Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
VEHICLE SUSPENSION DEVICE COMPRISING AN ELASTIC JOINT WITH ADJUSTMENT MEANS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2003/086844
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an elastic elastomer joint which serves as a spring for a vehicle suspension device. The joint (1) defines an axis of rotation (Y) and comprises an inner fitting (2) and an outer fitting (4), connected by means of an elastic elastomer material. Said joint (1) is embodied for fixing by means of the outer fitting (4) to a longitudinal oscillating arm (40), connected to the axle of a vehicle wheel and, by means of the inner fitting (2), to the chassis of the vehicle and to oppose a torsional return force on subjection to a torsional load about the axis (Y). The outer fitting (4) comprises means for angular adjustment (41) of the joint about the rotation axis (Y) relative to the longitudinal oscillating arm.

Inventors:
Minguet, Denis (26Boulevard François 1er, Vitry-le-François, Vitry-le-François, F-51300, FR)
Deletombe, Philippe (2-4 rue de Choiseul, Châlons-en-Champagne, F-51000, FR)
Application Number:
PCT/FR2003/001122
Publication Date:
October 23, 2003
Filing Date:
April 09, 2003
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALLOUREC COMPOSANTS AUTOMOBILES VITRY (Z.I. Vitry-Marolles, Lieudit "Le Cerisier", Vitry-le-François, F-51300, FR)
Minguet, Denis (26Boulevard François 1er, Vitry-le-François, Vitry-le-François, F-51300, FR)
Deletombe, Philippe (2-4 rue de Choiseul, Châlons-en-Champagne, F-51000, FR)
International Classes:
B60G7/02; B60G9/04; B60G11/23; B60G11/24; B60G17/02; B62D33/067; F16F1/38; F16F1/50; F16F15/08; (IPC1-7): B62D65/00; B60G11/23; B60G11/24; B60G7/02; F16F1/38; F16F1/50
Foreign References:
US4537420A1985-08-27
US5641175A1997-06-24
FR2812242A12002-02-01
DE923114C1955-02-03
GB554695A1943-07-15
EP0903251A11999-03-24
US2270572A1942-01-20
US3615081A1971-10-26
GB2027161A1980-02-13
Attorney, Agent or Firm:
Placais, Jean-yves (Cabinet Netter, 36 avenue Hoche, Paris, F-75008, FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications
1. Articulation élastique élastomère adaptée pour servir de pièce ressort d'un dispositif de suspension de véhicule, ladite articulation (1) définissant un axe de rotation Y et comprenant une armature interne (2) et une armature externe (4) reliées par un matériau élastique élastomère, ladite articulation (1) étant adaptée pour tre fixée d'une part, par l'intermédiaire de l'armature externe (4), à un bras longitudinal oscillant (40) relié à l'axe d'une roue de véhicule et d'autre part, par l'intermédiaire de l'armature interne (2), à la caisse du véhicule et pour opposer une force de rappel en torsion lors de la soumission à une contrainte de torsion selon l'axe Y, caractérisé en ce que l'armature externe (4) comprend des moyens de réglage angulaire (41) de l'articulation selon l'axe de rotation Y par rapport au bras longitudinal oscillant.
2. Articulation élastique élastomère selon la revendication 1, caractérisée en ce que les moyens de réglage angulaire (41) s'étendent radialement à partir de la périphérie de l'armature externe (4).
3. Articulation élastique élastomère selon l'une des revendications 1 et 2, caractérisée en ce que les moyens de réglage angulaire (41) comprennent au moins un trou oblong (46) en forme d'arc de cercle centré sur l'axe Y propre à tre mis en vis à vis avec un trou du bras longitudinal oscillant pour fixer l'articulation au bras longitudinal oscillant.
4. Articulation élastique élastomère selon l'une des revendications 1 à 3, caractérisée en ce que les moyens de réglage angulaire comprennent au moins un trou oblong à crans (48) en forme d'arc de cercle centré sur l'axe Y.
5. Articulation élastique élastomère selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que les moyens de réglage angulaire (41) comprennent au moins deux oreillettes (44) s'étendant radialement sur la périphérie de l'armature externe (4), et comprenant chacune un trou oblong (46,48).
6. Articulation élastique élastomère selon l'une des revendications 1 et 2, caractérisée en ce que les moyens de réglage angulaire (41) comprennent au moins deux trous (51, 53), l'un des trous correspondant à un trou du bras longitu dinal oscillant pour une position angulaire donnée du bras longitudinal oscillant par rapport à l'axe de rotation Y, l'autre trou correspondant à un autre trou du bras longitudi nal oscillant pour une autre position angulaire donnée du bras longitudinal oscillant par rapport à l'axe de rotation Y.
7. Articulation élastique élastomère selon la revendication 6, caractérisée en ce que les moyens de réglage angulaire (41) comprennent au moins deux oreillettes (44) s'étendant radialement à partir de la périphérie de l'armature externe (4), et comprenant chacune au moins les deux trous (51,53).
Description:
Dispositif de suspension de véhicule comprenant une articula- tion élastique avec moyens de réglage L'invention concerne des essieux pour véhicule automobile comprenant des dispositifs de suspension comportant une articulation élastique élastomère.

