Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
WRAPPING MODULE FOR A BUNDLING INSTALLATION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2012/066213
Kind Code:
A1
Abstract:
The module comprises, combined in a U-shaped cradle (5), a wrapping table (11) and a cycler (12), the bars (13) of which are mounted on endless chains (14) in order to revolve all around said table (11). The structure (21) of the table consists of side members (23) which are extended by extensions (22) in the form of retractable arms (32), the ends of which carry rollers (33) for guiding the belt (25) and said structure (21) is secured, by way of appropriate, easily removable means, to at least one of the side walls of the cradle (5) which is in the form of a frame (8) perforated by a window (28). The window (28) has a dimension in the longitudinal direction which is less than the overall length of said table (11), but this dimension is greater than the length of said table (11) following retraction of its end arms (32) so that the belt (25) can be removed and a new belt can be fitted.

Inventors:
VASSE, Michael (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, F-76930, FR)
DANIERE, Lionel (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, F-76930, FR)
CHOPLIN, Grégory (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, F-76930, FR)
Application Number:
FR2011/052576
Publication Date:
May 24, 2012
Filing Date:
November 04, 2011
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SIDEL PARTICIPATIONS (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, F-76930, FR)
VASSE, Michael (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, F-76930, FR)
DANIERE, Lionel (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, F-76930, FR)
CHOPLIN, Grégory (Avenue de la Patrouille de France, Octeville-sur-mer, F-76930, FR)
International Classes:
B65B11/10; B65B59/00; B65B59/04; B65G23/44
Foreign References:
EP1013552A12000-06-28
EP0629551A11994-12-21
EP2202186A12010-06-30
EP0403079A11990-12-19
GB2041315A1980-09-10
EP1493692A12005-01-05
Attorney, Agent or Firm:
BEROGIN, Francis et al. (Cabinet Plasseraud, 52 rue de la Victoire, Paris Cedex 09, F-75440, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 - Module de nappage comprenant, réunis dans un berceau (5) dont la section transversale est en forme de U, - une table (11) de nappage dont les extrémités du châssis (21) comportent chacune un ou des rouleaux (33) de guidage d'un tapis (25) sans fin et, - un cycleur (12) ayant des barrettes (13) montées sur des chaînes (14) sans fin pour circuler tout autour de ladite table (11) de nappage, caractérisé en ce que le châssis (21) de ladite table (11) de nappage est constitué de longerons (23), disposés latéralement, qui se prolongent par des extensions (22) en forme de bras (32) rétractables dont les extrémités portent lesdits rouleaux (33) , et ledit châssis (21) est solidaire, par des moyens facilement démontables, de l'une au moins des parois latérales dudit berceau (5), laquelle paroi est en forme de cadre (8) ajouré avec une fenêtre (28) ouverte sur ladite table (11) de nappage, ladite fenêtre (28) ayant une dimension, dans le sens longitudinal, qui est inférieure à la longueur totale de ladite table (11) , mais cette dimension est supérieure à la longueur de ladite table (11) après rétraction de ses bras (32) d'extrémité.

2 - Module de nappage selon la revendication 1, caractérisé en ce que le brin supérieur actif du tapis (25) de convoyage glisse sur une sole réalisée en plusieurs parties, laquelle sole comprend - une plaque (24) centrale fixe portée par les longerons (23) et, - des plaques (34) complémentaires qui sont portées par les bras (32) rétractables qui supportent les rouleaux (33) d'extrémités servant au guidage dudit tapis (25) . 3 - Module de nappage selon la revendication 2, caractérisé en ce que les bras (32) rétractables qui supportent les rouleaux (33) d'extrémités servant au guidage du tapis (25) , sont mobiles verticalement pour permettre un escamotage de leur plaque (34) complémentaire de guidage dudit tapis (25), et permettre le positionnement de ces plaques (34) complémentaires sous la plaque (24) centrale fixe.

4 - Module de nappage selon la revendication 3, caractérisé en ce que les longerons (23) du châssis (21) de la table (11) de nappage comportent des lumières (36) longitudinales, qui font office de glissières et qui permettent aux moyens de fixation des bras (32) rétractables d'être guidés lors de leur mouvement de rétraction, qui permet de positionner leur plaque (34) complémentaire sous la plaque (24) centrale fixe.

