Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
SEALED DEVICE FOR HANDLING A LIQUID
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2011/114061
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a sealed device (100) for handling a liquid, which includes: a cartridge (200) open at the upper portion and configured such as to contain the liquid and allow the ejection thereof; a plug (400) forming a piston head, configured such as to slide in a sealed manner inside the cartridge; a cap (300) including a through opening (303) allowing the plug to slide; an assembly means arranged between the cap and the cartridge such that the through opening communicates with the cartridge; and an air-passage means (306) allowing the air contained inside the cartridge to be extracted when the cap and the cartridge are mutually assembled and the plug is ready for being inserted in the cartridge. The invention also relates to a method for filling the sealed device with liquid and to a machine for implementing the method.

Inventors:
VAN ROY, Pierre-Jacques (22 rue de Huy, Jandrain, B-1350, BE)
DUPONT, Alain (16 rue de Meaurain, Bettrechies, F-59570, FR)
Application Number:
FR2011/050542
Publication Date:
September 22, 2011
Filing Date:
March 17, 2011
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
EQUIPEMENT SUPPORT RADIO PHARMACEUTIQUE (ZI Du Champ de L'abbesse, Immeuble Eclats- Atelier C, Maubeuge, F-59600, FR)
VAN ROY, Pierre-Jacques (22 rue de Huy, Jandrain, B-1350, BE)
DUPONT, Alain (16 rue de Meaurain, Bettrechies, F-59570, FR)
International Classes:
B65B3/00; B65B7/28
Domestic Patent References:
WO1998019715A1
Foreign References:
EP1094003A1
US20070039156A1
EP1072510A2
EP1270412A1
FR824357A
US20070175538A1
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
COCHONNEAU, Olivier (Cabinet Beau de Loménie, Immeuble Eurocentre - Euralille179 Boulevard de Turin, Lille, F-59777, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

Dispositif hermétique (1, 100) pour la manipulation d'un liquide (600), caractérisé en ce qu'il comprend : une cartouche (2, 200) ouverte en partie supérieure et configurée pour contenir le liquide et permette sont éjection ; un bouchon (5, 400) constituant une tête de piston et configuré pour coulisser de manière étanche à l'intérieur de la cartouche ; un capuchon (4, 300, 800) muni d'une partie supérieure (4b, 301) et d'une partie inférieure (4a, 302), la partie supérieure comprenant un orifice débouchant (10, 303) configuré pour permettre le coulissement du bouchon vers la partie inférieure ; des moyens d'assemblage (8, 9, 211, 307, 308, 210) agencés entre la partie inférieure du capuchon et la partie supérieure de la cartouche en sorte que l'orifice débouchant communique avec la partie supérieure ouverte de la cartouche lors de l'assemblage du capuchon et de la cartouche et ; des moyens de passage (13, 306) de l'air configurés pour permettre l'extraction de l'air contenu dans la cartouche lorsque le capuchon et la cartouche sont assemblés entre eux et que le bouchon s'apprête à être inséré dans la partie supérieure ouverte de la cartouche.

Dispositif Hermétique (1) selon la revendication 1, la cartouche (2) étant constituée d'une enveloppe (3) ouverte en partie supérieure (3b) et munie d'un embout (6) d'éjection du liquide, le bouchon (5) étant configuré pour coulisser de manière étanche à l'intérieure de l'enveloppe. Dispositif hermétique (100) selon la revendication 1, la cartouche (200) étant constituée d'une enveloppe (201) ouverte en partie supérieure et d'un corps de seringue (202), l'enveloppe étant configurée pour réceptionner par emboîtement le corps de seringue, le bouchon (400) étant configuré pour coulisser de manière étanche à l'intérieur du corps de seringue.

Dispositif hermétique (1, 100) selon la revendication 1, les moyens de passage de l'air comportant au moins une rainure interne (13, 306) agencée longitudinalement sur l'orifice débouchant (10, 303) de la partie supérieure (4b, 301) du capuchon (4, 300).

Dispositif hermétique (1, 100) selon la revendication 4, la au moins une rainure interne (13, 306) s'étendant longitudinalement sur l'orifice débouchant (10, 303) de la partie supérieure (4b, 301) du capuchon (4,300), depuis la partie inférieure (4a, 302) du capuchon vers l'extrémité supérieure du capuchon, sur une longueur supérieure à la longueur du bouchon (5, 400).

Dispositif hermétique (1, 100) selon la revendication 5, le bouchon (5, 400) étant pré-positionné sur la partie supérieure (4b, 301) du capuchon (4, 300) dans une zone supérieure (11, 304) selon laquelle le bouchon est dégagé au moins partiellement au dessus de la au moins une rainure interne (13, 306), le bouchon étant configuré pour coulisser de manière étanche sur l'orifice débouchant (10, 303) dans cette zone supérieure. Dispositif hermétique (1, 100) selon la revendication 1, le capuchon (800) comprenant une jupe de guidage (801) disposée dans le prolongement inférieur (802) de l'orifice débouchant (803) et configurée pour communiquer avec la partie supérieure ouverte de la cartouche (2,200) lorsque le capuchon et la cartouche sont assemblés entre eux. Dispositif hermétique (1, 100) selon la revendication 7, les moyens de passage de l'air étant constitués d'au moins une ouverture (806) agencée en partie supérieure de la jupe de guidage (801), la longueur du bouchon (5, 400) étant inférieure à la longueur séparant la au moins une ouverture sur la jupe de guidage, de la partie supérieure ouverte de la cartouche (2, 200) lorsque le capuchon (4, 300) et la cartouche sont assemblés entre eux.

Dispositif hermétique (1, 100) selon la revendication 1, les moyens de passage de l'air étant constitués d'au moins un conduit de passage agencé sur le capuchon, cet au moins un conduit de passage étant configuré pour déboucher d'un côté vers l'extérieur, en partie supérieure du capuchon et de l'autre côté vers l'intérieur, en partie inférieure du capuchon en sorte que ledit au moins un conduit de passage communique avec l'intérieur de la cartouche (2, 200) lorsque le capuchon et la cartouche sont assemblés entre eux.

10. Dispositif hermétique (1, 100) selon l'une des revendications 4 ou 9, une capsule de fermeture revêtant la partie supérieure (4b, 301) du capuchon (4, 300), la capsule étant amovible.

11. Dispositif hermétique (100) selon la revendication 3, le corps de seringue (202) comportant à son extrémité supérieure (207) un col (208) configuré pour prendre appui sur l'extrémité supérieure (203) de l'enveloppe (201) lors de l'emboîtement du corps de seringue dans l'enveloppe, en laissant apparaître une gorge (210) entre ledit col et ladite extrémité supérieure de l'enveloppe.

12. Dispositif hermétique (100) selon la revendication 11, la partie inférieure (302) du capuchon (300) étant configurée pour s'emboiter sur la partie supérieure (203) de l'enveloppe (201), la partie inférieure comprenant au moins une griffe interne (308) configurée pour s'encliqueter sur la gorge (210) lors de l'emboîtement du capuchon sur l'enveloppe.

13. Dispositif hermétique (1, 100) selon l'une des revendications 2 ou 3, la partie inférieure (4a, 302) du capuchon (4, 300) étant configurée pour s'emboiter sur la partie supérieure (3b, 203) de l'enveloppe (3, 201), des moyens de butée (8, 9, 211, 307) étant agencés entre la partie inférieure du capuchon et la partie supérieure de l'enveloppe pour arrêter la position du capuchon emboîté sur l'enveloppe.

14. Dispositif hermétique (1, 100) selon la revendication 13, la partie supérieure (3ba, 203) de l'enveloppe (3, 201) comprenant un épaulement (8, 211) configuré de manière à ce que l'extrémité inférieure (9, 307) du capuchon (4, 300) vienne en butée sur l'épaulement.

15. Procédé d'emplissage de liquide (600) dans un dispositif hermétique (1, 100) objet de l'une des revendications 1 à 14, caractérisé en ce qu'il comprend au moins les étapes suivantes :

- étape a) : emplissage de liquide dans la cartouche (2, 200); - étape b) : assemblage du capuchon (4, 300) sur la cartouche ;

- étape c) : réalisation du vide d'air dans l'environnement ambiant du capuchon ;

- étape d) : insertion du bouchon (5, 400) dans la partie supérieure ouverte de la cartouche ;

- étape e) : rétablissement de la pression, notamment atmosphérique, dans l'environnement ambiant du capuchon.

