Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
STACK OF FLEXIBLE BAGS, METHOD AND MACHINE FOR PRODUCING SAID STACK
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/096738
Kind Code:
A1
Abstract:
Bags are produced and a stack of bags is then formed from said bags. To this end, a casing is formed with a strip of flexible material, a portion of the casing (1b) at the front of the casing is separated by forming a first tab (13) at the rear of the portion of casing, the first tab (13) extending a first wall (11) of the portion beyond the end of a second wall (12) adjacent to the first wall (11), a bag (10) is formed with each portion of the casing, and a stack (P, P') of bags (10) is formed, the first wall (11) of a first of the bags (10) lying against the second wall (12) of an adjacent second bag (10). An anti-adhesive layer (91) is applied to the first wall (11) of the first bag (10) and a layer of glue (92) is applied to the second wall (12) of the second bag (10) in order to provide a temporary connection to the anti-adhesive layer (91).

Inventors:
STAERCK, Frédéric (3 promenade des Cardeurs, ERSTEIN, 67150, FR)
Application Number:
EP2018/080932
Publication Date:
May 23, 2019
Filing Date:
November 12, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
HOLWEG GROUP (11 ROUTE INDUSTRIELLE DE LA HARDT, MOLSHEIM, 67120, FR)
International Classes:
B31B70/62; B31B70/98; B65D33/00
Foreign References:
US4502599A1985-03-05
JP2002308295A2002-10-23
JPH0232952A1990-02-02
FR1270400A1961-08-25
US6142302A2000-11-07
FR786579A1935-09-05
FR1270400A1961-08-25
US4502599A1985-03-05
GB390455A1933-04-06
Attorney, Agent or Firm:
BRUNGARD, Yves (ACTALIUM, 29 Rue De SarreQuartier des Entrepreneurs, METZ, 57070, FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Pile de sacs flexibles, chaque sac (10) comportant une première paroi (11) flexible prolongée par une première patte (13) à une première des extrémités du sac (10) et une deuxième paroi (12) flexible adjacente à la première paroi (11) et de laquelle dépasse la première patte (13), la pile étant caractérisée en ce qu’elle comporte des moyens de liaison (9) entre chaque sac (10), les moyens de liaison (9) comportant une couche anti adhérente (91) sur la première paroi (11) d’un premier sac (10) et une couche de colle (92) assurant une liaison temporaire avec la couche anti- adhérente (91) et qui adhère aussi à la deuxième paroi (12) du sac (10) adjacent au premier sac (10), la couche de colle (92) étant apte à coller la première patte (13) sur la deuxième paroi (12) après le détachement du sac (10) hors de la pile (P).

2. Pile selon la revendication 1, dans laquelle la couche anti-adhérente (91) est portée par une bande (93) rapportée sur la première paroi (11).

3. Pile selon la revendication 1, dans laquelle la couche anti-adhérente s’étend sur toute la surface de la première paroi (11).

4. Pile selon l’une des revendication précédentes, caractérisée en ce qu’elle comporte des séparateurs (S) séparant un nombre prédéterminé de sacs (10).

5. Pile selon l’une des revendications précédentes, dans lequel la couche de colle (92) est réalisée avec une colle repositionnable.

6. Procédé de fabrication de sacs pour former une pile (P, P’) selon lequel on forme un boyau avec une bande de matériau flexible, on sépare une portion du boyau à l’avant du boyau en formant une première patte (13) à l’arrière de la portion de boyau, la première patte (13) prolongeant une première paroi (11) de la portion au-delà de l’extrémité d’une deuxième paroi (12) adjacente à la première paroi (11), on forme un sac (10) avec chaque portion de boyau en fermant l’avant de la portion de boyau (lb), et on forme une pile (P, P’) de sacs (10), la première paroi (11) d’un premier des sacs (10) étant contre la deuxième paroi (12) d’un deuxième sac (10) adjacent lié au premier sac par des moyens de liaison (9), caractérisé en ce qu’on dépose sur la première paroi (11) du premier sac (10) une couche anti-adhérente (91) et une couche de colle (92) sur la deuxième paroi (12) du deuxième sac (10) assurant une liaison temporaire avec la couche anti-adhérente (91) et formant ainsi les moyens de liaison (9), la couche de colle (92) étant apte à coller la première patte (13) sur la deuxième paroi (12) après le détachement du sac (10) hors de la pile (P, P’).

