Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
APPLICATOR FOR COSMETIC PRODUCT, IN PARTICULAR MASCARA, AND METHOD FOR MANUFACTURING SUCH AN APPLICATOR
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2015/165804
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an applicator (10) for cosmetic product, in particular mascara, comprising a twisted core (12) and fibres which extend radially from the core (12) in directions that are substantially orthogonal to said core, said fibres being held by said core (12), said fibres forming at least one envelope (E) with their free ends, said envelope extending in a direction of longitudinal extension about said core (12), referred to as main axis (X), characterized in that the envelope (E) has a region (Z), along said main axis (X), in which the fibres are straightened so as to produce a local deformation (F1-F4) of the envelope (E). The invention also relates to a method for manufacturing such an applicator (10).

More Like This:
Inventors:
SCHREIBER CAMILLE (FR)
Application Number:
EP2015/058853
Publication Date:
November 05, 2015
Filing Date:
April 23, 2015
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ALBEA SERVICES (FR)
International Classes:
A46B3/18; A46B9/02
Domestic Patent References:
WO2008065260A12008-06-05
Foreign References:
JP2005028026A2005-02-03
US20120006349A12012-01-12
FR2948543A12011-02-04
US6371130B12002-04-16
Attorney, Agent or Firm:
ROLLAND, Jean-Christophe et al. (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1 . Applicateur (10) pour produit cosmétique, notamment mascara, comprenant une âme torsadée (12) et des fibres qui s'étendent radialement à partir de l'âme (12) suivant des directions sensiblement orthogonales à ladite âme, lesdites fibres étant maintenues par ladite âme (12), lesdites fibres formant au moins une enveloppe (E) avec leur extrémité libre, ladite enveloppe s'étendant dans une direction d'extension longitudinale autour de la dite âme (12), dite axe principal (X), caractérisée par le fait que l'enveloppe (E) présente une zone (Z), le long dudit axe principal (X), dans laquelle les fibres sont redressées de manière à produire une déformation locale (F1 -F4) de l'enveloppe.

2. Applicateur (10) selon la revendication 1 dans laquelle lesdites fibres redressées (2) forment localement au moins une face aplanie (F1 , F2, F3, F4) de l'enveloppe (E).

3. Applicateur (10) selon la revendication 2 dans laquelle la ou lesdites faces aplanies (F1 , F2, F3, F4) présentent une dimension agrandie par rapport aux parties de l'enveloppe (E) situées à proximité.

4. Applicateur (10) selon l'une quelconque des revendications 2 ou 3, dans lequel l'âme (12) présente une extrémité distale (1 6) et une extrémité proximale (13), l'extrémité proximale (13) étant opposée à l'extrémité distale (1 6) le long de l'axe principal (X), ladite face aplanie (F1 ) étant située au voisinage de l'extrémité distale (1 6).

5. Applicateur (10) selon la revendication 4, comprenant au moins deux faces aplanies (F1 , F2) arrangées pour former au moins une crête (C1 ) au voisinage de l'extrémité distale (1 6).

6. Applicateur (10) selon la revendication précédente, dans lequel ladite crête (C1 ) prolonge l'âme (12) à partir de l'extrémité distale (1 6).

7. Applicateur (10) selon la revendication 4, comprenant deux faces aplanies (F2, F3) arrangées pour former un réservoir bordé par deux crêtes (C1 , C2) comprenant chacune l'une desdites faces aplanies (F2, F3).

8. Applicateur (10) selon la revendication précédente, dans lequel le réservoir est apte à embarquer du produit cosmétique.

9. Applicateur (10) selon l'une quelconque des revendications 2 à 8, dans lequel ladite face aplanie (F1 ) est sensiblement parallèle à un plan comprenant l'axe principal (X).

