Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
TELESCOPIC POST FOR A SYSTEM FOR CLOSING AN OPENING, CLOSURE SYSTEM AND METHOD FOR IMPLEMENTING THE SAME
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/073534
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention proposes a longitudinal telescopic post (20) for a system for closing (1) an opening, of the door- or window-type opening delimited by a casement or of the type delimited by adjacent walls (C1-C2-C3-C4), comprising a peripheral frame (11) comprising at least one transverse cross member (112) and having a front face (11a) for attaching a closure member (10) and an inner face (11b) facing the opening, able to adapt to wide passages, which can be disassembled and reused. According to the invention, the telescopic mount (20) comprises: ⋅ a telescopic pole (21); and ⋅ close to each pole end (21), elastic stress means (23) against the transverse crossbar (112), arranged on two lateral faces (20b) of the pole (21) each turned towards an inner face (11b) of the frame.

Inventors:
CHANCEREL, Philippe (14bis, rue de l'Eglise, GLOS LA FERRIERE, 61550, FR)
Application Number:
FR2017/052859
Publication Date:
April 26, 2018
Filing Date:
October 17, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
CHANCEREL, Philippe (14bis, rue de l'Eglise, GLOS LA FERRIERE, 61550, FR)
International Classes:
E04G21/30; E04G21/24; E06B5/02; E04G25/00
Domestic Patent References:
WO1994027480A11994-12-08
WO2007087829A12007-08-09
WO2015140301A12015-09-24
WO2015140301A12015-09-24
Attorney, Agent or Firm:
BE LEADER INNOVATION (15 rue Taitbout, Paris, 75009, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Montant télescopique longitudinal (20, 300) pour un système d'obturation (1, 2) d'une ouverture, du type ouverture de porte ou de fenêtre délimitée par une huisserie ou de type délimitée par un sol (C3), un plafond (C4) et des murs adjacents (C1-C2), le système (1, 2) comprenant un cadre (11) comprenant au moins une traverse transversale (112, 112a, 114, 114a, 312), le montant télescopique (20, 300) étant caractérisé en ce qu'il comprend :

• un mat télescopique (21) constitué d'éléments longitudinaux (21a, 21b, 21c, 21d, 21e) agencés de manière télescopique ; et

· à proximité de chaque extrémité (211-212) du mat (21), des moyens de contrainte élastique (23, 330) contre la traverse transversale (112, 112a, 114, 114a, 312), agencée sur deux faces latérales (20b) du mat (21) tournées chacune vers une face intérieure (1 lb) du cadre.

2. Montant télescopique longitudinal (20, 330) selon la revendication 1, dans lequel le montant télescopique (20) comprend, à proximité de chaque extrémité (211-212) du mat (21), en position d'utilisation, une buté (24) pour les moyens de contrainte élastique (23) contre la traverse transversale (112), agencée sur deux faces latérales (20b) du mat (21) tournées chacune vers une face intérieure (1 lb) du cadre.

3. Montant télescopique selon l'une quelconque des revendications 1 ou 2, dans lequel chaque moyen de contrainte élastique est constitué par une lame ressort.

4. Montant télescopique selon la revendication 3, dans lequel chaque extrémité de chaque lame ressort est destinée à être fixée au cadre et au mât par un seul organe de fixation (24- 121), le montant télescopique (20) comprenant, en outre, à chaque extrémité du mat (21), une butée de jonction (22, 22') munie d'au moins un élément longitudinal (22a) destiné à être inséré dans une lumière (11c) du cadre (11) de manière, en position d'utilisation, à bloquer le montant télescopique (20) dans une direction non coplanaire au cadre, et à autoriser un déplacement du montant télescopique (20) dans une direction longitudinale (V) parallèle au montant télescopique.

5. Montant télescopique selon la revendication 3 , dans lequel chaque extrémité de chaque lame ressort (330) est destinée à être fixée au cadre et au mât par au moins deux organes de fixation (24-121) distants l'un de l'autre dans une direction longitudinale de la lame ressort.

6. Montant télescopique selon la revendication 5, dans laquelle un premier organe de fixation comprend une encoche (331) destinée à recevoir une première molette filetée (24- 121), et un second organe de fixation comprend un trou (332) destiné à recevoir une seconde molette filetée (24-121).

7. Montant télescopique selon la revendication 5, dans laquelle un premier organe de fixation comprend une encoche (331) destinée à recevoir une molette filetée (24-121), et un second organe de fixation comprend un ergot (333-334) destiné à être inséré dans une lumière (11c) de la traverse transversale (112, 112a, 114, 114a, 312) du cadre (11).

8. Montant télescopique (300) selon l'une quelconque des revendications 5 à 7, comprenant :

• un mat télescopique (21) constitué d'éléments longitudinaux (21a, 21b, 21c, 21d, 21e) agencés de manière télescopique ; et

• deux pièces de jonction élastique en « T » (310, 410) destinées à être fixées à chaque extrémité du mat télescopique (21), chaque pièce de jonction élastique en « T » (310) comprenant :

o un manchon longitudinal (311), destiné à recevoir une extrémité du mat télescopique (21) ;

o au moins un profilé transversal (312-412) destiné à être intégré au sein de la traverse transversale (112a) du cadre du système d'obturation ;

o deux lames ressort (330) de contrainte élastique contre le profilé transversal, agencées sur deux faces latérales (20b) du mat (21) tournées chacune vers une face intérieure (11b) du cadre, en position d'utilisation, chaque extrémité de chaque lames ressort (230) étant fixée respectivement au manchon (311) et au profilé transversal (312) par deux organes de fixation (24-121, 333, 334) distants l'un de l'autre d'une distance déterminée (D) dans une direction longitudinale (L3) de la lame ressort.

9. Montant télescopique selon l'une quelconque des revendications 2 à 8, dans lequel, chaque butée (24) est mobile et réglable en position, chaque butée (24) étant montée coulissante dans une gorge (25) portée par chaque face latérale (20b) du mat (21) ou du manchon longitudinal (311).

10. Système d'obturation (1) d'une ouverture comprenant :

· un élément d'obturation (10).

• au moins un montant télescopique (20) selon la revendication 4 ;

• un cadre plan télescopique (11) destiné à être positionné de manière périphérique autour de l'ouverture, le cadre présentant : o une face frontale (l ia), en position d'utilisation, comprenant une gorge périphérique continue de fixation de l'élément d'obturation (10) ;

o une face intérieure (11b) tournée vers l'ouverture en position d'utilisation, comprenant :

" au moins une lumière (11c) d'insertion d'au moins un élément longitudinal

(22a, 22c) de la butée de jonction (22) du montant télescopique (20) ;

■ un organe de fixation réglable (121) de moyens de contrainte élastique (23) ;

• au moins quatre moyens de contrainte élastique (23) destinés à relier latéralement et de manière contrainte deux extrémités du montant télescopique (20) au cadre périphérique (11).

11. Système d'obturation (2) d'une ouverture comprenant :

• un élément d'obturation (10).

• au moins un montant télescopique (300) selon la revendication 8 ;

• un cadre plan télescopique (11) destiné à être positionné de manière périphérique autour de l'ouverture, et comprenant :

o au moins une traverse transversale (112) apte à intégrer les profilés transversaux (312-412) des deux pièces de jonction élastique en « T » (310) du montant (300) ; o une face frontale (l ia), en position d'utilisation, comprenant une gorge périphérique continue de fixation de l'élément d'obturation (10).