Les articulations élastiques élastomère peuvent permettre d'assurer la fonction de"ressort"entre la caisse du véhicule et la roue. Il est notamment connu par le document EP 0 956 954 que ces articulations élastiques élastomère peuvent contribuer substantiellement sinon totalement à la reprise de la charge de la caisse du véhicule en assurant une fonction de ressort de suspension sollicité en torsion. Le document EP 1 090 783 propose de résoudre des problèmes liés à de telles articulations élastiques notamment de limiter les dérives de hauteur de caisse dues à la sollicitation en torsion de l'articulation élastique élastomère. Pour cela, EP 1 090 783 propose un procédé de stabilisation des caracté- ristiques mécaniques de fonctionnement d'une articulation élastique élastomère en soumettant cette articulation à une déformation maximale correspondant à une déformation limite de compression maximale lorsque l'articulation est mise en place sur le véhicule. Ainsi, ces articulations élastiques élastomère ont besoin, pour assurer une bonne tenue de leurs caractéristiques dans le temps, de subir une opération de parachèvement avant montage sur le véhicule.

Jusqu'ici, après le montage de l'essieu d'un côté sur la caisse du véhicule et de l'autre sur la roue, il apparaît souvent une variation inacceptable de hauteur effective de caisse de véhicule par rapport à une hauteur nominale due à la variation d'une part de la masse du véhicule et d'autre part des caractéristiques, notamment de raideur, du matériau élastomère en fonction des lots d'où provient ce matériau.

L'invention vient améliorer la situation.

L'invention concerne une articulation élastique élastomère adaptée pour servir de pièce ressort d'un dispositif de suspension de véhicule, ladite articulation définissant un axe de rotation Y et comprenant une armature interne et une armature externe reliées par un matériau élastique élasto- mère. Ladite articulation est adaptée pour tre fixée d'une part, par l'intermédiaire de l'armature externe, à un bras longitudinal oscillant relié à l'axe d'une roue de véhicule et d'autre part, par l'intermédiaire de l'armature interne, à la caisse du véhicule et pour opposer une force de rappel en torsion lors de la soumission à une contrainte de torsion selon l'axe Y.

Selon une caractéristique principale de l'invention, l'armature externe comprend des moyens de réglage angulaire de l'articulation selon l'axe de rotation Y par rapport au bras longitudinal oscillant.

Avantageusement, les moyens de réglage angulaire s'étendent radialement à partir de la périphérie de l'armature externe.

Dans une réalisation avantageuse de l'invention, les moyens de réglage angulaire comprennent au moins un trou oblong en forme d'arc de cercle centré sur l'axe Y propre à tre mis en vis à vis avec un trou du bras longitudinal oscillant pour fixer l'articulation au bras longitudinal oscillant.

Dans une autre réalisation avantageuse de l'invention, les moyens de réglage angulaire comprennent au moins un trou oblong à crans en forme d'arc de cercle centré sur l'axe Y.

Préférentiellement, les moyens de réglage angulaire compren- nent au moins deux oreillettes s'étendant radialement sur la périphérie de l'armature externe, et comprenant chacune un trou oblong.

