Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
TRACTION ASSISTANCE DEVICE WITH A TRACTION STRIP CONSISTING OF BLOCKS WITH ELASTOMER BARS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/031002
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a traction assistance device to be arranged around the periphery of a tread of a tyre mounted on a rim, comprising a traction strip (1) which extends along an axis T-T and is provided to be wound around the tread of the tyre, and a lateral securing module (2) designed to laterally secure said traction strip (1) to the rim, said traction strip comprising a plurality of blocks (3, 4) arranged one after the other, the traction strip (1) consisting of at least two types of blocks (3, 4) arranged alternately, and each type of block having a specific arrangement of elastomer traction bars (7).

Inventors:
SOUYRI PHILIPPE (FR)
IGIER EMMANUEL (FR)
Application Number:
IB2019/055777
Publication Date:
February 13, 2020
Filing Date:
July 08, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
MICHELIN & CIE (FR)
International Classes:
B60C27/12; B60C27/06; B60C27/16; B60C27/20
Domestic Patent References:
WO1980002401A11980-11-13
WO2006129147A12006-12-07
WO2011064679A12011-06-03
WO2005092643A12005-10-06
Foreign References:
JPH0295905A1990-04-06
DE29700484U11998-05-14
FR2579143A11986-09-26
FR2437307A11980-04-25
FR3017336A12015-08-14
Attorney, Agent or Firm:
TWENANS (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif d’aide à la traction pour agencement en périphérie d’une bande de roulement d’un pneumatique monté sur une jante, comprenant une bande de traction (1 ) se prolongeant le long d’un axe T-T et prévue pour enroulement autour de la bande de roulement du pneumatique, et un module (2) de fixation latérale conçu pour fixer latéralement ladite bande de traction (1 ) à la jante, ladite bande de traction comprenant une pluralité de blocs (3, 4) agencés les uns à la suite des autres et maintenus entre eux par deux tringles (5) circonférentielles agencées sur les bords des blocs (3, 4) et passant par des passages (6) prévus dans chacun des blocs,

caractérisé en ce que la bande de traction (1 ) comprend une alternance d’au moins deux types de blocs (3, 4), chacun des types de bloc comportant un agencement spécifique de barrettes (7) élastomères de traction, et en ce que les barrettes (7) de traction ont une longueur « Lonbar » correspondant à au moins 30% et plus préférentiellement au moins 50% de la longueur « Larbloc » du bloc (3, 4) au niveau de sa plus grande longueur.

2. Dispositif d’aide à la traction selon la revendication 1 , dans lequel les blocs (3, 4) comprennent un support (17), les barrettes (7) de traction étant venues de matière avec ledit support.

3. Dispositif d’aide à la traction selon l’une des revendications 1 ou 2, dans lequel les barrettes d’un même type de bloc sont agencées selon un profil non uniforme.

4. Dispositif d’aide à la traction selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel les barrettes (7) de traction forment un angle a entre 45° et 135° et plus préférentiellement entre 60° et 120° et encore plus préférentiellement de 90° par rapport à l’axe transversal T-T.

5. Dispositif d’aide à la traction selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel au moins une partie des barrettes (7) de traction ont un profil rectangulaire, ou en forme de S, ou de V, ou de W.

6. Dispositif d’aide à la traction selon l’une quelconque des revendications précédentes, comportant une zone charnière (19) au niveau de la jonction des blocs (3, 4).

7. Dispositif d’aide à la traction selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la bande (1 ) de traction comporte au moins une zone d’allongement (8).

8. Dispositif d’aide à la traction selon la revendication 7, dans lequel les zones (8) d’allongement sont constituées par des portions des tringles (5) situées entre les blocs (3, 4) formant des zones d’élongation élastique.

9. Dispositif d’aide à la traction selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le module (2) de fixation latérale comprend un flasque (11 ) central portant une pluralité de bras (12) radiaux coopérant latéralement avec la bande de traction (1 ), ledit flasque (11 ) portant au moins une tige (13) de fixation à une roue d’un véhicule, et une manette (14) de positionnement permettant de rapprocher ledit flasque (11 ) de la roue du véhicule.

