Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
SMART WATCH-REWINDING DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2016/184736
Kind Code:
A1
Abstract:
Watch-rewinding device (1) comprising a support (2) to accept a watch in a rewinding position, a power source (3) powering a motor (4) designed to generate a mechanical rewinding movement. This device (1) comprises control means (100), comprising measurement means (10) with sensor means (20) for magnetically measuring the oscillator of a watch in the rewinding position, and which analyse signals transmitted by said measurement means (10) comparing them against setpoint values that can be parameterized in order to regulate the operation of said motor (4) by engaging said motor (4) when the working amplitude of said oscillator is below a minimum value and by stopping said motor (4) when the working amplitude of said oscillator exceeds a maximum value.

Inventors:
WILLEMIN, Michel (Ch. des Alouettes 6, 2515 Prêles, 2515, CH)
BORN, Jean-Jacques (Rue Louis-de-Savoie 59, 1110 Morges, 1110, CH)
Application Number:
EP2016/060495
Publication Date:
November 24, 2016
Filing Date:
May 11, 2016
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
THE SWATCH GROUP RESEARCH AND DEVELOPMENT LTD (Rue des Sors 3, 2074 Marin, 2074, CH)
International Classes:
G04D7/00; G04B3/00; G04D7/08; G04D7/12
Foreign References:
CH698384B12009-07-31
US3771347A1973-11-13
DE202010005873U12010-09-30
EP2746869A12014-06-25
US2638024A1953-05-12
DE102014103797A12015-09-24
CH704693A22012-09-28
EP2650734A12013-10-16
EP15176957A2015-07-16
Attorney, Agent or Firm:
ICB INGÉNIEURS CONSEILS EN BREVETS SA (A l'attention de M. Eric Giraud, Fbg de l'Hôpital 3, 2001 Neuchâtel, 2001, CH)
Download PDF:
Claims:
REVEN DICATIONS

1 . Dispositif (1 ) de remontage de montres, ou de montres mécaniques ou électroniques à source d'énergie mécanique, comportant au moins un support (2) pour la réception d'une montre mécanique ou montre électronique à source d'énergie mécanique dans une position de remontage, au moins une source d'énergie (3) agencée pour alimenter en énergie au moins un moteur (4) agencé pour, ou bien entraîner la couronne de remontage d'une montre à remontage manuel, ou bien entraîner au moins une masse oscillante d'une montre à remontage automatique, ou bien remuer au moins une montre à remontage automatique, caractérisé en que ledit dispositif (1 ) comporte des moyens de pilotage (100) qui comportent des moyens de mesure (10) intégrant des moyens capteurs (20) pour la mesure magnétique de l'oscillateur d'au moins une montre placée dans ladite position de remontage, lesdits moyens de pilotage (100) étant agencés pour analyser des signaux transmis par lesdits moyens de mesure magnétique (10) et les comparer à des valeurs de consigne paramétrables pour réguler la marche d'au moins un dit moteur (4) en enclenchant ledit moteur (4) quand l'amplitude de marche dudit oscillateur est inférieure ou égale à une première valeur minimale, et en arrêtant ledit moteur (4) quand l'amplitude de marche dudit oscillateur est supérieure ou égale à une deuxième valeur maximale. 2. Dispositif (1 ) selon la revendication 1 , caractérisé en ce que chaque dit moteur (4) est affecté au remontage d'un groupe particulier composé de un ou plusieurs dits supports (2) chacun apte à recevoir une seule montre, en ce que chaque dit support (2) comporte des dits moyens capteurs (20) dédiés, et en ce que lesdits moyens de pilotage (100) sont agencés pour piloter chaque dit moteur (4) en fonction des signaux reçus desdits moyens capteurs (20) associés aux dits supports (2) dudit groupe particulier.

3. Dispositif (1 ) selon la revendication 2, caractérisé en ce que lesdits moyens de pilotage (100) sont agencés pour piloter de façon différenciée chacun desdits moteurs (4).

4. Dispositif (1 ) selon la revendication 2 ou 3, caractérisé en ce que lesdits moyens de pilotage (100) sont agencés pour piloter ledit moteur (4) affecté au dit groupe particulier en l'enclenchant dès que l'amplitude de marche de l'un quelconque des dits oscillateurs des montres portées par lesdits supports (2) dudit groupe particulier est inférieure ou égale à une première valeur minimaie.

