Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
SO-CALLED WRENCHING ELECTRIC CIRCUIT BREAKER IN PARTICULAR FOR ELEVATOR
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2002/059925
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns an safety electric circuit breaker called wrenching breaker interposed between a mobile part (2) and a fixed part (3), in particular between an elevator cage and its fixed frame, so as to allow it to operate only when a contact is established after the mobile part is closed. The invention is characterised in that it consists of a single-piece assembly (1) integrated in a housing (4) directly mounted on one or the other of the parts (2 and 3) and containing simultaneously: an electrical contact unit (5) and a device for operating said contact unit (5) forming therewith a rotor bearing system (6), capable of moving in translation, countering an elastic return member (13), in one direction or the other, in said housing (4) under the action for example of the door (2) which further acts when it is being closed or opened on said device (6) operating the contact unit (5).

Inventors:
Prudhomme, Dominique (74 rue Saint-Louis en l'Isle, Paris, Paris, F-75004, FR)
Application Number:
PCT/FR2002/000073
Publication Date:
August 01, 2002
Filing Date:
January 10, 2002
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Prudhomme, Dominique (74 rue Saint-Louis en l'Isle, Paris, Paris, F-75004, FR)
International Classes:
H01H3/16; H01H27/00; (IPC1-7): H01H3/16
Foreign References:
DE3424418C1
Attorney, Agent or Firm:
Costantini, Consultant (18 rue Rabelais, Brunoy, Brunoy, F-91800, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Coupecircuit électrique de sécurité dit « à arrachement » interposé entre une partie mobile (2,2A) et une partie fixe (3,3A), notamment entre une porte d'ascenseur et son bâti fixe, de manière à n'autoriser le fonctionnement que lorsqu'un contact est établi après fermeture de la partie mobile, caractérisé en ce qu'il est constitué d'un ensemble monobloc (1,1A) intégré dans un boîtier (4,4A) rapporté dans l'une ou l'autre des parties (2,2A ou 3,3A) et renfermant tout à la fois : un bloc de contact électrique (5,5A) et un dispositif de manoeuvre dudit bloc de contact (5,5A) formant avec celuici un équipage mobile (6,6A), susceptible de se déplacer en translation, à l'encontre d'un organe de rappel élastique (13, 13A), dans un sens ou dans l'autre, dans ledit boîtier (4,4A) pour rendre ledit équipage auto positionnable sous l'action par exemple de la porte (2,2A) qui agit par ailleurs au cours de sa fermeture ou de son ouverture sur ledit dispositif de manoeuvre (6,6A) du bloc de contact (5,5A).
2. Coupecircuit selon la revendication 1, caractérisé en ce que le dispositif de manoeuvre du bloc de contact (5,5A) est constitué par un levier de commande (7,7A), relié à celuici, et par un levier de rappel (8,8A), l'un et l'autre débouchant librement de l'équipage mobile (6,6A) et susceptibles de tomber dans une ouverture (9, 9A) pratiquée dans le champ de la porte (2,2A) à la fermeture, lesdits leviers (7,7A et 8,8A) étant sollicités alternativement par le passage de la porte (2,2A) dans un sens ou dans l'autre et sont reliés entre eux par l'intermédiaire d'une bascule rotative (10,10A) formée par deux bras (10a, lOAa, lOb, lOAb) s'étendant de part et d'autre d'un axe de rotation fixe (11,11A) disposé sur l'équipage mobile (6,6A), qu'ils commandent alternativement dans un sens (F1) provoquant l'ouverture du contact (5,5A) par l'intermédiaire du levier de commande (7,7A) à 1 l encontre d'un organe de rappel élastique (7,12A) selon une force (F1) et correspondant à l'ouverture de la porte (2, 2A), ou dans l'autre sens (F2) provoquant la fermeture du contact (5,5A) par détente de l'organe élastique (13,13A) sur l'équipage mobile (6,6A) correspondant à la position de fermeture de la porte (2,2A).
3. Coupecircuit selon la revendication 2, caractérisé en ce que le levier de commande (7A) et le levier de rappel (8A) sont constitués par deux pistons déplaçables linéairement, chacun d'eux étant en liaison avec chacun des bras (lOAa, lOAb) de la bascule et aptes à coulisser dans des alésages correspondants (19 et 20) réalisés sur l'équipage (6A) et débouchants de celuici vers l'extérieur.
4. Coupecircuit selon la revendication 2, caractérisé en ce que le levier de commande (7) et le levier de rappel (8) sont solidaires par l'une de leurs extrémités d'un palier tournant (15) en formant un angle fixe prédéterminé, palier (15) de part et d'autre duquel s'étendent les bras de la bascule (10a, lOb), de manière à constituer un ensemble rotatif monolithique (16).
5. Coupecircuit selon la revendication 4, caractérisé en ce que les leviers de commande ou de rappel (7 et 8) comportent leurs autres extrémités libres des galets rotatifs (17 et 18) destinés à faciliter leur introduction dans l'ouverture (9) pratiquée dans le champ de la porte (2) ou au contraire leur retrait.
Description:
COUPE-CIRCUIT ELECTRIQUE DIT « A ARRACHEMENT », NOTAMMENT POUR ASCENSEUR La présente invention concerne un coupe-circuit électrique de sécurité dit « à arrachement » interposé d'une manière générale entre une partie mobile d'un appareil et une partie fixe, mais plus particulièrement entre une porte d'ascenseur et son bâti fixe, de manière à n'autoriser le fonctionnement de l'appareil que lorsqu'un contact est établi après fermeture de la porte.

