Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
SYSTEM FOR RECOVERING AND REUSING WASTEWATER AND RAINWATER IN A GROUP OF DWELLINGS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2010/094737
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a system for recovering and reusing wastewater and rainwater in a housing-complex-type group of dwellings, comprising a plurality of dwellings (H1; H1'; H2; H3; H4) and a service room (CT) positioned approximately at the centre of the complex and connected to each dwelling by at least one water network. The aforementioned service room includes means for recovering and means for treating wastewater produced by the dwellings and means for recovering rainwater. In addition, the service room includes means for storing the treated wastewater and the rainwater so as to form and store grey water. The service room stores a first portion of the grey water under cold conditions and includes means for distributing the cold grey water, in particular for use in watering, in toilets and in washing cars. Furthermore, the service room stores a second portion of the grey water under hot conditions and includes means for distributing the hot grey water, in particular for use in the heating of the dwellings and the heating of the household hot water.

Inventors:
BODART, André (17 rue de La Montagne, Peppange, L-3391, LU)
Application Number:
EP2010/052040
Publication Date:
August 26, 2010
Filing Date:
February 18, 2010
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
FONCIERE DE L'EUROPE S.A. (10A rue Henri M. Schnadt, Luxembourg, L-2530, LU)
BODART, André (17 rue de La Montagne, Peppange, L-3391, LU)
International Classes:
E03B1/02; E03B1/04; F24D10/00
Foreign References:
GB2331323A9
US20080175668A12008-07-24
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
CAPRI (33 rue de Naples, Paris, F-75008, FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1.- Système de récupération et de réutilisation des eaux usées et pluviales d'un ensemble d'habitations, du type ensemble immobilier, caractérisé en ce qu'il comporte une pluralité d'habitations (H1 ; HV ; H2 ; H3 ; H4), et un centre technique (CT) disposé environ au centre dudit ensemble, et relié à chaque habitation par au moins un réseau d'eau, ledit centre technique comportant des moyens de récupération et des moyens de traitement des eaux usées issues des habitations, et des moyens de récupération des eaux pluviales, ledit centre technique comportant des moyens de stockage desdites eaux usées traitées et desdites eaux pluviales pour former et stocker des eaux grises, ledit centre technique stockant une première partie des eaux grises à froid, et comportant des moyens de distribution desdites eaux grises froides, notamment pour l'arrosage, les WC et le lavage des voitures, et ledit centre technique stockant une seconde partie des eaux grises à chaud, et comportant des moyens de distribution desdites eaux grises chaudes, notamment pour le chauffage des habitations et le chauffage de l'eau chaude sanitaire.

2.- Système selon la revendication 1 , dans lequel lesdits moyens de traitement des eaux usées comportent des moyens de traitement chimiques et/ou des moyens de traitement à base de plantes, du type phyto-épuration.

3.- Système selon la revendication 1 ou 2, dans lequel chaque réseau d'eau reliant ledit centre technique auxdites habitations dudit ensemble comporte au moins un échangeur de chaleur à plaques pour transférer la chaleur desdites eaux grises chaudes à l'eau sanitaire pour chauffer cette dernière.

4.- Système selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel chaque habitation comporte des planchers chauffants et rafraîchissants.

5.- Système selon la revendication 4, dans lequel chaque plancher comportant une tuyauterie d'eau chaude pour le chauffage, et une tuyauterie d'eau froide pour le rafraîchissement.

6.- Système selon la revendication 4, dans lequel chaque plancher comportant une unique tuyauterie recevant de l'eau chaude pour le chauffage en période froide, et recevant de l'eau froide pour le rafraîchissement en période chaude.

7.- Système selon la revendication 5 ou 6, dans lequel ladite au moins une tuyauterie comporte des conduites calorifugées.

8.- Système selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le centre technique comporte des moyens de chauffage desdites eaux grises stockées à chaud, tels que des panneaux solaires.

9.- Système selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le centre technique comporte des moyens de refroidissement desdites eaux grises stockées à froid, lesdits moyens de refroidissement comportant un puit canadien comprenant des tuyaux s'étendant sous terre, notamment à environ un mètre de profondeur.

