Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
SAFETY DEVICE FOR A VEHICLE WHEEL
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2012/022911
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a safety device (10) for a vehicle wheel (12), said device (10) securing the attachment elements (16) of the rim (18) of said wheel (12) onto a hub (14), wherein said device (10) includes a means (20) for blocking the rotation of said attachment elements (16) and a means (21) for supporting said blocking means (20) on the attachment elements (16), said rotation-blocking means (20) consisting of female parts (24) and at least one peripheral wall (26, 26I, 26E) against which said parts (24) abut when rotating, wherein at least a portion of the attachment elements (16) receives a female part (24), the supporting means (21) includes an upper wall (36) that covers the attachment elements (16) provided with the female parts (24), and said upper wall (36) blocks the translation of said female parts (24) along the attachment elements (16), wherein said device (10) includes a means (22) for rigidly connecting to the wheel (12), and said rigid connection is mechanically locked.

Inventors:
DE LIMA, Bernard (7 allée Fleurie, Pessac, F-33600, FR)
Application Number:
FR2011/051916
Publication Date:
February 23, 2012
Filing Date:
August 16, 2011
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
DE LIMA, Bernard (7 allée Fleurie, Pessac, F-33600, FR)
International Classes:
B60B3/16; B60B7/14; F16B37/14; F16B39/10
Domestic Patent References:
WO2005037571A12005-04-28
Foreign References:
EP1538351A12005-06-08
GB2394263A2004-04-21
AT397789B1994-06-27
EP0865940A21998-09-23
GB2325504A1998-11-25
FR2897014A12007-08-10
GB2325504A1998-11-25
Attorney, Agent or Firm:
AQUINOV, POUCHUCQ, Bernard (Allée de la Forestière, Beychac et Caillau, F-33750, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, ledit dispositif (10) venant sécuriser les éléments de fixation (16) de la jante (18) de ladite roue (12) sur un moyeu (14), ledit dispositif (10) comprenant au moins des moyens de blocage (20) en rotation desdits éléments de fixation (16) et des moyens de maintien (21) desdits moyens de blocage (20) sur les éléments de fixation (16), lesdits moyens de blocage en rotation (20) étant constitués de pièces femelle (24) et d'au moins une paroi périphérique (26,26I,26E) contre laquelle lesdites pièces (24) butent en rotation, au moins une partie des éléments de fixation (16) rece^an^ au moins une pièce femelle (24), les moyens de maintien (21) comprenant au moins une paroi supérieure (36) recouvrant les éléments de fixation (16) équipés des pièces femelle (24), et ladite paroi supérieure (36) bloquant, directement ou par l'intermédiaire d'une autre pièce, la translation desdites pièces femelle (24) le long des éléments de fixation (16), ledit dispositif (10) étant caractérisé en ce qu'il comprend des moyens de solidarisation (22) à la roue (12) et en ce que ladite solidarisation est verrouillée mécaniquement.

2. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 1, caractérisé en ce que les moyens de solidarisation (22) comprennent au moins une paroi inférieure (58,58-1,58-2) maintenue contre la jante (18) par au moins un élément de fixation (16), ladite paroi inférieure (58,58-1,58-2) étant intercalée entre ledit élément (16) et la jante (18).

3. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 2, caractérisé en ce qu'il comprend des moyens de verrouillage (62) mécaniques bloquant en rotation et en translation chaque élément de fixation (16) utilisé pour la réalisation des moyens de solidarisation (22) et maintenant ainsi chaque surface inférieure (58,58-1,58-2) contre la jante (18).

4. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 3, la paroi supérieure (36) et la ou les parois périphériques (26,26I,26E) faisant partie d'une même pièce, et chaque paroi inférieure (58,58-1,58-2) étant rapportée sous ladite paroi supérieure (36) par l ' intermédiaire d'un support (64) de hauteur (H) adaptée, ledit dispositif (10) étant caractérisé en ce que les moyens de verrouillage (62) consistent en une pièce femelle (66) venant se loger autour de chaque élément de fixation (16) utilisé pour la réalisation des moyens de solidarisation (22) et bloquée en rotation dans ledit support (64), et en un ameau élastique (68) monté dans ledit support (64) et venant bloquer en translation ladite pièce femelle (66).

5. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 4, caractérisé en ce que chaque support (64) comporte au moins deux parois latérales (70-1,70-2) supportant ladite paroi inférieure (58,58-1,58-2) de part et d'autre de celle-ci et solidarisées à la paroi supérieure (36), lesdites parois latérales (70-1,70-2) comprenant une gorge intérieure (74) située à une hauteur (Hl) adaptée pour la réception de l 'anneau élastique (68) juste au-dessus de la pièce femelle (66), et en ce que ladite paroi supérieure (36) comprend une ouverture (76), de dimensions adaptées pour le passage des éléments à monter, située dans l'alignement de chaque support (64), ladite ouverture (76) pouvant être obturée par un capuchon détachable (40).

6. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 3, la ou les parois inférieure (58,58-1,58-2) et la ou les parois périphériques (26,26I,26E) faisant partie d'une même pièce, et la paroi supérieure (36) étant rapportée sur la ou les parois périphériques (26,26I,26E) par des moyens d'emboîtement (78), ledit dispositif (10) étant caractérisé en ce que les moyens de verrouillage (62) consistent en un dispositif de verrouillage (80) solidarisant ou désolidarisant ladite paroi supérieure (36) à ou aux parois inférieures (58,58-1,58-2) et/ou à ou aux parois périphériques (26,26I,26E).

7. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 6, caractérisé en ce que ledit dispositif de verrouillage (80) est actionné par une clé au tout autre moyen analogue, et en ce que lesdits moyens d'emboîtement (78) prennent la forme de languettes (82) solidaires d'au moins une paroi périphérique (26,26I,26E) et s'étendant radialement par rapport à celle-ci, et d'encoches (84) de réception desdites languettes, lesdites encoches (84) étant réalisées dans un rebord (86) de la paroi supérieure (36).

8. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon l'une des revendications 1 à 7, caractérisé en ce qu'il comprend des moyens d'amortissement (52) associés aux moyens de maintien (21) et intercalés entre la paroi supérieure (36) desdits moyens (21) et les pièces femelle (24) équipant les élément de fixation (16).

9. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 8, caractérisé en ce que lesdits moyens d'amortissement (52) prennent la forme d'au moins une pièce (54,54-1,54-2) en matériau souple comprimée entre la paroi supérieure (36) et chaque pièce femelle (24), et en ce que chaque pièce (54) comprend des ouvertures (55) au droit de chaque élément de fixation (16) équipé d'une pièce femelle (24).

10. Dispositif de sécurité (10) pour une roue (12) d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, selon la revendication 8, caractérisé en ce que lesdits moyens d'amortissement (52) comprennent au moins une lame ressort (56) fixée sous la paroi supérieure (36) et appuyant sur chaque pièce femelle (24) des moyens de blocage (20).

Description:
DISPOSITIF DE SECURITE POUR UNE ROUE D'UN VEHICULE

La présente invention est relative à un dispositif de sécurité pour une roue d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, ledit dispositif permettant d'empêcher la désolidarisation des éléments de fixation de ladite roue au moyeu.

Dans le secteur du transport routier, les roues sont des organes mécaniques particulièrement surveillés.

Par exemple, il est important de surveiller fréquemment l'usure et la pression de gonflage des pneus pour assurer la sécurité du transport.

Aussi, les vis ou les écrous de fixation des roues, et plus exactement leur couple de serrage, doivent aussi être contrôlés régulièrement.

En effet, en raison des vibrations engendrées par des irrégularités du revêtement de la chaussée et par des chocs dus à des imperfections plus importantes dudit revêtement, lesdits éléments de fixation tendent à se desserrer, ce qui peut amener à une désolidarisation complète de la roue par rapport au moyeu.

La désolidarisation d'une roue est dangereuse, non seulement pour le conducteur du véhicule de transport, mais aussi pour ceux des véhicules situés à proximité. Et, si tous les conducteurs sont sains et saufs après la désolidarisation d'une roue, ce sont les véhicules qui sont endommagés et plus particulièrement le véhicule de transport et son chargement.

Aussi, il a été constaté que, dans le cas d'un véhicule de transport routier, les conséquences matérielles de la désolidarisation d'une roue sont rarement négligeables. D'autre part, étant donné le nombre de roues montées sur les essieux d'un tracteur routier et de sa remorque, le contrôle du couple de serrage de chacun des éléments de fixation peut s'avérer long et fastidieux pour le conducteur. De plus, en regard des nombreux kilomètres parcourus par les véhicules de transport routier, le couple de serrage des éléments de fixation doit être contrôlé régulièrement.

