Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
TYRE COMPRISING AT LEAST TWO DUAL LAYERS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2011/054949
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a tyre comprising a crown reinforcement formed of at least two dual layers (5, 7) of reinforcing elements which are parallel within a layer, distributed at a constant pitch, and crossed from one layer to the other, which do not have any free ends at their edges. According to the invention, in a radial plane, the surface density of reinforcing elements in a region delimited by the geometric centres of four reinforcing elements (12a, 12b, 13a, 13b) which are adjacent in twos, belonging in pairs to a dual layer (5, 7) and which form a quadrilateral (11), is greater at the centre of the tyre than it is at the ends of the dual layers.

Inventors:
COGNE, Michael (2 rue de la Croix de Fer, Riom, Riom, F-63200, FR)
DE-TULLIO, Murielle (7 allée des Ecureuils, Clermont-Ferrand, F-63100, FR)
Application Number:
EP2010/066978
Publication Date:
May 12, 2011
Filing Date:
November 08, 2010
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SOCIETE DE TECHNOLOGIE MICHELIN (23 rue Breschet, Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, F-63000, FR)
MICHELIN RECHERCHE ET TECHNIQUE S.A. (Route Louis Braille 10, Granges-Paccot, CH-1763, CH)
COGNE, Michael (2 rue de la Croix de Fer, Riom, Riom, F-63200, FR)
DE-TULLIO, Murielle (7 allée des Ecureuils, Clermont-Ferrand, F-63100, FR)
International Classes:
B60C9/20; B60C19/00
Attorney, Agent or Firm:
LE CAM, Stéphane (Manufacture Française des Pneumatiques Michelin, 23 place des Carmes-Déchau, SGD/LG/PI - F35 - Ladoux Clermont-Ferrand Cedex 9, F-63040, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 - Pneumatique comportant une armature de sommet formée d'au moins deux bi-couches d'éléments de renforcement parallèles dans une couche, répartis avec un pas constant, et croisés d'une couche à l'autre qui ne présentent pas d'extrémité libre sur leurs bords, caractérisé en ce que, dans un plan radial, la densité surfacique d'éléments de renforcement dans une zone délimitée par les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux, appartenant par paire à un bi-couche, et formant un quadrilatère est supérieure au centre du pneumatique par rapport à celle aux extrémités des bi-couches.

2 - Pneumatique selon la revendication 1, caractérisé en ce que, dans un plan radial, aux extrémités des bi-couches, la densité surfacique d'éléments de renforcement dans une zone délimitée par les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux, appartenant par paire à un bi-couche, et formant un quadrilatère est inférieure à 45 %.

3 - Pneumatique selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que, dans un plan radial, au centre du pneumatique, la densité surfacique d'éléments de renforcement dans une zone délimitée par les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux, appartenant par paire à un bi-couche, et formant un quadrilatère est supérieure à 55 %.

4 - Pneumatique comportant une armature de sommet formée d'au moins deux bi-couches d'éléments de renforcement parallèles dans une couche, répartis avec un pas constant, et croisés d'une couche à l'autre qui ne présentent pas d'extrémité libre sur leurs bords, caractérisé en ce que, dans un plan radial, aux extrémités des bi-couches, le rapport de la distance radiale entre deux éléments de renforcement de deux couches adjacentes appartenant chacune à un bi-couche sur la distance radiale entre deux éléments de renforcement des deux couches d'un bi-couche est supérieur à 1,5.

5 - Pneumatique selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu'au moins une couche de mélange polymérique est mise en place radialement entre les extrémités de deux bi- couches.

6 - Pneumatique selon la revendication 5, caractérisé en ce que, dans un plan radial, l'extrémité axialement intérieure de ladite au moins une couche de mélange polymérique est à une distance axiale du plan équatorial inférieure aux 4/5 de la demi largeur axiale du bi-couche le plus large auquel elle est adjacente.

7 - Pneumatique selon l'une des revendications 5 ou 6, caractérisé en ce que, dans un plan radial, l'extrémité axialement extérieure de ladite au moins une couche de mélange polymérique est axialement extérieure à l'extrémité axialement extérieure du bi-couche le plus large auquel elle est adjacente.