16. Procédé selon la revendication 15, le bouchon (5, 400) étant prépositionné dans l'orifice débouchant (10, 303) du capuchon (4, 300), le procédé comprenant préalablement à l'étape a) une étape de retrait du capuchon positionné initialement sur la partie supérieure (3b, 203) de la cartouche (2,200).

17. Procédé selon la revendication 15 avec un dispositif hermétique (1, 100) objet de l'une des revendications 5 ou 6, le procédé comprenant entre l'étape b) et l'étape c) une étape de déplacement du bouchon (5, 400) vers la partie inférieure (4a, 302) du capuchon (4, 300) jusqu'à ce que l'extrémité supérieure (402) du bouchon soit disposée en dessous de l'extrémité supérieure de la au moins une rainure interne (13, 306), le bouchon s'apprêtant à être inséré dans la cartouche (2, 200).

18. Procédé selon la revendication 15 avec un dispositif hermétique (1, 100) objet de la revendication 8, le procédé comprenant entre l'étape b) et l'étape c) une étape de déplacement du bouchon (5, 400) à l'intérieur de la jupe de guidage (801) jusqu'à ce que l'extrémité supérieure (402) du bouchon soit disposée en dessous de la au moins une ouverture (806), le bouchon s'apprêtant à être inséré dans la cartouche (2, 200).

19. Procédé selon la revendication 15, Remplissage de la cartouche (2, 200) étant réalisé par introduction du liquide (600) dans la cartouche, sans contact avec la cartouche.

20. Machine (700) pour Remplissage de liquide (600) dans un dispositif hermétique (1, 100) objet de l'une des revendications 1 à 14, caractérisée en ce qu'elle comprend : - un système d'emplissage (750) de liquide (600) dans la cartouche (2, 200) ;

- un système de préhension de la cartouche ;

- un système de manipulation (712, 715, 716, 717) du capuchon (4, 300), configuré pour au moins assembler le capuchon avec la cartouche ;

- un système de manipulation (719, 720) du bouchon (5, 400) configuré pour coulisser le bouchon à l'intérieur de l'orifice débouchant (10,303) dans la partie supérieure (4b, 301) du capuchon, vers la partie inférieure (4a, 302) du capuchon et pour insérer le bouchon dans partie supérieure ouverte de la cartouche ;

- un système de réalisation du vide dans le milieu ambiant du capuchon.

21. Machine (700) selon la revendication 20, le système de manipulation du capuchon (4, 300) étant configuré pour permettre le retrait du capuchon pré-positionné sur la partie supérieure (3b, 203) de la cartouche (2, 200).

22. Machine (700) selon l'une des revendications 20 ou 21, comprenant un corps (710) muni d'une tête creuse (712) équipée de moyens d'étanchéité (715, 716, 717), la tête creuse étant configurée pour être emboîtée de manière étanche sur le capuchon (4, 300).

23. Machine (700) selon la revendication 22 rattachée à la revendication 21, des moyens d'accrochage (715, 716, 717) étant agencés entre la tête creuse (712) et la partie supérieure (4a, 301) du capuchon (4,300) pour maintenir le capuchon sur la tête creuse et effectuer le retrait du capuchon assemblé avec la partie supérieure (3b, 203) de la cartouche (2, 200).

24. Machine (700) selon la revendication 22, comprenant un dispositif de translation du corps (710) selon un axe vertical selon lequel sont positionnés la cartouche (2, 200) et le capuchon (4, 300).

25. Machine (700) selon la revendication 22, le corps (710) comprenant une première chambre inférieure (725) et une première chambre supérieure

(726), séparées par un premier piston (719) muni d'une première tige (727) configurée pour entrer en contact avec le bouchon (400), le corps étant configuré pour assurer une translation verticale du premier piston permettant l'introduction du bouchon dans la partie supérieure ouverte de la cartouche (2, 200).

26. Machine (700) selon la revendication 25, la première chambre inférieure (725) étant attenante à la tête creuse (712), la tige (727) du premier piston (719) comprenant un conduit (728) longitudinal configuré pour assurer le passage de l'air entre la tête creuse et la première chambre.

27. Machine (700) selon l'une des revendications 25, le corps (710) comprenant une seconde chambre inférieure (730) et une seconde chambre supérieure (731), séparées par un second piston (720) muni d'une seconde tige (732) configurée pour entrer en contact avec le premier piston (719) et assurer son déplacement dans une position intermédiaire selon laquelle le bouchon (5, 400) se situe dans une position intermédiaire sur le capuchon (4, 300) et s'apprête à être inséré dans la partie supérieure ouverte de la cartouche (2, 200).

28. Machine (700) selon l'une des revendications 25 à 27, comprenant au moins une pompe à vide configurée pour extraire l'air dans les chambres (725, 726, 730, 731, 739, 740) du corps, des moyens de gestion automatisés de la au moins une pompe à vide étant configurés pour gérer la séquence d'extraction de l'air dans lesdites chambres.

29. Machine (700) selon la revendication 20, le système d'emplissage (750) étant une pompe péristaltique.

30. Machine (700) selon la revendication 20, le système de préhension de la cartouche (2, 200) étant composé d'un bras robot manipulateur ou d'un mandrin.

31. Machine (700) selon la revendication 20, comprenant une enceinte hermétique et aseptisée à l'intérieur de laquelle sont réalisées les opérations de manipulation et d'emplissage du dispositif hermétique (1, 100).

Description:
DISPOSITIF HERMETIQUE POUR LA MANIPULATION D'UN LIQUIDE L'invention concerne un dispositif hermétique pour la manipulation d'un liquide. On entend par liquide des liquides en tant que tels, notamment du type médicament pour des traitements thérapeutiques voire du type traceur radioactif pour la réalisation de scintigraphie ou tomographie, ainsi que des produit pâteux ou semi-liquide tels que des graisses ou des colles utilisées par exemple en milieu industriel. L'invention porte également sur le procédé d'emplissage de liquide dans un dispositif hermétique ainsi qu'une machine pour l'emplissage de liquide dans un dispositif hermétique.

Le dispositif hermétique objet de la présente invention a pour effet de permettre la manipulation du liquide en toute sécurité, c'est-à-dire sans risque de contamination ou de dégradation du liquide et sans risque de contamination des utilisateurs ou opérateurs qui manipulent ce liquide. En outre, le dispositif hermétique permet de disposer d'un liquide prêt à l'emploi.

Dans le domaine du traitement thérapeutique, il est fréquent d'injecter du liquide médicamenteux voire anesthésiant au patient au moyen d'une seringue. De tels liquides sont généralement disposés dans des flacons stériles mono-dose voire multi-doses, fermés par un opercule en caoutchouc. La personne chargée de réaliser l'injection du liquide au patient, notamment le médecin ou l'infirmier, utilise une seringue, celle-ci permettant dans un premier temps la perforation de l'opercule en caoutchouc sur le flacon pour pénétrer l'aiguille de la seringue dans le liquide et en extraire une dose. Durant cette étape de prélèvement, il existe un risque de propagation de germes dans le liquide pouvant générer des maladies par exemple du type nosocomiale. En outre, durant cette étape de prélèvement, le percement de l'opercule en caoutchouc peut générer la propagation de particules de caoutchouc dans le liquide, l'injection du liquide contenant des particules de caoutchouc dans le corps humain pouvant entraîner des accidents vasculaires. De tels inconvénients existent également lors de la réalisation de diagnostics tels que des scintigraphies ou des tomographies où il est injecté dans le corps du patient du liquide de type traceur radioactif, par exemple du Fluorodeoxyglucose (FDG) ou un traceur carbone radioactif. Les doses de traceur radioactif à administrer au patient dépendent de plusieurs critères, notamment du type d'examen à réaliser et du métabolisme du patient. Pour cela, les doses sont préparées dans des centres de production et de distribution spécialisés, l'opérateur enfermé dans une casemate en plomb, préparant des flacons mono-dose ou multi-doses. L'opérateur ou le préparateur est donc soumis à la radioactivité durant toute la préparation des doses dans la casemate, l'exposition pendant une durée plus ou moins longue et répétée présentant un danger pour la santé de l'opérateur.