Cependant, ledit contrôle n'est généralement pas effectué aussi fréquemment que nécessaire, et, pensant remédier de manière efficace au problème, certains dépassent généreusement le couple de serrage préconisé au risque d'endommager les filets des éléments de fixation voire de conduire à la rupture des goujons. Plusieurs dispositifs de l'art antérieur ont été développés afin de limiter ou d'éviter la désolidarisation d'une roue d'un véhicule.

On connaît ainsi le brevet français, de même déposant et publié sous le numéro F -2897014, relatif à un dispositif de sécurité pour une roue de véhicule, ladite roue comprenant une jante fixée au moyeu dudit véhicule par des éléments de fixation et équipée d'un enjoliveur.

Ledit dispositif comprend des moyens anti-rotation prenant notamment la forme de capuchons et prévus pour coopérer avec les éléments de fixation de la jante sur le moyeu et intégrés audit enjoliveur.

Un premier inconvénient de ce premier dispositif vient de la nécessité d'aligner à l'aveugle et un à un les capuchons pour qu'ils coopèrent avec les éléments de fixation lors de la mise en place de l'enjoliveur sur la roue, ledit enjoliveur venant cacher la jante et lesdits éléments de fixation.

La mise en place de ce premier dispositif peut s'avérer longue et compliquée lorsque chaque roue du véhicule est reliée à un moyeu par une dizaine d'éléments de fixation.

De plus, l'intégration des moyens anti-rotation selon ce premier dispositif prévoyant un montage libre en rotation des capuchons portés par l'enjoliveur, les usinages e† les ajustements nécessaires audit montage des capuchons augmentent considérablement le coût de fabrication de ce premier dispositif. Afin d eviter les difficultés de montage et de réduire le coût de fabrication, un deuxième dispositif, présenté dans la demande de brevet britannique G&- 2325504, prévoit un agencement dans lequel les moyens anti-rotation prennent la forme d'éléments séparés : des premiers éléments coopérant chacun avec une des vis de fixation et comprenant chacun une extension latérale, et un deuxième élément assimilable à un couvercle et comprenant au moins une paroi latérale extérieure sur laquelle viennent buter les extensions desdits premiers éléments pour stopper la rotation, et donc le dévissage, des vis de fixation.

Ce deuxième dispositif de l'art antérieur est plus aisé et plus rapide à mettre en oeuvre que le premier, notamment si de nombreuses roues doivent être équipées. Toutefois, dans ce deuxième dispositif, le deuxième élément assurant le maintien des moyens anti-rotation sur la roue est fixé par clipsage à la jante.

Au final, le niveau de sécurité apporté par ce deuxième dispositif est encore trop limité.

Aussi, la présente invention vise à résoudre les problèmes de l'art antérieur en proposant un dispositif de sécurité pour une roue d'un véhicule, ledit dispositif comprenant des moyens de blocage en rotation des éléments de fixation simples et rapides à monter sur ladite roue et permettant de garantir une sécurité intégrale grâce à un verrouillage de la solidarisation dudit dispositif sur la roue. A cet effet, l'invention a pour objet un dispositif de sécurité pour une roue d'un véhicule, notamment d'un véhicule de transport routier, ledit dispositif venant sécuriser les éléments de fixation de la jante de ladite roue sur un moyeu, ledit dispositif comprenant au moins des moyens de blocage en rotation desdits éléments de fixation et des moyens de maintien desdits moyens de blocage sur les éléments de fixation, lesdits moyens de blocage en rotation étant constitués de pièces femelle et d'au moins une paroi périphérique contre laquelle lesdites pièces butent en rotation, au moins une partie des éléments de fixation recelant au moins une pièce femelle, les moyens de maintien comprenant au moins une paroi supérieure recouvrant les éléments de fixation équipés des pièces femelle, et ladite paroi supérieure bloquant, directement ou par l'intermédiaire d'une autre pièce, la translation desdites pièces femelle le long des éléments de fixation, ledit dispositif étant caractérisé en ce qu'il comprend des moyens de solidarisation à la roue et en ce que ladite solidarisation est verrouillée mécaniquement.