12. Procédé d'obturation d'une ouverture, du type ouverture de porte ou de fenêtre délimitée par une huisserie ou de type délimitée par des murs adjacents, comprenant les étapes suivantes :

Al) Joindre deux à deux au moins quatre profilés télescopiques (111-112-113-114) par des pièces de jonction d'angle rigide (115) pour former un cadre comprenant deux profilés télescopiques latéraux verticaux (111-113), un profilé télescopique supérieur horizontal

(112) et un profilé télescopique inférieur horizontal (114), chaque pièces de jonction d'angle rigide (115) présentant une première extrémité agencée pour être reliée à un profilé télescopique vertical (111-113), et une deuxième extrémité agencée pour être reliée à un profilé télescopique horizontal (112-114) adjacent audit premier profilé ; Bl) Placer le cadre (11) à l'intérieur de l'ouverture et l'ajuster de telle sorte qu'il prenne appui contre chaque côté (C1-C2-C3-C4) de ladite ouverture ;

Gl) Insérer une partie périphérique d'un élément d'obturation (10) dans une gorge présente dans chaque profilé télescopique du cadre et présentant un premier profil déterminé, Hl) Positionner de manière ajustée dans ladite gorge un moyen de retenue, présentant un deuxième profil déterminé complémentaire du premier profil de ladite gorge ;

II) Positionner de manière ajustée au moins un joint dans le moyen de retenue, le joint présentant un troisième profil déterminé agencé pour coopérer avec ledit deuxième profil déterminé dudit moyen de retenue, de façon à assurer une retenue sur ledit cadre

(11) et pour y fixer la partie périphérique de l'élément d'obturation (10), de sorte à former un système d'obturation de ladite ouverture ;

caractérisé en ce qu'il comprend entre l'étape Bl) et l'étape Gl) les étapes suivantes : Cl) placer verticalement un montant télescopique (20) selon la revendication 4 entre le profilé télescopique horizontal supérieur (112) et le profilé télescopique horizontal inférieur (114), de telle sorte que chaque élément longitudinal (22a) des butées de jonction (22) est inséré dans une lumière (11c) du cadre (11) de manière à bloquer le montant télescopique (20) dans une direction non coplanaire au cadre, et à autoriser un déplacement du montant télescopique dans une direction longitudinale (V) parallèle audit montant télescopique (20) ;

Dl) placer une première extrémité d'un moyen de contrainte élastique (23) contre chaque butée (24) agencée sur deux faces latérales (20b) du montant télescopique (20), contraindre chaque moyen de contrainte élastique (23) et fixer une seconde extrémité de chaque moyen de contrainte élastique sur une face intérieure (11b) du profilé télescopique supérieur horizontal (112) et du profilé télescopique inférieur horizontal

(114), de telle sorte que le montant télescopique (20) est suspendu entre les deux profilés horizontaux (112-114) du cadre (11) par les moyens de contrainte élastique (23).

13. Procédé d'obturation d'une ouverture, du type ouverture de porte ou de fenêtre délimitée par une huisserie ou de type délimitée par un sols, un plafond et des murs adjacents, avec un système d'obturation (2) selon la revendication 11, comprenant les étapes suivantes : A2) dépose sur le sol (C3) une première pièce de jonction élastique en « T » (310a) à l'emplacement souhaité, puis insérer dans le manchon (311) de cette pièce de jonction élastique en « T » (310a) une extrémité libre du mat télescopique (21), dont l'autre extrémité porte déjà l'autre pièce de jonction élastique en « T » (310b) ;

B2) étendre verticalement le mat (21) jusqu'à ce que le profilé transversal (312) de la deuxième pièce de jonction élastique en « T » (310b) entre en contact avec le plafond (C4), et de manière à appliquer une contrainte verticale élastique minimum aux deux profilés transversaux (312) des pièces de jonction élastique en « T » (310a-310b) par l'intermédiaire des lames ressort (330) ;

C2) répéter les étapes A2) et B2) avec d'autres montants télescopiques identiques si la largeur de l'ouverture à obturer le nécessite ;

D2) positionner les éléments transversaux (112a-l 14a) du cadre contre le sol (C3) et contre le plafond (C4) en les combinant de manière télescopique au profilé transversal (312) de chaque pièce de jonction élastique en « T » (310a-310b) ;

E2) insérer les éléments longitudinaux télescopiques (111-113) entre deux pièces de jonction d'angle rigide (115), puis les appliquer contre les murs adjacents (Cl, C2) ; F2) étendre verticalement les éléments longitudinaux télescopiques (111-113) jusqu'à ce que les pièces de jonction d'angle rigide (115) soient calées contre les murs (C1/C2) et contre le plafond (C4) et le sol (C3), puis verrouiller l'ensemble des éléments télescopiques (111-112a-l 13-114a) pour que le cadre soit appliqué contre les murs

(C1/C2), le plafond (C4) et le sol (C3) de l'ouverture à obturer ; et

G2) installer la bâche d'obturation en la fixant par pincement sur le cadre par l'intermédiaire d'un joint inséré en force dans la gorge périphérique frontale ;

14. Lame ressort pour un montant télescopique selon l'une quelconque des revendications 6 à 16, caractérisée en ce qu'elle comprend, à chaque extrémité, un premier organe de fixation et un second organe de fixation, les premier et second organes de fixation étant distants l'un de l'autre dans une direction longitudinale de la lame ressort.

15. Pièce de jonction élastique en T (310-410) destinée à être fixée à chaque extrémité d'un mat télescopique (21) d'un montant télescopique longitudinal (300) selon la revendication 8, caractérisée en ce qu'elle comprend :

• un manchon longitudinal (311), destiné à recevoir une extrémité du mat télescopique (21) ;

• un profilé transversal (312) destiné à être intégré au sein d'une traverse transversale (112a) du cadre (1 1) du système d'obturation (2) ;

• deux lames ressort (330) de contrainte élastique contre le profilé transversal, agencées sur deux faces latérales (20b) du mat (21) tournées chacune vers une face intérieure (1 lb) du cadre, en position d'utilisation, chaque extrémité de chaque lame ressort (330) étant fixée respectivement au manchon (311) et au profilé transversal (312) par deux moyens de fixation (121-331-332-333-334) distants l'un de l'autre dans une direction longitudinale (L3) de la lame ressort (330).

Description:
MONTANT TÉLESCOPIQUE POUR UN SYSTÈME D'OBTURATION D'UNE OUVERTURE, SYSTÈME D'OBTURATION ET PROCÉDÉ DE MISE EN

OEUVRE.

La présente invention se rapporte à un système d'obturation d'une ouverture, du type ouverture de porte ou de fenêtre délimitée par une huisserie ou de type couloire délimité par des murs adjacents.

Plus particulièrement, l'invention concerne un montant télescopique pour un tel système d'obturation, un tel système d'obturation et un procédé de mise en œuvre.

Ce type de système est décrit dans le document WO2015140301.

Il comprend essentiellement quatre profilés télescopiques agencés, en utilisation, à droite, à gauche, en haut et en bas de l'ouverture afin de constituer un cadre de support d'une bâche d'obturation.

Les profilés comprennent chacun deux gorges agencées de telle sorte que, en position d'utilisation, le cadre ainsi formé présente une première gorge périphérique frontale et une deuxième gorge périphérique latérale dirigée vers l'intérieur de l'espace délimité par le cadre.

La bâche d'obturation est fixée par pincement sur le cadre par l'intermédiaire d'un joint inséré en force dans la gorge périphérique frontale. Cette bâche comprend avantageusement une ouverture à glissière agencée pour créer une ouverture temporaire permettant le passage des ouvriers.

Les profilés sont reliés rigidement, par serrage, aux quatre coins par des pièces de jonction d'angle rigide en L, puis un ressort plat est optionnellement fixé dans la gorge périphérique latérale. Du fait de la fixation rigide entre un profilé vertical (droit ou gauche), une pièce de jonction rigide en L et un profilé horizontal (haut ou bas), chaque ressort exerce une poussée sur chaque montant vertical et horizontal de telle sorte qu'ils prennent appui contre les côtés et le plafond de l'ouverture.

Un tel système est utilisé dans le cadre de travaux, par exemple de rénovation d'une pièce d'un bâtiment, qui sont connus pour être une source de poussières, parfois très volatiles, qui peuvent envahir et/ou se répandre dans les autres pièces du bâtiment directement connectées à la pièce en travaux.

Les poussières en question peuvent parfois présenter des propriétés polluantes ou toxiques, et sont donc dangereuses, de par leur taille de particule et/ou leur nature physico- chimique.

Par exemple, dans le cas de travaux de désamiantage d'un bâtiment, il y a une génération de poussières ou de résidus fins d'amiante qui ne doivent en aucun cas être libérées dans l'environnement extérieur à la pièce en travaux.

Si le système décrit dans le document WO2015140301 permet d'assurer une parfaite étanchéité entre les pièces, il n'est véritablement efficace que pour des ouvertures relativement étroites telles que des portes ou des fenêtres de largeur inférieure à 1,5 mètre.

Or, de nombreux bâtiments comprennent des ouvertures beaucoup plus larges qui doivent néanmoins être occulter temporairement lors de travaux.

On peut citer par exemple les hôpitaux qui ont des couloirs de grande largeur (supérieure à 1,5 mètre) pour permettre le passage simultané de deux lits.