Dans une variante de l'invention, les moyens de réglage angulaire comprennent au moins deux trous, l'un des trous correspondant à un trou du bras longitudinal oscillant pour

une position angulaire donnée du bras longitudinal oscillant par rapport à l'axe de rotation Y, l'autre trou correspondant à un autre trou du bras longitudinal oscillant pour une autre position angulaire donnée du bras longitudinal oscillant par rapport à l'axe de rotation Y.

Préférentiellement, les moyens de réglage angulaire compren- nent au moins deux oreillettes s'étendant radialement à partir de la périphérie de l'armature externe, et comprenant chacune au moins les deux trous.

Les figures ci-après illustrent de manière non limitative des modes de réalisation de l'invention : - la figure l. représente une articulation élastique élasto- mère selon un premier mode de réalisation de l'invention - la figure 2 représente une articulation élastique élasto- mère sous contrainte de torsion de stabilisation et bridée avec un dispositif de bridage selon la figure 1 ; - la figure 3 représente une vue en coupe de l'articulation élastique élastomère bridée de la figure 2 ; - la figure 4 représente une articulation élastique élasto- mère sous contrainte de torsion de stabilisation et bridée avec un dispositif de bridage selon un second mode de réalisation selon l'invention ; - la figure 5 représente l'articulation élastique élastomère selon la figure 4 en vue de côté ; - la figure 6 représente une articulation élastique élasto- mère sous contrainte de torsion de stabilisation et bridée avec un dispositif de bridage selon un troisième mode de réalisation de l'invention ; - la figure 7 représente l'articulation élastique élastomère selon la figure 6 en vue de côté ;

- la figure 8 représente une articulation élastique élasto- mère sous contrainte de torsion de stabilisation et bridée avec un dispositif de bridage selon un quatrième mode de réalisation de l'invention ; - la figure 9 représente l'articulation élastique élastomère selon la figure 8 en vue de côté ; - la figure 10 représente une articulation élastique élasto- mère comprenant un dispositif de réglage selon un premier mode de réalisation selon l'invention ; - la figure 11 représente une articulation élastique élasto- mère comprenant un dispositif de réglage selon un deuxième mode de réalisation selon l'invention ; - la figure 12 représente une articulation élastique élasto- mère comprenant un dispositif de réglage selon un troisième mode de réalisation selon l'invention ; - la figure 13 représente une vue de dessous d'une articula- tion élastique élastomère comprenant un dispositif de réglage selon l'une des figures 10 à 12 ; - la figure 14 représente un essieu comprenant une articula- tion élastique élastomère.

Les dessins contiennent, pour l'essentiel, des éléments de caractère certain. Ils pourront donc non seulement servir à mieux faire comprendre la description, mais aussi contribuer à la définition de l'invention, le cas échéant.

Sur la figure 1, l'articulation élastique élastomère 1 est libre de toute contrainte de torsion. Elle est constituée d'une armature interne 2 tubulaire à section circulaire entourée d'un manchon 6 élastique, par exemple de type caoutchouc, lui-mme entouré d'une armature externe 4 tubulaire à section circulaire. L'armature externe 4 comprend

une butée 8 saillant vers l'extérieur, par exemple en forme de crochet.

Lors de la mise sous contrainte de torsion CT dite de stabili- sation du matériau élastomère, l'armature interne et l'armature externe ont un mouvement relatif de rotation selon l'axe Y (suivant le sens de rotation indiqué par la flèche A et le sens inverse). Avant relâchement de la mise sous torsion, sur l'armature interne 2 est fixé un élément de bridage s'étendant de l'armature interne 2 à l'armature externe 4 et comprenant une partie propre à venir en contact avec la butée 8 de l'armature externe 4.

La figure 3 représente plus particulièrement la forme de l'élément de bridage. Cet élément de bridage est constitué d'une tige 10 pliée en forme générale de U comprenant deux montants 12 reliés entre-eux par une traverse 14. Avant relâchement de la mise sous torsion, un montant 12 est fixé à chaque extrémité de l'armature interne débordant axialement du manchon 6 et de l'armature externe 4. Les montants 12 sont fixées à l'armature interne dans des trous 16 par exemple.