Description:
DISPOSITIF D'AIDE A LA TRACTION AVEC BANDE DE TRACTION

CONSTITUEE DE BLOCS AVEC BARRETTES ELASTOMERES

DOMAINE TECHNIQUE DE L'INVENTION

[0001] La présente invention concerne un dispositif d’aide à la traction pour agencement en périphérie d’une bande de roulement d’un pneumatique monté sur une jante, comprenant une bande de traction se prolongeant le long d’un axe T-T et prévue pour enroulement autour de la bande de roulement du pneumatique, et un module de fixation latérale conçu pour fixer latéralement ladite bande de traction à la jante, ladite bande de traction comprenant une pluralité de blocs agencés les uns à la suite des autres.

ETAT DE LA TECHNIQUE ANTERIEURE

[0002] On connaît de nombreux types de dispositifs d’aide à la traction pour les véhicules. Ces dispositifs sont en général prévus pour utilisation occasionnelle afin de dépanner un véhicule embourbé sur une route enneigée, ou en prévision d’un roulage de courte durée sur une route aux conditions hivernales difficiles.

[0003] Selon les cas, et selon les législations des pays concernant l’utilisation de pneumatiques hivernaux, les dispositifs d’aide à la traction peuvent être utilisés avec des pneumatiques hiver ou été.

[0004] Dans tous les cas, ces dispositifs permettent de positionner sur la bande de roulement des pneumatiques une structure complémentaire destinée à améliorer les performances de traction du véhicule.

[0005] De nombreux dispositifs utilisent des chaînes, agencées pour recouvrir la bande de roulement et une partie des flancs des pneumatiques. Ces dispositifs présentent des performances honorables, mais au détriment de l’ergonomie. En effet, les opérations de montage et démontage des chaînes à neige sont souvent fastidieuses et longues. [0006] Pour pallier ces inconvénients, d’autres types de dispositifs ont été conçus. On connaît par exemple des dispositifs en tissus élastique renforcé ou en câblage textile, prévus pour encapsuler les pneumatiques. Les opérations de montage/démontage de tels dispositifs sont effectuées de façon simple et rapide.

[0007] On connaît également des dispositifs prévus pour fixation latérale sur la jante du véhicule. Ces dispositifs permettent aussi de faciliter les opérations de montage et démontage.

[0008]Toutefois, de manière générale, il a été constaté que les performances des dispositifs d’aide à la traction sur sol enneigé sont souvent déficientes. Il existe donc un besoin pour un dispositif d’aide à la traction qui soit facile à monter et démonter, mais surtout qui présente des performances de traction améliorées par rapport aux dispositifs existants.

[0009] Par exemple, le document FR 2579143 décrit une bande antidérapante amovible en matière souple et élastique destinée à équiper le pneumatique d’une roue de véhicule. La bande comprend une partie médiane de roulement comportant au moins une rangée d’alvéoles creusées et d’arêtes rigides alternées. Le premier bord de la bande prend appui contre la partie supérieure du flanc interne du pneumatique et le second bord contre la partie supérieure du flanc externe. Le second bord est muni de sangles radiales susceptibles de s’accrocher à un anneau ou au voile de la roue. Les opérations de montage et démontage d’une telle bande sont fastidieuses. Les performances associées à une telle configuration peuvent être insuffisantes.

[0010] Le document FR2437307 décrit une ceinture antidérapante amovible destinée à être enroulée autour d’un pneumatique de véhicule. Cette ceinture est formée par une bande relativement souple dont la largeur recouvre au moins une partie de la bande de roulement du pneumatique. La partie radialement externe de la bande antidérapante comporte des parties en relief de type barrettes ou analogues, transversales et parallèles, et/ou des motifs en relief ayant des géométries diverses. Ces barrettes comportent des petites nervures et/ou des parties en creux. Le montage d’une telle bande de roulement, avec deux extrémités à fixer, est particulièrement délicat à mettre en oeuvre et peut dans certain cas s’avérer très difficile si la roue est immobilisée.