On peut également citer l'ouverture de cages d'escalier qui présentent une largeur généralement importante. Permettre leur occultation étanche autoriserait l'isolation d'un étage supérieure pendant les travaux effectués à un étage inférieur en cours de rénovation ou de réparation, par exemple à la suite d'une inondation.

L'utilisation d'un système décrit dans le document WO2015140301 pour occulter une ouverture large n'est pas efficace car les profilés télescopiques horizontaux, et en particulier le profilé télescopique supérieur peuvent présenter une flèche important créant une brèche conséquente dans Γ étanchéité du système.

Cette flèche est due au propre poids du profilé télescopique supérieure, mais également, pour le profilé inférieur, à la tension générée par la bâche d'obturation qui tend à tirer les profilés horizontaux vers le centre du passage.

Une première solution consisterait à visser temporairement les profilés télescopiques horizontaux dans le plafond et au sol. Cette solution est très souvent inenvisageable du fait de la nature des supports qui ne pourront être réparés par la suite (comme par exemple un carrelage).

Une seconde solution consisterait à fournir un étai intermédiaire que l'on contraindrait en force entre les montant horizontaux.

Une telle solution est inenvisageable pour deux raisons principales. La première est que les profilés utilisés présentent des gorges pour fixer la bâche d'obturation. Une contrainte perpendiculaire à ces gorges écraserait les profilés qui deviendraient inutilisables. La seconde raison est que l'application d'un étai ne générerait une pression que très localement, de sorte que la flèche deviendrait simplement deux flèches plus petites, mais toutes aussi gênantes. Il faudrait donc multiplier le nombre d'étai pour supprimer les flèches, ce qui encombrerait l'espace et gênerait l'utilisation de l'ouverture temporaire.

La présente invention vise donc à proposer un système d'obturation d'une ouverture capable de s'adapter à des passages de grande largeur (supérieure à 1,5 mètre) pour assurer l'étanchéité à la poussière entre deux pièces ou deux parties d'une pièce. Par les termes « étanchéité à la poussière », on entend, au sens de l'invention, que le système empêche toutes particules de poussière de passer entre les deux pièces qu'il sépare.

Un autre problème posé par une grande large d'obturation, est la difficulté de fixer la bâche d'obturation sur les profilés horizontaux.

En effet, la fixation de la bâche se fait en pinçant le rebord de la bâche entre les profilés et un moyen de retenu combiné à un joint d' étanchéité insérés en force dans une gorge des profilés.

Sur les côtés, l'insertion en force ne pose pas de problème, mais vers le milieu du cadre, les profilés ont tendance à se déformer sous la contrainte appliquée par l'installateur de la bâche. C'est d'autant plus vrai que la présence de la flèche diminue obligatoirement les frottements entre les profilés et leur support. S'en suit une double déformation ; une verticale du fait du poids et de la tension de la bâche, et une horizontale du fait de la contrainte exercée lors de l'insertion du joint dans la gorge périphérique frontale.

Ce problème ne se pose pas si l'installateur est aidé d'une deuxième personne qui peut appliquer une contrepression horizontale derrière la bâche. Mais ce type de système est généralement installé par une seule personne.

Un deuxième objectif de la présente invention est de proposer un système d'obturation d'une ouverture de grande largeur pouvant être installé par une seule personne.

Un autre problème consiste à permettre le contournement d'obstacle (poteaux, colonnes sanitaires, installations inamovibles, etc.), sans avoir à prendre appui contre cet obstacle.

Un troisième objectif de la présente invention est de pouvoir proposer un système d'obturation d'une ouverture capable de s'adapter à des passages de grande largeur non nécessairement linéaires.

Selon l'invention, le système d'obturation doit être démontable et réutilisable sans que des éléments le constituant ne soient endommagés d'une utilisation à l'autre, ceci dans le but de pouvoir les réutiliser d'une mise en place à l'autre d'un système d'obturation.

À cette fin, l'invention a pour objet un montant télescopique longitudinal pour un système d'obturation d'une ouverture, du type ouverture de porte ou de fenêtre délimitée par une huisserie ou de type délimitée par un sol, un plafond et des murs adjacents, le système comprenant un cadre comprenant au moins une traverse transversale. Le montant té lescopique de caractérise en ce qu'il comprend :

• un mat télescopique constitué d'éléments longitudinaux agencés de manière télescopique ; et

• à proximité de chaque extrémité du mat, des moyens de contrainte élastique contre la traverse transversale, agencée sur deux faces latérales du mat tournées chacune vers une face intérieure du cadre.

Selon des modes de réalisation particuliers :

le montant télescopique peut comprendre, à proximité de chaque extrémité du mat, en position d'utilisation, une buté pour les moyens de contrainte élastique contre la traverse transversale, agencée sur deux faces latérales du mat tournées chacune vers une face intérieure du cadre ;

chaque moyen de contrainte élastique peut être constitué par un vérin ;

chaque moyen de contrainte élastique peut être constitué par une lame ressort ;

chaque extrémité de chaque lame ressort peut être destinée à être fixée au cadre et au mât par un seul organe de fixation, le montant télescopique comprenant, en outre, à chaque extrémité du mat, une butée de jonction munie d'au moins un élément longitudinal destiné à être inséré dans une lumière du cadre de manière, en position d'utilisation, à bloquer le montant télescopique dans une direction non coplanaire au cadre, et à autoriser un déplacement du montant télescopique dans une direction longitudinale parallèle au montant télescopique ;

chaque extrémité de chaque lame ressort peut être destinée à être fixée au cadre et au mât par au moins deux organes de fixation distants l'un de l'autre dans une direction longitudinale de la lame ressort ;

un premier organe de fixation peut comprendre une encoche destinée à recevoir une première molette filetée, et un second organe de fixation comprend un trou destiné à recevoir une seconde molette filetée ;

un premier organe de fixation peut comprendre une encoche destinée à recevoir une molette filetée, et un second organe de fixation comprend un ergot destiné à être inséré dans une lumière de la traverse transversale du cadre : le montant télescopique peut comprendre :

- un mat télescopique constitué d'éléments longitudinaux agencés de manière télescopique ; et

- deux pièces de jonction élastique en « T » destinées à être fixées à chaque extrémité du mat télescopique, chaque pièce de jonction élastique en « T » comprenant : o un manchon longitudinal, destiné à recevoir une extrémité du mat télescopique ; o au moins un profilé transversal destiné à être intégré au sein de la traverse transversale du cadre du système d'obturation ;

o deux lames ressort de contrainte élastique contre le profilé transversal, agencées sur deux faces latérales du mat tournées chacune vers une face intérieure du cadre, en position d'utilisation, chaque extrémité de chaque lames ressort étant fixée respectivement au manchon et au profilé transversal par deux organes de fixation distants l'un de l'autre d'une distance déterminée dans une direction longitudinale de la lame ressort ;

le profilé transversal des pièces de jonction élastique en « T » peut présenter deux bras d'angle, formant entre eux un angle de renvoi, et au moins un bras d'équilibrage agencé à l'opposé des bras d'angle et dans un même plan ;

chaque butée peut être fixe ;

chaque butée peut être mobile et réglable en position ;

chaque butée peut être montée coulissante dans une gorge portée par chaque face latérale du mat ou du manchon longitudinal ;

le montant télescopique peut comprendre, en outre, une gorge longitudinale sur une face frontale du mat ;

le mat peut comprendre, en outre, un moyen de réglage d'écartement réciproque de deux éléments longitudinaux ; et/ou

le montant télescopique peut comprendre, en outre, un pied amovible comprenant une tige d'appui sur un sol, fixée de manière amovible à une extrémité du montant, et un étai oblique fixé d'une part à la tige d'appui et, d'autre part, entre deux extrémités du montant télescopique, de telle sorte, qu'en utilisation, le pied est non coplanaire au cadre du système d'obturation.

