudinal dit "de roulis". Le pivotement en roulis des paliers 62A, 62B l'un par rapport à l'autre est ici guidé par un palier 64 à roulements. Il s'agit ici d'un roulement à billes à contact oblique, l'axe de rotation des billes étant incliné de manière à converger vers l'avant, dans le sens de déplacement des supports 18.

Ce montage permet de faire basculer les supports 18 de entre les deux orientations angulaire de roulis suivantes :

- une orientation de transfert des corps 12 creux, dans laquelle l'axe "A" de l'arbre 32 s'étend verticalement de manière que l'organe 54 de préhension soit agencé vers le bas ; et - une orientation de chauffage des corps 12 creux dans laquelle l'axe "A" de l'arbre 32 s'étend verticalement de manière que l'organe 54 de préhension soit agencé vers le haut.

Les supports 18 sont commandés entre ces deux orientations de roulis par un suiveur 66 de came qui est destiné à coopérer par contact avec un tronçon de came (non représenté) hélicoïdal agencé le long du trajet des supports 18. Le suiveur 66 de came est ici formé par un galet qui est monté rotatif autour d'un axe transversal sur l'âme 26 du support 18.

Préalablement à l'utilisation du dispositif 10 de transport, le nez 52 est monté à l'extrémité inférieure de l'arbre 32.

Lors d'un cycle d'utilisation du dispositif 10 de transport, le support 18 occupe tout d'abord son orientation de transfert. L'arbre 32 est coulissé vers sa posture inactive au moyen d'une fourchette (non représentée) qui est logée entre le pignon 36 et le flasque 42 de l'embout 38. L'arbre 32 coulisse à rencontre de l'effort élastique du ressort 35, l'organe 54 de préhension se déplaçant axialement de concert avec l'arbre 32 dans sa posture inactive, tandis que le plateau 58 est maintenu dans sa position axiale fixe sur le tronçon 34B inférieur du manchon 34.

Le col 14 d'un corps 12 creux froid apporté automatiquement par les moyens de transport amont est ensuite agencé axialement au droit de l'organe 54 de préhension. Puis l'arbre 32 est commandé vers sa posture active de manière que l'organe 54 de préhension soit inséré à force dans le col 14 du corps 12 creux.

Le support 18 est ensuite basculé vers son orientation de chauffage par un premier tronçon hélicoïdal de came. Pendant cette portion de trajet, le pignon 36 n'est pas engrené avec une crémaillère.

Le support 18 entre alors dans le tunnel de chauffage de la station. Le pignon 36 est ici engrené avec une crémaillère (non représentée) pour entraîner l'arbre 32, l'organe 54 de préhension et le corps 12 creux en rotation autour de l'axe "A" à une vitesse angulaire qui dépend de la vitesse de déplacement longitudinale du support 18.

Dans le tunnel de chauffage, le support 18 traverse ensuite un intervalle séparant deux tronçons de crémaillère. Pendant cette traversée, le pignon 36 n'est pas engrené avec la crémaillère.

Puis le support 18 poursuit son trajet de manière que son pignon 36 engrène de nouveau avec un tronçon suivant de crémaillère le long du tunnel de chauffage.

En sortant du tunnel de chauffage, le support 18 est basculé vers son orientation de transfert par un deuxième tronçon hélicoïdal de came. Après la sortie du tunnel de chauffage, le pignon 36 n'est plus engrené avec une crémaillère. En arrivant à un point de sortie de la station de chauffage, le corps 12 creux chaud est pris en charge par le moyen de transport aval et l'arbre 32 est commandé vers sa posture inactive de manière à extraire l'organe 54 de préhension du col 14 du corps 12 creux.

Le cycle est ensuite répété.

Lorsque le support 18 se déplace le long de portion de trajet sur lesquelles le pignon 36 n'est pas engrené avec une crémaillère, l'arbre 32 rotatif est libre de tourner autour de son axe "A". Pour certaines applications, notamment pour les procédés de chauffe préférentielle, il est nécessaire de maîtriser l'orientation angulaire des corps 12 creux autour de leur axe "A" entre leur entrée dans la station de chauffage jusqu'à leur opération de soufflage.