[0011]Le document FR3017336 décrit un patin monolithique pour chemin de roulement d’un dispositif antidérapant pour pneumatique de véhicule. Le patin comporte au moins un insert rigide présentant une direction longitudinale et des moyens de solidarisation à des éléments de jonction des patins entre eux. Il comporte également une enveloppe réalisée en matériau polymère dans lequel un insert rigide est au moins partiellement noyé. Le patin comporte une portion centrale comprenant une pluralité d’ouvertures parfois débouchantes et des protubérances de forme rectiligne, allongée. Les moyens de solidarisation sont des agrafes serties ou rivetées entre elles, formant une boucle passant au travers des éléments de jonction et du patin antidérapant. Les caractéristiques de ce dispositif lui confèrent des aptitudes limitées en regard des performances de traction recherchées.

[0012] Pour pallier les différents inconvénients préalablement évoqués, l’invention prévoit différents moyens techniques.

EXPOSE DE L'INVENTION

[0013]Tout d’abord, un premier objectif de l’invention consiste à prévoir un dispositif d’aide à la traction véritablement performant dans des conditions hivernales difficiles, en particulier sur sol enneigé.

[0014]Un autre objectif de l’invention consiste à prévoir un dispositif d’aide à la traction efficace et performant quelque soit le type de pneumatique utilisé, y compris des pneumatiques été.

[0015]Un autre objectif de l’invention consiste à prévoir un dispositif d’aide à la traction facile et rapide à installer/désinstaller par quiconque, sans requérir de compétences particulières. [0016] Encore un autre objectif de l’invention consiste à prévoir un dispositif d’aide à la traction adaptable sur tous les véhicules, même les plus récents.

[0017] Encore un autre objectif de l’invention consiste à prévoir un dispositif d’aide à la traction avec des caractéristiques d’adhérence optimales.

[0018] Pour ce faire, l’invention prévoit un dispositif d’aide à la traction pour agencement en périphérie d’une bande de roulement d’un pneumatique monté sur une jante, comprenant une bande de traction se prolongeant le long d’un axe T-T et prévue pour enroulement autour de la bande de roulement du pneumatique, et un module de fixation latérale conçu pour fixer latéralement ladite bande de traction à la jante, ladite bande de traction comprenant une pluralité de blocs agencés les uns à la suite des autres et maintenus entre eux par deux tringles circonférentielles agencées sur les bords des blocs et passant par des passages prévus dans chacun des blocs, la bande de traction comprenant une alternance d’au moins deux types de blocs, chacun des types de bloc comportant un agencement spécifique de barrettes élastomères de traction, les barrettes de traction ayant une longueur « Lonbar » correspondant à au moins 30% et plus préférentiellement au moins 50% de la longueur « Larbloc » du bloc au niveau de sa plus grande longueur.

[0019] La bande de traction comporte des blocs d’architectures différentes et complémentaires, disposés en alternance, permettant de fournir des fonctions différentes. Les blocs sont pourvus de barrettes de traction et sont particulièrement adaptés à la fonction de traction. Ils fournissent une bonne accroche, même dans des conditions défavorables comme par exemple sur sol enneigé. Les architectures des blocs diffèrent par exemple par le nombre et/ou la largeur et/ou le profil et/ou la longueur et/ou l’espacement des barrettes et/ou par l’orientation de l’agencement de barrettes par rapport à l’axe T-T et/ou les caractéristiques des matériaux et/ou par des incisions et/ou des rainures et/ou des angles de barrettes, d’incision ou de rainures qui diffèrent sur les différents types de blocs.

[0020]Selon un mode de réalisation avantageux, les blocs comprennent un support, les barrettes de traction étant venues de matière avec ledit support. [0021]Ce mode de réalisation permet de simplifier la fabrication et permet l’obtention de blocs homogènes et durables.

