Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ARTICULATION DEVICE FOR AN ARTICULATED VEHICLE, CORRESPONDING VEHICLE AND ADJUSTMENT METHOD
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/058431
Kind Code:
A1
Abstract:
This articulation device for an articulated vehicle comprises a first shackle (14), a second shackle (16) and an articulation joint (18) comprising a first articulation member (20) comprising a single first section (52) and a second articulation member (22) comprising a single second section (60). The first section (52) and the second section (60) are free to rotate relative to each other, the first shackle (14) is connected to the first articulation member (20) and the second shackle (16) is connected to the second articulation member (22). The second articulation member (22) comprises a single link member (66), by means of which the second section (60) is connected to the second shackle (16), the link member (66) being adapted for adjusting the position of the second section (60) relative to the second shackle (16) along a longitudinal axis (X2-X2) and along a transverse axis (Y2-Y2).

Inventors:
HOYON CHRISTOPHE (FR)
Application Number:
EP2020/076295
Publication Date:
April 01, 2021
Filing Date:
September 21, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ALSTOM TRANSP TECH (FR)
International Classes:
B61D3/10; B61G5/02
Domestic Patent References:
WO2005037621A12005-04-28
Foreign References:
EP2695790A12014-02-12
CN106985876A2017-07-28
US20080216703A12008-09-11
Attorney, Agent or Firm:
HABASQUE, Etienne et al. (2 place d'Estienne d'Orves, PARIS CEDEX 09, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1 ) comprenant :

- une première bride (14) adaptée pour être solidarisée à une première voiture (4) du véhicule articulé (1),

- une deuxième bride (16) adaptée pour être solidarisée à une deuxième voiture (6) du véhicule articulé (1), et

- un joint d’articulation (18) comprenant un premier organe d’articulation (20) comprenant un seul premier tronçon (52), le joint d’articulation (18) comprenant un deuxième organe d’articulation (22) comprenant un seul deuxième tronçon (60), le premier tronçon (52) définissant un premier axe longitudinal (X1 -X1 ), le deuxième tronçon (60) définissant un deuxième axe longitudinal (X2-X2), le premier tronçon (52) et le deuxième tronçon (60) étant mobiles en rotation l’un par rapport à l’autre autour d’un premier axe transversal (Z-Z) s’étendant transversalement par rapport au premier axe longitudinal (X1-X1 ) et au deuxième axe longitudinal (X2-X2), la première bride (14) étant reliée au premier organe d’articulation (20) et la deuxième bride (16) étant reliée au deuxième organe d’articulation (22) ; caractérisé en ce que le deuxième organe d’articulation (22) comprend un seul organe de liaison (66) par l’intermédiaire duquel le deuxième tronçon (60) est relié à la deuxième bride (16), l’organe de liaison (66) étant adapté pour ajuster la position du deuxième tronçon (60) par rapport à la deuxième bride (16) selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2) et selon un deuxième axe transversal (Y2-Y2) s’étendant perpendiculairement au deuxième axe longitudinal (X2-X2) et au premier axe transversal (Z-Z).

2. Dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1 ) selon la revendication 1 , dans lequel l’organe de liaison (66) définit d’une manière ajustable la position du deuxième tronçon (60) par rapport à la deuxième bride (16) selon le deuxième axe longitudinal (X2- X2) indépendamment de l’ajustement du deuxième tronçon (60) par rapport à la deuxième bride (16) selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2).

3. Dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1 ) selon la revendication 1 ou 2, dans lequel le premier organe d’articulation (20) comprend :

- une première butée réglable (53) mobile par rapport au premier tronçon (52) suivant le premier axe longitudinal (X1-X1), et

- un premier organe de serrage (54), la première butée réglable (53) et le premier organe de serrage (54) étant adaptés pour fixer le premier tronçon (52) par rapport à la première bride (14).

4. Dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1) selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel le deuxième organe d’articulation (22) comprend

- une deuxième butée réglable (62) mobile par rapport au deuxième tronçon (60) suivant le deuxième axe longitudinal (X2-X2), et

- un deuxième organe de serrage (64), la deuxième butée réglable (62) et le deuxième organe de serrage (64) étant adaptés pour fixer l’organe de liaison (66) par rapport au deuxième tronçon (60).

5. Dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel l’organe de liaison (66) est mobile en rotation par rapport au deuxième tronçon (60) autour du deuxième axe longitudinal (X2-X2), dans lequel la deuxième bride (16) définit un troisième axe longitudinal (X3-X3) parallèle au deuxième axe longitudinal (X2-X2) et décalé du deuxième axe longitudinal (X2-X2), l’organe de liaison (66) étant mobile en rotation par rapport à la deuxième bride (16) selon le troisième axe longitudinal (X3-X3), et dans lequel le dispositif (2) comporte au moins un organe de fixation (74) adapté à fixer l’organe de liaison (66) par rapport à la deuxième bride (16), le premier tronçon (52) étant de préférence mobile par rapport au deuxième tronçon (60) selon l’axe vertical (Z-Z) sur une plage comprise entre -20mm et +20mm.

6. Dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1) selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel l’organe de liaison (66) est mobile en translation suivant le deuxième axe transversal (Y2-Y2) par rapport à la deuxième bride (16), et dans lequel le dispositif d’articulation (2) comporte au moins un organe de fixation (74) adapté pour fixer l’organe de liaison (66) par rapport à la deuxième bride (16).

7. Véhicule articulé (1) comprenant

- une première voiture (4), et

- une deuxième voiture (6), dans lequel le véhicule (1) comprend un dispositif d’articulation de véhicule articulé (2) selon l’une quelconque des revendications précédentes, la première bride (14) étant solidarisée à la première voiture (4) et la deuxième bride (16) étant solidarisée à la deuxième voiture (6).

8. Procédé de réglage d’un dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1 ) selon au moins l’une quelconque des revendications 4 à 6, comprenant les étapes suivantes :

- réglage de la position de l’organe de liaison (66) par translation de l’organe de liaison (66) par rapport au deuxième tronçon (16) selon le deuxième axe longitudinal (X2- X2) ; et

- fixation de l’organe de liaison (66) au deuxième tronçon (16) par la deuxième butée (62) réglable et le deuxième organe de serrage (64).

9. Procédé selon la revendication 8, le dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1) étant selon la revendication 5, le procédé comprenant les étapes suivantes :

- réglage de la position de l’organe de liaison (66) par rotation de l’organe de liaison (66) par rapport à la deuxième bride (16) selon le troisième axe longitudinal (X3-X3) ; et

- fixation de l’organe de liaison (66) à la deuxième bride (16) par l’au moins un organe de fixation (74).

10. Procédé selon la revendication 8, le dispositif d’articulation (2) de véhicule articulé (1) étant selon la revendication 6, le procédé comprenant les étapes suivantes :

- réglage de la position l’organe de liaison (66) par translation de l’organe de liaison (66) par rapport à la deuxième bride (16) selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2) ; et - fixation de l’organe de liaison (66) sur la deuxième bride (16) par l’au moins un organe de fixation (74).

Description:
TITRE : Dispositif d’articulation de véhicule articulé, véhicule et procédé de réglage correspondants

La présente invention concerne un dispositif d’articulation de véhicule articulé, notamment de véhicule ferroviaire, du type comportant :

- une première bride adaptée pour être solidarisée à une première voiture du véhicule articulé,

- une deuxième bride adaptée pour être solidarisée à une deuxième voiture du véhicule articulé, et

- un joint d’articulation comprenant un premier organe d’articulation comprenant un seul premier tronçon, le joint d’articulation comprenant un deuxième organe d’articulation comprenant un seul deuxième tronçon ; le premier tronçon définissant un premier axe longitudinal, le deuxième tronçon définissant un deuxième axe longitudinal, le premier tronçon et le deuxième tronçon étant mobiles en rotation l’un par rapport à l’autre autour d’un premier axe transversal s’étendant transversalement par rapport au premier axe longitudinal et au deuxième axe longitudinal, la première bride étant reliée au premier organe d’articulation et la deuxième bride étant reliée au deuxième organe d’articulation.

L’invention s’applique aux dispositifs d’articulation entre deux voitures d’un véhicule articulé.

Les véhicules articulés demandent plusieurs liaisons entre chacune des voitures formant le véhicule afin d’assurer la stabilité et la sécurité du véhicule lors de son déplacement. A cet effet, des articulations sont disposées dans l’espace inter-voiture, notamment en bas de caisse et en haut de caisse.

Afin d’obtenir un mouvement satisfaisant entre les voitures, il est nécessaire d’ajuster les différentes articulations, notamment pour que l’alignement des voitures soit assuré mais aussi afin d’aligner les différentes articulations pour permettre leur bon fonctionnement.