7. Procédé selon la revendication 6, selon lequel on ferme le sac (10) en collant une deuxième patte (14) issue de la deuxième paroi (12) sur la première paroi (11), on dépose la couche de colle (92) sur la couche anti adhérente (91) avant la formation de la pile (P), et on transfert la couche de colle (92) sur la deuxième paroi (12) du sac (10) adjacent lors de la formation de la pile (P).

8. Procédé selon la revendication 7, selon lequel on dépose sur la première paroi (11) une bande (93) comportant une couche de fixation (930), un substrat (931), la couche anti-adhérente (91) et la couche de colle (92), la bande (93) étant déposée sur la première paroi (11) du côté de la couche de fixation (930).

9. Procédé selon la revendication 7, selon lequel on dépose sur la première paroi (11) une bande (93) comportant une couche de fixation (930), un substrat (931) et la couche anti-adhérente (91), et on dépose dans une étape suivante la couche de colle (92) sur la couche anti-adhérente (91).

10. Procédé selon la revendication 6, selon lequel on ferme le sac (10) en collant une deuxième patte (14) issu de la première paroi (11) sur la deuxième paroi (12), on dépose la couche de colle (92) sur la deuxième paroi (12) et la couche anti-adhérente (91) sur la première paroi (11), la couche de colle (92) et la couche anti-adhérente (91) étant réunies lors de la formation de la pile (P).

11. Procédé selon l’une des revendications 6 à 10, selon lequel on dépose la couche de colle (92) en aval de la fermeture du fond du sac (10).

12. Machine de fabrication de sacs flexibles comportant un dispositif de forma tion de boyau (4) pour former un boyau à partir d’une bande de matériau flexible (la), un dispositif de séparation (3, 6) pour séparer une portion du boyau (lb) à l’avant du boyau (1) en formant une première patte (13) à l’arrière de la portion de boyau, la première patte (13) prolongeant une première paroi (11) de la portion au-delà de l’extrémité d’une deuxième paroi (12) adjacente à la première paroi (11), un dispositif de formation de fond (7) pour former un sac (10) avec chaque portion de boyau en fermant l’avant de la portion de boyau, et un dispositif d’empilement (8) pour former une pile (P) de sacs (10), la première paroi (11) d’un premier des sacs (10) étant contre la deuxième paroi (12) d’un deuxième sac (10) adjacent, la machine étant caractérisée en ce qu’elle comporte des pre miers moyens de dépose (2) pour déposer sur la première paroi (11) du premier sac (10) une couche anti-adhérente (91) et de deuxièmes moyens de dépose (5) pour déposer une couche de colle (92) sur la deuxième paroi (12) du deuxième sac (10) de telle sorte que la couche de colle (92) est en regard de la couche anti-adhérente (91) lorsque les sacs (10) sont empilés.

Description:
PILE DE SACS FLEXIBLES, PROCÉDÉ ET MACHINE DE FABRICATION DE

LADITE PILE

DOMAINE DE L’INVENTION

L’invention concerne des sacs d’emballage en matière flexible telle que du papier ou du film plastique, ou un assemblage des deux, les sacs étant rassem blés sous forme de pile. Elle concerne également un procédé et une machine prévus pour la fabrication desdits sacs et leur empilement.

ART ANTERIEUR

Dans le domaine de l’emballage, notamment alimentaire, on utilise large ment des sacs plats de matière flexible, pour vendre au détail des denrées telles que du pain, des fruits, des légumes ou des matières en vrac. De tels sacs sont souvent majoritairement en papier plus ou moins épais, mais peuvent aussi comporter des parties en matière synthétique plastique, par exemple transpa rente.

