Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
SECURE SLIDER FOR A ZIP FASTENER
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/020174
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a slider (100) for a zip fastener comprising a hasp (115) and a pull tab (120), the assembly being moulded into a single block, the pull tab (120) comprising an eyelet (121) for connecting to the hasp of the slider, characterised in that: a. the pull tab (120) comprises a locking eyelet (122) the opening plane of which is parallel to the opening plane of the connection eyelet (121); b. the pull tab (120) comprises a portion (125) for connection between the two eyelets (121, 122), called the pull tab body, the width of the cross-section of the pull tab body in a direction perpendicular to the opening planes of the eyelets is greater than or equal to the height of the cross-section in the plane parallel to the opening planes of said eyelets.

More Like This:
WO2004107906BACKPACKS
Inventors:
DETRY, Laurence (Delsey, 215 avenue des Nations, Tremblay en France, 93290, FR)
Application Number:
EP2017/068816
Publication Date:
January 31, 2019
Filing Date:
July 25, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
DELSEY (215 avenue des Nations, Tremblay en France, Tremblay en France, 93290, FR)
International Classes:
A45C13/10; A44B19/26; A45C13/18
Domestic Patent References:
WO2017174813A12017-10-12
WO2017015209A12017-01-26
Foreign References:
CA2850675A12015-10-29
US20060006035A12006-01-12
FR3008285A12015-01-16
EP2421403A22012-02-29
FR2145453A11973-02-23
US2736062A1956-02-28
EP0604695A11994-07-06
Attorney, Agent or Firm:
HAMANN, Jean-Christophe (IPSIDE, 29 Rue de Lisbonne, Paris, 75009, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Curseur (100, 100a, 100b) pour une fermeture à glissière (510) comprenant un curseur (200) comportant un pontet (1 15) et une tirette (120), l'ensemble étant moulé d'un seul bloc, de sorte que le pontet (1 15) vient de matière avec la table (1 10) du curseur à ses deux extrémités longitudinales de connexion avec ladite table (1 10), la tirette (120) comprenant un œillet (121 ) de raccordement au pontet du curseur, caractérisé en ce que :

a. la tirette (120) comprend un œillet (122) de verrouillage dont le plan d'ouverture est parallèle au plan d'ouverture de l'œillet (121 ) de raccordement ;

b. la tirette (120) comprend une portion (125) de raccordement entre les deux œillets (121 , 122), dite corps de la tirette, la largeur (401 ) de la section du corps de la tirette selon une direction perpendiculaire aux plans d'ouverture des œillets est supérieure ou égale à la hauteur (402) de la section dans le plan parallèle aux plans d'ouverture desdits œillets. 2. Curseur selon la revendication 1 , dans lequel l'œillet (122) de verrouillage de la tirette (120) est déporté radialement par rapport à l'œillet (121 ) de raccordement de la tirette au pontet du curseur

3. Curseur selon la revendication 1 , dans lequel le pontet (1 15) comprend un œillet (215) de verrouillage. 4. Curseur selon la revendication 3, dans lequel la hauteur de la section ouverte de l'œillet (121 ) de raccordement de la tirette au pontet (1 15), est supérieure à la moitié de la longueur du pontet comprenant son œillet (215) de verrouillage. Bagage (500) comprenant un accès obturable à un compartiment (501 ) dont la fermeture comporte une fermeture (510) à glissière caractérisé en ce que ladite fermeture à glissière comporte deux curseurs (100a, 100b) selon la revendication 1 , agissant en sens inverse d'ouverture-fermeture sur ladite fermeture (510) à glissière.

Bagage selon la revendication 5, dont la fermeture de l'accès au compartiment comprend deux crémaillères superposées, l'une à l'intérieur du compartiment et l'autre à l'extérieur dudit compartiment et dans lequel chaque curseur (100a, 100b) comprend deux rails (21 1 , 212) agissant chacun sur une des deux crémaillères.

Bagage selon la revendication 5, dans lequel la hauteur relative de la surface ouverte des œillets (121 ) de raccordement des tirettes aux pontet des curseurs par rapport auxdits pontets est apte à autoriser le passage de l'anse (615) rigide d'un cadenas de type TSA.

Bagage selon la revendication 5 comprenant deux curseurs selon la revendication 2, et comportant une serrure (520) TSA intégrée, constituant un ancrage fixe, sur une paroi dudit bagage, apte à verrouiller les œillets (122) de verrouillage des tirettes des curseurs (100a, 100b).