L'invention a également pour objet un système d'obturation d'une ouverture comprenant : - un élément d'obturation ;

- au moins un montant télescopique précédent, dans lequel chaque extrémité de chaque lame ressort est destinée à être fixée au cadre et au mât par un seul organe de fixation, et comprend, en outre, à chaque extrémité du mat, une butée de jonction de manière à bloquer le montant télescopique dans une direction non coplanaire au cadre, et à autoriser un déplacement dans une direction longitudinale ;

- un cadre plan télescopique destiné à être positionné de manière périphérique autour de l'ouverture, le cadre présentant :

o une face frontale, en position d'utilisation, comprenant une gorge périphérique continue de fixation de l'élément d'obturation ;

o une face intérieure tournée vers l'ouverture en position d'utilisation, comprenant :

au moins une lumière d'insertion d'au moins un élément longitudinal de la butée de jonction du montant télescopique ;

" un organe de fixation réglable de moyens de contrainte élastique ;

- quatre moyens de contrainte élastique destinés à relier latéralement et de manière contrainte deux extrémités du montant télescopique au cadre périphérique ;

L'invention a également pour objet un système d'obturation d'une ouverture comprenant :

- un élément d'obturation ;

- au moins un montant télescopique précédent, dans lequel chaque extrémité de chaque lame ressort est destinée à être fixée au cadre et au mât par au moins deux organes de fixation distants l'un de l'autre dans une direction longitudinale de la lame ressort ; - un cadre plan télescopique destiné à être positionné de manière périphérique autour de l'ouverture, et comprenant :

o au moins une traverse transversale apte à intégrer les profilés transversaux des deux pièces de jonction élastique en « T » du montant ;

o une face frontale, en position d'utilisation, comprenant une gorge périphérique continue de fixation de l'élément d'obturation.

L'invention a également pour objet un procédé d'obturation d'une ouverture, comprenant les étapes suivantes : Al) Joindre deux à deux au moins quatre profilés télescopiques par des pièces de jonction d'angle rigide pour former un cadre comprenant deux profilés télescopiques latéraux verticaux, un profilé télescopique supérieur horizontal et un profilé télescopique inférieur horizontal, chaque pièces de jonction d'angle rigide présentant une première extrémité agencée pour être reliée à un profilé télescopique vertical, et une deuxième extrémité agencée pour être reliée à un profilé télescopique horizontal adjacent audit premier profilé ;

Bl) Placer le cadre à l'intérieur de l'ouverture et l'ajuster de telle sorte qu'il prenne appui contre chaque côté de ladite ouverture ;

Gl) Insérer une partie périphérique d'un élément d'obturation dans une gorge présente dans chaque profilé télescopique du cadre et présentant un premier profil déterminé, Hl) Positionner de manière ajustée dans ladite gorge un moyen de retenue, présentant un deuxième profil déterminé complémentaire du premier profil de ladite gorge ;

II) Positionner de manière ajustée au moins un joint dans le moyen de retenue, le joint présentant un troisième profil déterminé agencé pour coopérer avec ledit deuxième profil déterminé dudit moyen de retenue, de façon à assurer une retenue sur ledit cadre et pour y fixer la partie périphérique de l'élément d'obturation, de sorte à former un système d'obturation de ladite ouverture ;

caractérisé en ce qu'il comprend entre l'étape Bl) et l'étape Gl) les étapes suivantes : Cl) placer verticalement un montant télescopique précédent entre le profilé télescopique horizontal supérieur et le profilé télescopique horizontal inférieur, de telle sorte que chaque élément longitudinal des butées de jonction est inséré dans une lumière du cadre de manière à bloquer le montant télescopique dans une direction non coplanaire au cadre, et à autoriser un déplacement du montant télescopique dans une direction longitudinale parallèle audit montant télescopique ;

Dl) placer une première extrémité d'un moyen de contrainte élastique contre chaque butée agencée sur deux faces latérales du montant télescopique, contraindre chaque moyen de contrainte élastique et fixer une seconde extrémité de chaque moyen de contrainte élastique sur une face intérieure du profilé télescopique supérieur horizontal et du profilé télescopique inférieur horizontal, de telle sorte que le montant télescopique est suspendu entre les deux profilés horizontaux du cadre par les moyens de contrainte élastique.

Selon des modes de réalisation particuliers : • le procédé peut comprendre après l'étape Dl), une étape El) consistant à actionner un moyen de réglage d'écartement réciproque de deux éléments longitudinaux du montant télescopique pour augmenter la contrainte des moyens de contrainte élastique ;

• le procédé peut comprendre, en outre, après l'étape Dl) ou après l'étape El), une étape F 1 ) consistant à déployer un pied amovible du montant vertical de manière non coplanaire au cadre.

L'invention a également pour objet un procédé d'obturation d'une ouverture, comprenant les étapes suivantes :

A2) dépose sur le sol une première pièce de jonction élastique en « T » d'un système d'obturation précédent à l'emplacement souhaité, puis insérer dans le manchon de cette pièce de jonction élastique en « T » une extrémité libre du mat télescopique, dont l'autre extrémité porte déjà l'autre pièce de jonction élastique en « T » ;

B2) étendre verticalement le mat jusqu'à ce que le profilé transversal de la deuxième pièce de jonction élastique en « T » entre en contact avec le plafond, et de manière à appliquer une contrainte verticale élastique minimum aux deux profilés transversaux des pièces de jonction élastique en « T » par l'intermédiaire des lames ressort ;

C2) répéter les étapes A2) et B2) avec d'autres montants télescopiques identiques si la largeur de l'ouverture à obturer le nécessite ;

D2) positionner les éléments transversaux du cadre contre le sol et contre le plafond en les combinant de manière télescopique au profilé transversal de chaque pièce de jonction élastique en « T » ;

E2) insérer les éléments longitudinaux télescopiques entre deux pièces de jonction d'angle rigide, puis les appliquer contre les murs adjacents ;

F2) étendre verticalement les éléments longitudinaux télescopiques jusqu'à ce que les pièces de jonction d'angle rigide soient calées contre les murs et contre le plafond et le sol, puis verrouiller l'ensemble des éléments télescopiques pour que le cadre soit appliqué contre les murs, le plafond et le sol de l'ouverture à obturer ; et

G2) installer la bâche d'obturation en la fixant par pincement sur le cadre par l'intermédiaire d'un joint inséré en force dans la gorge périphérique frontale ;

Selon un mode de réalisation particulier, l'étape B2) peut comprendre l'actionnement d'un moyen de réglage d'écartement réciproque de deux éléments longitudinaux du montant télescopique pour augmenter la contrainte des moyens de contrainte élastique. L'invention a également pour objet une lame ressort pour un montant télescopique précédent, comprenant, à chaque extrémité, un premier organe de fixation et un second organe de fixation, les premier et second organes de fixation étant distants l'un de l'autre dans une direction longitudinale de la lame ressort.

Selon des modes de réalisation particuliers :

• le premier organe de fixation peut comprendre une encoche destinée à recevoir une première molette filetée, et le second organe de fixation comprend un trou destiné à recevoir une seconde molette filetée ; ou

· le premier organe de fixation peut comprendre une encoche destinée à recevoir une première molette filetée, et le second organe de fixation comprend un ergot destiné à être inséré dans une lumière de la traverse transversale du cadre.

L'invention a également pour objet une pièce de jonction élastique en T destinée à être fixée à chaque extrémité d'un mat télescopique d'un montant télescopique longitudinal précédent, comprenant :

• un manchon longitudinal, destiné à recevoir une extrémité du mat télescopique ;

• un profilé transversal destiné à être intégré au sein d'une traverse transversale du cadre du système d'obturation ;

· deux lames ressort de contrainte élastique contre le profilé transversal, agencées sur deux faces latérales du mat tournées chacune vers une face intérieure du cadre, en position d'utilisation, chaque extrémité de chaque lame ressort étant fixée respectivement au manchon et au profilé transversal par deux moyens de fixation distants l'un de l'autre dans une direction longitudinale de la lame ressort.

Selon un mode de réalisation particulier, le profilé transversal peut présenter deux bras d'angle, formant entre eux un angle de renvoi, et au moins un bras d'équilibrage agencé à l'opposé des bras d'angle et dans un même plan.