De même le médecin ou l'infirmier chargé de réaliser l'injection au patient, prélève le traceur radioactif contenu dans le flacon en verre au moyen d'une seringue. Une fois le prélèvement réalisé, le médecin ou l'infirmier doit effectuer une purge de l'air contenu dans la seringue avant l'administration du traceur radioactif au patient. Il en résulte que des particules ou des microgouttes de traceurs radioactifs s'épandent dans l'atmosphère et se déposent sur la paroi externe de la seringue et qu'en conséquence, le patient reçoit généralement une dose radioactive supérieure à celle prévue normalement du fait de l'injection du traceur radioactif. De même, le médecin ou l'infirmier réalisant l'injection du traceur radioactif au patient, est soumis à la radioactivité du fait de la présence des particules radioactives dans l'atmosphère et de microgouttes sur la seringue. La répétition des opérations d'injection sur plusieurs patients peut en conséquence s'avérer néfaste au médecin ou à l'infirmier à plus ou moins long terme.

Par ailleurs, l'augmentation du nombre de cancers durant ces dernières décennies génère un besoin important de pouvoir préparer des doses de traceur radioactif rapidement, étant donné que celles-ci ont une période de vie limitée de l'ordre de deux heures. En outre, ces besoins importants ne font qu'accentuer l'exposition des opérateurs ainsi que des infirmiers ou médecins, à la radioactivité.

La présente invention a pour objet de pallier les inconvénients précités. A cet effet, l'invention concerne un dispositif pour la manipulation d'un liquide. On entend par liquide, des liquides en tant que tels notamment du type liquide médicamenteux ou traceur radioactif tel que du Fluorodeoxyglucose (FDG) et traceur carbone radioactif, ainsi que des produits semi-liquides ou pâteux tels des colles ou des graisses utilisées par exemple en milieu industriel.

Selon l'invention, le dispositif hermétique comprend une cartouche ouverte en partie supérieure et configurée pour contenir le liquide et permettre son éjection. Le dispositif hermétique comprend un bouchon constituant en une tête de piston, ce bouchon étant configuré pour coulisser de manière étanche à l'intérieur de la cartouche, le bouchon pénétrant par la partie supérieure ouverte, dans la cartouche. Le dispositif hermétique comprend également un capuchon muni d'une partie supérieure et d'une partie inférieure, la partie supérieure comprenant un orifice débouchant d'un côté, au niveau de l'extrémité supérieure du capuchon et de l'autre côté, dans la partie inférieure du capuchon. Cet orifice débouchant est configuré pour permettre le coulissement du bouchon vers la partie inférieure du capuchon. En outre, des moyens d'assemblage sont agencés entre la partie inférieure du capuchon et la partie supérieure de la cartouche en sorte que l'orifice débouchant sur le capuchon communique de manière directe ou indirecte avec l'intérieur de la cartouche, c'est-à-dire la partie supérieure ouverte de la cartouche, lors de l'assemblage du capuchon et de la cartouche. Par ailleurs, des moyens de passage de l'air sont configurés pour permettre l'extraction de l'air contenu dans la cartouche lorsque le capuchon et la cartouche sont assemblés entre eux et que le bouchon s'apprête à être inséré dans la partie supérieure ouverte de la cartouche.

De telles caractéristiques ont pour effet d'une part de disposer d'un dispositif hermétique qui réduit considérablement la manipulation du liquide lors de son utilisation, pour éviter la répartition de particules ou de microgouttes dans l'atmosphère ainsi que le transfert de liquide d'un contenant de type flacon vers une seringue tel que cela est réalisé actuellement, ce qui par conséquent évite l'introduction de germes ou de particules dans l'organisme du patient.

En outre le dispositif hermétique objet de la présente l'invention a pour effet de pouvoir, une fois la cartouche emplie de liquide, réaliser le vide d'air dans cette cartouche avant l'introduction du bouchon. Puis, une fois le bouchon pénétré par la partie supérieure ouverte de la cartouche, la présence du vide d'air dans la cartouche et la présence d'une pression notamment atmosphérique à l'extérieur de celle-ci permet une introduction naturelle du bouchon par coulissement jusqu'au liquide contenu dans la cartouche, du fait de la présence du vide. Cela présente pour intérêt de supprimer l'étape de purge préalablement à l'injection du liquide dans le corps du patient et en conséquent réduit également les risques d'expansion de microgouttes ou de particules de liquide dans l'atmosphère.

Selon un mode de réalisation de l'invention, la cartouche est constituée d'une enveloppe rigide longitudinale ouverte en partie supérieure et munie d'un embout d'éjection du liquide, notamment à sa partie inférieure, le bouchon étant configuré pour coulisser de manière étanche à l'intérieur de l'enveloppe rigide longitudinale. Cela présente pour avantage d'utiliser directement la cartouche en tant que seringue pour réaliser notamment une injection dans le corps d'un patient voire pour extraire le liquide et le déposer sur une surface ou dans un mécanisme notamment lorsqu'il s'agit de colle ou de graisse. Une telle cartouche sera notamment utilisée avec des liquides capables d'être disposés directement dans une enveloppe laquelle sera par exemple réalisée dans des matières plastiques appropriées.

Selon une variante de conception de l'invention, la cartouche est constituée d'une enveloppe rigide longitudinale ouverte en partie supérieure et d'un corps de seringue, l'enveloppe étant configurée pour réceptionner par emboîtement le corps de seringue. Le bouchon est configuré pour coulisser de manière étanche à l'intérieur du corps de seringue. Un telle conception et notamment appropriée pour des liquides nocifs tels que des traceurs carbone radioactifs où il est nécessaire d'utiliser une seringue en verre, l'enveloppe pouvant être réalisée dans un matériau plastique permettant la protection du corps de seringue.

Selon l'invention, les moyens de passage de l'air comportent au moins une rainure interne agencée longitudinalement sur l'orifice débouchant de la partie supérieure du capuchon. Ainsi, lorsque le bouchon est présent dans le capuchon et positionné au niveau de la rainure interne, on comprend que l'air est susceptible de passer par la rainure constituant un évent ou un conduit, malgré la présence du bouchon dans le capuchon.

De manière préférentielle, la au moins une rainure interne s'étend longitudinalement sur l'orifice débouchant de la partie supérieure du capuchon, depuis la partie inférieure du capuchon vers l'extrémité supérieure dudit capuchon. En outre, la longueur de la au moins une rainure s'étend sur une distante supérieure à la longueur du bouchon. On comprend de cette façon que lorsque le bouchon est disposé dans la zone de la au moins une rainure interne, la longueur de cette rainure interne est supérieure à la longueur de bouchon, assurant le passage de l'air de chaque côté du bouchon ce qui permet d'aspirer l'air disposé en-dessus du bouchon, depuis le côté supérieur de ce bouchon.

Cette au moins une rainure interne sur l'orifice débouchant peut s'étendre sur toute la longueur de la partie supérieure du capuchon, c'est-à- dire depuis la partie inférieure jusque l'extrémité supérieure du capuchon. Toutefois, cette au moins une rainure interne s'étend de préférence sur la distance inférieure à la longueur de l'orifice débouchant sur la partie supérieure du capuchon, c'est-à-dire depuis la partie inférieure jusqu'à une distance de l'extrémité supérieure du capuchon permettant de constituer une zone supérieure sans rainure, en partie supérieure du capuchon, à l'intérieur de l'orifice débouchant. En outre, le bouchon est pré-positionné dans cette zone supérieure. Dans cette position on comprend que le bouchon est dégagé au moins partiellement au-dessus de la au moins une rainure interne. Par ailleurs, le bouchon est configuré pour coulisser de manière étanche sur l'orifice débouchant dans cette zone supérieure. Cela a pour effet de constituer un capuchon hermétique du fait de la présence du bouchon dans la zone supérieure de l'orifice débouchant, en partie supérieure du capuchon. Ainsi, le capuchon étant assemblé avec la cartouche, le dispositif hermétique reste complètement stérile avant emplissage de liquide dans la cartouche.

Bien entendu de telles conditions de stérilisation du dispositif hermétique ne sont pas nécessaires dans tous les cas et l'on peut donc prévoir que la au moins une rainure interne s'étend sur toute la longueur de la partie supérieure du capuchon dans quel cas, que le bouchon soit prépositionné ou non sur le capuchon, celui-ci n'assure aucune étanchéité.

D'autres variantes sont envisageables. A ce titre, selon une variante de conception, le capuchon comprend une jupe de guidage disposée dans le prolongement inférieur de l'orifice débouchant, cette jupe de guidage étant configurée pour communiquer avec la partie supérieure ouverte de la cartouche lorsque le capuchon et la cartouche sont assemblés entre eux. Une telle jupe de guidage facilite le déplacement du bouchon, du capuchon vers la cartouche.