D'autres caractéristiques et avantages ressortiront de la description qui va suivre de l ' invention, description donnée à titre d'exemple uniquement, en regard des dessins annexés sur lesquels :

- la figure 1 représen e une vue en éclaté d'un dispositif de sécurité dans un premier mode de réalisation selon l'invention,

- la figure 2 représente une vue en éclaté d'un dispositif de sécurité dans un deuxième mode de réalisation selon l'invention,

- les figures 3A à 3D représentent différentes variantes des moyens de blocage selon l'invention,

- la figure 4 représente en coupe une première variante des moyens de blocage dans un premier mode de réalisation d'un dispositif de sécurité selon l'invention,

- la figure 5 représente en coupe une deuxième variante des moyens de blocage dans un premier mode de réalisation d'un dispositif de sécurité selon l'invention,

- la figure 6 représente en coupe des moyens de blocage dans un deuxième mode de réalisation d'un dispositif de sécurité selon l'invention,

- la figure 7 représente en coupe une première variante des moyens de verrouillage sur une roue d'un dispositif de sécurité selon l'invention, - la figure 8 représen e en perspective un capuchon d'un dispositif de sécurité selon l'invention,

- la figure 9 représente en détails une première variante des moyens de verrouillage sur une roue d'un dispositif de sécurité selon l'invention, - la figure 10 représente un synoptique du montage sur une roue d'un dispositif de sécurité selon l'invention.

Les figures 1 et 2 illustrent des vues en éclaté dans deux modes de réalisation d'un dispositif de sécurité 10 selon l'invention, ledit dispositif venant équiper une roue 12 montée sur un moyeu 14.

La présente invention vise particulièrement la sécurisation des roues des véhicules de transport routier, mais cette application n'est nullement limitative et ledit dispositif de sécurité peut facilement être adapté pour équiper les roues de tous types de véhicule.

Plus précisément, ledit dispositif 10 vient sécuriser les éléments de fixation 16 de la jante 18 de ladite roue 12 sur le moyeu 14, lesdits éléments de fixation 16 étant répartis circulairement autour de l'axe A traversant centralement l'assemblage entre le moyeu, la roue et le dispositif de sécurité.

Indifféremment, que les éléments de fixation 16 soient des écrous ou des vis, le dispositif de sécurité selon l'invention peut venir sécuriser lesdits éléments 16. A cet effet, ledit dispositif 10 comprend des moyens de blocage en rotation 20 desdits éléments de fixation 16, des moyens de maintien 21 desdits moyens de blocage 20 sur les éléments de fixation 16, et des moyens de solidarisation 22 à la roue.

Selon une caractéristique importante de l'invention, détaillée ultérieurement, ladite solidarisation réalisée par les moyens 22 est verrouillée mécaniquement. Lesdits moyens de blocage en rotation 20 sont constitués de pièces femelle 24 et d'au moins une paroi périphérique 26 contre laquelle lesdites pièces 24 viennent buter en rotation, au moins une partie des éléments de fixation 16 recelant au moins une pièce femelle 24.

Comme illustré sur les différentes variantes des moyens de blocage 20 des figures 1, 2 et 3A à 3D, chaque pièce femelle 24 est de profil extérieur 28 non- circulaire de façon que la rotation de ladite pièce 24 soit arrêtée en au moins un point 30 par au moins une paroi périphérique 26 située à proximité de chacun desdits éléments de fixation 16.

Toujours selon l'invention, chaque pièce 24 comprend au moins un logement 32, ouvert ou fermé, coopérant avec au moins une partie des faces extérieures 34, notamment par l'intermédiaire desquelles est appliqué le couple de serrage, d'au moins un élément de fixation 16.

Comme illustré par la figure 3 A, une pièce 24 peut comprendre une face latérale extérieure 34 curviligne suivant par exemple un profil 28 oblong incurvé, et un logement 32 hexagonal fermé correspondant aux six pans d'un écrou ou d'une tête de vis formant l'élément de fixation 16.

Ensuite, comme illustré en figure 3B, une pièce 24 peut aussi comprendre plusieurs faces latérales extérieures (34-1,34-2) courbe et/ou droite suivant un profil 28 comprenant des portions curviligne et/ou rectiligne, et le logement 32 peut être multi-pans de façon à faciliter le positionnement de la pièce 24 autour de l'élément de fixation 16 et par rapport à une surface périphérique 26.

