Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
VEHICLE SEAT PROVIDED WITH AN ARM REST DIMENSIONED FOR SIDE IMPACT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/197073
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a vehicle seat comprising a seat part, a back rest and at least one arm rest (1) which is movably mounted on the seat. According to the invention, the arm rest (1) comprises a rear part (15) in which two inflatable cushions (16) are arranged in parallel in order to ensure the safety of a passenger sitting on the seat in the event of a side impact of the vehicle, a first inner cushion (16, 18) being oriented towards the centre of the seat and a second outer cushion (16, 19) being oriented towards the outside of the seat where a door is located through which the seat can be accessed directly.

Inventors:
HEWAK, Gregor (6 RUE DU VOYAGE, VAUREAL, 95490, FR)
HISCHKE, Udo (8 Route de cure, GRANDCHAMP, 78113, FR)
Application Number:
EP2019/054607
Publication Date:
October 17, 2019
Filing Date:
February 25, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
RENAULT S.A.S (13-15 quai Le Gallo, BOULOGNE-BILLANCOURT, 92100, FR)
International Classes:
B60R21/207; B60N2/75; B60R21/231; B60R21/233
Domestic Patent References:
WO1997006986A11997-02-27
Foreign References:
DE102014016351A12015-05-21
DE10253472A12004-06-17
US6341821B12002-01-29
Other References:
None
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Siège de véhicule comprenant une assise, un dossier et au moins un accoudoir (1) monté mobile sur ledit siège, caractérisé en ce que ledit accoudoir (1) comprend une partie arrière (15) dans laquelle sont logés deux coussins gonflables (16) disposés en parallèle et aptes à assurer la sécurité d'un occupant qui serait assis sur ledit siège dans le cas d'un choc latéral du véhicule, et en ce qu'un premier coussin (16, 18) interne est orienté vers le centre du siège et un deuxième coussin externe (16, 19) est orienté vers l'extérieur du siège où serait placée une porte permettant d'accéder directement audit siège.

2. Siège de véhicule selon la revendication 1, caractérisé en ce que l'accoudoir (1) est monté sur l'assise au moyen d'un vérin (3) permettant de régler la hauteur de l'accoudoir (1) sur ladite assise, et en ce que le vérin (3) est monté sur un chariot (4) mobile en translation suivant un axe longitudinal X du véhicule.

3. Siège de véhicule selon la revendication 2, caractérisé en ce que le chariot (4) est monté mobile en translation le long d'au moins un rail (9, 10) d'un support (5) fixe de l'accoudoir (1).

4. Siège de véhicule selon la revendication 3, caractérisé en ce que le déplacement en translation du chariot (4) est assuré par un organe de commande et un moteur (11, 12) logé dans le support (5).

5. Siège de véhicule selon l'une quelconque des revendication 1 à 4, caractérisé en ce que chaque coussin gonflable (16) est apte à passer d'une position repliée pour laquelle il est rentré dans l'accoudoir (1) à une position déployée pour laquelle il est gonflé et saille latéralement de l'accoudoir (1).

6. Siège de véhicule selon l'une quelconque des revendication 1 à 5, caractérisé en ce que l'accoudoir présente une partie avant (14) dans laquelle est logé un renfort latéral (45), apte à protéger au niveau de ses cuisses un occupant qui serait assis sur ledit siège, dans le cas d'un choc latéral du véhicule.

7. Véhicule comprenant au moins une porte et au moins un siège conforme à l'une quelconque des revendications 1 à 6, ledit au moins un siège étant placé à proximité de ladite au moins une porte.

8. Accoudoir (1) pour la réalisation d'un siège conforme à l'une quelconque des revendications 1 à 6, caractérisé en ce qu'il comprend deux coussins gonflables (16) placés côte à côte.

Description:
SIEGE DE VEHICULE EQUIPE D'UN ACCOUDOIR DIMENSIONNE POUR

LE CHOC LATERAL

L'invention se rapporte à un siège de véhicule équipé d'un accoudoir dimensionné pour le choc latéral.

