Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
TOOL FOR IMPRINTING A RAISED PATTERN ON A COATING, IMPRINTING KIT AND CORRESPONDING IMPRINTING METHOD
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/046851
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a tool (10) intended to imprint a raised pattern on a coating, notably a coating applied to a wall, a floor or ceiling, comprising a die (20) equipped with a front face (20a) comprising a working surface (22) with a raised pattern (24) intended to come into contact with the coating, and gripping means. According to the invention, the working surface (22) has an overall curvature in at least a first rocking direction (XI) and the gripping means comprise at least a first and a second gripping zone which are spaced apart in said first rocking direction (XI), as a result of which the tool (10) can be rocked on the coating by the application of a variable force to the first and second gripping zones.

Inventors:
DEVORET, Anne (217 Rue de Tolbiac, Paris, 75013, FR)
CLAUDE, Camille (55 Rue Boileau, Paris, 75016, FR)
BALESTE, Stéphanie (20 Chemin sous l'Eille, Avrillat, Poncin, PONCIN, FR)
GUERET, Céline (5 Rue Leredde, Paris, 75013, FR)
Application Number:
FR2017/052369
Publication Date:
March 15, 2018
Filing Date:
September 07, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SAINT-GOBAIN WEBER (Rue de Brie, Servon, 77170, FR)
International Classes:
B44B5/02; B28B11/08; B44C1/24; E01C19/43; E04F21/16
Domestic Patent References:
WO2003006260A12003-01-23
Foreign References:
GB2164605A1986-03-26
US6138318A2000-10-31
GB2176826A1987-01-07
FR2777829A11999-10-29
Attorney, Agent or Firm:
SAINT-GOBAIN RECHERCHE (Département Propriété Industrielle, 39 Quai Lucien Lefranc, Aubervilliers, 93300, FR)
Download PDF:
Claims:
REVEND I CATI ONS

Outil (10) destiné à l'impression d'un relief sur un enduit (E), notamment un enduit appliqué sur une paroi, un sol ou un plafond (P), comportant

- une matrice (20) munie d'une face avant (20a) comportant une surface utile (22) à relief (24) destinée à venir en contact avec l'enduit (E), et

- des moyens de préhension (30a, 30b),

caractérisé en ce que ladite surface utile (22) présente une courbure générale dans au moins une première direction de basculement (X1 ) , et en ce que les moyens de préhension (30a, 30b) comprennent au moins une première et une deuxième zone de préhension espacées dans ladite première direction de basculement (X1 ), ce par quoi l'outil ( 10) peut être basculé sur l'enduit (E) par application d'une force variable sur la première et la deuxième zone de préhension.

Outil ( 10) selon la revendication 1 , dans lequel le relief est un relief aléatoire.

Outil (10) selon l'une des revendications 1 ou 2, dans lequel le relief est constitué d'éléments unitaires (26) répétés de façon aléatoire.

Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, dans lequel la hauteur moyenne du relief est comprise entre 0,5 et 50 mm, de préférence comprise entre 1 et 20 mm.

Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel la largeur moyenne des éléments (26) du relief (24) est comprise entre 1 et 100 mm.

Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, dans lequel la surface utile (22) s'étend sur au moins 80%, de préférence sur au moins 95%, de la face avant (20a) de la matrice (20) .

7. Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 6, dans lequel la surface utile (22) présente, dans ladite première direction de basculement (X1 ), sur au moins une partie centrale, un rayon de courbure générale (D1 ) compris entre 500 et 5000 mm, de préférence entre 750 et 3000 mm.

8. Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 7, dans lequel la face avant (20a) de la matrice présente une superficie totale comprise entre 0, 1 et 1 ,5 m2.

9. Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 8, dans lequel la matrice (20) présente une forme générale rectangulaire dont les côtés présentent une longueur (L) et une largeur (I) comprises entre 100 et 1500 mm, de préférence entre 300 et 900 mm.

10. Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 9, dans lequel la face avant de la matrice (20) présente une partie centrale et, à l'extérieur de ladite partie centrale, une bordure présentant un rayon de courbure générale inférieur à celui de la partie centrale.

1 1 . Outil (10) selon la revendication 10, dans lequel la surface utile s'étend sur toute la partie centrale et sur une partie de ladite bordure, au moins dans la première direction de basculement.

12. Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 1 1 , dans lequel la surface utile (22) présente en outre une courbure générale dans une deuxième direction de basculement (X2) orthogonale à la première direction de basculement (X1 ).

13. Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 12, dans lequel les moyens de préhension (30a, 30b) comprennent deux poignées, formant chacune une zone de préhension.

14. Outil (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 13, dans lequel les deux zones de préhension (30a, 30b) sont espacées l'une de l'autre d'une distance (d) comprise entre 200 et 700 mm.

15. Kit d'impression d'un relief sur un enduit (E) , notamment un enduit (E) appliqué sur une paroi, un sol ou un plafond (P), comprenant un outil d'impression (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 14 en tant qu'outil principal, et un accessoire complémentaire (70) comportant une matrice (80) munie d'une face avant (80a) de superficie totale inférieure ou égale à la moitié de la superficie totale de la face avant (20a) de l'outil principal (10) et comportant un relief (84) identique, ladite matrice (80) présentant également une courbure générale (R3) et au moins une zone de préhension (90) .

16. Procédé d'impression d'un relief (24) sur un enduit (E), notamment un enduit appliqué sur une paroi, un sol ou un plafond (P) , au moyen d'un outil ( 10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 14, caractérisé en ce qu'il comprend au moins l'étape suivante : a) on applique l'outil (10) sur une première zone de traitement (Z1 ) de l'enduit (E) en le faisant basculer dans au moins une première direction de basculement (X1 ), de façon à imprimer ledit relief sur ladite première zone de traitement (Z1 ).

17. Procédé d'impression selon la revendication 16, dans lequel on répète l'étape a) sur une pluralité de zones de traitement (Z2, Z3) de l'enduit ( E).