10. Procédé pour la fabrication d'un applicateur (1 0) pour produit cosmétique, notamment mascara, ledit procédé comprenant :

- une étape de positionnement d'une pluralité de fibres entre des parties longitudinales d'une broche, puis

- une étape de torsion de ladite broche pour former une broche torsadée présentant des fibres s'étendant radialement autour d'elle, les extrémités desdites fibres formant au moins une enveloppe (E) cylindrique s'étendant dans une direction d'extension longitudinale autour de la dite broche, dite axe principal (X), puis

- une étape de déformation et chauffage des fibres, de manière à ce que l'enveloppe (E) présente, le long dudit axe principal (X), une zone (Z) dans laquelle les fibres sont redressées de manière à produire au moins une déformation locale de l'enveloppe (E).

1 1 . Procédé selon la revendication précédente comprenant une étape supplémentaire entre ladite étape de positionnement et ladite étape de torsion, ladite étape supplémentaire étant une étape de décalage des fibres transversalement aux parties longitudinales de la broche de sorte à former des groupes de fibres, lesdits groupes étant décalés transversalement les uns par rapport aux autres le long de la broche.

12.Applicateur (10) pour produit cosmétique, notamment pour mascara obtenu par le procédé selon l'une quelconque des revendications 10 ou 1 1 . 13. Réceptacle pour produit cosmétique, notamment mascara, comprenant un applicateur (10) selon l'une quelconque des revendications 1 à 9 ou selon la revendication précédente.

Description:
Applicateur pour produit cosmétique, notamment mascara et procédé de fabrication d'un tel applicateur

L'invention concerne un applicateur pour produit cosmétique, notamment mascara. L'invention concerne en outre un procédé pour la fabrication d'un tel applicateur.

Les applicateurs mascara peuvent être moulés par injection de matière plastique, ils sont alors communément appelées « brosses plastiques ». Les brosses plastiques sont habituellement moulées par injection. Ainsi les brosses plastiques peuvent présenter des formes originales afin de proposer des effets de maquillage particuliers.

Les applicateurs mascara peuvent aussi être obtenus à partir d'éléments fibreux maintenus entre les parties longitudinales d'une broche métallique torsadée ; ils sont alors communément appelés « brosses torsadées ». Les extrémités desdits éléments fibreux forment habituellement des enveloppes selon une direction d'extension longitudinale de ladite brosse. Les brosses torsadées présentent, de par leur mode de fabrication, une enveloppe de forme cylindrique qui offre peu de possibilités en termes d'effets de maquillage. De nombreuses solutions ont déjà été proposées pour conférer des formes variées à des brosses torsadées mais un besoin de perfectionnement demeure.

L'invention propose de réaliser une brosse torsadée qui présente au moins une forme originale afin de proposer un effet de maquillage particulier.

Ainsi, l'invention concerne un applicateur pour produit cosmétique, notamment mascara, comprenant une âme torsadée et des fibres qui s'étendent radialement à partir de l'âme suivant des directions sensiblement orthogonales à ladite âme, lesdites fibres étant maintenues par ladite âme, lesdites fibres formant au moins une enveloppe avec leur extrémité libre, ladite enveloppe s'étendant dans une direction d'extension longitudinale autour de la dite âme, dite axe principal. Selon l'invention, l'enveloppe présente une zone, le long dudit axe principal, dans laquelle les fibres sont redressées de manière à produire une déformation locale de l'enveloppe. L'invention propose de la sorte une brosse torsadée qui, avec sa ou ses enveloppes localement déformées permet, au choix, de maquiller les paupières de l'utilisateur, de souligner les traits de ses yeux (effet appelé « eyeliner » en langue anglaise), ou de charger ses cils de manière particulièrement efficace. La brosse torsadée de l'invention présente donc une forme originale, provenant de sa ou ses déformations locales qui proposent au moins un effet de maquillage particulier.

Les fibres étant simplement redressées, la ou lesdites faces sont obtenues de façon particulièrement simple.

L'utilisation d'une brosse torsadée permet, en outre, une plus grande densité de fibres qu'avec les picots des brosses plastiques.

Avantageusement, lesdites fibres redressées forment localement au moins une face aplanie de l'enveloppe. Par « aplanie », on entend une face qui pourra être plane ou sensiblement plane, notamment une surface réglée présentant une certaine courbure.