A cet effet, il est connu d’utiliser des joints d’articulation réglables comprenant plusieurs tronçons. L’état de la technique comprend des dispositifs d’articulations comportant une bride solidarisée à une première voiture et deux brides solidarisées à une deuxième voiture, chacune des brides étant liées à un tronçon du joint d’articulation. Les tronçons liés aux brides solidarisées à la deuxième voiture sont réglables en longueur, ce qui permet d’ajuster la configuration de l’ensemble du joint d’articulation ainsi que la position relative des voitures selon une direction longitudinale et latérale.

Cependant, les articulations de véhicule ferroviaire connus sont complexes à ajuster. Un but de l’invention est de proposer un dispositif d’articulation de véhicule articulé dont le réglage est facilité.

A cet effet, l’invention a pour objet un dispositif d’articulation du type précité, caractérisé en ce que le deuxième organe d’articulation comprend un seul organe de liaison par l’intermédiaire duquel le deuxième tronçon est relié à la deuxième bride, l’organe de liaison étant adapté pour ajuster la position du deuxième tronçon par rapport à la deuxième bride selon le deuxième axe longitudinal et selon un deuxième axe transversal s’étendant perpendiculairement au deuxième axe longitudinal et au premier axe transversal.

Suivant d’autres aspects avantageux de l’invention, le dispositif d’articulation de véhicule articulé comporte l’une ou plusieurs des caractéristiques suivantes, prise(s) isolément ou suivant toute combinaison techniquement possible :

- l’organe de liaison définit d’une manière ajustable la position du deuxième tronçon par rapport à la deuxième bride selon le deuxième axe longitudinal indépendamment de l’ajustement du deuxième tronçon par rapport à la deuxième bride selon le deuxième axe transversal ;

- le premier organe d’articulation comprend :

- une première butée réglable mobile par rapport au premier tronçon suivant le premier axe longitudinal, et

- un premier organe de serrage ; la première butée réglable et le premier organe de serrage étant adaptés pour fixer le premier tronçon par rapport à la première bride ;

- le deuxième organe d’articulation comprend :

- une deuxième butée réglable mobile par rapport au deuxième tronçon suivant le deuxième axe longitudinal, et

- un deuxième organe de serrage, la deuxième butée réglable et le deuxième organe de serrage étant adaptés pour fixer l’organe de liaison par rapport au deuxième tronçon ;

- l’organe de liaison est mobile en rotation par rapport au deuxième tronçon autour du deuxième axe longitudinal, la deuxième bride définit un troisième axe longitudinal parallèle au deuxième axe longitudinal et décalé du deuxième axe longitudinal, l’organe de liaison étant mobile en rotation par rapport à la deuxième bride selon le troisième axe longitudinal, et le dispositif comporte au moins un organe de fixation adapté à fixer l’organe de liaison par rapport à la deuxième bride le premier tronçon est étant de préférence mobile par rapport au deuxième tronçon selon l’axe vertical sur une plage comprise entre -20mm et +20mm ; - l’organe de liaison est mobile en translation suivant le deuxième axe transversal par rapport à la deuxième bride, et le dispositif d’articulation comporte au moins un organe de fixation adapté pour fixer l’organe de liaison par rapport à la deuxième bride.

L’invention se rapporte en outre à un véhicule articulé comprenant

- une première voiture, et

- une deuxième voiture, dans lequel le véhicule comprend une articulation de véhicule articulé tel que défini plus haut, la première bride étant solidarisée à la première voiture et la deuxième bride étant solidarisée à la deuxième voiture.

L’invention se rapporte également à un procédé de réglage d’une articulation de véhicule articulé comprenant les étapes suivantes :

- réglage de la position de l’organe de liaison par translation de l’organe de liaison par rapport au deuxième tronçon selon le deuxième axe longitudinal ; et

- fixation de l’organe de liaison au deuxième tronçon par la deuxième butée réglable et le deuxième organe de serrage.

Le procédé selon l’invention peut comporter l’une ou l’autre des séries d’étapes suivantes :

- réglage de la position de l’organe de liaison par rotation de l’organe de liaison par rapport à la deuxième bride selon le troisième axe longitudinal; et

- fixation de l’organe de liaison à la deuxième bride par l’au moins un organe de fixation ; ou,

- réglage de la position l’organe de liaison par translation de l’organe de liaison par rapport à la deuxième bride selon le deuxième axe transversal ; et

- fixation de l’organe de liaison sur la deuxième bride par l’au moins un organe de fixation.