En outre, selon cette conception les moyens de passage de l'air sont constitués d'au moins une ouverture agencée en partie supérieure de la jupe de guidage. Par ailleurs, la longueur du bouchon est inférieure à la longueur séparant la au moins une ouverture sur la jupe de guidage, de la partie supérieure ouverte de la cartouche lorsque le capuchon et la cartouche sont assemblés entre eux. On comprend que de cette façon, lorsque le bouchon est disposé entre la partie supérieure ouverte de la cartouche, avant son introduction dans celle-ci, et la au moins une ouverture sur la jupe de guidage, il possible d'aspirer l'air contenu dans la cartouche, cet air passant au travers de la au moins une ouverture pour être extraite à l'extérieur du capuchon.

Selon une autre variante de conception les moyens de passage de l'air sont constitués d'au moins un conduit de passage agencé sur le capuchon, cet au moins un conduit de passage étant configuré pour déboucher d'un côté vers l'extérieur, en partie supérieure du capuchon et de l'autre côté vers l'intérieur, en partie inférieure du capuchon en sorte que ledit au moins un conduit de passage communique avec l'intérieur de la cartouche, c'est-à-dire la partie supérieure ouverture de la cartouche, lorsque le capuchon et la cartouche sont assemblés entre eux. Ainsi on réalise également l'aspiration de l'air contenu dans la cartouche depuis l'extérieur du capuchon positionné sur cette cartouche.

Dans les cas précités ou les moyens de passage de l'air ne permettent pas au capuchon assemblé avec la cartouche, de constituer un dispositif hermétique stérile, ledit dispositif comprend éventuellement une capsule de fermeture revêtant la partie supérieure du capuchon et obturant les moyens de passage d'air, ce qui permet d'assurer tout de même la stérilisation du dispositif hermétique avant son utilisation. En outre la capsule est amovible en sorte de pouvoir réaliser éventuellement emplissage de liquide dans la cartouche et surtout la mise en place du bouchon dans cette cartouche.

Selon l'invention, pour le mode de conception où la cartouche est constituée d'une enveloppe et d'un corps de seringue, ce corps de seringue comporte à son extrémité supérieure un col configuré pour prendre appui sur l'extrémité supérieure de l'enveloppe lors de son emboîtement dans ladite enveloppe. Dans la position emboîtée du corps de seringue à l'intérieur de l'enveloppe, celle-ci laisse apparaître une gorge entre ledit corps et ladite extrémité supérieure de l'enveloppe. Un tel col permet de constituer d'une part une butée sur l'extrémité supérieure de l'enveloppe afin de délimiter la position d'arrêt du corps de seringue à l'intérieur de cette enveloppe. D'autre part, la présence d'une telle gorge entre le col du corps de seringue et l'extrémité supérieure de l'enveloppe permet de facilité la préhension du corps de seringue pour son extraction en dehors de l'enveloppe au moment de l'utilisation de liquide, notamment pour son injection dans le corps d'un patient.

Selon cette conception, la partie inférieure du capuchon est configurée pour s'emboiter sur la partie supérieure de l'enveloppe. En outre, la partie inférieure du capuchon comprend au moins une griffe interne configurée pour s'encliqueter sur la gorge lors de l'emboitennent du capuchon sur l'enveloppe. Ainsi, le capuchon reste convenablement assemblé avec la cartouche. En outre, lorsque l'opérateur retire le capuchon, cela permet concomitamment d'extraire le corps de seringue en dehors de l'enveloppe pour saisir le corps de seringue et manipuler celle-ci.

Selon les diverses variantes de conception de la cartouche envisageables, la partie inférieure du capuchon est configurée pour s'emboiter sur la partie supérieure de l'enveloppe. En outre, des moyens de butée sont agencés entre la partie inférieure du capuchon et la partie supérieure de l'enveloppe pour arrêter la position du capuchon emboîté sur ladite enveloppe. De manière préférentielle, la partie supérieure de l'enveloppe comprend un épaulement externe configuré de manière à ce que l'extrémité inférieure du capuchon vienne en butée sur cet épaulement externe. Une telle butée a pour effet de délimiter précisément la position du capuchon assemblé sur la cartouche en sorte que dans cette position, l'orifice débouchant sur la partie supérieure du capuchon communique convenablement avec la partie supérieure ouverte de la cartouche et permette une introduction aisée du bouchon dans la cartouche lors d'une translation vers le bas dudit bouchon à l'intérieur du capuchon.

La présente invention porte également sur le procédé d'emplissage de liquide tel que précité, dans un dispositif hermétique objet de l'invention. Ce procédé d'emplissage comprend au moins les étapes suivantes :

- étape a) : emplissage de la cartouche consistant à introduire le liquide soit dans l'enveloppe soit dans le corps de seringue selon la conception de cette cartouche ;

- étape b) : assemblage du capuchon sur la cartouche ce qui a pour but de permettre un positionnement du bouchon vis-à-vis de la partie supérieure ouverte de la cartouche, c'est-à-dire l'enveloppe ou le corps de seringue selon la conception de cette cartouche ;

- étape c) : réalisation du vide d'air dans l'environnement ambiant du capuchon, ce qui permet de par la présence des moyens de passage de l'air sur le capuchon, de réaliser le vide d'air à l'intérieur de la cartouche, c'est-à- dire l'enveloppe ou le corps de seringue selon la conception de cette cartouche ;

- étape d) : insertion du bouchon dans la partie supérieure ouverte de la cartouche c'est-à-dire soit l'enveloppe soit le corps de seringue selon la conception de cette cartouche ;

- étape e) : rétablissement de la pression dans l'environnement ambiant du capuchon, cette pression étant notamment la pression atmosphérique, ce qui permet étant donné que le bouchon a été introduit dans la partie supérieure de la cartouche et que le vide subsiste entre le liquide disposé dans cette cartouche et le bouchon emboîté de manière étanche dans cette cartouche et que la pression est rétablie au dessus du bouchon, d'introduire naturellement le bouchon à l'intérieur de cette cartouche, le bouchon coulissant vers le bas jusqu'à atteindre le liquide. Ainsi la cartouche est prête à être utilisée, c'est-à-dire à permettre l'éjection du liquide contenu dans cette cartouche sans nécessité une purge d'air au préalable étant donné que le positionnement du bouchon est réalisé par la réalisation du vide à l'intérieur de cette cartouche.

De manière préférentielle, le bouchon est inséré dans l'orifice débouchant du capuchon, ce qui permet notamment de disposer d'un dispositif hermétique stérile avant utilisation, notamment pour une utilisation dans le milieu pharmaceutique ou médical et pour la réalisation de diagnostics de type scintigraphies ou tomographies. Bien entendu les dispositifs hermétiques peuvent être utilisés dans d'autres applications où des conditions stériles ne sont pas obligatoires, ce qui permet l'utilisation de variantes de conception du capuchon tel que précité. Il n'empêche qu'un pré-positionnement du bouchon, inséré dans l'orifice débouchant du capuchon, peut être préférable pour éviter par exemple la pénétration de particules de poussière plus ou moins grosses dans la cartouche avant l'introduction du liquide, par exemple dans le cas de colle ou de graisse. On comprend qu'un tel pré-positionnement du capuchon obture l'orifice débouchant du capuchon. Pour cela, le procédé comprenant préalablement à l'étape a) une étape de retrait du capuchon positionné initialement sur la partie supérieure de la cartouche. Bien entendu des variantes sont envisageables ; on pourrait par exemple prévoir que le capuchon est la cartouche soient initialement séparés l'un de l'autre notamment lorsque des conditions stériles ne sont pas nécessaires, dans quel cas une fois la cartouche emplie de liquide, il est procédé directement à l'étape d'assemblage du capuchon sur la cartouche.

Selon les modes de conception où le capuchon comprend au moins une rainure interne s'étendant longitudinalement sur l'orifice débouchant de la partie supérieure du capuchon, depuis la partie inférieure du capuchon vers l'extrémité supérieur du capuchon sur une longueur supérieure à la longueur du bouchon, le bouchon étant disposé de manière étanche dans la zone supérieure de l'orifice débouchant, le procédé comprend une étape intermédiaire réalisée entre l'étape b) et l'étape c), consistant à déplacer le bouchon vers la partie inférieure à l'intérieur du capuchon jusqu'à ce que l'extrémité supérieure du bouchon soit disposée en dessous de l'extrémité supérieure de la au moins une rainure interne, le bouchon dans cette position s'apprêtant à être inséré dans la cartouche.