18. Procédé d'impression selon l'une des revendications 16 ou 17, dans lequel les zones de traitement (Z1 , Z2, Z3) sont en partie superposées.

19. Support choisi parmi une paroi, un sol ou un plafond d'un bâtiment, revêtu d'une couche d'enduit présentant un relief, notamment obtenu par le procédé d'impression de l'une quelconque des revendications 16 à 18, dans lequel le relief est formé par plusieurs reliefs de base identiques partiellement superposés sans que les zones de superposition puissent être distinguées visuellement des zones de non-superposition.

Description:
OUTIL POUR L'IMPRESSION D'UN RELIEF SUR UN ENDUIT, KIT D'IMPRESSION ET PROCEDE D'IMPRESSION CORRESPONDANT

DOMAINE TECHNIQUE

La présente invention concerne un outil destiné à l'impression d'un relief sur un enduit. Cette impression est aussi appelée matriçage d'un enduit, notamment un enduit appliqué sur une paroi, un sol ou un plafond. La présente invention concerne également un procédé d'impression d'un relief sur un enduit, utilisant un tel outil.

ARRIERE-PLAN DE L'INVENTION

Il est connu de déposer une couche d'enduit sur une paroi ou un sol à revêtir. Appliqué sur une façade d'un bâtiment, l'enduit remplit généralement une fonction décorative et d'imperméabilité. Appliqué sur une cloison intérieure, sa fonction est principalement décorative. Il existe différents types d'enduits en fonction du liant qu'il comprend. Un enduit peut contenir un liant organique, par exemple une résine acrylique (enduit organique) ou un liant minéral par exemple du ciment, du plâtre et/ ou de la chaux (enduit minéral).

Pour améliorer le rendu esthétique de l'enduit, il est connu d'appliquer sur l'enduit non encore durci une matrice comportant un relief comprenant généralement des motifs décoratifs.

La demande de brevet FR 2 777 829 décrit un procédé dans lequel une matrice à motifs décoratifs est appliquée sur une couche d'enduit frais pendant une durée de quelques minutes à quelques heures, avant d'être retirée. La matrice peut se présenter sous la forme d'une feuille plastique rigide ou semi-rigide de faible épaisseur et ayant un poids au mètre carré élevé. Les motifs décoratifs sont dans ce cas réalisés sur la feuille par thermoformage ou emboutissage. Ces motifs peuvent être des imitations de planches de bois, de tissage, de briques, de carreaux, de pierres, de pavage, de feuilles, de terre, etc. La feuille plastique est appliquée sur l'enduit à l'aide d'une brosse ou d'une taloche, de façon à y imprimer les motifs.

Selon un autre mode de mise en œuvre, la matrice comprend un rouleau muni d'un relief appliqué sur la couche d'enduit en interposant un film plastique, de type polyane, afin d'éviter l'adhérence de l'enduit sur le rouleau. Le rouleau peut éventuellement être remplacé par une plaque parailélépipédique. Pour imprimer un relief sur de l'enduit à l'aide des méthodes précitées, trois opérateurs doivent intervenir simultanément. Deux opérateurs doivent tenir la feuille ou le film plastique en contact avec l'enduit, tandis qu'un troisième opérateur applique une brosse, le rouleau ou la plaque sur ladite feuille ou ledit film afin d'imprimer les motifs sur l'enduit. Ces méthodologies de mise en œuvre prennent du temps et sont peu productives pour l'utilisateur car elles monopolisent une main d'œuvre importante. L'application du rouleau ou de la plaque directement sur l'enduit n'est pas souhaitable non plus dans la mesure où elle entraîne la formation d'ondulations à la surface de l'enduit du fait de la variation de pression exercée par l'utilisateur, et souvent même un arrachement de l'enduit au moment où la matrice est retirée.

La demande de brevet WO 03/006260 tente de remédier aux inconvénients précités en proposant un outil facile à utiliser par un seul ouvrier, et qui n'engendre ni ondulations ni arrachement de l'enduit.

L'outil comprend ici une matrice comportant des motifs en saillie ou en creux, formée par ou fixée sur une bande sans fin tendue entre au moins deux rouleaux d'extrémité en contact avec sa face intérieure. L'outil se présente sous la forme d'une chenille munie d'une partie plane d'appui qui est mise en contact avec l'enduit, par exemple en cours de prise, pour entraîner la rotation de la bande sans fin.

Cet outil présente trois inconvénients majeurs. I l est tout d'abord de conception et fabrication complexe, et n'est donc pas très économique. Par ailleurs, l'outil ne permet pas d'éviter efficacement les ondulations et marques sur la surface de l'enduit, puisque la force appliquée par l'utilisateur pour entraîner la rotation de la bande sans fin est nécessairement variable. Enfin, des traces d'enduit viennent facilement gripper les rouleaux, rendant alors impossible l'utilisation de l'outil. OBJET ET RESUME DE L'I NVENTI ON

L'un des objectifs de la présente invention est de fournir un outil pour l'impression d'un relief sur un enduit, qui soit facile à fabriquer, aisément utilisable par un seul opérateur, et qui évite en outre les problèmes d'arrachements et d'ondulations de l'enduit. Cet objectif est atteint avec un outil destiné à l'impression d'un relief sur un enduit, notamment un enduit appliqué sur une paroi, un sol ou un plafond, comportant

une matrice munie d'une face avant comportant une surface utile à relief destinée à venir en contact avec l'enduit, et

des moyens de préhension,

caractérisé en ce que ladite surface utile présente une courbure générale dans au moins une première direction de basculement, et en ce que les moyens de préhension comprennent au moins une première et une deuxième zone de préhension espacées dans ladite première direction de basculement, ce par quoi l'outil peut être basculé sur l'enduit par application d'une force variable sur la première et la deuxième zone de préhension.

L'outil selon l'invention peut être utilisé sur des parois, des sols ou encore des plafonds.

