Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
BLOCK FOR CUTTING WOODEN LOGS AND UNIT COMPRISING SUCH A BLOCK
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/130436
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a block (100) for cutting wooden logs, comprising: - a support member (10) extending in a plane (P), referred to as the support plane, which is substantially perpendicular to a cutting axis (A) of the wooden log; and - a plurality of substantially planar blades (20) attached to the support member (10) and extending perpendicular to the plane of the support member (P), each of the blades (20) comprising a cutting edge (20a), wherein the blades (20) are arranged relative to each other in order to form, as a projection orthogonal to the plane of the support member (P), a star in which the cutting edges (20a) are aligned with respect to the cutting axis (A) so as to split the wooden log longitudinally into a plurality of stakes when the wooden log is inserted longitudinally into the cutting block (100) along the cutting axis (A).

Inventors:
BAJER ERIC (FR)
LAUWERS MANUEL (FR)
MIZON HERVÉ (FR)
Application Number:
PCT/FR2020/052476
Publication Date:
July 01, 2021
Filing Date:
December 16, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
HOME CLOTURES DAQUITAINE (FR)
International Classes:
B27L7/00; B27L7/06
Foreign References:
US20150013842A12015-01-15
EP0054252A11982-06-23
US0346672A1886-08-03
CN108972809A2018-12-11
EP3205467A22017-08-16
DE102013019707A12014-12-24
EP3205466A12017-08-16
Attorney, Agent or Firm:
CABINET RIFFLART VANDENBOSSCHE (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Bloc de découpe (100) pour rondin de bois comportant :

- un support (10) s’étendant dans un plan (P), dit plan de support, sensiblement perpendiculaire à un axe de découpe (A) dudit rondin de bois ; et

- une pluralité de lames (20) sensiblement planes fixées au support (10) et s’étendant perpendiculairement au plan dudit support (P), chacune desdites lames (20) comprenant une arête tranchante (20a), ledit bloc de découpe (100) étant caractérisé en ce que les lames (20) sont disposées les unes par rapport aux autres pour former, en projection orthogonale sur le plan dudit support (P), une étoile dans laquelle les arêtes tranchantes (20a) sont dirigées en regard dudit axe de découpe (A) de sorte à fendre longitudinalement ledit rondin de bois en une pluralité d’échalas lorsque ledit rondin de bois est engagé longitudinalement dans ledit bloc de découpe (100) selon Taxe de découpe (A).

2. Bloc de découpe (100) selon la revendication 1, dans lequel ledit support (10) comprend une ouverture de passage (11) dimensionnée pour le passage dudit rondin de bois lorsque celui-ci est engagé longitudinalement dans ledit bloc de découpe (100) selon Taxe de découpe (A).

3. Bloc de découpe (100) selon la revendication 2, dans lequel l’ouverture de passage (11) est circulaire.

4. Bloc de découpe (100) selon la revendication 2 ou 3, dans lequel l’ouverture de passage (11) est centrée sur le support (10).

5. Bloc de découpe (100) selon Tune quelconque des revendications 2 à 4, dans lequel les arêtes tranchantes (20a) s’étendent au travers d’un volume cylindrique orthogonal au plan dudit support (P) dont la section transversale est définie par l’ouverture de passage (11).

6. Bloc de découpe (100) selon Tune quelconque des revendications 2 à 5, dans lequel chacune des arêtes tranchantes (20a) s’étend parallèlement audit axe de découpe (A).

7. Bloc de découpe (100) selon Tune quelconque des revendications 2 à 5, dans lequel chacune des arêtes tranchantes (20a) est inclinée de manière à converger vers un même point de convergence (PC) situé sur ledit axe de découpe (A).

8. Bloc de découpe (100) selon la revendication 7, dans lequel ledit point de convergence (PC) est confondu avec le centre de l’ouverture de passage (11).

9. Bloc de découpe (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel au moins une des arêtes tranchantes (20a) est biseautée, de préférence le biseau de l’au moins une des arêtes tranchantes (20a) forme un angle compris entre 5 et 25°.