8 - Pneumatique selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que les éléments de renforcement des couches de l'armature de sommet sont inclinés, par rapport à la direction circonférentielle, d'un angle compris entre -20° et +20°, et de préférence compris entre -10° et +10°.

9 - Pneumatique selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce que les éléments de renforcement des couches de l'armature de sommet sont constitués de matériaux textiles, de préférence de polyamides aliphatiques et/ou de polyamides aromatiques.

10 - Pneumatique selon l'une des revendications précédentes, l'armature sommet dudit pneumatique comportant au moins une couche d'éléments de renforcement circonférentiels, caractérisé en ce que les éléments de renforcement circonférentiels sont constitués de matériaux textiles, de préférence de polyamides aliphatiques et/ou de polyamides aromatiques.

11 - Pneumatique selon l'une des revendications précédentes, le pneumatique comportant une armature de carcasse comportant au moins une couche d'éléments de renforcement, parallèles entre eux et orientés sensiblement radialement, caractérisé en ce que les éléments de renforcement de ladite au moins une couche d'armature de carcasse sont constitués de matériaux textiles, de préférence de polyamides aliphatiques et/ou de polyamides aromatiques.

12 - Utilisation d'un pneumatique tel que décrit selon l'une des revendications 1 à 11 pour un véhicule tel qu'un avion. 13 - Utilisation d'un pneumatique selon la revendication 12, caractérisé en ce que sa pression nominale de gonflage est supérieure à 9 bars et en ce que sa flèche relative sous charge nominale est supérieure à 28 %.

Description:
PNEUMATIQUE COMPORTANT AU MOINS DEUX BI-COUCHES

[0001] L'invention concerne un pneumatique comportant une armature de sommet formée d'au moins deux bi-couches d'éléments de renforcement parallèles dans une couche et croisés d'une couche à l'autre qui ne présentent pas d'extrémité libre sur leurs bords.

[0002] Bien que non limité à une telle application, l'invention sera plus particulièrement décrite en référence à un pneumatique d'avion. Les pneumatiques d'avion se singularisent notamment par la combinaison de pression de gonflage supérieure à 9 bars et d'une flèche relative supérieure à 28 %.

[0003] La flèche d'un pneumatique est définie par la déformation radiale du pneumatique, ou variation de la hauteur radiale, lorsque celui-ci passe d'un état non chargé à un état chargé en statique, dans des conditions de charge et de pression nominales.

[0004] Elle est exprimée sous la forme d'une flèche relative, définie par le rapport de cette variation de la hauteur radiale du pneumatique sur la moitié de la différence entre le diamètre extérieur du pneumatique et le diamètre maximum de la jante mesuré sur le crochet. Le diamètre extérieur du pneumatique est mesuré en statique dans un état non chargé à la pression nominale.

[0005] Le pneumatique selon l'invention comporte une armature de sommet constituée d'au moins deux bi-couches formant ainsi quatre couches de travail, superposées et formées d'éléments de renforcement parallèles dans chaque couche et croisés d'une couche à la suivante en faisant un angle avec la direction circonférentielle du pneumatique. La présence de bi- couches selon l'invention permet d'avoir des couches de travail dont les éléments de renforcement ne présentent pas d'extrémités libres en bord de couches. [0006] De tels bi-couches permettent de s'affranchir des conséquences usuelles dues aux contraintes de cisaillement générées par des extrémités libres entre les couches de sommet qui contribuent à des élévation non négligeable de la température de fonctionnement au niveau des extrémités desdites couches, et qui ont pour conséquence l'apparition et la propagation de fissures de la gomme au niveau desdites extrémités.