A cet effet, l'invention propose un dispositif 10 de transport qui comporte des moyens d'indexation angulaire de l'arbre 32 rotatif dans une unique position angulaire indexée déterminée autour de leur axe "A" par rapport au support 18. Ces moyens d'indexation permettent de rappeler automatiquement les arbres 32 rotatifs dans leur position angulaire indexée lorsque le pignon 36 de l'arbre n'est pas en prise avec une crémaillère et qu'il occupe sa posture active dans laquelle l'organe 54 de préhension est susceptible de porter un corps 12 creux. Avantageusement, il s'agit de moyens d'indexation sans contact, tels que des moyens magnétiques d'indexation. Ceci permet ainsi d'éviter leur usure, de réduire leur maintenance. De tels moyens d'indexation sans contact ne risquent en outre pas d'être endommagés et leur durée de vie est très longue.

Les moyens d'indexation comportent ici au moins une paire d'éléments magnétiques. Un premier élément 68 magnétique est monté fixe sur l'arbre 32 et un deuxième élément 70 magnétique est monté fixe par rapport au support 18. Les deux éléments 68, 70 magnétiques de la paire sont agencés de manière à être en vis-à-vis lorsque l'arbre 32 occupe sa position angulaire indexée et lorsqu'il occupe sa posture active par rapport au support 18.

Dans cette position angulaire indexée, les éléments 68, 70 magnétiques de la paire sont agencés à une distance suffisamment faible l'un de l'autre pour s'attirer mutuellement. L'attraction magnétique entre les deux éléments 68, 70 magnétique est suffisante pour arrêter la rotation de l'arbre 32 dans sa position angulaire indexée.

Au moins l'un des éléments 68, 70 magnétiques de la paire est formé par un premier aimant permanent qui présente un pôle exposé de polarité déterminée qui est tourné vers l'autre des éléments 70, 68 magnétique lorsque l'arbre 32 occupe sa position angulaire indexée.

Selon un premier mode de réalisation de l'invention qui est représenté aux figure 2 et 3, une unique paire d'éléments 68, 70 magnétiques est agencée sur chaque tournette.

Chaque élément 68, 70 magnétique de la paire est formé par un aimant permanent. Chaque élément 68, 70 magnétique présente ainsi deux pôles magnétiques de polarité opposée : un premier pôle magnétique dit "pôle nord", qui sera indiqué par la lettre "N" aux figures, et un deuxième pôle magnétique dit "pôle sud", qui sera indiqué par la lettre "S" aux figures. Les pôles nord et sud de chaque élément 68, 70 magnétique sont aligné selon un axe qui sera appelé par la suite "axe magnétique".

Le premier élément 68 magnétique est fixé dans un logement 72 de l'arbre 32 qui présente une ouverture débouchant radialement vers l'extérieur. Le premier élément 68 magnétique est par exemple collé au fond du logement 72 ou encore enfoncé à force dans le logement 72.

Le premier élément 68 magnétique est ici agencé de manière que son axe magnétique soit agencé radialement par rapport à l'axe "A" de l'arbre 32. Dans le mode de réalisation représenté aux figures 2 et 3, le pôle sud du premier élément 68 magnétique forme le pôle exposé qui est tourné radialement vers l'extérieur du logement 72.

Le deuxième élément 70 magnétique est fixé dans un logement 74 qui débouche au moins radialement vers l'axe "A" de l'arbre 32 correspondant. Ici, le logement 74 traverse radialement la paroi cylindrique du tronçon 34A tubulaire du manchon 34. Le deuxième élément 70 magnétique est par exemple collé dans le logement 74 ou encore enfoncé à force dans le logement 74.

Le deuxième élément 70 magnétique est ici agencé de manière que son axe magnétique soit agencé radialement par rapport à l'axe "A" de l'arbre 32. Dans le mode de réalisation représenté aux figures 2 et 3, le pôle nord du deuxième élément 70 magnétique forme le pôle exposé qui est tourné radialement vers l'axe "A" de l'arbre 32.

Les deux éléments 68, 70 magnétiques de la paire sont agencés à la même hauteur lorsque l'arbre 32 occupe sa posture active. En position angulaire indexée de l'arbre 32, le premier élément 68 magnétique est ainsi radialement en vis-à-vis du deuxième élément 70 magnétique. Dans cette position, les deux éléments 68, 70 magnétiques sont séparés sensiblement de l'espace radial fonctionnel réservé entre l'arbre 32 et le manchon 34. Lorsque l'arbre 32 tourne librement par rapport au support 18, le premier élément 68 magnétique attire le deuxième élément 70 magnétique lorsqu'ils sont en vis-à-vis. Si la vitesse de rotation de l'arbre 32 est suffisamment faible, la force d'attraction magnétique interrompt immédiatement la rotation de l'arbre 32 pour le bloquer dans sa position angulaire indexée. Si la vitesse de rotation de l'arbre 32 est élevée, la rotation de l'arbre 32 sera ralentie par la force d'attraction magnétique entre les deux éléments 68, 70 magnétiques. L'arbre 32 pourra ainsi osciller avec amortissement de part et d'autre de la position angulaire indexée avant de se stabiliser dans sa position angulaire indexée.