5. Dispositif (1 ) selon la revendication 4, caractérisé en ce que lesdits moyens de pilotage (100) sont agencés pour piloter ledit moteur (4) affecté au dit groupe particulier en l'arrêtant dès que l'amplitude de marche de tous les dits oscillateurs des montres portées par lesdits supports (2) dudit groupe particulier est supérieure ou égale à une deuxième valeur maximale.

6. Dispositif (1 ) selon la revendication 4, caractérisé en ce que lesdits moyens de pilotage (100) sont agencés pour piloter ledit moteur (4) affecté au dit groupe particulier en l'arrêtant dès que l'amplitude de marche de l'un quelconque des oscillateurs des montres portées par lesdits supports (2) dudit groupe particulier est supérieure ou égale à une deuxième valeur maximale.

7. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 6, caractérisé en ce qu'au moins un dit support (2) comporte des moyens de détection (130) de présence ou d'absence d'une montre, agencés pour communiquer auxdits moyens de pilotage (100) l'information de présence ou d'absence de montre afin d'annihiler l'effet d'un signal correspondant à une amplitude nulle en cas d'absence de montre sur ledit support (2).

8. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 7, caractérisé en ce que l'écart angulaire entre ladite première valeur minimale ou/et ladite deuxième valeur maximale d'amplitude est inférieur ou égal à 20°.

9. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 8, caractérisé en ce que ladite première valeur minimale d'amplitude est de 240° et ladite deuxième valeur maximale d'amplitude est de 260°.

10. Ensemble horloger (1000) comportant un dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 9, et au moins une montre ou une montre mécanique ou montre électronique à source d'énergie mécanique (200) agencée pour être fixée sur au moins un dit support (2).

11. Utilisation d'un dit dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 10 pour le remontage d'au moins une montre électronique comportant une génératrice à source d'énergie mécanique, caractérisée en ce que lesdits moyens de pilotage (100) comportent des moyens de mesure (10) intégrant des moyens capteurs (20) pour la mesure du champ produit par ladite génératrice pour commander la régulation de la recharge en énergie.

12. Utilisation d'un dit dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 10 pour le remontage d'au moins une montre comportant un mécanisme d'échappement magnétique, caractérisée en ce que lesdits moyens de pilotage (100) comportent des moyens de mesure (10) intégrant des moyens capteurs (20) pour la mesure du champ magnétique pour commander la régulation de la recharge en énergie.

13. Procédé de préparation d'une montre, caractérisé en ce qu'on effectue les étapes suivantes :

- on place ladite montre sur un dit dispositif (1) selon les revendications 1 à 10 ;

- on détermine la position angulaire où la marche de ladite montre est la meilleure ;

- on détermine le degré d'armage quand la source d'énergie de ladite montre est mécanique, ou le degré de charge quand la source d'énergie de ladite montre est électrique, où la marche de ladite montre est la plus stable ;

- on maintient ladite montre dans ladite position angulaire d'une part, et d'autre part dans ledit degré d'armage ou respectivement ledit degré de charge, correspondant à l'optimum de la marche de ladite montre.

14. Procédé selon la revendication 13, caractérisé en ce qu'on mémorise les paramètres de ladite position angulaire d'une part, et d'autre part dudit degré d'armage ou respectivement dudit degré de charge, correspondant à l'optimum de la marche de ladite montre.

15. Procédé selon la revendication 13 ou 14, caractérisé en ce qu'on équipe ladite montre avec des moyens d'ajustement d'inertie d'un mobile de résonateur quand la montre comporte un résonateur mécanique.

16. Procédé selon la revendication 15, caractérisé en ce qu'on effectue ledit ajustement d'inertie par laser quand ledit mobile de résonateur est un balancier.

17. Procédé selon la revendication 15, caractérisé en ce qu'on effectue ledit ajustement d'inertie par correction par une tige de commande de réglage de mise à l'heure quand ladite montre en comporte.