10.- Système selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel lesdites eaux grises chaudes et/ou lesdites eaux grises froides sont stockées dans des bacs isolés.

Description:
Système de récupération et de réutilisation des eaux usées et pluviales d'un ensemble d'habitations

La présente invention concerne un système de récupération et de réutilisation des eaux usées et pluviales d'un ensemble d'habitations intégré dans une démarche du développement durable.

Il est connu de nos jours de construire des habitations avec pour objectif d'améliorer l'impact sur l'environnement, en agissant notamment sur les consommations d'énergie et d'eau. Il est également connu de réaliser des ensembles d'habitation, tels que des ensembles immobiliers, des hameaux, des lotissements ou des immeubles, dits écologiques, ayant notamment pour but de viser à diminuer les consommations d'énergie et d'eau de ces ensembles.

Toutefois, aucun des systèmes existants n'est réellement optimal, et ne permet que de répondre partiellement au problème posé par l'environnement et le développement durable.

La présente invention a pour but de surmonter ces inconvénients. En particulier, la présente invention a pour but de proposer un ensemble d'habitations qui permet d'optimiser les paramètres relatifs à la consommation d'énergie et la consommation d'eau, et ce que ce soit d'un point de vue de l'habitation individuelle, ou de l'ensemble d'habitations pris collectivement. La présente invention a également pour but de fournir un tel ensemble d'habitations, qui soit simple, rapide et peu coûteux à fabriquer, et économique à l'usage.

La présente invention a donc pour objet un système de récupération et de réutilisation des eaux usées et pluviales d'un ensemble d'habitations, du type ensemble immobilier, comportant une pluralité d'habitations (H1 ; HV ; H2 ; H3 ; H4), et un centre technique (CT) disposé environ au centre dudit ensemble, et relié à chaque habitation par au moins un réseau d'eau, ledit centre technique comportant des moyens de récupération et des moyens de traitement des eaux usées issues des habitations, et des moyens de récupération des eaux pluviales, ledit centre technique comportant des moyens de stockage desdites eaux usées traitées et desdites eaux pluviales pour former et stocker des eaux grises, ledit centre technique stockant une première partie des eaux grises à froid, et comportant des moyens de distribution desdites eaux grises froides, notamment pour l'arrosage, les WC et le lavage des voitures, et ledit centre technique stockant une seconde partie des eaux grises à chaud, et comportant des moyens de distribution desdites eaux grises chaudes, notamment pour le chauffage des habitations et le chauffage de l'eau chaude sanitaire. Avantageusement, lesdits moyens de traitement des eaux usées comportent des moyens de traitement chimiques et/ou des moyens de traitement à base de plantes, du type phyto-épuration.

Avantageusement, chaque réseau d'eau reliant ledit centre technique auxdites habitations dudit ensemble comporte au moins un échangeur de chaleur à plaques pour transférer la chaleur desdites eaux grises chaudes à l'eau sanitaire pour chauffer cette dernière.

Avantageusement, chaque habitation comporte des planchers chauffants et rafraîchissants.

Avantageusement, chaque plancher comportant une tuyauterie d'eau chaude pour le chauffage, et une tuyauterie d'eau froide pour le rafraîchissement.

En variante chaque plancher comportant une unique tuyauterie recevant de l'eau chaude pour le chauffage en période froide, et recevant de l'eau froide pour le rafraîchissement en période chaude. Avantageusement, ladite au moins une tuyauterie comporte des conduites calorifugées.

Avantageusement, le centre technique comporte des moyens de chauffage desdites eaux grises stockées à chaud, tels que des panneaux solaires. Avantageusement, le centre technique comporte des moyens de refroidissement desdites eaux grises stockées à froid, lesdits moyens de refroidissement comportant un puit canadien comprenant des tuyaux s'étendant sous terre, notamment à environ un mètre de profondeur.

Avantageusement, lesdites eaux grises chaudes et/ou lesdites eaux grises froides sont stockées dans des bacs isolés. Ces avantages et caractéristiques et d'autres de la présente invention apparaîtront plus clairement au cours de la description détaillée suivante, faite en référence aux dessins joints, donnés à titre d'exemples non limitatifs, et sur lesquels

- la figure 1 montre un exemple d'un plan de masse d'un ensemble d'habitations selon une variante de réalisation de la présente invention, et

- la figure 2 est un schéma décrivant un sol chauffant selon un aspect avantageux de l'invention.

