Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
UNIT FOR TREATING WATER BY OZONATION, AND CORRESPONDING OZONISED WATER PRODUCTION APPARATUS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1995/020543
Kind Code:
A1
Abstract:
A unit for treating water by ozonation, including at least one ozonised white water production apparatus and at least one contactor for mixing water to be treated and white water. The ozonised white water production apparatus includes an assembly for pressure-dissolving ozone in a carrier liquid. In a first embodiment suitable for treating large flows, a fraction (typically 5-15 %) of the main fluid flow to be treated is fed to an ozonised white water production vessel then returned to the main flow within a contactor for treating the entire flow. In a second embodiment more suitable for treating comparatively small flows, the total fluid is directly treated in the ozonised white water production vessel.

Inventors:
FAIVRE MICHEL (FR)
MARTIN NATHALIE (FR)
BOISDON VINCENT (FR)
Application Number:
PCT/FR1995/000085
Publication Date:
August 03, 1995
Filing Date:
January 26, 1995
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ANJOU RECH (FR)
FAIVRE MICHEL (FR)
MARTIN NATHALIE (FR)
BOISDON VINCENT (FR)
International Classes:
C02F1/78; (IPC1-7): C02F1/78
Foreign References:
US3699776A1972-10-24
GB2023565A1980-01-03
DE3149681A11982-12-02
EP0550152A11993-07-07
EP0436409A11991-07-10
EP0459928A11991-12-04
Other References:
DATABASE WPI Section Ch Week 8705, Derwent World Patents Index; Class D15, AN 87-033850
R.D. NEUFELD ET AL.: "Ozonation of coal gasification plant wastewater", ENVIRONMENTAL SCIENCE AND TECHNOLOGY., vol. 12, EASTON, PA US, pages 470
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Unité de traitement d'eau par ozonation caractérisée en ce qu'elle comprend d'une part au moins une installation de production d'eau blanche ozonée et d'autre part au moins un contacteur de façon telle que le mélange de l'eau à traiter et de l'eau blanche s'effectue dans ledit contacteur, et en ce que ladite installation de production d'eau blanche ozonée comprend des moyens de dissolution sous pression d'ozone dans un liquide porteur, lesdits moyens de dissolution étant constitués par un ballon de pressurisation (1) présentant une entrée (2) dudit liquide porteur, une entrée (3) d'ozone, une sortie (4) sous pression du fluide produit et des moyens (5) assurant la régulation de la pression à l'intérieur dudit ballon (1) et la fuite continue des gaz non dissous dans ledit liquide porteur.
2. Installation selon la revendication 1 caractérisée en ce que ledit ballon de pressurisation est choisi dans le groupe des réacteurs suivant : colonne à garnissage à contecourant, colonne à éjecteur, colonne à éjecteur et mélangeur statique, colonne à bulles, colonne à bulles utilisant le phénomène d'air lift, colonnes à bulles agitée mécaniquement.
3. Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications lou 2 caractérisée en ce que lesdits moyens (5) permettant de réguler la pression dans ledit ballon (1) comprennent un déverseur. 4.
4. Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 2 ou 3 caractérisée en ce que ledit ballon de pressurisation présente dans sa partie supérieure un diffuseur (8) dudit liquide porteur et, dans sa partie inférieure, un diffuseur (9) d'ozone gazeux, ledit liquide porteur et l'ozone transitant à contrecourant dans ledit ballon de pressurisation (1).
5. Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 2 à 4 caractérisée en ce que ledit ballon de pressurisation (1) comprend un matériau de garnissage (10) favorisant le transfert de l'ozone gazeux dans ledit liquide porteur.
6. Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 1 à 5 caractérisée en ce qu'elle comprend des moyens de régulation (11) de la hauteur de liquide dans ledit ballon de pressurisation (1). 7 . Unité de traitement d'eau selon la revendication 6 caractérisée en ce que lesdits moyens de régulation comprennent une vanne de contrôle (12) prévue en amont de ladite entrée de liquide porteur, un détecteur de niveau (13) prévu dans la partie inférieure dudit ballon de pressurisation (1) et des moyens de transmission (14), à ladite vanne de contrôle, des mesures relevées par ledit détecteur. 8. Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 1 à 7 caractérisée en ce qu'elle comprend en outre un ozoneur (30) et des moyens de compression (31) ou d'aspiration (311) de l'ozone formé par ledit ozoneur.