Description:
Dispositif intelligent de remontage de montres Domaine de l'invention

L'invention concerne un dispositif de remontage de montres, ou de montres mécaniques ou électroniques à source d'énergie mécanique, comportant au moins un support pour la réception d'une montre dans une position de remontage, au moins une source d'énergie agencée pour alimenter en énergie au moins un moteur agencé pour, ou bien entraîner la couronne de remontage d'une montre à remontage manuel, ou bien entraîner au moins une masse oscillante d'une montre à remontage automatique, ou bien remuer au moins une montre à remontage automatique.

L'invention concerne encore un ensemble horloger comportant un tel dispositif, et au moins une montre mécanique, ou une montre électronique à source d'énergie mécanique, agencée pour être fixée sur au moins un tel support.

L'invention concerne encore l'utilisation d'un tel dispositif pour le remontage d'une montre.

L'invention concerne encore un procédé de préparation d'une montre.

L'invention concerne le domaine de l'horlogerie, et plus particulièrement le remontage des montres mécaniques ou des montres électroniques à source d'énergie mécanique, et notamment mais non exclusivement des montres automatiques. Arrière-plan de l'invention

L'utilisateur d'une montre mécanique ou électronique à source d'énergie mécanique, qu'elle soit à remontage manuel ou à remontage automatique, qui n'est pas portée en permanence est astreint, lorsqu'il désire l'utiliser, à effectuer les tâches de mise à jour des affichages, qui peuvent être fastidieuses pour les quantièmes, ou difficiles voire impossibles pour des complications telles que phases de lune ou autres années bissextiles dans un calendrier perpétuel.

On connaît des armoires de remontage, ou encore des appareils individuels, qui simulent les mouvements d'un utilisateur par rotation de la montre, en général autour de plusieurs axes, pour donner à la masse oscillante les impulsions nécessaires pour effectuer le remontage, ou pour entraîner la couronne d'une montre à remontage manuel quand cette couronne s'y prête. Ces armoires ou appareils sont souvent volumineux, coûteux, et leur mouvement peut déranger l'utilisateur. En particulier, de tels appareils ne conviennent pas bien en environnement commercial, où une montre doit être exposée de façon statique au Client, avec un affichage correct des informations liées au temps, tout en étant prête pour une démonstration.

Ces mécanismes de remontages, qui sont plus ou moins compliqués, tendent à trop solliciter la mécanique de la montre. En effet, ces systèmes, même quand ils permettent de programmer un nombre de tours à effectuer pour réaliser le remontage, prennent en compte un facteur de sécurité, et remontent le barillet plus que nécessaire, ce qui entraîne une surtension dans le ressort de barillet, qui est dissipée par la bride glissante. De ce fait, toute la mécanique est soumise à des contraintes plus fortes qu'il n'est nécessaire. Les effets induits sont une usure anormale, et une pollution par les débris d'usure, ce qui altère aussi la lubrification de la montre, et peut rendre les opérations de service pour nettoyage et lubrification plus fréquentes, ce qui représente un coût non négligeable pour l'utilisateur.

De plus, un remontage trop poussé sollicite inutilement les sources d'énergie, dont la capacité est parfois limitée, dans le cas notamment des remontoirs à batterie ou à cellules solaires ou similaires.

Résumé de l'invention

L'invention se propose de mettre à la disposition de l'utilisateur des moyens simples, peu coûteux et peu encombrants, pour remonter une montre mécanique ou électronique à source d'énergie mécanique, et la maintenir en permanence avec une indication correcte des informations horaires, et en potentiel de réserve de marche maximale même si elle n'est pas portée, tout en ménageant les parties mécaniques du mouvement, et en étant économiques en énergie.

A cet effet, l'invention concerne un dispositif de remontage de montres, notamment mécaniques ou électroniques à source d'énergie mécanique, comportant au moins un support pour la réception d'une montre dans une position de remontage, au moins une source d'énergie agencée pour alimenter en énergie au moins un moteur agencé pour, ou bien entraîner la couronne de remontage d'une montre à remontage manuel, ou bien entraîner au moins une masse oscillante d'une montre à remontage automatique, ou bien remuer au moins une montre à remontage automatique, caractérisé en que ledit dispositif comporte des moyens de pilotage comportant des moyens de mesure intégrant des moyens capteurs pour la mesure magnétique de l'oscillateur d'au moins une montre placée dans ladite position de remontage, lesdits moyens de pilotage étant agencés pour analyser des signaux transmis par lesdits moyens de mesure magnétique et les comparer à des valeurs de consigne paramétrables, pour réguler la marche d'au moins un dit moteur en enclenchant ledit moteur quand l'amplitude de marche dudit oscillateur est inférieure ou égale à une première valeur minimale, et en arrêtant ledit moteur quand l'amplitude de marche dudit oscillateur est supérieure ou égale à une deuxième valeur maximale.