10. Bloc de découpe (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel lesdites lames (20) présentent chacune une portion plane (20b), lesdites lames (20) étant fixées chacune audit support (10) par l’intermédiaire desdites portions planes (20b).

11. Bloc de découpe (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel, considérées en projection orthogonale dans un plan orthogonal à l’axe de découpe (A), les distances entre les lames adjacentes (20) sont sensiblement égales entre elles de manière à former des sections de coupe identiques.

12. Bloc de découpe (100) selon la revendication 11, lequel comprend quatre lames (20) disposées de manière à ce que les lames adjacentes entre elles s’étendent dans des directions (dl, d2, d3, d4) respectives orthogonales pour former quatre sections de coupe à angle droit.

13. Installation de découpe pour rondin de bois comprenant : - un bloc de découpe (100) selon l’une quelconque des revendications précédentes ; et

- un convoyeur de rondin de bois disposé en amont dudit bloc de découpe (100) et comprenant des moyens d’acheminement configurés pour acheminer ledit rondin de bois en direction dudit bloc de découpe (100) et engager ledit rondin de bois longitudinalement dans ledit bloc de découpe (100) selon l’axe de découpe (A) de sorte à fendre longitudinalement ledit rondin de bois en une pluralité d’échalas.

14. Installation selon la revendication 13, dans lequel les moyens d’acheminement sont hydrauliques et comprennent un fluide hydraulique sous pression.

15. Procédé de fabrication d’échalas à partir d’au moins un rondin de bois, ledit procédé mettant en œuvre une installation de découpe selon la revendication 13 ou 14, dans lequel on fournit au moins un rondin de bois sur ledit convoyeur et on engage ledit au moins un rondin de bois dans le bloc de découpe (100) en actionnant ledit convoyeur de manière à ce que celui-ci engage ledit au moins rondin de bois longitudinalement dans ledit bloc de découpe (100) selon l’axe de découpe (A) de manière à fendre longitudinalement ledit au moins un rondin de bois en une pluralité d’échalas.

Description:
DESCRIPTION

Titre : BLOC DE DECOUPE POUR RONDINS DE BOIS ET INSTALLATION

COMPRENANT UN TEL BLOC

Domaine technique

La présente invention concerne le domaine du fendage de bois, et plus particulièrement le domaine du fendage des rondins de bois pour obtenir des échalas.

Un des objets de la présente invention vise à mettre à disposition des fabricants de ganivelles un bloc de découpe apte à fendre des rondins de bois pour obtenir des échalas.

La présente invention trouvera ainsi de nombreuses applications avantageuses dans le domaine de la fabrication de ganivelles, encore appelées clôtures girondines.

Art antérieur

Les ganivelles sont classiquement des clôtures formées par un assemblage de lattes de bois. Selon cet assemblage, les lattes sont tenues verticalement entre elles et sont séparées les unes des autres par un espace dont la largeur détermine la perméabilité de la barrière.

Le maintien en position des lattes est assuré par des tours de fils de fer galvanisé. Traditionnellement, ces lattes de bois sont obtenues à partir de châtaignier, et notamment de perches de châtaignier présentant un diamètre d’environ six à douze centimètres.

Une fois écorcées et fendues, les perches permettent d’obtenir ce qu’on appelle des échalas ; de telles échalas présentent un côté arrondi naturellement (il s’agit de la partie extérieure écorcée de la perche).

L’utilisation du châtaigner est appréciée pour la réalisation des ganivelles.

Le châtaignier offre en effet une essence de bois durable et imputrescible en raison notamment de sa richesse en tanin. C’est donc un bois particulièrement adapté pour résister aux attaques des champignons et des insectes.

Le châtaignier présente par ailleurs de bonnes propriétés pour être fendu.

Le Demandeur soumet que les consommateurs ne souhaitent pas d’autres bois, ceci tant pour des raisons esthétiques que des raisons qualitatives (résistance dans le temps notamment).