[0022] Selon un mode de réalisation avantageux, les barrettes d’un même type de bloc sont agencées selon un profil non uniforme.

[0023] Selon encore un autre mode de réalisation avantageux, les barrettes de traction forment un angle a entre 45° et 135° et plus préférentiellement entre 60° et 120° et encore plus préférentiellement de 90° par rapport à l’axe transversal T-T.

[0024] De manière avantageuse, au moins une partie des barrettes de traction ont un profil rectangulaire, ou en forme de S, ou de V, ou de W.

[0025] L’agencement des barrettes de traction est déterminé en fonction du type de performance recherchée, en particulier de la répartition entre l’adhérence longitudinale et transversale.

[0026]Selon un mode de réalisation avantageux, le dispositif comporte une zone charnière au niveau de la jonction des blocs.

[0027] Les charnières ou zones de flexion, permettent de d’articuler les blocs les uns par rapport aux autres pour faciliter les opérations de montage/démontage. Cette caractéristique permet en outre de compacter la bande de traction pour permettre un rangement occupant un volume restreint.

[0028] Selon un autre mode de réalisation avantageux, la bande de traction comporte au moins une zone d’allongement.

[0029] Cette zone d’allongement élastique permet de faciliter les opérations de montage/démontage du dispositif d’aide à la traction sur les roues des véhicules. La zone d’allongement permet en outre d’utiliser une bande de traction pour différents profils et/ou familles et/ou dimensions de pneumatiques. [0030] De manière avantageuse, les zones d’allongement sont constituées par des portions des tringles situées entre les blocs formant des zones d’élongation élastique.

[0031]Cette caractéristique permet de simplifier l’architecture des blocs en évitant de devoir intégrer aux blocs les zones d’allongement.

[0032]Selon un mode de réalisation avantageux, le module de fixation latérale comprend un flasque central portant une pluralité de bras radiaux coopérant latéralement avec la bande de traction, ledit flasque portant au moins une tige de fixation à une roue d’un véhicule, et une manette de positionnement permettant de rapprocher ledit flasque de la roue du véhicule.

[0033] La fixation latérale, c’est à dire par le côté externe de la roue, simplifie considérablement les processus de mise en place et de retrait du dispositif d’aide à la traction. Il n’est plus requis de positionner des éléments de serrage de part et d’autre de la roue comme sur des chaînes traditionnelles. La bande de traction est simplement positionnée sur la bande de roulement. La fixation latérale avec serrage contre la jante permet de fournir à la bande de traction une série de points d’ancrages en bordure de la bande de roulement. La bande de traction est ainsi mise en place et maintenue par les bras radiaux.

[0034] L’utilisateur a donc facilement accès à tous les éléments du système et peut donc procéder facilement et rapidement aux opérations de montage/démontage.

[0035] L’espace requis dans le logement de roue du véhicule pour positionner le dispositif et effectuer les manipulations pour le montage et démontage est minimisé. Ainsi, le dispositif de traction est compatible avec une grande majorité de véhicules, incluant certains véhicules récents pour lesquels l’espace disponible entre la bande de roulement et la carrosserie est relativement faible. DESCRIPTION DES FIGURES

[0036]Tous les détails de réalisation sont donnés dans la description qui suit, complétée par les figures 1 à 15, présentées uniquement à des fins d’exemples non limitatifs, et dans lesquelles :

- La figure 1 a est une représentation schématique illustrant une portion d’un exemple de réalisation d’une bande de traction pour dispositif d’aide à la traction ;

- la figure 1 b est une représentation schématique d’un autre exemple de réalisation d’une bande de traction pour dispositif d’aide à la traction ;

- la figure 1 c est une coupe transversale d’un bloc de la bande de traction de la figure 1 a ;

- la figure 2 illustre une vue de face d’un exemple de système de fixation de bande de traction ;

- la figure 3 est une vue de côté du système de fixation de la figure 2 ;