7. 9Unité de traitement d'eau selon la revendication 8 caractérisée en ce que lesdits moyens de compression d'ozone (31) sont couplés à un réservoir tampon (32) prévu en amont desdits moyens de compression, ledit réservoir tampon permettant de pallier les fluctuations de débit ainsi que les brusques variations de concentration à la sortie de l'ozoneur (30).
8. 10 Unité de traitement d'eau selon la revendication 9 caractérisée en ce qu'elle comprend une boucle de canardage (33) prévue entre la sortie desdits moyens de compression (31) et ledit réservoir tampon (32), ladite boucle permettant le déchargement en aval desdits moyens de compression (31), ainsi que la variation du débit dans une gamme souhaitée.
9. 11 Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 1 à 10 caractérisée en ce que ledit ballon (1) est pourvu de moyens de recirculation d'une partie du liquide porteur depuis la sortie sous pression (4) vers l'entrée (2) dudit ballon (1).
10. 12 Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 8 à 11 caractérisée en ce que lesdits moyens de compression sont choisis dans le groupe constitué par les compresseurs à membranes, les compresseurs secs et les pompes à anneaux liquides.
11. 13 Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 1 à 12 caractérisée en ce qu'elle comprend des moyens de mesure (34) de l'ozone dissous dans le liquide sous pression sortant dudit ballon de pressurisation (1).
12. 14 Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 1 à 13 caractérisée en ce qu'elle comprend des moyens (101) pour refroidir les gaz avant leur introduction dans le ballon (1).
13. Unité de traitement d'eau selon la revendication 14 caractérisée en ce que les moyens (101) pour refroidir les gaz avant leur introduction dans le ballon (1) sont constitués par un échangeur (101) alimenté par un fluide caloporteur provenant d'un autre échangeur (103) récupérant les frigories dégagées par la gazéification d'oxygène liquide (104) .
14. Unité de traitement d'eau par ozonation selon l'une quelconque des revendications 1 à 15 caractérisée en ce que ladite installation de production d'eau blanche ozonée et ledit contacteur sont constitués par un même ballon constituant réacteur de traitement.
15. Unité de traitement d'eau selon l'une des revendications 2 à 15 caractérisée en ce que ladite installation de production d'eau blanche ozonée et ledit contacteur (50) sont constitués par des réacteurs distincts reliés par une canalisation (7), et en ce que le contacteur comprend des moyens de détente (6) de l'eau blanche ozonée issue de la sortie (4) sous pression de ladite installation de production d'eau blanche ozonée, lesdits moyens de détente (6) étant prévus en amont dudit contacteur (50).
16. Unité de traitement d'eau selon la revendication 17 caractérisée en ce que lesdits moyens de détente (6) sont choisis dans le groupe constitué par les cavitateurs et les buses de pulvérisation.
17. Unité selon l'une des revendications 17 ou 18 caractérisée en ce que ledit contacteur (50) est muni d'une canalisation (51) permettant d'alimenter ledit ballon de pressurisation (1) avec de l'eau qui sort dudit contacteur et qui est destinée à être recyclée pour faire office de liquide porteur.
18. Unité selon la revendication 19 caractérisée en ce que des moyens de filtration sont prévus sur ladite canalisation (51).
19. Unité selon l'une des revendications 1 à 20 caractérisée en ce qu'elle comprend des moyens de destruction (35, 56) ou de recyclage (102) de l'ozone résiduel gazeux provenant dudit contacteur (50) et dudit ballon (1) de production d'eau blanche ozonée.
20. Unité selon l'une quelconque des revendications 1 à 21 caractérisée en ce que ledit contacteur (50) appartient au groupe comprenant les réacteurs de séparation, de colmatage, de flottation et/ou d'ozoflottation.
21. Installation de production d'eau blanche ozonée pour une unité de traitement d'eau par ozonation selon l'une quelconque des revendications L à 22 caractérisée en ce qu'elle comprend des moyens de dissolution sous pression d'ozone dans un liquide porteur, lesdits moyens de dissolution étant constitués par un ballon de pressurisation (1) présentant une entrée (2) dudit liquide porteur, une entrée (3) d'ozone, une sortie (4) sous pression du fluide produit et des moyens (5) assurant la régulation de la pression à l'intérieur dudit ballon (1) et la fuite continue des gaz non dissous dans ledit liquide porteur.
Description:
Unité de traitement d'eau par ozonation, et installation de production d'eau ozonée correspondante.