Pour ce qui concerne les parois, il est particulièrement (mais non limitativement) adapté pour une utilisation:

sur un enduit appliqué sur une façade d'un bâtiment (neuf ou en rénovation) ,

- sur un enduit appliqué sur un système d'I solation Thermique par l'Extérieur d'un bâtiment (aussi appelé I TE ou en anglais ETI CS pour External Thermal I nsulating Composite Systems),

sur un enduit décoratif et/ou fonctionnel (à propriétés acoustiques par exemple) appliqué sur une cloison interne d'un bâtiment.

L'outil selon l'invention permet d'imprimer un relief visible et homogène quelle que soit la force d'application exercée par l'utilisateur et sa position sur la surface.

Le mouvement de basculement de l'outil permet en outre de corriger les défauts d'un enduit préalablement lissé.

L'outil est ergonomique, et très facile d'utilisation par une seule personne. I l permet un matriçage rapide.

Les moyens de préhension de l'outil selon l'invention comprennent deux zones de préhension distantes l'une de l'autre de sorte qu'un opérateur peut prendre l'outil avec ses deux mains, sans aide extérieure, puis presser la surface utile de l'outil sur l'enduit pour y imprimer le relief. Les moyens de préhension de l'outil seront généralement formés sur la face arrière de la matrice, opposée à la face avant comportant la surface utile.

Les zones de préhension peuvent notamment être formées par des poignées, par exemple des poignées rapportées sur la face arrière de la matrice ou formées par des réservations prévues dans le corps de la matrice. Selon un exemple, les moyens de préhension comprennent deux poignées, formant chacune une zone de préhension.

Les zones de préhension ne sont pas nécessairement formées par des poignées disjointes. Elles peuvent aussi être constituées par deux parties espacées d'un même ensemble formant poignée, par exemple fixé sur la face arrière de la matrice, notamment un élément de forme générale torique que l'utilisateur pourrait prendre en main à la manière d'un volant de direction, ou encore une barre s'étendant dans la direction de basculement.

Pour permettre une bonne prise en main et une bonne maîtrise par l'utilisateur de la pression exercée sur l'outil, la première et la deuxième zone de préhension sont généralement espacées l'une de l'autre d'une distance comprise entre 200 et 700 mm.

La matrice de l'outil selon l'invention se présente globalement sous la forme d'une plaque, dont on peut définir un plan général et une direction transversale correspondant à sa direction générale d'application contre l'enduit à matricer.

La matrice présente une face avant et une face arrière qui délimitent la matrice dans cette direction transversale.

Dans la présente demande, on entend par surface utile la partie de la face avant de la matrice portant le relief. Selon un exemple, la surface utile s'étend sur au moins 80%, de préférence sur au moins 95%, de la face avant de la matrice. La surface utile peut aussi recouvrir intégralement la face avant de la matrice.

Pour que l'outil reste facilement maniable par l'opérateur, la face avant de la matrice présente avantageusement une superficie totale comprise entre 0, 1 et 1 ,5 m 2 . Par superficie totale, on entend ici la superficie de la surface enveloppe de la face avant. Cette superficie totale est donc indépendante du relief. La matrice peut présenter (dans son plan général) une forme rectangulaire, ou ronde, ou ovale, ou toute autre forme adaptée. La plus grande dimension de la matrice (diamètre ou longueur, dans ce plan général) est typiquement comprise entre 100 et 1500 mm, de préférence entre 300 et 900 mm.

Par exemple, lorsque la matrice présente une forme générale rectangulaire, ses côtés présentent de préférence une longueur et une largeur comprises chacune entre 100 et 1500 mm, de préférence entre 300 et 900 mm.

Selon un exemple, le rapport de la longueur sur la largeur n'excède pas 3.

Selon l'invention, la surface utile présente une courbure générale dans au moins une direction de basculement.

De préférence, cette courbure générale est présente sur toute l'étendue de la surface utile.

Au sens de la présente invention, la courbure générale de la surface utile doit être entendue comme la courbure de la surface enveloppe de ladite surface utile. La courbure est orientée vers l'avant, c'est-à-dire dans le sens d'application de la matrice sur l'enduit. En d'autres termes, la surface enveloppe de la surface utile est convexe.

La surface utile présente avantageusement, dans la première direction de basculement, sur au moins une partie centrale, un rayon de courbure générale compris entre 500 et 5000 mm, de préférence entre 750 et 3000 mm. Entre autres, ce rayon de courbure est suffisamment faible pour permettre une bonne circulation de l'air entre l'enduit et la matrice, évitant les effets de succion qui pourraient entraîner un décollement de l'enduit.

La partie centrale, sur laquelle la surface utile présente une courbure générale telle que définie précédemment, représente avantageusement au moins 50%, encore plus préférentiellement au moins 80% de la superficie de la surface utile.

La courbure générale de la surface utile permet à l'utilisateur d'appliquer l'outil sur l'enduit selon un mouvement de basculement. Ce mouvement permet d'augmenter la pression d'appui pour une même force exercée par l'utilisateur. I l permet également une meilleure répartition de la force exercée sur l'enduit. Le mouvement de basculement permet par conséquent d'éviter les ondulations sur l'enduit. I l permet en outre d'éviter son arrachement lors du retrait de l'outil.

Selon un exemple avantageux, la surface utile présente en outre une courbure générale dans une deuxième direction de basculement orthogonale à la première direction de basculement. Dans ce cas, l'opérateur peut, sans décoller la matrice de l'enduit, basculer l'outil dans une direction, puis dans l'autre.

Dans ce cas, de préférence, le rayon de courbure générale de la surface utile dans la deuxième direction de basculement est, sur au moins la partie centrale précitée, inférieur au rayon de courbure générale de la partie centrale dans la première direction de basculement.

Selon un exemple, afin d'éviter l'apparition de démarcations aux abords des zones de traitement, la face avant de la matrice peut présenter une partie centrale et, à l'extérieur de ladite partie centrale, un congé - autrement dit une bordure présentant un rayon de courbure générale inférieur à celui de la partie centrale (ci-après bordure). Grâce à ces dispositions, aucune marque franche due aux bords de l'outil n'est imprimée sur l'enduit. Le congé permet un contact progressivement décroissant entre la matrice et l'enduit.