Un tel sac selon l’une des technique de fabrication connue comporte une première paroi et une deuxième paroi reliée entre elles directement ou par l’intermédiaire de soufflets selon une direction longitudinale. A l’une des ex trémités du sac dans la direction longitudinale, la première paroi est prolongée par une première patte qui dépasse de la deuxième paroi. A l’autre extrémité, une deuxième patte issu de la deuxième extrémité est plié, retourné et collé sur la première paroi afin de former un fond et fermer ainsi l’extrémité du sac. Dans un autre mode de réalisation, la deuxième patte est également dans le prolongement de la première paroi, de telles sorte que lorsque les deux pattes sont pliées, elles sont rabattues sur la deuxième paroi, laissant libre la première paroi. On parle dans ce cas de sac pochette. On réalise également des enve loppes de la même manière. Par la suite, le terme « sac pochette » désignera également une enveloppe.

Dans certains usages, on prévoit de coller la première patte sur la deuxième paroi pour fermer le sac ou l’enveloppe. L’une des techniques utilisées consiste à prévoir une couche de colle sur la deuxième paroi et de protéger celle-ci par une bande de protection en papier siliconé de telle sorte à être anti-adhérent. Lors de l’utilisation, la bande de protection est retirée et la première patte est plié et appliqué contre la couche de colle de manière à fermer l’extrémité du sac ou de l’enveloppe.

Pour former industriellement de tels sacs, on connaît une technique consis tant à former un boyau à partir d’une feuille continue en rouleau, à séparer des tronçons à partir de ce boyau et à fermer l’une des extrémités du tronçon pour former le sac. Le boyau peut aussi être constitué avec une partie en matière plastique, par exemple transparente, assemblée par collage avec le papier par recouvrement des bords respectifs.

Le document FR 786 579 montre plusieurs exemples de cette technique. La bande de papier est munie à intervalles réguliers de lignes de perforations transversales. Le boyau est formé en repliant chaque bord par dessus la partie centrale et en collant entre eux les deux bords le long d’une jonction centrale. Le boyau ainsi formé et aplati passe entre une paire de galets d’entraînement qui entraînent le boyau à une vitesse constante. Le boyau passe entre une paire de galets de séparation tournant avec une vitesse périphérique supérieure à celle des galets d’entraînement avant d’être entraîné vers un dispositif de pliage. L’un des galets de la paire de galets de séparation est évidé sur une grande partie de sa périphérie de sorte à n’entrer en contact avec l’autre galet que par intermittence. Lors de ce contact, le boyau est mis en tension entre les galets d’entraînement et les galets de séparation de manière à obtenir la séparation d’un tronçon issu du boyau au niveau des perforations, prévues de telle sorte que la première patte est formée dans le prolongement de la première paroi vers l’arrière du tronçon et la deuxième patte reste à l’avant du boyau dans le prolongement de la deuxième paroi. Cette deuxième patte se retrouvera sur le tronçon suivant. La partie avant du tronçon qui vient d’être séparée est alors saisie par le dispositif de pliage. La deuxième patte est encollée et repliée par le dispositif de pliage pour fermer la partie avant du tronçon. Le dispositif de pliage amène le sac terminé en position verticale sur une table sur laquelle les sacs s’accumule et forme une pile de sacs libres entre eux.

On trouve d’autres exemples de procédé et de machine pour produire de tels sacs dans le document FR 1 270 400 Al (uniquement pochette).

La pile de sacs est prévue pour une utilisation manuelle, qui répond à l’essentiel de la demande. Cependant, certaines utilisations demandent une productivité importante. Dans le cas de sacs à fermer, prévus avec un adhésif protégé par une bande pelable, la saisie de la bande ne peut être que manuelle et est délicate. De plus, il est nécessaire d’évacuer la bande qui forme un déchet.