Puis, comme illustré en figure 3C, une pièce 24 selon l'invention peut aussi être polygonale, c'est à dire comprenant au moins trois faces latérales extérieures (34-3,34-4,34-5) droites suivant un profil 28 triangulaire.

Enfin, et comme illustré en figure 3D, une pièce 24 peut être polygonale et comprendre un logement 32 ouvert coopérant en partie avec les six pans d'un écrou ou d'une tête de vis formant l'élément de fixation 16.

Bien entendu, les quatre variantes présentées sur les figures 3 A à 3D ne sont pas limitatives, et l'invention couvre aussi un dispositif de sécurité dont les moyens de blocage comprennent des pièces femelle imaginées à partir desdites variantes présentées ci-dessus.

Comme illustré sur les figures 1, 2 et 3A à 3D, et quelle que soit la variante de réalisation d'une pièce femelle 24 selon l'invention, ladite pièce 24 est arrêtée en au moins un point 30 par au moins une paroi périphérique intérieure 261 et/ou extérieure 26E respectivement entourée par et/ou entourant l'ensemble des éléments de fixation 16 équipés des pièces femelle 24.

L'invention couvre bien entendu toutes les variantes de réalisation dans lesquelles les moyens de blocage 20 du dispositif 10 comprennent une des deux ou les deux parois périphériques (261, 26E).

De préférence, et comme illustré sur les figures 1 et 2, chaque pièce femelle 24 des moyens de blocage en rotation 20 est polygonale, de profil extérieur 28 carré, et comprend quatre faces latérales ex érieures (34-6,34-7,34-8,34-9) droites ainsi qu'un logement 32 fermé et multi-pans, possédant notamment 24 pans.

Et, toujours de préférence, lesdites parois périphériques intérieure 261 et extérieure 26E sont sensiblement cylindriques autour de l'axe central A, et, lorsque le dispositif 10 comprend les deux parois intérieure 261 et extérieure 26E, celles-ci sont concentriques de part et d'autre du cercle sur lequel sont répartis les éléments de fixation 16.

Ensuite, le dispositif de sécurité 10 comprend des moyens de maintien en position 21 desdits moyens de blocage 20 sur les éléments de fixation 16.

Ces moyens de maintien 21 comprennent au moins une paroi supérieure 36 recouvrant les éléments de fixation 16 équipés des pièces femelle 24 de manière à empêcher l'échappement par translation desdites pièces femelle 24.

Ainsi, ladite paroi supérieure 36 est susceptible de bloquer, directement ou par l'intermédiaire d'une autre pièce, la translation desdites pièces femelle 24 le long des éléments de fixation 16. De préférence, ladite paroi supérieure 36 prend sensiblement la forme d'une couronne reliant les parois périphériques intérieure 261 et extérieure 26E et ladite couronne se situe dans un plan perpendiculaire à l'axe central A.

Ladite paroi supérieure 36 constitue donc la face la plus visible du dispositif de sécurité 10 et elle peut être décorée, peinte, etc, de façon que ledit dispositif 10 joue le rôle d'enjoliveur de roue.

Selon une première variante illustrée en perspective en figure 1 et en coupe sur les figures 4 et 5, ladite paroi supérieure 36 peut comporter des bossages 38 au-dessus de chaque élément de fixation 16, lesdits bossages venant de fabrication avec ladite paroi et permettant de conserver un dispositif de sécurité 10 compact et utilisable avec des éléments de fixation plus hauts.

Aussi, tout en améliorant l'adaptabilité du dispositif 10, lesdits bossages 38 peuvent conférer un aspect plus esthétique au dispositif de sécurité.

Selon une deuxième variante illustrée en coupe en figure 7 et en perspective en figure 8, un bossage 38 peut aussi prendre la forme d'un capuchon 40 de profil bombé et détachable de ladite paroi supérieure 36.

Ledit capuchon 40 vient se loger dans une ouverture 42 réalisée dans ladite paroi 36, et des moyens de positionnement et de retenue 44 dudit capuchon au niveau de ladite ouverture 42.

Lesdits moyens de positionnement et de retenue peuvent comprendre un épaulement 46, porté par le capuchon 40 comme illustré en figure 7 ou réalisé dans la paroi 36 au droit de l'ouverture 42, et une lame élastique 48 pliée et fixée sous ledit capuchon et dont les extrémités (49(5 ,49D) viennent se glisser sous ladite paroi 36, de petits orifices 50 étant prévus dans ledit capuchon 40 pour pouvoir comprimer ladite lame lors du montage du capuchon.

