Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
TORQUE TRANSMISSION DEVICE, IN PARTICULAR FOR A MOTOR VEHICLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/020156
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a torque transmission device (1), in particular for a motor vehicle, comprising a hub (11) intended to be coupled to an input shaft of a gearbox and extending along an axis (X), a main damper, a secondary damper or pre-damper comprising at least one secondary resilient member (55) mounted between the hub (11) and the web (28), and a friction washer (46), called slider washer, rotationally coupled to the hub (11) with a circumferential clearance.

Inventors:
MARECHAL, Olivier (C/O VALEO EMBRAYAGES, 81 Avenue Roger Dumouli, Cedex 2 AMIENS, 80009, FR)
DAEL, Dominique (Co/ VALEO EMBRAYAGES, 81 Avenue Roger Dumouli, Cedex 2 AMIENS, 80009, FR)
Application Number:
FR2017/052084
Publication Date:
February 01, 2018
Filing Date:
July 26, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALEO EMBRAYAGES (81 avenue ROGER DUMOULIN, AMIENS cedex 2, 80009, FR)
International Classes:
F16F15/123
Foreign References:
FR2918432A12009-01-09
GB2231124A1990-11-07
DE3442717A11986-05-28
DE3616301A11986-11-20
FR2918432A12009-01-09
Attorney, Agent or Firm:
CARDON, Nicolas (VALEO Embrayages, Sce Propriété Intellectuelle14 Avenue des BEGUINES, CERGY PONTOISE CEDEX, 95892, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Dispositif de transmission de couple (1 ), notamment pour véhicule automobile, comportant :

- un moyeu (1 1 ) destiné à être couplé à un arbre d'entrée d'une boîte de vitesses et s'étendant selon un axe (X),

un amortisseur principal comportant un voile annulaire (28) couplé en rotation au moyeu (1 1 ) avec un premier jeu circonférentiel, au moins une rondelle de guidage principale (6, 7), au moins un organe élastique principal (34) monté entre le voile annulaire (28) et la rondelle de guidage principale (6, 7),

- un amortisseur secondaire ou pré-amortisseur comportant au moins un organe élastique secondaire (55) monté entre le moyeu (1 1 ) et le voile (28), et une rondelle de frottement (46), dite rondelle tiroir, couplée en rotation au moyeu (1 1 ) avec un deuxième jeu circonférentiel, le deuxième jeu circonférentiel étant inférieur au premier jeu circonférentiel,

caractérisé en ce que le moyeu (1 1 ) comporte au moins une partie annulaire (20) à partir de laquelle s'étend au moins une dent (22) servant au couplage avec jeu circonférentiel entre le moyeu (1 1 ) et le voile (28), ladite partie annulaire (20) comportant au moins une zone en creux (23) coopérant avec une zone en saillie (51 ) de la rondelle de frottement (46), de manière à réaliser le couplage en rotation avec jeu circonférentiel entre le moyeu (1 1 ) et la rondelle de frottement (46), la rondelle de frottement (46) étant apte à venir en appui sur le voile (28) ou sur une rondelle d'application (38) couplée en rotation au voile (28).

2. Dispositif (1 ) selon la revendication 1 , caractérisé en ce que l'organe élastique secondaire (55) comporte une première extrémité apte à venir en appui sur une extrémité circonférentielle (25) de la zone en creux (23) du moyeu (1 1 ) et une seconde extrémité apte à venir en appui sur le voile (28).

3. Dispositif (1 ) selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que la rondelle de frottement (46) est située entièrement radialement à l'intérieur du diamètre radialement externe du moyeu (1 1 ).

4. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que la zone en creux (23) du moyeu (1 1 ) est formée par une rainure (23) dont la section présente une forme générale de queue d'aronde, ladite rainure (23) étant délimitée par une paroi de fond (24), radialement interne, et deux parois ou portées latérales (25), obliques par rapport à la direction radiale, les parois latérales (25) se rapprochant l'une de l'autre radialement vers l'extérieur.

5. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu'il comporte au moins un premier organe élastique secondaire (55) monté sans jeu circonférentiel entre le moyeu (1 1 ) et le voile (28) et au moins un second organe élastique secondaire (55) monté sans jeu par rapport au voile (28) et avec un troisième jeu circonférentiel par rapport au moyeu (1 1 ) ou inversement, le troisième jeu circonférentiel étant inférieur au premier jeu circonférentiel.

6. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 2 à 5, caractérisé en ce qu'il comporte au moins un organe d'appui (56) monté entre au moins une extrémité de l'organe élastique secondaire (55), d'une part, et l'extrémité circonférentielle correspondante (25) de la zone en creux (23) ainsi que le voile (28), d'autre part.

7. Dispositif (1 ) selon la revendication 6, caractérisé en ce que l'organe élastique secondaire (55) est un ressort hélicoïdal, l'organe d'appui (56) comportant un plot de positionnement (57) engagé dans l'extrémité correspondante dudit ressort (55).

