Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
TEMPORARY SEAL AND ASSOCIATED SEAL APPLICATION DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/029424
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a temporary seal consisting of a two-component silicone polymer, and to a corresponding application device for depositing the seal. Such a temporary seal is used as a provisional protective device, in particular in terms of prevention against the temporary flooding of a construction.

Inventors:
ARNAULT, Philippe (877 Chemin des Baraques, ROQUEVAIRE, 13660, FR)
Application Number:
FR2017/052196
Publication Date:
February 15, 2018
Filing Date:
August 04, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
OXSIL (877 Chemin des Baraques, ROQUEVAIRE, 13660, FR)
International Classes:
E06B9/00; C08G77/00; C08K5/54; C08L83/00; C09D133/00; E04B1/68
Domestic Patent References:
WO2015067478A12015-05-14
WO2000060011A12000-10-12
Foreign References:
FR2946654A12010-12-17
EP2031017A12009-03-04
DE202010017680U12012-05-08
FR2405985A11979-05-11
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
BRUN, Philippe (ZI Athélia IV - Espace Mistral - Bâtiment A, 297 Avenue du Mistral, CEDEX LA CIOTAT, 13705 CEDEX, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Joint d'étanchéité temporaire, consistant en un polymère silicone bicomposant, non adhérent et thixotrope, ledit joint étant agencé pour être positionné temporairement sur un ouvrant d'une construction, condamnant provisoirement par sa présence ledit ouvrant.

2. Joint d'étanchéité temporaire, pour lequel le polymère est conçu de sorte que le joint est à usage unique.

3. Joint d'étanchéité selon l'une quelconque des revendications précédentes, pour lequel le polymère est à prise rapide.

4. Joint d'étanchéité selon l'une quelconque des revendications précédentes, pour lequel le polymère est en outre hydrophile ou inerte chimiquement à 1 ' eau .

5. Dispositif d'application (10) d'un joint d'étanchéité conforme à l'une quelconque des revendications 1 ou 2, comprenant un contenant (11) comportant le joint d'étanchéité, caractérisé en ce que le dispositif (10) comporte des moyens (12,13) pour déposer ledit joint par extrusion coopérant avec ledit contenant (11) .

6. Dispositif d'application (10) selon la revendication précédente, pour lequel le contenant (11) consiste en une cartouche à double compartiments (11', 11''). Dispositif d'application (10) selon les revendications 5 ou 6, pour lequel le contenant (11) consiste en une cartouche coaxiale . Dispositif d'application selon la revendication 5, pour lequel le contenant comporte en son sein deux poches plastiques agencées pour chacune contenir un composant du polymère du joint d'étanchéité temporaire .

Description:
Joint d' étanchéité temporaire et dispositif d' application dudit joint associé

L'invention concerne le domaine des joints d' étanchéité temporaire. Ces derniers sont utilisés pour tous types d'usage, préférentiellement dans le cadre de la prévention des crues et inondations, plus généralement dans la prévention de toute submersion temporaire d'une construction, c'est-à-dire une habitation, un immeuble, un bâtiment privé ou professionnel, par de l'eau sous forme liquide ou plus généralement un fluide.

Dans la suite du document, l'invention sera décrite, de manière préférée mais non limitative, dans le cadre de la prévention des inondations.

Les inondations sont un fléau récurrent rencontré en France, en Europe et plus généralement dans le monde, causant de nombreux dommages. Ainsi, aucune zone géographique ne semble être épargnée par de tels phénomènes. Les inondations sont d'ailleurs considérées comme la catastrophe naturelle causant le plus de dégâts, notamment matériels.

Dans tout le document et au sens de l'invention, on considère une inondation comme toute submersion temporaire d'une zone géographique, pouvant comprendre ou non en son sein des constructions, par de l'eau liquide. A titre d'exemples non limitatifs, une telle inondation peut consister en un épisode de pluie intense, un débordement d'un cours d'eau dans son environnement proche, un ruissellement très important, des conséquences d'une rupture ou le débordement d'un ouvrage hydraulique artificiel ou un envahissement temporaire d'une zone côtière .

De telles inondations peuvent intervenir à la suite de nombreuses raisons, éventuellement cumulables. Bien souvent, lesdites inondations surviennent à la suite de causes naturelles, liées notamment aux phénomènes climatiques et aux aléas météorologiques. Elles peuvent également être la conséquence de phénomènes anthropiques , c'est-à-dire être inhérentes à la présence ou à l'action de l'être humain, comme par exemple certaines pratiques agricoles intensives, l'imperméabilisation inévitable des sols en zone urbaine entraînant une perte de la capacité d'absorption des sols ou certaines modifications climatiques globales, telles que la montée des océans ou la fonte des glaciers.

Quelle que soit la cause de tels phénomènes climatiques, comme précisé précédemment, les inondations provoquent non seulement de nombreux dégâts, mais de tels dégâts s'avèrent généralement conséquents, notamment au niveau des constructions ou infrastructures, telles que par exemple, des bâtiments ou encore des habitations.

Face à ces phénomènes qui peuvent apparaître de manière inattendue, soudaine et violente, des systèmes et méthodes de prévention et de protection ont été développés et mis en place. Outre les plans de sécurité et programmes de sensibilisation et prévention d'ores et déjà organisés en amont des inondations et crues, comme par exemple les plans familiaux de mise en sûreté ou équivalent, il existe également des dispositifs, consistant principalement en des mesures de protection temporaire agencés et/ou aptes à être employés, lors de l'arrivée de tels phénomènes météorologiques et ainsi réduire les éventuels dommages matériels que peuvent engendrer lesdits phénomènes météorologiques. Parmi les différents dispositifs existants, on distingue trois catégories principales.