Dans l'exemple non limitatif de la figure 3, ces montants 12 sont fixés en regard l'un de l'autre et s'étendent radiale- ment jusqu'à dépasser légèrement l'armature externe de manière à ce que la traverse 14 puisse glisser sur la périphérie de l'armature externe 4. Après relâchement de la mise sous torsion, le couple de torsion de rappel CR du matériau élastomère vient placer la traverse 14 et la butée 8 en appui mutuel comme représenté suivant la figure 2.

L'élément de bridage n'est pas limité à une tige pliée selon un profil en U. Ainsi, l'élément de bridage pourrait tre réalisé selon une toute autre forme permettant l'appui en butée au niveau de l'armature externe.

Les figures 4 et 5 présentent un second mode de réalisation selon l'invention d'un dispositif de bridage.

L'articulation élastique élastomère 1 comporte une chape de fixation 22 de l'essieu à la caisse du véhicule et un dispositif de bridage constitué d'un élément de bridage.

La chape de fixation 22 est constituée, comme indiqué sur la figure 5, d'une seule pièce formée d'une plaque pliée en forme générale de U. Cette plaque pliée est constituée de deux parties formant montant 30, venant en contact respecti- vement avec les deux extrémités axiales de l'armature interne 2. Ces deux parties 30 sont reliées à l'armature interne par un système de fixation, par exemple un système de vis et d'écrou 26 et de rondelles 28. Les deux parties formant montant 30 s'étendent radialement jusqu'à dépasser l'armature externe et sont reliées entre elles par une partie formant traverse 21 parallèle à l'axe de rotation Y de l'articula- tion. La partie formant traverse 21 est recourbée en direc- tion de l'armature externe sur un bord parallèle à l'axe de rotation Y de manière à former une concavité 24. Cette concavité 24 est destinée à recevoir un côté d'un élément de bridage, par exemple un côté d'une plaque de bridage rectan- gulaire 20. Le côté opposé de cette plaque de bridage est placé de manière à venir en appui contre la butée 8 de l'armature externe 4 une fois le matériau élastomère mis sous contrainte de tension. L'élément de bridage est soumis à des forces de compression opposées exercées d'une part par la butée 8 et d'autre part par la traverse 21. Ces forces de compression résultent du couple de rappel auquel le matériau élastomère est soumis. Dans un exemple de réalisation de l'invention, la longueur de l'élément de bridage est choisie pour appliquer un couple de tension (ou de rappel) désiré au manchon élastomère.

Les figures 6 et 7 présentent un troisième mode de réalisa- tion selon l'invention.

Dans cette réalisation, le dispositif de bridage est consti- tué de la chape de fixation 22 et d'un élément de bridage.

La chape de fixation 22 est de mme forme générale que la chape de fixation des figures 4 et 5. La chape de fixation 22 des figures 6 et 7 comprend en plus, au niveau de la partie formant traverse 21, un élément formant accroche 32 parallèle à l'axe de rotation Y. Cet élément 32 est réalisé, dans l'exemple de réalisation des figures 6 et 7, par une découpe dans la partie formant traverse 21 puis par un pliage en direction de l'armature externe. D'autre part, l'armature externe 4 comprend une butée 8 selon les modes de réalisa- tions précédents et une came 9 légèrement décalées circonfé- rentiellement.

L'élément de bridage 34 est constitué, comme le montrent les figures 6 et 7, d'une plaque rectangulaire recourbée d'un côté et de l'autre en forme générale de S. Cette plaque est destinée à s'accrocher d'un côté à la butée 8 de l'armature externe 4 et de l'autre côté à l'élément formant accroche 32.

Comme précédemment, cet élément de bridage est mis en place une fois l'articulation élastique élastomère contraint en torsion et sa longueur dépend de la valeur de la contrainte de torsion (ou de rappel) choisie comme précédemment décrit.