De tels coupe-circuit « à arrachement » sont bien connus dans le domaine des ascenseurs précisément et sont classiquement constitués par un élément à deux broches mâles formant « shunt », généralement fixé en proéminence sur la porte et destiné à venir court-circuiter les contacts d'un bloc situé dans la serrure de porte ou à proximité de celle-ci sur le bâti fixe. Ces contacts sont destinés à tre ouverts ou fermés lorsqu'il n'y a aucun incident mais lorsque, pour une raison ou pour une autre, un court-circuit a pour conséquence de souder le « shunt » sur lesdits contacts par formation d'arc, le fait d'ouvrir la porte provoquera non pas l'ouverture des contacts mais leur arrachement, coupant ainsi une chaîne de sécurité électrique connue en soi : De tels contacts à arrachement de ce type présentent l'inconvénient d'tre constitués par deux éléments distincts nécessitant bien entendu des fixations distinctes d'où un surcoût de main découvre.

De plus, les contacts sont accessibles de l'extérieur et peuvent faire l'objet d'actes de malveillance, car n'étant pas isolés.

De plus, le « shunt » étant apparent sur une face de la porte, il peut facilement tre accroché, voire arraché, lors de transport d'objets encombrants par exemple.

Un autre inconvénient des contacts « à arrachement » connus réside dans le fait qu'il est nécessaire de réaliser un positionnement très précis de manière à ce que les broches du « shunt » se trouvent en face des contacts lors de la fermeture de la porte.

La présente invention a pour but de remédier à l'ensemble des inconvénients précités, et concerne à cet effet un coupe-circuit électrique de sécurité dit « à arrachement » interposé entre une partie mobile et une partie fixe, notamment entre une porte d'ascenseur et son bâti fixe, de manière à n'autoriser le fonctionnement que lorsqu'un contact est établi après fermeture de la partie mobile, caractérisé en ce qu'il est constitué d'un ensemble monobloc intégré dans un boîtier rapporté dans l'une ou l'autre des parties et renfermant tout à la fois : un bloc de contact électrique et un dispositif de manoeuvre dudit bloc de contact formant avec celui-ci un équipage mobile, susceptible de se déplacer en translation, à l'encontre d'un organe de rappel élastique, dans un sens ou dans l'autre, dans ledit boîtier pour rendre ledit équipage auto positionnable sous l'action par exemple de la porte qui agit par ailleurs au cours de sa fermeture ou de son ouverture sur ledit dispositif de manoeuvre du bloc de contact. Bien entendu, l'ensemble monobloc

constituant le coupe-circuit « à arrachement » selon l'invention pourra tre intégré aussi bien à la porte d'un ascenseur par exemple ou à l'inverse au bâti fixe.

Egalement un autre avantage de l'invention réside dans le fait que ledit ensemble monobloc pourra tre inséré à la serrure de l'ascenseur, visant à empcher toute ouverture d'une porte palière lorsqu'une cabine ne se trouve pas en face de celle-ci.

La présente invention concerne également les caractéristiques qui ressortiront au cours de la description qui va suivre, et qui devront tre considérées isolément ou selon toutes leurs combinaisons techniques possibles.

Cette description donnée à titre d'exemple non limitatif, fera mieux comprendre comment l'invention peut tre réalisée en référence aux dessins annexés sur lesquels : Les figures 1, 2 et 3 représentent un coupe- circuit électrique dit « à arrachement » selon l'invention, respectivement représenté au regard d'une porte ouverte, en cours de fermeture de la porte, porte fermée.

Les figures 4,5 et 6 représentent un coupe- circuit électrique dit « à arrachement » selon une variante de réalisation de l'invention, respectivement représenté au regard d'une porte ouverte, en cours de fermeture de la porte, porte fermée, selon.

Le coupe-circuit électrique de sécurité 1 dit « à arrachement », représenté sur les figures 1 à 3, selon un premier mode de réalisation, est interposé entre une porte 2, par exemple une porte palière d'ascenseur, et un bâti fixe 3.