De tels moyens d'indexation magnétiques sont plus particulièrement efficaces lorsque les éléments 68, 70 magnétiques sont agencés dans un tronçon vertical formé par des composants amagnétiques. Dans les exemples représentés aux figures, l'arbre 32 rotatif est entièrement réalisé en un matériau amagnétique, tel que de l'aluminium ou de l'inox. De même, le deuxième élément 70 magnétique est porté par le manchon 34 qui est réalisé en un matériau amagnétique tel que de l'aluminium, de l'inox ou du plastique.

Il se peut que l'arbre 32 se retrouve arrêté dans une position angulaire non indexée dans laquelle les éléments 68, 70 magnétiques de la paire sont hors de leurs zones d'influence mutuelle. C'est par exemple le cas lorsque l'arbre 32 est tourné de 180° par rapport à sa position angulaire indexée autour de l'axe "A".

Pour éviter que l'arbre 32 demeure dans cette position angulaire non indexée, l'invention propose que l'un des éléments parmi le support 18 ou l'arbre 32 comporte un troisième aimant 76 permanent qui présente un pôle répulsif de même polarité que le pôle exposé de l'aimant permanent porté par l'autre des éléments parmi le support 18 ou l'arbre 32. Les moyens d'indexation sont munis d'un unique pôle répulsif afin d'éviter que l'arbre 32 ne se retrouve bloqué dans une position angulaire non indexée.

Dans le mode de réalisation représenté aux figures 2 et 3, le troisième aimant 76 permanent est porté par l'arbre 32. Il est fixé dans un logement 78 présentant une ouverture débouchant radialement vers l'extérieur. Le troisième aimant 76 permanent est par exemple collé au fond du logement 78 ou encore enfoncé à force dans le logement 78.

Le troisième aimant 76 permanent est ici agencé de manière que son axe magnétique soit agencé radialement par rapport à l'axe "A" de l'arbre 32. Dans le mode de réalisation représenté aux figures 2 et 3, le pôle nord du troisième aimant 76 permanent forme le pôle répulsif qui est tourné radialement vers l'axe "A" de l'arbre 32.

Le pôle exposé du troisième aimant 76 permanent présente la même polarité que le pôle exposé du deuxième élément 70 magnétique. Ledit pôle exposé du troisième aimant 76 permanent forme ainsi un pôle répulsif par rapport au pôle exposé du deuxième élément 70 magnétique.

Le pôle répulsif du troisième aimant 76 permanent est décalé circonférentiellement par rapport au pôle exposé du premier élément 68 magnétique de la paire, de manière à être en vis-à-vis du pôle exposé du deuxième élément 70 magnétique lorsque l'arbre occupe une position angulaire déterminée autour de son axe "A" distincte de la position angulaire indexée. Ainsi, la force de répulsion magnétique provoque la rotation de l'arbre vers sa position angulaire indexée.

Dans le mode de réalisation représenté aux figures 2 et 3, le pôle répulsif du troisième aimant 76 permanent est décalé de 180° par rapport au pôle exposé du premier élément 68 magnétique. A cet égard, les ouvertures des logements 72, 78 associés de l'arbre 32 sont agencés de manière diamétralement opposée à la même hauteur. Cette disposition est la plus efficace pour éviter que l'arbre 32 ne se retrouve arrêté dans une position angulaire non indexée par rapport au support 18.

Ainsi, l'arbre 32 présente deux pôles exposés qui sont agencés à la même hauteur mais décalés circonférentiellement l'un par rapport à l'autre. Le pôle exposé du premier élément 68 magnétique est un pôle attractif de polarité opposée à celle du pôle exposé du deuxième élément 70 magnétique, tandis que le pôle exposé du troisième aimant 76 permanent forme un pôle répulsif de même polarité que celle du pôle exposé du deuxième élément 70 magnétique.

On remarquera que le pôle attractif et le pôle répulsif de l'arbre 32 présentent tous les deux une polarité opposée.

Dans cet exemple de réalisation, le troisième aimant 76 permanent présente une densité de flux magnétique inférieure à celle de l'aimant permanent formant le premier élément 68 magnétique. Ainsi, l'intensité de la force de répulsion magnétique produite par l'interaction entre le troisième aimant 76 permanent et le deuxième élément 70 magnétique est inférieure, en valeur absolue, à l'intensité de la force d'attraction magnétique produite par l'interaction entre le premier élément 68 magnétique et le deuxième élément 70 magnétique. Cette caractéristique permet notamment de réduire les saccades qui peuvent être observées lors de la rotation de l'arbre 32 entraîné par le pignon 36 et qui peuvent être causées par la présence des moyens d'indexation magnétique.

