Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
SYSTEM FOR ANCHORING OF OBJECTS IN THE GROUND
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2001/071103
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns an anchoring system designed to be driven into a surrounding environment, to be anchored therein by means of an assembly of anchorage pins (1, 2) each passing through it obliquely relative to the ground surface, capable after being anchored, of receiving and immobilising an object to be anchored in said surrounding environment. Said system consists of an anchoring head provided with means for fixing the object to be received and anchored, and sleeves (5) for linear guiding and fitting said pins (1) passing through them, arranged in accordance with the inclination in which they have been driven into the ground, said means guiding and fitting (5) the pins being fixed or detachable on said anchoring head.

Inventors:
Dejoux, André (33 rue de Fontarabie Paris, F-75020, FR)
Liesse, Maurice (4 Logis de la Pie Saint-Maur, F-94100, FR)
Application Number:
PCT/FR2001/000853
Publication Date:
September 27, 2001
Filing Date:
March 22, 2001
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
Dejoux, André (33 rue de Fontarabie Paris, F-75020, FR)
Liesse, Maurice (4 Logis de la Pie Saint-Maur, F-94100, FR)
International Classes:
E02D5/80; E04H12/22; (IPC1-7): E02D5/80; E04H12/22
Foreign References:
US2826281A
US4452018A
US4052827A
US5873679A
US4706921A
US5039256A
GB411945A
US3852931A
Attorney, Agent or Firm:
Dejoux, André (33 rue de Fontarabie Paris, F-75020, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. : 1) Système d'ancrage interface de liaison rigide ou semiélastique entre un objet ou une structure métallique et le sol, en mobilisant la résistance d'un volume dudit sol en fonction de la nature et de l'importance des efforts d'arrachement et/ou d'enfoncement auxquels est soumis ledit système et de la résistance dudit sol, ledit système comprenant ledit interface ou tte d'ancrage TA, simple ou multiple, ladite TA étant munie de moyens fixes ou démontables, de guidage linéaire d'enfoncement et d'encastrement de pieux d'ancrage traversant obliquement le sol, lesdits moyens de guidage étant disposés sur la TA selon l'inclinaison d'enfoncement desdits pieux, en ce que ladite TA, est munie de moyens d'immobilisation rigides ou élastiquement déformables dudit objet ou de la structure à ancrer.
2. Système d'ancrage selon la revendication 1, caractérisé en ce que les moyens de guidage linéaires et d'encastrement des pieux d'ancrage (fig. 3 à 12) sont des fourreaux de forme tubulaire de section carrée, cylindrique, triangulaire ou en queue d'aronde, selon la forme de la section des pieux utilisés, en ce que lesdits fourreaux sont soudés sur la TA.
3. Système d'ancrage selon la revendication 1, caractérisé en ce que lesdits fourreaux démontables (fig. 14 à 19) de guidage linéaire de pieux d'ancrage, de section en cornière, Té, croix, H ou tube, sont constitués par des plaques de tôle pliées selon la forme des pieux à recevoir, guider et immobiliser et comportant des pattes de fixation par vis sur les faces verticales ou obliques de la TA 4) Système d'ancrage selon les revendications 1 et 3, caractérisé en ce que les fourreaux démontables (fig. 14 à 19) rapportés vissés sur la TA, comportent, interposées entre eux mmes et la TA, des rondelles élastiquement déformables, en ce que le serrage desdits fourreaux sur la TA est effectué après enfoncement des pieux dans le sol pour rendre lesdits pieux solidaires de la TA.
4. Système d'ancrage selon les revendications 1,3 et 4, caractérisé en ce que lesdits fourreaux démontables sont fixes sur de grandes structures métalliques multiples à parois verticales (fig. 72 à 75), par l'intermédiaire de supports (307,3Q8) inclinés à 1'angle d'enfoncement des pieux et comportant des moyens de fixation desdits fourreaux, en ce que lesdits supports sont soudés de part et d'autre de ladite structure, à un pas régulier fonction de la nature du sol et des efforts à supporter.
5. Système d'ancrage selon rune des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu'il comporte des TA munies d'au moins deux à six parois inclinées à 1'angle d'enfoncement des pieux dans le sol, aménagées pour recevoir chacune au moins un fourreau fixe ou démontable.
6. Système d'ancrage selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu'il comporte des TA munies d'au moins deux à six parois verticales non séparées (fig. 30 à 36), aménagées pour recevoir sur chacune d'elles au moins un fourreau fixe ou démontable, incliné à 1'angle d'enfoncement des pieux dans le soL 8) Système d'ancrage selon la revendication 1, caractérisé en ce qu'il comporte des TA démontables munies d'au moins deux à quatre parois verticales séparées (fig. 22 à 29), aménagées pour recevoir sur chacune d'elles des moyens fixes de guidage (29,30) inclinés à 1'angle d'enfoncement des pieux dans le sol et des moyens de serrage, rigides ou élastiquement déformables (111), des pieux entre lesdites parois en fin d'enfoncement desdits pieux.
7. Système d'ancrage selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisé en ce que les fourreaux de guidage et de fixation des pieux sont rapportés, soudés ou vissés, directement sur 1'objet à ancrer.
8. Système d'ancrage selon l'une des revendications 1 à 5, caractérisé en ce qu'il comporte des TA multiples de grande longueur (fig. 66 à 75), munies chacune d'une pluralité de fourreaux (280), sont assemblées avec des pièces de jonction d'angle (269,274) et des traverses (283) de rigidification, pour former l'assise de bâtiments préfabriqués ou non, en ce que la partie supérieure (254) desdites TA reçoit en appui des panneaux ou éléments préfabriqués P qui sont soit immobilisés sur elle directement par soudure, soit au moyen de profilés (255), soudés en partie basse des panneaux P et fixés par vis (256) sur la TA.
9. Système d'ancrage selon l'une des revendications 1 à 5 et 10, caractérisé en ce que 1'ancrage de panneaux préfabriqués de bâtiments sur la TA est assuré élastiquement sur une structure métallique rigide mécanosoudée (fig. 67 à 75) après interposition d'un ensemble de lames de ressort (RI, R2... Rn) entre le dessous desdits panneaux (P) et le dessus de la structure d'ancrage et de chaînage, la fixation desdits panneaux sur ladite structure étant assurée au moyen de vis (261) écrous (263) et contre écrous (263) et de profilés (255) solidaires desdits panneaux (P).
10. Système d'ancrage selon rune des revendications 1 à 5 et 10, caractérisé en ce qu'il comporte une TA constituée en structure maillée de répartition d'efforts dans le sol au moyen d'un ensemble de pieux immobilisés rigidement ou élastiquement sur des fourreaux correspondants de la TA.
11. Système d'ancrage selon les revendications 1 et 8, caractérisé en ce qu'il comporte des TA (fig. 22,23) constituées de deux parois verticales séparées (70,71) disposées en regard, formant entre elles des fourreaux de guidage de piquets (74,75) constitués par des rainures continue (72,73), lesdits piquets sont immobilisés au fond de cellesci, après leur enfoncement par un moyen (78,81) de serrage démontable rapprochant lesdites parois, en ce qu'elle comporte un bossage (77) de fixation de cordage.
12. Système d'ancrage selon les revendications 1 et 7, caractérisé en ce qu'il comporte un corps de TA à parois verticales (fig. 36,37) muni, en partie supérieure, d'au moins un moyen (163) de fixation d'un poteau (161) encastré dans ladite TA, destiné à immobiliser un moyen complémentaire (162) solidaire dudit poteau, ladite TA comporte au moins deux fourreaux d'ancrage.
13. Système d'ancrage selon les revendications 1,6 et 7 et caractérisé en ce qu'il comporte des TA à parois verticales ou inclinées, agencées pour résister préférablement à un effort unidirectionnel au ras du sol (fig. 31, 3940), elles intègrent au moins trois à cinq fourreaux de guidage dont au moins deux à trois (141,142,179) disposés symétriquement à reffort de traction (F) selon un angle total maximum de 9 inclinés dans le sens d'enfoncement des pieux et au moins un troisième fourreau (143,177,181) disposé obliquement à carrière.
14. Système d'ancrage selon la revendication 1, caractérisé en ce qu'il comporte des TA réalisées en fonderie, elles comportent deux à six fourreau (226,233) équidistants solidarisés à un moyeu central (229,234,241,242) par des nervures (235,240,243), ledit moyeu central comportant dans son axe vertical un trou taraudé (231).
15. Système d'ancrage selon les revendications 1 et 16, caractérisé en ce que des fourreaux simples ou doubles (fig. 57) sont rapportés de façon démontable sur la partie centrale (245, 246,247) de TA à deux à six bras (245,246,247) réalisées en fonderie (fig. 61 à 65), chacun par un axe comportant un moyen d'orientation dudit fourreau (225) et une extrémité filetée de fixation sur la partie centrale (245,246,247).
16. Système d'ancrage selon rune des revendications précédentes, caractérisé en ce 1'objet (330,340) est ancré élastiquement en traction ou en compression sur la TA au moyen de vis (332,341) sur lesquelles sont engagées et mises en précontrainte des rondelles élastiquement déformables (331), au moyen d'écrous et contre écrous.
17. Système d'ancrage selon rune des revendications 1 à 5, caractérise en ce que le moyen (65) de fixation du pieux sur son fourreau est rigide (fig. 21).
18. Système d'ancrage selon rune des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comporte un moyen assurant le positionnement rigide et rorientation des TA pendant 1'enfoncement des pieux dans le sol (fig. 78,79).
Description:
SYSTEME D'ANCRAGE D'OBJETS DANS LE SOL L'invention concerne un système d'ancrage simple ou multiple d'objets au sol soit par haubanage, soit par fixation directe par boulonnage sur au moins une tte d'ancrage enfoncée dans le sol sans avoir à effectuer préalablement de trou, dans lequel elle est maintenue au moyen de pieux la traversant et présentant une résistance à l'arrachement et à renfoncement fonction de la taille de la tte d'ancrage, de la nature du sol, du nombre, des dimensions et de la longueur des pieux d'ancrage.

