Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ASSEMBLY FOR WINDING A FLEXIBLE TUBE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/111042
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an assembly for winding a flexible tube (32, 33) comprising two clamps each provided with two jaws secured to one another by connecting means (31), these two clamps being connected to one another so that their gripping zones can be accessed from the outside of this assembly, the latter comprising a return means (16) of the two jaws of the same clamp, tending to close this clamp. In addition, the assembly includes a blade (21) that supports two of the four jaws.

Inventors:
RENAUD-GOUD THIERRY (FR)
Application Number:
PCT/FR2020/000267
Publication Date:
June 10, 2021
Filing Date:
December 04, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
RENAUD GOUD THIERRY (FR)
International Classes:
B65H75/36
Domestic Patent References:
WO2019008240A12019-01-10
Foreign References:
FR3068685A12019-01-11
FR3068685A12019-01-11
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Assemblage destiné à l’enroulement d’un tube souple (32-33, 58-59, 75- 76) comportant deux pinces chacune pourvue de deux mâchoires assujetties l’une à l’autre par des moyens de liaison (14-24-31; 34-46-

56, 38-49-57; 64-69; 82-83), ces deux pinces étant reliées l’une à l’autre de sorte que leurs zones de préhension soient accessibles à l’extérieur de cet assemblage, celui-ci comportant un moyen de rappel (16, 35, 36, 40, 74, 85) des deux mâchoires d’une même pince tendant à refermer ladite pince, caractérisé en ce qu’il comprend une lame (11, 21 ; 51 ; 61, 81 ; 66, 84) qui supporte deux des quatre mâchoires.

2. Assemblage selon la revendication 1, caractérisé en ce que chacune desdites mâchoires est pourvue d’une encoche (12-22, 13-23, 52-44,

53-47, 62-67, 63-68) en forme de dièdre présentant un angle de préhension, les encoches des deux mâchoires d’une même pince se faisant face. 3. Assemblage selon l’une quelconque des revendications 1 ou 2, caractérisé en ce que les extrémités libres des deux mâchoires d’une même pince forment une embouchure prévue pour l’introduction dudit tube souple dans ladite zone de préhension. 4. Assemblage selon l’une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce qu’il comporte une butée (18) pour limiter la course des deux mâchoires d’une même pince.

5. Assemblage selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’il comporte :

- une première lame (11) dont la partie gauche supporte la mâchoire supérieure de la pince gauche et dont la partie droite supporte la mâchoire inférieure de la pince droite,

- une deuxième lame (21) dont la partie gauche supporte la mâchoire inférieure de la pince gauche et dont la partie droite supporte la mâchoire supérieure de la pince droite, - lesdits moyens de liaison consistant en un axe de pivotement (31) qui traverse des orifices centraux (14, 24) desdites lames superposées l’une sur l’autre. 6. Assemblage selon la revendication 5, caractérisé en ce que ledit moyen de rappel consiste en un ressort de torsion (16) disposé autour dudit axe de pivotement (31) et agissant sur deux épaulements (17, 25) agencés chacun sur l’une et l’autre desdites mâchoires. 7. Assemblage selon la revendication 5, caractérisé en ce que ledit moyen de rappel consiste en un ressort de traction (35) disposé entre deux épaulements (17, 25) agencés sur l’une et l’autre desdites mâchoires.

8. Assemblage selon l’une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu’il comporte :

- une lame (51) dont la partie gauche supporte la mâchoire inférieure de la pince gauche ainsi qu’un premier orifice circulaire (34) et dont la partie droite supporte la mâchoire inférieure de la pince droite ainsi qu’un deuxième orifice circulaire (38), - une première plaque (42) supportant la mâchoire supérieure gauche qui est munie d’un troisième orifice circulaire (46), et

- une seconde plaque (43) supportant la mâchoire supérieure droite qui est munie d’un quatrième orifice circulaire (48). 9. Assemblage selon la revendication 8, caractérisé en ce qu’il comporte un premier axe de pivotement (56) traversant les premier (34) et troisième (46) orifices circulaires ainsi qu’un deuxième axe de pivotement (57) traversant les deuxième (38) et quatrième (48) orifices circulaires.