Le document US 4 502 599 montre une pile de sacs flexibles, préférentiel lement en matière plastique, munis d’une colle repositionnable sur une patte et permettant de maintenir la fermeture du sac après rabattement de la patte. Dans la pile, la colle adhère au dos de la patte du sac adjacent. Une telle pile de sacs facilite les opérations d’emballages répétitives. Le retrait d’un sac de l’extrémité de la pile permet de dégager la couche de colle en la décollant de la couche anti-adhérente. Le sac est alors directement utilisable, sans avoir d’opé ration spécifique à faire pour libérer la couche de colle. Une fois empli, le sac peut être fermé en appliquant la première patte sur la couche de colle. Cepen dant, cette technique ne s’applique qu’aux sacs munis de colle repositionnable et ne permet pas n’obtenir une fermeture définitive.

OBJECTIFS DE L’INVENTION Pour résoudre ces problèmes l’invention vise à fournir une pile de sacs à fermer qui permette une utilisation productive. C’est un autre objectif de fournir un procédé et une machine pour produire une telle pile de sacs.

DESCRIPTION DE L’INVENTION

Avec ces objectifs en vue, l’invention a pour objet une pile de sacs flexibles, chaque sac comportant une première paroi flexible prolongée par une première patte à une première des extrémités du sac et une deuxième paroi flexible adjacente à la première paroi et de laquelle dépasse la première patte, la pile étant caractérisée en ce qu’elle comporte des moyens de liaison entre chaque sac, les moyens de liaison comportant une couche anti-adhérente sur la première paroi d’un premier sac et une couche de colle assurant une liaison temporaire avec la couche anti-adhérente et qui adhère aussi à la deuxième paroi du sac adjacent au premier sac, la couche de colle étant apte à coller la première patte sur la deuxième paroi après le détachement du sac hors de la pile.

Une telle pile de sacs ouvre de nouvelles perspectives pour faciliter les opé rations d’emballages répétitives. D’une part, le retrait d’un sac de l’extrémité de la pile permet de dégager la couche de colle en la décollant de la couche anti-adhérente. Le sac est alors directement utilisable, sans avoir d’opération spécifique à faire pour libérer la couche de colle. Une fois empli, le sac peut être fermé en appliquant la première patte sur la couche de colle. D’autre part, en tirant le sac hors de la pile, on provoque l’écartement de la première et de la deuxième paroi, ce qui réalise l’ouverture du sac qui est alors prêt à rece voir l’objet à emballer, éventuellement même avant d’être détaché de la pile. La colle est par exemple une colle acrylique sensible à la pression fournie par Henkel sous la dénomination Euromelt 707 ou Technomelt EM 707, ou encore Technomelt PS 8707. D’autres colles du même fournisseur sont également adaptées, par exemple Technomelt Henkel PS 578. Cette colle est applicable à chaud entre 150 et 180 °C. La couche anti-adhérente est typiquement à base d’un polymère de silicone.

Selon un premier mode de réalisation, la couche anti-adhérente est portée par une bande rapportée sur la première paroi. On prévoit ainsi de former la couche anti-adhérente sur un substrat qui est déposé et collé sur la paroi du sac. On dispose ainsi d’un grand choix de couche anti-adhérente et qui est mise en place sur la surface juste nécessaire, la qualité de la première paroi est conservée sur l’essentiel de sa surface.

Selon un deuxième mode de réalisation, la couche anti-adhérente s’étend sur toute la surface de la première paroi. Ceci dispense d’opération et de dispositif pour déposer la bande rapportée.

Selon un perfectionnement, la pile de sacs comporte des séparateurs sépa rant un nombre prédéterminé de sacs. En plus de servir de repère pour faciliter le comptage des sacs, les séparateurs peuvent servir de soutien pour faciliter la manipulation de la pile. Selon une variante, la couche de colle est réalisée avec une colle reposition- nable. Le sac peut alors est ouvert et refermé plusieurs fois par l’utilisateur.