La face avant de la matrice peut présenter une telle bordure dans une direction seulement, ou dans ses deux directions principales.

De préférence, une bordure sera prévue au moins dans la direction orthogonale à la première direction de basculement.

Eïncore plus préférentiellement, une bordure s'étend continûment sur toute la périphérie de la face avant.

De façon générale, le rayon de courbure générale du congé est avantageusement compris entre 25 et 450 mm, de préférence entre 50 et 250 mm.

Le rayon de courbure de la bordure peut cependant ne pas être identique sur les différents bords de la matrice.

De préférence, le rayon de courbure de la bordure dans la première direction de basculement est ainsi supérieur au rayon de courbure de la bordure dans la direction orthogonale à cette première direction.

La largeur de la bordure est par exemple comprise entre 30 et 150 mm, et peut être ou non identique sur les différents bords de la matrice. De préférence, la surface utile s'étend sur toute la partie centrale et sur une partie de la bordure, au moins dans la première direction de basculement.

Selon une disposition préférée de l'invention, le relief est un relief aléatoire. Le relief aléatoire est de préférence un relief capable de se superposer à lui-même sans raccords visibles et sans destruction de sa lisibilité. Autrement dit, le relief peut être imprimé sur une première zone de traitement Z1 à l'aide de la matrice, puis sur une deuxième zone de traitement Z2 recouvrant en partie la zone Z1 , sans qu'aucun raccord ne soit visible aux abords de la zone de superposition de Z1 et Z2, c'est-à- dire sans que la zone de superposition puisse être distinguée visuellement des zones de non-superposition.

Selon un exemple, le relief s'étend de façon continue sur toute l'étendue de la surface utile.

Selon un exemple, le relief est constitué d'éléments unitaires répétés de façon aléatoire. Les éléments unitaires peuvent notamment être interpénétrés.

Pour la suite de la présente demande, le profil est défini comme le profil du relief résultant de l'intersection de la face avant de la matrice et d'un plan parallèle à la direction transversale de la matrice.

Un élément du profil est défini comme une saillie du profil et un creux adjacent du profil.

La hauteur d'un élément du profil est définie comme hauteur mesurée entre le point le plus haut de l'élément du profil et son point le plus bas.

La largeur d'un élément du profil est définie comme la distance entre les deux points extrêmes de l'élément du profil positionné sur la ligne moyenne du profil.

La hauteur moyenne des éléments du relief est définie comme la moyenne arithmétique des valeurs absolues des hauteurs des éléments du profil sur une longueur de base de 10 centimètres, calculée indépendamment de la courbure générale de la face avant.

La largeur moyenne des éléments du relief est définie comme la moyenne arithmétique des valeurs absolues des largeurs des éléments du profil sur une longueur de base de 10 centimètres, calculée indépendamment de la courbure générale de la face avant. Selon un exemple, la hauteur moyenne des éléments du relief est comprise entre 0.5 et 50 mm, de préférence comprise entre 1 et 20 mm.

Selon un exemple, la largeur moyenne des éléments du relief est comprise entre 1 et 100 mm.

Selon un exemple, la matrice peut comporter une peau présentant une face externe convexe formant sa face avant et une face interne concave, et des moyens de rigidification de ladite peau situés sur ladite face interne concave. Les moyens de rigidification permettent d'éviter la déformation de la matrice entre les deux zones de préhension, et assurent une bonne répartition de la force de l'utilisateur sur l'ensemble de la surface à matricer.

Selon un exemple, les moyens de rigidification comprennent des nervures de renforcement, notamment des nervures formant une structure en nid d'abeille. Dans ce cas, la peau et les nervures sont avantageusement venues de matière (i.e. forment un seul bloc sans interface dans la matière).

Selon un autre exemple, les moyens de rigidification comprennent une structure rapportée sur la peau pour la tendre de sorte qu'elle ne puisse plus se déformer. La structure peut par exemple être clippée sur la peau. Elle peut par exemple prendre la forme d'une plaque rigide, en métal, plastique ou composite. Elle peut éventuellement intégrer les zones de préhension.

Selon un autre exemple, la matrice peut comporter un support ou noyau, notamment plein, éventuellement renforcé d'une armature interne, et une peau recouvrant ledit noyau, la peau présentant une face externe convexe formant la face avant de la matrice.

Par exemple, la peau peut se présenter sous la forme d'une feuille, notamment d'une feuille de Polyéthylène (PE), polypropylène (PP), poly- téréphtalate d'éthylène (PET), polyéthylène téréphtalate glycolisé (PETG), ou tous autres plastiques thermoformables. Les motifs peuvent être formés sur la feuille par thermoformage ou par moulage. Le noyau peut alors être formé par une garniture de renforcement venant garnir la concavité formée par la surface interne de la peau, par exemple une garniture coulée ou projetée sur la surface interne de la peau. Elle est par exemple en mousse thermodurcissable, notamment en mousse polyuréthane. La peau et la garniture de renforcement sont solidarisées l'une à l'autre, par exemple par adhésion.

Selon un autre exemple, le noyau de la matrice peut être réalisé par exemple par moulage dans un moule à contre-forme correspondant au relief souhaité, puis une couche formant peau, notamment une couche de silicone, peut être déposée sur la face du noyau portant le relief.

Selon encore un autre exemple, la matrice est formée d'un noyau ou support sur lequel la peau peut venir se fixer de façon amovible. La peau est avantageusement interchangeable. Autrement dit, le support est adapté pour coopérer avec des peaux présentant des reliefs différents, permettant des rendus d'impression différents.

Selon encore d'autres exemples, la matrice peut être un bloc monolithique dont une face avant comporte la surface utile à relief, ou encore un bloc creux, formé par exemple par injection assistée par gaz.

De façon générale, la matrice peut être réalisée par tous les procédés d'impression 3D, par fraisage numérique, par moulage, notamment par moulage par injection, par stratification ou encore par emboutissage.