5 - Module de nappage selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisé en ce que le châssis (21) de la table (11) de nappage est solidaire du cadre (8) ajouré au moyen de pattes de fixation, en forme d'équerres (41), qui sont amovibles et qui, après retrait, laissent ladite table (11) en porte-à-faux, portée par des moyens de fixation qui sont interposés entre son châssis (21) et l'autre paroi du berceau (5) .

6 - Module de nappage selon l'une quelconque des revendications 1 à 5, caractérisé en ce que le brin inférieur du tapis (25) sans fin s'enroule sur un rouleau (26) moteur au moyen de deux rouleaux (27) complémentaires qui sont disposés au-dessus et de part et d'autre dudit rouleau (26) moteur pour réaliser un enroulement dudit tapis (25) sur une moitié de la surface dudit rouleau (26) moteur, lesquels rouleaux (27) complémentaires sont solidaires du châssis (21) de la table (11) par l'intermédiaire de moyens d'assemblage à démontage rapide, du genre simple vis (44), qui sont en prise directe avec un arbre respectif sur lequel est monté chaque rouleau (27) complémentaire.

7 - Module de nappage selon la revendication 2, caractérisé en ce que les plaques (34) complémentaires portées par les bras (32) d'extrémité s ' aboutent avec la plaque (24) centrale fixe et, d'un côté, au moins un dispositif de réglage fin est interposé entre lesdits bras (32) et les longerons (23) du châssis (21), lequel dispositif de réglage permet de décaler la plaque (34) complémentaire correspondante pour régler son jeu par rapport aux barrettes (13) du cycleur (12) et/ou par rapport à la sole ou à un tapis adjacent.

8 - Table de convoyage utilisée dans une installation de fardelage pour l'opération de nappage, par exemple, laquelle table comporte un châssis (21) qui est muni, à l'une au moins de ses extrémités longitudinales, de bras (32) supports pour un ou des rouleaux (33) de guidage d'un tapis (25) sans fin de convoyage, lesquels bras (32) supports sont mobiles, escamotables longitudinalement , lequel tapis (25) comporte un brin supérieur actif qui glisse sur une sole réalisée en plusieurs parties, dont une partie comprenant une plaque (24) centrale fixe portée par des longerons (23) et, - une partie comprenant au moins une plaque (34) de guidage complémentaire qui est portée par lesdits bras

(32) rétractables qui supportent ledit ou lesdits rouleaux

(33) d'extrémités servant au guidage du tapis (25), caractérisée en ce que lesdits bras (32) rétractables, sont mobiles verticalement pour permettre un escamotage de leur plaque (34) de guidage complémentaire dudit tapis (25), et permettre le positionnement de ladite plaque (34) complémentaire sous la plaque (24) centrale fixe.

9 - Table de convoyage selon la revendication 8, caractérisée en ce que les longerons (23) du châssis (21) de la table (11) comportent des lumières (36) longitudinales qui font office de glissières et qui permettent aux moyens de fixation des bras (32) rétractables, d'être guidés lors de leur mouvement de rétraction qui permet de positionner leur plaque (34) de guidage complémentaire sous la plaque (24) centrale fixe.

Description:
MODULE DE NAPPAGE POUR INSTALLATION DE FARDELAGE

La présente invention concerne un perfectionnement aux installations de conditionnement de produits sous film plastique, communément appelées fardeleuses, et, plus particulièrement, un perfectionnement au poste de nappage où un film plastique est mis autour de lots de produits successifs .

Ce type d'installation, comme décrit notamment dans le document EP 0 403 079, s'étend entre une machine de préparation de produits, des bouteilles par exemple, et un tunnel de thermo-rétraction du film plastique qui entoure chaque lot de produits.

Cette machine comporte des aménagements qui permettent, avant de réaliser l'opération proprement dite de fardelage, de former des lots et ce sont ces lots qui sont introduits, de façon séquentielle à une cadence donnée, au niveau d'un poste que l'on appelle poste de nappage. Ce poste de nappage reçoit le lot de produits et, en même temps, il reçoit une feuille en matériau plastique thermorétractable, et c'est au niveau de ce poste de nappage que s'effectue l'enveloppement du lot avec ladite feuille plastique.