Selon une autre variante, la couche de colle est réalisée avec une colle défi nitive. On réalise ainsi une fermeture de sécurité du sac, l’ouverture nécessitant de déchirer le sac. L’invention a aussi pour objet un procédé de fabrication de sacs pour former une pile telle que décrite précédemment, selon lequel on forme un boyau avec une bande de matériau flexible, on sépare une portion du boyau à l’avant du boyau en formant une première patte à l’arrière de la portion de boyau, la première patte prolongeant une première paroi de la portion au-delà de l’extrémité d’une deuxième paroi adjacente à la première paroi, on forme un sac avec chaque portion de boyau en fermant l’avant de la portion de boyau, et on forme une pile de sacs, la première paroi d’un premier des sacs étant contre la deuxième paroi d’un deuxième sac adjacent lié au premier sac par des moyens de liaison, caractérisé en ce qu’on dépose avant l’empilement sur la première paroi du premier sac une couche anti-adhérente et une couche de colle sur la deuxième paroi du deuxième sac assurant une liaison temporaire avec la couche anti-adhérente et formant ainsi les moyens de liaison, la couche de colle étant apte à coller la première patte sur la deuxième paroi après le détachement du sac hors de la pile.

On reprend ici le procédé classique de fabrication de sac plat dans lequel on ajoute une étape pour la pose d’une couche anti-adhérente et une étape pour la pose d’une couche de colle qui se retrouve ainsi réunies et pour former la pile de sacs tels que décrite précédemment. Selon un premier mode de réalisation du procédé, on ferme le sac en collant une deuxième patte issue de la deuxième paroi sur la première paroi, on dépose la couche de colle sur la couche anti-adhérente avant la formation de la pile, et on transfert la couche de colle sur la deuxième paroi du sac adjacent lors de la formation de la pile. Cette configuration concerne les sacs dont les pattes sont dans le prolongement de parois différentes. Avec les dispositifs de pliage connus, on entraîne les tronçons sur un tambour et on approche une lame transversale qui refoule la deuxième patte dans une rainure pour plier la patte. Auparavant, on a déposé de la colle sur la paroi opposée à celle que prolonge la deuxième patte. La deuxième patte est ensuite rabattue dans la suite de la rotation du tambour et est mise en contact avec la surface encollée, de manière ainsi à coller la deuxième patte et à fermer le fond du sac. Ainsi, la deuxième patte est toujours dans le prolongement de la paroi qui vient en contact avec le tambour sur la partie supérieure de celui-ci, pour pouvoir encoller la paroi opposée et effectuer le pliage. Dans le premier mode de réalisation, la paroi opposée à celle qui prolonge la première patte est la première paroi qui doit recevoir la couche anti-adhérente. Cependant, il n’est pas envisageable d’encoller la deuxième paroi en amont du tambour, car les sacs sont soutenus par cette deuxième paroi pendant leur transport. La couche de colle viendrait inévitablement en contact avec des rouleaux ou de bandes utilisées pour ce transport, ce qui réaliserait le collage des sacs sur ces éléments et n’est pas acceptable. Aussi, il est proposé de déposer la couche de colle sur la bande anti-adhérente qui est orientée vers le haut, et que celle-ci soit transférée sur la deuxième paroi et y adhère lors de l’empilement des sacs. Selon une première variante, on dépose sur la première paroi une bande comportant une couche de fixation, un substrat, la couche anti-adhérente et la couche de colle, la bande étant déposée sur la première paroi du côté de la couche de fixation. La dépose de la couche anti-adhérente et de la couche de colle sont réalisées simultanément, ce qui permet d’utiliser un seul dispositif pour la dépose de la couche anti-adhérente et de la couche de colle. La bande est préparée spécifiquement pour l’application, par dépose sur le substrat de la couche de fixation sur l’une des faces, et de la couche de colle sur l’autre face qui porte la couche anti-adhérente. Cette bande est manipulée par des rouleaux traités anti-adhérents qui viennent en contact avec la face portant la couche de colle et qui dépose la bande sur la paroi du sac. Les propriétés d’adhérence sont choisies de telle sorte que la bande reste collée sur la paroi par la couche de fixation et que la couche de colle se détache des rouleaux qui la portent et reste sur la bande.