Bagage selon la revendication 8, dans lequel les corps (1 25bi, 1 25br) des tirettes des curseurs sont décalés longitudinalement par rapport aux œillets (1 21 ) lorsque les tirettes sont dans une position telle que le corps de tirette est orienté radialement par rapport au coulisseau du curseur.

Description:
CURSEUR DE SÉCURITÉ POUR UNE FERMETURE À GLISSIÈRE

L'invention concerne un curseur de sécurité pour une fermeture à glissière. L'invention est plus particulièrement, mais non exclusivement, destinée au domaine de la bagagerie et des sacs ou valises comportant un dispositif de verrouillage pour une ouverture comprenant une fermeture à glissière. Ledit verrouillage est réalisé par l'insertion d'un verrou dans le curseur ou la tirette de manœuvre de ladite fermeture à glissière, que celle-ci comporte un simple ou un double curseur.

Une fermeture à glissière, aussi dénommée fermeture Eclair ® , fermeture à crémaillère ou encore « zip », permet d'assembler et de désassembler deux bords en textile sur lesquels sont installés, par couture, collage ou sertissage, une série de dents aptes à se crocheter les unes dans les autres au passage d'un curseur rapprochant ou éloignant lesdites dents selon son sens de cheminement le long desdits bords. Le curseur comprend un pontet sur lequel est enfilée une tirette permettant de manœuvrer facilement ledit curseur dans les deux sens, ouverture et fermeture.

Ce système de fermeture, utilisé sur un bagage, présente de nombreux avantages pratiques, mais constitue également un point de faiblesse vis-à-vis d'une tentative d'ouverture malveillante dudit bagage. Les dispositifs de verrouillage pour fermeture à glissière connus de l'art antérieur, consistent à introduire un verrou dans un œillet spécialement aménagé sur le pontet du curseur ou dans un œillet aménagé à une extrémité de la tirette. Ledit verrou solidarise l'œillet soit avec un ancrage fixe soit avec l'œillet du pontet ou de la tirette d'un autre curseur agissant sur les mêmes bords mais en sens inverse d'ouverture et de fermeture. Pour ouvrir une fermeture à glissière ainsi verrouillée, une première méthode consiste à introduire un objet pointu entre les bords crochetés. Le dispositif à double glissière décrit dans le document EP 2 421 403, permet de sécuriser la fermeture vis-à-vis de ce type d'intrusion. Néanmoins, les systèmes de verrouillage de l'art antérieur restent vulnérables vis-à-vis d'actes malveillants agissant directement sur le curseur. À titre d'exemple, le pontet du curseur, que ce dernier soit constitué d'une matière plastique ou métallique, est généralement ouvert à une de ses extrémités pour permettre d'enfiler la tirette sur ledit pontet. Ainsi, le pontet est fixé au curseur par une section, généralement celle qui comporte l'œillet pour le verrouillage, alors que l'autre section arrive à proximité de la table extérieure du curseur, sans y être liée, de sorte à permettre l'insertion de la tirette. Corrélativement la tirette est d'une épaisseur suffisamment réduite pour pouvoir être insérée sur le pontet par la fente laissée entre ledit pontet et la table extérieure du curseur. Lorsque le curseur est métallique, la fente est éventuellement refermée par pincement du pontet après l'installation de la tirette. Par suite, la section du pontet doit-être réduite pour permettre cette déformation dudit pontet. Aussi, bien que dans ces conditions la fente ne soit plus visible, il n'y pas de liaison entre une des extrémités du pontet et la table extérieure du curseur. Que l'œillet du pontet ou l'œillet de la tirette, ou les deux, soient verrouillés, il suffit d'introduire un outil dans le pontet du curseur, tel qu'une lame de couteau ou l'extrémité d'un tournevis, et d'exercer un levier en prenant appui sur la table extérieure du curseur, afin d'écarter ledit pontet du curseur. Cette manœuvre permet, soit de retirer la tirette du pontet et ainsi de manœuvrer librement le curseur sans la tirette si celle-ci était verrouillée, ou encore, en continuant la pression, de casser ledit pontet, libérant ainsi le curseur.

Le document FR 2 145 453 décrit un procédé de moulage utilisant un moule à mobilité permettant de mouler le curseur et la tirette dans une même opération. Selon ce mode de réalisation, le curseur obtenu n'est pas un curseur à pontet mais un curseur à oreilles qui ne permet la réalisation d'un verrouillage que par la tirette, la liaison de la tirette au curseur étant particulièrement vulnérable.

