Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ADJUSTABLE SHADING DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2013/007926
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an adjustable shading device defining a blind (1) comprising longitudinal parallel slats (11) mounted such as to pivot about individual longitudinal axles (15) between a closed configuration, in which the slats are in contact with one another, and an open configuration, in which the slats are not in contact with one another, thereby forming an open-worked blind. The shading device comprises rotation means (21, 22, 23, 24) for simultaneously rotating the individual axles (15), such that all of the slats (11) always occupy the same mutual orientation. In addition, the shading device comprises pulling means (31, 34, 37) for gathering the slats (11) together at one end of the blind (1) by moving the individual axles (15) closer to one another while the slats (11) are in the open configuration. Each slat (11) comprises longitudinal hooking means (12, 13) for hooking the slats to one another in the closed configuration. The device is characterised in that the individual axles (15) of the slats (11) can be moved in relation to one another along a locking path in the closed configuration in order to lock the longitudinal hooking means (12, 13) such that they are engaged with one another.

Inventors:
GAMAIN CLAUDE (FR)
Application Number:
PCT/FR2012/051573
Publication Date:
January 17, 2013
Filing Date:
July 05, 2012
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
QUINOA (FR)
GAMAIN CLAUDE (FR)
International Classes:
E06B9/06; E04F10/10; E06B9/302; E06B9/36; E06B9/386
Domestic Patent References:
WO2007122506A22007-11-01
Foreign References:
JPS5091138A1975-07-21
US2759534A1956-08-21
CH702332A12011-06-15
JPS52128636A1977-10-28
EP1528216A22005-05-04
US20050087311A12005-04-28
Other References:
None
Attorney, Agent or Firm:
CAPRI (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1 .- Brise-soleil orientable définissant un rideau (1 ) comprenant des lames longitudinales parallèles (1 1 ), chaque lame étant montée pivotante autour d'un axe propre longitudinal (15) entre une configuration fermée dans laquelle les lames sont jointives et s'étendent sensiblement dans un même plan et une configuration ouverte dans laquelle les lames sont hors de contact les unes des autres pour former un rideau ajouré, le brise-soleil comprenant des moyens de rotation (21 , 22, 23, 24) pour faire tourner simultanément les axes propres (15) de sorte que les lames (1 1 ) ont toujours la même orientation mutuelle, le brise-soleil comprenant en outre des moyens de traction (31 , 34, 37) pour accumuler les lames (1 1 ) d'un côté du rideau (1 ) en rapprochant leurs axes propres (15), alors que les lames (1 1 ) sont dans une configuration ouverte, les moyens de rotation comprenant au moins une série de pantographes inclinables actionnés simultanément (24) qui relie les axes propres (15) entre eux, chaque pantographe (24) comprend deux tiges inclinables (25) connectées chacune à un axe propre (15), les tiges (25) étant reliées entre elles à leurs extrémités libres par deux paires de bras (26, 27) articulés entre eux et sur les tiges (25), les moyens de traction comprenant au moins une série de parallélogrammes à actionnement simultané (37) qui relie les axes propres (15) entre eux, un axe (15) est relié à un autre axe par un pantographe (24) et un parallélogramme (37), de sorte que les lames (1 1 ) s'accumulent en actionnant les moyens de traction avec les axes des lames se rapprochant simultanément, chaque lame (1 1 ) comprenant des moyens d'accrochage longitudinaux (12, 13) pour accrocher les lames les unes aux autres dans la configuration fermée, caractérisé en ce que les axes propres (15) des lames (1 1 ) sont déplaçables les uns par rapport aux autres sur une course de verrouillage dans la configuration fermée pour verrouiller les moyens d'accrochage longitudinaux (12, 13) en prise mutuelle.

2. - Brise-soleil orientable selon la revendication 1 , dans lequel chaque lame (1 1 ) comprend deux bords longitudinaux parallèles, pourvus chacun des moyens d'accrochage sous la forme d'un profil d'accrochage longitudinal (12, 13) apte à venir en prise avec un profil d'accrochage complémentaire d'une lame adjacente, le verrouillage/déverrouillage des profils résultant du déplacement des axes des lames sur la course de verrouillage.