8. Dispositif (1 ) selon la revendication 6 ou 7, caractérisé en ce que l'organe d'appui (56) comporte une partie plane radialement externe (59) et une partie plane radialement interne (58), obliques l'une par rapport à l'autre et par rapport à la direction radiale, aptes à coopérer avec des surfaces planes obliques complémentaires (25, 33) de la zone en creux (23) du moyeu (1 1 ) et du voile (28).

9. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 8, caractérisé en ce qu'il comporte une rondelle élastique (52) apte à exercer un effort axial, tendant à plaquer la rondelle de frottement (46) contre une surface de frottement (43) du voile (28) ou de la rondelle d'application (38).

10. Dispositif (1 ) selon la revendication 9, caractérisé en ce que la surface de frottement (43) est formée sur une rondelle d'application (38) réalisée en matériau synthétique ou en acier, la rondelle de frottement (46) comportant une partie annulaire métallique (48), venant en appui sur la surface de frottement (43) de la rondelle d'application (38), et une partie annulaire en matériau synthétique (47) solidaire de la partie en matériau métallique (48), la rondelle élastique (52) exerçant un effort axial sur la partie en matériau synthétique (47) de la rondelle de frottement (46).

1 1 . Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 10, caractérisé en ce que l'amortisseur principal comporte une première rondelle de guidage principale (6), montée pivotante autour du moyeu (1 1 ) par l'intermédiaire d'un premier palier (12), une seconde rondelle de guidage principale (7), montée pivotante autour du moyeu (1 1 ) par l'intermédiaire d'un second palier (13), chaque palier (12, 13) étant couplé en rotation à la rondelle de guidage correspondante (6, 7) de sorte que chaque palier (12, 13) est apte à pivoter par rapport au moyeu (1 1 ).

12. Dispositif (1 ) selon la revendication 1 1 , caractérisé en ce que le premier amortisseur comporte une rondelle élastique (19) apte à exercer un effort axial tendant à plaquer les premier et second paliers (12, 13) en appui sur le moyeu (1 1 ), ladite rondelle élastique (19) étant montée entre l'une des rondelles de guidage principale (6, 7) et le palier correspondant (12, 13).

13. Dispositif (1 ) selon l'une des revendications 1 à 12, caractérisé en ce que la rondelle de guidage principale (6, 7) est couplée en rotation à un disque de friction (2).

Description:
Dispositif de transmission de couple, notamment pour véhicule automobile

La présente invention concerne un dispositif de transmission de couple, notamment pour véhicule automobile.

La demande de brevet FR 2 918 432 divulgue un embrayage à friction pour véhicule automobile, comportant des moyens d'amortissement interposés entre un élément d'entrée, tel qu'un disque de friction, et un moyeu solidaire en rotation d'un arbre mené.

L'embrayage à friction comporte en particulier un amortisseur principal comprenant des première et seconde rondelles de guidage principales, solidaires en rotation entre elles, et un voile annulaire principal coaxial aux rondelles de guidage principales et mobile en rotation par rapport auxdites rondelles de guidage principales.

L'embrayage à friction comporte en outre un amortisseur secondaire, dit pré-amortisseur, couplé en série avec l'amortisseur principal.

Le pré-amortisseur comporte des première et seconde rondelles de guidage secondaires, solidaires en rotation entre elles et solidaires du voile annulaire principal. Le pré-amortisseur comporte en outre un voile annulaire secondaire, coaxial aux rondelles de guidage secondaires et mobile en rotation par rapport auxdites rondelles de guidage secondaire .Le pré-amortisseur comporte de plus des moyens d'amortissement à activation immédiate et des moyens d'amortissement à activation conditionnelle, transmettant un couple entre les rondelles de guidage secondaires et le voile secondaire amortisseur.

Le pré-amortisseur comporte un système de frottement à hystérésis variable, dit système d'hystérésis, comportant des moyens d'hystérésis à activation conditionnelle agencés entre le voile du pré- amortisseur et la première rondelle principale de guidage de l'amortisseur. Les moyens d'hystérésis à activation conditionnelle comportent au moins une rondelle d'hystérésis variable et une rondelle élastique d'application de la rondelle d'hystérésis variable qui comporte, pour son activation, au moins une patte d'activation liée angulairement avec un organe élastique associé.

L'embrayage à friction comporte en outre un système de frottement à tiroir comportant au moins une rondelle de frottement, dite rondelle tiroir, comportant des encoches radialement interne, coopérant avec la denture externe, dédiée à ce moyen, du moyeu de façon à entraîner en rotation la rondelle tiroir avec un jeu circonférentiel inférieur au jeu circonférentiel précité entre la denture externe du moyeu et la denture interne du voile de l'amortisseur. La rondelle tiroir est interposée axialement entre la rondelle de guidage du pré-amortisseur et une rondelle élastique de charge associée qui est destinée à solliciter la rondelle tiroir avec une force élastique axiale déterminée.