Selon différents modes de réalisation de l'invention, qui pourront être pris ensemble ou séparément :

- ledit axe principal est rectiligne,

- ladite âme s'étend selon ledit axe principal,

- l'âme présente une extrémité distale et une extrémité proximale, l'extrémité proximale étant opposée à l'extrémité distale le long de l'axe principal,

- lesdites fibres sont réparties le long de l'âme, sur une partie substantielle de sa longueur à partir de l'extrémité distale et sensiblement jusqu'à l'extrémité proximale,

- ladite zone dans laquelle les fibres sont redressées est située localement le long de l'âme,

- l'enveloppe est cylindrique, le long de tout ou partie dudit axe principal, en dehors de ladite zone dans laquelle les fibres sont redressées, - la ou lesdites faces aplanies présentent une dimension agrandie par rapport aux parties de l'enveloppe situées à proximité, en particulier une dimension transversale supérieure à un diamètre de l'enveloppe,

- ladite face aplanie est située au voisinage de l'extrémité distale,

- l'applicateur selon l'invention comprend au moins deux faces aplanies arrangées pour former au moins une crête au voisinage de l'extrémité distale,

- ladite crête prolonge l'âme à partir de l'extrémité distale, principalement selon la direction de l'axe principal,

- l'applicateur selon l'invention, comprend deux faces aplanies arrangées pour former un réservoir bordé par deux crêtes comprenant chacune l'une desdites faces aplanies,

- le réservoir est apte à embarquer du produit cosmétique,

- ladite face aplanie est sensiblement parallèle à un plan comprenant l'axe principal,

- ladite âme est constituée d'une tige torsadée,

- ladite extrémité proximale de l'âme est prolongée par une portion de la tige dépourvue de fibres,

- l'applicateur forme une brosse.

L'invention concerne aussi un procédé pour la fabrication d'un applicateur pour produit cosmétique, notamment mascara, ledit procédé comprenant :

• une étape de positionnement d'une pluralité de fibres entre des parties longitudinales d'une broche, puis

• une première étape de torsion de ladite broche pour former une broche torsadée présentant des fibres s'étendant radialement autour d'elle, les extrémités desdites fibres formant au moins une enveloppe cylindrique s'étendant dans une direction d'extension longitudinale autour de la dite broche, puis

• une étape de déformation et chauffage des fibres, de manière à ce que l'enveloppe présente, le long dudit axe principal, une zone dans laquelle les fibres sont redressées de manière à produire au moins une déformation locale de l'enveloppe. Le chauffage a pour objectif de maintenir l'orientation des fibres qui leur a été donnée par la déformation.

Le procédé ci-dessus comprendra avantageusement une étape supplémentaire entre ladite étape de positionnement et ladite étape de torsion, ladite étape supplémentaire étant une étape de décalage des fibres transversalement aux parties longitudinales de la broche de sorte à former des groupes de fibres, lesdits groupes étant décalés transversalement les uns par rapport aux autres le long de la broche.

L'applicateur ainsi fabriqué présente l'avantage de présenter une zone dans laquelle les fibres sont redressées de manière à produire une déformation locale, ceci en faisant appel à une opération qui reste simple à mettre en œuvre, à savoir, une étape de déformation et chauffage desdites fibres.

L'invention concerne encore un réceptacle pour produit cosmétique, notamment mascara, comprenant un applicateur tel que décrit ci-avant.

L'invention sera mieux comprise, et d'autres buts, détails, caractéristiques et avantages de celle-ci apparaîtront plus clairement au cours de la description explicative détaillée qui va suivre, d'au moins un mode de réalisation de l'invention donné à titre d'exemple purement illustratif et non limitatif, en référence aux dessins schématiques annexés.

Sur ces dessins :

- la figure 1 est une vue de face d'un premier mode de réalisation de l'applicateur selon l'invention,

- la figure 2 est une vue de côté de la figure 1 ,

- la figure 3 est une vue de face d'un second mode de réalisation de l'applicateur selon l'invention,

- la figure 4 est une vue de côté de la figure 3,

- la figure 5 est une vue de face partielle d'un troisième mode de réalisation de l'applicateur selon l'invention,

- la figure 6 est une vue de côté de la figure 5, - la figure 7 est une vue isométrique légèrement inclinée du premier mode de réalisation,

- la figure 8 est une vue isométrique légèrement inclinée du second mode de réalisation.