En outre, pour garantir que l'arbre 32 ne reste pas bloqué dans une position angulaire non indexée, par exemple à plus ou moins 90° de sa position angulaire indexée, on a prévu des moyens mécaniques de remise en rotation de l'arbre 32 par rapport au support 18 avant que son pignon 36 ne soit engagé avec la crémaillère. Ces moyens comportent un doigt 80 vertical qui s'étend verticalement en saillie vers le haut par rapport à celui du flasque 42 ou du pignon 36 qui est agencé à l'extrémité supérieure de l'embout 38. Le doigt 80 est excentré par rapport à l'axe "A" de l'arbre 32. Il est ici excentré longitudinalement vers l'arrière lorsque l'arbre 32 occupe sa position angulaire indexée.

Des rails (non représentés) sont agencés le long de portions de trajet des supports 18 localisées directement en amont des points dans lesquels le pignon 36 commence à être engrené avec une crémaillère. Plus particulièrement, deux rails sont agencés de part et d'autre de chacune desdites portion de trajet. Les rails sont agencés de manière convergente dans le sens de déplacement des supports 18. L'extrémité rapprochée des deux rails est suffisamment écartée pour laisser passer le doigt 80 sans le heurter si l'arbre 32 occupe une position angulaire proche sa position angulaire indexée, par exemple à plus ou moins 45° de la position angulaire indexée.

En revanche, lorsque l'arbre 32 occupe une position angulaire très éloignée de sa position angulaire indexée, par exemple une position située à 90° de sa position angulaire indexée, dans un sens ou dans l'autre, le doigt 80 heurte l'un des rails. Ceci provoque la mise en rotation de l'arbre 32 en direction de sa position angulaire indexée dans laquelle il peut être arrêté par les moyens d'indexation avant que le pignon 36 n'engrène la crémaillère.

Dans l'exemple représenté aux figures, les éléments 68, 70 magnétiques sont agencés en vis-à-vis l'un de l'autre dans une direction radiale par rapport à l'axe "A" lorsque l'arbre 32 occupe sa position angulaire indexée.

En variante non représentée de l'invention, les éléments 68, 70 sont agencés de manière à être en vis-à-vis axialement l'un de l'autre lorsque l'arbre 32 occupe sa position angulaire indexée.

Selon une variante de l'invention représentée à la figure 4, l'arbre 32 comporte un unique aimant permanent qui forme le premier élément 68 magnétique. Le premier élément 68 magnétique est alors agencé dans un logement 72 qui traverse diamétralement l'arbre 32 et qui présente deux ouvertures débouchant radialement dans deux sens opposés. Les deux pôles magnétiques du premier élément 68 magnétique sont ainsi exposés. L'un des pôles du premier élément 68 magnétique forme alors le pôle attractif tandis que le pôle opposé forme le pôle répulsif par rapport au pôle exposé du deuxième élément 70 magnétique. Dans ce cas, les intensités des forces de répulsion et d'attraction magnétiques sont égales.

Selon un deuxième mode de réalisation de l'invention qui est représenté à la figure 5, l'un des éléments 68, 70 magnétiques de la paire est formé par une pièce ferromagnétique, tandis que l'autre des éléments 68, 70 magnétique est formé par un aimant permanent. Les deux éléments magnétiques sont agencés de manière que l'aimant permanent attire l'élément ferromagnétique dans la position angulaire indexée.

Dans le mode de réalisation représenté à la figure 5, le premier élément 68 magnétique est formé par la pièce ferromagnétique tandis que le deuxième élément 70 magnétique est formé par l'aimant permanent. Chacun des éléments 68, 70 magnétique est agencé dans un logement 72, 74 similaire à ce qui a été décrit pour le premier mode de réalisation de l'invention.

En variante non représentée de l'invention, il est possible d'intervertir l'agencement de la pièce ferromagnétique et de l'aimant permanent pour obtenir le même effet d'indexation angulaire de l'arbre 32. Dans ce cas, le premier élément magnétique sera formé par l'aimant permanent tandis que le deuxième élément magnétique sera formé par la pièce ferromagnétique.