- la figure 4a est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction ;

- la figure 4b est une vue en coupe de l’exemple d’agencement de la figure 4a ;

- la figure 5a est une représentation schématique d’un autre exemple d’agencement de barrettes de traction ;

- la figure 5b est une vue en coupe de l’exemple d’agencement de la figure 5a ;

- la figure 6a est une représentation schématique d’un autre exemple d’agencement de barrettes de traction ;

- la figure 6b est une vue en coupe de l’exemple d’agencement de la figure 6a ;

- la figure 7a est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction formant des profils en forme de V;

- la figure 7b est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction formant des profils en forme de W;

- la figure 8 est une vue en coupe d’un exemple d’agencement de barrettes de traction avec profil trapézoïdal ;

- la figure 9a est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction avec incisions inclinées ;

- la figure 9b est une vue en coupe de l’exemple d’agencement de la figure 9a ;

- la figure 10 est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction inclinées ; - la figure 11 est une représentation schématique d’un autre exemple d’agencement de barrettes de traction inclinées ;

- la figure 12a est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction avec profil évolutif le long du bloc ;

- la figure 12b est une vue en coupe de l’exemple d’agencement de la figure 12a ;

- la figure 13a est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction avec des incisions formant des profils en forme de S dans le sens de la hauteur;

- la figure 13b est une vue en coupe de l’exemple d’agencement de la figure 13a ;

- la figure 14a est une représentation schématique d’un exemple d’agencement de barrettes de traction avec des incisions formant des profils en forme de S dans le sens de la hauteur et de la longueur des barrettes;

- la figure 14b est une vue en coupe de l’exemple d’agencement de la figure 14a ;

- la figure 15 est une représentation schématique illustrant des agencements angulaires préférentiels des barrettes de traction.

DESCRIPTION DETAILLEE DE L’INVENTION

DEFINITIONS

[0037] PASSAGES : par « passage », on entend un agencement prévu en bordure de bloc dans le sens de l’axe de traction T-T dans lequel une tringle est agencée. Un passage peut être complètement intégré dans un bloc, formant alors un tunnel, ou être prévu en tout ou partie à l’extérieur d’un bloc, par exemple sous forme de crochets ou anneaux permettant d’accrocher la tringle à un bord d’un bloc.

[0038]TRINGLES : par « tringle », on entend un câble textile ou métallique ou hybride ou un agencement avec des maillons tel qu’une chaîne, agencé sur au moins une portion circonférentielle d’une bande de traction, afin de relier les blocs entre eux pour constituer une bande de traction. Une tringle traverse ou longe au moins deux blocs consécutifs, et de préférence trois ou plus blocs. En variante, une bande de traction est formée en substituant les tringles par des attaches (câbles ou crochets ou pinces ou autres) agencées entre deux blocs consécutifs afin de les relier entre eux. [0039] BLOC A DIMENSION SENSIBLEMENT CONSTANTE : par « bloc à dimension sensiblement constante », on entend un bloc dont les dimensions dans le sens de l’axe T-T et dans le sens transversal à cet axe varient de moins de 10% et préférentiellement de moins de 5% et encore plus préférentiellement de moins de 3%.

[0040] BLOC DEFORMABLES ELASTIQUEMENT : par « bloc déformable élastiquement » on entend un bloc conçu pour permettre des déformations élastiques dans le sens de l’axe T-T de tout ou partie du bloc d’au moins 5% et plus préférentiellement d’au moins 10% et encore plus préférentiellement d’au moins 20%.