Les figures 1A, 1B et 1C présentent un premier mode de réalisation d'un dispositif de protection temporaire existant. Selon ce premier mode de réalisation, un tel dispositif 1 peut consister en un ou plusieurs batardeaux 2. Le ou lesdits batardeaux peuvent consister principalement en des panneaux anti-inondation, généralement d'environ un mètre de hauteur et constitués principalement d'un métal non sensible à la corrosion, faisant barrière contre les montées d'eau, avantageusement positionnés devant les ouvertures 2o des habitations, telles que par exemple les portes, fenêtres et porte-fenêtres, voire dans certains cas les bouches d'aération, les bouches d'égouts et éventuellement les drains. Au sens de l'invention et dans tout le document, on entend par « ouverture », également qualifiée d'ouvrant, tout espace vide 2o défini entre deux parois, avantageusement des murs 2m, au sein d'une construction. Lesdits batardeaux peuvent également être adaptables aux portes de garages et/ou de patio. De tels batardeaux peuvent également comporter des moyens de fixation agencés pour coopérer de manière permanente avec les ouvertures qu' ils protègent des inondations et de manière amovible avec les batardeaux. De tels moyens de fixation peuvent éventuellement comporter une ou plusieurs cornières 2f en U ou charnières 2f' ' . Selon l'agencement des moyens de fixation, lesdits batardeaux 2 peuvent ainsi coopérer selon différentes liaisons mécaniques. Conformément à l'exemple décrit en lien avec la figure 1A, le batardeau 2 coopère avec la cornière 2f' selon une liaison glissière. En variante, conformément à l'exemple décrit en lien avec la figure 1B, le batardeau 2 coopère avec la charnière 2f' ' selon une liaison pivot. Ainsi, lors de l'arrivée de phénomènes météorologiques désastreux par exemple, l'utilisateur d'un ou plusieurs batardeaux, éventuellement habitant du logement équipé de tels batardeaux, devra installer le ou les panneaux pour permettre la protection dudit logement, garantissant une installation facilitée et par voie de conséquence rapide en quelques minutes. Ainsi, l'emploi du ou desdits batardeaux s'avèrent particulièrement intéressants, puisqu'ils proposent un réel potentiel d'étanchéité pour les ouvertures qu'ils protègent. Toutefois, de tels batardeaux présentent également un certain nombre d'inconvénients. Tout d'abord, le cadre d'action des batardeaux est limité dans sa hauteur. En effet, les batardeaux présentant des dimensions réduites, généralement inférieures à un mètre de hauteur, leurs actions sont limitées à un mètre de hauteur d'eau. Par ailleurs, lorsque l'inondation est rapide, voire même très soudaine, avec éventuellement beaucoup de courant, les batardeaux peuvent présenter des difficultés à résister et à assurer leur fonction de protection. Par ailleurs, dans de nombreux cas, lorsque l'ouverture à protéger n'est pas équipée de moyens de fixation adapté au batardeau employé, la mise en place du ou des batardeaux peut s'avérer longue et fastidieuse. Enfin, l'efficacité de tels batardeaux dépend de l'adhésion desdits dispositifs aux murs. Ainsi, selon la nature, le matériau composant le mur, le batardeau peut éventuellement ne pas être adéquat ou approprié à l'application voulue.

En variante ou en complément, la figure 2 présente un deuxième mode de réalisation d'un dispositif de protection temporaire existant. Selon ce deuxième mode de réalisation, un autre dispositif de protection 1 temporaire peut consister en un ou plusieurs sacs 3 de sable. Chaque sac est avantageusement au préalable rempli de sable. Les sacs 3 peuvent éventuellement ne pas être entièrement remplis. Puis, conformément à l'exemple de réalisation décrit en lien avec la figure 2, lesdits sacs 3 sont placés à plat, avantageusement en quinconce, dans le sens de la longueur par rapport au sens d'écoulement E éventuel de l'inondation. Les extrémités de chaque sac peuvent éventuellement être scellées. A minima, l'une des extrémités de chaque sac est scellée, tandis que l'autre extrémité peut être avantageusement rabattue sur elle- même pour permettre la fermeture de chaque sac. Cet agencement particulier des différents sacs permet la création d'une barrière et limite la pénétration de l'eau au sein d'une construction, voire dans certains cas garantit la filtration de ladite eau. L'emploi desdits sacs s'avère être la mesure la plus ancienne et la plus souvent utilisée. Toutefois, à l'instar des batardeaux, l'utilisation de tels sacs présente également un certain nombre de désavantages. La mise en place d'un tel dispositif requiert de s'assurer de la disponibilité du sable au préalable, avant inondation, requérant dans certains cas de stocker les sacs dans un espace de stockage dédié. Par ailleurs, de tels sacs peuvent s'avérer relativement lourds, requérant selon les cas, la présence d'une ou plusieurs personnes pour les déplacer et/ou les stocker. En outre, lesdits sacs sont généralement très longs à mettre en place et supposent des certitudes quant à l'imminence d'une inondation pour être mis en place, l'imminence d'une inondation étant pour autant un paramètre toujours incertain. Par ailleurs, le sable étant un matériau granulaire constitué de petites particules lui donnant, lorsqu'il est enceint dans un sac, une structure relativement molle, lesdits sacs peuvent être difficiles à manipuler. Enfin, le sable au sein du ou des sacs 3, de par sa nature physico ¬ chimique, absorbe l'eau, mais également les produits transportés par ladite eau. Aussi, une telle absorption, peut, dans certains cas, entraîner des problèmes d'odeur, mais également de contamination virale ou bactérienne. L'étanchéité s'avère être en réalité partielle, puisque le sable, constituant desdits sacs, présente un pouvoir absorbant limité. En variante ou en complément, pour pallier aux difficultés de stockage qu' imposent des sacs de sable, d'autres sacs anti-inondation ont été développés. Composés d'un gel polymère super-absorbant, de tels sacs anti-inondation constituent une barrière pour empêcher le passage de l'eau, en se gonflant par absorption de l'eau. Toutefois, lesdits sacs anti ¬ inondation imposent la présence d'un opérateur, puisque pendant l'inondation, il est nécessaire d'empiler les sacs au fur et à mesure que l'eau monte. Ainsi, le temps de gonflement des sacs parfois long peut alors constituer un lourd handicap.