D'autres caractéristiques de l'invention seront énoncées dans la description détaillée ci- après, faite en référence aux dessins annexés, qui représentent, respectivement :

- la figure 1, une vue schématique en perspective d'un premier mode de réalisation d'un système d'obturation selon l'invention d'une ouverture délimitée par des murs adjacents ; la figure 2, une vue schématique partielle en plan d'un montant télescopique selon le premier mode de réalisation de l'invention engagé dans un cadre du système d'obturation de la figure 1 ;

la figure 3, une vue schématique en perspective d'une extrémité supérieure d'un montant télescopique selon le premier mode de réalisation de l'invention engagé dans un cadre du système d'obturation de la figure 1 ;

- les figures 4 et 5, des vues schématiques en perspective de deux exemples de réalisation d'une butée de jonction d'un montant télescopique selon le premier mode de réalisation de l'invention ;

la figure 6, une vue schématique en perspective partielle d'un montant télescopique selon le premier mode de réalisation de l'invention équipé d'un un pied amovible ;

- la figure 7, une vue schématique en perspective d'une extrémité supérieure d'une variante d'un montant télescopique selon le premier mode de réalisation de l'invention ;

la figure 8, une vue schématique en perspective d'une pièce de jonction élastique en T destinée à être fixée à l'extrémité supérieure d'un montant télescopique selon un deuxième mode de réalisation de l'invention ;

- les figures 9 à 11 , des vues schématiques en perspective de trois exemples de réalisation de lames de ressort pour la pièce de jonction élastique en T de la figure 8 ;

les figures 12 à 15, des vues schématiques en perspective d'un procédé d'installation du montant télescopique selon le deuxième mode de réalisation de l'invention ;

les figures 16 et 17, des vues schématiques respectivement en perspective et en plan vue de dessus d'une variante de la pièce de jonction élastique en T de la figure 8 permettant une installation non linéaire du système d'obturation selon l'invention ; et

la figure 18, une vue schématique en plan vue de dessus d'un système d'obturation selon l'invention équipé de deux pièces de jonction élastique en T de la figure 17 et installé de manière non linéaire entre deux murs d'une pièce pour contourner un obstacle.

La figure 1 illustre un premier mode de réalisation d'un système d'obturation 1 selon l'invention, en position d'utilisation dans l'ouverture d'un couloir C de grande largeur L.

Le système 1 comprend un élément d'obturation 10, tel qu'une bâche, fixée de manière étanche sur une cadre périphérique 11 en contact étanche avec les cloisons C1-C4 du couloir C : murs latéraux C1-C2, sol C3 et plafond C4.

Le cadre 11 est plan et comprend, en position d'utilisation, au moins une traverse horizontale supérieure, et des montants latéraux. Avantageusement, il comprend également une traverse horizontale inférieure. Dans un mode de réalisation le plus simple, le cadre est discontinu, au sens où la ou les traverses et les montants ne sont pas solidaires les uns avec les autres.

Dans un mode de réalisation préféré, le cadre est continu et télescopique. Dans ce cas, il est avantageusement constitué par l'assemblage de quatre profilés télescopiques : deux profilés télescopiques verticaux droit 111 et gauche 113, et deux profilés télescopiques horizontaux haut 112 et bas 114.

Le cadre 11 présente :

o une face frontale l ia, faisant face à l'observateur de la figure 1, et comprenant une gorge périphérique continue de fixation de l'élément d'obturation ;

o une face intérieure 1 lb tournée vers l'ouverture en position d'utilisation, c'est-à-dire perpendiculaire à l'observateur de la figure 1.

Le couloir présentant une largeur L importante, le propre poids du profilé horizontal haut 112 induirait une flèche importante vers le bas, rompant l'étanchéité à la poussière du système.

Ce problème se poserait également en bas, du fait de la fixation de la bâche 10 qui a tendance à tirer le profilé horizontal bas 114 vers le haut.

Afin d'éviter ces flèches, le système d'obturation selon l'invention comprend un montant télescopique central 20, visible par transparence à travers la bâche 10 sur la figure 1.

Dans ce premier mode de réalisation, le montant télescopique 20 est destiné à être fixé à la face intérieure 1 lb du cadre 11 déjà installé. Le montant télescopique 20 présente, comme le cadre, une face frontale 20a, et deux faces latérales 20b tournées vers l'ouverture du couloir de manière à se trouver dans le prolongement de la face intérieure 1 lb du cadre 11. Autrement dit, les faces latérales 20b du montant sont tournées chacune vers une face intérieure 1 lb du cadrel l .

Comme illustré en figure 2, le montant télescopique 20 comprend un mat télescopique 21 constitué d'éléments longitudinaux 21a-21b-21c-21d-21e agencés de manière télescopiques. Sur cet exemple de réalisation, les éléments longitudinaux 21b et 21d sont des profilés mâles insérés de manière coulissante dans les éléments longitudinaux 21a, 21c et 21e constitués de profilés femelles. D'autres configurations sont possibles sans sortir de l'invention, du moment que le mât 20 peut être réglable en hauteur et s'adapter au cadre 11 mis en place.

Dans ce premier mode de réalisation, le mat 21 est maintenu dans le plan du cadre 11 par deux butées de jonction 22 (visibles plus en détail sur les figures 3 à 5) agencées aux extrémités 211-212 du mat 21 et en prise avec la face intérieure 1 lb du cadre 11. Le maintien du mat 21 sur le cadre et sa mise en fonction sont assurés par quatre lames ressort 23 fixées en contrainte élastique sur la face intérieure 1 lb du cadre 11 et sur les faces latérales 20b du mat 21. Comme il sera décrit en relation avec la figure 7, tout autre moyen de contrainte élastique peut être utilisé, du moment qu'il exerce une contrainte élastique de poussée entre le cadre 11 et le mat 21.

Plus précisément, comme illustré en figure 3, le mat 21 comprend à chaque extrémité 211-212 une butée de jonction 22 munie d'au moins un élément longitudinal 22a destiné à être inséré dans une lumière 11c du cadre 11 prévue à cet effet de manière, en position d'utilisation, à bloquer le montant télescopique dans une direction non coplanaire au cadre, et à autoriser un déplacement du montant télescopique dans une direction longitudinale V parallèle au montant télescopique.

Dans le mode de réalisation illustré, la lumière 11c est constituée par une gorge longitudinale ménagée tout le long de la face intérieure 1 lb du profilé horizontal 112.

À proximité de chaque extrémité du mat 21, une buté 24 (voir figure 2) pour chaque moyen de contrainte élastique 22, tel qu'un ressort plat, est agencée sur les deux faces latérales 21b.

Dans le mode de réalisation le plus simple, les butées sont fixes sur le mat, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas réglables en hauteur. Elles peuvent être constituées, par exemple, par une tige traversant transversalement le mat à proximité de chaque extrémité du mat. Chaque lame ressort présente alors avantageusement une encoche à chaque extrémité pour s'engager autour et contre la tige.

Dans le mode de réalisation illustré en figures 1 et 2, chaque butée 24 est mobile et réglable en position le long du mat. Par exemple, chaque butée 24 est constituée d'une molette

24 filetée en prise avec une pièce taraudée (non visible sur les figures) logée dans une gorge

25 portée sur toute ou partie de chaque face latérale 20b du mat 21.

La molette filetée peut être vissée dans la pièce taraudée pour être coincée en force contre le mat. Pour modifier la position de la butée 24 sur le mat, il suffit de dévisser légèrement la molette et la pièce taraudée, de déplacer l'ensemble à la position souhaitée, puis de revisser fortement la molette.

De manière complémentaire, la face intérieure 1 lb du cadre 11 comprend au moins une lumière d'insertion 11c de l'élément longitudinal 22a de la butée de jonction 22 du montant télescopique 20, et au moins un organe de fixation réglable des moyens de contrainte élastique.

Avantageusement, comme illustré en figure 3, l'organe de fixation réglable est également constitué d'une molette 121 filetée en prise avec une pièce taraudée (non visible sur les figures) logée dans la gorge 11c portée par la face intérieure 10b du cadre 11.

Pour contraindre chaque lame ressort 23, il suffit alors d'engager une première extrémité de chaque lame ressort 23 autour de la tige de la molette filetée 24, de placer cette dernière à la hauteur souhaitée sur le mat 21, et de la visser fortement en position.

Ensuite, on engage l'autre extrémité de la lame ressort 23 autour de la tige de la molette filetée 121, et l'on pousse en force la molette 121 vers le mat 21 de manière à contraindre la lame ressort 23 et à ce que le profilé 112 se soulève jusqu'à être en contact avec le plafond. Puis on visse fortement la molette pour la fixer en position dans la gorge 11c. Il est bien entendu possible de fixer d'abord la molette 121, puis de contraindre la lame ressort avec la molette portée par le mat 21. Ce qui importe c'est que, au final, les quatre lames ressorts 23 (deux en haut et deux en bas, de part et d'autre du mat) soient contraintes élastiquement.

Dans cette position, le mat est éloigné du profilé horizontal 112 d'une hauteur Hf de fonctionnement. Le mat ne peut cependant pas basculer hors du plan du cadre grâce aux éléments longitudinaux 22a de la butée de jonction 22 qui restent en prise dans la gorge 11c.