10. Assemblage selon la revendication 8 caractérisé en ce que, les premier (34) et deuxième orifices circulaires étant confondus, il comporte un unique axe de pivotement (56) traversant les premier (34), troisième (46) et quatrième (48) orifices circulaires. 11. Assemblage selon l’une quelconque des revendications 8 à 10, caractérisé en ce que ledit moyen de rappel consiste en deux ressorts de torsion (36, 40) associés chacun à une plaque distincte (42, 43).

12. Assemblage selon l’une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu’il comporte :

- une lame supérieure (61, 81) dont la partie gauche supporte la mâchoire supérieure de la pince gauche, dont la partie droite supporte la mâchoire supérieure de la pince droite et dont la partie centrale est pourvue d’un manchon (64, 84) formant coulisse,

- une lame inférieure (66, 84) dont la partie gauche supporte la mâchoire inférieure de la pince gauche, dont la partie droite supporte la mâchoire inférieure de la pince droite et dont la partie centrale est munie d’un coulisseau (69, 83) délimité par une fente gauche (71) et une fente droite (72),

- lesdits moyens de liaison consistant dans le coulissement dudit coulisseau dans ledit manchon.

13. Assemblage selon la revendication 12, caractérisé en ce que ledit moyen de rappel consiste en un ressort de traction (74, 85) disposé entre deux épaulements agencés l’un (65) sur ladite lame supérieure (61, 81), l’autre (73) sur ladite lame inférieure (66, 84).

14. Assemblage selon l’une quelconque des revendications 12 ou 13, caractérisé en ce que ledit coulisseau est formé par une languette (69) de ladite lame inférieure (66) délimitée par lesdites fentes (71, 72).

15. Assemblage selon l’une quelconque des revendications 12 ou 13, caractérisé en ce que ledit coulisseau est formé par un cylindre creux (83) qui s’emboîte dans ledit manchon (82), ledit moyen de rappel (85) traversant ce cylindre.

Description:
Description

Titre de l’invention : Assemblage destiné à l’enroulement d’un tube souple

La présente invention concerne un assemblage destiné à l’enroulement d’un tube souple. Par tube souple on entend tous types de conduit présentant une section quelconque, à titre d’exemple, tuyaux, cordages, fils électriques ou câbles.

Il est particulièrement difficile d’enrouler les tuyaux d’arrosage, les tuyaux d’aspirateur de piscine ou les câbles électriques car ils se tordent, se vrillent en tout sens et donc se dégradent facilement. Il est très malaisé de faire un enroulement satisfaisant.

On connaît ainsi le document WO2019/008240 qui concerne un dispositif d’enroulement d’un tube souple. Suivant ce document, le dispositif comprend deux pinces chacune pourvue de deux mâchoires assujetties l’une à l’autre par des moyens de liaison, ces deux pinces étant reliées l’une à l’autre de sorte que leurs zones de préhension soient accessibles à l’extérieur de ce dispositif. De plus, chacune de ces mâchoires est pourvue d’une échancrure présentant un arc de cercle qui a le même diamètre que celui du tube souple qu’il s’agit d’enrouler, les échancrures des deux mâchoires d’une même pince se faisant face.

Ce dispositif présente la particularité qu’il est limité aux tubes souples de section circulaire dont le diamètre est égal à celui des arcs de cercles formés dans ces échancrures.

On connaît aussi le document FR 3068685 A1 qui vise un dispositif pour faciliter l’enroulage des tubes et câbles souples. Selon un mode de réalisation particulier, ce dispositif est formé par l’assemblage de deux pinces à linge. Ce dispositif est un assemblage destiné à l’enroulement d’un tube souple comportant deux pinces chacune pourvue de deux mâchoires assujetties l’une à l’autre par des moyens de liaison, ces deux pinces étant reliées l’une à l’autre de sorte que leurs zones de préhension soient accessibles à l’extérieur de cet assemblage, celui-ci comportant un moyen de rappel des deux mâchoires d’une même pince tendant à refermer cette pince.