L'invention concerne les traitements d'eau par ozonation, et plus particulièrement la mise au point d'un principe d'unité de traitement d'eau par ozonation incluant une installation de production de fluide ozone.

L'utilisation de l'ozone, notamment dans les procédés de traitement de l'eau, à titre d'agent bactéricide et virulicide, est connue depuis longtemps. Ce composé est également utilisé dans les filières d'épuration des eaux au cours d'étapes de traitements combinés ozonation-coagulation, ozonation-flottation, ozonation-adsorption sur média filtrant (avec possibilité d'activité biologique sur le filtre), sans oublier les applications plus classiques telles que la déferrisation-démanganisation ou l'élimination de la couleur, des goûts et des odeurs des eaux traitées. Enfin, on sait que l'ozone possède une action oxydante sur un certain nombre de micropolluants (phénols, certains détergents,...) (voir B. Langlais, "Nouveau développement de l' ozonation en eau potable et technologie appropriée", L'eau; l'industrie, les nuisance, n°109, avril 1987, pp.28 à 30).

Afin de favoriser le contact de l'ozone gazeux avec l'effluent traité, il est classique d'employer des mélangeurs de types variés. Ces mélangeurs peuvent être constitués par des systèmes d'injection tels que des poreux, des diffuseurs déprimogènes, des emulseurs (encore appelés trompes à vides ou hydro-injecteurs), par des mélangeurs statiques, ou par des mélangeurs dynamiques (par exemple à agitateur ou à turbine entraînés).

Ces mélangeurs connus sont généralement situés en amont de cuves de contact (contacteurs) conçues de façon à maintenir, pendant une période de temps prédéterminée, le gaz oxydant en contact avec le flux de liquide à traiter. A titre d'exemple, le brevet français FR 2662616 décrit une installation comprenant par exemple successivement un transféreur d'adjonction d'un gaz oxydant tel que l'ozone au liquide à traiter, un module de dissolution forcée de l'ozone dans le liquide et un module contacteur. Le module de dissolution forcée décrit dans ce document est constitué par un dispositif recirculateur constitué d'une cuve comprenant une première chambre centrale formant cheminée d'épuisement des gaz, et une seconde chambre

annulaire de recirculation coaxiale à la cheminée d'épuisement. Les deux chambres sont séparées par une paroi et communiquent entre elles à leurs parties inférieure et supérieure de façon à permettre la recirculation du milieu de traitement par passage cyclique de l'une à l'autre. Ces différents types de dispositifs présentent un certain nombre d'inconvénients.

Ainsi, pour assurer un temps de contact minimal nécessaire pour la totalité du liquide à traiter, il faut maintenir un temps de passage moyen important dans les réacteurs. Ceci nécessite des ouvrages surdimensionnés, onéreux et consommateurs d'espace. De plus, ils n'autorisent généralement pas une bonne homogénéité de la répartition du gaz oxydant dans le milieu traité.

L'objectif de la présente invention est de fournir une installation permettant de fournir un fluide de traitement ozone permettant une optimisation de la mise en contact de l'ozone avec un liquide à traiter tel que l'eau.

Un autre objectif de l'invention est de proposer une telle installation à rendement élevé.

Encore un autre objectif de l'invention est de fournir une unité de traitement d'eau équipée d'une telle installation nécessitant un volume réduit et optimisé de génie civil.

Un autre objectif de l'invention est de fournir une telle unité permettant de maximiser et d'homogénéiser le traitement de l'eau, notamment en vu de permettre sa désinfection et la flottation des matières organiques qu'elle contient à l'aide du fluide ozone formé.

Enfin, encore un autre objectif de l'invention est de fournir une telle unité à temps minimisé de passage du liquide à traiter dans les réacteurs, tout en respectant les temps de contacts minimaux. Un objectif particulier de l'invention est de permettre la libération dans l'eau traitée de microbulles d'ozone présentant une taille comprise entre environ 20 microns et 200 microns grâce à l'apport, dans le milieu traité, d'un fluide se présentant sous la forme d'eau blanche ozonée.

On rappelle que les termes "eau blanche" sont utilisés dans la technique pour désigner un mélange d'eau et d'air naissant obtenu par la détente d'un fluide pressurisé

constitué par un mélange d'air et d'eau à l'équilibre à une pression déterminée. La couleur blanche de l'eau ainsi obtenue se réfère à la couleur que prend le mélange au moment de la détente de l'air.

Il a déjà été proposé dans l'état de la technique de mettre en oeuvre de l'eau blanche pour le décolmatage des membranes utilisées dans le cadre de la microfiltration ou de l'ultrafiltration de l'eau. Ainsi, la demande de brevet française n° 9109803 décrit un procédé de décolmatage comprenant une étape consistant à provoquer le passage d'un mélange d'eau et d'air sous pression à travers la membrane, selon un flux inverse au sens de filtra-ion, en plaçant la chambre d'alimentation en dépression brusque par rapport à la chambre de récupération du perméat. La détente du mélange, notamment à l'intérieur des pores de la membrane permet de décolmater celle-ci.

L'invention a donc pour objectif de permettre la fabrication d'une eau blanche ozonée formée lors de la détente d'un mélange d'ozone et d'air à l'équilibre à une pression déterminée. On notera que jusqu'alors un tel mélange n'a pas été utilisé, l'ozone impliquant des conditions de manipulation notablement plus contraignante que celles de l'air.

Un objectif particulier de l'invention est de proposer une application intéressante d'un tel fluide consistant à l'utiliser, dans le cadre du traitement d'une eau à épurer, pour permettre la flottation des matières organiques qui y sont contenues. Ces différents objectifs, ainsi que d'autres qui apparaîtront par la suite, sont atteints grâce à l'invention qui concerne une unité de traitement d'eau par ozonation caractérisée en ce qu'elle comprend d'une part au moins une installation de production d'eau blanche ozonée et d'autre part au moins un contacteur de façon telle que le mélange de l'eau à traiter et de l'eau blanche s'effectue dans ledit contacteur, et en ce que ladite installation de production d'eau blanche ozonée comprend des moyens de dissolution sous pression d'ozone dans un liquide porteur, lesdits moyens de dissolution étant constitués par un ballon de pressurisation présentant une entrée dudit liquide porteur, une entrée d'ozone, une sortie sous pression du fluide produit et des moyens assurant la régulation de la pression à l'intérieur dudit ballon et la fuite continue des gaz non dissous dans ledk liquide porteur. On notera que dans certains modes de réalisation, l'entrée

d'ozone et l'entrée de liquide porteur dans le ballon de pressurisation pourront être confondues notamment lorsque ce ballon de pressurisation inclura un mélangeur statique. Ce ballon de pressurisation pourra être avantageusement choisi dans le groupe constitué par les colonnes éjecteur, les colonnes à éjecteur et mélangeur statique, les colonnes à bulles, les colonnes à bulles utilisant le phénomène d'air lift, les colonnes à bulles agitées mécaniquement.