Ledit capuchon détachable 40 autorise une optimisation du dispositif de sécurité 10 consistant à réaliser au moins un capuchon dans un matériau thermofusible ou à peindre au moins un capuchon avec une peinture susceptible de changer de couleur au-delà d'une certaine température, ceci de manière à détecter rapidement toute élévation anormale de température du moyeu et de sa roue, ladite détection étant particulièrement importante dans le cas du transport de matières dangereuses ou inflammables.

Par la suite, le dispositif 10 selon l'invention peut comprendre des moyens d'amortissement 52 associés aux moyens de maintien 21 et intercalés entre la paroi supérieure 36 desdits moyens 21 et les pièces femelle 24 équipant les élément de fixation 16.

Lesdits moyens d'amortissement 52 sont susceptibles d'être comprimés de façon à sensiblement immobiliser les pièces femelle 24 en translation et à limiter le bruit, tel un cliquetis, et les effets, telle l ' usure, dus aux vibrations desdites pièces 24 contre les éléments de fixation 16 et la ou les parois périphérique (26I,26E).

Selon une première variante, illustrée sur les figures 1, 4 et 5, lesdits moyens d'amortissement 52 prennent la forme d'au moins une pièce 54 en matériau souple, et de préférence de deux demi pièces (54-1,54-2), comprimée entre la paroi supérieure 36 et chaque pièce femelle 24.

De préférence, le matériau souple de réalisation de chaque pièce 54 est un élastomère synthétique résistant aux hydrocarbures, au sel et à base de polychloroprène, tel le Néoprène®.

Avantageusement, chaque pièce (54,54-1,54-2) peut comprendre des ouvertures 55 au droit de chaque élément de fixation 16 équipé d'une pièce femelle 24, lesdites ouvertures autorisant le passage desdits éléments 16 et permettant à la pièce en matériau souple de mieux reposer sur les pièces femelle 24.

Selon une deuxième variante, illustrée sur les figures 2 et 6, lesdits moyens d'amortissement 52 comprennent au moins une lame ressort 56 fixée sous la paroi supérieure 36 et appuyant sur chaque pièce femelle 24 des moyens de blocage 20. De préférence, chaque lame ressort 56 est réalisée dans un métal ou un alliage métallique élastique et rapportée par soudage sous la paroi supérieure 36.

Puis, comme illustré par les figures 1, 2, 6 et 7, le dispositif de sécurité 10 selon l'invention comprend des moyens de solidarisation 22 à la roue 12 et au moyeu 14. Plus en détails, de manière à former au moins un point de fixation, lesdits moyens de solidarisation 22 comprennent au moins une paroi inférieure 58 maintenue contre la jante 18 par au moins un élément de fixation 16, ladite paroi inférieure 58 étant intercalée entre ledit élément 16 et la jante 18.

A cet effet, ladite paroi nférieure 58 est munie d'un alésage 60 ajusté, au jeu près, au diamètre de l'axe fileté 63 dudit élément de fixation 16, vis ou écrou. De préférence pour un meilleur positionnement et un meilleur maintien du dispositif 10, et comme illustré sur les figures 1 et 2, les moyens de solidarisation 22 comprennent au moins deux parois inférieures (58-1,58-2) chacune maintenue contre la jante 18 par au moins un élément de fixation 16, lesdites parois inférieures (58-1,58-2) étant diamétralement opposées par rapport à l'axe central A.

Selon une variante, et notamment comme illustré en pointillé sur la figure 2, une même paroi nférieure 58 du dispositif 10 peut comprendre plus de deux alésages 60 pour la réalisation de plusieurs points de fixation.

Enfin, selon d'autres variantes, une paroi inférieure 58 unique et en forme de couronne comme la paroi supérieure 36 peut compter autant d'alésages 60 que d'éléments de fixation 16, et, éventuellement, le diamètre de certains alésages 60 peut être agrandi de manière à éviter le démontage et le remontage de certains éléments de fixation 16 de la roue 12 lors de la mise en place du dispositif 10 sur la roue 12.