3. - Brise-soleil orientable selon la revendication 1 ou 2, dans lequel les bras (26, 27) d'une paire présentent une configuration sensiblement alignée lorsque les axes (15) des lames (1 1 ) sont éloignés les uns des autres et une configuration sensiblement parallèle lorsque les axes (15) des lames (1 1 ) sont rapprochés, un bras (27) de chaque paire étant extensible élastiquement, de sorte que sa longueur varie, notamment lors du déplacement des axes (15) sur la course de verrouillage en configuration fermée pour verrouiller les moyens d'accrochage (12, 13).

4. - Brise-soleil orientable selon la revendication 3, dans lequel chaque paire de bras (26, 27) dans la configuration sensiblement alignée présente un léger angle mutuel qui est sensiblement constant lors des variations de longueur du bras élastiquement extensible (27).

5. - Brise-soleil orientable selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel :

- les moyens de rotation comprennent un premier moteur (21 ) pour incliner les pantographes (24) et faire tourner les axes propres (15) des lames (1 1 ), et

- les moyens de traction comprennent un second moteur (31 ), distinct du premier moteur (21 ), pour actionner les parallélogrammes à actionnement simultané (37) et rapprocher/éloigner les axes propres (15) des lames (1 1 ).

6. - Brise-soleil orientable selon la revendication 5, dans lequel le second moteur (31 ) définit deux courses distinctes, à savoir une première course principale dans laquelle les lames sont dans la configuration ouverte et une seconde course de verrouillage dans laquelle les lames sont dans la configuration fermée.

7. - Brise-soleil orientable selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la série de parallélogrammes à actionnement simultané (37) comprend des nœuds d'axe (38a) solidaires des axes propres (15) et des nœuds libres (38b) entre les axes propres (15), les nœuds libres (38b) de deux parallélogrammes adjacents (37) étant reliés par paire par des barrettes rectilignes (38) qui se croisent au niveau d'un nœud d'axe (38a).

8. - Brise-soleil orientable selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel les moyens de traction sont en prise avec une lame d'extrémité (1 1 e) qui est fixée de manière détachable à un élément de structure fixe, lorsque les moyens d'accrochage (12, 13) sont verrouillés.

9. - Brise-soleil orientable selon la revendication 8, dans lequel les moyens de traction comprennent une chaîne (34) en boucle fermée qui est montée sur une roue menante (33m) entraînée en rotation par un moteur (21 ) et une roue libre (33I), la chaîne (34) étant en prise avec la lame d'extrémité (1 1 e).

10. - Brise-soleil orientable selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel les axes propres des lames s'étendent verticalement.

Description:
Brise-soleil orientable

La présente invention concerne un brise-soleil orientable définissant un rideau comprenant des lames longitudinales parallèles, chaque lame étant montée pivotante autour d'un axe propre longitudinal entre une configuration fermée dans laquelle les lames sont jointives et s'étendent sensiblement dans un même plan et une configuration ouverte dans laquelle les lames sont hors de contact les unes des autres pour former un rideau ajouré, le brise-soleil comprenant des moyens de rotation pour faire tourner simultanément les axes propres de sorte que les lames ont toujours la même orientation mutuelle, le brise-soleil comprenant en outre des moyens de traction pour accumuler les lames d'un côté du rideau en rapprochant leurs axes propres, alors que les lames sont dans une configuration ouverte.

En général, les moyens de traction comprennent un moteur qui fait tourner un arbre sur lequel est montée une roue associée à une chaîne ou un câble. L'extrémité de la chaîne ou du câble est fixée avec l'axe propre de la lame inférieure qui constitue le bas du rideau. En actionnant le moteur, la chaîne ou la câble est enroulé(e) sur la roue, entraînant ainsi la lame inférieure. Lorsque celle-ci vient en contact de la lame située juste au-dessus d'elle, elle l'entraîne à son tour. Le moteur tourne jusqu'à ce que toutes les lames soient accumulées en haut du rideau, les lames étant successivement entraînées par les lames inférieures poussées par la lame la plus inférieure en prise avec la chaîne ou le câble de la roue. Dans ce système classique, les lames sont entraînées à tour de rôle à mesure que la lame inférieure monte. On peut également dire que les axes propres des lames se rapprochent successivement en commençant par le bas du rideau. Une autre façon de décrire ce système est de dire que les lames sont successivement cueillies par la lame inférieure adjacente qui est déplacée soit par la lame la plus inférieure, soit par un empilement de lames entraînées par la lame inférieure. Il s'agit là du système de relevage de rideau que l'on trouve dans les stores vénitiens. Bien entendu, ce système de relevage est dépendant de la gravité, car l'abaissement du rideau se fait par le propre poids des lames.