Selon une autre variante non représentée de l'invention, il est possible de combiner ce deuxième mode de réalisation avec l'agencement d'un pôle répulsif sur l'élément porteur de la pièce ferromagnétique, comme dans le premier mode de réalisation de l'invention. Selon un troisième mode de réalisation de l'invention qui est représenté à la figure 6, les moyens d'indexation comportent deux paires d'éléments magnétiques.

La première paire comporte des éléments 68A, 70A magnétiques qui sont tous les deux formés par des aimants permanents. Les éléments 68A, 70A de la première paire sont agencés de manière identique à ce qui a été décrit dans le premier mode de réalisation de l'invention. Ainsi, les deux éléments 68A, 70A magnétiques de la première paire sont radialement en vis-à-vis l'un de l'autre lorsque l'arbre 32 est dans sa position angulaire indexée et dans sa posture active.

La deuxième paire comporte des éléments 68B, 70B magnétique qui sont aussi tous les deux formés par des aimants permanents. Les éléments 68B, 70B magnétiques de la deuxième paire sont agencés de la même manière que ceux de la première paire, mais avec un décalage circonférentiel. Ici, le décalage est de 180°. Ainsi, les deux éléments 68B, 70B magnétiques de la deuxième paire sont radialement en vis-à-vis l'un de l'autre lorsque l'arbre 32 est dans sa position angulaire indexée et dans sa posture active.

Les éléments magnétiques 68A, 68B, 70A, 70B des deux paires sont tous agencés à la même hauteur. Ainsi, les premiers éléments 68A, 68B magnétique des deux paires sont susceptibles de passer radialement en vis-à-vis de n'importe lequel des deuxième éléments 70A, 70B magnétiques selon la position angulaire de l'arbre 32 par rapport au support 18.

Les moyens d'indexation étant conçus pour indexer la position angulaire de l'arbre 32 dans une unique position angulaire indexée, les pôles exposés des premiers éléments 68A, 68B magnétiques présentent des polarités opposés. En conséquence, les pôles exposés des deuxièmes éléments 70A, 70B magnétiques présentent aussi des polarités opposés. Ainsi, lorsque chaque premier élément 68A, 68B magnétique d'une paire est agencé en vis-à-vis d'un deuxième élément 70A, 70B de l'autre paire, leurs pôles exposés présentent une polarité identique, ce qui entraîne une rotation de l'arbre 32 par répulsion magnétique en direction de sa position angulaire indexée.

Quel que soit le mode de réalisation sélectionné, les aimants permanents sont avantageusement agencés à un endroit du dispositif 10 de transport dans lequel la température de l'aimant est maintenu au-dessous de sa température de Curie, c'est-à-dire la température à laquelle il commence à perdre ses propriétés magnétiques.

Les aimants permanents utilisés dans le cadre de l'invention sont par exemple réalisés en alliage à base de fer.

S'agissant d'un dispositif 10 de transport dans lequel les préformes sont chauffées col vers le bas, on a constaté que la température de l'arbre 32 et du manchon 34 demeurait largement au-dessous de la température de Curie. On a par exemple constaté une température de 70°C. Or, pour des aimants permanents réalisés à base de fer, la température de Curie est habituellement de l'ordre de plusieurs centaines de degrés Celsius.

L'invention est bien entendu applicable à des dispositifs de transport similaire dans lequel les préformes sont chauffées col vers le haut. Dans ce cas, le tunnel de chauffage de la station est généralement équipé de boucliers thermiques qui empêchent la chaleur de monter vers le col, et donc vers le support. Il s'ensuit que de tels boucliers thermiques permettent de maintenir les aimants permanents à une température suffisamment basse pour éviter qu'ils ne perdent leurs propriétés magnétiques.

Les moyens d'indexation permettent ainsi d'indexer les arbres 32, et donc l'organe 54 de préhension associé, dans une unique position angulaire indexée lorsque l'arbre 32 est libre de tourner par rapport au support 18, c'est-à-dire en dehors du tunnel de chauffage, notamment lorsque les préformes sont chargées et déchargées du dispositif 10 de transport, lors du renversement des supports entre leurs deux orientations, et lors du passage entre deux tronçons de crémaillère.

Lorsque l'arbre 32 occupe sa posture inactive, les éléments 68, 70 magnétiques ne sont plus à la même hauteur et ne s'attirent donc plus. Néanmoins, l'arbre 32 est commandé en position inactive par une fourchette dont le frottement avec l'embout de l'arbre 32 suffit à bloquer la rotation de l'arbre 32 par rapport au support 18. Ainsi, il est seulement nécessaire que l'arbre 32 soit dans sa position angulaire indexée avant et après les opérations de chargement et de déchargement pour garantir sa position angulaire indexée durant lesdites opérations.