Pour la fabrication d’une ganivelle, les perches de châtaignier sont donc fendues manuellement ou mécaniquement pour obtenir les échalas, cette technique assure une meilleure durabilité que les lattes sciées. Le Demandeur a cependant constaté que l’approvisionnement en perches était très difficile et que, de ce fait, la demande en échalas était très largement supérieure à l’offre.

Les techniques classiques de découpe de perches de châtaigner ne permettent pas aujourd’hui de répondre aux attentes des fabricants de ganivelles.

Le procédé mécanique actuel utilisé par l’ensemble de la profession pour obtenir des échalas de châtaignier consiste à fendre les perches à l’aide d’une fendeuse munie d’une filière de fendage, d’un guide de fendage et d’un vérin assurant la poussée de la perche vers la filière ou le déplacement de la filière de l’amont vers l’aval de la perche.

La filière est conçue avec des lames soudées entre-elles, formant une pointe d’amorçage centrale et donnant à la filière une forme convexe.

Le guide de fendage est un outil mobile permettant à l’opérateur de suivre la forme de la perche qui n’est pas rectiligne naturellement afin de fendre en suivant les fils du bois, et de former des échalas.

Un tel guide est adapté aux perches de châtaignier.

Toutefois, comme indiqué ci-dessus, l’approvisionnement de telles perches est difficile et ne permet pas de satisfaire à la demande. Le Demandeur observe ici que l’utilisation des billons de châtaigner permettrait de satisfaire la demande en échalas, l’approvisionnement en billons de châtaignier étant plus facile.

En revanche, les billons de châtaignier présentent un diamètre compris entre douze et vingt- cinq centimètres. Les nombreux tests réalisés avec les filières classiques montrent que celles-ci ne sont pas adaptées au fendage des rondins de châtaignier de 4 à 8 cm de diamètre, obtenus par fraisage après division du billon.

Il n’existe pas aujourd’hui de filière de fendage adaptée au fendage des rondins de châtaignier. Objet de la présente invention

La présente invention vise à améliorer la situation décrite ci-dessus

La présente invention vise notamment à remédier à au moins un des différents problèmes techniques mentionnés ci-dessus en proposant une technique de découpe de rondin de bois permettant de fendre longitudinalement ledit rondin en une pluralité d’échalas.

A cet effet, l’objet de la présente invention concerne selon un premier aspect un bloc de découpe, encore appelé filière de fendage, pour rondin de bois comportant un support s’étendant dans un plan sensiblement perpendiculaire à un axe de découpe du rondin de bois. Avantageusement, le bloc de découpe selon la présente invention comporte une pluralité de lames qui de préférence sont sensiblement planes.

Avantageusement, les lames sont fixées au support et s’étendent perpendiculairement au plan du support, chacune des lames comprenant de préférence une arête tranchante.

On comprend donc ici que chaque lame et donc chaque arête tranchante s’étend dans un plan qui comprend l’axe de découpe et qui est perpendiculaire au plan du support.

Selon la présente invention, les lames sont disposées les unes par rapport aux autres pour former, en projection orthogonale sur le plan du support, une étoile dans laquelle les arêtes tranchantes sont dirigées en regard de l’axe de découpe.

Les arêtes tranchantes sont donc dirigées vers l’axe de découpe et ne sont pas orientées de façon frontale par rapport au rondin de bois ; c’est-à-dire en faisant face au rondin de bois lors de son engagement dans le bloc de découpe. Ici on entend par configuration frontale, des arêtes tranchantes qui sont sensiblement perpendiculaires à l’axe de découpe. En effet, dans une configuration frontale des arêtes tranchantes, le fendage des rondins de bois en échalas n’est pas efficace et entraîne beaucoup de perte ainsi que des détériorations de machine.

Ainsi, l’orientation des arêtes dirigées en regard de l’axe de découpe permet de fendre longitudinalement le rondin de bois en une pluralité d’ échalas, ceci notamment lorsque le rondin de bois est engagé longitudinalement dans le bloc de découpe selon l’axe de découpe. Avantageusement, le support selon la présente invention comprend une ouverture de passage dimensionnée pour le passage du rondin de bois lorsque celui-ci est engagé longitudinalement dans le bloc de découpe selon l’axe de découpe.