D'autre part, il est également connu que les moyens de rotation comprennent un moteur, qui est souvent le même que pour les moyens de traction, pour faire tourner les axes propres des lames sur eux-mêmes entre des positions d'inclinaison extrêmes. Lorsque les lames sont verticales, le rideau est fermé, les lames étant jointives. A partir de cette configuration fermée, il est possible d'incliner les lames de manière à créer un rideau ajouré à travers lequel passe la lumière. Les lames peuvent par exemple être accumulées en position haute du rideau avec une inclinaison de l'ordre de 0 à 30°.

Un premier inconvénient avec les brise-soleil orientables conventionnels provient du mode d'accumulation des lames qui est dépendant de la gravité, de sorte que ces brise-soleil ne peuvent être installés que verticalement. Un autre inconvénient de ces brise-soleil orientables conventionnels est qu'ils n'offrent qu'une protection réduite contre l'infraction. En effet, lorsque les lames sont en configuration fermée verticale, elles sont certes jointives, mais une personne malveillante peut facilement les écarter et les déformer. Il existe donc un réel besoin de renforcement de la sécurité de ces brise-soleil orientables en configuration fermée pour réaliser un rideau anti-effraction. Encore un autre inconvénient de ces brise- soleil orientables conventionnels provient de l'utilisation d'un moteur unique servant à la fois à accumuler les lames en position haute du rideau et à faire tourner leurs axes propres.

Pour surmonter ces inconvénients, la présente invention propose un brise-soleil orientable définissant un rideau comprenant des lames longitudinales parallèles, chaque lame étant montée pivotante autour d'un axe propre longitudinal entre une configuration fermée dans laquelle les lames sont jointives et s'étendent sensiblement dans un même plan et une configuration ouverte dans laquelle les lames sont hors de contact les unes des autres pour former un rideau ajouré, le brise-soleil comprenant des moyens de rotation pour faire tourner simultanément les axes propres de sorte que les lames ont toujours la même orientation mutuelle, le brise-soleil comprenant en outre des moyens de traction pour accumuler les lames d'un côté du rideau en rapprochant leurs axes propres, alors que les lames sont dans une configuration ouverte, les moyens de rotation comprenant au moins une série de pantographes inclinables actionnés simultanément qui relie les axes propres entre eux, chaque pantographe comprend deux tiges inclinables connectées chacune à un axe propre, les tiges étant reliées entre elles à leurs extrémités libres par deux paires de bras articulés entre eux et sur les tiges, les moyens de traction comprenant au moins une série de parallélogrammes à actionnement simultané qui relie les axes propres entre eux, un axe est relié à un autre axe par un pantographe et un parallélogramme, de sorte que les lames s'accumulent en actionnant les moyens de traction avec les axes des lames se rapprochant simultanément, chaque lame comprenant des moyens d'accrochage longitudinaux pour accrocher les lames les unes aux autres dans la configuration fermée, caractérisé en ce que les axes propres des lames sont déplaçables les uns par rapport aux autres sur une course de verrouillage dans la configuration fermée pour verrouiller les moyens d'accrochage longitudinaux en prise mutuelle. Cette course de verrouillage est en effet utile pour connecter et déconnecter les lames entre elles alors que les lames sont verticales.

D'autre part, les pantographes inclinables font tourner les axes propres des lames de manière synchrone de sorte que les lames ont toujours toutes la même orientation mutuelle, ces pantographes étant associés à des parallélogrammes à actionnement simultané qui permettent aux axes propres des lames d'avoir toujours le même écartement mutuel. En d'autres termes, les axes propres des lames se déplacent simultanément en se rapprochant ou en s'éloignant avec toujours le même écartement entre tous les axes. Ce n'est plus la lame d'extrémité inférieure qui vient cueillir les lames supérieures. Au contraire, le déplacement des lames s'effectue de manière simultanée et synchrone avec les entraxes des lames diminuant progressivement et simultanément. Le rapprochement ou l'éloignement des axes des lames est donc uniforme sur toute la hauteur du rideau. Le poids total des lames est certes supporté par la lame inférieure, mais il est transmis par la série de parallélogrammes à actionnement simultané.