L'invention concerne également un kit d'impression d'un relief sur un enduit, notamment un enduit appliqué sur une paroi, un sol ou un plafond, comprenant un outil d'impression tel que défini précédemment en tant qu'outil principal, et un accessoire complémentaire comportant une matrice munie d'une face avant de superficie inférieure ou égale à la moitié de la superficie de la face avant de l'outil principal et comportant un relief identique, ladite matrice présentant également une courbure générale et au moins une zone de préhension.

L'accessoire complémentaire pour raccord d'impression comporte des dimensions inférieures, ce qui permet son utilisation dans des zones difficiles d'accès, par exemple derrière les montants d'un échafaudage.

Du fait de ces dimensions limitées, l'accessoire complémentaire ne nécessite souvent qu'une seule zone de préhension.

La face avant de l'accessoire présente avantageusement une superficie totale comprise entre 0.01 et 0.12 m 2 , de préférence entre 0.01 et 0.08 m 2 . La forme de l'accessoire, de même que les caractéristiques de son relief, sont identiques à celles décrites précédemment en liaison avec l'outil principal, et ne sont donc pas décrites une nouvelle fois.

L'invention concerne encore un procédé d'impression d'un relief sur un enduit, notamment un enduit appliqué sur une paroi, un sol ou un plafond, au moyen d'un outil tel que défini précédemment, caractérisé en ce qu'il comprend au moins l'étape suivante :

a) on applique l'outil sur une première zone de traitement de l'enduit en le faisant basculer dans au moins une première direction de basculement, de façon à imprimer ledit relief sur ladite première zone de traitement.

En pratique, la direction de basculement de l'outil est par exemple horizontale, verticale et/ou diagonale. L'opérateur peut facilement choisir la position qui lui convient le mieux.

Selon un exemple de mise en œuvre, on répète l'étape a) sur une pluralité de zones de traitement de l'enduit, de façon en particulier à réaliser un relief continu sur toute la surface de l'enduit.

Selon un exemple de mise en œuvre, les zones de traitement sont en partie superposées.

Selon un exemple de mise en œuvre, le procédé comprend en outre une étape de projection de sable sur l'enduit, préalablement à l'étape a). L'ajout de sable sur la surface de l'enduit permet de prévenir l'adhésion de la matrice et donc d'assurer un décollement facile. On peut éventuellement ajouter au sable projeté des pigments ou des bris de verres ou toute autre solution de poudres décoratives et/ou fonctionnelles.

Selon un exemple de mise en œuvre, le procédé comprend l'application d'un hydrofuge sur l'enduit, préalablement à l'étape a). L'hydrofuge est habituellement appliqué sur l'enduit après que celui-ci a été lissé. I l permet d'une part un décollement aisé de la matrice, et d'autre part un meilleur vieillissement de l'enduit, déjà amélioré par le matriçage lui-même.

Selon un exemple de mise en œuvre, le procédé comprend en outre l'application d'un produit algicide et/ou fongicide sur l'enduit, préalablement à l'étape a). Selon un exemple de mise en œuvre, le procédé comprend en outre l'application d'un produit démoulant sur la face avant de l'outil et/ou sur la surface d'enduit à matricer, préalablement à l'étape a).

L'invention concerne enfin un support choisi parmi une paroi, un sol ou un plafond d'un bâtiment, revêtu d'une couche d'enduit présentant un relief, notamment obtenu par le procédé d'impression tel que défini précédemment, dans lequel le relief est formé par plusieurs reliefs de base identiques partiellement superposés sans que les zones de superposition puissent être distinguées visuellement des zones de non-superposition.

De préférence, le relief recouvre toute la surface du support.

Plusieurs exemples ou modes de mises en œuvre sont décrits dans le présent exposé. Toutefois, sauf précision contraire, les caractéristiques décrites en relation avec un exemple ou mode de mises en œuvre quelconque peuvent être appliquées à un autre exemple ou mode de mise en œuvre.

BREVE DESCRI PTI ON DES DESSI NS

L'invention sera bien comprise et ses avantages apparaîtront mieux, à la lecture de la description détaillée qui suit, de plusieurs modes de réalisation représentés à titre d'exemples non limitatifs. La description se réfère aux dessins annexés sur lesquels :

La figure 1 est une vue en perspective de la face avant d'un outil selon un premier mode de réalisation ;

La figure 2 est une vue en perspective de la face arrière de l'outil de la figure 1 ;

La figure 3 montre la matrice vue en coupe selon le plan longitudinal de symétrie I I I de la figure 1 ;

La figure 4 est une vue agrandie du détail I V de la figure 3 ;

La figure 5 montre l'imbrication possible de différents éléments unitaires du relief de la surface utile ;

La figure 6 montre la matrice vue en section selon le plan latéral de symétrie VI de la figure 1 ;

La figure 7 montre une matrice selon un deuxième mode de réalisation, vue en section selon un plan latéral de symétrie ;

- La figure 8 montre une variante de relief possible pour la surface utile de la matrice ; La figure 9 montre une matrice selon un troisième mode de réalisation, en section selon un plan de symétrie longitudinal ;

Les figures 10A à 10C illustrent schématiquement les étapes successives d'une méthode d'application de l'outil selon l'invention ; - La figure 1 1 illustre différentes zones de traitement d'un enduit à l'aide d'un outil selon l'invention ;

Les figures 12A, 12B et 12C illustrent différentes techniques d'utilisation de l'outil selon l'invention, qui peuvent être combinables entre elles ;

- La figure 13 illustre un accessoire complémentaire d'impression pouvant faire partie d'un kit d'impression selon l'invention.

DESCRI PTI ON PETAI LLEE D'EXEMPLES DE REALI SATI ON

Les figures 1 à 6 illustrent un outil d'impression 10 selon un premier mode de réalisation de l'invention.

L'outil 10 est destiné à être appliqué par un seul utilisateur contre un enduit à matricer E, avec un mouvement de basculement décrit plus en détail ci-après en référence aux figures 10A à 10C.