Toutefois, il s’agit là d’un montage assez complexe qui n’est pas optimisé du point de vue des pièces qui le composent car il comporte deux pinces à linge chacune pourvue de deux bras. Le montage nécessite une opération de collage qui est périlleuse et relativement contraignante. De plus, les échancrures des quatre mâchoires sont des demi-cercles et deux mâchoires opposées viennent en butée l’une contre l’autre pour former un cercle complet. Là aussi, le dispositif est limité aux tubes de section circulaire dont le diamètre correspond à celui des mâchoires.

La présente invention a ainsi pour objet de pallier ces diverse limitations en proposant un assemblage destiné à l’enroulement d’un tube souple qui soit adapté à une large gamme de sections ainsi qu’à une grande plage de diamètres pour ce qui concerne les sections circulaires.

Selon l’invention, un assemblage destiné à l’enroulement d’un tube souple comporte deux pinces chacune pourvue de deux mâchoires assujetties l’une à l’autre par des moyens de liaison, ces deux pinces étant reliées l’une à l’autre de sorte que leurs zones de préhension soient accessibles à l’extérieur de cet assemblage, assemblage comportant en outre un moyen de rappel des deux mâchoires d’une même pince tendant à refermer cette pince ; de plus, il comprend une lame qui supporte deux des quatre mâchoires.

Ainsi, il n’est point besoin de prévoir un moyen de verrouillage de la pince pour emprisonner le tube souple.

De préférence, dans l’assemblage, chacune de ces mâchoires est pourvue d’une encoche en forme de dièdre présentant un angle de préhension, les encoches des deux mâchoires d’une même pince se faisant face.

Ainsi, on forme une première boucle sur le tube souple présentant donc deux brins. On ouvre l’assemblage de manière à introduire les deux brins dans les pinces correspondantes. Il suffit alors de faire tourner la boucle pour procéder à l’enroulement du tube.

Avantageusement, les extrémités libres des deux mâchoires d’une même pince forment une embouchure prévue pour l’introduction de ce tube souple dans la zone de préhension.

Ainsi, la mise en ouvre de l’assemblage est grandement facilitée.

Suivant une caractéristique additionnelle de l’invention, l’assemblage comporte une butée pour limiter la course des deux mâchoires d’une même pince.

L’embouchure est donc libérée et non pas obstruée par la fermeture de la pince.

Suivant un premier mode de réalisation, l’assemblage comporte :

- une première lame dont la partie gauche supporte la mâchoire supérieure de la pince gauche et dont la partie droite supporte la mâchoire inférieure de la pince droite, - une deuxième lame dont la partie gauche supporte la mâchoire inférieure de la pince gauche et dont la partie droite supporte la mâchoire supérieure de la pince droite,

- les moyens de liaison consistant en un axe de pivotement qui traverse des orifices centraux de ces lames superposées l’une sur l’autre.

A titre d’exemple, le moyen de rappel consiste en un ressort de torsion disposé autour de l’axe de pivotement et agissant sur deux épaulements agencés chacun sur l’une et l’autre de ces mâchoires.

Alternativement, le moyen de rappel consiste en un ressort de traction disposé entre deux épaulements agencés sur l’une et l’autre de ces mâchoires.

Suivant un deuxième mode de réalisation, l’assemblage comporte :

- une lame dont la partie gauche supporte la mâchoire inférieure de la pince gauche et dont la partie droite supporte la mâchoire inférieure de la pince droite, - une première plaque supportant la mâchoire supérieure gauche qui est munie d’un premier axe de pivotement, et

- une seconde plaque supportant la mâchoire supérieure droite qui est munie d’un second axe de pivotement.

Avantageusement, la lame comprend deux orifices correspondant aux deux axes de pivotement.

Alternativement, la lame comprend un unique orifice, les deux axes de pivotement étant confondus.