Le couple de rappel exercé sur l'articulation élastique élastomère permet de maintenir l'élément de bridage en appui d'un côté contre la butée 8 de l'armature externe et de l'autre côté contre l'élément formant accroche 32 de la plaque 21. En effet, l'élément de bridage est soumis à des forces de traction opposées exercées d'une part par la butée 8 sur un côté recourbé de la plaque et d'autre part par l'élément formant accroche 32 sur l'autre côté recourbé.

Les figures 8 et 9 représentent un quatrième mode de réalisa- tion de l'invention.

Comme précédemment, le dispositif de bridage est constitué de la chape de fixation 22 et d'un élément de bridage 36. La chape de fixation 22 est de mme forme générale que la chape de fixation des figures 4 et 5.

Cette fois, l'élément de bridage 36 est une tige cylindrique appelée"rond"de bridage. La chape de fixation comprend une encoche 38 sur un bord de chaque partie formant montant 30, ces deux encoches étant en regard l'une de l'autre parallèle- ment à l'axe de rotation Y. Ces encoches 38 sont placées radialement légèrement au-delà du rayon de l'armature externe de manière à mettre en butée mutuelle ce rond de bridage 36 et la butée 8 de l'armature externe. En d'autres termes, l'encoche est située de manière à venir en regard de la butée 8 lors de la mise sous contrainte du matériau élastomère.

Ainsi, l'élément de bridage 36 est maintenu dans les encoches 38 des plaques par la poussée de la butée 8 de l'armature externe. En fait, l'élément de bridage 36 est maintenu d'une part dans les encoches 38 et d'autre part contre la butée 8 par le couple de rappel exercé sur le matériau élastomère.

Evidemment, d'autres formes de bridage pourraient tre développées selon l'invention. Ainsi, d'autres éléments de bridage pourraient tre utilisés.

L'articulation élastique élastomère fait partie d'un disposi- tif de suspension à monter sur un véhicule. Dans les réalisa- tions des figures 1 à 9, les éléments de bridage tels que la tige de bridage 10, la plaque de bridage 20, la plaque de bridage en forme générale de S 34, le rond de bridage 36 sont des éléments de bridage positionnés après la mise sous contrainte de torsion de stabilisation du matériau élastique élastomère et sont maintenus fixés à l'articulation élastique par le couple de rappel exercé sur le matériau élastomère.

Ces éléments de bridage sont libérés automatiquement de leur mise en appui contre la butée 8 de l'armature externe une fois le dispositif de suspension monté sur le véhicule et une fois le véhicule en appui sur le sol par l'intermédiaire des roues. En effet, l'articulation élastique est alors soumise à une contrainte de torsion inverse du couple de rappel. Leur libération ne nécessite aucune opération particulière du moment que le couple de torsion exercé est de mme signe que le couple de torsion de stabilisation et est supérieur ou

égal en valeur absolue au couple de torsion de stabilisation.

De plus, l'articulation élastique est montée sur le disposi- tif de suspension, lui-mme monté sur le véhicule, de telle manière que, sous la contrainte de torsion inverse du couple de rappel, les éléments de bridage sont libérés et récupérés automatiquement par gravité.

Ainsi, du fait de la position du centre de gravité de la tige 10 sensiblement à la verticale en dessous des trous de l'armature interne, la tige de bridage 10 est libérée des trous de l'armature interne et de sa mise en appui contre la butée 8 ; la plaque de bridage 20 est libérée de la concavité 24 et de sa mise en appui contre la butée 8 ; le rond de bridage 36 est libéré des encoches 38 et de sa mise en appui contre la butée 8 ; un côté de la plaque de bridage en forme générale de S 34 est libérée de sa mise en appui contre la butée 8 et l'autre côté reste accrochée à l'élément formant accroche 32. Le côté de la plaque de bridage 34 libéré de sa mise en appui contre la butée 8 décrit le chemin de came proposé par la came 9 lorsque l'armature externe est soumise à une contrainte de torsion inverse du couple de rappel. La poussée exercée par la came sur ce côté de la plaque de bridage permet le décrochage de l'autre côté de la plaque de bridage 34.