Les moyens d'ancrage connus sont principalement utilisés pour fixer au sol des poteaux de clôture, ces poteaux ne sont tenus que sur un seul niveau par rapport à l'ancrage.

Ce type d'ancrage n'est pas prévu pour résister à des efforts très importants d'arrachement du fait qu'il n'intéresse qu'un faible volume du sol.

Le brevet EP 0 483 158 présente également des ancrages de poteaux plus résistants que ceux de fixation de clôture, et un plot fig. 13 et 14 qui peut résister à des efforts d'arrachement importants. Ce plot d'ancrage peut tre utilisé pour fixer un objet par vis, ou crochet de haubanage à partir d'un filetage vertical 27. Sa capacité d'arrachement est cependant limitée. Du fait qu'il ne porte, mme en grandes dimensions, que sur un relativement faible volume du sol avec ses quatre étais traversiers et qu'il ne comporte qu'un seul trou taraudé de fixation d'objets au soL. De plus les trous de passage des étais ne sont pas percés dans le sens d'enfoncement des étais qui s'appuient sur des angles et se matent rapidement, ce qui crée un jeu entre le plot et ses traversiers.

D'une façon générale, les ttes d'ancrage ou TA existantes comportent un maximum de six étais traversiers d'ancrage. Or la force d'ancrage d'une TA est relative à la résistance du sol, au volume du scl mis en oeuvre par les étais et la longueur et la section de ceux-ci. Leur longueur est limitée. Pour des étais de L = 3 mètres, le diamètre maximum du cône de sol mis en oeuvre par lesdits étais est de 4,2 mètres. Ces TA sont donc limitées en capacité d'ancrage au cône de terrain mis en oeuvre.

Les problèmes à résoudre par un système d'ancrage efficace sont les suivants : o adaptation à tous les types de sols, meubles, sableux, argileux, ferme, humide ; adaptation à tous les types de charges, de faibles à très fortes, simples ou multiples, à renfoncement ou à l'arrachement, verticales ou obliques ou horizontale, d'orientation fixe ou variable selon le sens du vent : unidirectionnelle, bidirectionnelle, quadridirectionnelle, multiple pour 1'ancrage des structures complexes ; aptes à mettre en oeuvre un volume de terrain non limité à un seul cône de sol ;

tre très simples et peu onéreux nécessitant des moyens très réduits et un temps très cours de mise en oeuvre sans préparation préalable au sol ; * tre utilisable par groupes solidaires pour supporter des efforts d'arrachement considérables sur une embase commune au groupe ou par assemblage d'éléments linéaires ; v utilisation de diverses formes et rigidité de pieux d'ancrage en fonction de la nature du sol et des efforts d'arrachement et/ou d'enfoncement ; éviter le matage des ttes d'ancrage contre les pieux d'ancrage ; * tre apte à supporter des vibrations au niveau de la liaison entre les pieux, la tte d'ancrage et 1'objet à ancrer ; v tre apte à se démonter facilement et rapidement dans le cas d'ancrages provisoires, aussi bien de très courte durée que de durée indéterminée, en débarrassant complètement le terrain ; * pouvoir immobiliser les pieux sur la TA pour éviter le matage des pieux par les vibrations engendrées notamment par le vent ou retransmises par le terrain, la prise de jeu entre les pieux et la TA étant nuisible à la bonne tenue de 1'objet ancré ; * tre apte à ancrer de très grosses et lourdes structures telles que des murs, des bâtiments préfabriqués en éléments assemblés sans fondations préalables ni radiers, ni dalles de répartition des charges ; o tre apte à « armer » la terre dans les zones en pente à risque de glissement de ; pour consolider des digues de terre et toutes autres applications où il est nécessaire d'utiliser la résistance du sol pour le maintenir lui-mme. mise en oeuvre par n'importe quel type de personnel, sans savoir faire particulier à partir d'une simple notice.