Selon un mode de réalisation pratique, chaque lame comprend deux bords longitudinaux parallèles pourvus chacun des moyens d'accrochage sous la forme d'un profil d'accrochage longitudinal apte à venir en prise avec un profil d'accrochage complémentaire d'une lame adjacente, le verrouillage/déverrouillage des profils résultant du déplacement des axes des lames sur la course de verrouillage.

Avantageusement, les bras d'une paire présentent une configuration sensiblement alignée lorsque les axes des lames sont éloignés les uns des autres et une configuration sensiblement parallèle lorsque les axes des lames sont rapprochés, un bras de chaque paire étant extensible élastiquement, de sorte que sa longueur varie, notamment lors du déplacement des axes sur la course de verrouillage en configuration fermée pour verrouiller les moyens d'accrochage. De préférence, chaque paire de bras dans la configuration sensiblement alignée présente un léger angle mutuel qui est sensiblement constant lors des variations de longueur du bras élastiquement extensible.

Le verrouillage mutuel des lames entre elles est rendu possible par la combinaison synergique constituée par les parallélogrammes à actionnement simultané et les pantographes à bras extensibles. En effet, l'extension des bras des pantographes permet de déplacer les axes propres les uns par rapport aux autres en configuration fermée, c'est-à-dire avec les lames sensiblement verticales, et les parallélogrammes à actionne simultané permettent de maintenir tous les axes propres mutuellement équidistants. En termes de cycle opératoire, les lames sont dans un premier temps alignées verticalement en configuration fermée avec leurs moyens d'accrochage longitudinaux disposés les uns au-dessus des autres prêts à être engagés en prise mutuelle. Ensuite, les axes propres des lames sont écartés sur une faible course de verrouillage, ce qui permet de mettre les moyens d'accrochage longitudinaux en prise mutuelle et de les verrouiller entre eux de manière à former un rideau fermé unitaire. La solidarisation des lames entre elles sur leur longueur en configuration fermée du rideau est une caractéristique qui peut être mise en œuvre indépendamment des pantographes et des parallélogrammes décrits ci-dessus. En d'autres termes, une protection individuelle peut être recherchée pour cette seule caractéristique.

Selon une forme particulièrement avantageuse de l'invention, les moyens de rotation comprennent un premier moteur pour incliner les pantographes et faire tourner les axes propres des lames, et les moyens de traction comprennent un second moteur, distinct du premier moteur, pour actionner les parallélogrammes à actionnement simultané et rapprocher/éloigner les axes propres des lames. Ainsi, le brise-soleil comprend deux moteurs distincts, dont le fonctionnement peut bien entendu être corrélé au moyen d'un boîtier de commande approprié. Avantageusement, le second moteur définit deux courses distinctes, à savoir une première course principale dans laquelle les lames sont dans la configuration ouverte et une seconde course de verrouillage dans laquelle les lames sont dans la configuration fermée. La seconde course de verrouillage permet d'accrocher et de verrouiller les lames entre elles sur leur longueur de manière à créer un rideau unitaire anti-effraction.

Selon un autre aspect pratique de l'invention, la série de parallélogrammes à actionnement simultané comprend des nœuds d'axe solidaires des axes propres et des nœuds libres entre les axes propres, les nœuds libres de deux parallélogrammes adjacents étant reliés par paire par des barrettes rectilignes qui se croisent au niveau d'un nœud d'axe. Ainsi, chaque parallélogramme est formé par quatre moitiés de barrettes indépendantes articulées entre elles à chaque jonction.

Selon une autre caractéristique intéressante de l'invention, les moyens de traction peuvent être en prise avec une lame d'extrémité qui est fixée de manière détachable à un élément de structure fixe, lorsque les moyens d'accrochage sont verrouillés. Ainsi, le rideau rendu unitaire par l'accrochage des lames entre elles est en outre verrouillé au niveau de sa lame d'extrémité, ce qui empêche de le soulever. Selon un autre aspect pratique, les moyens de traction comprennent une chaîne en boucle fermée qui est montée sur une roue menante entraînée en rotation par un moteur et une roue libre, la chaîne étant en prise avec la lame d'extrémité. En utilisant une chaîne en boucle fermée, associée à des parallélogrammes à actionnement simultané, on se libère de la gravité, de sorte que le brise-soleil de l'invention peut également être installé avec les lames disposées verticalement.