La description qui va suivre sera faite en deux parties, une première partie concernant une habitation individuelle, et la seconde partie concernant l'ensemble d'habitations et ses aménagements collectifs. Il est bien évident que pour obtenir les meilleurs résultats, une combinaison des divers paramètres et solutions décrits ci-après devrait être envisagée.

Concernant l'habitation, ou le bâtiment de manière plus générale, un certain nombre d'études ont démontré que la plus grande partie des impacts du cycle de vie d'un bâtiment sur l'environnement est due à l'énergie consommée au cours de sa vie en œuvre (chauffage, climatisation, usage spécifique de l'électricité, eau chaude sanitaire, etc.). Les utilisations des énergies fossiles et nucléaires ont des impacts environnementaux importants et la démarche de haute qualité environnementale (label HQE) ainsi que toute démarche qui s'inscrit dans un contexte de développement durable passe nécessairement par la réalisation de bâtiments très économes en énergie et, lorsque cela est possible par l'utilisation de sources d'énergie renouvelables.

La présente invention a pour objectif de concevoir des habitations dites passives, qui permettent notamment de remplir les critères de performance et les grands principes suivants : > des faibles besoins de chauffage, typiquement inférieurs à 15 Kwh/m 2 an ;

> une bonne étanchéité de l'enveloppe, typiquement n50 < 0,6 vol/heure ; > une faible énergie primaire consommée, typiquement inférieure à

120 Kwhep/m 2 an, et ce tout usage confondu ;

> un taux de récupération de la chaleur de l'air extrait élevé, typiquement > 75% ;

> des appareils ménagers économes en énergie ; > un faible coefficient de déperdition thermique, typiquement

U < 0,15 W/m 2 K pour les parois opaques et U < 0,8 W/m 2 K pour les fenêtres et portes, afin de respecter les critères de confort d'hiver comme d'été.

Afin de tendre vers un objectif appelé « énergie zéro », dans lequel l'habitation crée toute l'énergie dont elle a besoin pour sa consommation, trois types d'optimisations sont à prévoir. D'une part, l'optimisation de l'enveloppe afin de diminuer les besoins en énergie. Ceci peut se faire en agissant sur l'isolation des façades et de la toiture, en améliorant l'isolation des vitrages, en optimisant les orientations pour les apports passifs (soleil et vent), et en optimisant les ouvertures par rapport aux expositions. D'autre part, une optimisation des performances des installations techniques est souhaitable afin d'éviter les gâchis. Ceci peut se faire en diminuant les pertes du système de chauffage, en diminuant les pertes du système de rafraîchissement, et en utilisant des terminaux économes en énergie, tels que des planchers chauffants basse température. Enfin, une utilisation des énergies renouvelables par des systèmes actifs permet une production énergétique par des sources gratuites. Ceci peut notamment être réalisé en développant le solaire thermique, le solaire photovoltaïque et/ou une filière géothermique. Selon un aspect avantageux, la structure poteau, poutre et le plancher de l'habitation sont en bois et/ou en lamellé-collé. L'utilisation de lamelle- collé permet de réaliser des grandes portées sans poteaux, du fait de la grande résistance mécanique de ce type de matériau. Les façades sont à ossature bois réalisée en cadre bois, typiquement réglé sur une trame typiquement de 120 cm. Les cadres en bois qui définissent les parois sont dimensionnés aux portes et aux fenêtres. On peut alors aisément tirer les différents fluides (électricité, plomberie, etc.) sans avoir à faire des saignées dans des murs existants. Les façades comportent de préférence une isolation extérieure, qui peut être formée par des panneaux de bois compressé, et une isolation intérieure, qui peut par exemple être formée par de la ouate de cellulose. Un exemple de réalisation particulièrement approprié pour la présente invention prévoit de réaliser les façades avec les éléments suivants, en allant de l'extérieur vers l'intérieur : un parement de 25 mm d'épaisseur, un vide d'air de 25 mm d'épaisseur, un panneau de bois compressé de 100 ou 140 mm d'épaisseur, un pare vapeur (par exemple une feuille de papier kraft ou similaire), de la ouate de cellulose projetée dans les cadres bois de 160 ou 120 mm d'épaisseur, et enfin une plaque de BA 18 d'une épaisseur de 18 mm. Bien entendu, d'autres matériaux et d'autres épaisseurs sont envisageables. L'utilisation de bois et/ou de lamellé-collé permet la réalisation de maisons dites à faible inertie, notamment due aux fondations moins importantes et aux murs et planchers relativement légers. De plus, l'utilisation d'éléments bois prédécoupés et/ou pré-assemblés est possible, contrairement aux constructions en béton. Le coût et les délais de la construction en sont fortement réduits.