Le système d'ancrage selon l'invention résout complètement tous ces problèmes.

Ce système d'ancrage peut tre présenté comme un interface de liaison rigide ou semi- élastique entre un objet ou une structure métallique et le sol, en mobilisant la résistance d'un volume dudit sol en fonction de la nature et de l'importance des efforts d'arrachement et/ou d'enfoncement auxquels est soumis ledit système et de la résistance dudit sol, ledit système comprenant ledit interface ou tte d'ancrage TA, simple ou multiple, ladite TA étant munie de moyens fixes ou démontables, de guidage linéaire d'enfoncement et d'encastrement de pieux d'ancrage traversant obliquement le sol, lesdits moyens de guidage étant disposés sur la TA selon l'inclinaison d'enfoncement desdits pieux. La TA, est munie de moyens d'immobilisation rigides ou élastiquement déformables dudit objet ou de la structure à ancrer.

Les moyens de guidage linéaires et d'encastrement des pieux d'ancrage (fig. 3 à 12) sont des fourreaux de forme tubulaire de section carrée, cylindrique, triangulaire ou en queue d'aronde, selon la forme de la section des pieux utilisés. Ils sont soudés sur la TA ou démontables (fig. 14 à 19) et assurent le guidage linéaire de pieux d'ancrage, de section en cornière, Té, croix, H ou tube. Ils sont constitués par des plaques de tôle pliées selon la forme des pieux à recevoir, guider et immobiliser et comportant des pattes de fixation par vis sur les faces verticales ou obliques de la TA et comportent des renforts de rigidification.. Ces fourreaux démontables (fig. 14 à 19), rapportés vissés sur la TA, comportent, interposées entre eux-mmes et la TA, des rondelles élastiquement déformables. Le serrage desdits fourreaux sur la TA est effectué après enfoncement des pieux dans le sol pour rendre lesdits pieux solidaires de la TA.

Ces fourreaux démontables peuvent tre fixés sur de grandes structures métalliques multiples à parois verticales (fig. 72 à 76), par exemple pour remplacer les fondations traditionnelles de bâtiments, par l'intermédiaire de supports inclinés à l'angle d'enfoncement des pieux et comportant des moyens de fixation desdits fourreaux. Ces supports de fourreaux sont soudés de part et d'autre de ladite structure, à un pas régulier fonction de la nature du sol et des efforts à supporter.

Selon un premier mode de réalisation, le système comporte des TA munies d'au moins deux à six parois inclinées à 1'angle d'enfoncement des pieux dans le sol, aménagées pour recevoir chacune au moins un fourreau fixe ou démontable (fig. 38 à 48).

Selon un second mode de réalisation, le système comporte des TA munies d'au moins deux à six parois verticales non séparées (fig. 30 à 36), aménagées pour recevoir sur chacune d'elles au moins un fourreau fixe ou démontable, incliné à 1'angle d'enfoncement des pieux dans le sol.

Selon un troisième mode de réalisation, le système comporte des TA démontables munies d'au moins deux à quatre parois verticales séparées (fig. 22 à 29), aménagées pour recevoir sur chacune d'elles des moyens fixes de guidage inclinés à 1'angle d'enfoncement des pieux dans le sol et des moyens de serrage des pieux, rigides ou élastiquement déformables, entre lesdites parois en fin d'enfoncement desdits pieux.

Selon un quatrième mode de réalisation, le système comporte des fourreaux de guidage et de fixation des pieux rapportés, soudés ou vissés, directement sur 1'objet à ancrer.

Selon un cinquième mode de réalisation, le système comporte des TA multiples de grande longueur (fig. 66 à 76), munies chacune d'une pluralité de fourreaux assemblées avec des

pièces de jonction d'angle et des traverses de rigidification, pour former rassise de bâtiments préfabriqués ou non ; la partie supérieure desdites TA reçoit en appui des panneaux ou éléments préfabriqués qui sont soit immobilisés sur elle directement par soudure, soit au moyen de profilés soudés en partie basse des panneaux et fixés par vis sur la TA.

Selon un sixième mode de réalisation du système, 1'ancrage de panneaux préfabriqués de bâtiments sur la TA est assuré élastiquement sur une structure métallique rigide mécanosoudée (fig. 67 à 76) après interposition d'un ensemble de lames de ressort entre le dessous desdits panneaux et le dessus de la structure d'ancrage et de chaînage, la fixation desdits panneaux sur ladite structure étant assurée au moyen de vis, écrous et contre écrous et de profilés solidaires desdits panneaux.

Selon un septième mode de réalisation, le système comporte des TA constituées en structure maillée de répartition d'efforts dans le sol au moyen d'un ensemble de pieux immobilisés rigidement ou élastiquement sur des fourreaux correspondants de la TA.

Selon un huitième mode de réalisation, le système comporte des TA (fig. 22,23) constituées de deux parois verticales séparées disposées en regard, formant entre elles des fourreaux de guidage de piquets constitués par des rainures continues, lesdits piquets sont immobilisés au fond de celles-ci après leur enfoncement par un moyen de serrage démontable rapprochant lesdites parois, en ce qu'elle comporte un bossage de fixation de cordage de haubanage de tentes.

Selon un neuvième mode de réalisation, le système comporte des TA à parois verticales (fig. 36,37) munies, en partie supérieure, d'au moins un moyen de fixation d'un poteau encastré dans ladite TA, destiné à immobiliser un moyen complémentaire solidaire dudit poteau, ladite TA comportant au moins deux fourreaux d'ancrage.

Selon un dixième mode de réalisation, le système comporte des TA à parois verticales ou inclinées, agencées pour résister préférablement à un effort unidirectionnel au ras du sol (fig. 31, 39-40), elles intègrent au moins trois à cinq fourreaux de guidage dont au moins deux à trois disposés symétriquement à 1'effort de traction selon un angle total maximum de 90° inclinés dans le sens d'enfoncement des pieux et au moins un troisième fourreau disposé obliquement à l'arrière.

Selon un onzième mode de réalisation, le système comporte des TA réalisées en fonderie, elles comportent deux à six fourreau équidistants solidarisés à un moyeu central par des nervures, ledit moyeu central comportant dans son axe vertical un trou taraudé. Des fourreaux simples ou doubles (fig. 57) sont rapportés de façon démontable sur la partie

centrale de TA à deux à six bras réalisées en fonderie (fig. 61 à 65), chacun par un axe comportant un moyen d'orientation dudit fourreau et une extrémité filetée de fixation sur la partie centrale.