Selon une troisième variante de réalisation (non représentée sur les figures) , un dispositif de protection temporaire existant peut consister en un emballage de la construction que l'on souhaite protéger. Un tel emballage comporte un ou plusieurs films plastiques avantageusement tendus le long d'un ou plusieurs murs de ladite construction. Le ou lesdits films plastiques peuvent être maintenus par tout moyen adapté, tel que, par exemple, une ou plusieurs briques ou encore du bois. Bien que permettant de limiter la pénétration de l'eau par les murs, ce dispositif présente également quelques inconvénients, puisqu'il doit, pour chaque construction ou bâtiment, être adapté, voire le cas échéant, agencé pour correspondre à ladite construction ou audit bâtiment. Ainsi, un tel dispositif de protection temporaire requiert un temps de mise en œuvre suffisamment long pour pouvoir permettre l'installation dudit dispositif. Ce dernier s'avère ainsi complètement inadapté en cas de situation d'urgence. En outre, des infiltrations sur les zones de jonctions et autres ouvertures peuvent néanmoins intervenir en l'absence de moyens de collage ou de verrouillage mécanique.

Face aux obstacles qu'entraînent les solutions, que ce soit en matière de temps ou de coûts, certains ont recours à des solutions « informelles », communément qualifiées de système D. A titre d'exemples non limitatifs, pour contrer les inondations, des riverains emploient tout moyen disponible pour solidariser et/ou assurer l'étanchéité des ouvertures ou plus généralement de supports de bâtiments, tel que des joints permanents, de la colle, du ciment, des mousses polyuréthanes expansives ...etc. Toutefois, à l'instar des dispositifs actuels précédemment décrits, de telles solutions informelles présentent également un certain nombre d'inconvénients. Tout d'abord, elles altèrent de manière permanente et/ou irréversible l'intégrité des supports sur lesquels elles sont appliquées. Par ailleurs, elles requièrent, dans certains cas, la technicité d'un spécialiste pour leur mise en œuvre. Enfin, elles nécessitent dans certains cas des précautions et la prise en compte de leurs propriétés physico-chimiques peut s'avérer un frein à l'application de telles solutions informelles. Enfin, elles ne peuvent constituer des alternatives fiables en situation d'urgence, car elles supposent des temps de mise en œuvre et de séchage relativement longs et restent aléatoires.

Finalement, à l'heure actuelle, il n'existe aucun système ou dispositif rapide sans action préalable, facile et léger à manipuler permettant de réduire les risques de destructions du fait des inondations et garantissant une protection temporaire aux inondations à moindre coût. En effet, les systèmes ou dispositifs existants requièrent dans la plupart des cas, une préparation, une manutention et/ou une installation préalables, empêchant systématiquement l'emploi, si aucune précaution n'a été prise en amont, de tels dispositifs ou systèmes en situation d'urgence.

L' invention permet de répondre à tout ou partie des inconvénients soulevés par les solutions connues.

Parmi les nombreux avantages apportés par un joint d'étanchéité temporaire selon l'invention et d'un dispositif d'application dudit joint associé, nous pouvons mentionner que celui-ci permet :

d'offrir un dispositif polyvalent et modulaire, de faible stockage, s' adaptant à toute configuration, tout support ou encore tout matériau constituant une ouverture à étanchéifier ;

de proposer une solution performante, économique, présentant un excellent rapport protection versus investissement dans des zones à faibles probabilités de sinistres ; de permettre à un utilisateur dudit joint d'étanchéité temporaire et dudit dispositif d'application associé de limiter, voire de prévenir rapidement et facilement tout risque d' inondation pour une durée limitée ; de garantir un dispositif de protection temporaire ne nécessitant pas de pré- dimensionnement des ouvertures ou plus généralement des zones à traiter, contrairement aux dispositifs de protection temporaire existants ;

d'offrir un dispositif de protection temporaire, n'altérant par le ou les supports de la zone à traiter ou protéger ;

d'assurer une grande facilité d'utilisation, à la portée de tous, grâce à un conditionnement particulièrement avantageux. A cette fin, il est notamment prévu un joint d'étanchéité temporaire, consistant en un polymère silicone bicomposant, non adhérent et thixotrope, ledit joint étant agencé pour être positionné temporairement sur un ouvrant d'une construction, condamnant provisoirement par sa présence ledit ouvrant.