Selon une caractéristique importante de l'invention vis-à-vis des dispositifs de l'art antérieur, la solidarisation ainsi réalisée du dispositif de sécurité 10 à la roue 12 et au moyeu 14 est verrouillée mécaniquement. A cet effet, ledit dispositif de sécurité 10 comprend des moyens de verrouillage 62 mécaniques assurant le blocage en rotation et en translation de chaque élément de fixation 16 utilisé pour la réalisation des moyens de solidarisation 22 et assurant le maintien de chaque surface inférieure (58,58-1,58-2) contre la jante 18.

Aussi, dans un premier mode de réalisation du dispositif de sécurité 10 selon l' invention, illustré sur les figures 1, 7 et 9, la paroi supérieure 36 et la ou les parois périphériques (26,26I,26E) faisant partie d'une même pièce, et chaque paroi inférieure (58,58-1,58-2) étant rapportée sous ladite paroi supérieure 36 par l ' intermédiaire d'un support 64 de hauteur H adaptée, lesdits moyens de verrouillage 62 consistent en une pièce femelle 66 venant se loger autour de chaque élément de fixation 16 utilisé pour la réalisation des moyens de solidarisation 22 et bloquée en rotation dans ledit support 64, et en un ameau élastique 68, du type circlips, monté dans ledit support 64 et venant bloquer en translation ladite pièce femelle 66.

Plus en détails, chaque support 64 comporte au moins deux parois latérales (70- 1,70-2) supportant ladite paroi inférieure (58,58-1,58-2) de part et d'autre de celle-ci et solidarisées, de préférence par soudage, à la paroi supérieure 36. Similairement aux moyens de blocage 20, chaque pièce femelle 66 est de profil extérieur non-circulaire de façon que la rotation de ladite pièce 66 soit arrêtée en au moins un point par au moins une paroi latérale (70-1,70-2) située à proximité.

De plus, chaque pièce 66 comprend au moins un logement 72, ouvert ou fermé, coopérant avec au moins une partie des faces extérieures 34 de l'élément de fixation 16.

Enfin, lesdites parois latérales (70-1,70-2) comprennent une gorge intérieure 74 permettant de recevoir l 'anneau élastique 68 et située à une hauteur Hl adaptée pour placer ledit anneau juste au-dessus de la pièce femelle 66. Bien entendu, afin de permettre le montage successivement de l 'élément de fixation 16, de la pièce femelle 66 et de l 'anneau élastique 68, ladite paroi supérieure 36 comprend une ouverture 76 de dimensions adaptées pour le passage desdits éléments à monter située dans l 'alignement de chaque support 64, ladite ouverture 76 pouvant être obturée par un capuchon détachable 40 tel que décrit précédemment.

Optionnellement, et dans un objectif de sécurisation de la roue 12 contre le vol, chaque capuchon 40 obturant une ouverture 76 des moyens de verrouillage 62 peut être équipé de moyens antivol nécessitant une clé ou un moyen analogue pour retirer ledit capuchon.

Toujours dans ce premier mode de réalisation du dispositif 10, et de préférence, les moyens de solidarisation 22 comprenant au moins deux parois inférieures (58-1,58-2) diamétralement opposées, au moins deux supports 64 sont rapportés sous la paroi supérieure 36, et chaque support 64 reçoit une pièce femelle 66 et un anneau élastique 68 bloquant en rotation et en translation l 'élément de fixation 16 assurant le maintien de l 'une des parois inférieures (58-1,58-2).

De préférence, dans ce premier mode de réalisation du dispositif 10, au moins deux éléments de fixation 16 de la roue sont utilisés pour la réalisation des moyens de solidarisation 22, permettent de maintenir les parois inférieures (58- 1,58-2) contre la jante 18, et reçoivent les moyens de verrouillage 62, tandis que les autres éléments de fixation 16 reçoivent uniquement les moyens de blocage 20 décrits précédemment.

Dans un deuxième mode de réalisation du dispositif de sécurité 10 selon l' invention, illustré sur les figures 2 et 6, la ou les parois inférieure (58,58-1,58- 2) et la ou les parois périphériques (26,26I,26E) faisant partie d'une même pièce, et la paroi supérieure 36 étant rapportée sur la ou les parois périphériques (26,26I,26E) par des moyens d'emboîtement 78, lesdits moyens de verrouillage 62 consistent en un dispositif de verrouillage 80 solidarisant ou désolidarisant ladite paroi supérieure 36 à ou aux parois inférieures (58,58-1,58- 2) et/ou à ou aux parois périphériques (26,26I,26E).