Les dentures du moyeu servent ainsi à entraîner en rotation à la fois la rondelle tiroir et le voile principal. Les dentures doivent alors présenter une structure complexe, rendant difficile la fabrication du moyeu. Par ailleurs, la rondelle tiroir s'étend radialement à l'extérieur du moyeu, de sorte que l'encombrement radial est relativement important. Un tel embrayage à friction présente également une structure complexe et coûteuse, nécessitant un nombre important de pièces.

L'invention a notamment pour but d'apporter une solution simple, efficace et économique à ces problèmes.

A cet effet, elle propose un dispositif de transmission de couple, notamment pour véhicule automobile, comportant :

- un moyeu destiné à être couplé à un arbre d'entrée d'une boîte de vitesses et s'étendant selon un axe,

- un amortisseur principal comportant un voile annulaire couplé en rotation au moyeu avec un premier jeu circonférentiel, au moins une rondelle de guidage principale, au moins un organe élastique principal monté entre le voile annulaire et la rondelle de guidage principale, - un amortisseur secondaire ou pré-amortisseur comportant au moins un organe élastique secondaire monté entre le moyeu et le voile, et une rondelle de frottement, dite rondelle tiroir, couplée en rotation au moyeu avec un deuxième jeu circonférentiel, le deuxième jeu circonférentiel étant inférieur au premier jeu circonférentiel,

caractérisé en ce que le moyeu comporte au moins une partie annulaire à partir de laquelle s'étend au moins une dent servant au couplage avec jeu circonférentiel entre le moyeu et le voile, ladite partie annulaire comportant au moins une zone en creux coopérant avec une zone en saillie de la rondelle de frottement, de manière à réaliser le couplage en rotation avec jeu circonférentiel entre le moyeu et la rondelle de frottement, la rondelle de frottement étant apte à venir en appui sur le voile ou sur une rondelle d'application couplée en rotation au voile.

De cette manière, on dissocie la fonction de couplage en rotation entre le voile et le moyeu, qui est réalisée à l'aide de la dent, de la fonction de couplage en rotation entre la rondelle de frottement et le moyeu, qui est réalisée à l'aide de la zone en creux. Il est alors possible de simplifier la structure et la fabrication du moyeu, celui-ci pouvant par exemple être obtenu par découpage et/ou par usinage d'un barreau extrudé par exemple. Un tel dispositif est par ailleurs dépourvu de voile secondaire ou de rondelles de guidage secondaires.

L'organe élastique secondaire peut comporter une première extrémité apte à venir en appui sur une extrémité circonférentielle de la zone en creux du moyeu et une seconde extrémité apte à venir en appui sur le voile.

La zone en creux du moyeu sert ainsi à la fois au couplage avec jeu circonférentiel avec la rondelle de frottement, et au montage de l'organe élastique secondaire, ce qui permet de limiter le nombre de pièces nécessaires au pré-amortisseur.

La rondelle de frottement peut être située entièrement radialement à l'intérieur du diamètre radialement externe du moyeu. En d'autres termes, la rondelle de frottement ne dépasse pas radialement à l'extérieur des dents du moyeu. L'encombrement radial du pré-amortisseur peut ainsi être réduit, par comparaison avec l'art antérieur.

La zone en creux du moyeu peut être formée par une rainure dont la section présente une forme générale de queue d'aronde, ladite rainure étant délimitée par une paroi de fond, radialement interne, et deux parois ou portées latérales, obliques par rapport à la direction radiale, les parois latérales se rapprochant l'une de l'autre radialement vers l'extérieur.

La zone en saillie de la rondelle de frottement peut alors présenter une forme complémentaire, tout en autorisant un jeu circonférentiel entre la rondelle de frottement et le moyeu.

Le dispositif peut comporter au moins un premier organe élastique secondaire monté sans jeu circonférentiel entre le moyeu et le voile et au moins un second organe élastique secondaire monté sans jeu par rapport au voile et avec un troisième jeu circonférentiel par rapport au moyeu, ou inversement, le troisième jeu circonférentiel étant inférieur au premier jeu circonférentiel.

De cette manière, la courbe caractéristique du pré-amortisseur, à savoir la courbe représentant le couple transmis au travers du pré- amortisseur en fonction du débattement angulaire, peut présenter au moins deux portions linéaires de pentes différentes, la raideur angulaire du préamortisseur étant plus importante en fin de débattement, lorsque le troisième jeu circonférentiel est rattrapé et que les premiers et seconds organes élastiques secondaires sont actifs. En effet, en début de débattement, lorsque le troisième jeu circonférentiel n'est pas rattrapé, seul le premier organe élastique secondaire est actif.