Les figures 10 à 14 proposent un dispositif de réglage en position qui peut tre combiné ou non aux modes de réalisa- tion des figures 1 à 9. Dans les exemples non limitatifs des figures 10 à 13, il a été choisi de garder le mode de réalisation de la figure 2 de manière à mettre l'accent sur la complémentarité possible des modes de réalisation des figures 1 à 9 avec les modes de réalisation des figures 10 à 13.

Lorsque l'articulation élastique élastomère a été contrainte en torsion selon des réalisations possibles des figures 1 à 9, le montage de cette articulation élastique sur le reste de l'essieu puis le montage de l'essieu sur la caisse du véhicule d'un côté et sur l'axe d'une roue du véhicule de

l'autre ne permet pas d'tre assuré de la hauteur effective de la caisse du véhicule et/ou de son horizontalité.

L'invention propose notamment un dispositif de réglage au niveau de l'articulation élastique.

Lors de l'application d'une contrainte de torsion sur l'articulation élastique élastomère comme présenté selon les figures 1 à 9, une courbe de raideur de l'articulation élastique est relevée. Cette courbe de raideur associée à la masse réelle du véhicule permet de régler la position de l'articulation élastique par rapport aux autres éléments de l'essieu grâce au dispositif de réglage selon l'invention. La hauteur de la caisse de véhicule peut ainsi tre choisie avant le montage de l'essieu sur le véhicule et tre obtenue par pré-réglage avant montage de l'essieu sur le véhicule.

Tous les véhicules peuvent ainsi avoir la mme hauteur effective, quelles que soient la masse et les articulations qu'ils comprennent.

D'autre part, ce dispositif de réglage permet également un réglage a posteriori si une erreur est commise ou si la véhicule a une masse non conforme à la masse prévue.

Selon la figure 10, l'articulation élastique élastomère comprend une armature interne 2, un manchon 6 matériau élastomère et une armature externe 4 déjà décrits en relation avec les figures 1 à 3. En outre, l'armature externe 4 comprend un dispositif de réglage angulaire 41 destiné à relier l'articulation élastique 1 à un élément de support de roue du véhicule, cet élément étant appelé par la suite"bras longitudinal oscillant".

Le bras longitudinal oscillant, pouvant tre un tube à section rectangulaire, comprend deux côtés parallèles entre eux et usinés en arc de cercle de manière à ce que l'armature externe vienne s'emboîter dans ces arcs de cercle. De plus, au moins un côté comprend deux trous 42 positionnés au-delà de l'arc de cercle.

Le dispositif de réglage angulaire 41 comprend deux oreillet- tes 44 s'étendant radialement sur la périphérie de l'armature externe. Ces deux oreillettes 44 se déduisent l'une de l'autre par une rotation autour de l'axe Y. Ces deux oreil- lettes 44 comportent chacune un trou oblong 46 en forme d'arc de cercle. Ainsi, le bras longitudinal oscillant est tout d'abord relié à l'articulation élastique en introduisant des vis, passant dans les trous 42, dans les trous oblongs 46.

Chaque vis peut décrire le chemin délimité par le trou oblong correspondant. Le bras longitudinal oscillant peut ainsi tourner autour de l'axe de rotation Y d'un angle a défini par la longueur des trous oblongs. Une fois le bras longitudinal oscillant réglé en rotation, celui-ci est fixé à l'articulation élastique 1 par des écrous coopérant avec les vis.

Un autre mode de réalisation du dispositif de réglage angulaire est présenté sur la figure 11. Le bras longitudinal oscillant est de la forme générale décrite selon la figure 10.

Ainsi, les trous oblongs en forme d'arc de cercle du disposi- tif de réglage angulaire de la figure 10 sont remplacés par des trous oblongs à crans 48 disposés en arc de cercle. Dans l'exemple de la figure 11, deux crans permettent de délimiter trois positions pour le trou de fixation 42 du bras longitu- dinal oscillant 40.