De préférence, le moyen de rappel consiste en deux ressorts de torsion associés chacun à une plaque distincte. Suivant un troisième mode de réalisation, l’assemblage comporte :

- une lame supérieure dont la partie gauche supporte la mâchoire supérieure de la pince gauche, dont la partie droite supporte la mâchoire supérieure de la pince droite et dont la partie centrale est pourvue d’un manchon formant coulisse, - une lame inférieure dont la partie gauche supporte la mâchoire inférieure de la pince gauche, dont la partie droite supporte la mâchoire inférieure de la pince droite et dont la partie centrale est munie d’un coulisseau délimité par une fente gauche et une fente droite,

- les moyens de liaison consistant dans le coulissement du coulisseau dans le manchon. De préférence, le moyen de rappel consiste en un ressort de traction disposé entre deux épaulements agencés l’un sur la lame supérieure, l’autre sur la lame inférieure.

A titre d’exemple, le coulisseau est formé par une languette de la lame inférieure délimitée par ces fentes.

Alternativement, le coulisseau est formé par un cylindre creux qui s’emboîte dans le manchon, le moyen de rappel traversant ce cylindre.

La présente invention apparaîtra maintenant avec plus de détails dans le cadre de la description qui suit d’exemples de réalisation donnés à titre illustratif en se référant aux figures annexées qui représentent :

- la figure 1, un schéma d’un premier mode de réalisation d’un assemblage selon l’invention, plus particulièrement : la figure 1a, une première lame de ce premier mode de réalisation, la figure 1 b, une seconde lame de ce premier mode de réalisation, - la figure 1c, un assemblage selon ce premier mode de réalisation ;

- la figure 2, une variante de ce premier mode de réalisation ;

- la figure 3, un schéma d’un deuxième mode de réalisation d’un assemblage selon l’invention, plus particulièrement : la figure 3a, une première lame de ce deuxième mode de réalisation, la figure 3b, les deux plaques de ce deuxième mode de réalisation, la figure 3c, un assemblage selon ce deuxième mode de réalisation,

- la figure 4, une variante de ce premier mode de réalisation ; - la figure 5, un schéma d’un troisième mode de réalisation d’un assemblage selon l’invention, plus particulièrement : la figure 5a, la lame supérieure vue de face de ce troisième mode de réalisation, la figure 5b, cette lame supérieure vue de dessus, - la figure 5c, la lame inférieure vue de face de ce troisième mode de réalisation, la figure 5d, un assemblage selon ce troisième mode de réalisation ;

- la figure 6, une variante de ce troisième mode de réalisation, plus particulièrement : la figure 6a, le manchon vu de dessus, la figure 6b, le coulisseau vu de dessus, la figure 6c, l’emmanchement de la lame et du coulisseau vu de dessus, et la figure 6d, l’emmanchement de la lame et du coulisseau vu de face.

Les éléments présents dans plusieurs figures sont affectés d’une seule et même référence.

Un premier mode de réalisation est proposé en relation avec la figure 1 .

En référence à la figure 1a, une première lame 11 se présente comme une plaque allongée en forme de rectangle dont les petits côtés sont arrondis.

La première lame 11 présente sur son bord gauche une première encoche

12 ouverte vers le bas. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi- plans forment un angle de préhension. Le bord gauche de cette encoche 12 plus court que son bord droit est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie gauche de cette première lame 11 incorporant la première encoche 12 forme la mâchoire supérieure d’une pince gauche comme cela sera explicité par la suite.

La première lame 11 présente sur son bord droit une deuxième encoche

13 ouverte vers le haut. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi- plans forment eux aussi un angle de préhension. Le bord droit de cette encoche plus court que son bord gauche est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie droite de cette première lame 11 incorporant la deuxième encoche 13 forme la mâchoire inférieure d’une pince droite comme cela sera explicité par la suite.

La première lame 11 présente un premier orifice circulaire 14 en son centre, orifice prévu pour l’introduction d’un axe de pivotement, comme cela sera explicité par la suite. Sur la lame 11 , autour de cet orifice 14, est disposée une rondelle de compensation 15. Autour de cette rondelle de compensation 15 est agencé un ressort de torsion 16 qui prend la forme d’une spire circulaire prolongée par deux bras qui s’étendent radialement. Le bras supérieur dudit ressort 16 prend appui sur un premier épaulement 17. La rondelle de compensation est prévue pour compenser l’épaisseur du ressort de torsion 16.