Une telle installation permet de fournir un fluide ozone pouvant donner, lors de sa détente, des bulles d'ozone gazeux d'un diamètre extrêmement faible permettant une surface de contact très importante entre l'ozone et le fluide traité. L'augmentation de l'interface entre l'ozone et le fluide, par rapport aux techniques classiques d'ozonation, permet d'accroître de façon significative l'efficacité de ce composé et autorise une réduction notable du temps de contact nécessaire à sa mise en oeuvre. En pratique, une telle installation peut fournir une eau blanche ozonée dont les micro-bulles calibrées présentent une taille comprise notamment entre 20 et 200 micromètres. Préférentiellement, lesdits moyens permettant de réguler la pression dans ledit ballon comprennent par un déverseur. Un tel organe permet de maintenir une pression déterminée dans le ballon de pressurisation par l'intermédiaire d'une fuite continue des gaz non dissous dans le liquide porteur. Le maintien de cette pression permet ainsi d'optimiser la dissolution de l'ozone dans ce liquide jusqu'à la saturation de celui-ci tout en évitant l'accumulation d'ozone non dissous à l'intérieur du ballon de pressurisation.

On notera toutefois, que l'on pourra aussi utiliser, à titre de moyens de régulation de la pression, d'autres éléments qu'un déverseur comme, par exemple, un détendeur ou un vanne motorisée pilotée par mesure de pression.

Egalement préférentiellement, ledit ballon de pressurisation présente dans sa partie supérieure un diffuseur dudit liquide porteur et, dans sa partie inférieure, un diffuseur d'ozone gazeux, ledit liquide porteur et l'ozone transitant à contre-courant dans ledit ballon de pressurisation et la sortie du fluide produit étant prévue dans la partie inférieure dudit ballon de pressurisation. Le diffuseur de liquide porteur pourra notamment être constitué par un élément d'arrosage tandis que le diffuseur d'ozone gazeux pourra être constitué par un poreux ou par un organe de diffusion assurant une diffusion homogène

du gaz sur la section du ballon.

Avantageusement, ledit ballon de pressurisation comprend un matériau de garnissage favorisant le transfert de l'ozone gazeux dans ledit liquide porteur. Un tel matériau de garnissage pourra notamment se présentent sous forme d'anneaux en vrac tels que des anneaux de type Pall. De tels anneaux possèdent des ouvertures qui diminuent la résistance au débit gazeux et autorisent une perte de charge très réduite du liquide transitant dans le ballon de pressurisation. Le transfert de matière est amélioré par un meilleur accès à l'intérieur des anneaux.

Egalement avantageusement, l'installation comprend des moyens de régulation de la hauteur de liquide dans ledit ballon de pressurisation .

Selon une variante intéressante de l'invention, lesdits moyens de régulation comprennent une vanne de contrôle prévue en amont de ladite entrée de liquide porteur, un détecteur de niveau prévu dans la partie inférieure dudit ballon de pressurisation et des moyens de transmission des mesures relevées par ledit détecteur à ladite vanne de contrôle. De tels moyens de transmission pourront être constitués par un transmetteur.

Préférentiellement, l'installation comprend en outre un ozoneur et des moyens de compression ou d'aspiration de l'ozone formé par ledit ozoneur. Un tel ozoneur pourra être constitué par n'importe quel dispositif permettant la fabrication d'ozone à partir d'oxygène dans un gaz vecteur (gaz ou autre mélange). Egalement préférentiellement, lesdits moyens de compression d'ozone sont couplés à un réservoir tampon prévu en amont desdits moyens de compression, ledit réservoir tampon permettant de pallier les fluctuations de débit ainsi que les brusques variations de concentration à la sortie de l' ozoneur.

Avantageusement, l'installation comprend aussi une boucle de canardage prévue entre la sortie desdits moyens de compression et ledit réservoir tampon, ladite boucle permettant le déchargement en aval desdits moyens de compression, ainsi que la variation du débit dans une gamme souhaitée. Une telle boucle permet ainsi par exemple d'éviter le démarrage en charge du compresseur.

Préférentiellement, ledit ballon est pourvu de moyens de recirculation d'une partie du liquide porteur depuis la sortie sous pression vers l'entrée dudit ballon.

Egalement avantageusement, lesdits moyens de détente sont choisis dans le groupe constitué par les cavitateurs et les buses de pulvérisation.