Une telle étape intermédiaire est également mise en œuvre selon le cas où le capuchon comprend une jupe de guidage et que les moyens de passage de l'air sont constitués d'au moins une ouverture agencée en partie supérieure de la jupe de guidage, la longueur du bouchon étant inférieure à la longueur séparant la au moins une ouverture sur la jupe de guidage, de la partie supérieure ouverte de la cartouche, lorsque le capuchon muni de sa jupe de guidage et la cartouche sont assemblés entre eux. Dans ce cas, l'étape intermédiaire consiste à déplacer le bouchon à l'intérieur de la jupe de guidage jusqu'à ce que l'extrémité supérieure du bouchon soit disposée en dessous de la au moins une ouverture, le bouchon s'apprêtant à être inséré dans la cartouche.

Selon un mode de réalisation du procédé objet de l'invention, emplissage de l'enveloppe ou du corps de la seringue, selon la conception de la cartouche, est réalisé par introduction du liquide dans la cartouche, sans contact avec cette cartouche. Une telle étape s'avère nécessaire lorsque le liquide est à destination du domaine thérapeutique. Il en est de même dans le domaine du diagnostic lorsque le liquide est un traceur radioactif, afin d'éviter la présence de gouttes sur la paroi interne de la cartouche, c'est-à-dire la paroi interne de l'enveloppe ou la paroi interne du corps de seringue selon la conception de cette cartouche, et ainsi d'éviter que des particules radioactives ne restent sur la paroi interne de la cartouche lorsque le bouchon coulisse de manière étanche à l'intérieur de celle-ci jusqu'à atteindre le liquide contenu dans la cartouche. L'introduction du liquide dans la cartouche est de préférence réalisée avec un écoulement laminaire.

L'invention porte également sur la machine pour emplissage de liquide dans d'un dispositif hermétique objet de la présente invention. Selon l'invention, la machine comprend :

- un système d'emplissage de liquide dans la cartouche ;

- un système de préhension de la cartouche permettant de maintenir celle-ci durant la réalisation du procédé d'emplissage de liquide dans la cartouche ;

- un système de manipulation du capuchon, notamment par sa partie supérieure, ce système de manipulation étant configuré pour au moins assembler le capuchon avec la cartouche. Lorsque le capuchon est prépositionné sur la cartouche, ce système de manipulation du capuchon est également configuré pour permettre le retrait du capuchon de la partie supérieure de la cartouche ;

- un système de manipulation du bouchon configuré pour coulisser ce bouchon à l'intérieur de l'orifice débouchant dans la partie supérieure du capuchon, vers la partie inférieure du capuchon, ce système de manipulation étant également configuré pour insérer le bouchon dans la partie supérieure ouverte de la cartouche ;

- un système de réalisation du vide dans le milieu ambiant de la cartouche permettant de part la présence des moyens de passage de l'air sur le dispositif hermétique, de réaliser le vide à l'intérieur de la cartouche emplie de liquide.

Selon l'invention, la machine comprend un corps muni d'une tête creuse, cette tête creuse étant équipée de moyens d'étanchéité et configurée pour être emboîtée de manière étanche sur le capuchon notamment sur sa partie supérieure.

Selon l'invention, des moyens d'accrochage sont agencés entre la tête creuse du corps de la machine et la partie supérieure du capuchon pour maintenir le capuchon sur la tête creuse et effectuer le retrait du capuchon assemblé ou pré-positionné sur la partie supérieure de la cartouche.

Selon l'invention, la machine comprend un dispositif de translation du corps selon un axe vertical selon lequel sont positionnés la cartouche et le capuchon. Ce dispositif de translation a pour effet de permettre l'assemblage du capuchon sur la cartouche par emboîtement ou encliquetage, ainsi que de réaliser le retrait du capuchon pré-positionné ou assemblé initialement sur la cartouche, en combinaison avec les moyens d'accrochage précités.

De tels moyens d'accrochage peuvent être mis en œuvre par un système de type presse étoupe assurant une compression de la tête creuse sur la partie supérieure du capuchon. D'autres variantes de moyens d'accrochage sont envisageables tels que par exemple un système d'encliquetage prévoyant une gorge sur la partie supérieure externe du capuchon et par un bourrelet interne sur la tête creuse voire un circlips intérieur ou similaire, agencé sur cette tête creuse.

Selon l'invention, le corps comprend une première chambre inférieure et une première chambre supérieure, séparées par un premier piston muni d'une première tige configurée pour entrer en contact avec le bouchon positionné sur le capuchon. En outre le corps est configuré pour assurer une translation verticale du premier piston, permettant l'introduction du bouchon dans la partie supérieure ouverte de la cartouche lorsque le vide d'air est réalisé préalablement à l'intérieur de cette cartouche.

De manière préférentielle, cette première chambre inférieure est attenante à la tête creuse. En outre, la tige du premier piston comprend un conduit longitudinal notamment mis en œuvre au moyen d'une rainure interne longitudinal, ce conduit longitudinal étant configuré pour assurer le passage de l'air entre la tête creuse et la première chambre inférieure. Cela permet de réaliser le vide d'air dans l'environnement ambiant du capuchon lorsque la tête creuse est positionnée sur le capuchon, en aspirant l'air dans cette première chambre inférieure.

De manière préférentielle, le corps comprend une seconde chambre inférieure et une seconde chambre supérieure, séparées par un second piston muni d'une seconde tige configurée pour entrer en contact avec le premier piston et assurer son déplacement dans une position intermédiaire selon laquelle le bouchon se situe dans une position intermédiaire sur le capuchon et s'apprête à être inséré dans la partie supérieure ouverte de la cartouche. Une telle position intermédiaire s'avère nécessaire lorsque le capuchon assure initialement une étanchéité en position assemblée sur la cartouche, ce qui nécessite que le capuchon est une conception telle que prédéfinie selon laquelle le bouchon est pré-positionné sur la partie supérieure du capuchon dans une zone supérieure selon laquelle ledit bouchon est assemblé de manière étanche vis-à-vis du capuchon et doit donc être déplacé dans une position intermédiaire pour libérer les moyens de passage d'air. Bien entendu des variantes de conception du corps sont envisageables ; on pourrait notamment prévoir un seul piston disposant d'une première position d'arrêt intermédiaire selon laquelle le bouchon est introduit dans la position intermédiaire sur le capuchon et s'apprête à être inséré dans la partie supérieure ouverte de la cartouche et, dans une seconde position finale selon laquelle le piston est en fin de course et le bouchon est déplacé à l'intérieur de la partie ouverte de la cartouche.

Selon l'invention, la machine comprend au moins une pompe à vide configurée pour extraire l'air dans les chambres du corps, des moyens de gestion automatisés de la au moins une pompe à vide étant configurés pour gérer la séquence d'extraction de l'air dans lesdites chambres. Cet ensemble permet de faire fonctionner les pistons par la réalisation du vide dans les chambres ce qui évite la génération de particules et la dispersion de particules de liquide notamment lorsque celui-ci est radioactif. Selon le liquide on peut prévoir d'autres modes de fonctionnement et d'automatisation de la machine notamment en mettant les chambres sous pression. Par ailleurs l'extraction de l'air dans la première chambre inférieure permet également de réaliser le vide à l'intérieur de la cartouche.

De manière préférentielle et non limitative, le système de remplissage de liquide est constitué d'une pompe péristaltique qui permet un emplissage de liquide dans la cartouche avec un écoulement laminaire et sans contact avec la cartouche. D'autres systèmes d'emplissage sont envisageables en fonction du liquide à introduire dans la cartouche tel quel par exemple un système à buse de remplissage.

De manière préférentielle et non limitative, le système de préhension de la cartouche est composé d'un bras robot manipulateur. Des variantes sont envisageables, comme par exemple un mandrin permettant la préhension de la cartouche, laquelle peut être positionnée manuellement dans le mandrin, en particulier lorsque le liquide n'est pas nocif pour la santé du manipulateur.

De manière préférentielle, la machine comprend une enceinte hermétique et aseptisée, par exemple une casemate en plomb ou autre, à l'intérieur de laquelle sont réalisées les opérations de manipulation et d'emplissage de liquide dans le dispositif hermétique.