Préférentiellement mais non limitativement , le polymère d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention peut être conçu de sorte que le joint est à usage unique.

De manière avantageuse, afin de garantir une utilisation optimale en situation d'urgence, notamment lors de l'arrivée d'une inondation soudaine, le polymère d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention peut être à prise rapide.

En variante ou en complément, pour assurer un emploi sur tout type de matériau ou support, éventuellement humide, le polymère peut en outre être hydrophile ou inerte chimiquement à l'eau.

Selon un deuxième objet, l'invention concerne un dispositif d'application d'un joint d'étanchéité conforme au premier objet de l'invention, comprenant un contenant comportant le joint d'étanchéité. Pour permettre un dépôt d'un tel joint d'étanchéité temporaire uniforme, rapide et adapté à toute zone à protéger, un dispositif d'application conforme à l'invention comporte des moyens pour déposer ledit joint par extrusion coopérant avec ledit contenant.

De manière avantageuse mais non limitative, pour permettre un conditionnement optimal et pérenne dans le temps, le contenant d'un dispositif d'application conforme à l'invention peut consister en une cartouche à double compartiment.

De manière préférée, le contenant d'un dispositif d'application conforme à l'invention peut consister en une cartouche coaxiale.

En variante ou en complément, le contenant d'un dispositif d'application conforme à l'invention peut comporter en son sein deux poches plastiques agencées pour chacune contenir un composant du polymère du joint.

D'autres caractéristiques et avantages apparaîtront plus clairement à la lecture de la description qui suit et à l'examen des figures qui l'accompagnent parmi lesquelles :

- les figures 1A, 1B et 1C, précédemment décrites, illustrent respectivement des vues détaillées d'un mode de réalisation d'un premier dispositif de protection temporaire connu ;

- la figure 2, précédemment décrite, présente une vue détaillée d'un mode de réalisation d'un deuxième dispositif de protection temporaire connu;

- la figure 3 illustre un schéma d'un premier mode de réalisation d'un dispositif d'application d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention ;

- les figures 4A et 4B présentent un deuxième mode de réalisation d'un dispositif d'application d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention.

Selon un premier objet, l'invention concerne un joint d'étanchéité temporaire. Ce dernier peut être avantageusement positionné sur toute zone destinée à être traitée, plus particulièrement toutes les ouvertures ou tous les ouvrants, notamment dans les gorges définies par lesdites ouvertures ou à la périphérie de telles ouvertures, d'une construction que l'on souhaite protéger ou éventuellement en complément d'autres dispositifs de protection temporaire tels que des batardeaux ou des sacs de sable, afin d'assurer l' étanchéité, c'est-à-dire de limiter le passage de l'eau, au sein de ladite construction, lors d'une inondation. Un tel joint d'étanchéité temporaire présente également l'avantage de pouvoir être employé pour un très grand nombre de constructions différentes et quel que soit le matériau constituant ladite zone à traiter. En outre, l'emploi d'un tel joint d'étanchéité temporaire s'avère être également à la portée de tous, puisqu'il présente un usage facilité de par son conditionnement, mais également des coûts moindres au regard des solutions de protection temporaire existantes.

Un organe assure une fonction d'étanchéité lorsqu'il empêche le passage d'un fluide d'une première enceinte à une deuxième enceinte voisine. Un tel organe est avantageusement et généralement appelé « joint d'étanchéité ». Différents types d'étanchéité peuvent être définis en fonction de l'écoulement du fluide dont on souhaite empêcher le passage mais également des éléments mis en jeu dans cette étanchéité. On parle ainsi d'étanchéité simple s'il s'agit d'empêcher l'écoulement d'un fluide d'une première enceinte dans une deuxième enceinte. Par opposition, si l'étanchéité est assurée dans les deux sens, c'est-à-dire que le joint d'étanchéité doit empêcher l'écoulement d'un autre fluide éventuellement contenu dans la deuxième enceinte vers la première, l'étanchéité est dite double.

Dans tout le document et au sens de l'invention, la notion d' « étanchéité temporaire » doit s'entendre comme la résistance du passage de l'eau liquide pendant une période prédéterminée, plus particulièrement pendant l'intervalle de temps que dure l'épisode pluvieux et ses conséquences générant l'inondation. Aussi, un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention n'a pas vocation à être permanent, puisqu'il consiste principalement en un dispositif de protection temporaire, c'est-à-dire dont l'exploitation est provisoire ou limitée dans le temps. La durée d'une inondation pouvant être variable, de l'ordre de quelques heures à quelques jours, de manière préférée mais non limitative, un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention peut être agencé pour assurer sa fonction d'étanchéité pendant quelques jours, voire quelques dizaines de jours, aussi longtemps que l'épisode pluvieux dure. En effet, l'étanchéité d'un tel joint d'étanchéité temporaire peut être accentuée par la pression de l'eau due à l'inondation, ladite pression imposant audit joint une éventuelle déformation élastique qui garantit ladite fonction d'étanchéité. Finalement, un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention est apte à garantir sa fonction aussi longtemps que nécessaire et ne requiert que de faibles efforts de la part d'un utilisateur pour retirer ledit joint après la fin de l'épisode pluvieux générant l'inondation, l'intégrité dudit joint n'étant pas altérée par le fluide à étancher. Une fois retiré, le joint d'étanchéité temporaire peut avantageusement être détruit, un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention n'ayant pas pour vocation d'être employé une deuxième fois. Un tel joint d'étanchéité temporaire est alors avantageusement à usage unique, le polymère composant ledit joint étant conçu à cette fin. Le joint d'étanchéité temporaire n'a pas vocation à rester sur site une fois l'épisode passé et ne consiste donc pas en un élément constitutif de l'ouverture ou plus généralement de la construction à traiter. Un ouvrant étanchéifié provisoirement, c'est-à-dire dont l'utilisation est temporairement condamnée ou empêchée, par un tel joint selon l'invention peut recouvrer son intégrité, ses fonctions primaires et/ou sa mobilité après retrait dudit joint.