L'invention concerne encore un ensemble horloger comportant un tel dispositif, et au moins une montre mécanique ou électronique à source d'énergie mécanique agencée pour être fixée sur au moins un dit support.

L'invention concerne encore l'utilisation d'un tel dispositif pour le remontage d'une montre.

L'invention concerne encore un procédé de préparation d'une montre, selon la revendication 13.

Description sommaire des dessins

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à la lecture de la description détaillée qui va suivre, en référence aux dessins annexés, où :

- la figure 1 représente, de façon schématisée et en perspective, un dispositif de remontage de montres, notamment mécaniques ou électroniques à source d'énergie mécanique, selon l'invention, avec un support unique monté pivotant sur un moteur et prêt pour la réception d'une montre mécanique ou montre électronique à source d'énergie mécanique, laquelle comporte une puce intégrant des paramètres de marche préconisés ;

la figure 2 représente, de façon schématisée, partiellement en vue de face au niveau des interfaces utilisateurs, et partiellement en coupe au niveau des supports, un autre dispositif de remontage de montres selon l'invention, comportant deux moteurs chacun entraînant un support agencé pour recevoir une montre pour son remontage;

la figure 3 représente de façon schématisée et en perspective, un autre encore dispositif de remontage de montres selon l'invention, comportant deux moteurs chacun entraînant un support arbré agencé pour recevoir une pluralité de montres pour leur remontage, dans une version simplifiée d'interface utilisateur manuelle avec, pour chaque support, deux sélecteurs de paramètres globaux applicables à la pluralité de montres qu'il porte;

la figure 4 représente, de façon schématisée et en vue de face, une autre version simplifiée d'interface utilisateur manuelle pour le dispositif de la figure 3, avec, pour chaque emplacement de montre, deux sélecteurs de paramètres applicables à la montre portée par cet emplacement;

la figure 5 représente, de façon schématisée et en perspective, un autre encore dispositif de remontage de montres selon l'invention, comportant deux moteurs pour l'entraînement d'un même support autour d'axes différents pour décrire un mouvement complexe dans l'espace ;

la figure 6 est un logigramme montrant les interactions entre les circuits constitutifs du dispositif de remontage selon l'invention. Description détaillée des modes de réalisation préférés

L'invention se propose de développer un remontoir ménageant les parties mécaniques du mouvement de la montre, et économique en énergie.

On entend ici par « montre » toute montre susceptible d'être rechargée en énergie par un mouvement qui lui est imprimé : montre mécanique à remontage automatique, ou montre électronique à énergie mécanique, de type « Autoquartz » ou « Automeca », ou similaire. Le dispositif selon l'invention remonte la montre au niveau juste nécessaire.

On appelle encore « remontage » le rechargement en énergie d'une telle montre.

Pour une montre mécanique usuelle, l'optimum est de maintenir l'armage du ressort de barillet à un niveau qui permette d'obtenir une amplitude de l'oscillateur, constitué par un ensemble balancier-spiral dans la plupart des cas, au voisinage de 250°. Cette valeur correspond à une tension raisonnable dans la mécanique, et à une marche de la montre qui est la plus juste en fonction des positions.

L'invention met en œuvre des moyens simples d'asservissement, pour le remontage d'une montre mécanique ou montre électronique à source d'énergie mécanique, applicables au cas du remontage d'une montre à remontage manuel par la couronne ou par tout autre composant prévu à cet effet, aussi bien qu'au cas du remontage d'une montre à remontage automatique, qui est fait, ou par un remuage de la montre tout entière, ou par une action sans contact avec la masse oscillante, telle que décrite notamment dans la demande EP2650734A1 du même déposant.