Une telle ouverture de passage sert de guide pour le passage des rondins à travers le bloc de découpe.

De préférence, l’ouverture de passage est circulaire.

De préférence, l’ouverture de passage est centrée sur le support.

Avantageusement, les arêtes tranchantes s’étendent au travers d’un volume cylindrique orthogonal au plan du support.

De préférence, la section transversale de ce volume cylindrique est définie par l’ouverture de passage. On comprend ici qu’il s’agit d’un cylindre fictif au travers duquel les lames s’étendent. Un tel cylindre présente une section transversale dont les dimensions sont supérieures ou égales à celles de l’ouverture de passage. En d’autres termes, la projection orthogonale des lames sur le plan du support recouvre l’ouverture de passage.

Dans une variante, chacune des arêtes tranchantes s’étend parallèlement à l’axe de découpe. Dans une autre variante préférée, chacune des arêtes tranchantes est inclinée de manière à converger vers un même point de convergence situé sur l’axe de découpe.

Par inclinaison des arêtes des lames, on comprend ici que les arêtes des lames se resserrent de l’amont vers l’aval par rapport au sens de coupe. L’inclinaison des arêtes tranchantes des lames forme un entonnoir qui permet de guider les rondins le long de l’axe de découpe pour un bon fendage des rondins.

Les lames, par cette forme en entonnoir, constituent une amorce de fendage inversée donnant à la filière une forme concave facilitant le guidage des rondins dans le bloc de découpe.

Ainsi, on comprendra que les arêtes tranchantes des lames s’étendent chacune dans un plan radial par rapport au plan de support, les arêtes s’étendant de façon oblique par rapport à l’axe de découpe pour converger vers un même point de convergence.

De préférence, ce point de convergence est confondu avec le centre de l’ouverture de passage. Avantageusement, au moins une des arêtes tranchantes est biseautée.

De préférence, le biseau de l’au moins une des arêtes tranchantes forme un angle compris entre 5 et 25° ; un tel angle permet de fendre correctement le rondin.

Avantageusement, les lames présentent chacune une portion plane.

De préférence, les lames sont fixées chacune au support par l’intermédiaire de ces portions planes. On peut prévoir par exemple une fixation des lames sur le support par soudage, sertissage ou autre.

Dans un mode de réalisation avantageux de la présente invention, considérées en projection orthogonale dans un plan orthogonal à l’axe de découpe, les distances entre les lames adjacentes sont sensiblement égales entre elles de manière à former des sections de coupe identiques.

On comprend ainsi que les lames sont disposées entre elles de manière à ce que la projection orthogonale desdites lames dans un plan orthogonal à l’axe de découpe forme des sections de coupe identiques ; plus exactement, on comprend ici que les lames divisent le cylindre fictif mentionné ci-dessus en des sections de coupe de dimensions identiques, ceci pour obtenir des échalas de dimensions identiques en sortie du bloc de découpe.

Avantageusement, le bloc de découpe selon la présente invention comprend quatre lames disposées de manière à ce que les lames adjacentes entre elles s’étendent dans des directions respectives orthogonales pour former quatre sections de coupe à angle droit.

Corrélativement, l’objet de la présente invention concerne selon un deuxième aspect une installation de découpe pour rondin de bois. Avantageusement, une telle installation comprend un bloc de découpe tel que décrit ci-dessus et un convoyeur de rondin de bois disposé en amont dudit bloc de découpe.

De préférence, un tel convoyeur comprend des moyens d’acheminement configurés pour acheminer chaque rondin de bois en direction du bloc de découpe et engager chaque rondin de bois longitudinalement dans le bloc de découpe selon l’axe de découpe de sorte à fendre longitudinalement chaque rondin de bois en une pluralité d’échalas

Avantageusement, les moyens d’acheminement sont hydrauliques et comprennent un fluide hydraulique sous pression.