Selon une variante intéressante de l'invention, lesdits moyens de compression sont choisis dans le groupe constitué par les compresseurs à membranes, les compresseurs secs et les pompes à anneaux liquides.

Egalement selon une variante de l'invention, l'installation comprend aussi des moyens de mesure de l'ozone dissous dans le fluide sous pression sortant dudit ballon de pressurisation.

L'installation comporte en outre avantageusement des moyens pour refroidir les gaz avant leur introduction dans le ballon. De façon préférentielle, ces moyens pour refroidir les gaz avant leur introduction dans le ballon sont constitués par un échangeur alimenté par un fluide caloporteur provenant d'un autre échangeur récupérant les frigories dégagées par la gazéification d'oxygène liquide.

L'invention concerne également deux modes de réalisation d'unités de traitement d'eau par ozonation comprenant au moins une installation de production d'eau blanche ozonée telle que décrite précédemment :

- un premier mode de réalisation, permettant de traiter des débits importants, dans lequel une portion (typiquement 5 à 15%) du flux principal de fluide à traiter est dérivée vers le ballon de production d'eau blanche ozonée selon l'invention, puis réintroduit dans le flux principal au sein d'un contacteur permettant de traiter le débit total ;

- un second mode de réalisation, correspondant plutôt au traitement de débits comparativement plus faibles, dans lequel le flux total de fluide est traité directement dans le ballon de production d'eau blanche ozonée.

Dans le premier mode de réalisation, permettant de traiter des débits importants, l'unité de traitement d'eau par ozonation selon l'invention comprend au moins une installation de production d'eau blanche ozonée telle que décrite précédemment, alimentant au moins un contacteur, ladite installation de production d'eau blanche ozonée et ledit contacteur étant constitués par des réacteurs distincts reliés par une canalisation. Le contacteur comprend des moyens de détente de l'eau blanche ozonée issue de la sortie sous pression de ladite installation de production d'eau blanche ozonée, lesdits moyens

de détente étant prévus en amont dudit contacteu .

Préférentiellement, ledit contacteur appartient au groupe comprenant les réacteurs de séparation (notamment et y compris avec membranes), de décolmatage (notamment de membranes de filtration), et en particulier les réacteurs de flottation et ou d'ozoflottation. Dans le cas d'un réacteur de flottation, celui-ci pourra fonctionner à la pression atmosphérique et être par exemple équipé de lamelles ou de piège à bulles. On notera toutefois que le contacteur utilisé pourra également fonctionner sous pression. La pression régnant dans cet élément devra toutefois être inférieure à la pression du fluide sortant du ballon de pressurisation afin de permettre la formation de l'eau blanche ozonée. Avantageusement, ledit contacteur est muni d'une canalisation permettant d'alimenter ledit ballon de pressurisation avec de l'eau sortant dudit réacteur faisant office de liquide porteur. Il est ainsi possible d'utiliser une partie de l'eau traitée comme liquide d'alimentation du ballon de pressurisation. Préférentiellement, des moyens de filtration (non représentés) sont prévus sur ladite canalisation. Dans le second mode de mise en oeuvre de l'invention, ladite installation de production d'eau blanche ozonée constitue également réacteur de traitement. Ce second mode de réalisation correspond avantageusement au cas du traitement d'effluents à débit comparativement faible, comme par exemple les effluents industriels . Un calcul économique pourra être effectué au cas par cas par l'homme du métier pour vérifier si le dimensionnement du ballon permettant un traitement intégral des effluents en question, selon ce second mode de mise en oeuvre, est économiquement acceptable.

Dans le premier et le second modes de mise en oeuvre de l'invention, l'unité de traitement comprend avantageusement des moyens de destruction ou de recyclage de l'ozone résiduel gazeux provenant dudit contacteur et/ou dùdit ballon de production d'eau blanche ozonée.

Il est en outre bien entendu possible, dans chacun des modes de réalisation, de réaliser les procédés d'oxydation avancée en ajoutant un additif, notamment du peroxyde d'hydrogène H2O2. un catalyseur, et/ou de réaliser le traitement sous rayonnement UV.

L'invention, ainsi que les différents avantages qu'elle présente, seront plus facilement compris grâce à la description qui va suivre d'un exemple non limitative de

mise en oeuvre de celle-ci en référence aux dessins, dans lesquels :

- la figure 1 représente une unité de production d'eau blanche ;

- la figure 2 représente une installation de traitement d'eau incluant l'unité de production d'eau blanche selon la figure 1, dans la configuration du premier mode de réalisation à deux étages mentionné ci-dessus ;

- les figures 3A à 3D représentent différents types de ballons de pressurisation pouvant être utilisés pour l'invention ;

- la figure 4 représente un autre mode de réalisation d'une installation de traitement d'eau incluant une unité de production d'eau blanche avec colonne à éjecteur et mélangeur statique.