Le poste de nappage comprend une table de nappage, qui prend en charge le lot de produits, et un cycleur, du type à barrettes, qui prend en charge le film plastique pour le développer autour du lot au fur et à mesure de la progression du lot sur ladite table de nappage.

La table de nappage fait donc office de convoyeur ; elle comporte un tapis sans fin, qui avance à une vitesse qui est synchronisée avec la vitesse des barrettes du cycleur pour réaliser cette opération d'enveloppement du lot par le film plastique. Cette synchronisation indispensable entre le tapis de convoyage et le cycleur impose certaines contraintes pour le tapis au niveau de son entraînement, qui doit s'effectuer de manière très précise, et, pour obtenir ce résultat, le tapis est soumis à des tensions relativement importantes. Ces contraintes ont pour effet de mettre ce tapis au même rang que les pièces d'usure et, en particulier, des pièces qui, de préférence, font l'objet d'un changement systématique, sans attendre une rupture qui pourrait être lourde de conséquences au cours du fonctionnement normal de l'installation.

Or, ce tapis, installé sur une table de nappage, est difficilement accessible ; il est enveloppé par le cycleur et cette imbrication implique une intervention lourde, avec plusieurs opérateurs et beaucoup de temps, ce qui bien entendu est préjudiciable pour l'utilisation de la machine.

La présente invention propose un nouvel aménagement de ce poste de nappage, avec un aménagement original de la table de nappage elle-même, de telle façon que cette intervention qui consiste à changer le tapis puisse se faire dans des conditions acceptables, dans un temps relativement court et sans nécessiter l'intervention de plusieurs opérateurs.

Le module de nappage selon l'invention comprend, réunis dans un berceau dont la section transversale est en forme de U, - une table de nappage dont les extrémités du châssis comportent chacune un ou des rouleaux de guidage d'un tapis sans fin et, - un cycleur ayant des barrettes montées sur des chaînes sans fin pour circuler tout autour de ladite table de nappage, caractérisé en ce que le châssis de ladite table de nappage est constitué de longerons, disposés latéralement, qui se prolongent par des extensions en forme de bras rétractables dont les extrémités portent lesdits rouleaux, et ledit châssis est solidaire, par des moyens facilement démontables, de l'une au moins des parois latérales dudit berceau, laquelle paroi est en forme de cadre ajouré avec une fenêtre ouverte sur ladite table de nappage, ladite fenêtre ayant une dimension, dans le sens longitudinal, qui est inférieure à la longueur totale de la table, mais cette dimension est supérieure à la longueur de ladite table après rétraction de ses bras d'extrémité, ce qui va permettre l'extraction dudit tapis sans fin et/ou la mise en place d'un autre tapis.

Toujours selon l'invention, le brin supérieur actif du tapis de convoyage glisse sur une sole réalisée en plusieurs parties, laquelle sole comprend - une plaque centrale fixe portée par les longerons et, - des plaques complémentaires qui sont portées par les bras rétractables qui supportent les rouleaux d'extrémités servant au guidage dudit tapis.

Selon une autre disposition de l'invention, les bras rétractables qui supportent les rouleaux d' extrémités servant au guidage du tapis, sont mobiles verticalement pour permettre un escamotage de leur plaque complémentaire de guidage du tapis, et permettre le positionnement de ces plaques complémentaires sous la plaque centrale fixe.

Toujours selon l'invention, les longerons du châssis de la table de nappage comportent des lumières longitudinales, qui font office de glissières et qui permettent aux moyens de fixation des bras rétractables d'extrémités d'être guidés lors de leur mouvement de rétraction, qui permet de positionner leur plaque complémentaire sous la plaque centrale fixe. Selon une autre disposition de l'invention, le châssis de la table de nappage est solidaire du cadre ajouré au moyen de pattes de fixation, en forme d'équerres, qui sont amovibles et qui, après leur retrait, laissent ladite table en porte-à-faux, portée par des moyens de fixation qui sont interposés entre son châssis et l'autre paroi du berceau.

Selon une autre disposition de l'invention, le brin inférieur du tapis sans fin s'enroule sur un rouleau moteur au moyen de deux rouleaux complémentaires disposés au-dessus et de part et d'autre dudit rouleau moteur pour réaliser un enroulement dudit tapis sur une moitié de la surface dudit rouleau moteur, lesquels rouleaux complémentaires sont solidaires du châssis de la table par l'intermédiaire de moyens d'assemblage à démontage rapide, du genre simple vis, qui sont en prise directe avec un arbre respectif sur lequel est monté chaque rouleau complémentaire .