Pour cela, l'outil 10 comprend ici :

- une matrice 20 munie

o d'une face avant 20a illustrée plus en détail sur la figure 1 , comportant une surface utile 22 à relief 24 destinée à venir en contact avec l'enduit E,

o une face arrière 20b opposée à la face avant 20a et donc orientée vers l'utilisateur, illustrée plus en détail sur la figure 2, et deux zones de préhension, ici sous la forme de deux poignées 30a, 30b rapportées sur la face arrière 20b de la matrice (ici par vissage, voir figure 2).

La matrice 20 se présente, dans l'exemple, sous la forme d'une plaque globalement rectangulaire présentant deux bords longitudinaux de longueur L mesurée dans une direction longitudinale X1 , et deux bords latéraux de largeur I mesurée dans une direction latérale X2 orthogonale à X1 . La longueur L et la largeur I sont typiquement comprises entre 100 et 1500 mm, de préférence entre 300 et 900 mm. Pour assurer une bonne maniabilité de l'ensemble, la face avant 20a de la matrice 20 présente avantageusement une superficie totale comprise entre 0, 1 et 1 ,5 m 2 . Dans l'exemple illustré sur la figure 2, les deux poignées 30a, 30b de l'outil 10 s'étendent parallèlement l'une à l'autre dans la direction latérale X2 et sont espacées l'une de l'autre dans la direction longitudinale X1 . L'outil 10 est destiné à être pris à deux mains par l'utilisateur, chaque main tenant l'une des poignées 30a, 30b. Avantageusement, l'espacement d entre les deux poignées ou zones de préhension 30a, 30b est donc choisi pour correspondre sensiblement à l'écart moyen entre les poings tendus de l'utilisateur manipulant la matrice, dans le prolongement de ses épaules. L'espacement d est typiquement compris entre 200 et 700 mm.

Comme indiqué précédemment, l'outil 10 est destiné à être appliqué sur l'enduit E avec un mouvement de basculement. Pour cela, sa face avant 20a présente une courbure générale dans au moins une direction de basculement, correspondant à la direction d'espacement des deux zones de préhension 30a, 30b, ici la direction longitudinale X1 .

Cette courbure est illustrée plus en détail sur la figure 3 qui montre la matrice 20 vue en coupe selon le plan de symétrie I I I de la figure 1 (orthogonal à X2).

Dans l'exemple, plus précisément, la face avant 20a présente une partie centrale 40 destinée à venir en contact avec l'enduit E et de rayon de courbure générale R1 . La superficie totale de la partie centrale 40 représente au moins 80% de la superficie de la face avant 20a. Sa longueur L1 mesurée dans la direction de basculement, est généralement égale à au moins 80% de la longueur totale L.

Le rayon de courbure générale R1 sur cette partie centrale 40 doit être suffisamment faible pour permettre une bonne circulation de l'air entre l'enduit et la matrice, évitant les effets de succion qui pourraient entraîner un décollement de l'enduit, mais suffisamment élevé tout de même pour faciliter le mouvement de basculement. R1 est typiquement compris entre 500 et 5000 mm, de préférence entre 750 et 3000 mm.

Dans l'exemple de la figure 1 , la partie centrale 40 est courbe dans cette seule direction de basculement X1 . En d'autres termes, sur toute la partie centrale 40, la surface enveloppe de la face avant 20a se présente sous la forme d'une portion de cylindre droit, de diamètre R1 . La figure 6 illustre la matrice en section selon le plan VI de la figure 1 . Dans la direction X2, on constate que la partie centrale 40 de la face avant 20a ne présente aucune courbure générale. Comme illustré plus en détail sur la figure 4, la face avant 20a de la matrice 20 présente, à l'extérieur de la partie centrale 40 et de part et d'autre de celle-ci, une bordure arrondie ou congé 42, 42' de rayon de courbure générale R2 inférieur à celui de la partie centrale 40 (R2< R1 ).

Selon un exemple, le rayon de courbure générale R2 des bordures

42, 42' est compris entre 25 et 450 mm, de préférence entre 50 et 250 mm. Avantageusement, chaque bordure 42, 42' forme une bande périphérique continue, le long d'un bord latéral de la matrice.

La largeur L2 de chaque bordure est typiquement comprise entre 30 et 150 mm.

La surface utile 22 s'étend ici sur la totalité de chaque bordure 42,

42'.

Ces bordures ou congés permettent lors de l'utilisation d'éviter l'apparition, sur la surface d'enduit, de marques franches dues aux bords de l'outil.

Dans l'exemple illustré, la face avant de la matrice présente également, dans la direction X2, orthogonale à la direction de basculement X1 , à l'extérieur de la partie centrale 40 et de part et d'autre de celle-ci, des bordures arrondies 43, 43' de rayon de courbure générale R3 typiquement compris entre 25 et 450 mm, de préférence entre 50 et 250 mm. Avantageusement, chaque bordure 43 forme une bande périphérique continue, le long d'un bord longitudinal de la matrice. Le rayon de courbure R3 peut être égal ou non au rayon de courbure R2 de la bordure 42. Généralement, R3 est choisi inférieur à R2.

La largeur L3 de chaque bordure 43, 43' est typiquement comprise entre 30 et 150 mm. Elle peut être égale ou non à la largeur L2 des bordures 42.

Dans l'exemple, comme illustré sur la figure 1 , la surface utile 22 à relief 24 recouvre l'intégralité de la face avant 20a de la matrice. Autrement dit, la face avant 20a est entièrement recouverte du relief à imprimer 24. Selon des variantes, la surface utile 22 peut aussi s'étendre sur une partie seulement de la face avant 20a, généralement la majeure partie de cette face 20a, de préférence au moins 80%, encore plus préférentiellement 95% de cette face 20a. Dans ce cas, et si la face avant présente une ou plusieurs bordures périphériques du type décrit ci-dessus, alors la surface utile s'étend avantageusement sur au moins une partie desdites bordures.