La charpente peut être de type classique, et les toits sont avantageusement réalisés en mono pente, qui peut être composé d'un ou plusieurs pan(s) de toiture parallèle(s). La charpente de ces toits mono pentes peut notamment être réalisée en fermette, et les combles sont avantageusement ventilés et l'habitation isolée par un matelas de laine, typiquement de 400 mm d'épaisseur. Les vitres sont réalisées en double ou triple vitrage, le choix étant notamment dépendant des conditions climatiques. Ainsi, dans le nord de la France, le triple vitrage s'avérera plus efficace d'un point de vue thermique, alors que dans le sud de la France un double vitrage plus léger et moins coûteux pourra s'avérer tout à fait suffisant.

Un système de ventilation double flux avec pompe à chaleur est de préférence prévu. Un système à double flux consiste à insuffler de l'air dans les pièces principales et d'extraire l'air par une pièce humide. L'utilisation d'une pompe à chaleur permet de participer au chauffage des pièces en hiver et à leur rafraîchissement en été. Des filtres à pollen sont avantageusement prévus pour assainir l'air qui entre dans chaque habitation et prévenir les allergies. Le chauffage se fait avantageusement par le plancher par émission à basse température. En été, ce même plancher pourra servir au rafraîchissement des pièces, comme cela sera décrit plus amplement ci-après. La combinaison des effets thermiques du sol et de la ventilation permet d'obtenir des effets optimaux.

Un aspect avantageux de ce type de construction est que chaque logement comporte quatre faces et donc même si plusieurs logements sont accolés, il n'y a pas de copropriété puisqu'il n'y a pas de mur commun partagé. La construction est rapide, environ six mois, et la structure bois permet d'avoir facilement un chantier HQE. L'ensemble des matériaux utilisés est recyclable au minimum à 80%. Tous ces critères répondent aux exigences écologiques et de développement durable qui deviennent de plus en plus importantes.

Les toitures sont entièrement réalisées en photovoltaïque, par exemple par un ensemble assurant à la fois l'étanchéité et l'isolation thermique. Par exemple, on peut utiliser des systèmes à base de bac acier pour toiture comprenant une sous face isolante et un système photovoltaïque sous forme de film mince. Bien entendu, d'autres mises en oeuvre sont aussi envisageables.