De manière optionnelle, la couche de colle est protégée par une feuille de protection siliconée qui permet d’appuyer sur la bande lors de la dépose et qui est retirée juste après.

Selon une deuxième variante, on dépose sur la première paroi une bande comportant une couche de fixation, un substrat et la couche anti-adhérente, et on dépose dans une étape suivante la couche de colle sur la couche anti- adhérente. Cette variante permet d’utiliser une bande autoadhésive plus stan dard avec le dispositif de pose correspondant et laisse le choix de la nature de la colle pour la couche de colle.

Selon un deuxième mode de réalisation, on ferme le sac en collant une deuxième patte issu de la première paroi sur la deuxième paroi, on dépose la couche de colle sur la deuxième paroi et la couche anti-adhérente sur la première paroi, la couche de colle et la couche anti-adhérente étant réunies lors de la formation de la pile. Ce mode de réalisation concerne les sacs pochettes ou les enveloppes. La pose de la couche anti-adhérente peut se faire sur la bande de matériau flexible avant la formation du boyau, ou sur la boyau avant la séparation de celui-ci en tronçon ou sur les tronçons. La dépose de la couche de colle peut être faite juste en amont du dispositif de pliage, par le dispositif de pliage modifié lui-même en amont ou en aval du pliage.

Selon une variante, on dépose la couche de colle en aval de la fermeture du fond du sac. En fonction des machines existantes que l’on voudrait adapter pour mettre en œuvre ce procédé, il peut être intéressant de déposer la colle à cette phase du procédé.

L’invention a aussi pour objet une machine de fabrication de sacs flexibles comportant un dispositif de formation de boyau pour former un boyau à partir d’une bande de matériau flexible, un dispositif de séparation pour séparer une portion du boyau à l’avant du boyau en formant une première patte à l’arrière de la portion de boyau, la première patte prolongeant une première paroi de la portion au-delà de l’extrémité d’une deuxième paroi adjacente à la première paroi, un dispositif de formation de fond pour former un sac avec chaque portion de boyau en fermant l’avant de la portion de boyau, et un dispositif d’empilement pour former une pile de sacs, la première paroi d’un premier des sacs étant contre la deuxième paroi d’un deuxième sac adjacent, la machine étant caractérisée en ce qu’elle comporte des premiers moyens de dépose pour déposer sur la première paroi du premier sac une couche anti-adhérente et de deuxièmes moyens de dépose pour déposer une couche de colle sur la deuxième paroi du deuxième sac de telle sorte que la couche de colle est en regard de la couche anti-adhérente lorsque les sacs sont empilés.

BREVE DESCRIPTION DES FIGURES

D’autres avantages pourront encore apparaître à l’homme du métier à la lecture des exemples ci-dessous, illustrés par les figures annexées, donnés à titre illustratif, parmi lesquelles : la figure 1 est une vue en perspective d’une pile de sac conforme à un premier mode de réalisation de l’invention ; la figure 2 est une vue similaire à la figure 1 d’une pile de sacs conforme à un deuxième mode de réalisation ; la figure 3 est une vue d’un sac isolé de la pile de la figure 1, vu du côté de la première face ; la figure 4 est une vue du sac de la figure 3, vu du côté de la deuxième face ; la figure 5 est une vue schématique d’une machine pour fabriquer une pile de sacs conformes au premier mode de réalisation de l’invention ; la figure 6 est une vue partielle en coupe de la pile de la figure 1, la figure 7 est une vue similaire à la figure 5 d’une machine pour fabriquer une pile de sacs conformes au deuxième mode de réalisation de l’invention.

DESCRIPTION DETAILLEE

Une pile P de sacs 10 flexibles selon un premier mode de réalisation de l’invention, est montré sur la figure 1. Chaque sac 10 de la pile P comporte, comme montré sur les figures 3 et 4, une première paroi 11 flexible prolongée par une première patte 13 à une première 101 des extrémités du sac 10 et une deuxième paroi 12 flexible adjacente à la première paroi 11 et de laquelle dépasse la première patte 13. Le sac 10 comporte en outre une deuxième patte 14 issue de la deuxième paroi 12 repliée et collée sur la première paroi 11 pour fermer le sac 10 à la deuxième extrémité 102, opposée à la première extrémité 101, comme montré sur la figure 3.