La première lame 11 comporte finalement une première butée 18 dont la fonction sera explicitée ultérieurement. En référence à la figure 1b, une seconde lame 21 se présente comme une plaque allongée en forme de rectangle dont les petits côtés sont arrondis.

La seconde lame 21 présente sur son bord gauche une troisième encoche

22 ouverte vers le haut. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi- plans forment un angle de préhension. Le bord gauche de cette encoche 22 plus court que son bord droit est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie gauche de cette seconde lame 21 incorporant la troisième encoche 22 forme la mâchoire inférieure d’une pince gauche comme cela sera explicité par la suite.

La seconde lame 21 présente sur son bord droit une quatrième encoche

23 ouverte vers le bas. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi- plans forment eux aussi un angle de préhension. Le bord droit de cette encoche plus court que son bord gauche est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie droite de cette seconde lame 21 incorporant la quatrième encoche 23 forme la mâchoire supérieure d’une pince droite comme cela sera explicité par la suite.

La seconde lame 21 présente un second orifice circulaire 24 en son centre, orifice prévu pour l’introduction de l’axe de pivotement, comme cela sera explicité par la suite.

La seconde lame 21 comporte finalement un second épaulement 25 dont la fonction sera explicitée ultérieurement.

En référence à la figure 1c, l’assemblage selon le premier mode de réalisation de l’invention est présenté. Les deux lames 11, 21 sont superposées de sorte que leurs orifices circulaires 14, 24 coïncident et un axe de pivotement 31 est introduit dans ces orifices. Il s’agit là des moyens de liaison. Comme axe de pivotement, l’homme du métier a l’embarras du choix entre rivet, vis ou tout autre moyen analogue. Le ressort de torsion 16 vient en appui à l’extérieur des premier 17 et second 25 épaulements et agit pour les rapprocher l’un de l’autre.

On comprend bien que la mâchoire supérieure gauche et la mâchoire inférieure gauche forment une première pince, la pince gauche. La zone de préhension figure entre ces deux mâchoires. De même, la mâchoire supérieure droite et la mâchoire inférieure droite forment une seconde pince, la pince droite. La zone de préhension figure entre ces deux mâchoires.

La première butée 18 présente sur la première lame 11 a pour fonction de limiter le niveau de fermeture des deux pinces de sorte que les extrémités libres des mâchoires forment en tout état de cause une embouchure sur laquelle on peut appuyer le tube souple afin qu’il rentre dans la pince.

Ainsi, pour l’utilisation de l’assemblage, on forme une boucle sur le tube souple, ce qui forme deux brins que l’on conviendra d’appeler le brin gauche 32 et le brin droit 33. On appuie le brin gauche 32 contre l’embouchure de la pince gauche afin de l’introduire dans la zone de préhension de cette pince et le brin droit dans l’embouchure de la pince droite afin de l’introduire lui aussi dans la zone de préhension de cette pince, formant ainsi une boucle. Il ne reste plus qu’à enrouler le tube souple en faisant tourner la boucle sur elle-même.

En référence à la figure 2, une variante de ce premier mode de réalisation est présentée. Les deux lames 11 , 21 sont toujours superposées de sorte que leurs orifices circulaires 14, 24 coïncident et Taxe de pivotement 31 est introduit dans ces orifices. Cependant, le ressort de torsion est supprimé et remplacé par un ressort de traction 35 agencé entre les deux épaulements 17, 25. La rondelle de compensation peut éventuellement être supprimée ou bien voir son épaisseur réduite.

Un deuxième mode de réalisation est proposé au vu de la figure 3.

En référence à la figure 3a, une lame 51 se présente comme une plaque allongée en forme de rectangle dont les petits côtés sont arrondis.