Selon un douzième mode de réalisation du système, 1'objet est ancré élastiquement en traction ou en compression sur la TA au moyen de vis sur lesquelles sont engagées et mises en précontrainte des rondelles élastiquement déformables au moyen d'écrous et contre écrous.

Selon un treizième mode de réalisation du système comporte la fixation du pieux sur son fourreau est réalisé de façon rigide (fig. 21) au moyen d'un boulon traversant le pieu et son fourreau.

Le système comporte un moyen assurant le positionnement rigide et l'orientation des TA pendant l'enfoncement des pieux dans le sol (fig. 79,80).

Avantages du système d'ancrage selon l'invention : e Mise en oeuvre immédiate sans préparation ou avec une préparation très limitée pour les grands chantiers de bâtiment.

'Mise en oeuvre facile mme dans des sites inaccessibles aux engins de travaux publics.

Très grande robustesse des ancrages, très bonne tenue à l'enfoncement et à l'arrachement sous charge alternée, mme en présence d'efforts courts et très violents du fait que les pieux d'ancrage sont rendus solidaires de la structure d'ancrage et que des amortissements élastiques sont prévus entre 1'objet ou la masse à ancrer et la structure d'ancrage. v Absence de limitation de charge à renfoncement et à l'arrachement par rapport aux solutions traditionnelles s'appuyant sur des pieux verticaux travaillant uniquement au frottement vertical dans le sol ou sur les plots d'ancrage ponctuels. Les efforts sont répartis sur un grand volume de sol et non sur une surface de fondation.

'Suppression des dalles et radiers de répartition de charge et des terrassements de fondations.

* Excellente tenue d'ancrage dans les fonds marins ou fluviaux, en milieu aquatique par rapport aux ancrages classiques dans ces milieux * Grande simplicité et rapidité de mise en oeuvre, gain important en temps et en coût par rapport aux solutions traditionnelle de scellement par masse de béton, du fait de rabsence de temps d'attente de séchage du béton et de diminution des temps de déplacement Facilité de démontage de la structure d'ancrage des installations provisoires.

Permet la construction de bâtiments sur des terrains relativement instables.

Permet de mettre en oeuvre des structures parasismiques à faible coût par rapport aux solutions classiques.

* Applications innombrables dans des domaines très divers avec une très grande fiabilité.

L'invention sera mieux comprise à la lecture du texte qui suit, en regard des dessins annexés donnés à titre d'exemples non limitatifs des types d'ancrages réalisables avec le système selon l'invention, dans lesquels : e les figures 1 et 2 montrent schématiquement les efforts mis en jeu dans le sol par les pieux d'une TA simple ; les figures 3 à 13 montrent des exemples de glissières ou fourreaux de guidage des pieux d'ancrage sur les différentes TA ; les figures 14 à 21 montrent des exemples de moyens de guidage des pieux d'ancrage permettant, en fin d'enfoncement desdits pieux, de les immobiliser sur leur TA ; e les figures 22 à 24 montrent des exemples de TA à paroi verticale comportant des moyens de guidage et d'immobilisation de pieux plats à renfort ; e les figures 25 à 29 montrent des exemples de TA à parois verticales à deux, trois et quatre pieux d'ancrage en forme de croix et de Té ; les figures 30 à 37 montrent divers exemples de configurations de TA à parois verticales ; les figures 38 à 48 montrent divers exemples de configurations de TA à parois obliques et leurs moyens d'ancrage ; les figures 49 à 56 montrent divers exemples de mode de fixation d'objets sur des TA ; w les figures 57 à 65 montrent divers exemples de configurations de TA réalisées en fonderie ; les figures 66 à 75 montrent divers exemples de configurations de TA multiples d'assise et d'ancrage de chaînage de bâtiments ; * les figures 76 et 77 montrent des exemples de moyens amortisseurs de vibrations entre les TA et 1'objet à ancrer ; les figures 78 et 79 montrent un exemple de moyen de maintien de l'orientation et de la position des TA pendant renfoncement des pieux d'ancrage ; les figures 1 et 2 montrent schématiquement les efforts mis en jeu dans le sol par les pieux 1,2,3,4 d'une TA 5. La flèche 6 montre le sens des efforts d'enfoncement et d'arrachement s'exerçant sur la TA. Ces efforts, dans le cas d'un pylône, peuvent varier continuellement selon les changements de sens du vent. Les efforts que peut supporter la tte d'ancrage sont directement proportionnels, à renfoncement sur le cône de terre inférieur 7 de diamètre C, et la masse située dessous et à l'arrachement sur le cône C de terre supérieur 8.

A renfoncement la TA peut supporter des efforts beaucoup plus importants qu'à l'arrachement. On voit que si ron veut pouvoir supporter des efforts plus importants, il faut mettre en oeuvre un volume de sol proportionnel aux efforts à supporter. Le vent provoque des vibrations sur 1'objet ancré, d'autant plus importantes que sa surface exposée au vent est grande. Ces vibrations se transmettent de la TA aux pieux d'ancrage. Si la liaison entre les pieux d'ancrage et la TA présente le moindre jeu, celui-ci va s'amplifier plus ou moins rapidement par matage des pieux dans la TA au détriment de cette liaison. Il est donc indispensable de pouvoir bien guider, voir encastrer les pieux dans un logement approprié de la TA et après enfoncement, de lier rigidement les pieux à la TA pour éviter la prise de jeu engendrant ce matage. Il apparaît également indispensable d'introduire un moyen d'amortissement des efforts exercés par 1'objet, au niveau de la fixation de 1'objet à ancrer sur la TA.

Les figures 3 à 13 montrent des exemples de glissières ou fourreaux de guidage des pieux d'ancrage sur les différentes TA.

Les figures 3 et 4 montrent un exemple de fourreau de guidage cylindrique 10 démontable vu de 1'avant et vu de côté. Ce fourreau est soudé sur une plaque intermédiaire 11 de fixation sur les TA. Elle comporte au moins 4 trous 12 de fixation au moyen de vis ou boulons préférablement en acier inoxydable pour éviter la corrosion dans le sol et permettre aisément sa désolidarisation de la TA pour extraire plus facilement les pieux pouvant tre déformés dans le sol et opposer une importante résistance par frottement à leur extraction. Pour accroître leur résistance, on a soudé deux nervures 13 perpendiculaires à leur axe. La section du fourreau est fonction de celle du pieu qui peut tre un Té, une croix, une cornière ou un tube. Pour les TA indémontables, le fourreau est directement soudé sur la paroi de la TA et préférablement dans les angles de celle-ci pour les TA à paroi oblique.

Les figures 5,6 et 7 montrent des exemples de fourreaux démontables de section carrée 15 et triangulaire 16,17 montés de la mme façon que celui des figures 3 et 4. Sur la figure 7, le fourreau est obtenu au moyen d'une portion de cornière 17 directement soudée sur sa plaque de fixation 11. Ce fourreau est destiné à recevoir un pieu de section en cornière.