[0007] Des bi-couches dans les pneumatiques avions sont habituellement réalisés selon des techniques consistant à déposer des éléments de renforcement ou des bandelettes constituées de plusieurs éléments de renforcement en allant d'un bord à l'autre de façon continue pour former une période ou un multiple de période au tour de roue. Selon ces techniques il est ainsi possible de réaliser des couches de travail formées d'éléments de renforcement parallèles dans chaque couche et croisés d'une couche à la suivante qui ne présentent pas d'extrémités libres en bords de nappes et donc conduisent à une amélioration de l'endurance des pneumatiques. [0008] Ces bi-couches peuvent encore être formés par un enroulement circonférentiel d'une bande complexe formée de deux couches constituées d'éléments de renforcement continus passant d'une couche à l'autre. La bande complexe peut être préalablement obtenue selon un procédé consistant à écraser un tube, lui-même formé par l'enroulement en spires jointives selon un angle donné par rapport à la direction longitudinale du tube, d'une bandelette dans laquelle des éléments de renforcements sont parallèles entre eux et à la direction longitudinale de ladite bandelette et enrobés dans un mélange polymérique. La largeur de la bandelette est ajustée en fonction de l'angle avec lequel les spires sont enroulées, de manière à rendre les spires jointives. Lors de l'écrasement dudit tube, les spires étant parfaitement jointives, la bande complexe obtenue est constituée de deux couches d'éléments de renforcement continus passant d'une couche à l'autre, lesdits éléments de renforcement étant parallèles dans une couche et croisés d'une couche à l'autre avec des angles par rapport à la direction circonférentielle identiques en valeur absolue. La réalisation d'un tube avec des spires jointives permet d'obtenir des éléments de renforcement linéaires dans chacune des couches, exception faite des extrémités axiales de chacune des couches, au niveau desquelles les éléments de renforcement forment des boucles pour assurer la continuité d'une couche à l'autre.

[0009] Cette seconde technique qui consiste en un enroulement circonférentiel présente l'avantage d'être simple de mise en œuvre et de pouvoir être effectuée avec une vitesse rapide.

[0010] La première technique de réalisation conduit effectivement à des temps de fabrication plus importants. [0011] Des câbles sont dits inextensibles lorsque lesdits câbles présentent sous une force de traction égale à 10% de la force de rupture un allongement relatif au plus égal à 0,2%.

[0012] Des câbles sont dits élastiques lorsque lesdits câbles présentent sous une force de traction égale à la charge de rupture un allongement relatif au moins égal à 4%. [0013] La direction circonférentielle du pneumatique, ou direction longitudinale, est la direction correspondant à la périphérie du pneumatique et définie par la direction de roulement du pneumatique. Des éléments de renforcement circonférentiels sont des éléments qui font avec ladite direction des angles compris dans l'intervalle + 2,5°, - 2,5° autour de 0°.

[0014] La direction transversale ou axiale du pneumatique est parallèle à l'axe de rotation du pneumatique.

[0015] La direction radiale est une direction coupant l'axe de rotation du pneumatique et perpendiculaire à celui-ci. Des éléments de renforcement sensiblement radiaux sont des éléments qui font avec la direction méridienne des angles compris dans l'intervalle + 5°, - 5° autour de 0°. [0016] L'axe de rotation du pneumatique est l'axe autour duquel il tourne en utilisation normale.

[0017] Un plan radial ou méridien est un plan qui contient l'axe de rotation du pneumatique.

[0018] Le plan médian circonférentiel, ou plan équatorial, est un plan perpendiculaire à l'axe de rotation du pneu et qui divise le pneumatique en deux moitiés. [0019] Les pneumatiques d'avion ainsi réalisés selon l'une ou l'autre des techniques ci-dessus décrites présentent des limites en matière d'endurance du fait de ruptures d'éléments de renforcement des bi-couches dans les zones d'épaule du pneumatique. Les délais d'apparition de ces ruptures ou bien les conditions dans lesquelles elles apparaissent sont tout à fait acceptables d'un point de vue industriel, y compris lorsqu'un rechapage du pneumatique est envisagé.