Avantageusement, les moyens d’acheminements comportent un bras-poussoir dont une extrémité, dite extrémité distale, est configurée pour pousser ledit rondin de bois en direction dudit bloc de découpe selon l’axe de découpe. De préférence, ladite extrémité distale dudit bras- poussoir présente des rainures de forme complémentaires à la forme des lames dudit bloc de lames de manière à ce que les rainures et les lames s’emboîtent les unes dans les autres. De telles rainures permettent une automatisation de la chaîne de production en permettant d’engager les rondins de bois dans ledit bloc sans intervention humaine.

L’objet de la présente invention concerne selon un troisième aspect un procédé de fabrication d’échalas à partir d’au moins un rondin de bois, ledit procédé mettant en œuvre une installation de découpe telle que décrite ci-dessus.

Dans un tel procédé selon la présente invention, on fournit au moins un rondin de bois sur le convoyeur et on engage l’au moins un rondin de bois dans le bloc de découpe en actionnant le convoyeur de manière à ce que celui-ci engage l’au moins rondin de bois longitudinalement dans le bloc de découpe selon l’axe de découpe de manière à fendre longitudinalement l’au moins un rondin de bois en une pluralité d’échalas.

L’objet de la présente invention concerne selon un quatrième aspect au moins un échalas obtenu par la mise en œuvre d’un procédé de fabrication tel que décrit ci-dessus.

L’objet de la présente invention concerne selon un cinquième aspect une utilisation d’une installation de découpe pour rondin de bois telle que décrite ci-dessus pour la fabrication de ganivelle.

Ainsi, par ses différentes caractéristiques techniques fonctionnelles et structurelles décrites ci- dessus, le Demandeur met à disposition des fabricants de ganivelles un bloc de découpe innovant permettant de fendre efficacement un rondin de bois pour obtenir une pluralité d’échalas.

Brève description des figures annexées

D’autres caractéristiques et avantages de la présente invention ressortiront de la description ci- dessous, en référence aux figures annexées qui en illustrent deux exemples de réalisation dépourvus de tout caractère limitatif et sur lesquelles :

[Fig- 1 ]

La figure 1 représente une vue schématique de profil d’un bloc de découpe selon un premier exemple de réalisation de la présente invention.

[Fig.2]

La figure 2 représente une vue schématique de face d’un bloc de découpe conforme à l’exemple de réalisation de la figure 1.

[Fig.3]

La figure 3 représente une vue schématique de profil d’un bloc de découpe selon un deuxième exemple de réalisation de la présente invention.

[Fig.4]

La figure 4 représente une vue schématique de face d’un bloc de découpe conforme à l’exemple de réalisation de la figure 3.

Description détaillée

Un bloc de découpe selon deux exemples de réalisation de la présente invention va maintenant être décrit dans ce qui va suivre en référence conjointement aux figures 1 à 4.

Comme rappelé en préambule, les fabricants de ganivelles utilisent aujourd’hui des perches de châtaignier présentant un diamètre d’environ six à douze centimètres pour fabriquer leurs ganivelles.

Or, les techniques actuelles et le matériel utilisé sont adaptés pour le fendage des perches de châtaigner ; la capacité d’approvisionnement en perches est faible et ne permet pas de satisfaire la demande en échalas.

Plus exactement et comme expliqué en préambule de la description, le Demandeur soumet que les techniques de fabrication utilisées pour le fendage des perches de châtaignier ne sont pas adaptées pour les rondins de châtaigner, ceci notamment pour les raisons suivantes : - le diamètre important des billons de châtaigner ne permet pas de réaliser l’opération de fendage avec les filières de fendage actuelles qui sont adaptées spécifiquement aux perches de châtaignier ;

- la dureté, la densité du cœur du rondin et/ou les nœuds présents dans le rondin provoquent un blocage du bois dans la filière de fendage ;

- les bois positionnés dans la fendeuse mécanique n’étant pas assez maintenus et bien que la fente soit amorcée avec la pointe de la filière au centre des bois, lors de la poussée du vérin le fendage suit les fils du bois ; ce qui produit des échalas coniques et très souvent de longueur variable, et donc non conforme pour la fabrication des ganivelles.

Le Demandeur a donc développé une technique innovante et alternative pour la fabrication d’ échalas et donc de ganivelles.