Selon une autre disposition de l'invention, les plaques latérales portées par les bras d'extrémité s ' aboutent avec la plaque centrale fixe et, d'un côté, au moins un dispositif de réglage fin est interposé entre lesdits bras et les longerons du châssis, lequel dispositif de réglage permet de décaler la plaque complémentaire correspondante pour régler son jeu par rapport aux barrettes du cycleur et/ou par rapport à la sole ou à un tapis suivant adjacent.

L'invention concerne également la table de convoyage elle-même, utilisée dans une installation de fardelage pour l'opération de nappage. Par GB 2 041 315 et EP 1 493 692, on connaît des tables de convoyage, pouvant être utilisées dans une installation de fardelage pour l'opération de nappage, et comportant chacune un châssis qui est muni, à l'une au moins de ses extrémités longitudinales, de bras supports pour un ou des rouleaux de guidage d'un tapis sans fin de convoyage, lesquels bras supports sont mobiles, escamotables longitudinalement , de façon à réduire, dans des proportions notables, l'encombrement longitudinal de ladite table, lequel tapis comporte un brin supérieur actif qui glisse sur une sole réalisée en plusieurs parties, dont une partie comprenant une plaque centrale fixe portée par des longerons et une partie comprenant au moins une plaque de guidage complémentaire qui est portée par lesdits bras rétractables qui supportent ledit ou lesdits rouleaux d'extrémité servant au guidage du tapis, ce qui permet de régler la tension du tapis et/ou de faciliter le démontage et le remplacement du tapis.

La table de convoyage de l'invention, du type connu présenté ci-dessus, se caractérise en ce que lesdits bras rétractables sont mobiles verticalement pour permettre un escamotage de leur plaque de guidage complémentaire dudit tapis, et permettre le positionnement de leur plaque de guidage complémentaire sous la plaque centrale fixe.

Avantageusement, les longerons du châssis de la table comportent des lumières longitudinales qui font office de glissières et qui permettent aux moyens de fixation des bras rétractables d'être guidés lors de leur mouvement de rétraction qui permet de positionner leur plaque de guidage complémentaire sous la plaque centrale fixe .

L'encombrement longitudinal de la table de convoyage peut ainsi être réduit d'une valeur de l'ordre de 10 à 25 % par exemple. Pour pouvoir être exécutée, l'invention est exposée de façon suffisamment claire et complète dans la description suivante qui, en plus, est accompagnée de dessins dans lesquels ;

- la figure 1 représente, de façon schématique, le module de nappage selon l'invention, vu du côté par lequel s'effectue le retrait du tapis sans fin de convoyage ;

- la figure 2 est une demi-vue schématique en coupe selon 2-2 de la figure 1 montrant, notamment, le berceau qui regroupe les éléments actifs de ce module de nappage ;

- la figure 3 représente le module, vu de l'autre côté par rapport à la figure 1, et en particulier du côté où se situe les moyens d'entraînement du tapis de nappage ;

- la figure 4 montre en perspective schématique le détail d'un élément de fixation rapide du châssis de la table de nappage sur le cadre ajouré du berceau ;

- les figures 5 et 6 montrent les différentes opérations mises en œuvre pour parvenir à l'extraction du tapis sans fin de nappage et/ou à son remplacement.

La figure 1 montre le module 1 de nappage qui est interposé entre un convoyeur 2 amont d'amenée des lots de produits, sous lequel on remarque la table 3 d'injection du film plastique, et un convoyeur 4 aval qui emmène le lot de produits, enveloppé de son film plastique, vers le tunnel de thermorétraction, non représenté.

Ce module 1 de nappage comprend un berceau 5 qui apparaît, en partie, sur la demi-coupe transversale représentée figure 2. Ce berceau 5 repose sur le bâti 6 général de l'installation de fardelage et il se présente sous la forme d'un U dont le fond 7 repose sur ledit bâti avec deux parois latérales qui sont en forme de cadres, lesquels cadres pouvant être similaires ou différents comme expliqué ci-après ; ils sont repérés différemment : l'un, le cadre 8, est visible directement figure 1 ; l'autre, le cadre 9, est visible directement figure 3.