Cette lame 51 présente sur son bord gauche une première encoche 52 ouverte vers le haut. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi- plans forment un angle de préhension. Le bord gauche de cette encoche 52 plus court que son bord droit est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie gauche de cette lame 51 incorporant la première encoche 52 forme la mâchoire inférieure d’une pince gauche comme cela sera explicité par la suite.

Cette lame 51 présente sur son bord droit une deuxième encoche 53 ouverte vers le haut. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi- plans forment eux aussi un angle de préhension. Le bord droit de cette encoche plus court que son bord gauche est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie droite de cette lame 51 incorporant la deuxième encoche 53 forme la mâchoire inférieure d’une pince droite comme cela sera explicité par la suite. Cette lame 51 présente un premier orifice circulaire 34 sur sa partie gauche, orifice prévu pour l’introduction d’un premier axe de pivotement, comme cela sera explicité par la suite. Sur la lame 51 , autour de cet orifice 34, est disposée une première rondelle 55. Autour de cette rondelle 55 est agencé un premier ressort de torsion 36 qui prend la forme d’une spire circulaire prolongée par deux bras qui s’étendent radialement. Le bras inférieur dudit premier ressort 36 prend appui sur un premier épaulement 37. La rondelle est prévue pour compenser l’épaisseur du ressort de torsion 36.

Cette lame 51 présente un deuxième orifice circulaire 38 sur sa partie droite, orifice prévu pour l’introduction d’un deuxième axe de pivotement, comme cela sera explicité par la suite. Sur la lame 51 , autour de cet orifice 38, est disposée une deuxième rondelle 39. Autour de cette rondelle 39 est agencé un deuxième ressort de torsion 40 qui prend la forme d’une spire circulaire prolongée par deux bras qui s’étendent radialement. Le bras inférieur dudit deuxième ressort 40 prend appui sur un deuxième épaulement 41. La rondelle est prévue pour compenser l’épaisseur du ressort de torsion 40.

En référence à la figure 3b une première plaque 42 et une deuxième plaque 43 sont prévues pour être associées à la lame 31.

La première plaque 42 se présente comme une plaque allongée en forme de rectangle dont les petits côtés sont arrondis. Elle présente sur son bord gauche une troisième encoche 44 ouverte vers le bas. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi-plans forment un angle de préhension. Le bord gauche de cette encoche 44 plus court que son bord droit est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie gauche de cette première plaque 42 incorporant la troisième encoche 44 forme la mâchoire supérieure d’une pince gauche comme cela sera explicité par la suite.

Cette première plaque 42 comporte encore un troisième épaulement 45 disposé sur son bord supérieur au niveau du bord droit de la troisième encoche 44, épaulement dont la fonction sera vue plus loin. Elle comporte enfin un troisième orifice circulaire 46 centré au niveau de sa partie droite. La deuxième plaque 43 se présente comme une plaque allongée en forme de rectangle dont les petits côtés sont arrondis. Elle présente sur son bord droit une quatrième encoche 47 ouverte vers le bas. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi-plans forment un angle de préhension. Le bord droit de cette encoche 47 plus court que son bord gauche est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie droite de cette deuxième plaque 43 incorporant la quatrième encoche 47 forme la mâchoire supérieure d’une pince droite comme cela sera explicité par la suite. Cette deuxième plaque 43 comporte encore un quatrième épaulement 48 disposé sur son bord supérieur au niveau du bord gauche de la quatrième encoche 47, épaulement dont la fonction sera vue plus loin. Elle comporte enfin un quatrième orifice circulaire 49 centré au niveau de sa partie gauche.

En référence à la figure 3c, l’assemblage selon le deuxième mode de réalisation de l’invention est présenté.

La première plaque 42 est superposée sur la lame 51 de sorte que les premier 34 et troisième 46 orifices circulaires coïncident et un premier axe de pivotement 56 est introduit dans ces orifices.

Le premier ressort de torsion 36 vient en appui à l’extérieur des premier 37 et troisième 45 épaulements et agit pour les rapprocher l’un de l’autre.

On comprend bien que la mâchoire supérieure gauche et la mâchoire inférieure gauche forment une première pince, la pince gauche.