Un principe de l'invention réside dans le fait de déplacer les axes propres des lames de manière simultanée ou synchrone. Un autre principe de l'invention réside dans le fait d'accrocher et de verrouiller les lames entre elles sur leur longueur de manière à constituer un rideau unitaire anti- effraction. Un autre principe pratique réside dans le fait de déplacer les axes des lames alors que le rideau est dans la configuration fermée avec les lames verticales. Encore un autre principe de l'invention est d'utiliser deux moteurs distincts, respectivement pour relever et abaisser le rideau et pour faire tourner les axes propres des lames sur eux-mêmes.

L'invention sera maintenant plus amplement décrite en référence aux dessins joints donnant à titre d'exemple non limitatif un mode de réalisation de l'invention.

Sur les figures :

La figure 1 est une vue schématique en perspective d'un brise-soleil orientable selon l'invention,

Les figures 2a et 2b sont des vues schématiques agrandies du rideau en configuration fermée, respectivement avant et après accrochage/verrouillage, et

La figure 3 est une vue schématique des parallélogrammes lorsque les lames du rideau sont accumulées.

On se référera tout d'abord à la figure 1 pour décrire la structure générale d'un brise-soleil orientable incorporant la présente invention. De manière très générale, le brise-soleil orientable définit un rideau 1 comprenant une série de lames 1 1 qui sont parallèles entre elles et montées pivotantes autour d'axes propres longitudinaux 15 qui s'étendent parallèlement entre eux. Tous les axes 15 sont disposés dans un plan vertical, de sorte que les lames 1 1 sont disposées les unes au-dessus des autres avec un écartement variable, comme on le verra ci-après. L'inclinaison des lames peut varier en faisant tourner leurs axes propres longitudinal 15 sur eux-même. Ainsi, les lames peuvent pivoter entre une configuration fermée dans laquelle les lames sont sensiblement verticales et jointives dans le plan du rideau et une configuration ouverte dans laquelle les lames sont hors de contact les unes des autres pour former un rideau ajouré. Pour actionner les lames du rideau, le brise-soleil de l'invention comprend des moyens de rotation pour faire tourner les axes propres 15 des lames 1 1 et des moyens de traction pour accumuler les lames dans la partie supérieure du rideau en rapprochant leurs axes propres, alors que les lames 1 1 sont dans une configuration ouverte.

Les moyens de rotation comprennent un moteur électrique 21 qui fait tourner un arbre 22 relié à une série de pantographes inclinables 24 en prise avec les axes propres 15 des lames. D'autre part, les moyens de traction comprennent un moteur électrique 31 qui fait tourner un arbre 32 sur lequel est montée une roue menante 33m en prise avec une chaîne en boucle fermée 34 qui est également en prise avec une roue libre 33I. La chaîne 34 comprend une fixation 35 sur l'arbre 15 de la lame inférieure 1 1 e. Avantageusement, la chaîne 34 peut être pourvue d'un contrepoids 36, notamment lorsque le rideau est installé avec les lames disposées horizontalement. Les moyens de traction comprennent également une série de parallélogrammes à actionnement simultané 37 qui relient tous les axes propres 15 des lames 1 1 . La particularité de ces pantographes 37 est qu'ils imposent un rapprochement ou un éloignement simultané de tous les axes 15 des lames. En d'autres termes, il n'est pas possible de rapprocher deux axes 15 individuellement, sans rapprocher tous les autres axes du rideau simultanément. Il s'agit là d'une caractéristique particulière qui apporte un avantage dans le cadre de la présente invention, comme on le verra ci-après.

Comme on peut le voir sur la figure 1 , une série de pantographes 24 et une série de parallélogrammes 37 est située de part et d'autre du rideau 1 . Il n'est toutefois pas exclu qu'un brise-soleil selon l'invention ne comprenne qu'une seule série de pantographes 24 et/ou qu'une seule série de parallélogrammes à actionnement simultané 37 située sur un seul côté du rideau, notamment lorsque le rideau est installé avec ses lames verticalement.