BANDE DE TRACTION

[0041] La figure 1 a montre une portion d’une bande de traction 1 destinée à un dispositif d’aide à la traction. La bande de traction comporte une pluralité de blocs 3 et 4 disposés en alternance. Les blocs sont agencés le long d’un axe de traction T- T illustré à la figure 1 a. Deux tringles 5 sont utilisées pour relier entre eux les blocs 3 et 4 de la bande de traction. Des passages 6 sont prévus sur les bords de chacun des blocs 3 et 4 pour permettre le cheminement des tringles 5 et ainsi permettre l’alignement des blocs le long de l’axe de traction T-T. La bande de traction 1 est conçue pour être placée sur une bande de roulement d’un pneumatique avec son axe de traction T-T sensiblement aligné avec l’axe circonférentiel de roulement de la roue. La bande de traction forme ainsi une couche de traction superposée à la bande de roulement du pneumatique. Les caractéristiques de traction de la bande de traction, spécifiquement adaptées pour les conditions hivernales difficiles, permettent d’améliorer la traction globale du véhicule en particulier sur des routes enneigées.

[0042]Tel qu’illustré aux figures 1 a, 1 b et 1c, la bande de traction 1 comprend deux types de blocs 3 et 4 de préférence entièrement réalisés en matériau élastomère, particulièrement adaptés pour leurs caractéristiques d’adhérence sur sol enneigé. Les blocs comportent un support 17 sur lequel sont agencées une série de barrettes 7 de traction, disposées de préférence sensiblement perpendiculairement par rapport à l’axe de traction T-T. Les barrettes 7 sont avantageusement venues de matière avec le support 17. Des passages 6, coaxiaux avec l’axe T-T, sont prévus sur les bords du bloc, pour loger les tringles 5. Les blocs en matériau élastomère sont faciles à fabriquer, par exemple par moulage. On prévoit de préférence un surmoulage sur les tringles 5.

[0043]Tel qu’illustré, les blocs 3 et 4 sont disposés en alternance pour former la bande de traction 1. Dans l’exemple illustré à la figure 1 a, les barrettes 7 des blocs 3 sont plus espacées entre elles que les barrettes 7 des blocs 4. Cette alternance de blocs de types différents, avec des caractéristiques de barrettes différentes, permet d’améliorer les performances de traction et/ou de prendre en compte des contextes d’utilisation différents pour chaque agencement de bloc.

[0044]La figure 1 b illustre un autre mode de réalisation dans lequel les barrettes 7 des blocs 3 ont un profil rectangulaire et sont agencées les unes à la suite des autres. Dans les blocs 4, les barrettes 7 ont un profil en forme de « V », et sont agencées les unes à la suite des autres. Pour des caractéristiques de traction optimales dans la neige, les barrettes 7 de traction des blocs 3 et 4 sont avantageusement prévues avec des profils rectangulaires et disposées avec un angle a d’environ 90° par rapport à l’axe T-T.

[0045]Tel qu’illustré, les blocs 3 et 4 sont disposés en alternance pour former la bande de traction 1. Cette alternance de blocs 3 et 4 de types différents, avec des caractéristiques et des comportements différents lors de la rotation de la roue, permet d’améliorer les performances de traction. En particulier, l’utilisation de blocs en matériau élastomère, pourvus de barrettes 7 de traction transversales, confère des performances de traction en net progression en comparaison avec des chaînes à neige entièrement métalliques.

VARIANTES DE BARRETTES

[0046] Les figures 4a à 14b illustrent des exemples de réalisation de barrettes 7 de traction. De façon générale, les barrettes 7 ont un profil allongé, dont la longueur « Lonbar » correspond de préférence à la largeur « Larbloc » des blocs 3 ou 4 sur lesquels elles sont disposées. La largeur des barrettes et représentée par la dimension « I » aux figures 4b, 5b, 6b, 8, 12b, 13b et 14b. La largeur « I » se situe par exemple entre 6 et 20 mm, et plus préférentiellement entre 9 et 15 mm. Enfin, la cote « H » (figure 4b) montre la hauteur des barrettes. Cette hauteur H est de préférence prévue entre 5 et 12 mm, et plus préférentiellement entre 7 et 10 mm.

[0047] La figure 15 illustre les gammes préférentielles de dispositions angulaires des barrettes, pour des profils rectangulaires ou autres. Tel qu’illustré, les barrettes 7 de traction forment un angle a entre 45° et 135° et plus préférentiellement entre 60° et 120° et encore plus préférentiellement de 90° par rapport à l’axe transversal T-T.