Bien entendu, chaque habitation sera équipée d'ampoules basse consommation, et des systèmes permettant de limiter la consommation d'eau seront installés dans les robinets, les douches et les WC. De même, les peintures intérieures seront choisies avec une faible concentration en COV, typiquement inférieure à 1g/m 2 , voire moins. Avec une optimisation des différents paramètres, on arrive à diminuer sensiblement la consommation en énergie et en eau pour chaque habitant, et donc de réduire de manière très importante les coûts d'exploitation de l'habitation. Afin d'améliorer encore davantage le rendement et l'efficacité de l'invention, une pluralité d'habitations telles que décrites ci-dessus seront installées en un ensemble immobilier qui présente un certain nombre de caractéristiques permettant d'optimiser les consommations d'énergie et d'eau de l'ensemble immobilier. Selon un aspect particulièrement avantageux, ces habitations sont disposées selon un plan de masse particulier, dit en circulade, autour d'un centre technique commun disposé sensiblement au centre de la parcelle. Typiquement, le terrain à utiliser pour réaliser l'ensemble d'habitations représenté sur la figure 1 a une surface d'environ 2 hectares et est avantageusement de forme carrée. Bien entendu, des terrains de toutes dimensions et de toutes formes pourraient être envisagés. Comme cela apparaît sur la figure 1 , le terrain est découpé en bandes parcellaires qui sont destinées à gommer toute axialité ou orientation de la figure. Chaque bande constituant un côté du carré est interchangeable et se déplace invariablement autour du carré, tel des faces d'un « Rubik's cube ». Typiquement, une bande comporte une rangée d'habitations, par exemple H4, associé à un garage commun G4 et à des places de parkings P4. Il en est de même des deux autres bandes H2 et H3. La quatrième bande étant formée par des jardins potagers JP décrits ci-après. Ce principe de composition permet ainsi une adaptabilité du plan à tout programme, à tout environnement et à toute mixité sociale. Les habitations ou bâtiments sont bien entendu orientés de manière à privilégier pour les pièces de vie le sud et/ou l'est, notamment dans le sud de la France, le sud et/ou l'ouest, pour le nord de la France. La parcelle initiale est avantageusement décomposée en fonctions programmatique et en usages spécifiques, à savoir des jardins d'agrément mettant en valeur l'habitation, des dessertes et stationnements indépendants sont plantés, et des jardins potagers rassemblés encourageant notamment le développement de la culture maraîchère et/ou fruitière en milieu urbain.

Avantageusement, chaque bande d'habitation est donc associée à un garage commun couvert dont les toits mono-pentes sont formés de cellules photovoltaïques. Chaque garage contient des prises électriques monophasées et triphasées. En particulier, les prises monophasées permettent une recharge normale à 100% en 6 à 7 heures pour une voiture électrique, alors que les prises triphasées permettent une recharge rapide à 80% en environ 30 minutes, selon les modèles existants. Bien entendu, les progrès technologiques dans le domaine des voitures électriques permettront d'obtenir des performances différentes, et notamment encore supérieures dans le futur. En plus des garages couverts communs, chaque habitation est associée à une place de parking qui est avantageusement déconnectée de l'habitation, le trottoir étant prévu entre le parking et l'habitation afin d'améliorer la sécurité desdits trottoirs.

Le terrain central peut comporter des habitations H1 et HV comme représenté sur la figure 1 , ainsi que le centre technique CT, de préférence disposé dans une surface non construite EV, destinée à recevoir des espaces verts et/ou des jeux d'enfants et/ou autres zones d'agrément communes à l'ensemble immobilier. Comme visible sur la figure 1 , la route R tourne autour de cette partie centrale de l'ensemble immobilier, d'où le nom « circulade » donné à ce type d'ensemble. Il est bien entendu possible de prévoir que plusieurs routes concentriques soient prévues, si l'ensemble immobilier devait être de dimension supérieure. Un intérêt majeur de ce type de disposition est de pouvoir relier chaque habitation de l'ensemble immobilier au centre technique CT par des voies les plus courtes possibles. Ceci permet de relier chaque habitation H1 , H1 \ H2, H3, H4 audit centre technique CT, via au moins un réseau d'eau et via au moins un réseau électrique, pour des raisons qui seront décrites ci- après.

Ce centre technique CT a notamment pour objectif le traitement des eaux usées et pluviales de l'ensemble immobilier. Il peut aussi assurer les gestions techniques centralisées d'un point de vue chauffage, électricité et eau pour l'ensemble immobilier. Il peut également comporter des salles communes et autres infrastructures de loisirs afin de promouvoir le système social de l'ensemble immobilier, par exemple des boites aux lettres, des containers pour le tri des déchets, une salle de sport et/ou de spectacle, etc.

Avantageusement, chaque habitation comporte des premiers moyens de génération d'électricité, formés notamment par ses toitures photovoltaïques. De même, l'ensemble d'habitations comporte des seconds moyens de génération d'électricité, formés notamment par les toitures photovoltaïques des garages communs G1 , G2, G3 et G4, les toitures photovoltaïques des abris de jardins, décrites ultérieurement, et les panneaux solaires installés sur l'ensemble immobilier, et notamment le centre technique CT. Eventuellement, ledit centre technique peut comporter des moyens de stockage de l'électricité générée par lesdits premiers et seconds moyens de génération d'électricité. Ledit centre technique assure une gestion de l'énergie électrique pour toutes les habitations dudit ensemble, en récupérant et en centralisant la totalité de l'électricité créée. Selon un aspect avantageux, cette énergie est revendue au fournisseur d'électricité, par exemple EDF, à un tarif avantageux conformément aux règles actuellement applicables. En variante, on pourrait aussi stocker, et revendre ou redistribuer cette énergie aux habitations de l'ensemble, ou même prévoir un mélange des deux systèmes.