Le dispositif peut comporter au moins un organe d'appui monté entre au moins une extrémité de l'organe élastique secondaire, d'une part, et l'extrémité circonférentielle correspondante de la zone en creux ainsi que le voile, d'autre part. Chaque organe élastique secondaire peut être équipé d'un organe d'appui à chaque extrémité.

L'organe élastique secondaire peut être un ressort hélicoïdal, l'organe d'appui comportant un plot de positionnement engagé dans l'extrémité correspondante dudit ressort, c'est-à-dire dans l'ouverture délimitée par les spires d'extrémité.

Le plot de positionnement permet de maintenir en position l'organe d'appui sur l'organe élastique secondaire.

L'organe d'appui peut comporter une partie plane radialement externe et une partie plane radialement interne, obliques l'une par rapport à l'autre et par rapport à la direction radiale, aptes à coopérer avec des surfaces planes obliques complémentaires de la zone en creux du moyeu et du voile.

Une telle structure permet de faciliter le maintien en position de l'organe élastique secondaire par rapport au moyeu et au voile amortisseur.

Le dispositif peut comporter une rondelle élastique apte à exercer un effort axial, tendant à plaquer la rondelle de frottement contre une surface de frottement du voile ou de la rondelle d'application.

Une telle rondelle élastique permet ainsi de générer un couple d'hystérésis déterminé, du fait du frottement entre la rondelle de frottement, d'une part et le voile, la rondelle d'application et/ou la rondelle élastique, d'autre part. On notera que ce couple d'hystérésis n'est généré que lorsque la rondelle de frottement est déplacée en rotation par rapport à la rondelle de guidage, c'est-à-dire lorsque le deuxième jeu circonférentiel entre le moyeu et la rondelle de frottement est rattrapé.

La surface de frottement peut être formée sur une rondelle d'application en matériau synthétique, la rondelle de frottement comportant une partie annulaire métallique, venant en appui sur la surface de frottement de la rondelle d'application et une partie annulaire en matériau synthétique solidaire de la partie en matériau métallique, la rondelle élastique exerçant un effort axial sur la partie en matériau synthétique de la rondelle de frottement.

La partie en matériau synthétique de la rondelle de frottement peut comporter au moins trois plots de centrage venant s'engager et s'encliqueter dans des logements de forme complémentaire de la partie métallique de la rondelle de frottement, ou inversement.

La partie en matériau synthétique peut être surmoulée sur la partie métallique de la rondelle de frottement.

L'amortisseur principal peut comporter une première rondelle de guidage principale, montée pivotante autour du moyeu par l'intermédiaire d'un premier palier, une seconde rondelle de guidage principale, montée pivotante autour du moyeu par l'intermédiaire d'un second palier, chaque palier étant couplé en rotation à la rondelle de guidage correspondante de sorte que chaque palier est apte à pivoter par rapport au moyeu.

Dans ce cas, le premier amortisseur peut comporter une rondelle élastique apte à exercer un effort axial tendant à plaquer les premier et second paliers en appui sur le moyeu, ladite rondelle élastique étant montée entre l'une des rondelles de guidage principale et le palier correspondant.

La rondelle élastique associée au premier amortisseur permet ainsi de générer un couple d'hystérésis déterminé, du fait du frottement entre les paliers et le moyeu.

La rondelle de guidage principale peut être couplée en rotation à un disque de friction.

L'invention sera mieux comprise et d'autres détails, caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à la lecture de la description suivante faite à titre d'exemple non limitatif en référence aux dessins annexés dans lesquels :

- la figure 1 est une vue éclatée, en perspective, d'un dispositif de transmission de couple selon une forme de réalisation de l'invention, - la figure 2 est une vue éclatée, en perspective, d'une partie du dispositif de la figure 1 ,

- la figure 3 est une vue axiale en coupe d'une partie du dispositif,

- les figures 4 et 5 sont des vues de face de parties du dispositif.

Les figures 1 à 5 représentent un dispositif de transmission de couple 1 selon une forme de réalisation de l'invention.

Celui-ci comporte un disque de friction 2, d'axe X, comportant un support annulaire 3 formé d'une tôle métallique, et des garnitures de friction annulaires 4 fixées de part et d'autre de la périphérie radialement externe du support, par exemple par l'intermédiaire de rivets 5.

Le dispositif 1 comporte en outre une première rondelle de guidage 6 et une seconde rondelle de guidage 7 annulaires, appelées également rondelles de guidage principales, d'axe X et solidarisées en rotation l'une par rapport à l'autre, par l'intermédiaire de rivets ou d'entretoises 8 par exemple.

La périphérie radialement interne du support 3 est fixée à la première rondelle de guidage 6, par exemple par l'intermédiaire des entretoises 8.

Chaque rondelle de guidage 6, 7 comporte des fenêtres 9 s'étendant circonférentiellement et réparties sur la circonférence, ici au nombre de quatre.