L'invention concerne un applicateur 10 pour produit cosmétique, notamment mascara, comprenant une âme torsadée 12. L'âme 12 est ici formée par une tige métallique, ou broche, comportant deux branches, ou parties longitudinales, éventuellement reliées entre elles par une partie courbée. Ladite tige métallique est, par exemple, pliée en deux de sorte à former un « U », les branches du U étant ensuite torsadée entre elles.

Des fibres 1 , 2 s'étendent à partir de l'âme 12, entre une extrémité distale 1 6 et une extrémité proximale 13 de l'âme 12. Lesdites fibres 1 , 2 ont été représentées uniquement sur les figures 1 et 2 afin de ne pas alourdir les autres. Les fibres 1 , 2 présentent chacune une extrémité libre et forment une enveloppe E avec.

Les figures 1 à 8 illustrent, en particulier, trois modes de réalisation d'applicateurs selon l'invention. L'impression d'enveloppe E sera bien sûr plus ou moins présente en fonction de la densité des fibres.

L'applicateur 10 s'étend suivant une direction principale d'extension longitudinale, ou axe principal, qui est repéré X sur les figures 1 à 8. Cet axe X est aussi avantageusement l'axe de l'âme 12. L'âme 12 est ici rectiligne. L'âme pourra en variante présenter une courbure entre les extrémités distale 1 6 et proximale 13.

Selon l'invention, comme cela est représenté sur les figures 1 à 6, l'enveloppe E présente, le long dudit axe principal X, une zone Z dans laquelle les fibres 2 sont redressés de manière à ce que l'enveloppe E présente localement une déformation locale F1 -F4.

Autrement dit, les fibres 1 s'étendent à partir de l'âme 12, de manière organisée, radialement et orthogonalement à ladite âme 12, sauf dans la zone Z au niveau de laquelle elles sont désorganisées, ou encore, dans laquelle les fibres 2 sont orientées selon des directions différentes les unes des autres, en étant redressées en direction de l'âme 12. Encore autrement dit, les fibres s'étendent non radialement à partir de l'âme 12 dans ladite zone Z. En dehors de la zone Z, les fibres 1 forment en particulier une enveloppe E sensiblement cylindrique le long de l'axe principal X.

La présence de fibres 2 redressées, au moins localement, présente l'avantage de proposer une zone Z qui a de nombreux points de contact avec les cils d'un utilisateur. Ainsi, dans ladite zone Z, l'applicateur 10 permet une charge plus grande des cils. En effet, lorsque les fibres ne s'étendent que radialement à partir de l'âme 12, elles sont organisées selon une même direction et n'offrent qu'un nombre limité de points de contacts avec les cils de l'utilisateur.

En outre, ladite zone Z confère un effet de volume aux cils.

Le premier mode de réalisation, illustré aux figures 1 , 2 et 7, montre un applicateur 10 selon l'invention qui comprend deux faces aplanies F1 , F2 arrangées pour former une crête C1 au voisinage de l'extrémité distale 1 6. Les figures 1 et 2 illustrent l'applicateur 10 qui s'étend, le long de l'axe X, vers l'extrémité proximale 13. Ladite extrémité proximale 13 est opposée à l'extrémité distale 1 6 le long dudit axe X.

Les figures 1 , 2 et 7 illustrent la face F1 de l'enveloppe E ; ladite face F1 est située dans la zone Z. La figure 2 permet de constater que l'extrémité de la tige métallique torsadée 12 est poursuivie, sur une hauteur h, par des fibres qui s'étendent à partir de l'âme 12 selon la direction de l'axe principal X. Ladite hauteur h ne comprend pas de portion de tige et est uniquement constituée de fibres. Cela présente l'avantage d'éviter que l'utilisateur ne se blesse avec l'extrémité de la tige métallique torsadée formant l'âme 12.

De plus, la crête ainsi formée permet de dessiner les contours des yeux de l'utilisateur.