Afin de garantir sa fonction de protection, un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention est apte et/ou agencé pour assurer une étanchéité à l'eau, voire plus généralement à tout fluide, préférentiellement mais non limitativement liquide. Pour ce faire, ledit joint d'étanchéité temporaire comporte plusieurs caractéristiques et/ou propriétés physico-chimiques nécessaires et cumulatives.

Tout d'abord, un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention est principalement constitué d'un polymère silicone (également connu sous la terminologie « polysiloxane ») . Un tel polymère silicone consiste principalement en un polymère dont le motif récurrent est représentée par ( -Si (R, R) -0- ) , où R est un radical inorganique ou préférentiellement organique.

Avantageusement, ledit polymère silicone est un élastomère, c'est-à-dire qu'il présente des propriétés dites élastiques après réticulation dudit polymère. Un tel élastomère silicone peut se présenter sous deux formes différentes : un silicone monocomposant ou bicomposant. La vulcanisation des produits monocomposants est généralement déclenchée par l'humidité de l'air. Toutefois, l'emploi de tels polymères monocomposants peut s'avérer problématique et inadapté, puisqu'il n'est pas toujours possible de maîtriser la réactivité du produit. En effet, la polymérisation de tels polymères monocomposants est généralement longue, environ deux à trois millimètres par vingt-quatre heures dans des conditions adéquates d'humidité, il en résulte un délai important, s' avérant bien souvent problématique, pour atteindre le cœur du joint et assurer une polymérisation complète. En situation d'urgence, l'emploi de polymères monocomposants s'avère peu adapté puisqu'un joint composé d'un polymère monocomposant peut mettre deux à trois jours pour se former, voire encore quelques jours supplémentaires lorsqu'une épaisseur importante d'un joint doit d'être appliquée de par la nature de l'ouvrant. En outre, les polymères silicones monocomposants sont employés la plupart du temps en tant que produits de collage. Par opposition, la réticulation des polymères bicomposants se réalise après mélange, c'est-à-dire après une mise en contact, de deux composants formant ledit polymère, avantageusement d'une part une base et d'autre part un catalyseur et/ou un agent de réticulation, lesdits composants étant conditionnés séparément. A des fins de simplification, nous nommerons indistinctement par « agent de réticulation », un tel agent de réticulation et/ou un catalyseur, seul ou en combinaison. Une telle composition permet de mieux maîtriser la réactivité du polymère. Aussi, l'invention prévoit que le polymère silicone du joint d'étanchéité temporaire est avantageusement sous la forme d'un élastomère silicone bicomposant, avantageusement polymérisable ou réticulable à froid (également connu sous les dénominations et/ou abréviations anglo-saxonnes « bi-component Room Température Vulcanisation silicone rubber - bi-component RTV silicone rubber ») . Pour garantir un emploi adéquat d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention, l'agent de réticulation de l'élastomère silicone de ce dernier doit être ajouté au polymère de base juste au moment de son utilisation. Ainsi, l'élastomère silicone est formé par polymérisation de type polyaddition au moment du dépôt du joint d' étanchéité . Toutefois, l'invention ne saurait être limitée au type d'agent de réticulation et/ou au type de réaction subie pour la fabrication dudit polymère silicone bicomposant, qui pourrait éventuellement être fabriqué par polycondensation . A titre d'exemples non limitatifs, un tel agent de réticulation dans le cadre d'une polyaddition peut comporter des sels de platine. En variante ou en complément, selon la nature de réaction employée, telle qu'une polycondensation comme précédemment mentionnée, ledit agent de réticulation peut consister en un silicate alcoyle tétrafonctionnel (également connu sous la terminologie « silicate d f alkyle ») en présence d'un catalyseur organostanneux ou comporter des sels d'étain. Par ailleurs, les proportions des constituants du polymère silicone bicomposant, en l'espèce le polymère de base et l'agent de réticulation, peuvent être variables. A titre d'exemple préféré mais non limitatif, les proportions des constituants, sous la forme d'un ratio, peuvent avantageusement être de un pour un. Toutefois, l'invention ne saurait également être limitée à ce seul exemple de ratio, puisque tout ratio pertinent pourrait être employé.

Un tel polymère, avantageusement élastomère, silicone bicomposant, de par sa composition et sa nature, se veut présenter des propriétés physico-chimiques cumulatives pour son application en tant que joint d'étanchéité temporaire, conformément à l'invention.