La figure 8 montre un exemple de moyen de guidage dont la section est en queue d'aronde 18 soudée sur une plaque 11 de fixation sur la TA. Elle reçoit des pieux en Té. Au lieu d'un profilé, on peut souder deux parties de tôle pliée formant entre elles la mme section.

La figure 9 montre un exemple de fourreau de guidage obtenu par la soudure d'une plaque 20 dans 1'angle intérieur 21 d'une TA pour recevoir un pieu en Té, tandis que la figure 10 similaire à la figure 9 est prévue pour recevoir un pieu de section en cornière.

La figure 11 montre un fourreau de section carrée constitué par la soudure d'un profilé en cornière dans l'angle intérieur 21 d'une TA pour recevoir des pieux de section en cornière, en Té ou en croix.

La figure 12 montre un fourreau de section tubulaire 23 constitué par la soudure d'un tube 23 dans 1'angle intérieur 21 d'une TA.

La figure 13 montre un moyen de guidage de piquet plat 25 ou légèrement bombé comportant un embouti 26 de rigidification. Ce piquet est glissé dans deux rainures d'une TA à parois verticales indépendantes 27,28 serrées lune contre l'autre en fin d'enfoncement des piquets. Les rainures peuvent tre réalisées de différentes façons, soit dans un profilé 29 soudé ou riveté, soit entre deux plaques 30 soudées ou rivetées sur les parois de la TA. les figures 14 à 21 montrent des exemples de fourreaux démontables de guidage des pieux d'ancrage permettant, en fin d'enfoncement desdits pieux, de les immobiliser rigidement sur leur TA. Ces fourreaux comportent des moyens de rigidification comme ceux des figures 3 à 5.

Les figures 14 A, 14 B et 14 C montrent un exemple de moyen de guidage de pieux en forme de Té au moyen d'une plaque comportant des plis 32 formant un fourreau en triangle ou en U, prolongés par deux contre-plis 33,34 comportant des trous de fixation sur la paroi correspondante 35 de la TA. La figure 14 B montre en coupe le détail de la fixation du fourreau sur la TA. Au moins deux rondelles coniques à déformation élastique 36 de type "Belleville"montées en opposition, sont interposées entre la paroi 35 de la TA et le fourreau 33. Avant l'enfoncement du pieu en Té, un pré-serrage est effectué sur les vis 37 de fixation du fourreau, comprimant légèrement les rondelles 36 pour maintenir le fourreau en laissant subsister sa de jeu pour bien guider renfoncement aisé du pieu.

En fin d'enfoncement du pieu, les vis 37 sont serrées en comprimant complètement les rondelles, ce qui a pour effet d'immobiliser rigidement le pieu dans sont fourreau. On peut prévoir des rondelles coniques calibrées de résistance adéquate, qui ne sont pas bloquées de façon à amortir les vibrations transmises à la TA- La figure 15 est identique aux figures 14, le fourreau 38 reçoit et immobilise un pieu 39 de section en cornière de la mme façon que sur la figure 14 A.

La figure 16 montre un exemple de fourreau d'angle constitué d'une plaque 41 comportant deux plis symétriques 42,43, définissant, en coopération avec les parois d'angles 44,45 d'une TA à parois inclinées à 1'angle d'enfoncement des pieux, un fourreau de section triangulaire pour recevoir et immobiliser un pieu en Té 46. La figure 17 montre une variante de la figure 16 dans laquelle le fourreau triangulaire pour recevoir et immobiliser un pieu en Té 46, est réalisé en formant un pli d'angle 50 sur la TA 51 à parois inclinées, coopérant avec une cornière 52 fixée avec des rondelles élastiques sur la TA.

La figure 18 montre une variante de la figure 16 dans laquelle le fourreau, de section carrée pour recevoir et immobiliser un pieu en Té, en croix ou tubulaire, est réalisé en formant deux plis d'angle 54,55 et deux contre-plis 56,57 d'immobilisation sur la TA 51 à parois inclinées, fixé avec des rondelles élastiques sur la TA.

La figure 19 montre une variante de la figure 18 dans laquelle le fourreau, de section carrée pour recevoir et immobiliser un pieu en Té ou en croix, est réalisé au moyen d'un profilé de section en omega 60 de forme carrée en coopération avec la TA 51 à parois inclinées, sur laquelle il est fixé avec des rondelles élastiques.

La figure 20 est commune avec toutes les figures de 14 à 19. Elle montre un exemple de fourreau de guidage de l'une de ces figures réalisé en deux parties au moyen de plaques 62 et 63 pliées à la forme du pieu à guider et immobiliser et qui peuvent tre, soit soudées sur la paroi inclinée 64 de la TA, soit immobilisées au moyen de rondelles élastiques comme sur la figure 14A. Ces fourreaux peuvent également tre réalisés en une seule partie, soit à l'extérieur de la paroi de la TA, soit à l'intérieur et préférablement en angle.

La figure 21 montre un autre moyen d'immobiliser les profilés dans leur fourreau au moyen d'un boulon 65 traversant le fourreau 66 et le pieu 67, quelle que soit la forme de ce fourreau. Ce mode de fixation présente l'inconvénient d'avoir à effectuer un percage sur chantier, un avant trou pouvant tre pré-perce dans le fourreau. les figures 22 et 23 montrent en élévation et en vue de dessus un exemples de TA simple à parois verticales séparées et identiques pour tentes de camping et tentes marabout comportant des rainures 72,73 de guidage et d'immobilisation de piquets plats à renfort 74,75 disposées symétriquement et en opposition par rapport à un axe de symétrie vertical =, inclinées chacune d'un angle d'environ 45°, en ce que la paroi de la TA comporte un demi bossage 76 lié par des nervures de rigidification aux rainures et à des nervures inférieure et supérieures, un second demi-bossage 77 situé au-dessus de bossage 76 est prévu pour recevoir le cordage de tension de la toile.

L'enfoncement des piquets s'effectue avant serrage d'un moyeu 78 engagé dans un trou 79 du bossage 76. Un petit axe 80 traversant est solidarisé à l'un des bossages 77 assure la stabilité de la TA pendant renfoncement des piquets. En fin d'enfoncement, un écrou à ailettes ou un levier à serrage rapide l/4 de tour immobilise les piquets sur la TA. La TA peut tre moulée en matériau thermoplastique ou en alliage léger suivant les applications.

La figure 24 montre une variante de TA à parois verticales séparées des figures 22,23 réalisée en tôle d'acier 85,86 dans lesquelles les rainures de guidage de piquets plats plus rigides et plus longs sont embouties. les figures 25 à 29 montrent des exemples de TA à parois verticales séparées en tôle d'acier à deux, trois et quatre pieux d'ancrage en forme de croix et de Té immobilisés entre ces parois.