Deux modes de réalisation de la butée de jonction 22 sont illustrés en figures 4 et 5.

La butée de jonction 22 de la figure 4 présente deux éléments longitudinaux 22a destinés à être insérés dans une lumière du cadre, et une base 22b destinée à être insérée à l'extrémité du mat 21.

Si le mat 21 est constitué de profilés télescopiques, la base 22b présente une forme complémentaire à la lumière interne du profilé d'extrémité. Bien qu'aucune contrainte d'arrachement ne soit appliquée à la butée de jonction, il est préférable de prévoir que la butée de jonction soit munie d'un organe de fixation au mat 21. Il peut s'agit, par exemple, d'un pion rétractable élastiquement destiné à s'engager dans un orifice prévu à dessein dans le mat 21.

Comme illustré en figure 5, la butée de jonction 22' peut ne comprendre qu'un seul élément longitudinal 22c.

Ce qui importe, c'est que le ou chaque élément longitudinal présente une longueur suffisante pour permettre à la fois un écartement longitudinal libre du cadre et un blocage du mat hors du plan du cadre.

De préférence, la butée de jonction présente une forme générale non circulaire pour empêcher le mât de pivoter sur lui-même lors du serrage en force des lames ressort 23 par leur molette filetée 121 respective.

De manière optionnelle, le mat peut comprendre, en outre, un moyen de réglage d'écartement réciproque de deux éléments longitudinaux. Ce moyen de réglage permet d'augmenter la contrainte verticale des lames ressorts 23 après que ces dernières aient été fixées au cadre 11 et au mat 21. En effet, en écartant mutuellement deux élément longitudinaux du mat 21, on écarte également les butées 24 de l'extrémité supérieure et de l'extrémité inférieure du mat.

Il est alors possible de positionner les lames ressorts en contrainte et ainsi suspendre le mat 21 dans une première position, puis d'augmenter la contrainte avec le moyen de réglage, jusqu'à ce que les profilés horizontaux 112-114 du cadre soient parfaitement plaqués contre le plafond et le sol.

Un tel moyen de réglage d'écartement réciproque peut, par exemple, être constitué par une crémaillère et un cliquet, ou par une section du mat vissable/dévissable.

Grâce à l'invention, lorsque les quatre lames ressorts 23 sont contraintes, le montant télescopique 20 est suspendu entre les deux profilés horizontaux du cadre par les ressorts. Autrement dit, le mat 21 se trouve à une distance de fonctionnement Hf du cadre 11. Il n'est retenu dans le plan du cadre 11 que par les éléments longitudinaux des butées de jonction qui empêchent le montant de basculer hors du plan du cadre. Latéralement, il est retenu par les ressorts, mais verticalement il dispose d'un certain degré de liberté.

Cette liberté de mouvement dans le sens longitudinal (vertical en utilisation) entre le montant télescopique selon l'invention et le cadre, permet aux ressorts 23 d'appliquer une contrainte dans la direction longitudinale V. Dans la direction transversale (horizontale en utilisation), perpendiculaire à la direction longitudinale V, la contrainte des ressorts ne s'applique qu'au montant longitudinal et non au cadre. Les contraintes dues à chaque ressort sont opposées et s'annulent, empêchant tout glissement transversal du mat 21 dans le plan du cadre.

La contrainte est donc uniquement appliquée longitudinalement aux profilés horizontaux du cadre par les ressorts, et non par au montant lui-même.

La contrainte appliquée est donc à la fois forte et répartie sur la largeur du cadre comprise entre les ressorts.

Ceci empêche l'écrasement des profilés du cadre et applique une contrainte forte sur une distance importante. Bien entendu, si l'ouverture est très large, plusieurs montants longitudinaux selon l'invention seront nécessaires. Mais en comparaison avec des montants qui n'appliquerait une force que ponctuellement (par exemple un étai classique), le nombre de montants longitudinaux nécessaire est bien moindre, à longueur d'ouverture identique.

Il est alors possible d'utiliser une bâche 10 munie d'une ouverture à glissière 10a, sans risque que les personnes passant par l'ouverture à glissière ne soient gênées par le montant longitudinal.

Le montant longitudinal selon l'invention permet d'obturer une ouverture du type ouverture de porte ou de fenêtre délimitée par une huisserie ou de type délimitée par des murs adjacents, par les étapes suivantes :

A) Joindre au moins quatre profilés télescopiques deux à deux par un organe de jonction pour former un cadre 11 comprenant deux profilés télescopiques latéraux verticaux 111-113, un profilé télescopique supérieur horizontal 112 et un profilé télescopique inférieur horizontal 114, chaque organe de jonction présentant une première extrémité agencée pour être reliée à un profilé télescopique vertical 111-113, et une deuxième extrémité agencée pour être reliée à un profilé télescopique horizontal 112-114 adjacent audit premier profilé,

B) Placer le cadre à l'intérieur de l'ouverture et l'ajuster de telle sorte qu'il prenne appui contre chaque côté de ladite ouverture. Si l'ouverture est large, le profilé supérieur horizontal 112 ne sera en contact avec le plafond qu'à proximité des profilés verticaux. Au centre, il présentera une flèche et ne sera pas en contact avec le plafond ;

C) placer verticalement un montant télescopique selon l'invention entre le profilé télescopique supérieur horizontal 112 et le profilé télescopique inférieur horizontal 114, de telle sorte que chaque élément longitudinal 22a des butées de jonction 22 est inséré dans une lumière 1 le du cadre 11 de manière à bloquer le montant télescopique dans une direction non coplanaire au cadre, et à autoriser un déplacement du montant télescopique dans une direction longitudinale V parallèle audit montant télescopique ;

D) placer une première extrémité d'un moyen de contrainte élastique 23, tel qu'une lame ressort, contre chaque butée 24 agencée sur deux faces latérales 20b du montant télescopique, contraindre chaque moyen de contrainte élastique 23 et fixer une seconde extrémité de chaque moyen de contrainte élastique sur une face intérieure du profilé télescopique supérieur horizontal et du profilé télescopique inférieur horizontal, de telle sorte que le montant télescopique est suspendu entre les deux profilés horizontaux du cadre par les ressorts ;

G) Insérer une partie périphérique de l'élément d'obturation dans une gorge présente sur une face frontale de chaque profilé télescopique du cadre et présentant un premier profil déterminé ;

H) Pour un système d'obturation similaire à celui décrit dans le document WO2015140301, positionner de manière ajustée dans ladite gorge un moyen de retenue, présentant un deuxième profil déterminé complémentaire du premier profil de ladite gorge ; et

I) Positionner de manière ajustée au moins un joint dans le moyen de retenue, le joint présentant un troisième profil déterminé agencé pour coopérer avec ledit deuxième profil déterminé dudit moyen de retenue, de façon à assurer une retenue sur ledit cadre et pour y fixer la partie périphérique de l'élément d'obturation, de sorte à former un système d'obturation de ladite ouverture. II peut également être prévu, lorsque le montant longitudinal selon l'invention comprend un moyen de réglage d'écartement réciproque de deux éléments longitudinaux, une étape E) après l'étape D), consistant à actionner le moyen de réglage d'écartement réciproque pour augmenter la contrainte des moyens de contrainte élastique.

Outre le problème de flèche vertical en cas de large ouverture, le montant longitudinal selon l'invention peut également permettre de résoudre le problème de flèche horizontale créée lorsque l'installateur souhaite insérer en force le joint de retenue de la bâche dans la gorge périphérique portée par la face frontale du cadre. Ce problème est d'autant plus présente lorsqu'un système d'obturation similaire à celui décrit dans le document WO2015140301 est utilisé.

En effet, lorsque la largeur de l'ouverture est importante, les forces de frottement entre les profilés horizontaux 112-114 et leur support (plafond et sol) sont très faibles, voir nuls au niveau de la flèche.

Le montant longitudinal selon l'invention restaure des forces de frottement importantes lorsqu'il est mis en position d'utilisation.

De manière complémentaire, le montant longitudinal selon l'invention peut servir de support à une structure de renforcement du système contre des flèches horizontales. Ces flèches peuvent être présentes lorsque l'installateur force sur le cadre pour insérer le joint ou lorsqu'il y a de forts courant d'air. Dans ce dernier cas, la surface importante de l'ouverture implique généralement que le système d'obturation subit de fortes pressions et dépression par l'intermédiaire de la bâche.