Pour corréler et/ou synchroniser l'actionnement des moteurs 21 et 31 , il est prévu un boîtier de commande 4.

On se référera maintenant également aux figures 2a et 2b pour expliquer en détail la structure des pantographes 24 et des parallélogrammes 37.

La série de parallélogrammes 37 comprend un assemblage de barrettes 38 reliées entre elles au niveau de nœud d'axe 38a et de nœud libre 38b. Chaque barrette 38 est montée de manière pivotante au niveau de son nœud d'axe 38a sur un axe propre 15 d'une lame 1 1 . Le nœud d'axe 38a est situé au milieu de la barrette 38. Deux barrettes 38 sont montées de manière croisée et pivotante sur un même axe 15. D'autre part, les extrémités libres des barrettes sont reliées entre elles au niveau des nœuds libres 38b. Ainsi, chaque parallélogramme est constitué par quatre moitiés de barrettes appartenant à quatre barrettes différentes. Les barrettes sont sensiblement rectilignes, bien qu'elles puissent présenter une certaine courbure, conservant toutefois l'alignement des nœuds libres 38 avec le nœud d'axe central 38a. De cette manière, la déformation des parallélogrammes ne peut s'effectuer que simultanément ou de manière synchrone : en d'autres termes, tous les parallélogrammes 37 de la série présentent la même forme à un instant donné. La forme des parallélogrammes peut bien entendu varier, mais de manière simultanée et synchronisée. Etant donné que les parallélogrammes relient tous les axes propres 15 des lames, le déplacement des axes 15 se fait également de manière simultanée et synchronisée. On peut remarquer que le parallélogramme supérieur 37 est relié à l'arbre 32 du moteur 31 . Ainsi, l'arbre 32 constitue le point de référence fixe, et tous les axes propres 15 vont se rapprocher et s'éloigner de cette référence fixe de manière simultanée en actionnant le moteur 31 . La chaîne 34 fixée à l'arbre 15 de la lame inférieure 1 1 e va imprimer une traction sur l'axe de cette lame, et la force de traction est transmise aux axes propres 15 des autres lames par la série de parallélogrammes 37. La série de parallélogrammes 37 agit ainsi comme un moyen de transmission de force à répartition égale. En conséquence, tous les axes propres 15 des lames vont se déplacer en rapprochement ou en éloignement de l'arbre 32 de manière simultanée et synchronisée. Sur la figure 3, on peut voir les barrettes 38 des parallélogrammes en position empilée correspondant à la position accumulée des lames en partie haute du rideau juste en dessous de l'arbre 32. On peut remarquer sur cette figure que les axes propres 15 sont très porches les uns des autres, par exemple distants de l'ordre de 1 cm à 1 ,5 cm. Cela permet d'accumuler par exemple vingt lames en moins de 30 cm.