Le concept sous-jacent à la présente invention est l’utilisation de rondins de châtaigner, et non de perches.

Par rondin de châtaignier, on entend ici un morceau de châtaignier présentent un diamètre de quatre à huit centimètres obtenu après fraisage d’un quartier de billon (obtenu division de ce dernier).

On notera ici que l’approvisionnement en billons de châtaignier est facile (contrairement à l’approvisionnement en perches de châtaignier).

On comprend ici que, dans la description ci-après, les rondins de bois sont des rondins de châtaignier. L’utilisation du châtaignier est ici particulièrement appréciée pour la fabrication de ganivelles. Il s’agit toutefois d’un exemple de bois parmi d’autres possibles.

Le Demandeur a donc développé dans le cadre de la présente invention un équipement de découpe spécifique permettant de fendre des rondins de châtaigniers afin d’obtenir des échalas, nécessaires à la fabrication de ganivelle.

Dans les figures 1 à 4, on a représenté de manière schématique un bloc de découpe 100 selon deux exemples pour une installation de découpe (non représentée ici) de rondins de châtaignier. Une telle installation comporte un convoyeur hydraulique (non représenté ici) dans lequel circule un fluide hydraulique entraînant le déplacement des rondins de châtaignier selon un axe de découpe A.

L’installation selon la présente invention comporte en outre un bloc de découpe 100.

Un tel bloc de découpe 100 est caractéristique de la présente invention.

Ce dernier sera décrit plus en détail ci-après.

Dans les deux exemples décrits ici, le bloc de découpe 100 est situé en aval du convoyeur. On comprend donc que le flux de fluide hydraulique constitue des moyens d’acheminement pour acheminer le ou les rondins de châtaignier sur le convoyeur vers le bloc de découpe 100. Le flux de fluide hydraulique a ainsi pour fonction de guider et d’amener les rondins de châtaigner selon l’axe de découpe A à travers le bloc de découpe 100 afin que les rondins soient fendus longitudinalement pour former des échalas ; de tels échalas serviront ensuite à la fabrication des ganivelles.

L’axe de découpe A correspond en d’autres termes à un axe dit d’amenée correspondant à l’axe dans lequel les rondins de châtaignier sont amenés vers le bloc de découpe 100. Ici, on comprend que l’axe longiligne du rondin est confondu avec l’axe de découpe puisqu’on vient engager le rondin de châtaignier dans le bloc selon toute sa longueur.

A l’aide des figures 1 à 4, on va maintenant décrire plus en détail deux exemples de réalisation d’un bloc de découpe 100 conforme à la présente invention.

On notera tout d’abord qu’un tel bloc de découpe 100 selon la présente invention est constitué dans un matériau de type acier anti-abrasion tel que par exemple du « Hardox ». L’utilisation d’un tel matériau est appréciée pour ces propriétés mécaniques qui en font une pièce robuste apte à résister aux différentes contraintes mécaniques (forces de cisaillement et autres) exercées lors du fendage des rondins de châtaignier.

Dans chacun des deux exemples décrits ici, le bloc de découpe 100 comprend un support 10 et une pluralités de lames 20.

Une ouverture de passage 11 , par laquelle entrent les rondins de châtaigner dans le bloc de découpe 100, est ménagée sur le support 10. L’ouverture de passage 11 est donc dimensionnée pour le passage des rondins de châtaigner et permettre le guidage de ceux-ci à travers le support 10.

Dans les deux exemples décrits ici, on prévoit également que l’ouverture de passage 11 est circulaire et est centrée sur le support 10.

Comme on le constate sur les figures, le support 10 s’étend dans un plan P dit plan de support qui est perpendiculaire à l’axe de découpe A des rondins de châtaigner.

Dans l’exemple de réalisation des figures 1 et 2, le support 10 est une plaque 12 métallique présentant l’ouverture de passage 11.

Dans l’exemple de réalisation des figures 3 et 4, le support 10 se présente sous la forme d’un cadre 13 et d’une pièce cylindrique 14 creuse ouverte aux extrémités de manière à former un guide de fendage ou bague.