L’invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui va suivre, donnée uniquement à titre d’exemple non limitatif et faite en se référant aux dessins sur lesquels :

[Fig 1] la figure 1 est une représentation schématique en perspective d’un véhicule articulé selon l’invention ;

[Fig 2] la figure 2 est une représentation schématique en perspective d’un premier mode de réalisation d’une articulation de véhicule articulé selon l’invention ;

[Fig 3] la figure 3 est une représentation schématique en perspective éclatée du premier mode de réalisation de l’articulation de véhicule articulé selon l’invention ;

[Fig 4] la figure 4 est une représentation schématique en perspective d’un deuxième mode de réalisation de l’articulation de véhicule articulé selon l’invention ; et [Fig 5] la figure 5 est une représentation schématique en perspective d’un détail du deuxième mode de réalisation de l’articulation de véhicule articulé selon l’invention.

Dans la description qui suit, on considère une base orthonormée directe (X, Y, Z). La direction d’élévation Z est définie selon la hauteur du véhicule et correspond par exemple à la direction verticale lorsque le véhicule est sur une voie horizontale. La direction longitudinale X correspond à la direction avant-arrière du véhicule et la direction transversale Y correspond à la direction selon la largeur du véhicule.

Les termes « supérieur » et « inférieur » ainsi que « haut » et « bas » sont définis par rapport à la direction d’élévation Z. Les termes « gauche » et « droite » sont définis par rapport à la direction transversale Y dans le sens normal de circulation du véhicule.

Un véhicule articulé 1 muni d’un dispositif d’articulation 2 est illustré partiellement sur la figure 1 . Le véhicule articulé 1 est par exemple une automotrice.

En référence à la figure 1 , le véhicule articulé 1 comprend une première voiture 4 et au moins une deuxième voiture 6, adjacente et raccordée à la première voiture 4 par le dispositif d’articulation 2. La première voiture 4 comprend une première paroi transversale d’extrémité 8 et la deuxième voiture 6 comprend une deuxième paroi transversale d’extrémité 10. Ensemble, la première paroi 8 et la deuxième paroi 10 définissent entre elles un espace inter-voiture 12.

De préférence, le véhicule articulé 1 comprend également au moins un amortisseur s’étendant dans l’espace inter-voiture 12 entre la première voiture 4 et la deuxième voiture 6. Avantageusement, le véhicule articulé 1 comprend également au moins un amortisseur en bas de caisse et au moins un amortisseur en haut de caisse.

Le dispositif d’articulation 2 s’étend dans l’espace inter-voiture 12. Le dispositif d’articulation s’étend plus particulièrement dans la partie supérieure de l’espace inter voiture 12. Le véhicule articulé 1 comprend de préférence un accouplement 13 reliant la première voiture 4 et la deuxième voiture 6.

Le dispositif d’articulation 2 (voir figure 2) comprend une première bride 14 solidarisée à la première voiture 4, une deuxième bride 16 solidarisée à la deuxième voiture 6 et un joint d’articulation 18 reliant la première bride 14 et la deuxième bride 16.

Le joint d’articulation 18 comprend un premier organe d’articulation 20, un deuxième organe d’articulation 22 et un organe de rotation 24, le premier organe d’articulation 20 étant mobile en rotation par rapport au deuxième organe d’articulation 22 autour de l’organe de rotation 24.

La première bride 14 comprend deux premières pattes de maintien 26 sur la première voiture 4 et une première région de coopération 28 avec le premier organe d’articulation 20. Chaque première patte de maintien 26 comporte une première section plane 30 fixée sur la première paroi transversale 8 et un premier bras de maintien 32 reliant la section plane 30 à la première région de coopération 28.

La première région de coopération 28 comporte une première bague 34 et une première goupille 36 insérable dans la première bague 34.

La première bague 34 et les premières pattes de maintien 26 sont formées en un seul bloc, les premières pattes de maintien 26 s’étendant de part et d’autre de la périphérie de la première bague 34.

La première goupille 36 est insérable radialement dans la première bague 34 et est adaptée pour être fixée à la première bague 34, par exemple par vissage.

Selon un premier mode de réalisation illustré, en figures 2 et 3, la deuxième bride 16 comprend deux deuxièmes pattes de maintien 38 sur la deuxième voiture 6 et une deuxième région de coopération 40 avec le deuxième organe d’articulation 22. Chaque deuxième patte de maintien 38 comporte une deuxième section plane 42 fixée sur la deuxième paroi transversale 10 et un deuxième bras de maintien 44 reliant la deuxième section plane 42 à la deuxième région de coopération 40. La deuxième région de coopération 40 comporte une deuxième bague 46 et selon un mode de réalisation particulier une deuxième goupille 48 insérable dans la deuxième bague 46. La deuxième bague 46 et les deuxièmes pattes de maintien 38 sont formées en un seul bloc, les pattes de maintien 38 s’étendant de part et d’autre de la périphérie de la deuxième bague 46. La deuxième goupille 48 est insérable radialement dans la deuxième bague 46 et est adaptée pour être fixée à la deuxième bague 46, par exemple par vissage.