[0048] Les barrettes sont séparées par des rainures 9, d’espacement « e ». L’espacement « e » est par exemple de 2 à 8 mm et plus préférentiellement entre 3 et 5 mm. Les rainures permettent de former des arêtes le long des barrettes. Ces arêtes, grâce à une action de grattage, permettent d’augmenter le coefficient de friction des blocs.

[0049] Dans certains exemples illustrés, les barrettes comportent une ou plusieurs incisions 10. Les incisions forment des encoches sensiblement plus étroites que les rainures 9, par exemple entre 0,5 mm et 2 mm d’espacement, et plus préférentiellement entre 0,6 et 0,8 mm.

[0050] Dans les exemples des figures 4a à 5b, les rainures et les incisions sont parallèles aux axes principaux des barrettes, c’est à dire perpendiculaires à l’axe T- T de la bande de traction.

[0051] Dans l’exemple des figures 6a et 6b, les barrettes 7, les rainures 9 et les incisions 10 sont agencées avec un angle alpha par rapport à l’axe T-T, tel que défini précédemment. [0052] Dans l’exemple des figures 7a et 7b, les barrettes 7, les rainures 9 et les incisions 10 sont agencées avec un angle alpha par rapport à l’axe T-T, tel que défini précédemment et forment un agencement en forme de V ou de W.

[0053] Dans l’exemple de la figure 8, les barrettes ont un profil trapézoïdal. Ce type de profil permet d’augmenter légèrement l’angle des arêtes en bordure des barrettes, contribuant à augmenter le coefficient de frottement des blocs. Dans l’exemple des figures 9a et 9b, les barrettes de traction comportent des incisions orientées en diagonale.

[0054] Dans l’exemple des figures 10 et 11 , les barrettes 7 de traction et les rainures 9 sont orientées en diagonale, avec des incisions transversales (figure 10) ou inclinées (figure 11 ).

[0055] Dans l’exemple des figures 12a et 12b, l’architecture est progressive, c’est à dire qu’elle varie en fonction de la position le long de l’axe T-T. Dans cet exemple, la progressivité est réalisée avec une barrette étroite sans incision, suivie d’une barrette plus large avec deux incisions, et d’une autre barrette encore plus large avec trois incisions.

[0056] Dans l’exemple des figures 13a et 13b, les barrettes de traction comportent des incisions avec des profils en forme de « S » dans le sens de la hauteur H.

[0057] Dans l’exemple des figures 14a et 14b, les barrettes de traction comportent des incisions avec des profils en forme de « S » dans le sens de la hauteur H et de la longueur des barrettes.

ZONES D’ALLONGEMENT

[0058]Afin de pouvoir s’adapter aux différentes dimensions de pneumatiques et pour faciliter sa mise en place sur un véhicule, la bande de traction 1 comporte une pluralité de zones 8 d’allongement. Chacune des zones 8 permet d’allonger la longueur libre de tringle entre les blocs. La somme des longueurs ainsi libérées permet à la bande de traction d’obtenir une longueur circonférentielle augmentée. [0059] Grâce aux zones d’allongement, la bande de traction est déformable dans le sens de l’axe T-T, entre un profil formant un parcours allongé de bande de traction et un profil formant un parcours raccourci de bande de traction. Ainsi, par exemple lors du montage du dispositif d’aide à la traction, lorsque la bande de traction 1 est sollicitée de façon à tendre les tringles 5, les zones 8 d’allongement permettent d’augmenter la longueur circonférentielle globale d’une bande de traction, jusqu’à ce que la sollicitation mécanique diminue ou cesse. Dans ce dernier cas, la bande de traction reprend alors sa longueur circonférentielle initiale. Selon les dimensions et les agencements des blocs, le taux d’allongement entre le parcours raccourci et le parcours allongé de la bande de traction varie par exemple de 3% à 5% ou même plus (par exemple 10%) dans certains cas.