Tout d'abord, le polymère silicone d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention est avantageusement non-adhérent. La notion d'adhérence se définit généralement comme la force ou le travail nécessaire au système adhérent pour séparer deux constituants adhérents dudit système, en l'espèce le joint d'étanchéité et la surface sur laquelle il est appliqué, préalablement mis en contact l'un avec l'autre. Aussi, au sens de l'invention et dans tout le document, on considère le polymère comme « non-adhérent », en ce que la force nécessaire pour retirer le joint d'étanchéité de la surface sur laquelle il est appliqué est sensiblement nulle, c'est-à-dire nulle ou quasi- nulle. Généralement, la mise « intime » en contact et le maintien ensemble de deux constituants, également qualifiée d'adhésion, permet la création d'une résistance mécanique à la séparation ou en variante d'une liaison chimique. Or, de par sa composition et de par sa nature, un polymère silicone bicomposant d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention ne possède pas de propriétés adhésives. Aussi, les phénomènes d'adhésion ne permettent pas le maintien d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention sur un support et par voie de conséquence un phénomène d'étanchéité par adhésion. Pourtant, de manière surprenante, un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention se voit maintenu et peut alors assurer sa fonction d'étanchéité grâce à un phénomène de type « ventouse ». En effet, lors de l'application dudit joint d'étanchéité temporaire, l'air, entre ledit joint et le support sur lequel ce dernier est appliqué, est chassé : les molécules d'air étant moins nombreuses, la pression présente entre le joint et le support est alors inférieure à la pression atmosphérique, de manière quasiment constante. La force induite par la pression atmosphérique, puis par la pression de l'eau, permet de conserver une position statique sur le support. Lorsque que l'épisode climatique est terminé et/ou que un utilisateur souhaite retirer le joint d' étanchéité, ledit utilisateur, par traction, peut facilement retirer ledit joint, puisqu'une telle traction permet la réintroduction de l'air entre le joint et le support, sans altération du support sur lequel était appliqué ledit joint.

Ensuite, le polymère silicone d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention peut également être thixotrope. Au sens de l'invention et dans tout le document, un polymère, plus généralement un matériau, est dit thixotrope, lorsqu'il a un comportement rhéologique, c'est-à-dire la propriété de passer de l'état de gel ou de l'état solide à celui de liquide avec le temps et/ou sous contrainte, telle qu'une agitation dudit polymère ou plus généralement une contrainte de cisaillement amenant à une déstructuration progressive du matériau. En outre, la thixotropie peut avantageusement être considérée comme un phénomène réversible, c'est-à-dire qu'après un temps de repos suffisamment long, le matériau recouvre son état initial, à savoir son état de gel ou son état solide. Un matériau thixotrope voit ainsi sa viscosité diminuer lorsque la contrainte de cisaillement lui étant appliquée augmente ; lorsque l'on cesse d'appliquer une contrainte de cisaillement, le matériau revient alors à des conditions sensiblement initiales de viscosité. Un polymère silicone thixotrope permet un dépôt facilité du joint d'étanchéité grâce en outre à la présence d'un conditionnement adapté, sous la forme d'un dispositif d'application, permettant le dépôt et le mélange d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention. En effet, lors de son application, les propriétés d'écoulement, sous contraintes, du polymère silicone varie : ledit polymère silicone, par voie de conséquence le joint d'étanchéité temporaire, est alors « fluide mais pâteux », c'est-à-dire que la viscosité apparente dudit polymère décroît pendant la durée de l'écoulement, et impose donc moins de résistance à sa distribution et plus de précision pour sa mise en œuvre dans les zones à traiter. La thixotropie d'un polymère silicone bicomposant, et par voie de conséquence d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention, peut avantageusement être mise en œuvre par l'ajout d'un additif chimique, éventuellement liquide, adapté au polymère de base, préalablement au dépôt dudit joint d'étanchéité temporaire. Un tel additif permet de contrôler la rhéologie d'un tel polymère silicone bicomposant et ainsi de conférer audit polymère un comportement viscoélastique non coulant. Un tel additif, à titre d'exemples non limitatifs, peut comporter un ou plusieurs agents épaississants organiques et inorganiques, tels que les épaississants inorganiques, l'acide borique et les borates, les titanates, les aluminates, les zirconates ; les composés portant des groupements hydroxyles ; les composés à base de polyéthylène et/ou polypropylène ; la poudre de polytétrafluoroéthylène (connu également sous l'abréviation « PTFE ») . Toutefois, on préconisera un tel polymère silicone bicomposant qui ne soit pas « trop » thixotropé. En effet, une trop grande thixotropie impose une perte de mouillabilité du joint d'étanchéité temporaire, la mouillabilité étant définie comme l'aptitude du polymère ou joint à créer un contact avec une zone à traiter ou encore la capacité du joint à fluer sur ladite zone. Un tel excès de thixotropie entraîne ainsi des difficultés lors de l'application dudit joint d'étanchéité temporaire, accroissant la difficulté d'un tel joint à migrer dans les zones à traiter.