Le premier organe d’articulation 20 comprend un seul premier tronçon 52 une première butée réglable 53 disposée sur le premier tronçon 52 et un premier organe de serrage 54. Le terme « seul premier tronçon » 52 signifie que le dispositif d’articulation 2 ne comporte pas d’autres éléments qui transmettent, en parallèle de ce premier tronçon 52, des forces entre les première et deuxième brides 14 et 16. Le dispositif d’articulation 2 ne comporte pas d’autres brides solidarisées aux première et deuxième voitures 4 et 6. En d’autres termes, la totalité du flux d’effort entre les première et deuxième brides 14 et 16 passe par le premier tronçon 52.

Le premier tronçon 52 comprend une première section allongée 56 sur laquelle sont installés la première butée réglable 53 et le premier organe de serrage 54, le premier tronçon 52 comprenant par ailleurs une première section de rotation 58 en forme de U.

La première section allongée 56 définit un premier axe longitudinal (X1 -X1) du premier tronçon 52. La première section allongé 56 est par exemple une barre filetée. La première section allongée 56 coopère avec la première bague 34 et le diamètre extérieur de la première section allongée 56 est sensiblement égal au diamètre intérieur de la première bague 34.

La première section allongée 56 comprend une rainure orientée selon l’axe longitudinal (X1-X1). La première goupille 36 est insérée dans cette rainure, la première section allongée 56 et par conséquent le premier tronçon 52 étant mobile en translation suivant le premier axe longitudinal (X1-X1) relativement à la première bride 14. Par contre, la première goupille 36 et la rainure bloquent la rotation de la première bague 34 par rapport à la première section allongée 56.

La première section de rotation 58 en forme de U comprend deux régions sensiblement planes en opposition, et sensiblement horizontales lorsque le dispositif d’articulation 2 est installé sur le véhicule articulé 1 . Les deux régions sensiblement planes comportent chacune un orifice, les orifices étant alignés et adaptés pour accueillir l’organe de rotation 24. Les deux régions planes son liées entre elles par une région de liaison, la région de liaison étant elle-même liée à la première section allongée 56.

La première butée réglable 53 est mobile par rapport au premier tronçon 52 en translation suivant l’axe longitudinal (X1-X1) le long de la première section allongée 56. La première butée réglable 53 est apte, en position installée, à être immobile par rapport à la section allongée 56. La première butée réglable 53 est par exemple un écrou.

Le premier organe de serrage 54 est mobile en translation suivant l’axe longitudinal (X1-X1) le long de la première section allongée 56. Le premier organe de serrage 54 est apte, en position installée, à être immobile par rapport à la section allongée 56. Le premier organe de serrage 54 est par exemple un écrou.

La première butée réglable 53 et le premier organe de serrage 54 sont adaptés pour fixer le premier tronçon par rapport à la première bride. En particulier, la première butée réglable 53 et le premier organe de serrage 54 sont placés de part et d’autre de la première bague 34 et définissent la position du premier organe d’articulation 20 par rapport à la première bride 14 selon le premier axe longitudinal (X1 -X1).

L’organe de rotation 24 traverse la première section de rotation 58 de part en part selon une direction verticale lorsque le dispositif d’articulation 2 est installé sur le véhicule 1. L’organe de rotation 24 définit un premier axe transversal (Z-Z), le premier organe d’articulation 20 et le deuxième organe d’articulation 22 étant mobiles en rotation autour du premier axe transversal (Z-Z). L’organe de rotation 24 comprend par exemple un boulon entouré d’un manchon adapté pour réduire les frottements.

Le deuxième organe d’articulation 22 comprend un seul deuxième tronçon 60, une deuxième butée réglable 62 sur le deuxième tronçon 60, un deuxième organe de serrage 64 et un seul organe de liaison 66 par l’intermédiaire duquel le deuxième tronçon 60 est relié à la deuxième bride 16. Le terme « seul deuxième tronçon » 60 signifie que le dispositif d’articulation 2 ne comporte pas d’autres éléments qui transmettent, en parallèle de ce deuxième tronçon 60, des forces entre les première et deuxième brides 14 et 16. En d’autres termes, la totalité du flux d’effort entre les première et deuxième brides 14 et 16 passe par le deuxième tronçon 60.