[0060]Tel qu’illustré aux figures 1 a et 1 b, la bande 1 de traction comporte au moins une zone d’allongement 8. Cette zone ou ces zones permettant de conférer une certaine élasticité circonférentielle à la bande de traction. Tel qu’illustré, les zones 8 d’allongement sont constituées par des portions élastiques des tringles 5 situées entre les blocs 3, 4 formant des zones d’élongation élastique. Dans l’exemple de la figure 8, les portions de tringles entre les blocs sont libres, directement à l’air libre. Dans l’exemple de la figure 1 b, les portions de tringle 8 entre les blocs, formant les zones d’allongement 8, sont logées dans des prolongements de bloc formant des charnières 19 entre les blocs. Les charnières 19 sont des zones avec des caractéristiques de flexion plus élevées que dans les blocs, permettant d’articuler les blocs les uns par rapport aux autres. On prévoit avantageusement les zones de charnières 19 avec des portions élastiques de tringles, de façon à former au même endroit les zones d’allongement.

MODULE DE FIXATION LATERALE

[0061] Les figures 2 et 3 illustrent un exemple de module 2 de fixation latérale. Ce module permet de fixer et maintenir une bande de traction 1 à une jante d’un véhicule lorsque la bande de traction 1 est agencée contre la bande de roulement du pneumatique monté sur cette jante. La fixation est mise en œuvre du côté du bord extérieur de la roue, le long de la jante et du flanc extérieur du pneumatique. Ce mode de fixation simplifie considérablement la mise en place de la bande de traction en comparaison avec les chaînes à neige traditionnelles. Tel qu’illustré aux figures 2 et 3, un flasque central 11 porte une pluralité de bras radiaux 12 s’étendant depuis le flasque jusqu’à une distance suffisante pour permettre le positionnement des blocs 3 et 4 de la bande de traction 1 sur la bande de roulement du pneumatique. Dans l’exemple illustré à la figure 2, le module de fixation comprend six bras radiaux répartis angulairement avec un écart de 60 degrés entre eux. Chacun des bras radiaux est fixé à un bloc 3 ou 4 de la bande de traction par l’entremise d’une articulation 16 de bras radial. Ces articulations sont souples, et permettent de déplacer angulairement les blocs par exemple pour les soulever au- dessus de la bande de roulement. En variante, le nombre de bras radiaux varie, et est de préférence supérieur ou égal à trois. L’écart angulaire entre chacun des bras est sensiblement identique. Encore en variante, on remplace les bras radiaux 12 par un disque de fixation qui se prolonge radialement entre le flasque 11 et la bande de traction. Ce disque présente l’avantage de permettre la fixation de l’ensemble des blocs, facilite le montage et procure une plus grande rigidité à l’ensemble.

[0062] Le flasque 11 comprend une manette 14 placée du côté extérieur, reliée à au moins une tige 13 de fixation, du côté intérieur du flasque. Chaque tige de fixation coopère à son extrémité libre avec un adaptateur 15, conçu pour fixation à la jante de la roue, par exemple au niveau des écrous de fixation de la roue. La manette coopère avec la ou les tiges 13 de fixation et permet de tirer ces dernières vers le flasque, par exemple en tournant la manette. Cette action permet de rapprocher le flasque 11 , les bras radiaux 12 et la bande de traction vers le pneumatique, jusqu’à ce que la bande de traction 1 se trouve sur la bande de roulement de la roue tel que montré à la figure 3. Le démontage du dispositif de traction est effectué en sens inverse, en repoussant la ou les tiges 13 vers la jante, ce qui permet d’éloigner les bras radiaux de la roue, en tirant la bande de traction hors de la bande de roulement.

[0063]Le flasque 11 et la manette 14 sont avantageusement réalisés en matériau polymère. Les bras peuvent être en matériaux polymère, ou métallique, ou élastomère renforcés. Numéros de référence employés sur les figures