Le relief 24 est ici un relief aléatoire et continu, formé par la juxtaposition d'éléments unitaires 26. Dans l'exemple particulier des figures 1 à 6, le relief est constitué d'une multitude de pyramides hexagonales de mêmes formes et dimensions, mais éventuellement d'orientation variable autour de leur axe, s'interpénétrant. Les pointes des pyramides sont orientées vers l'extérieur de la matrice. Le relief 24 est donc un relief dit « positif ».

La figure 5 est une vue de détail de trois pyramides 26 du relief 24.

La largeur moyenne de ces pyramides est par exemple comprise entre 1 et 100 mm.

Leur hauteur moyenne est par exemple comprise entre 0,5 et 50 mm, de préférence comprise entre 1 et 10 mm.

Le relief 24 est un relief aléatoire, capable de se superposer à lui- même sans raccords visibles et sans destruction de sa lisibilité. Ainsi, différentes zones d'enduit Zi (ci-après zones de traitement) se recoupant partiellement peuvent être imprimées à l'aide de l'outil 10, tout en conservant un rendu très homogène du relief imprimé, comme il sera décrit ci-après en référence à la figure 1 1 . L'utilisation de repères de positionnement de la matrice 20, courant avec les dispositifs de l'art antérieur, n'est ainsi pas nécessaire.

La figure 8 illustre une variante de relief possible 24 de la surface utile 22. I ci, la forme du relief 24 de la surface utile 22 a été générée à partir d'une image de bruit visuel typiquement constituée d'un ensemble aléatoire de points noirs et blancs, interprétée par un logiciel pour générer des creux et des bosses correspondant respectivement à ces points noirs et blancs.

Selon une autre variante non représentée, la forme du relief 24 peut aussi être générée à partir d'une forme intermédiaire de relief issue d'une image de bruit visuel conformément à la méthode mentionnée précédemment, ladite forme intermédiaire étant refaçonnée ensuite par un logiciel en une somme de surfaces planes. Dans ce cas, le logiciel simplifie pour ainsi dire la géométrie du relief initialement créée.

Les exemples illustrés sur les figures ne sont évidemment pas limitatifs. Par exemple, le relief 24 peut aussi être un relief négatif (formes en creux et non en pointe ou bosse). Néanmoins, il a été constaté qu'un relief « positif », autrement dit en bosses ou pointes et non en creux, permet d'obtenir une empreinte plus lisible du relief 24 sur l'enduit E. Cela contribue également à éviter les poches d'air entre la matrice 20 et l'enduit E. Le rendu esthétique ainsi obtenu est particulièrement net.

La figure 7 illustre une matrice selon un deuxième mode de réalisation de l'invention. Cette matrice diffère de celle du premier mode uniquement en ce que sa face avant 20a présente, sur la partie centrale 40, une courbure générale non seulement dans la première direction de basculement X1 , mais également dans une seconde direction de basculement orthogonale à la première et correspondant ici à la direction latérale X2.

La matrice selon ce deuxième mode de réalisation présente ainsi une face avant bombée vers l'extérieur à la manière d'un bouclier.

Sur la partie centrale, le rayon de courbure générale R4 dans la deuxième direction de basculement X2 est généralement inférieur au rayon de courbure R1 dans la première direction de basculement.

On comprend qu'un tel agencement permet le basculement de la matrice dans une première direction puis dans une deuxième direction orthogonale à la première, sans décoller la matrice 20 de la surface de l'enduit E.

A noter que dans ce cas également le rayon de courbure R3 du congé 43 dans la deuxième direction de basculement X2 est évidemment inférieur au rayon de courbure R4 de la partie centrale 40, dans la même direction.

Par ailleurs, le rayon de courbure R3 est généralement (mais non limitativement) inférieur au rayon de courbure R2 de la bordure 42 dans la première direction de basculement X1 .

Dans les modes de réalisation décrits précédemment (voir en particulier les figures 3 et 4), la face avant 20a de la matrice 20 est formée par une peau 50 présentant une face externe convexe formant la face avant 20a et une face interne concave 52, et des moyens de rigidification de la peau 50 sur ladite face interne concave 52, sous la forme de nervures de renforcement 54, notamment des nervures formant une structure en nid d'abeille, avantageusement venues de matière avec la peau. Les nervures 54 ont par exemple une hauteur h comprise entre 10 et 30 mm. Elles permettent d'éviter la déformation de la matrice 20 notamment dans la zone située entre les deux poignées 30a, 30b, où la matrice est globalement moins rigide. La matrice est par exemple réalisée par impression 3D ou usinage 3D, et est par exemple en acrylonitrile butadiène styrène (ABS), polyamide (PA), polypropylène (PP) , ou polytéréphtalate d'éthylène (PET).

La figure 9 illustre une matrice 20 selon un troisième mode de réalisation de l'invention. La matrice comporte ici un noyau 56 et une peau 50 recouvrant ledit noyau, la peau présentant une face externe convexe formant la face avant 20a de la matrice et une face interne concave 52 en contact avec le noyau.

Dans l'exemple, la peau 50 se présente sous la forme d'une feuille, notamment d'une feuille de Polyéthylène (PE), polypropylène (PP), polytéréphtalate d'éthylène (PET), polyéthylène téréphtalate glycolisé (PETG), ou tous autres plastiques thermoformables, par exemple d'épaisseur e1 comprise entre 0.5 et 5 mm, sur laquelle les motifs ont été formés par thermoformage ou par moulage.

Le noyau 56 est formé par une garniture de renforcement venant garnir la concavité formée par la surface interne 52 de la peau 50, par exemple une garniture coulée ou projetée sur la surface interne de la peau. Elle est par exemple en mousse thermodurcissable, notamment en mousse polyuréthane. La peau et la garniture de renforcement sont solidarisées l'une à l'autre, par exemple par adhésion.

Selon un autre mode de réalisation, non représenté, le noyau de la matrice peut être réalisé par exemple par moulage dans un moule à contre-forme correspondant au relief souhaité, puis une couche formant peau, notamment une couche de silicone ou de PTFE (polytétrafluoroéthylène), peut être déposée sur la face du noyau portant le relief.