Le deuxième tronçon 60 comprend une deuxième section allongée 68 sur laquelle sont installés la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64, le deuxième tronçon 60 comportant également une deuxième section de rotation 70 en forme de O.

La deuxième section allongée 68 définit un deuxième axe longitudinal (X2-X2) du deuxième tronçon 60. La deuxième section allongée 68 est par exemple une barre filetée. La deuxième section allongée 68 coopère avec l’organe de liaison 66.

La deuxième section de rotation 70 en forme de O est solidaire d’une extrémité du deuxième tronçon 60 et définit un orifice aligné aux orifices de la première section de rotation 58. L’orifice de la deuxième section de rotation 70 est adapté pour accueillir l’organe de rotation 24.

La deuxième section de rotation 70, respectivement le deuxième tronçon 60, est mobile en rotation autour du premier axe transversal (Z-Z) par rapport à la première section de rotation 58, respectivement par rapport au premier tronçon 52.

Le premier axe transversal (Z-Z) s’étend transversalement par rapport au premier axe longitudinal (X1-X1) et au deuxième axe longitudinal (X2-X2), quel que soit l’angle formé entre le premier axe longitudinal (X1 -X1) et le deuxième axe longitudinal (X2-X2).

L’organe de liaison 66 définit d’une manière ajustable la position du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride selon un deuxième axe longitudinal (Y2-Y2) s’étendant perpendiculairement au deuxième axe longitudinal (X2-X2) et au premier axe transversal (Z-Z).

L’organe de liaison 66 définit d’une manière ajustable la position du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2) indépendamment de l’ajustement du deuxième tronçon (60) par rapport à la deuxième bride (16) selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2).

Selon le premier mode de réalisation illustré en figure 2 et en figure 3, l’organe de liaison 66 est un excentrique 72 et le dispositif d'articulation comporte un organe de fixation 74 tel par exemple un écrou d’excentrique 75.

L’excentrique 72 définit un contour extérieur cylindrique coopérant avec l’intérieur de la deuxième bague 46. La deuxième bague 46 définit un troisième axe longitudinal (X3- X3), qui est l’axe central de cette bague. L’axe longitudinal du contour extérieur cylindrique de l’excentrique 72 est le troisième axe longitudinal (X3-X3).

L’excentrique 72 comprend par ailleurs un alésage d’excentrique dont l’axe longitudinal est le deuxième axe longitudinal (X2-X2). Le deuxième axe longitudinal (X2- X2) et le troisième axe longitudinal (X3-X3) sont distincts et parallèles. Le deuxième axe longitudinal (X2-X2) et le troisième axe longitudinal (X3-X3) sont distants de 8mm.

L’excentrique 72 est mobile en rotation autour du troisième axe longitudinal (X3-X3) dans la deuxième bague 46 et le deuxième tronçon est mobile en rotation autour du deuxième axe longitudinal (X2-X2) dans l’alésage d’excentrique 76 et est par ailleurs mobile en translation selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2) dans l’alésage d’excentrique 72. Le deuxième tronçon 60 est ainsi mobile en translation combinée selon le premier axe transversal (Z-Z) et le deuxième axe transversal (Y2-Y2), la trajectoire du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride 16 définissant un cylindre coaxial au troisième axe longitudinal (X3-X3).

L’excentrique 72 comprend par exemple une région filetée adaptée pour coopérer avec l’organe de fixation 74 et une collerette adaptée pour être appuyée sur un côté de deuxième bague 46.

L’organe de fixation 74 est mobile sur l’excentrique et est adapté pour bloquer l’excentrique 72 sur la deuxième bague 46. Lorsque l’organe de fixation 74 bloque l’excentrique 72 sur la deuxième bague 46, la deuxième bague 46 est enserrée entre l’organe de fixation 74 et la collerette de l’excentrique 72. L’organe de fixation 74 permet ainsi de bloquer la rotation de l’excentrique 72 dans la deuxième bague 46.

Selon le premier mode de réalisation, l’écart entre les deux régions sensiblement planes de la première section de rotation 58 en forme de U est supérieur à la hauteur de la deuxième section de rotation 70 en forme de O. Cet écart défini un jeu de région verticale 80. Le jeu de région verticale 80 est par exemple compris entre 0.5mm et 10.5mm. Le premier tronçon 52 est ainsi mobile par rapport au deuxième tronçon 60 selon l’axe vertical (Z-Z) sur une plage comprise entre -8mm et +8mm.