Les figures sont à vocation didactique, et ne proposent que le cas de montres à remontage automatique par l'application d'un mouvement selon un degré de liberté unique en rotation, seule la figure 5 montrant un montage de type gyroscopique à deux moteurs combinés. Par « moteur » on entend ci-après des moyens moteurs agencés pour mettre en mouvement un support selon au moins un degré de liberté, qu'il s'agisse d'un moyen moteur unique pour un degré de liberté unique, ou d'une combinaison de moyens moteurs pour plusieurs degrés de liberté. Le cas du remontage par la couronne n'est pas illustré par les figures, l'homme du métier n'ayant pas de difficulté particulière à y transposer les enseignements de l'invention.

Plus particulièrement, l'invention concerne un dispositif 1 de remontage de montres, notamment mécaniques ou électroniques à source d'énergie mécanique, comportant au moins un support 2 pour la réception d'une montre dans une position de remontage, au moins une source d'énergie 3 agencée pour alimenter en énergie au moins un moteur 4.

Ce moteur 4 est agencé pour, ou bien entraîner la couronne de remontage d'une montre à remontage manuel, ou bien entraîner au moins une masse oscillante d'une montre à remontage automatique, ou bien remuer au moins une montre à remontage automatique.

Selon l'invention, le dispositif 1 comporte des moyens de pilotage 100 qui comportent des moyens de mesure 10 intégrant des moyens capteurs 20 pour la mesure vibratoire ou/et acoustique ou/et magnétique de l'oscillateur d'au moins une montre placée dans la position de remontage. Ces moyens de pilotage 100 sont agencés pour analyser des signaux transmis par les moyens de mesure vibratoire ou/et acoustique ou/et magnétique 10, et les comparer à des valeurs de consigne paramétrables, pour réguler la marche d'au moins un tel moteur 4, en enclenchant ce moteur 4 quand l'amplitude de marche de l'oscillateur est inférieure ou égale à une première valeur minimale, et en arrêtant ce moteur 4 quand l'amplitude de marche de l'oscillateur est supérieure ou égale à une deuxième valeur maximale. Il en va de même pour le champ électromagnétique d'une génératrice entraînée par l'énergie mécanique à disposition.

Les moyens de mesure magnétiques sont bien adaptés au remontage de montres dont le fonctionnement est peu audible, en particulier dans le cas de montres à mécanismes d'échappement sans contact, ou à contact atténué, avec transmission de mouvement par influence, magnétique ou/et électrostatique, ou encore comportant des roues ou/et des ancres ou de façon générale des mobiles équipés de lames flexibles au niveau de leurs interfaces avec des composants antagonistes.

D'autres moyens de mesure ne sont pas exclus, optiques par exemple, mais se révèlent plus difficiles à miniaturiser, et souvent plus sensibles aux sollicitations auxquelles est soumises une montre, depuis les accélérations normales au porter, jusqu'aux chocs. De plus il faut une visibilité sur les zones à mesurer, ce qui peut imposer des contraintes sur les matériaux de certaines pièces.

On remarque à ce propos que l'invention est utilisable pour tout type d'oscillateur, et en particulier, en cas d'oscillateur à échappement mécanique, aussi bien pour un échappement à ancre Suisse, que pour un échappement coaxial, ou autre. Dans le cas où la notion d'alternance est différente, comme pour un échappement à détente, un paramétrage adéquat est à effectuer, sans s'écarter du cadre de l'invention.

Dans le cas d'une montre électronique à énergie mécanique, il est aussi possible de gérer de manière optimale la recharge de l'accumulateur pour des mouvements de type « Autoquartz », ou la vitesse optimale de la génératrice pour des mouvements du type « Automeca » avec un paramétrage spécifique.

Par « valeurs de consigne paramétrables » on entend ici que ces valeurs dépendent du modèle de montre, et peuvent être, selon le cas, ou bien préalablement introduites lors de la configuration du dispositif de remontage et mises en mémoire, ou bien lues directement sur la montre par un dispositif de lecture adéquat. Ces valeurs de consigne paramétrables peuvent, encore, être modifiées et forcées par l'utilisateur, quand le dispositif 1 est équipé d'une interface utilisateur 1 10 avec des entrées-sorties autorisant la modification de ces valeurs paramétrables.