Le berceau 5 est aménagé pour accueillir, entre ses deux cadres 8 et 9, la table 11 de nappage et le cycleur 12 qui est schématisé, figures 1 et 3. Ce cycleur 12 est simplement représenté par des traits mixtes fins qui illustrent en fait une portion du chemin des barrettes de ce cycleur 12, lesquelles barrettes 13 apparaissent figure 2.

Toujours figure 2, le cycleur 12 comprend des chaînes 14 sans fin, qui portent les barrettes 13, lesquelles chaînes 14 sont disposées latéralement et leur chemin est façonné notamment par des guides 15 qui sont situés sur la face interne des cadres 8 et 9. Dans leur mouvement, les barrettes 13 enveloppent la table 11 de nappage. Pour permettre le passage des barrettes 13 entre les extrémités de cette table 11 de nappage et les extrémités, en amont, du convoyeur 2 d'amenée des lots de produits et, en aval, l'entrée du convoyeur 4, un jeu approprié est aménagé entre chaque extrémité de ladite table 11 et, respectivement, l'extrémité aval dudit convoyeur 2 d'amenée et l'extrémité amont du convoyeur 4 situé en aval.

La longueur totale de la table 11 de nappage est déterminée par la distance qui existe entre le passage amont des barrettes 13 du cycleur 12, à l'entrée du module 1 de nappage, et le passage aval de ces mêmes barrettes, à la sortie dudit module 1 de nappage, ladite distance étant mesurée au niveau de la surface de circulation des lots de produits. La table 11 de nappage comprend un châssis 21 qui constitue sa partie centrale et deux extensions 22 latérales qui s'étendent jusqu'au niveau du chemin des barrettes 13.

Le châssis 21 comprend, latéralement, des longerons 23, lesquels longerons sont réunis par une plaque 24, visible figures 2 et 4, laquelle plaque 24 fait office de sole pour le tapis 25 sans fin de convoyage qui s'étend entre l'entrée et la sortie du module 1 de nappage.

Ces longerons 23 comportent également des moyens pour accueillir le rouleau 26 moteur qui entraîne le tapis 25 et pour accueillir les deux rouleaux 27 complémentaires, lesquels rouleaux 27 sont situés au- dessus du niveau de l'axe du rouleau 26 moteur et de part et d'autre du rouleau 26 moteur ; ils permettent de réaliser un enroulement du tapis 25 sur une bonne moitié du rouleau 26 moteur.

On remarque figure 1 que le châssis 21, avec ses longerons 23, s'inscrit dans la fenêtre 28 qui est aménagée dans la paroi latérale du berceau 5 qui forme le cadre 8. Ce sont les extensions 22, de part et d'autre de la partie centrale du châssis 21, qui font que la table 11 de nappage a une dimension, en longueur, qui est supérieure à la dimension longitudinale de la fenêtre 28.

Ces extensions 22 sont constituées chacune de bras 32 disposés latéralement, lesquels bras 32 constituent une sorte de prolongement des longerons 23 et ils portent, à leur extrémité, le ou les rouleaux 33 qui servent de guide d'enroulement pour le tapis 25 de nappage .

Les bras 32 sont reliés entre eux par une plaque 34 qui fait également office de sole pour le tapis 25. Cette plaque 34, visible figure 4, s ' aboute avec la plaque 24 centrale fixe pour réaliser une continuité au niveau du guidage du tapis 25 de nappage.

La plaque 24 centrale fixe comporte, latéralement, au niveau des longerons 23, des lumières 36 longitudinales qui font office de guide pour les moyens de fixation des bras 32, lesquels moyens de fixation sont, par exemple, comme représentés figure 4, constitués d'un couple de vis 37 qui sont en prise avec l'extrémité de chaque bras 32 qui se situe sous la plaque 24 et contre le longeron 23 correspondant.

Pour pouvoir escamoter les extensions 22, il est nécessaire, compte tenu de la présence de la plaque 34 qui est portée par les bras 32, de déplacer verticalement cette extension 22 vers le bas afin de faire passer ladite plaque 34 sous la plaque 24 centrale, comme représenté figures 5 et 6.