Dans la configuration de la conduite autonome AD (de l'anglais Autonomous Driving ), les postures du conducteur doivent évoluer, notamment les postures hors conduite. Il s'agit généralement de postures pour travailler, ou pour se relaxer ou pour discuter avec des occupants du 1er rang et/ou du 2ème rang, lesdites postures impliquant un recul important suivant un axe longitudinal X du véhicule, du siège du conducteur et donc du point central Hx du bassin dudit conducteur. En effet, les mouvements du siège pour assurer ces postures sont démultipliés. Ils subissent une grande translation vers l'arrière selon X, et de plus grands mouvements de basculement. Il arrive alors que le conducteur, lorsqu'il occupe l'une de ces postures, se retrouve très éloigné de la porte avant, en étant très reculé par rapport à celle-ci.

Or, la porte supporte généralement des moyens de protection, tels que par exemple un renfort latéral encore appelé padding, destiné à protéger le conducteur lors d'un choc latéral du véhicule contre un obstacle extérieur. Si, le conducteur est trop décalé par rapport à la porte avant, le renfort latéral de celle-ci devient inefficace, et le conducteur risque de subir des dommages corporels importants en cas de choc latéral du véhicule.

Un siège selon l'invention, est conçu de manière à pouvoir être déplacé en translation arrière et en basculement avec une grande amplitude, tout en assurant la sécurité de l'occupant qui serait assis sur ledit siège lors d'un choc latéral du véhicule.

Les notions de « horizontal », « vertical », transversal », « longitudinal », « avant » et « arrière » doivent être considérées par rapport à un référentiel lié à un véhicule dans lequel serait monté le siège.

De même les notions de « porte » et de « portière » sont équivalentes.

Pour la suite de la description, le renfort latéral est équivalent à un padding. L'invention a pour objet un siège de véhicule comprenant une assise, un dossier et au moins un accoudoir monté mobile sur ledit siège.

Selon l'invention, ledit accoudoir comprend une partie arrière dans laquelle sont logés deux coussins gonflables disposés en parallèle et aptes à assurer la sécurité d'un occupant, qui serait assis sur ledit siège dans le cas d'un choc latéral du véhicule, un premier coussin interne étant orienté vers le centre du siège et un deuxième coussin externe étant orienté vers l'extérieur du siège où serait placé une porte permettant d'accéder directement audit siège. De cette manière, puisque l'accoudoir suit le mouvement du siège dans le véhicule et qu'il contient les coussins gonflables, l'occupant du véhicule qui serait assis sur le siège, sera toujours protégé d'un choc latéral, quelle que soit la position du siège dans le véhicule. Pour une telle configuration, si le siège était monté dans le véhicule, le coussin externe serait inséré entre le coussin interne et la portière permettant d'accéder directement au siège, et le coussin interne serait inséré entre ledit coussin externe et l'occupant qui serait assis sur ledit siège. Ainsi, lorsque les coussins vont se gonfler lors d'un choc latéral du véhicule, ils vont constituer une surépaisseur placée entre la porte et l'occupant, destinée à amortir l'impact de ladite porte sur ledit occupant. Les coussins se déploient notamment selon une direction transversale du véhicule afin de créer cette surépaisseur. Par conséquent, l'accoudoir mobile, outre le fait qu'il apporte plus de confort à l'occupant, sert donc également d'élément support à des équipements de sécurité tels que par exemple des coussins gonflables.

Préférentiellement, l'accoudoir est apte à être déplacé le long d'un axe vertical et le long d'un axe horizontal parallèle à un axe longitudinal du véhicule. De façon avantageuse, l'accoudoir s'étend selon une direction parallèle à l'assise, et conserve cette orientation lors de ses différents déplacements sur le siège. L'accoudoir peut indifféremment être monté sur l'assise ou sur le dossier du siège.

Avantageusement, l'accoudoir est monté sur l'assise au moyen d'un vérin permettant de régler la hauteur de l'accoudoir sur ladite assise, ledit vérin étant monté sur un chariot mobile en translation suivant un axe longitudinal X du véhicule. De cette manière, l'accoudoir peut être plus ou moins surélevé sur le siège au moyen d'une translation verticale, et peut être dans une position plus ou moins reculée sur ledit siège au moyen d'une translation sensiblement horizontale suivant un axe longitudinal du véhicule. Préférentiellement, le mouvement selon la direction verticale et le mouvement selon la direction horizontale sont découplés et indépendants. De façon avantageuse, ces deux mouvements sont automatisés, et sont chacun pilotés par un organe de commande et par un moteur.

De façon préférentielle, le chariot est monté mobile en translation le long d'au moins un rail d'un support fixe de l'accoudoir. Ainsi, le chariot peut coulisser le long dudit au moins un rail.