Le document US 2 736 062 et le document EP 0 604 695 décrivent des procédés de moulage permettant la réalisation simultanée d'un curseur à pontet et d'une tirette. Ces montages permettent de résoudre le problème de la fragilité du pontet en revanche les tirettes restent vulnérables. En effet, de par sa forme, la tirette est sensible aux sollicitations de torsions qui cisaillent les branches de l'œillet de raccordement de la tirette au pontet, ou de son œillet de verrouillage. Une telle sollicitation de torsion est produite en introduisant une lame entre les deux tirettes lorsqu'elles sont verrouillées ensembles, ou en exerçant un levier avec une lame de sorte à exercer une sollicitation de flexion dans le sens de l'inertie la plus élevée lorsque la tirette est verrouillée à un ancrage fixe, l'effet de déversement produit la sollicitation de torsion et conduit au même résultat.

L'invention vise à résoudre les inconvénients de l'art antérieur et concerne à cette fin un curseur pour une fermeture à glissière comprenant un curseur comportant un pontet et une tirette, l'ensemble étant moulé d'un seul bloc, de sorte que le pontet vient de matière avec la table du curseur à ses deux extrémités longitudinales de connexion avec ladite table, la tirette comprenant un œillet de raccordement au pontet du curseur, dans lequel :

a. la tirette comprend un œillet de verrouillage dont le plan d'ouverture est parallèle au plan d'ouverture de l'œillet de raccordement ;

b. la tirette comprend une portion de raccordement entre les deux œillets, dite corps de la tirette, la largeur de la section du corps de la tirette selon une direction perpendiculaire aux plans d'ouverture des œillets est supérieure ou égale à la hauteur de la section dans le plan parallèle aux plans d'ouverture desdits œillets.

Ainsi, le pontet du curseur étant renforcé par le moulage en un bloc, la section de raccordement entre les deux œillets de la tirette rend celle-ci beaucoup moins vulnérable aux sollicitations de torsion. Ainsi, la fermeture à glissière mettant en œuvre le curseur objet de l'invention présente une sécurité accrue vis- à-vis des tentatives d'effraction.

L'invention est avantageusement mise en œuvre selon les modes de réalisation et les variantes exposés ci-après, lesquels sont à considérer individuellement ou selon toute combinaison techniquement opérante.

Avantageusement, l'œillet de verrouillage est déporté radialement par rapport à l'œillet de raccordement de la tirette au pontet du curseur. Ainsi, le déport radial de l'œillet de verrouillage de la tirette facilite la manœuvre de ladite tirette et, dans le cas d'un ancrage fixe, permet de rapprocher le plan de verrouillage de la table du curseur. Ainsi la combinaison de la section du corps de la tirette du curseur objet de l'invention avec le déport radial de l'œillet de verrouillage réduit encore la vulnérabilité de la fermeture

Avantageusement le pontet comprend un œillet de verrouillage. Ainsi, le verrouillage du curseur par l'intermédiaire du pontet permet de renforcer la sécurité.

Avantageusement, selon ce dernier mode de réalisation, la hauteur de la section ouverte de l'œillet de raccordement de la tirette au pontet, est supérieure à la moitié de la longueur du pontet comprenant son œillet de verrouillage. Ainsi, la tirette est manœuvrable au-dessus du pontet sur 180° aussi bien dans le sens longitudinal, en passant au-dessus de l'œillet de verrouillage du pontet, que radial. Ainsi, la manipulation de la fermeture à glissière est facilitée et plus agréable.

L'invention concerne également un bagage comprenant un accès obturable à un compartiment dont la fermeture comporte une fermeture à glissière et dans lequel ladite fermeture à glissière comporte deux curseurs selon l'invention, agissant en sens inverse d'ouverture-fermeture sur ladite fermeture. Ainsi, un tel bagage offre une possibilité de verrouillage des deux curseurs ensembles.

Avantageusement, la fermeture de l'accès au compartiment du bagage objet de l'invention, comprend deux crémaillères superposées, l'une à l'intérieur du compartiment et l'autre à l'extérieur dudit compartiment, chaque curseur comprenant deux rails, agissant chacun sur une desdites crémaillères. Ainsi, en plus de la sécurité anti-intrusion offerte par le curseur, la sécurité de ce bagage est également renforcée vis-à-vis des tentatives d'intrusion portées sur la crémaillère de la fermeture à glissière.