La périphérie radialement interne de chaque rondelle de guidage 6, 7 comporte des encoches 10.

Les périphéries radialement internes des rondelles de guidage 6, 7 sont montées pivotantes autour d'un moyeu central 1 1 d'axe X, par l'intermédiaire respectivement d'un premier palier 12 et d'un second palier 13.

Chaque palier 12, 13 comporte des dents 14 ou des plots engagés dans les encoches 10 de la rondelle de guidage 6, 7 correspondante, de manière à coupler en rotation chaque palier 12, 13 et la rondelle de guidage 6, 7 correspondante. Les paliers 12, 13 sont réalisés en matériau synthétique et sont destinés à venir en appui sur le moyeu 1 1 , réalisé en matériau métallique.

En particulier, comme cela est visible à la figure 3, le premier palier 12 comporte une surface annulaire radiale 15, apte à venir en appui sur un épaulement radial 16 du moyeu 1 1 . Le second palier 13 comporte une surface tronconique 17, apte à venir en appui sur une surface tronconique complémentaire 18 du moyeu 1 1 .

Une première rondelle élastique 19 est montée axialement entre la périphérie radialement interne de la première rondelle de guidage 6 et un épaulement opposé 12a du premier palier 12. La première rondelle élastique 19 est apte à exercer un effort axial, de manière à plaquer les surfaces radiale 15 et tronconique 17 des paliers 12, 13 en appui sur les surfaces correspondantes 16, 18 du moyeu 1 1 , afin de générer un couple d'hystérésis lors de la rotation des rondelles de guidage 6, 7 et des paliers 12, 13 par rapport au moyeu 1 1 , autour de l'axe X.

La première rondelle élastique 19 est couplée en rotation à la première rondelle de guidage 6, par engagement de zones en creux et en saillie de formes internes complémentaires aux dents 14 d'arrêt en rotation du palier 12, lui-même couplé à la rondelle de guidage 6 avec ces mêmes dents 14.

Le moyeu 1 1 comporte une partie annulaire 20 dont la périphérie radialement interne comprend des cannelures 21 aptes à coopérer avec des cannelures complémentaires d'un arbre d'entrée d'une boîte de vitesses, non représenté. Le moyeu 1 1 comporte en outre des dents 22 s'étendant radialement vers l'extérieur depuis la partie annulaire 20.

Des rainures 23 en forme de queue d'aronde, ici au nombre de quatre, sont en outre ménagées dans la partie annulaire 20, circonférentiellement entre les dents 22. Chaque rainure 23 comporte une paroi de fond cylindrique 24 et des extrémités circonférentielles comprenant chacune au moins une zone plane 25. Les zones planes 25 opposées d'une même rainure 23 sont inclinées l'une par rapport à l'autre, et sont inclinées d'un angle a par rapport à la direction radiale (figure 4), l'angle a étant par exemple compris entre 40° et 50°. Les zones planes 25 sont reliées à la paroi de fond 24 par des zones de liaison planes 26. La section de chaque rainure 23 est sensiblement constante sur toute la longueur de la rainure. Le moyeu 1 1 comporte en outre une extrémité cylindrique 27 de plus faible diamètre, s'étendant dans le prolongement des parois de fond 24 de certaines rainures 23.

Le dispositif 1 comporte en outre un voile annulaire 28 monté axialement entre les rondelles de guidage principales 6, 7 et comportant des fenêtres 29 s'étendant circonférentiellement, ici au nombre de quatre, régulièrement réparties sur la périphérie.

Le voile 28 comporte une denture 30 à sa périphérie radialement interne, coopérant avec les dents 22 du moyeu 1 1 de manière à coupler en rotation le voile annulaire 28 et le moyeu 1 1 tout en autorisant un premier jeu circonférentiel.

Par ailleurs, la périphérie radialement interne du voile 28 comporte des évidements ou des encoches 31 ayant chacune une section en forme de queue d'aronde. Chaque encoche 31 comporte ainsi une surface de fond 32 radialement externe et deux surfaces 33, par exemple planes, formant des portées aux extrémités circonférentielles des encoches 31 (figure 4).

On définit par position de repos la position des différents éléments du dispositif 1 lorsqu'aucun couple n'est transmis au travers du dispositif 1 .

On définit par rotation dans le sens direct, les rotations induites par la transmission d'un couple du disque de friction 2 vers le moyeu 1 1 et par rotation dans le sens rétro, les rotations induites par la transmission d'un couple du moyeu 1 1 vers le disque de friction 2. Le mode de fonctionnement rétro intervient par exemple dans un cas d'utilisation du frein moteur ou lorsque l'utilisateur retire brusquement son pied de la pédale d'accélérateur.

Le premier jeu circonférentiel, ou premier jeu angulaire, autorise un débattement du voile 28 par rapport au moyeu 1 1 compris entre 0° et 25°, dans le sens direct, et entre 0° et 20°, dans le sens rétro, depuis la position de repos.