[0020] Les inventeurs se sont toutefois donnés pour mission de fournir des pneumatiques, dont les performances d'endurance sont améliorées par rapport aux pneumatiques usuels, en particulier pour accompagner des améliorations significatives de l'usure des pneumatiques, et notamment dans lesquels l'apparition dans les zones d'épaule de ruptures des éléments de renforcement des bi-couches de l'armature de sommet est encore retardée ou bien quasi- inexistante. [0021] Ce but est atteint selon l'invention par un pneumatique comportant une armature de sommet formée d'au moins deux bi-couches d'éléments de renforcement parallèles dans une couche, répartis avec un pas constant, et croisés d'une couche à l'autre qui ne présentent pas d'extrémité libre sur leurs bords, dans un plan radial, la densité surfacique d'éléments de renforcement dans une zone délimitée par les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux, appartenant par paire à un bi-couche, et formant un quadrilatère étant supérieure au centre du pneumatique par rapport à celle aux extrémités des bi-couches.

[0022] Au sens de l'invention, le pas est égal à la distance entre deux éléments de renforcement mesurée selon la direction normale à l'axe principal des éléments de renforcement. [0023] La densité surfacique est égale au sens de l'invention à la surface occupée par les éléments de renforcement rapportée à une surface délimité par un parallélogramme dont les sommets sont les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux et appartenant par paire à deux couches radialement adjacentes chacune des couches appartenant à un bi-couche différent. Elle s'exprime en pourcentage d'éléments de renforcement.

[0024] Selon l'invention, la densité surfacique d'éléments de renforcement étant supérieure au centre du pneumatique par rapport à celle aux extrémités des bi-couches, la quantité de mélange polymérique présente entre les éléments de renforcements est plus importante aux extrémités des couches d'éléments de renforcement qu'au centre du pneumatique. [0025] Selon une autre formulation de l'invention, le pas étant constant, la distance radiale entre deux éléments de renforcement adjacents et appartenant chacun à une couche d'un bicouche, lesdites couches étant radialement adjacentes, est supérieure aux extrémités des bi- couches par rapport à celle au centre du pneumatique. [0026] Au sens de l'invention, la distance radiale entre les éléments de renforcement respectifs de chacune des couches de sommet est mesurée radialement entre les génératrices respectivement supérieure et inférieure desdits éléments de renforcement des couches de sommet radialement intérieure et radialement supérieure. [0027] Les inventeurs ont su mettre en évidence que les pneumatiques ainsi réalisés autorisent des distances de roulage dans des conditions particulièrement sévères au-delà de ce qu'il est usuel de parcourir sans laisser apparaître aucune rupture d'éléments de renforcement aux extrémités des couches ou plus exactement des bi-couches de l'armature sommet.

[0028] Les inventeurs pensent interpréter cette amélioration en termes de performance d'endurance du fait du risque fortement diminué de voir des éléments de renforcement de deux couches adjacentes venir au contact les uns des autres. En effet, il est usuel que les couches de mélange polymériques qui entourent les éléments de renforcement, appelées couches de calandrage, soient relativement fines et dans le cas de pneumatiques pour avion de grandes dimensions, ces couches subissent des déformations relativement importantes lors des différentes phase de fabrication qui entraînent des déformations des mélanges polymériques de calandrage notamment par fluage. Les éléments de renforcement de deux couches radialement adjacentes, chacune appartenant à un bi-couche, peuvent ainsi risquer de venir au contact l'un de l'autre, les frottements lors de l'utilisation du pneumatique pouvant les amener jusqu'à la rupture. Les déformations subies par ces couches lors de la fabrication d'un pneumatique étant les plus importantes au niveau des épaules, du fait même de la forme du pneumatique, cette interprétation explique la présence de ruptures d'éléments de renforcement aux extrémités des bi-couches. En outre, lors des roulages c'est également au niveau des extrémités des bi- couches que les variations de tension sont maximales lors d'un tour de roue, ce qui favorise l'initiation de rupture des fils élémentaires constitutifs des éléments de renforcement et favorise ensuite les frottements entre éléments de renforcement.

[0029] Selon un mode de réalisation préféré de l'invention, dans un plan radial, aux extrémités des bi-couches, la densité surfacique d'éléments de renforcement dans une zone délimitée par les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux, appartenant par paire à un bi-couche, et formant un quadrilatère est inférieure à 45 %. Au-delà d'une telle densité surfacique d'éléments de renforcement, le bénéfice en performance d'adhérence n'est plus aussi important, des ruptures d'éléments de renforcement pouvant apparaître dans des usages particulièrement pénalisants.