La pile P comporte des moyens de liaison 9 entre chaque sac 10. Ces moyens de liaison 9 comportent une couche anti-adhérente 91 sur la première paroi 11 d’un premier sac 10, telle que représentée sur la figure 3, et une couche de colle 92 assurant une liaison temporaire avec la couche anti-adhérente 91 et qui adhère aussi à la deuxième paroi 12 du sac 10 adjacent au premier sac 10, comme représenté sur la figure 4. La couche de colle 92 est apte à coller la première patte 13 sur la deuxième paroi 12 après le détachement du sac 10 hors de la pile P afin de fermer la première extrémité 101 du sac 10.

La couche anti-adhérente 91 est par exemple portée par une bande rappor tée sur la première paroi 11, comme montré sur la figure 6.

Dans un deuxième mode de réalisation de l’invention, la pile P’ comporte des séparateurs S séparant un nombre prédéterminé de sacs 10’, comme repré senté sur la figure 2. Chaque séparateur est fixé par collage sur l’un des sacs qui l’entoure. Dans cette exemple, les sacs 10’ sont des sacs enveloppe, c’est- à-dire que la première 13’ et la deuxième patte 14’ sont issues de la première paroi, seule la deuxième paroi 12’ étant visible sur la figure 2. La couche de colle 92 peut être réalisée avec une colle repositionnable ou avec une colle permanente.

Une machine de fabrication de pile P de sacs 10, tel que montrée sur la figure 5, comporte de manière connue en soi une station 4 de formation d’un boyau 1 à partir d’une bande d’un matériau la flexible tel que du papier brut ou préimprimé, un film d’aluminium ou de plastique ou équivalent ou un mélange de ces matières. La bande de matériau la est dévidée d’une bobine sur un dévidoir, non représentés. Elle peut être imprimée préalablement ou à la sortie du dévidoir. Le boyau 1 est formé avec ou sans soufflets, mais cette caractéristique n’a pas d’incidence sur l’invention. La machine comporte ensuite successivement, dans le sens du transport du boyau 1 indiqué par la flèche Fl, une paire de rouleaux de maintien 3, une paire de rouleaux arracheurs 6, une station de formation du fond 7 puis une station d’empilage 8 pour former la pile P de sacs 10.

Pour mettre en œuvre spécifiquement un procédé selon l’invention, la ma- chine comporte en outre des premiers moyens de dépose 2 pour déposer la couche anti-adhérente 91 et des deuxièmes moyens de dépose 5. Les premiers moyens de dépose 2 sont par exemple prévus pour déposer une bande 93 de papier siliconé autocollante, c’est-à-dire comportant une couche de fixation 930 qui est amenée en contact avec le boyau 1 pour y être déposé. Dans un exemple non représenté, de la colle est d’abord déposée sur le boyau, puis la bande siliconée 93 est déposé sur la zone encollée pour y être collée, la face anti-adhérente 91 restant apparente. Le document GB390455 montre un exemple de procédé de dépose d’un renfort en papier sur un boyau qui peut être utilisé ici pour la dépose de la bande anti-adhérente.

La bande 93 comporte par exemple la couche de fixation 930, un substrat 931 et la couche anti-adhérente 91, la bande 93 étant déposée sur la première paroi 11 du côté de la couche de fixation 930.

Les deuxièmes moyens de dépose 5 sont prévus pour déposer une couche de colle 92 sur la bande siliconée, c’est-à-dire sur la couche anti-adhérente 91.