Les moyens de pilotage 100 comportent par exemple des moyens de calcul

150, tel qu'un microprocesseur ou similaire, pour traiter les informations en provenance des capteurs, des moyens de mesure 10, d'une interface utilisateur 110 détaillée plus loin, de la ou des sources d'énergie 3 (la figure 2 illustre, au niveau des moyens de pilotage 100, des entrées 102A et 102B pour la communication du niveau énergétique des sources d'énergie 3), et pour donner les ordres adéquats au moteur 4 ou aux moteurs 4 quand il y en a plusieurs.

Le dispositif 1 peut être dédié au remontage d'une seule montre, tel que visible sur les figures 1 et 5.

Il peut aussi être affecté au remontage de plusieurs montres simultanément, et sera appelé ci-après « remontoir multiple », tel que visible sur les figures 2 et 3 illustrant deux variantes différentes.

Aussi, dans une réalisation particulière d'un tel remontoir multiple, qui comporte un ou plusieurs moteurs 4, chaque moteur 4 est affecté au remontage d'un groupe particulier composé de un ou plusieurs supports 2, chacun apte à recevoir une seule montre. Chaque support 2 comporte des moyens capteurs 20 dédiés. Et les moyens de pilotage 100 sont agencés pour piloter chaque moteur 4 en fonction des signaux reçus des moyens capteurs 20 associés aux différents supports 2 du groupe particulier.

La figure 2 représente une variante comportant deux moteurs 4A et 4B chacun entraînant un support 2A, 2B, agencé pour recevoir une montre 200A, 200B, pour son remontage. Ces moteurs 4A, 4B, sont alimentés par la ou les sources d'énergie 3. Chaque support 2A, 2B, porte un capteur 20A, 20B, de préférence un capteur magnétique, éventuellement complété par un capteur d'une autre nature, tel que microphone ou similaire. Les signaux du ou des capteurs sont transmis aux moyens de mesure 10.

La figure 3 représente de façon schématisée et en perspective, une autre variante comportant deux moteurs 4A, 4B, chacun entraînant un support arbré 2A, 2B, qui est agencé pour recevoir une pluralité de montres pour leur remontage: sur trois positions correspondant à des capteurs 20AX, 20AY, 20AZ pour le support 2A, et également sur trois positions correspondant à des capteurs 20BX, 20BY, 20BZ pour le support 2B.

Dans une réalisation particulière de remontoir multiple, les moyens de pilotage 100 sont agencés pour piloter de façon différenciée chacun des moteurs 4, tel que visible en figure 2 par des sorties 101 A et 101 B pour commander respectivement les moteurs 4A et 4B.

Dans une autre réalisation particulière de remontoir multiple, les moyens de pilotage 100 sont agencés pour piloter le moteur 4 affecté au dit groupe particulier en l'enclenchant dès que l'amplitude de marche de l'un quelconque des dits oscillateurs des montres portées par les supports 2 du groupe particulier est inférieure ou égale à une première valeur minimale.

Dans une variante particulière, les moyens de pilotage 100 sont agencés pour piloter le moteur 4 affecté à un tel groupe particulier, en l'arrêtant dès que l'amplitude de marche de tous les oscillateurs des montres portées par les supports 2 du groupe particulier est supérieure ou égale à une deuxième valeur maximale.

Dans une autre variante particulière, les moyens de pilotage 100 sont agencés pour piloter le moteur 4 affecté à un tel groupe particulier, en l'arrêtant dès que l'amplitude de marche de l'un quelconque des oscillateurs des montres portées par les supports 2 du groupe particulier est supérieure ou égale à une deuxième valeur maximale.

D'autres algorithmes de pilotage sont naturellement possibles.

La figure 5 illustre un réglage de première valeur minimale et de deuxième valeur maximale pour le support unique 2.

La figure 2 illustre un réglage de première valeur minimale et de deuxième valeur maximale pour chacun des supports 2A et 2B.

La figure 3 illustre un réglage unique de première valeur minimale et de deuxième valeur maximale pour chacun des supports 2A et 2B.

La figure 4 illustre un réglage différencié de première valeur minimale et de deuxième valeur maximale pour chacune des positions de réception de montre que comportent les supports 2A et 2B.

Dans le cas où un moteur 4 est constitué, comme dans la figure 5, de plusieurs moyens moteurs combinés, l'algorithme de pilotage peut être agencé de façon à n'activer qu'un seul, ou une partie seulement, de ces moyens moteurs, notamment si le niveau énergétique des sources d'énergie 3 est faible.