Sur les figures 4 et 5 est montré un second mode de réalisation du dispositif d’articulation 2. Ce mode de réalisation diffère du premier mode de réalisation uniquement par ce qui suit. Les éléments analogues portent les mêmes références.

Selon le deuxième mode de réalisation, l’organe de liaison 66 est un manchon à ailettes 82 et le dispositif d’articulation 2 comporte une multiplicité d’organes de fixation 74. Chaque organe de fixation 74 est par exemple un boulon 84. La deuxième bride 16 ne comprend pas de deuxième bague 46 mais une région plane 86, connectant les deuxièmes pattes de maintien 38. La deuxième bride comprend par ailleurs des trous oblongs 88 et des butées de guidage 90 s’étendant de part et d’autre de la région plane 86.

Le manchon à ailettes 82 est mobile en translation par rapport à la deuxième bride 16 suivant le deuxième axe transversal (Y2-Y2) entre les butées de guidage 90.

Chaque organe de fixation 74 est adapté pour fixer le manchon à ailettes 82 par rapport à la deuxième bride 16. Chaque organe de fixation permet ainsi de bloquer la translation du manchon à ailettes 82 par rapport à la deuxième bride 16.

Quel que soit le mode de réalisation, la deuxième butée réglable 62 est mobile par rapport au deuxième tronçon 60 en translation suivant le deuxième axe longitudinal (X2- X2) le long de la deuxième section allongée 68. La deuxième butée réglable 62 est apte, en position installée, à être immobile ou fixée par rapport à la section allongée 68. La deuxième butée réglable 62 est par exemple un écrou et un contre écrou associé.

Le deuxième organe de serrage 64 est mobile en translation suivant le deuxième axe longitudinal (X2-X2) le long de la deuxième section allongée 68. Le deuxième organe de serrage 64 est apte, en position installée, à être immobile par rapport à la section allongée 64. Le deuxième organe de serrage 64 est par exemple un écrou et un contre écrou associé.

La deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64 sont adaptés pour fixer l’organe de liaison 66 par rapport au deuxième tronçon. En particulier, la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64 sont placés de part et d’autre de l’organe de liaison 66 et définissent la position du deuxième organe d’articulation 22 par rapport à la deuxième bride 16 selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2).

Un premier procédé de réglage d’un dispositif d’articulation de véhicule articulé selon le premier mode de réalisation illustré en figures 2 et 3 ainsi qu’un deuxième procédé de réglage d’un dispositif d’articulation de véhicule articulé selon le deuxième mode de réalisation illustré en figures 4 et 5 vont maintenant être décrits.

Le réglage est destiné à ajuster la position de la première voiture 4 par rapport à la deuxième voiture 6. En particulier, le réglage est destiné à assurer le parallélisme des plans formés par les extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture et l’alignement de la première 4 et de la deuxième 6 voiture. Les plans formés par les extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture sont par exemple formés par la première paroi transversale 8 et par la deuxième paroi transversale 10.

Le premier procédé de réglage comprend une étape de réglage de la position de l’organe de liaison 66 par rotation de l’organe de liaison 66 par rapport à la deuxième bride 16 selon le troisième axe longitudinal (X3-X3). Lors de cette étape, la position de l’organe de liaison 66 par rapport à la deuxième bride 16 est déterminée afin d’assurer l’alignement des extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture. L’organe de liaison 66 est, dans ce procédé de réglage, l’excentrique 82. La rotation autour du troisième axe longitudinal (X3-X3) permet le déplacement du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride 16 selon le premier axe transversal (Z-Z) et simultanément selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2). Le déplacement du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride 16 selon le premier axe transversal (Z-Z) entraîne un déplacement de la deuxième section de rotation 70 par rapport à la première section de rotation 58 en translation selon le premier axe transversal (Z-Z). Le déplacement selon le premier axe transversal (Z-Z) est rendu possible par le jeu 80 et n’entraine donc pas d’ajustement des plans formés par les extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture ni de l’alignement des extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture. En revanche, le déplacement du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride 16 selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2) conduit à l’ajustement de l’alignement des plans formés par les extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture.

L’étape de réglage de la position de l’organe de liaison 66 par rapport à la deuxième bride 16 est suivie par une étape de fixation de l’organe de liaison 66 à la deuxième bride 16 par l’au moins un organe de fixation 74. L’organe de fixation 74 est par exemple selon ce mode de réalisation l’écrou d’excentrique 75. L’organe de fixation bloque en particulier l’excentrique 72 sur deuxième bague 46 en la position déterminée à l’étape de réglage. La position déterminée est la position de l’excentrique 72 dans laquelle la position du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride 16 selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2) permet l’alignement des extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture.