Comme il a été expliqué précédemment, un tel coupe-circuit a pour fonction de n'autoriser le fonctionnement de l'ascenseur en l'occurrence que lorsqu'un contact électrique est établi après fermeture de la porte 2.

Selon l'invention, le coupe-circuit électrique 1 est constitué d'un ensemble monobloc intégré dans un boîtier 4 rapporté dans. l'une ou l'autre des parties 2 ou 3 et renfermant tout à la fois : un bloc de contact électrique 5 et un dispositif de manoeuvre dudit bloc de contact 5 formant avec celui-ci un équipage mobile 6, susceptible de se déplacer en translation, à l'encontre d'un organe de rappel élastique 13, dans un sens ou dans l'autre, dans ledit boîtier 4 pour rendre ledit équipage auto positionnable sous l'action par exemple de la porte 2 qui agit par ailleurs au cours de sa fermeture ou de son ouverture sur ledit dispositif de manoeuvre 6 du bloc de contact 5.

Selon une autre caractéristique de l'invention, le dispositif de manoeuvre du bloc de contact 5 est constitué par un levier de commande 7, relié à celui-ci, et par un levier de rappel 8, l'un et l'autre débouchant librement de l'équipage mobile 6 et susceptibles de tomber dans une ouverture 9 pratiquée dans le champ de la porte 2 à la fermeture. Lesdits leviers 7 et 8 sont sollicités alternativement par le passage de la porte 2 dans un sens ou dans l'autre et sont reliés entre eux par l'intermédiaire d'une bascule rotative 10 formée par deux bras 10a, 10b s'étendant de part et d'autre d'un axe de rotation fixe 11 disposé sur l'équipage mobile 6, qu'ils commandent

alternativement dans un sens FI provoquant l'ouverture du contact 5 par l'intermédiaire du levier de commande 7 à l'encontre d'un organe de rappel élastique 12 selon une force FI et correspondant à l'ouverture de la porte 2, ou dans l'autre sens F2 provoquant la fermeture du contact 5 par détente de l'organe élastique 13 sur l'équipage mobile 6 correspondant à la position de fermeture de la porte 2.

Le bloc de contact 5 agit à l'encontre d'un ressort de rappel 14 se détendant lorsque les contacts sont ouverts et se comprimant lorsque les contacts sont fermés, selon une force F3.

Selon l'exemple de réalisation représenté sur les figures 1,2 et 3, le levier de commande 7 et le levier de rappel 8 sont solidaires par l'une de leurs extrémités d'un palier tournant 15 en formant un angle fixe prédéterminé, palier 15 de part et d'autre duquel s'étendent les bras de la bascule 10a, lOb, de manière à constituer un ensemble rotatif monolithique 16.

En fait, selon cet exemple de réalisation, l'organe de rappel élastique 13 crée un couple de poussée linéaire sur l'équipage mobile 6 qui crée un couple de rotation sur l'ensemble 16 formé par la bascule 10 et les leviers 7 et 8.

Par ailleurs et selon une autre caractéristique, selon ce mme exemple de réalisation, les leviers de commande ou de rappel 7 et 8 comportent leurs autres extrémités libres des galets rotatifs 17 et 18 destinés à faciliter leur

introduction dans l'ouverture 9 pratiquée dans le champ de la porte 2 ou au contraire leur retrait.

Selon une variante de réalisation représentée sur les figures 4,5 et 6, le levier de commande 7A et le lever de rappel 8A sont constitués par deux pistons déplaçables linéairement, chacun d'eux étant en liaison avec chacun des bras lOAa, 10Ab de la bascule et aptes à coulisser dans des alésages correspondants 19 et 20 réalisés sur l'équipage 6A et débouchants de celui-ci vers l'extérieur.

Dans tous les cas, les contacts électriques 5 sont alimentés par des fils électriques 19 et 20 reliés à un dispositif de sécurité.

Dans le cadre d'application aux portes d'ascenseur, une difficulté est parfois rencontrée dans l'alignement du pne de la serrure par rapport à la gâche, disposé d'une part sur la porte et d'autre part sur le bâti fixe.

Pour éviter cet inconvénient, ressenti encore davantage par les portes formées par une grille, il est procédé à un chanfreinage des quatre côtés d'entrée de la gâche, formant autant de rampes d'introduction, et éventuellement un chanfreinage du pne sur un ou plusieurs côtés.

Ces chanfreinages ou rampes offrent en fait des tolérances permettant un engagement du pne dans la gâche au moment de la fermeture, et conséquemment la fermeture du coupe-circuit électrique, qui ne subit pas le défaut d'enclenchement au niveau de la serrure.