La figure 25 montre un exemple de guidage et d'immobilisation de pieux en forme de croix sur une TA constituée de deux parois verticales parallèles séparées. Deux bras opposés 90,91 du pieu en croix sont guidés dans deux glissières identiques 92 en regard, soudées ou rivetées sur les parois 93,94 de la TA. Les deux autres bras 95,96 du pieu sont engagés dans des rainures 97,98 de bossages 99,100, soudés sur la paroi 93 de la TA. Pendant le guidage d'enfoncement du pieu, les vis 101 sont seulement approchées en mettant en pré- contrainte des rondelles à déformation élastique. Elles ne sont bloquées qu'en fin d'enfoncement du pieu.

Les figures 26 et 27 sont des variantes de la figure 25. Les TA 105 et 106 comportent chacune deux pieux 107,108 et 109,110 à section en Té disposés en opposition, le serrage s'effectuant sur la barre des Té pour la TA 105 et entre la barre du Té et son bras sur la TA 106. Le guidage des Tés s'effectue entre un bossage de serrage 111, des plaques 112 soudées par points et les rainures 97,98 des bossages 99,100. Sur la TA 105 (fig. 26) le bossage de serrage 111 est moins long que la largeur de la tte du Té et au moins une rondelle élastique de type"Belleville"est interposée de chaque côté du bossage contre les parois de la TA. Il en est de mme pour les bossages 99,100. Le blocage des vis 113,114 n'est effectué qu'après enfoncement complet des pieux. La flèche F donne le sens de 1'effort. Celui-ci pouvant tre aussi bien à inverse. Sur la TA 106 (fig. 27) les bossages 115,116,117 sont soudés sur la paroi 118 de la TA, les rondelles"Belleville"sont disposées seulement du côté de la paroi 119. Les rondelles élastiques permettent d'effectuer un pré-serrage laissant subsister un jeu d'enfoncement des pieux Sur ces deux figures, on peut prévoir un pli supérieur 120 tourné vers l'extérieur pour rigidifier chaque paroi et éventuellement fixer l'objet à ancrer.

Les figures 28 et 29 sont des variantes de TA de la fig. 26 à parois verticales séparées à trois pieux à section en Té pour la figures 28 et quatre pieux pour la figure 29. Les guidages et serrages sont identiques à ceux de la figure 26. La TA de la figure 28 comporte trois parois verticales 125,126,127 pliées chacune à 120° vers l'extérieur et elles peuvent comporter sur le dessus un pli de renfort 128. La figure 29 comporte quatre parois identiques 130,131,132, 133 pliées à 90° et pouvant comporter également un pli de renfort 134.

Les figures 30 à 37 montrent divers exemples de configurations de TA à parois verticales et à fourreau de guidage soudé ou rapporté vissé avec ou sans moyen de blocage des pieux.

La figure 30 montre le plus simple exemple de TA à paroi unique 135 sur laquelle sont fixés ou soudes en opposition deux fourreaux 136,137.

La figure 31 montre un exemple de TA à paroi unique 140, mais pliée pour former un angle de 90° maximum, deux fourreaux 141,142 sont vissés ou soudés sur l'extérieur de la paroi à 1'angle d'enfoncement des pieux. Un autre fourreau 143 est soudé obliquement à l'extérieur de 1'angle de la paroi sur une nervure 146 pour éviter le basculement de la TA sous reffort de traction exercé par exemple parallèlement au sol sur un anneau 144 vissé dans un bloc soudé 145. Une plaque 147 assure la rigidification de la TA. En variante non représentée, la TA comporte trois parois formant ensemble un profilé triangulaire sur les parois de laquelle sont soudés ou vissés trois fourreaux.

La figure 32 montre un exemple de TA à quatre parois verticales 150 formant une section carrée sur l'extérieur desquelles sont soudés ou vissés quatre fourreaux identiques 151.

Les figures 33 et 34 montrent deux exemples de TA à cinq et six faces verticales comportant autant de fourreaux 151 vissés ou soudés. Pour des sols très meubles on peut utiliser une TA à 8 faces et autant de fourreaux La figure 35 montre un autre exemple de TA à une seule paroi 155 pliée à angle droit sur chacune de ses faces intérieures et extérieures sont vissés ou soudés quatre fourreaux 156. Un bossage central taraudé 157 est soudé dans 1'angle intérieur ; une plaque 158 de rigidification de 1'angle est soudée sur l'extrémité de la TA.

Les figures 36 et 37 montrent un exemple de TA de section tubulaire carrée 160 destinée à recevoir encastré un poteau 161 et à immobiliser celui-ci sur la TA par une ou deux cornières 162 fixées par boulons sur deux cornières correspondantes 163 soudées sur la TA.

Deux, trois ou quatre fourreaux 164 peuvent tre utilisés selon les efforts à supporter. On peut fixer de la mme façon des poteaux à cinq ou six faces sur des TA de section correspondante.

Les figures 38 à 48 montrent divers exemples de configurations de TA à parois obliques et leurs moyens d'ancrage.

La figure 38 montre un premier exemple de TA en U à deux parois obliques 170,171 sur lesquelles sont vissés ou soudés au moins deux fourreaux 172,173 selon la longueur de la TA. Au moins une plaque de rigidification 174 est soudée à l'intérieur de la TA. On peut également fermer la TA en soudant une plaque en dessous.

La figure 39/40 montre un exemple de TA à trois et quatre parois obliques en forme de pyramide à base trapézoïdale prévues pour recevoir trois à cinq fourreaux 175,176,177 dans les angles du genre de la figure 31, dont la flèche F donne la direction de 1'effort. L'angle entre les fourreaux 175 et 176 est de 90° maximum.

La figure 40 montre, en traits mixtes sur la figure 39, un exemple de TA à quatre parois obliques en forme de pyramide tronquée à base trapézoïdale, prévues pour recevoir trois fourreaux 179 sur sa face oblique 180 la plus longue et deux autres 181 sur sa face opposées 182 dans les angles ; la flèche F donne la direction de 1'effort. L'angle entre les deux fourreaux extérieurs 179 est de 90° maximum.

Les figures 41 et 42 montrent un exemple de TA à quatre parois obliques en forme de pyramide tronquée à base carrée, prévues pour recevoir soit quatre fourreaux 185,186 dans ses angles ou au milieu de ses faces obliques, soudés ou fixes élastiquement.

Les figures 43 et 44 montrent un exemple de TA à cinq et six parois obliques prévues pour recevoir soit dans leurs angles ou au milieu de leurs faces obliques cinq ou six fourreaux 185,186 soudés ou fixés élastiquement.

Les figures 45,46,47 et 48 montrent des exemples de TA multiples, 190 en forme de L 191 de Té, 192 de croix et 193 de carré, destinées à mettre en oeuvre un volume de sol plus important que celui des TA des figures précédentes, du type de celui de la figure 38 à deux faces obliques. La configuration de la TA, la longueur des profilés constitutifs et le nombre de fourreaux et de pieux 194 mis en oeuvre sont proportionnels à la charge d'arrachement et d'enfoncement à supporter et à sa ou ses directions. On peut ainsi, sans sortir de rinvention, réaliser autant de configurations que de problèmes d'ancrage à résoudre en assemblant, avec des pièces intermédiaires de fixation, autant de profilés en I qu'il est nécessaire pour supporter la ou les charges à ancrer.