La table de nappage 11 est portée et assemblée sur le berceau 1 par l'intermédiaire de son châssis 21 et, en particulier, par les longerons 23 de ce châssis 21. Les longerons 23 sont portés, du côté du cadre 8 et de la fenêtre 28, par des pièces 41 en forme de cornières qui reposent sur un sommier 42 aménagé sur ledit cadre 8, à la partie inférieure de la fenêtre 28.

La partie inférieure de la fenêtre 28 est aménagée, comme représenté figure 1, avec un contour qui correspond à celui des longerons 23 du châssis 21 avec un jeu important entre les deux.

La figure 1 montre la fenêtre 28 du cadre 8, c'est-à-dire le côté par lequel un opérateur peut intervenir pour accéder au tapis 25 et le sortir pour le remplacer, en cas de besoin. La figure 3 montre l'autre côté du berceau 1 avec le cadre 9, lequel cadre 9 peut être, pour des raisons de simplicité, aménagé comme le cadre 8 avec le même genre de fenêtre. On remarque, sur cette figure 3, une roue 43 qui est solidaire du rouleau 26 moteur, laquelle roue 43 est entraînée par les mêmes moyens d'entraînement que ceux des chaînes 14 sur lesquelles sont montées les barrettes 13, pour obtenir un entraînement synchronisé entre les deux et réaliser l'opération d'enveloppement du lot de produits par le film plastique.

La présence du système d'entraînement du tapis 25, du côté du cadre 9, complique les opérations de changement de tapis et c'est pour cette raison que ces opérations s'effectuent de l'autre côté, là où un opérateur peut intervenir facilement sans avoir à réaliser de multiples opérations pour parvenir à libérer le tapis 25 qui, bien sûr, peut être découpé lorsqu'il s'agit d'un tapis usé mais qui, lorsqu'il est neuf, se présente sous la forme d'une enveloppe qu'il faut pouvoir enfiler sur la table 11 de nappage, sans l'abîmer.

Pour cette opération de changement du tapis 25, on procède, comme représenté figure 5, par une première opération qui consiste à ôter les moyens de fixation des rouleaux 27 complémentaires qui guident le tapis 25 sur son rouleau 26 moteur, lesquels moyens de fixation sont, par exemple, constitués de vis 44 qui fixent deux arbres sur chacun desquels est monté l'un respectivement desdits rouleaux 27. Ensuite, l'intervention consiste à desserrer les vis 37 qui fixent les bras 32 sur la plaque 24 centrale fixe, pour permettre le dégagement des extensions 22 vers le bas afin d'escamoter chacune des plaques 34 et pour les placer sous le niveau de ladite plaque 24 centrale fixe. L'opération de changement consiste ensuite à ôter les équerres 41 qui supportent la table 11, laquelle table est alors portée en porte-à-faux par les équerres 45 qui sont situées de l'autre côté, sur le cadre 9 du berceau 5, lesquelles équerres 45 sont fixées sur les longerons 23 du châssis 21 et sur des sommiers 46 qui sont façonnés sur ledit cadre 9, à la partie inférieure de la fenêtre correspondante .

Pour pouvoir retirer le tapis 25, l'opérateur escamote les extensions 22 en les faisant glisser sous la plaque 24 centrale fixe, comme représenté figure 6. L'enlèvement des équerres 41 permet de dévoiler la zone de passage du tapis 25, lequel tapis 25 est extrait en façade par l'opérateur par un simple glissement transversal du tapis sur la table 11, et au-dessus des sommiers 42 et, d'une manière générale, au-dessus du contour inférieur de la fenêtre 28.

Après avoir remis un nouveau tapis 25, l'opérateur procède à l'opération inverse en repositionnant les équerres 41, les rouleaux 27 complémentaires et, enfin, en repositionnant les extensions latérales 22, avec aboutage des plaques 34 sur la plaque 24 centrale.

On notera que des moyens complémentaires peuvent être installés pour effectuer des réglages de positions comme, par exemple, un réglage entre les plaques 24 et 34. On peut installer, un système de réglage fin, non représenté, qui permet d'ajuster la position de l'extrémité des extensions 22 par rapport au chemin de passage des barrettes 13, lequel réglage permet aussi d'améliorer la position des extrémités du tapis 25 par rapport à la sole ou au tapis adjacent situé aussi bien en aval qu'en amont de ce module 1 de nappage.