Par ailleurs, en complément, un polymère silicone d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention peut comporter d'autres propriétés physico-chimiques, afin de faciliter l'application dudit joint et d'assurer une grande facilité d'utilisation, à la portée de tous, quelle que soit la situation dans laquelle un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention est employée. Ainsi, un polymère silicone bicomposant d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention est de préférence à prise rapide, afin de répondre notamment à des sollicitations d'urgence. Quelle que soit l'expérience d'un utilisateur d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention, ledit utilisateur pourra rapidement s'assurer de la mise en place dudit joint. Au sens de l'invention et dans tout le document, on définit le temps de prise d'un polymère silicone bicomposant ou plus généralement d'un joint d'étanchéité temporaire comme la période, après dépôt sur un support, durant laquelle le polymère silicone passe de manière irréversible et progressive d'un état pâteux et viscoélastique à un état solide, semi-rigide, élastique et infusible. Eventuellement, la réticulation, plus généralement la réaction de polymérisation n'est pas terminée, toutefois, le joint d'étanchéité est suffisamment solide et élastique pour garantir sa fonction d'étanchéité. A titre d'exemples avantageux mais non limitatifs, le temps de prise d'un polymère silicone bicomposant ou plus généralement d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention, pour que la prise soit considérée comme rapide, peut être compris entre quinze secondes et vingt minutes, à température ambiante, c'est- à-dire environ vingt-trois degrés Celsius.

Préférentiellement , afin de répondre à tout type de situation, notamment des situations d'urgence, les composants d'un tel polymère silicone bicomposant sont préparés pour privilégier un temps de prise de l'ordre de deux minutes à température ambiante, c'est-à-dire environ vingt-trois degrés Celsius.

Par ailleurs, en variante ou en complément, un tel polymère silicone bicomposant d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention peut avantageusement être hydrophile, c'est-à-dire que ledit polymère présente une affinité particulière pour l'eau. En variante, ledit polymère peut avantageusement être inerte chimiquement à l'eau, c'est-à-dire capable de garantir toute absence de réaction chimique entre le polymère et l'eau. Une telle affinité ou inertie avec l'eau s'avère particulièrement avantageuse, puisqu'un joint d'étanchéité conforme à l'invention peut être alors appliqué sur tout support, même humide, et dans n'importe quelle condition.

A titre d'exemples non limitatifs, un polymère silicone bicomposant d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention peut avantageusement posséder une densité comprise entre 1,00 et 1,7 g/cm 3 et une viscosité dynamique comprise entre 10 et 200 Pa.s, soit entre 10.000 et 200.000 centipoises à vingt-cinq degrés Celsius. En variante ou en complément, un tel polymère silicone bicomposant d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention et/ou ledit joint d'étanchéité lui-même peuvent avantageusement consister en une mousse, dont le coefficient d'expansion peut être compris entre un et cinq . En situation d'urgence, lorsqu'une inondation apparaît impromptue, il est nécessaire pour un habitant ou utilisateur d'une construction qui souhaite se protéger d'avoir recours à des dispositifs ou systèmes aisément maniables, même sous des contraintes de stress ou d'angoisse, éventuellement par tout à chacun. Aussi, selon un deuxième objet, l'invention prévoit un dispositif d'application d'un joint d'étanchéité conforme au premier objet de l'invention. Un tel dispositif d'application permet non seulement d'assurer un dépôt facilité et rapide d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention, mais également de garantir une composition précise et un mélange optimal dudit joint d'étanchéité temporaire, puisque les quantités et concentrations des constituants du polymère silicone bicomposant sont d'ores et déjà prédéterminés, les constituants étant conditionnés dans ledit dispositif d' application .

Aussi, un dispositif d'application conforme à l'invention d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention comprend un contenant, apte et/ou agencé pour recevoir et garder en son sein le joint d'étanchéité temporaire ou ses composants, c'est-à-dire tout récipient ou pot capable d'assurer ladite fonction. Afin d'assurer une application optimale et précise du joint d'étanchéité temporaire, un tel dispositif d'application peut comporter des moyens pour déposer ledit joint par extrusion, lesdits moyens coopérant avec ledit contenant. Au sens de l'invention et dans tout le document, on entend par « extrusion » le procédé mécanique de fabrication et/ou de mise en forme du joint d'étanchéité temporaire, consistant à « pousser » ledit joint d'étanchéité à travers une filière ou tout autre moyen équivalent. A titre d'exemple non limitatif, un tel dispositif d' application peut comporter un applicateur sous la forme d'un pistolet, ledit pistolet comprenant avantageusement un piston (également connue sous la terminologie anglo-saxonne « Plunger ») , voire deux pistons lorsque le contenant comprend deux compartiments dissociés et parallèles, et une gâchette, coopérant l'un avec l'autre et agencés pour assurer l' extrusion du joint d'étanchéité temporaire, et un contenant sous la forme d'une cartouche ou un sachet coopérant avec ledit pistolet. Le pistolet peut avantageusement être à commande manuelle, électrique ou pneumatique.

Les composition et nature physico-chimiques du constituant principal, c'est-à-dire le polymère silicone bicomposant, d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention impose un conditionnement particulier. Comme décrit précédemment, l'agent de réticulation de l'élastomère silicone de ce dernier doit être ajouté au polymère de base juste au moment de son utilisation. Par conséquent, pendant son stockage, le polymère de base et l'agent de réticulation ne doivent pas être en contact. Ainsi, le contenant d'un dispositif d'application conforme à l'invention peut avantageusement être adapté ou agencé pour le stockage des deux composants du polymère silicone bicomposant. Les figures 3, 4A et 4B présentent respectivement des premier et deuxième modes de réalisation d'un dispositif d'application d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention.