Le traitement des eaux usées et pluviales est un aspect particulièrement avantageux de la présente invention. Les eaux usées peuvent ainsi être, en partie ou en totalité, récupérées et traitées pour être transformées en eaux dites grises. Ce traitement peut être réalisé de manière chimique, ou de préférence par des plantes pour réaliser une phyto- épuration, typiquement en espace fermé. Ce principe est connu sous le terme « jardin filtrant ® ». Le principe est la mobilisation des processus métaboliques des organismes vivants qui digèrent les polluants organiques. En plus des bactéries trouvées dans les systèmes traditionnels de boue activée, ces installations sont inoculées avec deux à trois espèces de plantes, d'animaux et de microbes. La capacité de dégradation biologique des contaminants est accrue par l'énergie solaire.

Cette eau grise obtenue après traitement des eaux usées n'est évidemment pas une eau potable et ne sera donc pas réinjectée dans le circuit d'eau potable. Il en de même des eaux pluviales, qui viennent se mélanger à l'eau grise. Par contre, cette eau grise est tout à fait adaptée à être utilisée dans les toilettes, ainsi que pour l'arrosage, le lavage de voiture, etc. Avantageusement, cette eau grise est stockée à la fois à froid, pour le lavage de voiture, l'arrosage, les WC, mais aussi pour permettre un rafraîchissement de l'air en période de chaleur comme cela sera expliqué ci- après, et d'autre part elle peut être stockée chaude. Pour ce faire, on utilise de préférence des bacs pour eau grise froide et/ou des bacs pour eau grise chaude isolés. Pour le chauffage de cette eau grise, on privilégie de préférence la voie solaire, par exemple en utilisant des panneaux solaires, qui peuvent être disposés sur le centre technique, ou ailleurs dans l'ensemble immobilier, par exemple dans les jardins potagers séparés. Si nécessaire, on peut prévoir des chauffages complémentaires tels que des chaudières à bois, des turbines à gaz ou à vapeur, ou d'autres types de chauffage connus. Pour le refroidissement de l'eau grise, on peut prévoir l'utilisation de puits canadiens, consistant à faire circuler des tuyaux d'eau sous terre, typiquement à environ un mètre de profondeur. De cette manière, l'eau aura une température environ constante toute l'année, autour de 12°, avec bien sur certaines variations possibles notamment en cas de grand froid prolongé. De manière générale, l'utilisation d'un puit canadien permet de fournir de l'eau fraîche en été, et de l'eau pas trop froide en hiver. Avantageusement, les tuyaux formant le puit canadien peuvent s'étendre sous le terrain central de la parcelle. Des conduites calorifugées peuvent alors être utilisés pour l'eau grise froide et/ou l'eau grise chaude, et le réseau comprend avantageusement plusieurs boucles qui aboutissent toutes dans le centre technique. Dans l'exemple représenté sur la figure 1 , quatre boucles de conduits d'eau grise chaude et quatre boucles de conduits d'eau grise froide sont avantageusement prévues, respectivement pour les habitations H1 et H1 \ H2, H3 et H4, afin de diminuer les déperditions d'énergie de ces boucles, même pour les habitations les plus lointaines du centre technique CT. Avantageusement, l'eau grise sert à réaliser le chauffage ou le rafraîchissement par le sol dans les habitations. La figure 2 montre un exemple de sol chauffant/rafraîchissant, dans lequel passent une première tuyauterie d'eau chaude pour le chauffage et une seconde tuyauterie d'eau froide pour le rafraîchissement. En variante, une seule tuyauterie calorifugée peut être utilisée, recevant de l'eau grise chaude quand il faut chauffer, et recevant de l'eau grise froide quand il faut rafraîchir. L'eau grise chaude peut aussi servir à chauffer l'eau chaude sanitaire. Pour ce faire, des échangeurs à plaque sont prévus, de sorte qu'il n'y a pas de contact entre l'eau potable et l'eau grise, le transfert de chaleur étant réalisé par les échangeurs à plaque. Si nécessaire, des chauffe-eau électriques peuvent prendre le relais pour compléter le chauffage de l'eau sanitaire. Avantageusement, plusieurs échangeurs de chaleur sont prévus pour chaque boucle d'eau grise chaude.