Préférentiellement, le déplacement en translation du chariot est assuré par un organe de commande et un moteur logé dans le support. De cette manière, en étant logé dans le support, le moteur est peu encombrant et peut donc facilement s'intégrer dans un siège selon l'invention.

De façon préférentielle, chaque coussin gonflable est apte à passer d'une position repliée pour laquelle il est rentré dans l'accoudoir à une position déployée pour laquelle il est gonflé et saille latéralement de l'accoudoir. Par conséquent, le coussin replié ne vient pas interférer avec l'accoudoir et ne l'empêche donc pas de soutenir un bras de l'occupant qui serait assis sur ledit siège.

Préférentiellement, l'accoudoir présente une partie avant dans laquelle est logé un renfort latéral, apte à protéger au niveau de ses cuisses un occupant qui serait assis sur ledit siège, dans le cas d'un choc latéral du véhicule. Ce renfort latéral creux est habituellement solidarisé à la porte du véhicule permettant d'accéder directement au siège. En étant solidarisé à l'accoudoir, ce renfort suit les mouvements du siège, et pourra donc toujours protéger l'occupant qui serait assis sur ledit siège, quelle que soit la position et l'orientation de ce siège dans le véhicule. La protection assurée par ce renfort latéral creux est avantageusement réalisée au niveau des cuisses de cet occupant. Préférentiellement, lorsque le siège est doté d'un vérin destiné à faire monter ou descendre l'accoudoir, le renfort latéral creux est monté dans ledit accoudoir de manière à venir s'insérer entre l'occupant qui serait assis sur le siège et ledit vérin.

L'invention a pour autre objet un véhicule comprenant au moins une porte et au moins un siège conforme à l'invention, ledit au moins un siège étant placé à proximité de ladite au moins une porte. Autrement dit, la porte placée à proximité du siège permet un accès direct audit siège depuis l'extérieur dudit véhicule.

L'invention a pour autre objet un accoudoir pour la réalisation d'un siège conforme à l'invention.

La principale caractéristique d'un accoudoir selon l'invention est qu'il comprend deux coussins gonflables placés côte à côte. Autrement dit, les deux coussins sont disposés en parallèle au sein de l'accoudoir, et non pas l'un à la suite de l'autre le long d'un axe longitudinal de l'accoudoir.

Un siège selon l'invention présente l'avantage de garantir à une personne qui serait assise sur ledit siège, un bon niveau de sécurité vis-à-vis d'un choc latéral du véhicule, quelle que soit la position du siège dans le véhicule, avancée ou reculée, pivotée ou non. Il a de plus l'avantage de proposer un double niveau de sécurité grâce à un accoudoir mobile, enfermant au moins un coussin gonflable et un renfort latéral creux.

On donne ci-après une description détaillée d'un mode de réalisation préféré d'un siège selon l'invention, en se référant aux figures suivantes :

- La figure 1 est une vue de côté d'un siège selon l'état de la technique et d'un renfort latéral solidarisé à une portière (non représentée), - Les figures 2A et 2B sont de vues de côté et à 90° l'une de l'autre du renfort latéral de la figure 1,

- Les figures 3A, 3B et 3C sont trois vues en perspective sous un même angle, d'un accoudoir d'un siège selon l'invention, respectivement dans une position basse, dans une position haute avancée et dans une position haute reculée,

- La figure 4 est une vue en perspective éclatée d'un accoudoir d'un siège selon l'invention,

- La figure 5 est une vue de côté d'un occupant assis sur un siège selon l'invention, montrant la position d'un renfort latéral creux logé dans l'accoudoir,

- La figure 6 est une de côté d'un accoudoir d'un siège selon l'invention,

- La figure 7 est une vue en coupe d'un accoudoir d'un siège selon l'invention, selon le plan A-A de l'accoudoir de la figure 6,

- La figure 8 est une vue en coupe d'un accoudoir d'un siège selon l'invention, selon le plan B-B de l'accoudoir de la figure 6,

- La figure 9 est une vue en coupe d'un accoudoir d'un siège selon l'invention, selon le plan C-C de l'accoudoir de la figure 6,