Un organe élastique principal 34 est monté dans chaque fenêtre 29 du voile 28 et dans les fenêtres correspondantes 9 des rondelles de guidage 6, 7, situées axialement en regard les unes des autres. Chaque organe élastique principal 34 est formé par un ressort hélicoïdal de compression, en particulier un ressort droit. Chaque organe élastique principal 34 comporte une extrémité en appui sur le voile 28 et une extrémité en appui sur les rondelles de guidage 6, 7 de sorte que lesdits organes élastiques 34 s'opposent au débattement angulaire des rondelles de guidage 6, 7 par rapport au voile 28.

Une bague d'appui 35 formant une rondelle d'hystérésis, est intercalée axialement entre la seconde rondelle de guidage 7 et le voile 28. La bague d'appui 35 comporte des pattes 36 repliées axialement, engagées dans des ouvertures 37 de la seconde rondelle de guidage 7, de manière à coupler en rotation la bague d'appui 35 et la seconde rondelle de guidage 7.

Le voile 28, les rondelles de guidage 6, 7, les organes élastiques principaux 34, les paliers 12, 13 et la première rondelle élastique 19 appartiennent à un amortisseur dit principal.

Le dispositif 1 comporte en outre une rondelle d'application 38, réalisée en matériau synthétique, couplée ou solidaire en rotation du voile 28. La rondelle d'application 38 comporte une partie annulaire 39 à partir de laquelle des bras 40 s'étendent radialement vers l'extérieur, les extrémités libres des bras 40 comportant des plots 41 s'étendant axialement, engagés dans des zones 42 en creux de forme complémentaire du voile annulaire 28 de manière à réaliser un couplage en rotation.

La partie annulaire 39 comporte une surface de frottement annulaire 43 (figure 3), radialement interne, s'étendant dans un plan radial et tournée vers la première rondelle de guidage 6.

Ladite partie annulaire 39 de la rondelle d'application 38 comporte également des premiers évidements 44 (figure 2), débouchant axialement à l'opposé de la surface de frottement 43 et radialement vers l'intérieur, destinés à loger au moins une partie des dents 22 du moyeu 1 1 . En particulier les dents 22 sont logées avec un jeu circonférentiel important dans lesdits évidements 44, de manière à permettre le débattement angulaire du moyeu 1 1 par rapport à la rondelle d'application 38. Dans la forme de réalisation présentée ici, les dents 22 ne sont pas destinées à venir en appui sur les extrémités circonférentielles des premiers évidements 44.

Ladite partie annulaire 39 comporte en outre des seconds évidements 45, situés circonférentiellement entre les premiers évidements 44, débouchant axialement à l'opposé de la surface de frottement 43 et radialement vers l'intérieur.

Le dispositif 1 comporte de plus une rondelle de frottement 46 comportant une partie annulaire en matériau synthétique 47 et une partie annulaire métallique 48, fixées l'une à l'autre. En particulier, la partie en matériau synthétique 47 comporte à sa périphérie radialement externe quatre plots 49 s'étendant axialement, de section en demi-cercle, encliquetés dans des encoches 50 de forme correspondante de la partie métallique 48 (figure 2).

La partie métallique 48 est apte à prendre appui sur la surface de frottement 43 de la rondelle d'application 38, comme cela est visible à la figure 3.

L'une au moins des parties 47, 48 de la rondelle de frottement

46, ici la partie métallique 48, comporte des zones ou des pattes 51 en saillie radialement vers l'intérieur, engagées dans les rainures 23 en queue d'aronde du moyeu 1 1 .

Les zones en saillie 51 ont une forme complémentaire de la forme des rainures 23, tout en ménageant un deuxième jeu circonférentiel permettant un débattement angulaire entre la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 , autour d'une position de repos.

Le deuxième jeu circonférentiel, ou deuxième jeu angulaire, autorise un débattement de la rondelle de frottement 46 par rapport au moyeu 1 1 compris entre 3° et 10°, dans le sens direct, et entre 3° et 10°, dans le sens rétro, depuis la position de repos.

Une seconde rondelle élastique 52 est montée axialement entre la périphérie radialement interne de la première rondelle de guidage 6 et la partie 47 de la rondelle de frottement 46. La seconde rondelle élastique 52 est apte à exercer un effort axial, de manière à plaquer la partie métallique 48 en appui sur la surface de frottement 43 précitée, de façon à générer un couple d'hystérésis lors de la rotation de la rondelle d'application 38 et du voile 28 par rapport à la rondelle de frottement 46 par exemple.

La seconde rondelle élastique 52 est couplée en rotation à la première rondelle de guidage 6, par engagement de zones en creux et en saillie de formes complémentaires par exemple.