[0030] De préférence également, dans un plan radial, au centre du pneumatique, la densité surfacique d'éléments de renforcement dans une zone délimitée par les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux, appartenant par paire à un bi-couche, et formant un quadrilatère est supérieure à 55 %. Les éléments de renforcements de la partie centrale de l'armature de renforcement étant moins sollicités d'une part lors de la fabrication et d'autre part lors de l'utilisation des pneumatiques, la présence de moins de mélange polymérique reste suffisante.

[0031] L'invention propose encore un pneumatique comportant une armature de sommet formée d'au moins deux bi-couches d'éléments de renforcement parallèles dans une couche, répartis avec un pas constant, et croisés d'une couche à l'autre, qui ne présentent pas d'extrémité libre sur leurs bords et, dans un plan radial, aux extrémités des bi-couches, le rapport de la distance radiale entre deux éléments de renforcement de deux couches adjacentes appartenant chacune à un bi-couche sur la distance radiale entre deux éléments de renforcement des deux couches d'un bi-couche étant supérieur à 1.5, et de préférence supérieur à 2.

[0032] Selon cette présentation de l'invention, le pneumatique présente aux extrémités des bi- couches une quantité de mélange polymérique supérieure entre les éléments de renforcement de deux couches adjacentes, chacune des couches appartenant à un bi-couche différent, qu'entre deux éléments de renforcement des couches d'un même bi-couche. Ce même rapport au niveau du centre du pneumatique est voisin de 1 , ce qui signifie que la quantité de mélange polymérique entre les éléments de renforcement de deux couches adjacentes, chacune des couches appartenant à un bi-couche différent est sensiblement identique à celle présente entre deux éléments de renforcement des couches d'un même bi-couche. Chacune des couches étant formées d'éléments de renforcement entre deux calandrages de mélanges polymérique formant chacun une épaisseur respectivement radialement à l'extérieur et radialement à l'intérieur desdits éléments de renforcement, la distance radiale entre les éléments de renforcement respectifs de chacune des couches de sommet au centre du pneumatique est sensiblement équivalente à la somme de l'épaisseur de mélange polymérique du calandrage radialement à l'extérieur des éléments de renforcement de la couche de sommet radialement intérieure et de l'épaisseur de mélange polymérique du calandrage radialement à l'intérieur des éléments de renforcement de la couche de sommet radialement extérieure.

[0033] Une variante avantageuse de l'invention, prévoit qu'au moins une couche de mélange polymérique est mise en place radialement entre les extrémités de deux bi-couches. Lors de la fabrication du pneumatique, il est ainsi possible de prévoir d'interposer une couche de mélange polymérique entre la pose de deux bi-couches de façon à augmenter la quantité de mélange polymérique, dans cette zone du pneumatique, entre les éléments de renforcement de deux couches adjacentes, chacune des couches appartenant à un bi-couche différent. Selon l'épaisseur de mélange polymérique souhaitée, il est possible de superposer plusieurs couches. La présence de plusieurs couches peut en outre permettre de créer des gradients de propriétés entre ces différentes couches. Il est par exemple ainsi possible de faire varier le module d'élasticité selon la direction radiale depuis une couche vers l'autre.

[0034] Selon cette variante de réalisation de l'invention, dans un plan radial, l'extrémité axialement intérieure de ladite au moins une couche de mélange polymérique est de préférence à une distance axiale du plan équatorial inférieure aux 4/5 de la demi largeur axiale du bi- couche le plus large auquel elle est adjacente. La couche polymérique couvre ainsi au moins 1/5 de la demi largeur du bi-couche le plus large auquel elle est adjacente et assure une densité surfacique d'éléments de renforcement inférieure à la valeur choisie sur cette zone.