Avantageusement, la hauteur relative de la surface ouverte des œillets de raccordement des tirettes aux pontet des curseurs par rapport auxdits pontets est apte à autoriser le passage de l'anse rigide d'un cadenas de type TSA. Ce mode de réalisation permet de verrouiller à la fois le pontet et les tirettes par ledit cadenas, en plus d'un éventuel verrouillage séparé à un ancrage fixe.

Avantageusement, le bagage objet de l'invention comprend une serrure TSA intégrée sur une paroi dudit bagage, apte à verrouiller les extrémités de verrouillage des tirettes des curseurs. Ce mode de réalisation permet d'ancrer les deux tirettes du bagage dans un ancrage fixe, le déport radial des œillets de verrouillage des tirettes, permet de rapprocher celles-ci de la table du curseur en position verrouillée, rendant plus difficile l'introduction d'un objet faisant levier sous les corps de tirettes.

Avantageusement, selon ce dernier mode de réalisation, les axes des corps des tirettes des curseurs sont décalés longitudinalement par rapport aux œillets de raccordement aux pontets, lorsque les tirettes sont dans une position telle que le corps de tirette est orienté radialement par rapport au coulisseau du curseur. Cette disposition permet de faciliter l'introduction des œillets de verrouillage des tirettes dans un ancrage fixe, notamment une serrure TSA intégrée au bagage, et par ailleurs, rapproche les corps des tirettes ainsi verrouillées de sorte que l'introduction d'un objet pour faire levier entre les tirettes est plus difficile.

L'invention est exposée ci-après selon ses modes de réalisation préférés, nullement limitatifs, et en référence aux figures 1 à 7, dans lesquelles :

- la figure 1 montre selon une vue en perspective de face, un exemple de réalisation d'un curseur objet de l'invention, la tirette étant en position verticale ;

- la figure 2 représente selon une vue en perspective de face, un exemple de réalisation d'un coulisseau du curseur objet de l'invention, représenté sans sa tirette ;

- la figure 3 illustre selon une vue de dessus un exemple de position de la tirette par rapport au coulisseau du curseur objet de l'invention ;

- la figure 4 est une section du corps de la tirette d'un curseur selon un exemple de réalisation de l'invention, section définie figure 3 ;

- la figure 5 illustre schématiquement un exemple de réalisation, en vue de dessus, d'un bagage selon l'invention ;

- la figure 6 montre selon une vue en perspective, l'ensemble des curseurs du bagage de la figure 5 en position verrouillée ;

- et la figure 7 représente en vue de dessus deux mode de réalisation des tirettes des curseurs, destinées au bagage objet de l'invention, figure 7A avec des tirettes identiques pour les deux curseurs, et figure 7B avec des tirettes dont le corps est décalé longitudinalement par rapport à l'œillet de raccordement au pontet.

Figure 1 , selon un exemple de réalisation, le curseur (100) objet de l'invention est adapté à la fermeture et l'ouverture de deux crémaillères superposées, tel que décrit dans le document EP 2 421 403. Ce type de fermeture à glissière offre en effet une résistance accrue vis-à-vis des tentatives d'ouverture par l'intrusion d'un objet pointu dans les crémaillères.

Dans tout le texte la direction longitudinale, notée x, correspond à la direction de progression du curseur le long des crémaillères pour leur ouverture ou leur fermeture, la direction verticale, notée z, est sensiblement normale au plan de fermeture des crémaillères et à la table (1 10) du curseur, et la direction radiale, notée y, est perpendiculaire à ces directions.

La tirette (120) est liée au pontet (1 15) du curseur par l'intermédiaire d'un œillet (121 ) de raccordement pratiqué à l'une des extrémités de son corps (125), lequel corps (125) de la tirette comporte à son autre extrémité un œillet de verrouillage. Selon cet exemple de réalisation, lorsque la tirette (120) est en position verticale, qui correspond sensiblement à sa configuration lors de la manœuvre de la fermeture à glissière, l'œillet (122) de verrouillage de ladite tirette (120) est décalé radialement par rapport au corps (125) de la tirette. Selon cet exemple de réalisation, le plan d'ouverture de l'œillet (122) de verrouillage de la tirette (120) et le plan d'ouverture de l'œillet (121 ) de raccordement au pontet de ladite tirette sont parallèles, et sensiblement parallèles au plan radial (y,z) dans cette position de la tirette (120).