Des troisièmes et quatrièmes élastiques 53, 54, aptes à exercer un effort axial, sont montées axialement entre la première rondelle de guidage 6 et la rondelle d'application 38. Ces rondelles élastiques 53, 54 couplées en rotation à la première rondelle de guidage 6, par engagement de zones en creux et en saillie de formes complémentaires par exemple.

Le dispositif 1 comporte en outre des organes élastiques secondaires 55, ici quatre ressorts hélicoïdaux de compression, en particulier des ressorts droits, montés circonférentiellement entre le moyeu 1 1 et le voile 28 de manière à s'opposer à la rotation relative dudit moyeu 1 1 par rapport au voile 28. Chaque extrémité de chaque organe élastique 55 est équipée d'un organe d'appui 56 comportant un plot cylindrique de positionnement 57 engagé dans les spires d'extrémité correspondante de l'organe élastique 55.

L'organe d'appui 56 comporte en outre deux surfaces d'appui planes 58, 59 tournées du côté opposé au plot de positionnement 57, en particulier une partie plane radialement interne 58 et une partie plane radialement externe 59, obliques l'une par rapport à l'autre et par rapport à la direction radiale. L'angle entre les deux surfaces d'appui est compris entre 100° et 180° par exemple.

La surface d'appui radialement interne 58 est apte à venir en appui sur la surface plane 25 de l'une des extrémités circonférentielle de l'une des rainures 23 en queue d'aronde du moyeu 1 1 . La surface d'appui radialement externe 59 est apte à venir en appui sur la surface d'extrémité circonférentielle 33 de l'encoche correspondante 31 du voile 28. Dans la forme de réalisation représentée ici, les organes élastiques secondaires 55 sont montées partiellement dans les évidements 45 de la rondelle d'application 38 mais ne sont pas destinés en venir en appui sur les extrémités circonférentielles desdits évidements 45 de la rondelle d'application 38.

Les organes élastiques secondaires 55 sont montés précontraints, par l'intermédiaire des organes d'appui 56, entre les extrémités circonférentielles 33 des encoches 31 du voile 28. Les organes élastiques secondaires 55 d'un premier groupe sont montés sans jeu circonférentiel entre les surfaces planes 25 des rainures 23 du moyeu 1 1 et les organes élastiques secondaires 55 d'un second groupe sont montés avec un troisième jeu circonférentiel entre les surfaces planes précitées 25 des rainures correspondantes 23 du moyeu 1 1 . Le troisième jeu circonférentiel, ou troisième jeu angulaire, est compris entre 2 et 15°, de part et d'autre de la position de repos, dans le sens direct et dans le sens rétro. Dans cette forme de réalisation, le troisième jeu circonférentiel est supérieur au deuxième jeu circonférentiel, dans le sens direct, et inférieur au deuxième jeu circonférentiel, dans le sens rétro.

L'inverse pourrait être envisagé, en variante. En effet, plusieurs combinaisons sont possibles en fonction du besoin de filtrage sur véhicule. Dans tous les cas, les deuxième et troisième jeux circonférentiels sont inférieurs au premier jeu circonférentiel. Les organes élastiques secondaires 55 et la rondelle de frottement 46 appartiennent à un amortisseur secondaire, ou pré-amortisseur.

Le fonctionnement d'un tel dispositif 1 va maintenant être décrit plus en détail.

Lorsqu'un couple est transmis par exemple du vilebrequin vers l'arbre d'entrée de la boîte de vitesses, les rondelles de guidage 6, 7 pivotent par rapport au moyeu 1 1 , dans le sens direct.

Dans une première phase de fonctionnement, lorsque le débattement angulaire des rondelles de guidage 6, 7 par rapport au moyeu 1 1 est compris par exemple entre 0° et 10° dans le sens direct et/ou entre 0° et 10° dans le sens rétro, autour d'une position de repos, les rondelles de guidage 6, 7 entraînent tout d'abord le voile 28 quasiment sans comprimer les organes élastiques principaux 34. En effet, la constante de raideur des organes élastiques principaux 34 est supérieure à la constante de raideur des organes élastiques secondaires 55. Le voile 28 ne pivote alors pas par rapport aux rondelles de guidage 6, 7.

Dans cette phase de fonctionnement :

- le premier jeu circonférentiel entre le moyeu 1 1 et le voile 28 n'est pas rattrapé de sorte que le voile 28 et le moyeu 1 1 ne sont pas couplés en rotation,

- le deuxième jeu circonférentiel entre la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 n'est pas rattrapé, de sorte que la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 ne sont pas couplés en rotation. Ils pourraient néanmoins l'être. - le troisième jeu circonférentiel entre les organes élastiques secondaires 55 du second groupe et le moyeu 1 1 n'est pas rattrapé de sorte que seuls les organes élastiques secondaires 55 du premier groupe sont comprimés,

- un premier couple d'hystérésis est généré par frottement :

o de la surface radiale 16 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 15 du premier palier 12, o de la surface conique 18 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 17 du second palier 13.