Dans toutes les variantes, les moyens de pilotage 100 comportent avantageusement une interface utilisateur 110, qui est agencée pour permettre à l'utilisateur de choisir ou/et de modifier la première valeur minimale ou/et la deuxième valeur maximale pour au moins un support 2 particulier, en fonction de la montre que reçoit ce support.

Les figures illustrent, de façon non limitative, différentes entrées de l'interface utilisateur 110 : une prise 111 de connexion à un réseau ou à un appareil informatique ou électronique, une antenne 112 pour la réception de données par transmission sans fil, des sélecteurs 113 ou 114. Ces sélecteurs 113, 114, sont représentés de façon analogique pour la commodité des figures, ils peuvent naturellement consister en un ensemble écran-clavier ou similaire. Dans cette version analogique, un premier sélecteur 113A détermine la première valeur minimale d'amplitude, et un deuxième sélecteur 114A détermine la deuxième valeur maximale.

De façon particulière, cette interface utilisateur 110 est agencée pour permettre à l'utilisateur de choisir ou/et de modifier la première valeur minimale ou/et la deuxième valeur maximale pour chaque dit support 2 particulier.

De façon particulière, cette interface utilisateur 110 est agencée pour collecter des données propres à la première valeur minimale ou/et la deuxième valeur maximale pour un type de montre déterminé, notamment mais non limitativement par liaison informatique ou par communication sans fil.

Dans une variante particulière, l'interface utilisateur 110 comporte des moyens de lecture 120, qui sont agencés au niveau d'au moins un support 2, et qui sont agencés pour rechercher et lire les paramètres de première valeur minimale ou/et deuxième valeur maximale stockés dans une montre au niveau d'une interface de communication que comporte la montre, par exemple une puce RFID ou similaire. Plus particulièrement, chaque support 2 est équipé de tels moyens de lecture 120.

Et, avantageusement, les moyens de pilotage 100 sont alors agencés pour ajuster, pour un tel support 2 donné comportant des dits moyens de lecture 120, les paramètres de première valeur minimale ou/et deuxième valeur maximale relevés par les moyens de lecture 120. Dans une réalisation avantageuse, au moins un support 2 comporte des moyens de détection 130 de présence ou d'absence d'une montre, par exemple de type optique ou capacitive ou galvanique ou inductive RFID ou autre, qui sont agencés pour communiquer aux moyens de pilotage 100 l'information de présence ou d'absence de montre afin d'annihiler l'effet d'un signal correspondant à une amplitude nulle en cas d'absence de montre sur le support 2. Plus particulièrement, tous les supports 2 sont ainsi équipés. Cette détection permet la mise en veille de l'équipement correspondant. La figure 2 illustre, au niveau des moyens de pilotage 100, des entrées 103A et 103B pour la communication du paramètre de présence ou d'absence de montre.

Pour des montres de type usuel, l'écart angulaire entre la première valeur minimale ou/et la deuxième valeur maximale d'amplitude est avantageusement choisi inférieur ou égal à 20°.

Plus particulièrement, la première valeur minimale d'amplitude est de 240° et la deuxième valeur maximale d'amplitude est de 260°.

Pour une utilisation commerciale, les moyens de pilotage 100 comportent avantageusement, au niveau des moyens de calcul 150, des moyens de temporisation 140, qui permettent de déterminer les plages horaires auxquelles une montre peut être remontée, et celles où elle doit rester immobile, plus particulièrement dans une position d'indexation. A cet effet, l'interface utilisateur 110 comporte avantageusement des entrées de temporisation 1 15 permettant à l'utilisateur de déterminer facilement ces plages horaires. Les moyens de calcul 150 immobilisent alors le ou les moteurs 4 dans une position d'indexage qui correspond à une position d'indexage prédéfinie de la ou des montres.

L'invention concerne encore un ensemble horloger 1000 comportant un tel dispositif 1 , et au moins une montre, ou une montre dite mécanique 200, ou une montre électronique à source d'énergie mécanique, qui est agencée pour être fixée sur au moins un tel support 2. Avantageusement, la montre 200 comporte une interface de communication qui est agencée pour communiquer la première valeur minimale ou/et la deuxième valeur maximale propres à la montre 200.