Figure 2, le pontet (1 15) du curseur objet de l'invention forme une anse dont le plan (210) d'ouverture est sensiblement normal au plan de la table (1 10) dudit curseur. Cette anse vient de matière avec la table du curseur à ses deux extrémités longitudinales de connexion avec ladite table. Pour obtenir un tel résultat, et notamment pour permettre la liaison de la tirette avec le pontet, le coulisseau (200) du curseur et la tirette dudit curseur sont moulés dans le même moule, en une seule pièce, sans opération de démoulage intermédiaire, en utilisant un moule à mobilité. Cette technique de moulage est connue de l'art antérieur et n'est pas explicité plus avant. Ainsi, à aucun moment de sa fabrication ou de son utilisation, le coulisseau (200) ne peut être séparé de la tirette tel que représenté figure 2 pour des raisons de clarté. Selon des exemples de réalisation, le coulisseau et la tirette sont réalisés dans la même matière ou dans des matières différentes mais permettant la mise en œuvre du moulage dans le même moule. Ainsi, le coulisseau (200) et la tirette sont tous les deux réalisés dans une matière plastique, renforcée ou non, éventuellement dans deux matières plastiques différentes dont les températures de moulage sont compatibles, ou sont tous deux réalisés dans un alliage métallique ou dans deux alliages métalliques différents dont les conditions de moulage sont compatibles. À titre d'exemple non limitatif, le coulisseau (200) est constitué d'un matériau facilitant le glissement des crémaillères dans les rails (21 1 , 212) d'ouverture et de fermeture, et la tirette est constituée d'un matériau présentant une résistance à la rupture améliorée. Selon cet exemple de réalisation, le pontet (1 15) comporte un œillet (215) de verrouillage, permettant de lier ledit pontet au pontet d'un autre curseur agissant sur la même crémaillère, ou à un ancrage fixe. La réalisation du coulisseau, plus particulièrement du pontet (1 15) au cours de la même opération de moulage que la tirette, permet de réaliser ledit pontet et ladite tirette, plus particulièrement l'œillet de raccordement de la tirette au pontet, avec des sections, non contraintes par la nécessité de pouvoir enfiler l'œillet de raccordement de la tirette sur le pontet. Ainsi, tant l'œillet de raccordement de la tirette, que le pontet du curseur sont réalisés avec des sections plus élevées, et donc plus résistantes, que dans les réalisations de l'art antérieur.

Figure 3, selon un exemple de réalisation avantageux, l'ouverture de l'œillet (121 ) de raccordement de la tirette (120) est suffisante pour permettre à ladite tirette une rotation relative par rapport au coulisseau de 180° autour de l'axe radial Notamment, l'ouverture de l'œillet (121 ) de raccordement au pontet, est au moins égale à une demi-largeur dudit pontet, y compris l'œillet de verrouillage du pontet, selon la direction longitudinale x. Dans cette position de la tirette (120), le plan d'ouverture de l'œillet (121 ) de raccordement au pontet et le plan d'ouverture de l'œillet (122) de verrouillage de la tirette, sont sensiblement parallèles au plan (x,y) de la table du curseur. Le mode de réalisation du curseur permettant d'augmenter la section de l'œillet de raccordement permet ainsi d'obtenir un œillet plus haut et plus large sans compromis sur la résistance mécanique de celui-ci.

Figure 4, selon une section du corps (125) de la tirette dans un plan perpendiculaire aux plans d'ouverture des œillets de la tirette, la largeur (401 ) de la section, selon une direction perpendiculaire au plan d'ouverture des œillets de la tirette (z dans la position de la tirette telle que représentée), est supérieure à la hauteur (402) de ladite section. Cette section est résistante au déversement vis-à- vis d'un effort (490) provoquant un couple de flexion dans le plan (x,y), et également résistante vis-à-vis d'un couple de torsion autour de l'axe x, en référence à cette position de la tirette.