Bien qu'un siège selon l'invention soit apte à occuper n'importe quel emplacement dans un véhicule (siège conducteur, siège passager, siège arrière, siège latéral, siège central...), la description détaillée est focalisée sur un siège conducteur. De plus les notions de « longitudinal », « latéral », « vertical », « horizontal », « avant » et « arrière » sont à considérer par rapport à un véhicule dans lequel serait monté le siège conducteur. Il est supposé que le véhicule dans lequel est monté le siège conducteur est un véhicule autonome, pour lequel les phases de roulage sont assurées automatiquement, sans aucune intervention du conducteur. De ce fait, pendant lesdites phases, le conducteur peut s'adonner à des activités décorrélées de la conduite, telles que par exemple des jeux, du travail, de l'exercice physique ou des discussions avec des occupants placés à côté ou derrière ledit conducteur.

Un siège selon l'invention comprend conventionnellement une assise et un dossier, ladite assise étant montée sur des rails de guidage parallèles, et orientés selon une direction longitudinale du véhicule, de sorte que ledit siège puisse être avancé ou reculé le long desdits rails. Généralement, le dossier est inclinable, et sa position est réglée en fonction de la morphologie du conducteur. Un siège conducteur selon l'invention présente la particularité de posséder un accoudoir 1 monté mobile sur l'assise, ledit accoudoir 1 étant situé du côté de la portière avant, permettant d'accéder directement audit siège conducteur. Cet accoudoir 1 est donc situé entre le conducteur et la portière avant.

En se référant aux figures 3A, 3B, 3C et 6 l'accoudoir 1 est allongé et de forme parallélépipédique. Il est délimité par une garniture 2 extérieure assimilable à un boîtier creux de forme parallélépipédique.

En se référant aux figures 3B et 3C, cet accoudoir 1 est monté sur un vérin 3 apte à translater ledit accoudoir 1 selon une direction sensiblement verticale. De cette manière, en se référant à la figure 3A, l'accoudoir 1 peut occuper une position basse, et en se référant aux figures 3B et 3C il peut occuper une position haute, le vérin 3 permettant également audit accoudoir 1 d'occuper une multiplicité de positions intermédiaires entre ladite position basse et ladite position haute.

En se référant aux figures 3B, 3C et 4, le vérin 3 est solidarisé à un chariot 4 monté mobile en translation sur une pièce support 5 du siège, ledit chariot 4 étant assimilable à une pièce rectangulaire de faible épaisseur. Cette pièce support 5 présente une première partie d'extrémité 6 pleine et une deuxième partie d'extrémité 7 pleine, lesdites deux parties 6, 7 étant reliés par une barre 8 de faible épaisseur. Lesdites deux parties 6, 7 et ladite barre 8 ménagent donc un espace libre, partiellement occupés par deux rails 9, 10 parallèles à ladite barre 8. La pièce support 5 est fixée à l'assise du siège, de sorte que les rails 9, 10 s'étendent suivant un axe longitudinal X du véhicule dans lequel serait monté le siège selon l'invention. Un moteur 11 de forme cylindrique et prolongé par une tige 12 est inséré dans un évidement de la première partie d'extrémité 6 de la pièce support 5, de sorte que la tige 12 s'étende parallèlement aux rails 9, 10 en étant située entre ceux-ci. Le chariot 4 est monté sur les deux rails 9, 10 et sur la tige 12 du moteur 11, de manière à ce que le déclenchement dudit moteur 11 au moyen de l'actionnement d'un organe de commande accessible par le conducteur, entraîne le déplacement du chariot 4 le long des rails 9, 10 entre les deux parties d'extrémité 6, 7 de la pièce support 5. Le chariot 4 et donc le vérin 3 sur lequel est fixé l'accoudoir 1, peuvent être avancés ou reculés le long desdits rails 9, 10 pour obtenir une position idoine de l'accoudoir 1 sur le siège.

Pour résumer, l'accoudoir 1 peut être monté ou descendu sur le siège au moyen du vérin 3, et peut être avancé ou reculé sur ledit siège au moyen du chariot 4 dont le déplacement en translation le long desdits rails 9, 10 est piloté par le moteur 11.