On peut également voir sur les figures 2a et 2b que les lames 1 1 comprennent deux bords longitudinaux pourvus de profils d'accrochage 12 et 13. Le bord supérieur de chaque lame comprend un profil d'accrochage supérieur 12 sous la forme d'un crochet orienté vers la gauche, alors que le bord inférieur des lames forme un profil d'accrochage 13 sous la forme d'un crochet orienté vers la droite. Ainsi, le profil d'accrochage supérieur 12 d'une lame peut venir en alignement et en prise avec un profil d'accrochage inférieur 13 d'une lame supérieure. Bien entendu, pour amener ces profils d'accrochage 12 et 13 en alignement et en prise, les lames 1 1 du rideau doivent être dans la configuration fermée, c'est-à-dire disposées avec une orientation sensiblement ou parfaitement verticale, comme on peut le voir sur les figures 2a et 2b. Sur la figure 2a, les profils d'accrochage 12, 13 sont alignés, mais ne sont pas en prise mutuelle. En revanche, sur la figure 2b, les profils d'accrochage 12, 13 sont en prises mutuelles, verrouillant ainsi les lames entre elles. Pour passer de la configuration de la figure 2a à celle de la figure 2b, il est nécessaire de déplacer les lames 1 1 en écartant leurs axes propres 15 sur une courte distance ou course de verrouillage. Sur la figure 2a, la distance entre deux axes 15 est de X, alors que sur la figure 2b la distance entre ces deux mêmes axes est de X + 4 mm. Les 4 mm sont en effet nécessaires pour permettre à deux profils d'accrochage adjacents 12 et 13 de venir en prise mutuelle verrouillante. Ainsi, la course de verrouillage est égale à 4 mm multipliés par le nombre total de lames du rideau. Bien entendu, le choix des 4 mm n'est pas limitatif. Pour permettre le déplacement des axes sur cette course de verrouillage, il est nécessaire que le moteur 31 puisse générer cette course de verrouillage en plus de la course principale permettant de relever et d'abaisser les lames du rideau. La course principale du moteur 31 est symbolisée entre les deux repères A et B de la figure 1 , et la course de verrouillage est symbolisée entre les repères B et C sur la figure 1 . Bien entendu, la course de verrouillage n'est possible que lorsque les lames 1 1 du rideau sont en configuration fermée correspondant à une fin de course E du moteur 21 visible sur la figure 1 . A l'autre extrémité de la course D, les lames sont en position inclinée dans la configuration ouverte permettant de constituer un rideau ajouré laissant passer la lumière. La synchronisation de fonctionnement des moteurs 21 et 31 est effectuée par le boîtier de commande 4, qui incorpore un circuit électronique approprié.

Il est ainsi possible selon l'invention d'accrocher et de verrouiller les lames entre elles le long de leurs bords longitudinaux pourvus de profils d'accrochage appropriés. La mise en prise des profils d'accrochage 12, 13 et leur verrouillage mutuel n'est possible que par le déplacement des axes propres 15 sur une courte course de verrouillage lorsque les lames du rideau sont en configuration fermée verticale. Il est bien entendu nécessaire que toutes les lames viennent en prise accrochée et verrouillée, et cela est rendu possible par la présence de la série de parallélogrammes à actionnement simultané 37 qui synchronise les déplacements mutuels des axes propres.

En outre, le déplacement des axes propres sur la course de verrouillage doit également tenir compte de la série de pantographes 24 dont la fonction est d'incliner les lames 1 1 en faisant leurs axes propres 15. En effet, les pantographes 24 sont également connectés à chaque axe propre 15, de sorte que chaque pantographe 24 doit s'accommoder du rapprochement/éloignement des axes propres sur la course de verrouillage. Cela n'est pas possible avec un pantographe classique de l'art antérieur, qui une fois déployé ne permet plus aucun déplacement des axes propres. Ainsi, la présente invention met en œuvre un pantographe de conception particulière autorisant l'éloignement et le rapprochement des axes propres 15 en configuration fermée avec les lames verticales. Pour ce faire, chaque pantographe 24 comprend deux tiges inclinables 25 reliées entre elles à leurs extrémités libres par deux paires de bras 26, 27 articulés entre eux et sur les tiges 25. La tige 25 connectée à l'arbre 15 de la lame supérieure est en outre reliée par deux fils ou câbles 23a à une tige de commande 23 montée fixement sur l'arbre 22 du moteur 21 . Ainsi, en faisant tourner le moteur 21 la tige de commande 23 change d'inclinaison, et communique cette inclinaison par l'intermédiaire des fils 23a à toute la série de pantographes 24, et ainsi à toutes lames jusqu'à la lame inférieure 1 1 e. Les tiges 23 et 25 pivotent de manière synchrone et simultanée par l'intermédiaire des bras 26, 27 et des fils 23a, de manière à faire tourner les axes propres 15 des lames sur eux-mêmes pour modifier l'inclinaison des lames. En se référant aux figures 2a et 2b, on voit plus clairement les bras 26 et 27 des pantographes 24. Selon l'invention, chaque paire de bras comprend un bras élastiquement extensible 27, de sorte que sa longueur varie. Plus précisément, ce bras 27 comprend deux parties de bras distincts 27a et 27b qui sont déplaçables l'une par rapport à l'autre à encontre d'un ressort de rappel 27c. Le bras 27 peut ainsi s'allonger, mais à encontre de la force du ressort 27c qui a tendance à le ramener vers sa position initiale de repos, qui est représentée sur la figure 2a. En revanche, sur la figure 2b, les bras 27 sont allongés en comprimant les ressorts 27c. L'allongement du bras 27c est de l'ordre de 4 mm, correspondant au déplacement des axes propres 15 sur la course de verrouillage. L'allongement des bras 27 permet de conserver la configuration globale des pantographes 24, avec les bras 26, 27 faisant un léger angle entre eux, comme on peut le voir sur les figures 2a et 2b. En effet, cet angle léger est sensiblement ou parfaitement conservé tout au long de la course de verrouillage, et cela est autorisé du fait de la variation de longueur du bras 27. En d'autres termes, le verrouillage des lames entre elles induit un allongement des bras 27 et une compression des ressorts 27c. On peut également remarquer que la compression des ressorts 27c permet d'éliminer tout jeu dans la structure du rideau 1 en position fermée verrouillée.