Les caractéristiques et avantages de la présente invention apparaîtront à la lecteur de la description suivante d'un mode de conception du dispositif hermétique et de la machine pour Remplissage de liquide dans le dispositif hermétique, laquelle s'appuie sur des figures parmi lesquelles :

- la figure 1 illustre une vue éclatée d'un dispositif hermétique objet de l'invention avec un premier mode de conception de la cartouche ;

- la figure 2 illustre une vue éclatée d'un dispositif hermétique objet de la présente invention avec une cartouche selon un second mode de conception ;

- les figures 3a à 3g illustrent différentes étapes d'emplissage de liquide dans un dispositif hermétique présentant une cartouche telle qu'illustrée en figure 2 ; - les figures 4a à 4e illustrent différentes étapes d'emplissage de liquide dans un dispositif hermétique tel qu'illustré en figure 2 ainsi que la machine pour l'emplissage de liquide dans le dispositif hermétique ;

- la figure 5 illustre une variante de conception du capuchon pouvant notamment être agencée sur des dispositifs hermétiques tels qu'illustrés aux figures 1 ou 2.

La figure 1 illustre un premier mode de conception du dispositif hermétique 1. Ce dispositif hermétique 1 comprend une cartouche 2, un capuchon 4 et un bouchon 5.

La cartouche 2 est constituée d'une enveloppe 3 de forme longitudinale, notamment cylindrique. A son extrémité inférieure 3a, l'enveloppe 3 comprend un embout débouchant 6 qui permet d'éjecter du liquide disposé à l'intérieur de l'enveloppe 3. Cet embout 6 est obturé au moyen d'un obturateur 7 amovible. Cet embout 6 peut par exemple être configuré pour recevoir par emboitement une canule permettant de réaliser une injection. L'extrémité supérieure 3b de l'enveloppe 3 est ouverte et permet l'introduction d'un liquide à l'intérieur de l'enveloppe.

Le capuchon 4 comprend une partie supérieure 4b et une partie inférieure 4a. La partie inférieure 4a est configurée pour être emboîtée sur l'extrémité supérieure 3b de l'enveloppe 3. En outre on constate sur cette enveloppe 3 la présence d'un épaulement 8 sur lequel vient en butée l'extrémité inférieure 9 du capuchon 4 lors de son emboitement sur l'enveloppe 3.

La partie supérieure 4b du capuchon 4 comprend un orifice débouchant 10 qui s'étend sur toute la longueur de cette partie supérieure 4b. Le bouchon 5 est configuré pour coulisser à l'intérieur de cet orifice débouchant 10 ; ce bouchon 5 est configuré pour coulisser de manière étanche dans la zone supérieure 11 de l'orifice débouchant 10. Au contraire, la zone inférieure 12 de l'orifice débouchant 10 comprend des rainures internes verticales 13 uniformément réparties sur le contour de l'orifice débouchant 10. En outre ces rainures internes 13 sont de longueur supérieure à la longueur du bouchon 5. Ainsi, lorsque le bouchon 5 est disposé dans la zone supérieure 11 de l'orifice débouchant 10 sur le capuchon 4 et que ce capuchon 4 est emboîté sur l'extrémité supérieure 3b de l'enveloppe 3, ce capuchon 4 assure une fermeture étanche de la cartouche 2. Cela permet de conserver le dispositif hermétique stérile avant emplissage de liquide. Au contraire lorsque le bouchon 5 est déplacé dans la zone inférieure 12 de l'orifice débouchant 10, les rainures internes 13 assurent le passage de l'air entre la zone supérieure 11 de l'orifice débouchant 10 et la partie inférieure 4a du capuchon 4 et par conséquent, avec l'intérieur de l'enveloppe 3 lorsque le capuchon 4 est emboîté sur cette enveloppe 3.

La figure 2 illustre une variante de conception du dispositif hermétique 100 et notamment de la cartouche 200. Ainsi le dispositif hermétique 100 comprend une cartouche 200 constituée d'une enveloppe 201 et d'un corps de seringue 202, ce corps de seringue 202 étant configuré pour être emboîté dans l'enveloppe 201 . En outre le dispositif hermétique 100 selon la figure 2 comprend un capuchon 300 et un bouchon 400. Le capuchon 300 comprend une partie supérieure 301 est une partie inférieure 302. On retrouve également sur ce capuchon 300 un orifice débouchant 303 comprenant une zone supérieure 304 dans laquelle coulisse de manière étanche le bouchon 400 et une zone inférieure 305 munie de rainures internes verticales 306 s'étendant sur une longueur supérieure à la longueur de bouchon 400, en sorte que lorsque ce bouchon 400 est disposé dans la zone inférieure 305 de l'orifice débouchant 303, les rainures internes verticales 306 assurent le passage de l'air entre la zone supérieure 304 sur le capuchon 300 et la partie inférieure 302 du capuchon 300, et ainsi avec l'intérieur du corps de seringue 202 lorsque celui-ci est emboîté dans l'enveloppe 201 et que le capuchon 300 est emboîté sur cette enveloppe 201.

La partie inférieure 302 du capuchon 300 est configurée pour être emboîtée sur l'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201. L'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201 est ouverte pour permettre l'introduction du corps de seringue 202 à l'intérieur de l'enveloppe 201 tandis que son extrémité inférieure 204 est fermée. Par ailleurs le corps de seringue 202 comprend, à la manière d'une seringue traditionnelle, un embout 205 permettant la réception d'une canule, cet embout 205 étant obturé par un obturateur 206. On constate que le corps de seringue 202 comprend à son extrémité supérieure 207 un col 208, ce col 208 venant en butée sur l'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201 en position emboîtée. On constate sur la figure 2 que l'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201 comprend un premier épaulement 209 qui, en complément de la forme du col 208 légèrement inclinée, permet de constituer une gorge 210 tel que cela est illustré notamment sur les figures 3b et 3c. L'enveloppe 201 comprend en outre un second épaulement 211 sur lequel vient en butée l'extrémité inférieure 307 du capuchon 300 lorsque celui-ci est emboîté sur cette enveloppe 201. En outre, la partie inférieure 302 du capuchon 300 comprend une griffe interne 308 configurée pour être emboîtée dans la gorge 210 entre le col 208 du corps de seringue 202 et le premier épaulement 209 à l'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201, lorsque le capuchon 300 est emboîté sur l'enveloppe 201. Cela permet d'encliqueter le capuchon 300 sur la cartouche 200. En outre, lors du retrait du capuchon 300, cette griffe 308 assure une prise sur le col 208 du corps de seringue 202, ce qui facilite l'extraction dudit corps de seringue 202 en dehors de l'enveloppe 201 afin de réaliser l'éjection du liquide contenu dans le corps de seringue.

Les figures 3a à 3g illustrent un procédé d'emplissage de liquide dans le dispositif hermétique lequel se présente sous la forme de celui illustré à la figure 2. Bien entendu le procédé reste également applicable avec le dispositif hermétique illustré en figure 1 voire avec tout autre variante de conception. On constate qu'à l'état initial illustré en figure 3a, le capuchon 300 est emboîté partiellement sur l'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201. Dans cette position la griffe interne 308 est disposée au-dessus du col 208 du corps de seringue 202 et en dehors de la gorge 210. On constate en outre que le bouchon 400 se situe dans la zone supérieure 304 de l'orifice débouchant 303. Dans cet état le dispositif hermétique 100 est fermé de manière étanche ce qui permet notamment de conserver celui-ci stérile.

L'étape suivante consiste à retirer le capuchon 300, le bouchon restant dans la même position que celle illustrée à la figure 3a. La figure 3b illustre le capuchon 300 déboité de l'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201.

La figure 3c illustre l'étape suivante consistant à emplir de liquide 600 le corps de seringue 202, le liquide pouvant consister en des liquides tels que des traceurs radioactifs, des liquides médicamenteux, voire des produits sous une forme semi-liquide ou pâteuse telles que des graisses ou des colles. Une fois le corps de seringue 202 empli de liquide, l'étape suivante consiste à repositionner le capuchon 300 tel qu'illustré en figure 3d. Selon cette étape, le capuchon 300 est emboîté sur l'extrémité supérieure 203 de l'enveloppe 201 jusqu'à ce que son extrémité inférieure 307 vienne en butée sur le second épaulement 211 de l'enveloppe 201. Dans cette position de butée, la griffe interne 308 sur la partie inférieure 302 du capuchon 300 s'encliquète dans la gorge 210 tel qu'illustré en figure 3d. En outre le bouchon 400 est toujours dans sa position dans la zone supérieure 304 de l'orifice débouchant 303 selon laquelle il obture de manière étanche le capuchon 300.