Les moyens capteurs 20 sont de préférence de type magnétique, ils peuvent être complétés par d'autres capteurs, de type microphone, ou autre. Le principe d'une mesure magnétique est fiable et précis. L'invention permet de récupérer une information de durée entre le tic et le tac, permettant de calculer précisément l'amplitude d'un balancier.

On comprend bien que la mesure dépend du type de mouvement de la montre. Le dispositif remontoir peut être appairé avec une montre particulière, et préconfiguré en usine.

L'ajustement par l'utilisateur tel que présenté ci-dessus permet à celui-ci de sélectionner sur l'appareil une configuration parmi des configurations-types proposées par des sélecteurs au niveau de l'appareil pour le réglage de seuils d'amplitude. L'utilisateur peut aussi utiliser une application mobile, lui permettant de choisir le produit-montre, et d'envoyer par communication sans fil, ou informatique, ou autre, la configuration correspondante.

L'utilisateur peut aussi photographier la montre directement, ou sa carte de garantie, ou le marquage de la montre, ou une zone particulière de la montre comportant un codage adéquat, par exemple à l'aide d'un téléphone mobile ou autre appareil portable similaire, pour obtenir ensuite, via une application mobile, les paramètres appropriés pour son remontoir.

La montre elle-même peut comporter une puce avec ses paramètres, ou son emballage comporter un code graphique ou également une puce, lisible par un lecteur adéquat.

L'invention concerne encore l'utilisation d'un tel dispositif 1 pour le remontage d'au moins une montre électronique comportant une génératrice à source d'énergie mécanique ; ses moyens de pilotage 100 comportent alors des moyens de mesure 10 qui intègrent des moyens capteurs 20 adaptés pour la mesure du champ produit par cette génératrice pour commander la régulation de la recharge en énergie.

L'invention concerne encore l'utilisation d'un tel dispositif 1 pour le remontage d'au moins une montre comportant un mécanisme d'échappement magnétique ; ses moyens de pilotage 100 comportent alors des moyens de mesure 10 intègrent des moyens capteurs 20 pour la mesure du champ magnétique pour commander la régulation de la recharge en énergie.

L'invention concerne encore un procédé de préparation d'une montre, caractérisé en ce qu'on effectue les étapes suivantes :

- on place la montre sur un tel dispositif 1 ; - on détermine la position angulaire où la marche de la montre est la meilleure ;

- on détermine le degré d'armage quand la source d'énergie de la montre est mécanique, ou le degré de charge quand la source d'énergie de la montre est électrique, où la marche de la montre est la plus stable ;

- on maintient la montre dans la position angulaire d'une part, et d'autre part dans ledit degré d'armage ou respectivement ledit degré de charge, correspondant à l'optimum de la marche de la montre.

Plus particulièrement, on mémorise les paramètres de la position angulaire d'une part, et d'autre part dudit degré d'armage ou respectivement dudit degré de charge, correspondant à l'optimum de la marche de la montre. Ces paramètres peuvent être, selon le cas, stockés dans des moyens de mémorisation que comporte la montre elle-même, ou bien associés au marquage individuel de la montre, qui est mémorisé avec les autres paramètres, de façon à être tenus à la disposition exclusive des concessionnaires du fabricant de la montre.

Plus particulièrement, on équipe la montre avec des moyens d'ajustement d'inertie d'un mobile de résonateur quand la montre comporte un résonateur mécanique.

Notamment il est avantageux d'utiliser un procédé de micro-réglage de marche d'oscillateur, tel que décrit dans la demande du même déposant EP15176957.7, ou un système similaire.

Plus particulièrement, on effectue ledit ajustement d'inertie par laser quand ledit mobile de résonateur est un balancier.

Plus particulièrement, on effectue ledit ajustement d'inertie par correction par une tige de commande de réglage de mise à l'heure quand la montre en comporte.

En somme, en ajustant l'amplitude et la position au repos de la montre, on peut minimiser l'erreur de marche, et ainsi avoir une montre, notamment mécanique, toujours à l'heure tant qu'elle est sur le dispositif remontoir. La mesure de marche est faite, plus particulièrement, avec les mêmes capteurs utilisés pour la mesure de l'amplitude.