En se référant aux figures 4, 8 et 9, l'accoudoir 1 présente une structure interne 13 permettant de distinguer une partie avant 14 et une partie arrière 15, la partie avant 14 étant destinée à loger le vérin 3 et la partie arrière 15 étant destinée à loger deux coussins gonflables 16. Plus précisément, la partie arrière 15 de la structure interne 13 comprend une cloison 17 centrale s'étendant le long d'un axe longitudinal de l'accoudoir 1, ladite cloison 17 permettant de séparer un compartiment interne 18 et un compartiment externe 19 destinés chacun à loger un coussin gonflable 16. De cette manière, le coussin 16 externe sera plus proche de la portière avant permettant d'accéder directement au siège conducteur, que ne l'est le coussin interne 16. Autrement dit, le coussin externe 16 est inséré entre le coussin interne 16 et la portière, et le coussin interne est inséré entre ledit coussin externe 16 et le conducteur assis sur ledit siège. De cette manière, dans le cas d'un choc latéral du véhicule, les deux coussins 16, qui étaient initialement repliés dans l'accoudoir 1 sans dépasser de celui-ci, vont se déployer de part et d'autre dudit accoudoir 1 en saillant latéralement de celui-ci, afin de constituer une surépaisseur latérale destinée à amortir ledit choc latéral, et donc à préserver l'intégrité physique du conducteur.

En se référant à la figure 1, un véhicule selon l'état de la technique dispose d'une portière côté conducteur, dotée d'un renfort latéral 25 destiné à effectuer une poussée sur le conducteur au niveau de son bassin, dans le cas d'un choc latéral du véhicule. Il est donc indispensable que le renfort 25 soit placé de façon précise au sein de la portière de sorte qu'il soit aligné transversalement et horizontalement sur le bassin du conducteur.

En se référant aux figures 2A et 2B, ce renfort latéral 25 est un corps creux présentant une paroi externe 26 délimitant des cavités internes 27. Ce corps creux 25 doit présenter une certaine raideur pour éviter qu'il ne s'écrase rapidement lors d'un choc latéral du véhicule, avant qu'il n'ait pu exercer une poussée sur le bassin du conducteur. Ce renfort latéral 25 sert d'entretoise relais, destinée à transmettre une partie de l'énergie produite lors d'un choc latéral du véhicule, vers le bassin du conducteur.

Or, si le renfort latéral 25 était maintenu dans la portière 2 en présence d'un siège 10 selon l'invention, l'accoudoir 11 viendrait s'interposer entre ledit renfort latéral 25 et le bassin du conducteur, ce qui nuirait fortement à l'efficacité dudit renfort 25 vis-à-vis du conducteur lors d'un choc latéral du véhicule.

En se référant, aux figures 4, 7 et 9, le renfort latéral 45, qui est habituellement inséré dans la portière avant, est placé au niveau de la partie avant 14 de la structure interne 13 de l'accoudoir 1, et plus précisément autour du vérin 3.

En se référant à la figure 5, ce renfort latéral 45 se retrouve ainsi inséré entre le vérin 3 et la cuisse du conducteur placée du côté de l'accoudoir 1. De cette manière, dans le cas d'un choc latéral du véhicule, le conducteur est protégé du vérin 3 par le renfort latéral creux 45, ledit vérin 3 constituant en effet un point dur, susceptible d'engendrer et/ou d'accroître les blessures du conducteur. Ce renfort latéral 45 comprend une première paroi 20 légèrement incurvée et dont la forme épouse le contour du vérin 3, et une deuxième paroi 21 s'étendant le long de l'accoudoir 1 et dont le plan est sensiblement perpendiculaire au plan de ladite première paroi 20. La première paroi 20 joue le rôle du renfort latéral à proprement parler, tandis que la deuxième paroi 21 permet de stabiliser ladite première paroi 20 au sein de l'accoudoir 1. Afin d'assouplir l'accoudoir 1 pour adoucir le contact du bras du conducteur sur ledit accoudoir 1, de la mousse 22 est insérée dans celui-ci.

Un siège selon l'invention est doté d'un accoudoir 1 mobile en translation le long d'un axe sensiblement vertical, et mobile en translation le long d'un axe longitudinal X du véhicule. De plus, cet accoudoir 1 dispose d'un premier moyen de sécurité constitué par les deux coussins gonflables 16, permettant de protéger le conducteur qui serait assis sur le siège, et d'un deuxième moyen de sécurité constitué par le renfort latéral creux 45 situé au niveau de la cuisse dudit conducteur. Les deux coussins 16 permettent également de remplir l'accoudoir 1, afin qu'il ne présente aucune zone creuse.