Ainsi, selon un mode de réalisation avantageux de l'invention, illustré en figure 6, le montant longitudinal télescopique comprend, en outre, un pied amovible 30 comprenant une tige d'appui 31 sur un sol, de préférence fixée de manière amovible à une extrémité du montant, et un étai oblique 32 fixé d'une part à la tige d'appui 31 et, d'autre part, au montant télescopique 20, en particulier au mat 21, entre les deux extrémités du montant télescopique, de telle sorte, qu'en utilisation, le pied 30 est non coplanaire au cadre 11 du système d'obturation 1.

Ce pied 30 rigidifîe l'ensemble et permet de limiter la formation de flèches horizontales, notamment en cas de courant d'air.

Il permet également d'exercer une contre-pression lorsque l'installateur insère en force le joint de fixation de la bâche dans la gorge périphérique frontale du cadre.

L'installateur peut donc être seul lors de l'installation, sans avoir à demander à une deuxième personne de mettre son pied contre le cadre pour permettre l'insertion en force du joint.

Ainsi, après avoir installé le montant télescopique selon l'invention, la mise en place du système d'obturation selon l'invention peut comprendre après l'étape D) ou après l'étape E), une étape F) consistant à déployer le pied amovible 30 du montant vertical de manière non coplanaire au cadre 11.

A titre d'exemple, une variante de moyen de contrainte élastique est illustrée en figure 7, dans laquelle le maintien du mat 21 sur le cadre et sa mise en fonction sont assurés par quatre vérins 23 a fixés en contrainte élastique sur la face intérieure 1 lb du cadre 11 et sur les faces latérales 20b du mat 21 par F intermédiaires de pattes de fixation 121b. Cette variante évite toute rotation du mat 21 sur lui-même lors de la mise en contrainte élastique par les vérins. Cependant, cette variante est chère et les vérins peuvent être lourds.

Dans un mode de réalisation avantageux de montant télescopique selon l'invention, chaque butée 24 est constitué » de deux molettes filetées 24 en prise avec le mat 21.

Les deux molettes filetées 24 peuvent être vissées dans une pièce taraudée coulissante dans une gorge (non illustrée) pour être coincée en force contre le mat.

Dans le cas où la butée 24 est mobile, la position de la butée 24 sur le mat peut être modifiée en dévissant légèrement les molettes et la pièce taraudée, de déplacer l'ensemble à la position souhaitée, puis de revisser fortement les molettes.

De manière complémentaire, la face intérieure 1 lb du cadre 11 comprend deux organes de fixation réglable des moyens de contrainte élastique.

Avantageusement, comme illustré en figure 8, l'organe de fixation réglable est constitué de deux molettes filetées 121 en prise avec une pièce taraudée (non visible sur les figure) logée dans la gorge 11c portée par la face intérieure 10b du cadre 11.

Un exemple de réalisation d'une lame ressort fixable par deux molettes filetées 24-121 est illustrée en figure 9, dans laquelle seule une extrémité de la lame ressort 330 est illustrée, l'autre extrémité étant identique.

Dans cet exemple l'extrémité de la lame ressort 330 comprend une encoche 331 destinée à recevoir une première molette filetée 24-121, et un trou 332 destiné à recevoir une seconde molette filetée 24-121, distant de l'encoche 331 dans une direction longitudinale L3 de la lame ressort 330. L'encoche 331 est pratique pour placer la molette dans la lame ressort, mais elle peut être remplacée par un trou.

Pour contraindre chaque lame ressort 330, il suffit alors d'engager une première extrémité de chaque lame ressort 330 autour des tiges filetées des molettes filetées 24, de placer ces dernières à la hauteur souhaitée sur le mat 21, et de les visser fortement en position.

Puis, on engage l'autre extrémité de la lame ressort 330 autour des tiges des molettes filetées 121, et l'on pousse en force les molettes 121 vers le mat 21 de manière à contraindre la lame ressort 330 et à ce que la traverse transversale 112 se soulève jusqu'à être en contact avec le plafond. Puis on visse fortement les molettes 121 pour les fixer en position dans la gorge 11c. Il est bien entendu possible de fixer d'abord les molettes 121, puis de contraindre la lame ressort avec les molettes 24 portées par le mat 21. Ce qui importe c'est que, au final, les quatre lames ressorts 330 (deux en haut et deux en bas, de part et d'autre du mat) soient contraintes élastiquement.

Alternativement, au lieu d'utiliser une deuxième molette filetée 24-121 à chaque extrémité des lames ressort 330, il est possible d'utiliser des lames ressort spécialement conçues pour limiter les risques de torsions lors du serrage.

Deux exemples de réalisation sont illustrés en figures 10 et 11.

Sur ces figures, la seconde molette filetée 24-121 et son trou de réception 332 sont remplacés par un ergot cylindrique 333 (figure 10) ou un ergot longiligne 334 (figure 11) distants de l'encoche 331 par une distance déterminée D dans une direction longitudinale L3 de la lame ressort 330.

L'ergot 333-334 est destiné à être inséré dans une lumière 11c prévue à cet effet dans la traverse transversale du cadre 11 ou, comme décrit ci-après, dans une lumière 11 c du profilé transversal 312 d'une pièce de jonction élastique en T 310 du deuxième mode de réalisation (figures 8 à 18 ; le profilé transversal 312 étant destiné à être intégré à la traverse transversale du cadre 11).

De cette manière, en position d'utilisation, la torsion du mat est empêchée lorsque la molette filetée 121 est serrée.

Dans le mode de réalisation illustré en figure 8, la lumière 11c est avantageusement constituée par une gorge longitudinale 11c ménagée tout le long de la face intérieure 1 lb du profilé transversal 312 et destinée à recevoir la première molette filetée 121 et l'ergot 333- 334.

À cette fin, la hauteur de l'ergot 333-334 doit être suffisante pour qu'il reste engagé dans la gorge lors du serrage en position d'utilisation, tout en évitant d'entrer en contact avec le fond de la gorge et de créer un point d'appui contre la traverse horizontale 312.

L'avantage d'utiliser deux molettes filetées, ou une molette filetée et un ergot, à chaque extrémité des lames ressorts 23 au lieu d'une seule molette filetée, est que le serrage des lames n' entraine aucune rotation du mât sur lui-même.

Un autre avantage est que le mât est maintenu dans le plan du cadre, sans avoir besoin d'utiliser une butée de jonction 22. Le mat peut donc être plus court, de sorte que ses extrémités se trouvent à une distance relativement importante, bien supérieure à la distance Hf du premier mode de réalisation. Le montant longitudinal est donc plus léger, moins coûteux en matière, et la contrainte élastique est plus facile à régler puisque l'on dispose de plus de distance entre les extrémités du mat et le cadre (en particulier le profilé transversal 312 des pièces de jonction souple en « T » du mode de réalisation décrit ci-après).

Cet avantage permet ainsi de proposer un deuxième de mode de réalisation d'un montant télescopique longitudinal 300 pour un deuxième de mode de réalisation d'un système d'obturation 2 d'une ouverture selon l'invention.

Ce deuxième mode de réalisation est particulièrement avantageux car il permet une installation par une personne seule, installation qui sera décrite en relation avec les figures 12 à 15. En outre, il permet d'éviter à l'installateur de régler la contrainte des lames ressort 330, contrainte qui peut être préréglée en usine ou avant toute installation.

Dans ce deuxième mode de réalisation, le montant télescopique 300 selon l'invention comprend :

• un mat télescopique 21 constitué d'éléments longitudinaux 21a, 21b, 21c, 21d, 21e agencés de manière télescopique ; et

• deux pièces de jonction élastique en « T » 310 destinées à être fixées à chaque extrémité du mat télescopique 21 , chaque pièce de jonction comprenant :

o un manchon longitudinal 311, vertical en position d'utilisation, destiné à recevoir une extrémité du mat télescopique ;

o un profilé transversal 312 destiné à être intégré au sein d'une traverse transversale 112a du cadre 11 du système d'obturation ;

o deux lames ressort 330 de contrainte élastique contre le profilé transversal, agencées sur deux faces latérales 20b du mat 21 tournées chacune vers une face intérieure 1 lb du cadre, en position d'utilisation, chaque extrémité de chaque lames ressort 330 étant fixée respectivement au manchon 311 et au profilé transversal 312 par deux organes de fixation (deux molettes filetées 24-121, ou une molette filetée 24-121 et un ergot 333-334) distants l'un de l'autre d'une distance déterminée D dans une direction longitudinale L3 de la lame ressort. La double fixation à chaque extrémité des lames ressort 330 évite à la fois toute torsion entre le profilé transversal 312 et le manchon longitudinal 311, mais également maintient le manchon longitudinal 311 dans le même plan que le profilé transversale 312.