L'étape suivante illustrée en figure 3e consiste donc à déplacer le bouchon 400 dans une position intermédiaire c'est à dire dans la zone inférieure 305 de l'orifice débouchant 300. Dans cette position, les rainures internes 306 permettent le passage de l'air tel qu'illustré par les flèches 500 sur la figure 3e. Ainsi, en réalisant une extraction de l'air dans l'environnement ambiant du capuchon 300, on réalise une extraction de l'air à l'intérieur du corps de seringue 202 jusqu'à atteindre le vide à l'intérieur de ce corps de seringue. Une fois le vide atteint dans le corps de seringue 202, l'étape suivante illustrée à la figure 3f consiste à déplacer le bouchon 400 à l'intérieur du corps de seringue 202, le bouchon 400 coulissant de manière étanche vis-à-vis du corps de seringue 202. Une fois le bouchon 400 engagé dans l'extrémité supérieure du corps de seringue 202, le vide existe entre le liquide 600 disposé dans le corps de seringue 202 et le côté inférieur 401 du bouchon 400 de même que le vide existe dans l'environnement ambiant du capuchon 300 communiquant avec l'extrémité supérieure 402 du bouchon.

L'étape suivante consiste donc à rétablir la pression dans l'environnement ambiant du capuchon 300 par exemple en rétablissant la pression atmosphérique voire tout autre pression, ce qui permet de réaliser une poussée sur le côté supérieur 402 du bouchon 400 et, du fait de la présence du vide entre le liquide 600 dans le corps de seringue 202 et l'extrémité inférieure 401 du bouchon 400, de pousser naturellement le bouchon 400 qui coulisse jusqu'à atteindre le liquide 600 tel qu'illustré sur la figure 3g, c'est-à-dire jusqu'à ce que l'extrémité inférieure 401 du bouchon 400 vienne en contact avec le liquide 600. Tel que précisé précédemment, un tel procédé peut être mise en œuvre avec le dispositif hermétique illustré à la figure 1, à la différence que le capuchon 4 est emboîté sur l'extrémité 3b de l'enveloppe 3 suivant une seule position d'emboîtement puisqu'il n'est pas nécessaire que la griffe interne soit positionnée dans la gorge pour effectuer l'extraction du corps de seringue.

Les figures 4a à 4e illustrent notamment la machine 700 pour l'emplissage de liquide dans le dispositif hermétique. Sur ces figures est illustré le dispositif hermétique 100 de la figure 2. Toutefois la machine 700 trouve également son application pour le dispositif hermétique 1 illustré en figure 1 voire pour toute autre variante. On retrouve au travers de ces figures 4a à 4e les différentes étapes du procédé illustrées aux figures 3a à 3g et décrites précédemment. La machine 700 comprend pour cela un système de préhension de la cartouche permettant de saisir l'enveloppe 201 notamment en dessous de l'épaulement 211. Ce système préhension peut être par exemple mis en œuvre au moyen d'un bras robot manipulateur. On peut également envisager un mandrin, le dispositif hermétique 100 étant manipulé par un opérateur, en particulier lorsque le liquide emplissant la cartouche n'est pas nuisant pour la santé de l'opérateur.

La machine 700 comprend en outre un corps 710 dont l'extrémité inférieure est équipée d'une tête creuse 712. Cette tête creuse 712 est configurée pour s'emboiter sur la partie supérieure 301 du capuchon 300. On constate en outre que le corps 710 comprend une chemise externe 713 et une chemise interne 714, la chemise externe étant montée en translation verticale par rapport à la chemise interne 714. On constate sur les figures 4b à 4d la présence de joints 715 agencés entre l'extrémité inférieure 716 de la chemise interne 714 et l'extrémité inférieure 717 de la chemise externe 713, l'ensemble constituant la tête creuse 712. Ces extrémités inférieures 716 et 717 sont configurées en sorte qu'une translation vers haut de la chemise externe 713 vis-à-vis de la chemise interne 714 permet de réaliser une compression des joints 715 qui se déforment et réduisent de diamètre, ce qui permet de comprimer ces joints 715 sur la paroi externe de la partie supérieure 301 du capuchon 300 et ainsi permet au corps 710 de la machine de saisir le capuchon 300 et d'assurer une étanchéité. Une translation vers le haut selon la flèche 718a illustrée en figure 4b, permet donc d'extraire le capuchon vis à vis de la cartouche 200 qui est maintenue par le système de préhension. Un tel système fonctionne à la manière d'un presse-étoupe.

On constate sur les figures 4b à 4d que le corps 710 de la machine 700 comprend trois pistons 719, 720, 721 séparées par des parois 722, 723. On constate que le premier piston 719 est disposé dans un premier compartiment 724 définissant une première chambre inférieure 725 et une première chambre supérieure 726 séparée par ce piston 719. Le piston 719 comprend une tige 727 qui coulisse au travers de la tête creuse 712 et a son extrémité 727a qui vient en contact avec le côté supérieur 402 du bouchon 400. En outre cette tige 727 comprend une rainure longitudinale 728 permettant de constituer un conduit de passage de l'air entre la première chambre 725 et la zone supérieure 304 de l'orifice débouchant 303 sur la capuchon 300 lorsque le bouchon 400 se situe dans une position intermédiaire illustrée en figures 4c et 3e.

Le second piston 720 est disposé dans un second compartiment 729 permettant de constituer une seconde chambre inférieure 730 et une seconde chambre supérieure 731. Ce second piston 720 comprend une tige 732 dont l'extrémité inférieure 733 vient en appui sur la tête 734 du premier piston 719. On constate sur la figure 4b que lorsque le premier piston 719 et le second piston 720 sont complètement rétractés respectivement dans le premier compartiment 724 et le second compartiment 729 et que la tête creuse 712 du corps 710 est assemblée avec le capuchon 300, l'extrémité inférieure 727a de la tige 727 du premier piston 719 est en butée sur le côté supérieur 402 du bouchon 400, celui-ci étant disposé dans la zone supérieure 304 de l'orifice débouchant 303 sur le capuchon 300. Dans cette position, le bouchon 400 empêche le passage de l'air au travers de l'orifice débouchant 303 du capuchon 300.

L'actionnement du second piston 720 jusqu'à ce que la tête 735 de ce second piston 720 vienne en butée dans le fond de la seconde chambre inférieure 725 tel qu'illustré sur la figure 4c, permet de déplacer le premier piston 719 dans une position intermédiaire permettant de coulisser le bouchon 400 à l'intérieur du capuchon 300 dans la zone inférieure 305 de l'orifice débouchant 303 selon laquelle les rainures internes 306 sur le capuchon 300 assurent le passage de l'air. Dans cette position intermédiaire du bouchon 400 sur le capuchon 300, on réalise le vide d'air dans la première chambre inférieure 725 au moyen d'un système d'aspiration de l'air tel que par exemple une pompe à vide, ce qui permet d'extraire l'air contenu à l'intérieur du corps de seringue 202. Cet air passe par les rainures internes 306 sur l'orifice débouchant 303 du capuchon 300 puis au travers de la rainure 728 sur la tige 727 du premier piston 719 tel qu'illustré par les flèches 736 sur la figure 4c.

Lorsque le vide d'air est réalisé dans le corps de seringue 202, on actionne le premier piston 719 jusqu'à ce que la tête du piston 734 vienne en butée dans le fond de la première chambre inférieure 725 tel qu'illustré en figure 4d, ce qui permet à la tige 727 du premier piston 719 de pousser le bouchon 400 à l'intérieur du corps de seringue 202, le bouchon 400 coulissant de manière étanche dans ce corps de seringue 202. On procède ensuite au dégagement du premier piston 719 hors du corps de seringue 202. Le rétablissement de la pression dans la première chambre inférieure 725 permet alors de rétablir la pression au-dessus de l'extrémité supérieure 402 du bouchon 400 tandis que l'extrémité inférieure 401 de ce bouchon 400 est soumis au vide, ce qui permet de pousser naturellement le bouchon 400 jusqu'à atteindre le liquide 600 tel qu'illustré aux figures 4e ou 3g.