Selon la figure 3, un dispositif d'application 10 d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention comporte un contenant sous la forme d'une cartouche 11 à double compartiments 11', 11'', avantageusement cylindriques. Chaque compartiment 11' et 11'' contient l'un des composants du polymère silicone bicomposant, c'est-à-dire l'agent de réticulation ou le polymère de base. Les dimensions de chaque compartiment sont avantageusement adaptées aux proportions de chaque composant requises pour la fabrication du polymère silicone bicomposant. La cartouche 11 comprend en outre une ouverture 12, avantageusement sous la forme d'un goulot, pour permettre la distribution des composants. Ladite cartouche peut éventuellement coopérer avec un bouchon de fermeture, adapté pour empêcher toute sortie inopinée de produit. Avantageusement, le dispositif d'application 10 peut également comporter une aiguille, buse, canule 13 ou tout autre moyen équivalent de distribution, coopérant avec la cartouche 11 au moyen du goulot, permettant in fine l'application dudit joint d'étanchéité sur la zone à traiter avec précision sous une forme adéquate. En complément, afin d'assurer un mélange optimal des composants et l'obtention du polymère silicone souhaité, la buse 13 peut avantageusement comprendre ou consister en un mélangeur statique, permettant la mise en contact des deux composants du polymère avant son dépôt. Toutefois, bien que permettant le dépôt par extrusion d'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention, un dispositif d'application conforme au premier mode de réalisation peut présenter quelques inconvénients. L'agencement particulier de la cartouche à double compartiment requiert l'emploi d'un pistolet adapté à ladite cartouche. Or, un tel pistolet impose des coûts supplémentaires, pour lequel un particulier ne voudra pas forcément investir puisque ledit pistolet serait réservé à une seule utilisation.

En variante, afin d'assurer l'emploi d'un pistolet ou applicateur usuel, un dispositif d'application 10 d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention peut comporter un contenant sous la forme d'une cartouche 11 coaxiale. Au sens de l'invention et dans tout le document, on entend par « cartouche coaxiale » toute cartouche monocorps bicompartimenté . Selon un exemple de réalisation préféré mais non limitatif décrit selon les figures 4A et 4B, une telle cartouche 11 coaxiale peut consister en une cartouche connue sous la terminologie anglo-saxonne « Peeler Cartridge ». L'emploi d'une telle cartouche coaxiale s'avère particulièrement intéressant, puisque cette dernière peut être utilisée avec des pistolets pour cartouche de produits monocomposants classiques, employés par grand nombre de particuliers, et ne requiert ainsi pas l'utilisation d'un pistolet spécifique. De ce fait, une telle cartouche 11 coaxiale en tant que contenant sera préférée. La cartouche 11, avantageusement sous la forme d'un cylindre ou tube, présente un tube principal coopérant avec un insert tubulaire coaxial 11'', les parois dudit insert assurant la séparation étanche de deux zones ou espaces, lesdites zones ou espaces étant agencés pour contenir et stocker de manière étanche respectivement les composants du polymère silicone bicomposant, c'est-à-dire, par exemple l'agent de réticulation dans l' insert l'' et le polymère de base dans le tube principal 11' ou réciproquement. A l'instar du premier mode de réalisation d'un dispositif d'application conforme à l'invention, la cartouche 11 d'un dispositif d'application conforme au deuxième mode de réalisation comprend en outre une ouverture 12, avantageusement sous la forme d'un goulot, pour permettre la distribution des composants. Ladite cartouche peut éventuellement coopérer avec un bouchon de fermeture, adapté pour empêcher toute sortie inopinée de produit. Avantageusement, le dispositif d'application 10 peut également comporter une aiguille, buse, canule (non représentée sur les figures 4A et 4B) ou tout autre moyen équivalent de distribution, coopérant avec la cartouche 11 au moyen du goulot, permettant in fine l'application dudit joint d'étanchéité sur la zone à traiter avec précision sous une forme adéquate. En complément, afin d'assurer un mélange optimal des composants et l'obtention du polymère silicone souhaité, la buse peut avantageusement comprendre ou consister en un mélangeur statique, permettant la mise en contact des deux composants du polymère avant son dépôt. Par ailleurs, conformément à la figure 4B, un dispositif d'application conforme à l'invention comprend également un piston 17, coopérant avec un « peeler » 16, ces deux organes assurant le déplacement des composants vers l'ouverture 12. Le dispositif d'application 10 comprend également des joints 15, garantissant une séparation pérenne des composants . Selon une autre variante de réalisation (non représentée sur les figures à des fins de simplification) , afin de diminuer le coût de fabrication d'un dispositif d'application d'un joint d'étanchéité conforme à l'invention, le contenant d'un tel dispositif peut comporter en son sein deux poches plastiques. L'emploi de telles poches plastiques s'avère particulièrement avantageux, puisqu' il permet de diminuer fortement les coûts de fabrication. Selon ce mode de réalisation avantageux, lesdites poches plastiques sont agencées pour chacune contenir un composant du polymère silicone bicomposant du joint d'étanchéité temporaire, en l'espèce l'agent de réticulation et la base. L'invention a été décrite lors de son utilisation en lien avec des applications dans la protection temporaire des inondations.

Il pourrait également être envisagé qu'un joint d'étanchéité temporaire conforme à l'invention garantisse d'autres fonctions et/ou applications que celles précédemment décrites et/ou mentionnées, telles qu'à titre d'exemples non limitatifs dans la prévention ou la protection provisoire contre des fluides gazeux toxiques. L'invention ne saurait être limitée à l'application au sein de laquelle le dispositif conforme à l'invention est employé .

D'autres modifications peuvent être envisagées sans sortir du cadre de la présente invention défini par les revendications ci-annexées.