II est alors possible de fournir un montant comprenant trois pièces à assembler : le mat télescopique 21 et les deux pièces de jonction élastique en « T » 310.

L'installation du système d'obturation 2 incorporant un tel montant télescopique 300 devient donc très facile pour une personne seule.

Ainsi, comme illustré en figure 12, l'installateur dépose sur le sol C3 une première pièce de jonction élastique en « T » 310a à l'emplacement souhaité.

Puis il insère dans le manchon 311 de cette pièce de jonction élastique en « T » 310a une extrémité libre du mat télescopique 21 , dont l'autre extrémité porte déjà l'autre pièce de jonction élastique en « T » 310b.

Comme illustré en figure 13, l'installateur pivote alors verticalement le mat 21 selon la flèche Fl et l'étend selon les flèches F2-F3 jusqu'à ce que le profilé transversal 312 de la deuxième pièce de jonction élastique en « T » 310b entre en contact avec le plafond C4, et de manière à appliquer une contrainte verticale élastique minimum aux deux profilés transversaux 312 des pièces de jonction élastique en « T » 310a-310b par l'intermédiaire des lames ressort 330.

Dans un mode de réalisation non illustré, le mat peut comprendre, en outre, un moyen de réglage d'écartement réciproque de deux extrémités afin d'augmenter la contrainte verticale des lames ressorts 330.

Un tel moyen de réglage d'écartement réciproque peut, par exemple, être constitué par une crémaillère et un cliquet, ou par une section du mat vissable/dévissable.

L'installateur peur ainsi répéter l'opération avec d'autres montants télescopique identiques si la largeur de l'ouverture à obturer le nécessite.

Comme illustré en figure 14, une fois le ou les montants télescopique(s) selon le deuxième mode de réalisation installé(s), l'installateur peut positionner les éléments transversaux 112a-l 14a et les pièces de jonction d'angle rigide 115 du cadre contre le sol C3 et contre le plafond C4 en les combinant de manière télescopique, selon les flèches F4, F5, F6 et F7, au profilé transversal 312 de chaque pièce de jonction élastique en « T » 310a-310b.

Cet emboîtement télescopique évite aux éléments longitudinaux du cadre situés en hauteur de tomber. Il permet également, lorsque le cadre est complet, de transmettre la contrainte élastique exercée par le montant selon l'invention, à tous les éléments transversaux (horizontaux hauts et bas en position d'utilisation) du cadre, évitant ainsi la formation de creux ou de flèches dans ces éléments transversaux.

L'installateur insère ensuite les éléments longitudinaux télescopiques 111-113 entre deux pièces de jonction d'angle rigide 115 selon les flèches F8 et F9, puis il les applique contre les murs Cl et C2.

A l'étape suivante, illustrée à la figure 15, l'installateur étend verticalement les éléments longitudinaux télescopiques 111-113 selon les flèches F10 et Fl 1 jusqu'à ce que les pièces de jonction d'angle rigide 115 soient calées contre les murs C1/C2 et contre le plafond C4/le sol C3. Il peut alors verrouiller 1 ' ensemble des éléments télescopiques 111-112-113-114 pour que le cadre soit appliqué contre les parois Cl, C2, C3, C4 de l'ouverture à obturer.

Avantageusement, le cadre est un système d'obturation selon le document WO2015140301. Dans ce cas, l'installateur actionner également les lames ressort 115a du cadre pour que le cadre soit appliqué en force contre les parois Cl, C2, C3, C4 de l'ouverture à obturer.

Il ne lui reste plus qu'à installer la bâche d'obturation en la fixant par pincement sur le cadre par l'intermédiaire d'un joint inséré en force dans la gorge périphérique frontale.

Les pièces de jonction élastique en « T » 310a-310b assurent une contrainte sur les éléments transversaux sur une grande portée, évitant la formation d'une flèche sur toute la largeur de l'ouverture. Bien entendu, en cas de très grande largeur d'ouverture, il peut être nécessaire de disposer plusieurs montants longitudinaux selon l'invention, mais leur espacement permettra toujours de ménager un passage dans la bâche pour permettre à des gens de passer confortablement.

Un autre avantage du deuxième mode de réalisation d'un montant selon l'invention comprenant des pièces de jonction élastique en « T » est qu'il est possible, moyennant une modification de l'agencement du profilé transversal 312 des pièces de jonction élastique en « T », d'utiliser ces montants pour former des coins afin de proposer un système d'obturation capable de s'adapter à des passages non nécessairement linéaires ou comportant un ou plusieurs obstacles (poteaux, colonnes sanitaires, installations inamovibles, etc.), sur lesquels il est impossible d'appuyer le cadre.

Les figures 16 et 17 illustrent un exemple de réalisation d'une variante de la pièce de jonction élastique en T de la figure 8 permettant une installation non linéaire du système d'obturation selon l'invention en formant un angle dans le cadre.

Dans cette variante, le profilé transversal 412 des pièces de jonction élastique en « T » 410 n'est pas rectiligne mais présente deux bras d'angle 413, formant entre eux un angle de renvoi a, ici de 90°. L'angle a entre les deux bras peut bien sûr être adapté en fonction de la conformation souhaitée du cadre. Il est ainsi possible de prévoir des pièces de jonction élastique en « T » 410 permettant des revois d'angle de différentes dimensions.

Le profilé transversal 412 comporte également au moins un bras d'équilibrage 414 agencé à l'opposé des bras d'angle et dans un même plan. Avantageusement, lorsque le bras d'équilibrage 414 est unique, il est colinéaire avec la bissectrice a/2 de l'angle a entre les deux bras d'angle 413. Le bras d'équilibrage 414 permet d'équilibrer l'appui du montant longitudinal contre le sol C3 et le plafond C4 en utilisation.

Il est bien sûr possible de prévoir autant de bras d'équilibrage 414 que de bras d'angle 413 et agencés en miroir avec eux pour assurer un meilleur équilibre de l'appui du montant longitudinal contre le sol C3 et le plafond C4.

Chaque bras d'angle 413 et bras d'équilibrage 414 est fixé au manchon 411 par l'intermédiaire d'une lame ressort 330 dont chaque extrémité comprend deux moyens de fixation (deux molettes filetées 24-121, ou une molette filetée 24-121 et un ergot 333-334) distants l'un de l'autre d'une distance déterminée D dans une direction longitudinale L3 de la lame ressort 330.

Selon l'angle choisi entre les deux bras d'angle, et le nombre de bras d'équilibrage 414 choisi, il peut être nécessaire de prévoir que la partie de fixation 411a du manchon 411 aux lames ressort 330 présente une forme adaptée.

Sur les figures 16 et 17, cette partie de fixation 411a présente une section triangulaire isocèle.

Grâce à cette variante, il est possible de concevoir un cadre d'obturation capable de contourner un obstacle, tel qu'un poteau 500 illustré à la figure 18. Il est ainsi possible d'insérer des montant longitudinaux selon l'invention qui non seulement évitent la formation de flèche des élément transversaux (horizontaux) du cadre, mais assurent également un renvoi d'angle solide capable de résister à des contraintes fortes, telles que celles appliquées par des courants d'air contre la bâche d'obturation, voir même contre des chocs de moyenne ampleur (chute d'objets contre le mat). C'est d'autant plus vrai si le montant longitudinal télescopique comprend, en outre, un pied amovible tel que celui illustré à la figure 6.

Selon des modes de réalisation non illustrés :

• le montant télescopique selon l'invention peut comprendre une gorge longitudinale sur une face frontale du mat, de manière à pouvoir fixer la bâche au montant en positionnant un joint au-dessus de la bâche et en insérant le tout en force dans la gorge.

• Le cadre peut comprendre, pour le premier mode de réalisation, une ou plusieurs lumières spécialement prévues pour recevoir les éléments longitudinaux 22a-22c des butées de jonction à la place de la gorge 11c. Ces ouvertures doivent permettre un coulissement longitudinal de la butée de jonction, tout en interdisant le basculement du mat hors du plan du cadre.