Dans un troisième mode de réalisation selon la figure 12, le dispositif de réglage angulaire comprend deux oreillettes 44 percées chacune d'un ensemble de trous, par exemple trois trous d'oreillette 51,53, 55 en quinconce. D'autre part, le bras longitudinal oscillant 40 est de la forme générale décrite selon la figure 10. Les deux trous de bras précédem- ment décrits sont remplacés par deux jeux de trous de bras constitués chacun d'un certain nombre de trous, dans l'exemp- le trois trous de bras 50,52, 54 en quinconce. Lorsque le bras longitudinal oscillant est positionné contre l'armature externe tout en restant mobile en rotation par rapport à

l'axe de rotation Y, un trou de chaque oreillette 44 est mis en correspondance avec un trou du jeu de trous de bras correspondant, par exemple le trou 55 s'adaptant au trou 54.

Les autres trous d'oreillette ne se superposent pas aux trous de bras dans cette position angulaire donnée du bras longitu- dinal oscillant par rapport à l'axe de rotation Y. Afin de mettre en correspondance un autre trou de chaque oreillette avec un autre trou du jeu de trou de bras correspondant, la position du bras longitudinal oscillant doit tre modifiée en rotation selon l'axe Y. Il en va de mme jusqu'au dernier trou de chaque oreillette à mettre en correspondance avec le dernier trou du jeu de trous de bras correspondant. Entre un premier trou du jeu de trou de bras mis en correspondance avec un premier trou du jeu de trou d'oreillette et un dernier trou du jeu de trou de bras mis en correspondance avec un dernier trou du jeu de trou d'oreillette, le bras longitudinal oscillant pivote d'un angle a centré sur l'axe Y. Ce système est dit à trous décalés.

La figure 13 représente l'articulation élastique 1 fixée selon l'invention au bras longitudinal oscillant 40 par un système de vis et écrou 62 à travers un trou du dispositif de réglage angulaire 41 tel que ceux des figures 10 à 12.

D'autre part, l'articulation élastique 1 est fixée à la chape de fixation 22 comportant quatre trous 60 sur sa plaque supérieure 21 destinés à permettre le passage de moyens de fixation à la caisse du véhicule.

Le dispositif de réglage angulaire n'est pas limité aux différent modes de réalisation présentés, il pourrait tre conçu selon des variantes de réalisation.

La figure 14 se situe dans un plan P (plan de la planche de dessin) perpendiculaire à l'axe Y. Le plan P'définit le plan de contact entre la caisse du véhicule et la chape de fixation 22, le plan Pu étant parallèle à l'axe Y. Le dispositif de réglage angulaire permet de régler l'angle ß situé dans le plan P et défini par le dièdre formé par le plan P'et par le plan R passant par l'axe Y et l'axe de la

roue 70. Cet angle ß, obtenu lors de l'assemblage des éléments de l'essieu avant montage sur le véhicule, peut tre choisi de manière à ce que, une fois effectué le montage de l'ensemble 22,1 et 40 sur le véhicule, cet angle soit proche d'une valeur telle que la caisse du véhicule ait une hauteur définie. Cet angle peut notamment tre choisi grâce à la connaissance de données concernant la raideur de l'articulation élastique associée à la masse réelle du véhicule. Ces données peuvent se présenter sous la forme d'une courbe de raideur de l'articulation élastique en fonction de la masse de véhicule. Dans le cas d'une opération préalable de parachèvement de l'articulation élastique (ou mise sous torsion), cette courbe peut tre obtenue lors de cette opération par tests à différentes valeurs de couple de torsion.

La hauteur de la caisse de véhicule peut ainsi tre choisie avant le montage de l'ensemble 22,1 et 40 sur le véhicule et tre obtenue par pré-réglage avant montage de l'essieu sur le véhicule.

D'autre part, ce réglage est également utilisable après montage de l'ensemble 22,1 et 40 sur la caisse du véhicule.

Ce réglage est appelé"réglage post-montage".

L'invention n'est pas limité aux seules réalisations décri- tes. L'homme du métier comprendra aisément que l'invention peut s'étendre à beaucoup d'autres variantes.

Ainsi, le dispositif de réglage angulaire sur l'articulation élastique est décrit en correspondance avec une articulation élastique ayant subi une mise, sous contrainte comme décrit selon les figures 1 à 9. Toutefois, ce dispositif de réglage angulaire sur l'articulation élastique forme en lui-mme une invention pouvant tre mise en oeuvre séparément.