En référence à la figure 1, une installation de production d'eau blanche selon l'invention est essentiellement constituée par un ballon de pressurisation 1 permettant de délivrer un fluide sous pression et un moyen de détente 6 de ce fluide sous pression permettant la formation d'eau blanche ozonée. La solution de réaliser le transfert dans un réacteur sous pression, à partir de gaz ozone comprimé, a été sélectionnée plutôt qu'une aspiration de gaz ozone par un émulseur de type Venturi qui ne permet pas de travailler à des ratios Gaz/Liquide suffisamment élevés et avec des pertes de charges acceptables.

Le ballon 1 forme colonne d'absorption et, afin d'obtenir à l'aide de ce contacteur gaz-liquide la dissolution maximale de l'ozone dans l'eau avec un minimum de perte, on a choisi une colonne à garnissage fonctionnant en régime dénoyé. L'eau et le gaz circulent à contre-courant, et le gaz appauvri en ozone est évacué en continu en tête du ballon de saturation.

Le ballon de pressurisation est équipé d'une entrée 2 de liquide porteur destiné à être saturé en ozone. Un tel liquide est avantageusement constitué par de l'eau. Le ballon

1 présente par ailleurs dans sa partie inférieure une entrée 3 d'ozone gazeux et une sortie 4 du fluide sous pression saturé en ozone. Afin de permettre une bonne répartition du liquide porteur à l'intérieur du ballon 1, un organe de diffusion 8 se présentant sous la forme d'un élément d'arrosage est installé au niveau de l'entrée 2. Par ailleurs, la diffusion homogène de l'ozone sur toute la section du ballon est assurée grâce à un

poreux fritte 9.

Avantageusement, on peut prévoir de refroidir les gaz avant leur introduction dans le ballon 1. En abaissant la température des gaz (sans bien entendu descendre en deçà du point de gel), permet en effet de diminuer la taille des bulles, et d'augmenter la solubilité de l'ozone, ce qui améliore le rendement de transfert.. Les moyens de refroidissement peuvent être constitués par un détendeur, ou encore par un échangeur 101 alimenté par un fluide caloporteur. De façon à rationaliser l'énergie nécessaire au fonctionnement du procédé, il peut être avantageux de refroidir le fluide caloporteur en profitant d'une source de frigories située en un autre point de l'unité de traitement. Ainsi, la chaîne de production d'ozone présente-t-elle généralement des moyens de réchauffage d'oxygène liquide issu de bouteilles 104 (avant le stockage de l'oxygène dans le ballon 37 en amont de l'ozoneur 30 - voir Fig.2), qui peuvent être couplés à un échangeur 103 servant à refroidir le fluide caloporteur précité.

De façon à favoriser et à optimiser le transfert de l'ozone gazeux dans le liquide porteur, une partie de l'intérieur du ballon est remplie par un matériau de garnissage en vrac 10 qui, dans le cadre du présent exemple de réalisation, est constitué par des anneaux de type Pall. On notera à ce sujet que d'autres types de matériau de garnissage en vrac pourront être utilisés et notamment des anneaux Raschig ou des anneaux cloisonnés. Ce matériau de garnissage est contenu dans sa partie supérieure par un plateau ajouré 15 favorisant la bonne distribution du liquide porteur sur toute la section du ballon et, dans sa partie inférieure par un support 16 également ajouré. L'intérieur du ballon de pressurisation 1 se trouve ainsi divisé essentiellement en trois zones : une zone supérieure dans laquelle se produit la distribution du liquide porteur, un zone médiane contenant le matériau de garnissage et une zone inférieure dans laquelle se produit la distribution de l'ozone gazeux et l'évacuation du fluide saturé en ozone. Le transfert de l'ozone dans le liquide porteur s'effectue donc à contre-courant.

On notera que le ballon peut aussi être adapté pour que le transfert ozone/liquide porteur s'effectue à co-courant.

Afin de maintenir une pression constante à l'intérieur du ballon de pressurisation, celui-ci est équipé d'un déverseur 5 organisant une fuite continue du gaz en excès non

dissous dans le liquide porteur. Les évents récupérés lors du fonctionnement du déverseur 5 sont détruits grâce à un destructeur thermique 35.

Le ballon de pressurisation 1 est également équipé d'une soupape de sécurité 17 et d'un manomètre 18. On notera enfin que le ballon présente également dans sa partie inférieure une purge 19 au niveau de l'entrée d'ozone et une vidange 20.

Dans le but de maintenir constant le niveau de liquide à l'intérieur du ballon 1, l'installation est pourvue de moyens de régulation 11. Ces moyens de régulation sont constitués essentiellement par une vanne de contrôle 12 prévue sur la canalisation d'entrée 2 du liquide porteur dans le ballon de pressurisation et par des moyens de mesure 13 du niveau de liquide à l'intérieur de ce ballon. Ces moyens de mesure 13 comprennent une sonde capacitive chargée d'évaluer la hauteur de liquide dans le ballon. Les mesures prises par cette sonde sont transmises, via des moyens de transmission 14, à des moyens de calcul 21. Ces moyens de calcul 21 peuvent agir sur l'ouverture nécessaire de la vanne de contrôle 13 pour atteindre l'équilibre recherché. Lors de la mise en oeuvre de l'installation, il est donc ainsi possible de réguler la pression régnant à l'intérieur du ballon de pressurisation en agissant d'une part sur les gaz non dissous et d'autre part sur la quantité de liquide porteur entrant dans le ballon. On a pu constater que le rendement de transfert s'accroît avec la pression (à rapport des débits Qgaz/Qliquide constant) , du fait de l'augmentation de la solubilité de l'ozone avec la pression.