[0035] Avantageusement encore selon cette variante de l'invention, dans un plan radial, l'extrémité axialement extérieure de ladite au moins une couche de mélange polymérique est axialement extérieure à l'extrémité axialement extérieure du bi-couche le plus large auquel elle est adjacente. La couche polymérique couvre ainsi avantageusement l'extrémité du bi-couche le plus large auquel elle est adjacente et par conséquent l'extrémité axialement extérieure de l'autre bi-couche. [0036] Un mode de réalisation préféré de l'invention prévoit que les éléments de renforcement des couches de l'armature de sommet sont inclinés, par rapport à la direction circonférentielle, d'un angle compris entre -20° et +20°, et de préférence compris entre -10° et +10°.

[0037] Une variante avantageuse de l'invention prévoit que les éléments de renforcement des couches de l'armature de sommet sont constitués de matériaux textiles, de préférence de polyamides aliphatiques et/ou de polyamides aromatiques. Les éléments de renforcements sont avantageusement des câbles composites tels que ceux décrits dans la demande de brevet WO 02/085646.

[0038] Avantageusement encore, l'armature sommet dudit pneumatique comportant au moins une couche d'éléments de renforcement circonférentiels, les éléments de renforcement circonférentiels sont constitués de matériaux textiles, de préférence de polyamides aliphatiques et/ou de polyamides aromatiques. L'armature de sommet des pneumatiques d'avion comporte avantageusement des couches d'éléments de renforcement circonférentiels assurant notamment le frettage au centre du sommet du pneumatique, les angles formés par les éléments de renforcement avec la direction circonférentielle étant avantageusement inférieurs à 5°.

[0039] Selon un mode réalisation préféré de l'invention, l'armature de carcasse du pneumatique est constituée d'au moins une couche d'éléments de renforcement, parallèles entre eux et orientés sensiblement radialement, les éléments de renforcement de ladite au moins une couche d'armature de carcasse étant constitués de matériaux textiles, de préférence de polyamides aliphatiques et/ou de polyamides aromatiques. Les éléments de renforcements sont avantageusement des câbles composites tels que ceux décrits dans la demande de brevet WO 02/085646.

[0040] Selon d'autres réalisations de l'invention, l'armature de sommet peut encore être complétée radialement à l'extérieur par au moins une couche supplémentaire, dite de protection, d'éléments de renforcement dits élastiques, orientés par rapport à la direction circonférentielle avec un angle compris entre 10° et 45° et de même sens que l'angle formé par les éléments de la bande complexe qui lui est radialement adjacente.

[0041] D'autres détails et caractéristiques avantageux de l'invention ressortiront ci-après de la description des exemples de réalisation de l'invention en référence aux figures 1 et 2 qui représentent : figure la, une vue méridienne d'un schéma d'un pneumatique selon un mode de réalisation de l'invention, figure lb, une vue partielle agrandie d'une partie du schéma de la figure la, figure le, une vue partielle agrandie d'une autre partie du schéma de la figure la, figure 2, une vue méridienne d'un schéma d'un pneumatique selon un deuxième mode de réalisation de l'invention.

[0042] Les figures ne sont pas représentées à l'échelle pour en simplifier la compréhension. Les figures la et 2 ne représentent qu'une demi- vue d'un pneumatique qui se prolonge de manière symétrique par rapport à l'axe XX' qui représente le plan médian circonférentiel, ou plan équatorial, d'un pneumatique.

[0043] La figure la illustre un pneumatique 1 comprenant une armature de carcasse radiale 2 ancrée dans deux bourrelets, non représentés sur la figure 1 et surmontée d'une bande de roulement 3. L'armature de carcasse 2 est encore frettée par une armature de sommet 4. [0044] L'armature de sommet 4 est formée radialement de l'intérieur ver l'extérieur: d'un premier bi-couche 5 comprenant deux couches 51, 52 ne présentant pas d'extrémités libres sur les bords du bi-couche 5. Ce bi-couche 5 est par exemple obtenu par trancanage d'une bandelette constituée de huit éléments de renforcement parallèles les uns avec les autres. Le trancanage correspond à une pose de la bandelette allant d'un bord à l'autre de façon continue pour former une période ou un multiple de période au tour de roue. Cette technique de pose de la bandelette permet de réaliser les couches 51, 52, les éléments de renforcement étant parallèles dans chaque couche et croisés d'une couche à la suivante et ne présentant pas d'extrémités libres en bords de couche. - d'une couche de caoutchouc 6 recouvrant l'extrémité du bi-couche 5 et donc de la couche 52.