Dans une deuxième phase de fonctionnement, lorsque le débattement angulaire des rondelles de guidage 6, 7 par rapport au moyeu 1 1 est compris par exemple entre 5° et 20° dans le sens direct et/ou entre 5° et 20° dans le sens rétro, autour d'une position de repos,

- les organes élastiques principaux 34 ne sont pas ou quasiment pas comprimés, de fait de leur raideur importante, de sorte que les rondelles de guidage 6, 7 ne pivotent pas par rapport au voile 28,

- le premier jeu circonférentiel entre le moyeu 1 1 et le voile 28 n'est pas rattrapé de sorte que le voile 28 et le moyeu 1 1 ne sont pas couplés en rotation,

- le deuxième jeu circonférentiel entre la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 est rattrapé, de sorte que la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 sont couplés en rotation,

- le troisième jeu circonférentiel entre les organes élastiques secondaires 55 du second groupe et le moyeu 1 1 n'est pas rattrapé de sorte que seuls les organes élastiques secondaires 55 du premier groupe sont comprimés,

- un second couple d'hystérésis est généré par frottement :

o de la surface radiale 16 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 15 du premier palier 12, o de la surface conique 18 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 17 du second palier 13, o de la partie métallique 48 de la rondelle de frottement 46 sur la surface 43 de la rondelle d'application 38,

o de la partie synthétique 47 de la rondelle de frottement

46 sur la seconde rondelle élastique 52.

Cette deuxième phase de fonctionnement peut arriver n'importe quand dans le cycle du préamortisseur à la seule condition que l'amplitude angulaire totale (sens direct et sens rétro) soit supérieure à 7° par exemple (7° étant alors le jeu libre avant l'actionnement de la rondelle de frottement 46 par le moyeu 1 1 ).

Dans une troisième phase de fonctionnement, lorsque le débattement angulaire des rondelles de guidage 6, 7 par rapport au moyeu 1 1 est compris par exemple entre 0° et 25° dans le sens direct et/ou entre 0 ° et 20 ° dans le sens rétro, autour d'une position de repos,

- les organes élastiques principaux 34 ne sont pas ou quasiment pas comprimés, de fait de leur raideur importante, de sorte que les rondelles de guidage 6, 7 ne pivotent pas par rapport au voile 28,

- le premier jeu circonférentiel entre le moyeu 1 1 et le voile 28 n'est pas rattrapé de sorte que le voile 28 et le moyeu 1 1 ne sont pas couplés en rotation,

- le deuxième jeu circonférentiel entre la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 est rattrapé, de sorte que la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 sont couplés en rotation,

- le troisième jeu circonférentiel entre les organes élastiques secondaires 55 du second groupe et le moyeu 1 1 est rattrapé de sorte que les organes élastiques secondaires 55 du premier groupe et du second groupe sont comprimés, ce qui a pour effet d'augmenter la raideur du pré-amortisseur,

- le second couple d'hystérésis est généré par frottement : o de la surface radiale 16 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 15 du premier palier 12, o de la surface conique 18 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 17 du second palier 13, o de la partie métallique 48 de la rondelle de frottement 46 sur la surface 43 de la rondelle d'application 38,

o de la partie synthétique 47 de la rondelle de frottement 46 sur la seconde rondelle élastique 52.

Dans une quatrième phase de fonctionnement, lorsque le débattement angulaire des rondelles de guidage par rapport au moyeu 1 1 est compris par exemple entre 0° et 40° dans le sens direct et/ou entre 0° et -30° dans le sens rétro, autour d'une position de repos,

- le premier jeu circonférentiel entre le moyeu 1 1 et le voile 28 est rattrapé de sorte que le voile 28, le moyeu 1 1 et la rondelle d'application sont couplés en rotation,

- le voile 28 pivote par rapport aux rondelles de guidage, de sorte que les premiers organes élastiques sont comprimés,

- le deuxième jeu circonférentiel entre la rondelle de frottement 46 et le moyeu 1 1 est rattrapé, de sorte que la rondelle de frottement 46 est également couplée en rotation au moyeu 1 1 ,

- un troisième couple d'hystérésis est généré par frottement :

o de la surface radiale 16 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 15 du premier palier 12, o de la surface conique 18 du moyeu 1 1 et de la surface correspondante 17 du second palier 13, o de la partie synthétique 47 de la rondelle de frottement 46 sur la seconde rondelle élastique 52, o de la troisième rondelle élastique 53 sur la rondelle d'application 38,

o de la quatrième rondelle élastique 54 sur la rondelle d'application 38, o de la rondelle d'appui 35 sur le voile 28, la rondelle d'appui 35 étant couplée en rotation à la seconde rondelle de guidage 7.

Un tel dispositif 1 de transmission de couple offre une alternative simple, fiable, compacte et peu coûteuse aux solutions de l'art antérieur.