Ledit dispositif de verrouillage 80 est actionné par une clé au tout autre moyen analogue, permettant ainsi d'assurer simultanément une fonction d'antivol de la roue 12.

Lesdits moyens d'emboîtement 78 prennent par exemple la forme de languettes 82 solidaires d'au moins une paroi périphérique (26,26I,26E) et s'étendant radialement par rapport à celle-ci, et d'encoches 84 de réception desdites languettes, lesdites encoches étant réalisées dans un rebord 86 de la paroi supérieure 36.

Dans ce deuxième mode de réalisation, et de préférence, tous les éléments de fixation 16 de la roue reçoivent les moyens de blocage 20 décrits précédemment, au moins deux éléments de fixation 16 participent à la réalisation des moyens de solidarisation 22 du dispositif 10 à la roue 12 et au moyeu 14, et l 'ensemble des éléments de fixation 16 équipés des moyens de blocage 20 sont verrouillés par l' intermédiaire de la paroi supérieure 36 et du dispositif 80.

La mise en place du dispositif de sécurité 10 dans son premier mode de réalisation est maintenant détaillée en regard de la figure 10 représentant sous forme d'un synoptique différentes étapes de ladite mise en place.

Ainsi, dans une première étape, après mise en place de la roue 12 sur le moyeu 14, et notamment en positionnant la jante 18 sur les axes filetés 63 des éléments de fixation 16, tous les éléments de fixation 16 sauf deux diamétralement opposés sont mis en place sur lesdits axes 63 et serrés au couple adéquat.

Ensuite, les pièces femelle 24 des moyens de blocage 20 sont disposées sur chaque élément de fixation 16 déjà en place.

Puis, dans une deuxième étape, les moyens d'amortissement 52, prenant ici la forme de deux demi-pièces (54-1,54-2) en matériau souple, sont mis en place sur les éléments de fixation 16 équipés de pièces femelle 24. Puis, dans une troisième étape, la paroi supérieure 36 solidaire de parois périphériques intérieure 261 et extérieure 26E est posée au-dessus des moyens de blocage 20 et des moyens d'amortissement 52, deux supports 64 diamétralement opposés des moyens de verrouillage 22 et reliés à la paroi supérieure 36 étant positionnés sur les deux axes filetés 63 encore libres.

Ensuite, une fois positionné dans les supports 64, chaque axe fileté 63 libre reçoit un élément de fixation 16 effectuant la solidarisation du dispositif 10 à la roue 12, suivi de la pièce femelle 66 et de l'anneau élastique 68 des moyens de verrouillage 62 de ladite solidarisation.

Enfin, dans une quatrième et dernière étape, un capuchon 40 vient obturer chaque ouverture 76 réalisée dans la paroi supérieure 36 pour les besoins de l'assemblage des moyens de verrouillage 62. Chaque capuchon 40 peut, suivant les besoins, être partiellement tronqué, comme représenté sur la figure 8.

Aussi, on constate que la mise en place du dispositif de sécurité 10 selon l'invention est particulièrement simple et rapide en comparaison des dispositifs de l'art antérieur, notamment grâce à la conception en éléments séparés des moyens de blocage : les pièces femelle sont montées en toute visibilité, ce qui permet de facilement les positionner par rapport à la ou aux parois périphériques destinées à les bloquer en rotation.

Enfin, dans l'un ou l'autre des modes de réalisation présentés, les moyens de verrouillage garantissent le maintien du dispositif de sécurité sur la roue, et donc la fonction anti-rotation réalisée par les moyens de blocage.

Avantageusement, grâce à la fiabilité de la fonction anti-rotation, le dispositif de sécurité selon l'invention peut même permettre de strictement respecter le couple de serrage des éléments de fixation 16 à des valeurs actuellement préconisées pour les véhicules de transport routier, sans avoir besoin de les dépasser en voulant être sécuritaire, ce qui a l 'effet inverse comme explicité en préambule. La présente invention a été axée sur une description concernant les véhicules routiers mais l 'application aux véhicules de chantier est également très importante et s'effectue de façon strictement identique, avec les mêmes moyens.

On comprend que cette application concerne de très nombreux véhicules et le danger d'une roue perdue sur chantier peut conduire à également à des catastrophes.