Il en est de mme pour les figures 46 et 47 qui peuvent comporter autant de pieux en opposition ou non selon la répartition des efforts d'arrachement et d'enfoncement.

les figures 49 à 56 montrent divers exemples de mode de fixation d'objets sur des TA, selon qu'il s'agit d'objets fixés à plat ou de haubanage de grands poteaux, de pylônes ou de structures diverses offrant une grande surface au vent.

Les figures 49 et 50 montrent en coupe en élévation deux TA 200 et 201 à parois verticales ou obliques sur le sommet desquelles on a soudé un profilé en U 202 portant au moins un bloc taraudé 203 (fig. 49) et une plaque soudée 205 avec au moins un bossage taraudé 206.

Les figures 51,52 montrent des TA comportant un bossage 210 dont le trou taraudé 211 est incliné dans 1'axe de 1'effort, par exemple pour un anneau de haubanage (fig. 51). Sur la figure 52, le bossage 212 comporte un trou taraudé 213 horizontalement pour supporter un effort de traction horizontal. Les moyens de fixation de 1'objet à ancrer sont adaptés à 1'objet à fixer sur la TA.

La figure 53 montre un exemple de TA à faces obliques comportant au moins deux bossages taraudés 215 soudés sous la paroi horizontale 216 pour fixer 1'objet à ancrer.

Les figures 54,55,56 montrent des exemples d'embases 220,221,222 pour des poteaux section carrée, ronde et en H, se fixant directement sur une TA par exemple comme celle de la figure 53. les figures 57 à 65 montrent divers exemples de configurations de TA réalisées en fonderie comportant des fourreaux fixes, ou démontables pour 1'ancrage de structures provisoires.

La figure 57 montre un exemple de TA à un ou deux fourreaux 225,226, solidarisé à un noyau 227 percé d'un trou carré 228 et solidaire d'un bossage taraudé 229, vertical ou non. Le fourreau 226 est supprimé dans le cas d'un seul fourreau pour coopérer avec d'autres configurations de TA des fig. 61 à 65.

La figure 58 montre un exemple d'assemblage de deux TA de la fig. 57 au moyen d'une entretoise 230 percée d'un trou carré. L'assemblage est effectué au moyen d'une broche carrée comportant une partie filetée à ses extrémité. Le trou de guidage des fourreaux peut tre cylindrique, carré ou triangulaire selon le type de pieu que ron veut utiliser. L'entretoise 230 peut comporter un bossage taraudé 231.

Les figures 59 et 60 montrent vue de face et vue de dessus, une TA à quatre fourreaux équidistants 233 solidaires d'un noyau vertical taraudé 234 par des nervures 235,236.

Les figures 61,62,63,64 et 65 montrent des exemples de noyaux 240 (fig. 61) comportant un bossage vertical 234 avec sont trou taraudé et deux bras symétriques à 1'axe vertical du bossage 234, comportant chacun un encastrement formant clavette anti-rotation définissant 1'angle d'inclinaison des fourreaux, et un trou taraudé pour assembler des TA de la figure 57 à un ou deux fourreaux selon les cas ; un noyau 241 (fig. 62) comportant trois bras équidistants 245 recevant chacun une TA démontable de la fig. 57 ; un noyau 242 (fig. 63) comportant quatre bras équidistants 246 recevant chacun une TA démontable de la fig. 57 ; un noyau 243 (fig. 64) comportant cinq bras équidistants 246 recevant chacun une TA démontable de la fig. 57 ; un noyau 244 (fig. 65) comportant six bras équidistants 247 recevant chacun une TA démontable de la fig. 57. Pour mettre en oeuvre un plus grand volume de terrain, les fourreaux simples peuvent tre orienté dans le prolongement de leur bras porteur. les figures 66 à 76 montrent divers exemples de configurations de TA multiples d'assise et d'ancrage de chaînage de bâtiments évitant d'avoir à creuser des fondations et de réaliser des radiers ou chapes en béton de répartition des efforts. Cette assise rend les bâtiments préfabriqués solidaires d'une masse très importante de sol résistant à renfoncement et à l'arrachement si les panneaux préfabriqués sont suffisamment résistants en eux-mmes et si la liaison avec rassise ancrée est prévue pour résister à des efforts correspondant à des secousses sismiques moyennes.

La figure 66 montre, en coupe transversale, un profilé 250 d'un exemple de TA multiple d'assise et d'ancrage de panneaux de bâtiments préfabriqués, du type de celui de la figure 38, avec deux parois inclinées à 1'angle d'enfoncement des pieux dans leur fourreau 253. Pour r accroître la rigidité de l'ancrage de ce type d'assise, il est nécessaire de verrouiller chaque pieu, préférablement de section en croix, dans des fourreaux comme ceux de la figure 19. Le dessus 254 de la TA reçoit en appui les panneaux préfabriqués P qui sont soit immobilisés sur elle directement par soudure, soit pour des bâtiments provisoires, au moyen de profilés en cornière 255, soudés en partie basse des panneaux P et fixé par vis 256 sur le dessus 254 de la TA. Les profilés 250 de TA sont rigidifiés de place en place par des nervures soudées 257 ou par une plaque de fermeture 258. D'autres types de structures de TA plus robustes sont présentées plus loin.

La figure 67 montre en coupe transversale, la face supérieure 254 du profilé 250 d'un exemple de TA de la fig. 66 d'assise et d'ancrage parasismique de panneaux de bâtiments préfabriqués.

Le profilé inférieur 260 de chaînage du panneau préfabriqué P est mis en pré-contrainte sur des lames de ressort RI, R2,.. Rn en appui sur le dessus de la TA par l'intermédiaire de deux profilés 255 solidaires du profilé 260 fixés par un ensemble de grosses vis 261 bloquées dans le fond de taraudages aveugles de blocs 262 soudés sous la TA et d'écrous 263 et contre écrous 264. Les secousses sismiques de très faible durée en provenance du sol, sont amorties par les lames de ressort Rl, R2... Rn en conjugaison avec inertie du bâtiment et l'élasticité des pieux dans le sol rendus solidaires de la structure métallique d'ancrage.

Les figures 68 et 69 montrent des exemple de pièces d'angle destinées à assembler des profilés 250 de TA multiples du type de celles des figures 66 et 67. La fig. 68 montre un exemple d'une pièce d'angle 269 en deux parties 270,271 de profilé 250 coupées en équerre et soudées entre elles en angle et engagée sous chacun des profilés à assembler sur lesquels elles sont soudées et rivetées. La fig. 69 montre un autre exemple de pièce d'angle 274 en forme de gousset renforcé par au moins une nervure 275 dont deux faces verticales 276,277 sont mises en appui sur deux faces en regard 278,279 soudées en bout des profilés 250. Les faces verticales en regard, de la pièce d'angle et des profilés 250 sont vissées et soudées entre elles.