La deuxième plaque 43 est superposée sur la lame 51 de sorte que les deuxième 38 et quatrième 49 orifices circulaires coïncident et un deuxième axe de pivotement 57 est introduit dans ces orifices.

Le deuxième ressort de torsion 40 vient en appui à l’extérieur des deuxième 41 et quatrième 48 épaulements et agit pour les rapprocher l’un de l’autre.

Là encore, la mâchoire supérieure droite et la mâchoire inférieure droite forment une seconde pince, la pince droite.

Il est également prévu deux butées qui ont pour fonction de limiter le niveau de fermeture des deux pinces de sorte que les extrémités libres des mâchoires forment en tout état de cause une embouchure sur laquelle on peut appuyer le tube souple afin qu’il rentre dans la pince. Ainsi, pour l’utilisation de l’assemblage, on forme une boucle sur le tube souple, ce qui forme deux brins que l’on conviendra d’appeler le brin gauche 58 et le brin droit 59. On appuie le brin gauche 58 contre l’embouchure de la pince gauche afin de l’introduire dans la zone de préhension de cette pince et le brin droit 59 dans l’embouchure de la pince droite afin de l’introduire lui aussi dans la zone de préhension de cette pince, formant ainsi une boucle. Il ne reste plus qu’à enrouler le tube souple en faisant tourner la boucle sur elle-même.

En référence à la figure 4, une variante de ce deuxième mode de réalisation est présentée. Le deuxième orifice circulaire est supprimé de même que le deuxième axe de pivotement. Maintenant, l’assemblage est réalisé de sorte que les premier 34, troisième 46 et quatrième 49 orifices circulaires coïncident. Il suffit d’un seul axe de pivotement, le premier 56, pour solidariser l’assemblage.

Idéalement, la lame 51 est interposée entre la première 42 et la deuxième 43 plaques.

Ce deuxième mode de réalisation permet avantageusement d’accommoder un premier et un deuxième brins de sections différentes.

Un troisième mode de réalisation est proposé en considérant la figure 5.

En référence à la figure 5a, une lame supérieure 61 se présente comme une plaque allongée en forme de rectangle dont les petits côtés sont arrondis.

Cette lame supérieure 61 présente sur son bord gauche une première encoche 62 ouverte vers le bas. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi-plans forment un angle de préhension. Le bord gauche de cette encoche 62 plus court que son bord droit est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie gauche de cette lame 61 incorporant la première encoche 62 forme la mâchoire supérieure d’une pince gauche comme cela sera explicité par la suite.

Cette lame supérieure 61 présente sur son bord droit une deuxième encoche 63 ouverte vers le bas. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi-plans forment eux aussi un angle de préhension. Le bord droit de cette encoche plus court que son bord gauche est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie droite de cette lame 61 incorporant la deuxième encoche 63 forme la mâchoire inférieure d’une pince droite comme cela sera explicité par la suite.

Cette lame supérieure 61 présente sur sa partie centrale un manchon 64 définissant un parallélépipède rectangle qui forme une coulisse, comme cela apparaîtra par la suite. Sur ce manchon 64 une protubérance définit un premier épaulement 65 dont la fonction figure plus loin.

Sur la figure 5b qui représente une vue de dessus, on distingue mieux le manchon 64 qui fait saillie de la lame supérieure 61 .

En référence à la figure 5c, une lame inférieure 66 se présente comme une plaque allongée en forme de rectangle dont les petits côtés sont arrondis.

Cette lame inférieure 66 présente sur son bord gauche une troisième encoche 67 ouverte vers le haut. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi-plans forment un angle de préhension. Le bord gauche de cette encoche 67 plus court que son bord droit est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie gauche de cette lame 66 incorporant la troisième encoche 67 forme la mâchoire inférieure d’une pince gauche comme cela sera explicité par la suite.