Un avantage supplémentaire réside dans la possibilité d'utiliser l'une des faces aplanies F1 , F2, formant la crête C1 , pour maquiller les paupières de l'utilisateur.

L'applicateur 10 selon ce premier mode de réalisation sera, de plus, particulièrement adapté au maquillage du coin des yeux de l'utilisateur car il permet d'atteindre des zones non accessibles par une enveloppe E seulement cylindrique. Le second mode de réalisation, illustré aux figures 3, 4 et 8, montre un applicateur 10 selon l'invention qui comprend quatre faces aplanies, F1 -F4 arrangées pour former deux crêtes C1 , C2 au voisinage de l'extrémité distale 1 6.

La figure 3 illustre la face aplanie F4 de l'enveloppe E ; ladite face F4 est située dans la zone Z. La figure 4 permet de constater que l'extrémité de la tige métallique torsadée est poursuivie, sur une hauteur h, par des fibres qui s'étendent à partir de l'âme 12 selon la direction de l'axe principal X. La figure 4 permet aussi de constater que l'applicateur 10 comprend deux faces aplanies F2, F3 arrangées pour former un réservoir. Ledit réservoir est bordé par les deux crêtes C1 , C2.

Comme l'applicateur 10 selon le premier mode de réalisation, le second mode de réalisation présente l'avantage d'éviter que l'utilisateur ne se blesse avec l'extrémité de la tige métallique torsadée formant l'âme 12 car ladite hauteur h ne comprend pas de portion de tige et est uniquement constituée de fibres. Il présente aussi l'avantage de pouvoir utiliser l'une des faces aplanies F1 , F4 ne formant pas le réservoir afin de maquiller les paupières de l'utilisateur (voir la figure 8).

En outre, l'applicateur 10 selon le second mode de réalisation sera particulièrement avantageux pour charger de manière conséquente les cils de l'utilisateur, notamment localement, car son réservoir est apte à embarquer une quantité élevée de produit cosmétique pour ensuite le restituer en des endroits difficilement accessibles par les applicateurs aux enveloppes E seulement cylindriques.

Le troisième mode de réalisation, illustré aux figures 5 et 6, montre un applicateur 10 qui présente au moins une face F1 aplanie, le long de l'axe principal X, entre ses extrémités distale 1 6 et proximale 13. Les figures 5 et 6 sont des vues partielles n'illustrant pas lesdites extrémités 13, 1 6.

La face aplanie F1 est délimitée, comme représentée sur la figure 5, par des arêtes latérales 21 , 22. Lesdites arêtes 21 , 22 présentent l'avantage d'accrocher les cils de l'utilisateur et donc de participer à leur allongement. Ladite face aplanie F1 s'étend, de préférence, sur une hauteur h' le long de l'axe principal X.

D'autre part, l'applicateur 10 de ce mode de réalisation pourra avantageusement présenter plusieurs faces aplanies F1 le long de l'axe principal X, et ce tout autour de l'enveloppe E (alternative non représentée ici). La ou lesdites faces aplanies F1 seront sensiblement parallèles à un plan comprenant l'axe principal. Ainsi, la ou les zones Z qui comprendront une desdites faces aplanies F1 seront des zones au contact desquelles les cils se chargent de manière conséquente. Alternativement, les faces aplanies F1 , F2, F3, F4, vue de face, présentent une dimension dans un plan orthogonal à l'âme supérieure au diamètre du cylindre formé par l'enveloppe E en dehors de la ou des zones Z. Autrement dit, au niveau de la ou desdites zones Z, l'enveloppe formée par l'applicateur est élargie. Cette alternative est compatible avec les trois modes de réalisation qui viennent d'être décrit. Cette alternative permet de délimiter la zone Z, en particulier par rapport à l'enveloppe E, afin de la rendre particulièrement visible à l'utilisateur.

L'invention concerne aussi un procédé pour la fabrication d'un applicateur 10 pour produit cosmétique, notamment mascara, par exemple celui qui vient d'être décrit.