Une telle pièce cylindrique 14 vient en projection orthogonale sur le plan P se superposer avec l’ouverture de passage 11. Une telle pièce 14 ne s’étend pas dans le plan P. On comprend ici que le plan P correspond au plan du cadre 13 et que le plan P’ est le plan dans lequel s’étend la pièce cylindrique 14, le plan P’ étant étant parallèle audit plan P du cadre 13. Plus exactement, cette pièce cylindrique 14 s’étend dans le plan P’ qui est situé en amont du plan P par rapport au sens de fendage. Conformément à l’invention, le bloc de découpe 10 décrit dans ces deux exemples comporte en outre une pluralité de lames 20.

L’agencement de ces lames 20 a fait l’objet de nombreux tests de recherche pour s’adapter au fendage des rondins de châtaignier.

De telles lames 20 sont caractéristiques de la présente invention.

Dans les exemples décrits ici, on prévoit l’utilisation de lames 20 sensiblement planes présentant une épaisseur d’environ cinq millimètres.

Ces lames 20 présentent chacune une arête tranchante 20a qui de préférence est biseautée et dont le biseau forme un angle compris entre 5 et 25°. Un tel biseau permet de fendre les rondins. Dans ces deux exemples, les lames 20 sont fixées au support 10 tout en s’étendant perpendiculairement au plan de support P. Plus exactement, les lames 20 sont fixées audit support 10 par G intermédiaires de leurs portions planes 20b respectives. On peut prévoir une fixation par soudage ou sertissage par exemple.

On notera que, dans ces deux exemples, les lames 20 sont toutes identiques et de mêmes dimensions.

Dans chacun des exemples décrits ici et comme illustré en figures 2 et 4, les lames 20 sont disposées les unes par rapport aux autres pour former, en projection orthogonale sur le plan du support P, une étoile dans laquelle les arêtes tranchantes 20a sont dirigées en regard de l’axe de découpe A.

De préférence, on notera ici que le convoyeur comprend un bras-poussoir (non représenté ici). Un tel bras poussoir présente une extrémité distale en contact avec le rondin de bois. C’est ce bras qui, par les moyens hydrauliques, va engager ledit rondin dans le bloc de découpe. L’extrémité distale d’un tel bras-poussoir présente un rainurage de forme complémentaire à la forme des lames du bloc de manière à permettre d’engager le rondin dans ledit bloc selon toute sa longueur.

Une telle configuration en étoile avec les arêtes tranchantes 20a convergeant vers l’axe de découpe A permet de fendre longitudinalement le rondin de bois en une pluralité d’échalas lorsque le rondin de bois est engagé longitudinalement dans le bloc de découpe 100 selon l’axe de découpe A.

Dans les exemples décrits ici, on prévoit quatre lames 20 formant une étoile à quatre branches. On comprend ici que les branches de cete étoile s’étendent chacune dans des directions dl, d2, d3 et d4 ; plus exactement, les lames adjacentes s’étendent respectivement dans des directions dl, d2, d3 et d4 orthogonales entre elles deux à deux et forment ainsi quatre sections de coupe à angle droit.

D’autres configurations seront envisageables pour l’homme du métier.

Considérées en projection orthogonale dans un plan orthogonal (par exemple le plan P dudit support) à l’axe de découpe A, la distance entre une première paire de lames adjacentes est égale à la distance entre une deuxième paire de lames adjacentes ; cela est vrai pour chacune des lames adjacentes.

Par lames adjacentes, on entend ici des lames immédiatement voisines fixées au support.

On constate ainsi que, selon cet agencement de lames particulier, la projection orthogonale de cet agencement de lames forme une grille coupante dont l’espacement entre deux lames adjacentes est constant quelles que soient les deux lames adjacentes.

Cet agencement permet ainsi de fendre correctement les rondins de châtaigner en répartissant les forces exercées uniformément sur la surface de coupe et d’obtenir des échalas de forme régulière.