Le premier procédé de réglage comprend par ailleurs une étape de réglage de la position de l’organe de liaison 66 par translation de l’organe de liaison 66 par rapport au deuxième tronçon 60 selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2).

Lors de cette étape, la position de l’organe de liaison 66 est déterminée afin d’assurer le parallélisme des plans formés par les extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture. La deuxième butée réglable 62 est mise en place sur le deuxième tronçon 60 afin d’assurer un écart approprié entre la première voiture 4 et la deuxième voiture 6 selon la direction longitudinale X.

L’étape de réglage de la position de l’organe de liaison 66 par rapport au deuxième tronçon 16 est suivie par une étape de fixation de l’organe de liaison 66 au deuxième tronçon 16 par la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64. Lors de cette étape, le deuxième organe de serrage 64 est mis en place sur le deuxième tronçon 60 et l’organe de liaison 66 est serré entre la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64. En particulier, la position de l’organe de liaison 66 par rapport au deuxième tronçon 60 selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2) est fixée par la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64.

Le deuxième procédé de réglage comprend une étape de réglage de la position de l’organe de liaison par translation de l’organe de liaison 66 par rapport au deuxième tronçon 60 selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2). Lors de cette étape, la position de l’organe de liaison 66 est déterminée afin d’assurer le parallélisme des plans formés par les extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture. La deuxième butée réglable 62 est mise en place sur le deuxième tronçon 60 afin d’assurer un écart approprié entre la première voiture 4 et la deuxième voiture 6 selon la direction longitudinale X.

L’étape de réglage de la position de l’organe de liaison 66 par rapport au deuxième tronçon 60 est suivie par une étape de fixation de l’organe de liaison 66 au deuxième tronçon 60 par la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64. Lors de cette étape, le deuxième organe de serrage 64 est mis en place sur le deuxième tronçon 60 et l’organe de liaison 66 est serré entre la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64. En particulier, la position de l’organe de liaison 66 par rapport au deuxième tronçon 60 selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2) est fixée par la deuxième butée réglable 62 et le deuxième organe de serrage 64.

Le deuxième procédé de réglage comprend par ailleurs une étape de réglage de la position de l’organe de liaison 66 par translation de l’organe de liaison 66 par rapport à la deuxième bride 16 selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2). Lors de cette étape, la position de l’organe de liaison 66 par rapport à la deuxième bride 16 est déterminée afin d’assurer l’alignement des extrémités de la première 4 et de la deuxième 6 voiture. L’organe de liaison 66 est dans ce procédé de réglage le manchon à ailettes 82 guidé en translation selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2) par les butées de guidage 90.

L’étape de réglage de la position de l’organe de liaison 66 par rapport à la deuxième bride 16 est suivie par une étape de fixation de l’organe de liaison 66 à la deuxième bride 16 par l’au moins un organe de fixation 74. Lors de cette étape, chaque organe de fixation 74 est utilisé pour fixer l’organe de liaison 66 sur la deuxième bride 16. En particulier, la position de l’organe de liaison 66 par rapport à la deuxième bride 16 selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2) est fixée par chaque organe de fixation 74.

L’utilisation d’un seul organe de liaison 66 permet de faciliter le réglage du dispositif d’articulation 2 et l’alignement ainsi que le parallélisme entre une première voiture 4 et une deuxième voiture 6 d’un véhicule articulé.

Le réglage indépendant de la position du deuxième tronçon 60 par rapport à la deuxième bride 16 selon le deuxième axe longitudinal (X2-X2) et selon le deuxième axe transversal (Y2-Y2) facilite notamment le réglage en évitant un réglage itératif de l’alignement longitudinal et de l’alignement transversal.

L’utilisation d’une première butée réglable 53 et d’un premier organe de serrage 54 d’une part et d’une deuxième butée réglable 62 et d’un deuxième organe de serrage 64 d’autre part assure le positionnement précis de l’organe de rotation 24 permettant une rotation adéquate entre le premier organe d’articulation 20 et le deuxième organe d’articulation 22.

Selon le premier mode de réalisation, la présence d’un jeu 80 selon la première direction transversale (Z-Z) permet le réglage de la position du deuxième organe d’articulation 22 selon la deuxième direction transversale (Y2-Y2) sans générer d’effort selon la première direction transversale (Z-Z).