La récupération des eaux usées et des eaux de pluie pour en faire des eaux grises utilisables pour le chauffage et pour des utilisations à froid permet une diminution de la consommation d'eau potable de 30 à 40%. Ceci est très important, notamment pour générer des économies sur les stations d'épuration. En effet, ce sont souvent les stations d'épuration qui limitent le nombre de logements par parcelle, et une diminution de la consommation de l'eau potable de 30 à 40% pour un ensemble immobilier tel que celui représenté sur la figure 1 , permet donc d'augmenter d'autant le nombre de logements sur une parcelle de dimension identique. Cet aspect est bien entendu très important, notamment dans le cadre des logements sociaux locatifs ou en accession.

Grâce à cette diminution de la consommation d'énergie et d'eau, ainsi qu'au rendement énergétique avantageux des habitations proprement dites, un ensemble immobilier tel que représenté sur la figure 1 , permet de s'auto- suffire énergétiquement, et même de créer plus d'énergie qu'il n'en a besoin pour sa consommation courante. Ainsi, lorsque l'énergie produite est revendue au fournisseur d'électricité, cette revente se fait actuellement à un prix supérieur au prix auquel chaque habitation achète son électricité. La quantité d'électricité revendue étant globalement supérieure à la quantité d'électricité achetée, et le prix de vente étant supérieur au prix d'achat, il apparaît clairement que le bilan est largement positif pour les habitants de l'ensemble immobilier. Dans toutes les hypothèses, y compris si l'électricité produite par l'ensemble immobilier était réutilisée plutôt que revendue, l'invention favorise une diminution des charges pour les habitants de l'ensemble immobilier. De plus, la création d'énergie est principalement obtenue par une énergie solaire, et il s'agit là d'une énergie totalement renouvelable et non polluante.

Un avantage important de la gestion technique centralisée concerne l'entretien et la maintenance, qui doivent être réalisés par des professionnels compétents. Cet entretien et cette maintenance ne concerne pas seulement le centre technique CT, mais aussi tous les équipements techniques reliés aux habitations, qui peuvent ainsi être gérés de manière plus fiable, plus efficace et moins coûteuse. Par exemple, une pompe à chaleur et un filtre à pollen peuvent être prévus pour la ventilation de plusieurs habitations, par exemple quatre ou cinq, sans risque de mauvais entretien par les particuliers. De manière générale, le centre technique et les gestions techniques centralisées permettent une mutualisation globale des équipements techniques et de leur entretien, présentant des avantages économiques et écologiques importants.

Comme visible sur la partie droite de la figure 1 , des jardins potagers ou ouvriers séparés JP peuvent être prévus, chaque jardin comportant un abris pouvant avoir une toiture photovoltaïque et/ou des panneaux solaires, pour générer de l'énergie, et étant reliée au réseau des eaux grises de l'ensemble immobilier ou hameau afin d'assurer l'arrosage. Les jardins potagers rassemblés à l'écart des habitations présentent des avantages importants, et notamment de pouvoir occuper une zone non constructible, contrairement à ce qui serait le cas si chaque jardin individuel était rattaché directement à son habitation. Ainsi, le fait de détacher les terrains correspondants à ces jardins potagers des terrains des habitations respectives permet d'augmenter le nombre d'habitation par parcelle, et ainsi une meilleure utilisation du COS en réduisant la surface foncière utile à la construction de logements. De plus, les logements en étage peuvent ainsi également bénéficier de leur jardin potager.

Bien entendu, la présente invention n'a été décrite qu'à titre d'exemple en référence à un mode de réalisation particulier, mais il est entendu que l'homme du métier peut y apporter toutes modifications sans sortir du cadre de la présente invention tel que défini par les revendications annexées.