On peut en outre constater que la projection orthogonale des lames 20 sur le plan de support P couvre l’ouverture de passage 11. En d’autres termes, on peut aussi considérer que les lames 20 s’étendent au travers d’un volume cylindrique orthogonal au plan de support P dont la section transversale est supérieure ou égale à l’ouverture de passage 20.

La projection des lames 20 dans le plan du support recouvre ainsi l’ouverture de passage 11 de manière à définir une zone de coupe correspondant à la zone de coupe efficace du bloc de découpe 100.

Dans l’exemple des figures 1 et 2, chacune des arêtes tranchantes 20a est inclinée de manière à converger vers un même point de convergence PC situé sur l’axe de découpe A, et plus exactement dans cet exemple au centre de l’ouverture de passage 11.

Cette configuration avec des arêtes tranchantes 20b qui se resserrent de l’amont vers l’aval forme un entonnoir favorisant l’amorçage du fendage lors de l’engagement du rondin dans le bloc.

Dans l’exemples des figures 3 et 4, on prévoit une autre configuration dans laquelle chacune des arêtes tranchantes 20a s’étend parallèlement l’axe de découpe A.

Une telle configuration est très résistante.

Le bloc de découpe 100 pour rondins de châtaignier développé dans le cadre de la présente invention a ainsi permis de concevoir des installations de découpe intégrant un tel bloc et mettant en œuvre un process de fabrication permettant de produire des échalas à partir de rondins de châtaignier.

Un tel process de fabrication comprend notamment les étapes suivantes : le fendage et le fraisage.

La première étape de fendage permet de fendre à l’aide d’un outil électrique et pneumatique les billots de châtaignier en plusieurs quartiers. Chaque quartier est ainsi composé d’un côté arrondi (qui correspond à l’extérieur du billot) et de deux cotés plats fendus.

Lors de l’étape de fraisage, chaque quartier est ensuite introduit dans une fraiseuse afin d’en obtenir un bois rond d’un diamètre constant à partir des quartiers triangulaires - appelé rondin de bois.

Les rondins de bois ainsi obtenus sont ensuite rainurés sur les quatre faces au moyen de scies circulaires afin de constituer un guide pour le fendage.

En fonction de la qualité de la matière première (billons et rondins obtenus lors du fraisage), cette étape n’est pas obligatoire et peut être supprimée.

Enfin, le procédé prévoit une deuxième étape de fendage des rondins de bois à l’aide du bloc de découpe 100 tel que décrit ci-dessus.

La présente invention permet ainsi :

- de couper les fils du bois et les nœuds ( a contrario du procédé antérieur qui suit les fils du bois et bloque sur les nœuds) ;

- d’éviter que le rondin s’échappe d’un côté ou de l’autre d’un couteau ( a contrario du procédé antérieur qui suit les fils du bois et donc qui laisse se décaler le rondin) ; et donc d’obtenir des échalas.

Les échalas ainsi obtenus, sont d’aspect et de forme plus ou moins identiques avec notamment une face arrondie (résultat du fraisage) et deux faces planes (résultat du fendage).

Grâce à la présente invention, il devient possible d’obtenir des échalas à partir de rondins de châtaignier et ainsi fabriquer des ganivelles par assemblage desdits échalas entre eux, ce qui va permettre de satisfaire la demande actuelle des consommateurs.

De façon notoire, le Demandeur observe que la présente invention par la mise en œuvre des étapes du procédé ci-dessus et l’utilisation du bloc de découpe selon l’invention permet d’obtenir des échalas à partir de billots de châtaignier ; il devient donc possible d’obtenir de tels échalas à partir de tronçons de bois autres que les bois de cœur. Ceci n’avait jamais été possible d’obtenir jusqu’à présent et permet enfin de satisfaire la demande en échalas pour la fabrication des ganivelles. Il devra être observé que cette description détaillée porte sur plusieurs exemples de réalisation particuliers de la présente invention, mais qu’en aucun cas cette description ne revêt un quelconque caractère limitatif à l’objet de l’invention ; bien au contraire, elle a pour objectif d’ôter toute éventuelle imprécision ou toute mauvaise interprétation des revendications qui suivent