D'un deuxième bi-couche 7 comprenant deux couches 71, 72 identique au bi-couche 5 avec une largeur inférieur et réalisé sensiblement de la même façon.

[0045] L'armature de sommet 4 comporte encore une couche de protection 10 constituée d'éléments de renforcement métalliques, ladite couche étant la couche de l'armature de sommet 4 radialement la plus à l'extérieur.

[0046] Les éléments de renforcements de la bandelette constituant les couches 51, 52, 71 et 72 sont des câbles composites constitués de deux filés en polyamide aromatique, chaque filé ayant un titre de 330 tex, individuellement surtordu d'une torsion S de 230 tours/mètre, et d'un filé en polyamide aliphatique dont le titre est égal à 188 tex, ledit filé individuellement surtordu d'une torsion S de 230 tours/mètre. Les trois filés ainsi préalablement tordus sur eux-mêmes sont ensuite retordus ensemble avec une torsion en Z de 230 tours/mètre pour former le câble prêt à l'usage dans les couches du pneumatique. Le câble ainsi préparé présente un diamètre égal à 1.1 mm.

[0047] La bandelette est préparée avec huit câbles répartis avec un pas de pose égal à 1.37 mm entre deux couches de calandrage en caoutchouc présentant chacune une épaisseur de 0.21 mm. La bandelette est déposée par trancanage de sorte que les éléments de renforcement forment un angle avec la direction circonférentielle compris entre 6 et 10°.

[0048] La largeur L 5 du bi-couche 5 est égale à 300 mm.

[0049] La largeur L 7 du bi-couche 7 est égale à 280 mm.

[0050] La couche de caoutchouc 6 recouvre l'extrémité du bi-couche 5 sur une largeur égale à 35 mm et donc sur une longueur légèrement supérieure au 1/10 de la largeur dudit bi-couche 5. La couche 6 présente une épaisseur égale à 0.6 mm sur cette largeur h, ladite couche se prolongeant légèrement avec une épaisseur qui diminue progressivement pour former une zone de transition.

[0051] La figure lb illustre plus en détails la zone des extrémités des deux bi-couches 5 et 7 entre lesquelles est radialement intercalée une couche de mélange polymérique 6. Sur cette figure lb, on a représenté un parallélogramme 11 dont les sommets correspondent aux centres de quatre éléments de renforcement 12a, 12b, 13a, 13b adjacents entre eux et appartenant par paire aux couches 52 et 71. Dans cette zone du pneumatique, les éléments de renforcements 12a, 12b de la couche 52 sont radialement séparés des éléments 13a, 13b de la couche 71 par la couche de caoutchouc 6. [0052] La distance radiale di entre les éléments 12 et 13 dans cette zone des bi-couches est égale à 1 mm. [0053] Dans la même zone du pneumatique la distance radiale d2 entre deux éléments de renforcement 12 et 14 des deux couches 51, 52 du bi-couche 5 ou entre deux éléments de renforcement 13 et 15 des deux couches 71, 72 du bi-couche 7 est égale à 0.4 mm.

[0054] Le rapport de di/d 2 est égal à 2.5 et donc supérieur à 2 conformément à l'invention. [0055] Le parallélogramme 11 présente une surface égale à 2.22 mm 2 . On en déduit une densité surfacique d'élément de renforcement égale à 43% et donc conformément à l'invention inférieur à 45%.

[0056] La figure le illustre plus en détails la zone du centre du pneumatique dans laquelle la couche de caoutchouc 6 n'est pas présente. Sur cette figure le, on a représenté un parallélogramme 11 ' dont les sommets correspondent aux centres de quatre éléments de renforcement 12'a, 12'b, 13 'a, 13 'b adjacents entre eux et appartenant par paire aux couches 52 et 71.

[0057] La distance radiale d' i entre les éléments 12' et 13' dans cette zone des bi-couches est égale à 0.4 mm. [0058] Dans la même zone du pneumatique la distance radiale d'2 entre deux éléments de renforcement 12' et 14' des deux couches 51, 52 du bi-couche 5 ou entre deux éléments de renforcement 13' et 15' des deux couches 71, 72 du bi-couche 7 est égale à 0.4 mm.