Le troisième piston 721 comprend une tête 737 qui se déplace dans un troisième compartiment 738 permettant de définir une troisième chambre inférieure 739 et une troisième chambre supérieure 740. L'extrémité supérieure 741 de la tige 742 du troisième piston 721 est connectée à la chemise externe 713 par le biais d'une pièce de transmission 743. Lorsque le piston 721 est en butée dans le fond de la troisième chambre supérieure 748, tel qu'illustré sur les figures 4b, 4c, 4d, le corps 710 permet de réaliser la compression du joint 715 au niveau de la tête creuse 712 permettant le maintien du capuchon 300. Au contraire, lorsque le troisième piston 721 est en butée dans le fond de la troisième chambre inférieure 739, c'est-à-dire une position inverse par rapport à celle illustrée aux figures 4b, 4c, 4d, cela permet de coulisser vers le bas la chemise externe 713 vis-à-vis de la chemise interne 714 et ainsi de relâcher le joint 715 qui reprend sa forme initiale et permet une augmentation de son diamètre permettant de libérer la tête creuse 712 vis-à-vis de la partie supérieure 301 du capuchon 300. Un retrait du corps 710 de la machine, c'est-à-dire une translation verticale vers le haut de celui-ci permet alors de dégager la tête creuse 712 vis-à-vis du capuchon 300.

Ces trois pistons 719, 720, 721 sont actionnés en réalisant le vide dans les chambres 725, 726, 729, 730 et 739, 740. Ainsi on comprend que en réalisant le vide dans la première chambre inférieure 725 et en conservant une pression, par exemple atmosphérique dans la première chambre supérieure 726, cela permet une translation du premier piston 719 vers le bas et inversement lorsque le vide est réalisé dans la première chambre supérieure 726 et que la pression est rétablie dans la première chambre inférieure 725. Il en est de même pour le second piston 722 lorsque l'on modifie la pression dans la seconde chambre inférieure 730 et la seconde chambre supérieure 731, ainsi que pour le troisième piston 740 lorsqu'on réalise le vide dans la troisième chambre inférieure 739 ou la troisième chambre supérieure 740. Pour cela le machine 700 comprend de préférence un système de gestion automatisé permettant de gérer les déplacements des différents pistons. En outre la réalisation du vide ou le rétablissement de la pression est géré notamment par une pompe à vide voire par plusieurs pompes à vide gérant les déplacements de chacun des pistons. D'autres systèmes de réalisation du vide connus de l'homme du métier sont bien entendu envisageables.

Le déplacement du corps 710 de la machine 700 est réalisé au moyen d'un système de transmission notamment du type vérin dont la tige du piston est assujettie au corps 710 et se déplace dans le sens vertical pour monter selon le sens de la flèche 718a ou descendre selon le sens de la flèche 718b, ledit corps 710 et ainsi, permettre la manipulation du capuchon 300 en sorte d'encliqueter celui-ci sur la cartouche 200, de retirer le capuchon vis-à-vis de la cartouche 200 pour effectuer l'emplissage de liquide tel qu'illustré sur la figure 4b et de dégager la tête creuse 712 emboîtée sur le capuchon 300, une fois que le bouchon 400 et mis en place dans la cartouche 200.

Le système d'emplissage 750 est de préférence constitué par une pompe péristaltique, emplissage de liquide se faisant avec un écoulement laminaire et sans contact avec la cartouche. D'autres systèmes de remplissage connus de l'homme du métier sont toutefois envisageables selon la destination du dispositif hermétique.

Lorsque le dispositif hermétique est destiné à contenir des liquides de type pharmaceutique, médical ou des traceurs radioactifs, cette machine dispose d'une enceinte hermétique de type casemate en plomb contenant l'ensemble des éléments de la machine et à l'intérieur de laquelle sont réalisées toutes les opérations d'emplissage de liquide dans le dispositif hermétique.

Des variantes de conception peuvent être envisagées sans sortir du cadre de la présente invention. On peut notamment prévoir une conception de capuchon différente. Par exemple, sur la figure 5, le capuchon 800 comprend une jupe de guidage 801 qui prolonge vers le bas l'extrémité inférieure 802 de l'orifice débouchant 803, le bouchon 400 étant disposé dans la zone supérieure 804 de cet orifice débouchant 803, le bouchon 400 coulissant de manière étanche dans cette zone supérieure 804. Un déplacement du bouchon 400 vers le bas permet son déplacement dans la jupe de guidage 801. L'extrémité inférieure 805 de cette jupe de guidage 801 est agencée pour communiquer avec l'extrémité supérieure ouverte de la cartouche qui peut être soit directement l'enveloppe soit l'ouverture du corps de seringue selon la conception de la cartouche tel qu'illustré aux figures 1 et 2. En outre cette jupe de guidage 801 comprend dans sa partie supérieure au moins une ouverture 806. Lorsque le bouchon 400 est déplacé en partie inférieure de la jupe de guidage 801, avant son introduction dans la cartouche, l'ouverture 806 est positionnée au moins partiellement au dessus de l'extrémité supérieure 401 du bouchon 400 ce qui assure le passage de l'air entre le côté intérieure 807 de la partie inférieure 808 du capuchon 800 et l'orifice débouchant 803. Dans cette position du bouchon 400 déplacé dans la jupe de guidage 801, son extrémité inférieure 402 correspond plus au moins avec l'extrémité inférieure 805 de la jupe de guidage 801.

D'autres variantes de capuchon sont envisageables. Par exemple, lorsqu'il n'est pas nécessaire de disposer d'un dispositif hermétique étanche et stérile avant emplissage de liquide, les rainures 13 ou 306 illustrées sur les figures 1 et 2 peuvent s'étendre sur toute le longueur de l'orifice débouchant 10,303, ce qui assure le passage de l'air que le bouchon 5,400 soit positionné ou non dans cet orifice débouchant 303 du capuchon 4, 300, avant emplissage de liquide. Dans ce cas on peut également prévoir l'ajout d'une pastille ou d'une capsule recouvrant la partie supérieure 4b, 301 du capuchon 4,300 et obturant l'extrémité supérieure de l'orifice débouchant 10,303, ce qui assure une fermeture étanche et stérile du dispositif hermétique avant utilisation lorsque le capuchon est pré-emboité sur la cartouche. En outre, dans ce cas, il n'est pas nécessaire de déplacer le bouchon 5,400 dans une position intermédiaire sur la capuchon 4,300, le vide d'air pouvant être réalisé depuis la position initiale du bouchon 5,400 sur le capuchon, ledit bouchon étant ensuite déplacé directement dans la partie supérieure ouverte de la cartouche 2,200 une fois le vide d'air effectué à l'intérieur de celle-ci.

Selon une variante on peut également prévoir des conduits de passage d'air directement agencés sur le capuchon en sorte de permettre le passage de l'air depuis le côté extérieur de la partie supérieure du capuchon, vers le côté intérieur de la partie inférieure du capuchon.

On peut également prévoir des variantes de conception sur la machine 700 notamment par le remplacement du joint 715 et des chemises externes 713 et internes 714 permettant de réaliser un système presse- étoupe assurant notamment l'accrochage de la tête creuse 712 avec le capuchon 300, par tout autre système d'accrochage tel que par exemple un système d'encliquetage ou autres. On prévoira dans ce cas une étanchéité de la tête creuse 712 emboîtée sur la partie supérieure 301 du capuchon 300.

On peut également envisager une variante de conception du système de déplacement du bouchon 400 sur la machine 700 notamment en remplaçant le premier piston 719 et le second piston 720 par un seul et unique piston disposant d'une position d'arrêt intermédiaire. Cette position intermédiaire peut par exemple être mise en œuvre par un système de butée escamotable voire au moyen de la gestion des pressions dans les chambres supérieure et inférieure séparées par la tête de cet unique piston. Le bouchon 5,400 comprend en outre un système d'assemblage 5a,403 illustré par exemple en figure 2, configuré pour être fixé avec l'extrémité d'une tige de piston permettant de manipuler ledit bouchon 5,400 constituant la tête de piston au moment de l'éjection du liquide 600 contenu dans la cartouche 2, 200.

L'invention trouvera tout particulièrement son application dans le domaine médical et dans le domaine du diagnostic par traceur radioactif. Le dispositif hermétique peut toutefois être envisagé pour d'autres applications notamment pour la manipulation et l'éjection de colle ou de graisse voire autres produits liquide ou pâteux.