Une couche de silicone ou de PTFE est particulièrement avantageuse en ce qu'elle présente des propriétés anti-adhésives qui permettent de décoller facilement la matrice de l'enduit, lors de l'impression.

L'impression d'un relief sur un enduit E appliqué sur une paroi P, à l'aide d'un outil 10 selon l'invention, va à présent être décrite plus en détail en référence aux figures 10A à 12C. Le matriçage est généralement réalisé sur un enduit encore frais (c'est-à-dire non encore durci) E appliqué sur son support avec une épaisseur minimale e2 d'environ 4 à 5 mm.

Selon un exemple de mise en œuvre, avant application de la matrice 20 et éventuellement après avoir été préalablement lissé, l'enduit E, encore fais, est soumis à une projection de sable et/ou à l'application d'un hydrofuge, d'un démoulant ou de toutes autres solutions susceptible d'empêcher l'adhésion de l'enduit à la matrice. Ce prétraitement permet d'assurer un bon décollement de la matrice. Dans le cas de sable projeté, on peut éventuellement ajouter audit sable des pigments, par exemple et non limitativement des pigments colorés ou photoluminescents, ou des bris de verres ou toute autres solutions de poudres décoratives et/ou fonctionnelles pour améliorer ou au moins modifier l'esthétique du rendu et/ou ses fonctionnalités.

Un produit algicide et/ou fongicide peut éventuellement être appliqué sur l'enduit E en complément.

Selon une variante ou en complément, un produit démoulant peut aussi être appliqué sur la face avant 20a de l'outil 10.

Ces étapes de prétraitement ne sont cependant pas nécessaires dans tous les cas, et devront être envisagées en fonction notamment du type d'enduit à matricer.

Comme indiqué précédemment, l'outil 10 est destiné à être manipulé à deux mains par l'utilisateur.

La figure 10A illustre l'utilisateur en position pour démarrer l'impression sur une première zone de traitement Z1 .

Le geste de matriçage est amorcé en laissant typiquement une marge de quelques centimètres entre le bord (ici gauche) de l'outil 10 et la surface de l'enduit E, afin de ne pas marquer le bord de la matrice 20 sur l'enduit.

La force est appliquée d'abord sur la poignée de gauche 30a, comme illustré par la flèche F1 sur la figure 10A.

Puis l'outil 10 est basculé progressivement, ici vers la droite, comme illustré sur la figure 10B, en diminuant progressivement la force appliquée sur la poignée de gauche et en augmentant la force appliquée sur la poignée de droite (voir flèche correspondante F2 sur les figures). Le mouvement évolue jusqu'à faire décoller la matrice 20 de la surface de l'enduit E, sans toutefois que le bord droit de l'outil ne touche ladite surface.

Ce mouvement est ensuite répété sur toute la surface d'enduit E à matricer.

Comme illustré sur la figure 1 1 , la matrice est avantageusement appliquée sur des zones de traitement Zi, en partie superposées. Le recouvrement entre les différents passages de la matrice et le caractère aléatoire du relief assurent l'absence de raccords visibles.

Comme illustré sur les figures 12A, 12B et 12C, le matriçage peut se faire avec une inclinaison quelconque de la matrice par rapport à l'horizontale.

La direction de basculement peut être par exemple horizontale (figure 12A) , verticale (figure 12B) ou oblique (figure 12C), et peut bien évidemment varier au cours de la mise en œuvre.

De la même façon, si le basculement a été décrit précédemment de gauche à droite, il peut évidemment être réalisé de droite à gauche et/ou peut être répété plusieurs fois sur la même zone de traitement Zi.

Egalement, dans le cas de matrice à double direction de basculement (du type illustré par la figure 7), l'outil peut être basculé d'un côté à l'autre puis de haut en bas et/ou inversement.

Certaines zones de la surface d'enduit à matricer E peuvent être rendues difficilement accessibles sur chantier. C'est le cas par exemple des zones situées en regard des montants d'un échafaudage.

Pour permettre le matriçage de ces zones difficiles d'accès, il peut être prévu d'utiliser un accessoire complémentaire 70 tel qu'illustré sur la figure 13, en plus de l'outil principal 10 tel que décrit précédemment. Cet accessoire 70 comporte lui-aussi une matrice 80 munie d'une face avant 80a à relief 84 identique à celui 24 de l'outil principal, et au moins une zone de préhension 90 généralement au niveau de sa face arrière 80b. Comme l'outil principal 10, il comporte une courbure générale R5 dans au moins une direction de basculement X3, de sorte qu'il peut être basculé sur l'enduit E par application d'une force d'un côté puis de l'autre de ladite zone de préhension 90 ou alternativement sur chaque zone de préhension dans le cas d'un accessoire présentant au moins deux zones de préhension espacées l'une de l'autre. L'accessoire 70 présente des dimensions plus faibles que l'outil principal 10 décrit précédemment, pour permettre son passage dans des zones exiguës. La superficie totale de la face avant 80a de l'accessoire (c'est-à-dire la superficie de la surface enveloppe de la face avant 80a, indépendante du relief) est ainsi inférieure ou égale à la moitié de la superficie totale de la face avant 20a de l'outil principal 10, le principe étant que l'accessoire 70 puisse généralement être tenu et basculé à l'aide d'une seule main.

Dans l'exemple, l'accessoire 70 présente une forme de plaque rectangulaire, dont la face avant présente une superficie totale comprise entre 0.01 et 0.1 m 2 , de préférence entre 0.01 et 0.08 m 2 .

Dans l'exemple, la zone de préhension 90 est constituée par une poche fixée à la face arrière 80b de la matrice 80, et destinée à recevoir la main de l'utilisateur à la manière d'un gant.

Cet exemple n'est toutefois par limitatif, et la zone de préhension 90 pourrait aussi être formée par une poignée de forme quelconque rapportée à l'arrière de la matrice 80.

La présente invention concerne également un kit d'impression comprenant un outil principal tel que décrit sur les figures 1 à 12C et un accessoire complémentaire correspondant tel que décrit sur la figure 13.