A titre d'exemple, on peut prévoir d'établir dans le ballon 1 une pression de 2 à 10 bars. Le rapport des débits Qgaz/Qliquide peut être compris entre 50 et 200%, à titre indicatif. Les essais réalisés sur prototype ont montré qu'on atteint un palier d'ozone dissous pour un ratio compris entre 100 et 150 %. Le rendement de transfert apparaît décroître sensiblement linéairement avec l'augmentation du ratio Qgaz/Qliquide . Pour une concentration en ozone constante, on remarque que l'on obtient de meilleurs rendements en travaillant à pression moyenne (4 bars) et faible débit de gaz, plutôt qu'à pression plus forte (6 bars) et fort débit de gaz.

La figure 2 représente schématiquement une unité de traitement d'eau selon un premier mode de réalisation à deux étages. L'unité inclut principalement une installation

de production d'eau blanche telle que décrite ci-dessus en référence à la figure 1 et un réacteur de flottation 50.

Une telle unité de traitement permet de réaliser la flottation d'une eau arrivant dans le réacteur de flottation 50 grâce à l'eau blanche fournie par l'installation prévue à cet effet. Dans ce but, l'unité comprend des moyens de détente 6 installés à l'extrémité de la canalisation 7 dans la partie inférieure du flottateur 50.

La canalisation 7 n'est pas représentée sur toute sa longueur mais pourra montrer une longueur de plusieurs mètres en cas de besoin. Une telle disposition permet la formation de l'eau blanche ozonée en un point éloigné de l'installation de traitement, en l'occurrence le réacteur 50 distant.

Les moyens de détente 6 sont constitués dans le présent exemple de réalisation d'un cavitateur permettant la transformation du liquide sous pression sortant du ballon en une eau blanche ozonée. Les essais menés ont permis d'établir que la création de bulles d'un diamètre faible, typiquement inférieur à 300 micromètres, doit se faire par desorption en milieu sursaturé en gaz. Les micro-bulles peuvent ainsi présenter un diamètre compris entre 20 et 200 micromètres environ pour une pression à l'intérieur du ballon de 3 à 6 bars et une pression environ égale à la pression atmosphérique à la sortie du cavitateur.

L'alimentation en eau à traiter de ce flottateur 50 est assurée par une canalisation 54.

L'installation de production d'ozone utilisée dans le cadre de l'unité représentée à la figure 2 comprend, outre le ballon de saturation, un ozoneur 30 permettant la fabrication d'ozone à partir d'oxygène provenant d'une réserve d'oxygène 37. L'ozoneur utilisé dans le cadre du présent exemple permet l'obtention de concentrations en ozone de l'ordre de 100 à 150 g/Nm3.

L'installation comprend par ailleurs un compresseur à membrane 31 équipé d'un variateur de fréquence pour la régulation débit/pression. Un tel compresseur autorise un pression de refoulement de l'ordre de 7 bars.

Un réservoir 32 assurant le rôle de tampon en amont du compresseur permet de pallier les fluctuations de débit, ainsi qu'aux brusques variations de concentrations

pouvant se produire à la sortie de l'ozoneur 30. Ce réservoir qui présente une capacité de 20 litres est équipé d'indicateurs de pression 39 et de température 40 ainsi que d'une soupape 41 tarée à 1 bar permettant d'assurer la sécurité. Ce réservoir 32 est également équipé d'une vanne de vidange qui permettra de by-passer si nécessaire une partie du débit afin d'avoir toujours une pression comprise entre 0 et 0,1 bar relatif en amont du compresseur 31.

Le démarrage du compresseur 31 ne devant en aucun cas être effectué en charge, le circuit prévoit par ailleurs une boucle de canardage 33 permettant le déchargement en aval du compresseur. Un indicateur de pression 42 est prévu de façon à permettre le contrôle de la pression au refoulement de celui-ci.

Enfin, un ballon 36 assure la sécurité du compresseur 31 et de l'ozoneur 30. Ce ballon de sécurité 36 est pourvu d'une sonde capacitive 43 qui se déclenche en cas de présence d'eau. L'objectif de ce dispositif est de former une sûreté anti-retour, afin de proscrire absolument tout risque que de l'eau soit introduite vers l'ozoneur 30 qui fonctionne en haute tension. Le déclenchement de la sonde 43 entraîne la fermeture d'une électrovanne 44 situé entre le ballon 36 et le compresseur 31, l'arrêt du variateur de fréquence 38, et donc du compresseur et l'arrêt de l'ozoneur 30. Un tel ballon est par ailleurs équipé d'une soupape 45 permettant d'assurer sa propre sécurité.