La figure 70 présente un exemple de profilé 250 de TA multiple vu en élévation montrant la position des fourreaux 280 de guidage et d'immobilisation des pieux d'ancrage par rapport à la position des nervures 257 de rigidification du profilé soudées entre lesdits fourreaux. Tous les composants des TA sont traités anti-corrosion. Les TA de grande sécurité devant présenter une grande longévité sont préférablement réalisées en acier inoxydable.

La figure 71 montre schématiquement un exemple d'assise et d'ancrage de bâtiment préfabriqué réalisé au moyen du profilé 250 de TA selon les figures 66 à 70, avec des pièces d'angle 274. Des profilés 250 sont utilisés pour faire des traverses de rigidification 283,284. portant également des fourreaux d'ancrage. Le raccordement en 285 s'effectue bout à bout par soudure entre les deux profilés 250. Le raccordement perpendiculaire 286 s'effectue par soudure sur une coupe en biais coopérant avec un gousset soudé de rigidification. Pour les grands bâtiments, le profilé 250 peut tre renforcé en soudant une plaque en dessous sur l'extrémité des faces obliques. D'autres modes d'assemblage des panneaux préfabriqués sur le dessus des profilés 250 peuvent tre prévus selon le mode de fabrication de ces panneaux sans sortir de l'invention.

Les figures 72 à 76 montrent, en coupes transversales, des exemples de variantes de structure d'assise de bâtiments préfabriqués ou non constituées par soudure de profilés standards sur lesquels on a soudé de chaque côté à un pas pré-défini, des supports de fourreaux de guidage et de fixation de pieux d'ancrage.

Les figures 72 et 73 montrent un exemple en coupe transversale et en vue de dessus, de variante de structure d'assise de bâtiments préfabriqués ou non constituée par soudure de deux profilés standards en U 305,306 ailes contre ailes, sur le côté vertical desquels on a soudé de chaque côté à un pas pré-défini, des supports identiques 307,308 de fourreaux de guidage et de fixation de pieux d'ancrage, présentant une face 309 inclinée à 1'angle d'enfoncement des pieux. Le dessous de ce support est rigidifié par une plaque soudée également contre le U correspondant. Des bossages taraudés sont soudés sous la face 309 pour la fixation des fourreaux.

En variante de la fig. 72, la structure d'assise de bâtiments préfabriqués ou non peut tre constituée par soudure de deux profilés standards en U contre les ailes d'une poutrelle standard en I sur le côté vertical des U sont soudés de chaque côté, à un pas pré-défini, des supports identiques 307,308 de fourreaux de guidage et de fixation de pieux d'ancrage.

La figure 74 montre un exemple en coupe transversale, d'une autre variantes de structure d'assise de bâtiments préfabriqués ou non constituées par soudure dun profilés standards en U 315 disposé à plat, contre les ailes d'une poutrelle standard 316 en I également à plat et présentant un creux 317 dans lequel on peut soit poser directement des parpaings soit des éléments préfabriqués.

La figure 75 montre un exemple en coupe transversale plus haut que ceux des fig. précédentes, d'une autre variantes de structure d'assise de bâtiments préfabriqués ou non constituées par soudure de deux profilés standards en U 320,321 ailes en regard, entre des profilés en U 322,323 disposés verticalement de place en place pour constituer une poutre de plus grande rigidité contre les flans de laquelle, au droit des U 322,323, on soude des supports 307,308 de fourreaux d'ancrage. Bien entendu, sans sortir de l'invention, on peut concevoir d'autres formes de structures d'assises de bâtiments aptes à recevoir des supports 307,308, qui pourraient tre eux-mmes coupés dans des profilés en U standards, pour recevoir les fourreaux d'ancrage selon invention permettant ce type de structures. les figures 76 et 77 montrent des exemples de moyens amortisseurs de vibrations entre les TA et 1'objet à ancrer.

La figure 76 montre un exemple d'amortisseur d'efforts relativement brefs engendrés par des rafales de vent de tempte sur un anneau 330 de haubanage dont reffort se situe dans le prolongement de 1'axe de la tige filetée 331.

L'amortissement est obtenu au moyen d'un empilement de rondelles"Bellevile" 331déformables élastiquement, engagée sur la tige 332, mises en précontrainte en atelier entre une rondelle épaisse 333, des écrous 334,335 et des contre écrous 336,337, en appui sur le dessus de la TA. Une rondelle 338 en élastomère assure l'étanchéité au niveau des rondelles "Belleville"331.

La figure 77 montre un exemple d'amortisseur du type de celui de la figure 77, adapté à la fixation d'objets 340 à plat sur le dessus d'une TA au moyen de plusieurs points de fixation.

L'amortissement est obtenu en appuyant 1'objet 340 sur un empilement de rondelles "Belleville"331 engagées sur une vis 341 entre l'embase 340 et le dessus de la TA, la vis 341 étant bloquée au fond de son taraudage. La mise en précontrainte est assurée par un écrou 342 et un contre écrou 343. On pourrait utiliser des plots amortisseur que ron trouve couramment dans le commerce, mais la longévité de ceux-ci est insuffsante pour des installations fixes de grande durée et leur capacité de charge est généralement insuffisante.

Lorsque ron a une charge très importante à répartir, la TA est constituée en structure métallique maillée très rigide de répartition d'efforts dans le sol au moyen d'un ensemble de pieux immobilisés rigidement ou élastiquement sur des fourreaux correspondants de la TA.

Les differentes TA présentées en tôle d'acier peuvent également tre réalisées en fonte qui résiste bien à la corrosion dans le sol. D'une façon générale, en dehors des applications répétitives qui font 1'objet d'une gamme de TA standardisée, sont prévues des applications spécifiques de TA, adaptées à la forme et aux caractéristiques de 1'objet à ancrer. Dans certains cas, on peut utiliser des pieux en béton précontraint.

Les figures 78 et 79 montrent un exemple de moyen de maintien de l'orientation et de la position des TA pendant 1'enfoncement des pieux d'ancrage. Le dessus de la TA est fixé rigidement en appui sur un croisillon 350 d'un guide d'orientation 351 très rigide reposant sur le sol par l'intermédiaire de surfaces d'appui 352 mises préalablement par calage à rorientation désirée. La disposition du croisillon laissant libre les fourreaux de guidage de la TA.

L'enfoncement des pieux s'effectue progressivement pour répartir les efforts sur les fourreaux et la TA La TA est rendue solidaire du moyen d'orientation par une grosse vis 353 serrée dans un bossage taraudé de la TA