Ainsi, un accrochage verrouillé des lames entre elles sur toute leur longueur est rendu possible par l'action simultanée des parallélogrammes à action simultané et des pantographes à bras extensibles. L'utilisation d'une chaîne continue contribue encore davantage à améliorer l'accrochage et le verrouillage des lames entre elles. Il faut noter que le brise-soleil de l'invention est totalement indépendant de l'action de la gravité, étant donné que les parallélogrammes sont à actionnement simultané et que la chaîne 34 est en boucle fermée. On peut ainsi utiliser la technologie du brise-soleil de l'invention pour réaliser un rideau dont les lames sont disposées verticalement.

Selon une autre caractéristique non représentée sur les figures, il est possible d'ancrer ou de verrouiller solidement la lame inférieure 1 1 e à un élément de structure fixe lorsque les lames sont verrouillées entre elles pour renforcer encore davantage la cohésion du rideau et ainsi améliorer sa sécurité contre une éventuelle effraction. En effet, étant donné que les lames sont accrochées et verrouillées entre elles sur la totalité de leur longueur, elles n'offrent aucune prise permettant de séparer deux lames. Et en verrouillant la lame inférieure, il n'est pas possible de saisir le rideau pour le détériorer.

Un cycle opératoire complet sera maintenant décrit pour améliorer la compréhension de l'invention. Au départ, toutes les lames 1 1 du rideau sont en position accumulée à proximité de l'arbre 32. Les lames sont alors dans une configuration ouverte, sensiblement horizontale ou avec un léger angle par exemple de l'ordre de 30°. Toutes les lames sont jointives, et les barrettes 38 des parallélogrammes sont également jointives, comme visible sur la figure 3. On commence alors par faire descendre les lames 1 1 du rideau en actionnant le moteur 31 , les orientations des lames restant inchangées. On peut ainsi faire descendre les lames du rideau 1 1 jusqu'à ce que la lame d'extrémité 1 1 e soit située à proximité du sol. On peut alors actionner le moteur 21 pour modifier l'inclinaison des lames par l'intermédiaire des pantographes 24. Les lames peuvent ainsi être amenées dans la configuration fermée verticale dans laquelle elles sont jointives. On se trouve alors dans la position de fin de course E du moteur 21 et dans la position de fin de course principale D du moteur 31 . Il est alors possible d'actionner à nouveau le moteur 31 pour effectuer la course de verrouillage entre B et C. Lors de cette course de verrouillage, les profils d'accrochage 12, 13 vont venir en prise verrouillée, et les bras 27 des pantographes 24 vont s'allonger en comprimant les ressorts 27c. On se trouve alors en position de fin de course C du moteur 31 . Dans cette position, la lame inférieure 1 1 e peut être verrouillée, par exemple à l'aide d'un ou de plusieurs verrou(s) électromagnétique(s) temporisé(s) au bas du tablier de la baie dans laquelle est monté le rideau. Lorsque l'utilisateur veut à nouveau faire remonter le rideau, la lame inférieure 1 1 e est déverrouillée et le moteur 31 est actionné pour effectuer la course de verrouillage de C vers B. A partir de là, on peut soit à nouveau utiliser le moteur 31 pour faire remonter le rideau, ou utiliser le moteur 21 pour incliner les lames du rideau.

Grâce à l'invention, on dispose d'un brise-soleil orientable qui offre une grande sécurité contre l'effraction en configuration fermée.