L'installation de production d'eau blanche ozonée utilisée comprend également des moyens de mesure 34 de l'ozone dissous dans le fluide sous pression sortant du ballon de pressurisation.

Le circuit eau d'alimentation du ballon de pressurisation 1 comprend une canalisation 51 en provenance de la sortie du réacteur de flottation 50. En effet, dans le cadre du présente exemple, le liquide porteur utilisé par le ballon de pressurisation est constitué par une partie de l'eau traitée. Dans ce but, la canalisation 51 est branchée sur la canalisation de sortie 55 du flottateur 50.

Ce circuit eau comprend par ailleurs une pompe 46 et une boucle de canardage 47. La pompe permet de refouler l'eau à une pression de 8 bars. Pour assurer un bon équilibre des fluides dans le ballon, il faut en effet qu'en permanence, la pression de refoulement de l'eau soit supérieure à la pression régnant dans le ballon de pressurisation.

Dans un mode de réalisation avantageux, le ballon est pourvu de moyens de recirculation des fluides mis en contact, à savoir le liquide porteur et/ou le gaz ozone.

Ainsi, il est avantageux de récupérer les rejets gazeux, qui contiennent encore de l'ozone, et qui peuvent être soit réutilisés immédiatement en un autre point de la chaîne de traitement, soit réacheminés en amont de l'ozoneur 30, à travers successivement un destructeur de l'ozone résiduel 102 j, un condenseur (avec purge) 102 2 , et des moyens de dessiccation (par exemple sur alumine) 102 3 , qui permettent le recyclage du gaz oxygéné.

Le temps de contact du liquide porteur avec l'ozone peut pour sa part être accru en prévoyant une conduite 60 de recirculation d'une partie du débit traité dans le ballon, à l'aide d'une pompe 61 .

Lors de la mise en oeuvre de l'unité de traitement représentée, l'installation de production d'eau blanche fournit en continu un fluide sous pression constitué par une eau sursaturée en ozone. Ce fluide transite par la canalisation 7 jusqu'au cavitateur 6 installé au pied du flottateur 50. La détente du fluide opérée .grâce au cavitateur permet la libération continu de micro-bulles d'ozone de très petites tailles augmentant l'interface entre l'eau traitée et le gaz oxydant et optimisant ainsi l'action de celui-ci. L'action oxydante de l'ozone combinée au mouvement des bulles permet d'effectuer une excellente flottation de l'eau présente dans le flottateur.

Un destructeur catalytique 56 est prévu pour éliminer les résiduels d'ozone provenant du flottateur. Ces résiduels d'ozone peuvent aussi être recyclés vers l'ozoneur

30 comme mentionné précédemment.

Il convient de noter que le ballon de pressurisation utilisé pourra être constitué par une colonne à garnissage à contre-courant comme montrée en figures 1 et 2 mais aussi par d'autres types de colonnes. En référence à la figure 3, le ballon de pressurisation utilisé pourra ainsi être notamment constitué par une colonne à bulles (A), une colonne à éjecteur (B), une colonne agitée mécaniquement (C) ou encore une colonne à bulles utilisant le phénomène d'air lift (D).

Ce ballon de pressurisation pourra aussi être constitué par une colonne à éjecteur 111 incluant un mélangeur statique 112 telle que représentée à la figure 4.

Selon cette figure, l'installation selon l'invention inclut un ozoneur 30 coopérant avec des moyens d'aspiration 311 de l'ozone formé et un compresseur de gaz à jet liquide 31. le fluide porteur est pompé par une pompe 460, le mélangeur intime du gaz et de ce liquide étant effectué au niveau du mélangeur statique 112. Dans encore un autre mode de mise en oeuvre de l'invention (non représenté), ladite installation de production d'eau blanche ozonée constitue réacteur de traitement, et est pourvue à cette fin d'une entrée d'eau à traiter et d'une sortie d'eau traitée. Ce second mode de réalisation correspond par exemple au traitement des effluents industriels. Dans ce cas, il est notamment avantageux de prévoir un déverseur ou une vanne régulante, pour maîtriser le flux traité et maintenir un débit et une pression constants dans le ballon.

Les modes de réalisation de l'invention ici décrit n'ont pas pour objet de réduire la portée de celui-ci. En particulier, il pourra être envisagé d'apporter des modifications aux éléments constituant l'installation de production d'eau blanche ozonée. On notera que l'installation de production d'eau blanche ozonée selon l'invention est notamment susceptible d'alimenter une unité d'ozoflottation telle que décrite et protégée notamment par le brevet français N°8608780.

Il pourra également être envisagé d'utiliser une telle installation dans un autre cadre qu'une unité de flottation.

Avec l'installation de production d'eau blanche ozonée selon l'invention, on peut atteindre des concentrations en ozone dissous supérieures à 20 mg/1 de liquide, et notamment jusqu'à par exemple 80 g/1 (atteints en prototype).