[0059] Le rapport de d' i/d'2 est égal à 1 conformément à l'invention.

[0060] Le parallélogramme 11 ' présente une surface égale à 1.53 mm 2 . On en déduit une densité surfacique d'élément de renforcement égale à 62% et donc conformément à l'invention supérieur à 55 >.

[0061] La densité surfacique d'éléments de renforcement dans une zone délimitée par les centres géométriques de quatre éléments de renforcement adjacents deux à deux, appartenant par paire à un bi-couche, et formant un quadrilatère est donc, conformément à l'invention, supérieure au centre du pneumatique par rapport à celle aux extrémités des bi-couches. [0062] La figure 2 illustre un pneumatique 21 comprenant une armature de carcasse radiale 22 ancrée dans deux bourrelets, non représentés sur la figure 2 et surmonté d'une bande de roulement 23. L'armature de carcasse 22 est encore frettée par une armature de sommet 24.

[0063] L'armature de sommet 24 est formée radialement de l'intérieur ver l'extérieur: - d'un premier bi-couche 25 comprenant deux couches 251, 252 ne présentant pas d'extrémités libres sur les bords du bi-couche 25, d'une couche de caoutchouc 26 recouvrant l'extrémité du bi-couche 25 et donc de la couche 252, d'un deuxième bi-couche 27 comprenant deux couches 271, 272 identique au bi- couche 25 avec une largeur inférieur et réalisé sensiblement de la même façon, d'une deuxième couche de caoutchouc 28 recouvrant l'extrémité du bi-couche 27 et donc de la couche 272, d'un troisième bi-couche 29 comprenant deux couches 291, 292 identique aux bi- couches 25 et 27 avec une largeur inférieur à celle du bi-couhe 27 et réalisé sensiblement de la même façon.

[0064] L'armature de sommet 24 comporte encore une couche de protection 210 constituée d'éléments de renforcement métalliques, ladite couche étant la couche de l'armature de sommet 24 radialement la plus à l'extérieur.

[0065] Le pneumatique 21 diffère donc du pneumatique 1 de la figure 1 par la présence d'une couche de caoutchouc 28 et d'un troisième bi-couche 29.

[0066] La largeur L 2 9 du bi-couche 29 est égale à 260 mm.

[0067] La couche de caoutchouc 28, semblable à la couche 26, recouvre l'extrémité du bi- couche 27 sur une largeur 1 2 égale à 35 mm et donc sur une longueur supérieure au 1/10 de la largeur dudit bi-couche 27. [0068] Les bi-couches 25, 27 et 29 étant sensiblement constitués de la même façon à partir des mêmes bandelettes et les couches de caoutchouc 26 et 28 étant sensiblement identiques, Γ ensemble des critères liés au distances radiales entre les éléments de renforcement et les densités surfaciques sont également satisfaits par les éléments de renforcement des couches 271, 272, 291 et 292 des bi-couches 27 et 29 du fait de la présence de la couche de caoutchouc 28. [0069] Des essais ont été réalisés avec des pneumatiques pour avion de dimension 46 x 17.0 R20 réalisés selon l'invention conformément à la représentation de la figure 2, et d'autres avec des pneumatiques dits de référence. Les pneumatiques de référence ne comportent pas les couches de caoutchouc 26 et 28.

[0070] Les essais ont consisté en des roulages sur pistes simulant des conditions sévères d'usages en termes de charges et de vitesses.

[0071] Ces essais ont mis en évidence qu'après un kilométrage de l'ordre de 250 km, les pneumatiques de référence présentent des éléments de renforcement des couches d'armature de sommet présentant des dégradations et des couches de calandrage desdites couches d'armature de sommet présentant des zones fissurées à leurs extrémités. [0072] L'observation des pneumatiques de référence a mis en évidence qu'aucun des éléments de renforcement des couches d'armature de sommet ne présente de signes de rupture et les couches de calandrage ne sont pas fissurées aux extrémités desdites couches d'armature de sommet.