Cette lame inférieure 66 présente sur son bord droit une quatrième encoche 68 ouverte vers le haut. Cette encoche s’appuie sur un dièdre dont les deux demi-plans forment eux aussi un angle de préhension. Le bord droit de cette encoche plus court que son bord gauche est toutefois un peu plus long que la moitié de ce dernier. Avantageusement, le raccord entre les deux bords est arrondi. L’angle de préhension vaut de préférence de l’ordre de 90°. La partie droite de cette lame 61 incorporant la quatrième encoche 68 forme la mâchoire inférieure d’une pince droite comme cela sera explicité par la suite.

Cette lame inférieure 66 présente sur sa partie centrale une languette 69 qui résulte de l’agencement sur le bord supérieur de cette lame 66 d’une fente gauche 71 et d’une fente droite 72 disposées symétriquement par rapport au centre de ce bord supérieur. Cette languette 69 formant coulisseau a une largeur légèrement inférieure à celle de l’intérieur du manchon 64. Par ailleurs, une autre protubérance à la base de lame inférieure, sensiblement centrée, définit un deuxième épaulement 73 dont la fonction figure plus loin.

En référence à la figure 5d, l’assemblage selon le troisième mode de réalisation de l’invention est présenté. Les deux lames 61 , 66 sont juxtaposées de sorte que le bord inférieur de la lame supérieure 61 chevauche le bord supérieur de la lame inférieure 66, la languette 69 venant s’introduire dans le manchon 64. Il s’agit là des moyens de liaison. De plus, un ressort de traction 74 est introduit entre le premier 65 et le deuxième 73 épaulements. Il s’agit là du moyen de rappel. On comprend bien que la mâchoire supérieure gauche et la mâchoire inférieure gauche forment une première pince, la pince gauche.

De même, la mâchoire supérieure droite et la mâchoire inférieure droite forment une seconde pince, la pince droite.

Ainsi, pour l’utilisation de l’assemblage, on forme une boucle sur le tube souple, ce qui forme deux brins que l’on conviendra d’appeler le brin gauche 75 et le brin droit 76. La languette 69 est apte à coulisser dans le manchon 64. On appuie le brin gauche 75 contre l’embouchure de la pince gauche afin de l’introduire dans la zone de préhension de cette pince et le brin droit 76 dans l’embouchure de la pince droite afin de l’introduire lui aussi dans la zone de préhension de cette pince, formant ainsi une boucle. Il ne reste plus qu’à enrouler le tube souple en faisant tourner la boucle sur elle-même.

En référence à la figure 6, une variante de ce troisième mode de réalisation est présentée.

Sur la figure 6a, on remarque que le manchon 82 fait maintenant saillie de part et d’autre de la lame supérieure 81 qui n’est ici représentée que partiellement.

Sur la figure 6b, on remarque que la languette est maintenant remplacée par un coulisseau 83 qui fait saillie de part et d’autre de la lame inférieure 84 qui n’est ici représentée que partiellement. Ce coulisseau se présente comme un cylindre de section rectangulaire prévu pour coulisser dans le manchon.

La disposition du manchon 82 par rapport à la lame supérieure 81 et celle du coulisseau 83 par rapport à la lame inférieure 84 est telle que les deux lames viennent pratiquement au contact l’une de l’autre lorsque ces deux éléments sont emmanchés.

Sur la figure 6c, précisément, le coulisseau 84 est emmanché dans le manchon 84 et les deux lames 81 , 84 sont partiellement superposées.

Sur la figure 6d, il apparaît que le moyen de rappel est toujours un ressort de traction 85 mais dorénavant celui-ci traverse le coulisseau 83, ce qui le protège.

On terminera cette description en précisant qu’on peut envisager des moyens de maintien (non représentés) destinés à emprisonner le tube souple lorsqu’il est complètement enroulé. Il peut s’agir d’un lacet ou d’un ruban muni d’une bande auto-agrippante.

Les exemples de réalisation de l’invention présentés ci-dessus ont été choisis eu égard à leurs caractères concret. Il ne serait cependant pas possible de répertorier de manière exhaustive tous les modes de réalisation que recouvre cette invention. En particulier, tout moyen décrit peut être remplacé par un moyen équivalent sans sortir du cadre de la présente invention.