Le fonctionnement de la machine est maintenant décrit dans les grandes lignes, le détail de la fabrication d’un sac 10 étant déjà connu. La bande de matériau la flexible est déroulée, munie de lignes de perforations transversales à intervalle régulier puis formée en boyau 1. Le boyau 1 reçoit la couche a nti- adhérente 91 par les premiers moyens de dépose 2 sur une première paroi 11 du boyau puis est séparé en tronçons lb à l’avant du boyau 1 par la combinaison de l’action des paires de rouleaux de maintien 3 et arracheurs 6, d’une manière connue en soi. La séparation est réalisée le long des lignes de perforations qui ont été prévues de telle sorte que la première paroi 11 flexible du boyau 1, en partie supérieure, est prolongée par une première patte 13 à une première 101 des extrémités du sac 10 vers l’arrière du tronçon, et une deuxième patte 14 prolonge la deuxième paroi 12, en partie inférieure du boyau à la deuxième extrémité 102 vers l’avant du tronçon. Une couche de colle 92 est déposée sur la couche anti-adhérente 91 par les deuxièmes moyens de dépose 5. D’une manière connue en soi, la deuxième patte 14 est repliée sur la première paroi 11 et collée afin de fermer le sac 10 par le dispositif de formation de fond 7. Finalement, les sacs 10 arrivent sur la station d’empilage 8 où ils sont arrêtés en position verticale, la première paroi 11 du sac 10 qui arrive se plaçant le long de la deuxième paroi 12 du sac 10 qui l’a précédé. Lorsque les sacs 10 sont ainsi côte-à-côte, la couche de colle 92 portée par la couche anti-adhérente 91 vient en contact avec la deuxième paroi 12 du sac 10 précédent et y adhère. La pile P selon l’invention est ainsi constituée.

Dans un deuxième mode de réalisation de l’invention, les sacs 10’ sont du type enveloppe, dits également pochette, c’est-à-dire que les deux pattes prolongent la première paroi, comme représenté sur la figure 2. Dans le procédé de fabrication connu de ce type de sac 10’, la première paroi est en position inférieure, et la deuxième paroi 12’ en position supérieure. La machine, comme représentée sur la figure 7, est modifiée par l’insertion d’une paire de rouleaux supplémentaire 6’, entre les paires de rouleaux de maintien 3 et de rouleaux arracheurs 6, et une étape d’arrachement supplémentaire enlève un déchet à la première extrémité 101 du tronçon de boyau lb afin de former la première patte 13’ en prolongement de la première paroi en position inférieure.

Dans cette configuration, les premiers moyens de dépose2’ opèrent sur la première paroi, donc en position inférieure, pour déposer la couche anti- adhérente 91, tandis que les deuxièmes moyens de dépose 5’ agissent toujours en partie supérieure, pour déposer la couche de colle 92 sur la deuxième paroi 12’. Lorsque le sac 10’ arrive sur la station d’empilage, le sac 10’ précédent présente sa première paroi 11, munie de la couche anti-adhérente 91, laquelle s’assemble avec la couche de colle 92 sur la deuxième paroi 12’ du sac 10’ qui arrive pour former les moyens de liaison 9. De manière intermittente, les séparateurs S sont déposés sur le sac en aval du dispositif de formation de fond 7 par de troisièmes moyens de dépose 50.

L’invention n’est pas limitée aux modes de réalisation qui ont été décrits à titre d’exemple. Les deuxièmes moyens de dépose pourraient être intégrés au dispositif de formation de fond 7 afin de déposer la couche de colle 92 au plus tard dans le parcours du sac 10. De même, les premiers moyens de dépose 2 pourraient être placés après les rouleaux arracheurs 6 ou également intégrés au dispositif de formation de fond 7. Dans ce cas, la bande que l’on dépose sur la première paroi 11 peut comporter la couche de fixation 930, le substrat 931, la couche anti-adhérente 91 et la couche de colle 92, la bande étant déposée sur la première paroi 11 du côté de la couche de fixation. Afin de rendre possible la manipulation de la bande, celle-ci est protégée par une feuille de protection qui est retirée après la dépose de la bande sur le tronçon de boyau. Les sacs présentés sont plats, mais ils pourraient tout aussi bien être prévus avec des soufflets latéraux, formés lors de la formation du boyau.