Ce procédé comprend d'abord une étape de positionnement d'une pluralité de fibres entre des parties longitudinales d'une broche (non représentée). Les fibres sont réparties de telle manière que lesdites parties longitudinales passent sensiblement au milieu de chacune desdites fibres.

L'étape suivante dudit procédé est une première étape de torsion de ladite broche pour former une broche torsadée présentant des fibres s'étendant radialement autour d'elle. Les extrémités desdites fibres forment alors au moins une enveloppe E cylindrique s'étendant dans une direction d'extension longitudinale X autour de la dite broche. Les fibres sont réparties sous forme de spires de fibres en raison de la torsion de la broche.

L'étape qui suit est une étape de déformation et chauffage des fibres, de manière à ce que l'enveloppe E présente, le long dudit axe principal X, une zone Z dans laquelle les fibres sont redressées de manière à produire au moins une déformation locale de l'enveloppe E.

Grâce au chauffage, la mémoire de forme des fibres disparait, et celles-ci conservent l'orientation qui leur a été donnée par la déformation.

Il est à noter que cette déformation ne provient pas de l'étape de torsion, ni d'une étape de torsion supplémentaire qui serait localisée dans la zone où les fibres sont redressées. Ladite déformation est faite au niveau des fibres elles-mêmes. Les fibres sont déformées par tout moyen connu, par exemple par chauffage (exemple non limitatif).

Avantageusement, le procédé décrit ci-dessus pourra comprendre une étape supplémentaire (alternative non illustrée ici, alternative combinable avec l'ensemble des modes de réalisation décrits ci-dessus). Cette étape supplémentaire se situe entre ladite étape de positionnement et ladite étape de torsion. Elle consiste à décaler les fibres transversalement aux parties longitudinales de la broche de sorte à former des groupes de fibres, lesdits groupes étant décalés transversalement les uns par rapport aux autres le long de la broche.

On obtient ainsi, après l'étape de torsion, une brosse présentant des fibres s'étendant radialement autour d'elle, les extrémités desdites fibres formant alors deux enveloppes cylindriques imbriquées autour de la dite broche avec une première enveloppe ayant une extension radiale inférieure à celle de la seconde enveloppe.

Avantageusement, le procédé décrit ci-dessus, ainsi que son alternative, comprendra encore une étape supplémentaire dont le résultat n'est pas illustré ici mais qui est applicable à l'ensemble des modes de réalisation présentés ci-avant. C'est une étape qui suit l'étape de déformation et chauffage des fibres. Lors de cette étape, les fibres 1 formant la ou les enveloppes cylindriques E subissent une découpe. Ainsi, la ou les zones Z présentant des fibres redressées 2 présentent une dimension agrandie par rapport aux parties de l'enveloppe E situées à proximité, en particulier une dimension transversale supérieure à un diamètre de l'enveloppe E. Avantageusement, une portion de la broche 14 dépourvue de fibres qui prolonge l'extrémité proximale 13 sera destinée à être fixée à l'intérieur d'une tige creuse, elle-même liée à un manche par lequel l'utilisateur manipulera ledit applicateur 10 (la tige et le manche ne sont pas représentés ici). Cette portion 14 est torsadée ou non.

Il est à noter que l'applicateur 10 de l'invention forme, avantageusement, une brosse. Il est encore à noter que les modes de réalisation illustrés aux figures 1 à 8 peuvent avantageusement être combinés afin d'en combiner les effets de maquillage, voire dans le but d'en obtenir de nouveaux. Il est en particulier possible de prévoir plusieurs zones Z dans laquelle les fibres sont redressées, notamment une zone Z en extrémité et une ou plusieurs zones Z le long dudit axe principal, distantes l'une de l'autre. La ou les enveloppes E pourront avantageusement conserver leurs configurations cylindriques entre lesdites zones Z.

Les fibres seront avantageusement en matière plastique, de type polyamide, comme le « Nylon ». Alternativement, les fibres seront avantageusement en polyester, car plus douces au toucher pour l'utilisateur.

Il est à noter que la ou les zones Z décrites ci-dessus ne sont pas obtenues par une étape de découpe (tonte ou meulage) mais uniquement par déformation et chauffage des fibres.