Figure 5, selon un exemple de réalisation du bagage (500) objet de l'invention, celui-ci comprend une coque (501 ) fermée par un capot (502), la liaison entre les deux étant réalisée par une fermeture (510) à glissière. Avantageusement, ladite fermeture à glissière comprend deux crémaillères superposées. Deux curseurs (100a, 100b) faisant l'objet de l'invention agissent en sens inverse sur la crémaillère, ou les crémaillères superposées, de la fermeture (510) à glissière du bagage (500) objet de l'invention. À titre d'exemple, le déplacement de l'un (100a) desdits curseurs dans le sens des x positifs, provoque le rapprochement des deux bords de la crémaillère et la fermeture de la fermeture à glissière, alors que le déplacement de l'autre (100b) curseur dans le sens des x positifs, provoque l'ouverture de la fermeture à glissière par l'écartement des deux bords de la crémaillère. Ledit bagage (500) comporte un ancrage (520) de verrouillage, sous la forme d'une serrure TSA intégrée, fixée à l'une des parois du bagage. Ainsi, pour verrouiller la fermeture (510) à glissière, les œillets de verrouillage des tirettes des curseurs (100a, 100b) agissant sur ladite fermeture (510), sont insérés dans des logements de l'ancrage (520) prévus à cet effet. Le verrouillage est obtenu par l'introduction d'une tige de verrouillage dans l'alésage desdits œillets, tige dont le déplacement en translation est commandé par un bouton (521 ) placé sur le côté de l'ancrage (520). Le déport radial des œillets de verrouillage des tirettes, ainsi que la forme de la section desdites tirettes, limitent l'épaisseur en saillie par rapport à la paroi du bagage, des curseurs (100a, 100b) dans cette position verrouillée, de sorte que les risques d'accrochage desdits curseurs avec d'autres objets, notamment lors de la manipulation des bagages au cours d'opérations de transbordement, sont réduits.

Figure 6, dans la position verrouillée de la figure 5, les œillets (122) de verrouillage des tirettes sont fixés à la paroi du bagage objet de l'invention par la serrure TSA intégrée. Du fait du déport radial desdits œillets (122), les corps des tirettes sont très proches de la surface (600) extérieure du bagage et de l'ancrage fixe. Cette proximité de la surface conjuguée à la forme arrondie de la section des corps de tirettes, rend l'intrusion d'un objet sous les corps de tirette délicate, de même que l'application, au moyen de cet objet, d'un couple de torsion selon l'axe des tirettes. La sécurité de verrouillage est encore améliorée en introduisant un cadenas dans les œillets (215) de verrouillage des pontets des curseurs, ou encore, en introduisant l'anse (615) d'un cadenas de type TSA dans les œillets (121 ) de raccordement des tirettes. Le diamètre de l'anse d'un cadenas TSA est couramment compris ente 2 mm et 3 mm.

Figure 7A, selon un premier mode de réalisation, les tirettes sont identiques sur les deux curseurs du bagage objet de l'invention, et le corps (125a) de chaque tirette est centré longitudinalement sur l'œillet de raccordement au pontet de ladite tirette.

Figure 7B, selon un autre mode de réalisation, les tirettes des deux curseurs sont différentes. Ainsi, le corps (1 25bi, 125br) de chaque tirette est, dans cette position verrouillée, décalé longitudinalement de l'œillet de raccordement vers l'autre curseur. Cette configuration permet de faciliter l'introduction des œillets de verrouillage des tirettes dans les logements de l'ancrage fixe et réduit également l'espace longitudinal entre les corps des tirettes en position verrouillée, ce qui rend plus difficile l'intrusion d'un objet entre lesdites tirettes. Dans cette position verrouillée, les tirettes sont sensiblement parallèles, ce qui, combiné à la saillie réduite des tirettes par rapport à la paroi du bagage améliore l'aspect visuel du dispositif.

La description ci-avant et les exemples de réalisation, montrent que l'invention atteint le but visé. Le moulage en une seule pièce de la tirette et du coulisseau du curseur permet de lier complètement le pontet au curseur et de réaliser la tirette avec un œillet de raccordement à large ouverture. Les sections des tirettes et du pontet ne sont plus contraintes par la nécessité d'enfiler la tirette sur le pontet ce qui permet d'en augmenter la résistance, mais aussi de réaliser un corps de tirette plus épais que large, à l'inverse des formes de l'art antérieur, renforçant ainsi la résistance de la tirette à la torsion et au déversement. Les diverses caractéristiques géométriques du curseur et son mode de réalisation se combinent pour réaliser une fermeture à glissière particulièrement résistante aux tentatives d'intrusion malveillantes, mais également plus facile à manipuler, plus esthétique et plus sûre que les réalisations de l'art antérieur.