Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
COSMETIC USE OF A CORCHORUS OLITORIUS EXTRACT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/115733
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention concerns the cosmetic use of a Corchorus olitorius extract for maintaining and/or increasing the expression of collagen XVIII and/or collagen IV in the skin and/or the skin appendages, and/or for reducing the visibility of the pores of the skin and/or for limiting and/or reducing perspiration and/or for reducing or limiting sebum production and/or for limiting and/or reducing loss of head hair and/or body hair and/or increasing the growth of head hair and/or body hair. The present invention also concerns a cosmetic care method comprising the application of a Corchorus olitorius extract or of a cosmetic composition comprising same for maintaining and/or increasing the expression of collagen XVIII and/or IV in the skin and/or the skin appendages, and/or for reducing the visibility of the pores of the skin and/or for limiting and/or reducing perspiration and/or for reducing or limiting sebum production and/or for limiting and/or reducing loss of head hair and/or body hair and/or increasing the growth of head hair and/or body hair.

Inventors:
ANDRE VALÉRIE (FR)
BERTHELEMY NICOLAS (FR)
BONNET ISABELLE (FR)
CADAU SÉBASTIEN (FR)
JEANMAIRE CHRISTINE (FR)
MOSER PHILIPPE (FR)
RIVAL DELPHINE (FR)
ROUSSELLE PATRICIA (FR)
Application Number:
FR2017/053724
Publication Date:
June 28, 2018
Filing Date:
December 20, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
BASF BEAUTY CARE SOLUTIONS FRANCE SAS (FR)
CENTRE NAT RECH SCIENT (FR)
UNIV CLAUDE BERNARD LYON (FR)
International Classes:
A61Q7/00; A61K8/9783; A61K36/00; A61Q15/00; A61Q19/00
Domestic Patent References:
WO2002069992A12002-09-12
WO2005120554A12005-12-22
WO2010063674A12010-06-10
Foreign References:
KR20080020853A2008-03-06
JPH03153611A1991-07-01
JPH04145012A1992-05-19
JPH0341014A1991-02-21
KR20030065095A2003-08-06
JP2005255527A2005-09-22
FR654316A1929-04-04
EP1119344B12004-12-22
FR2893252A12007-05-18
FR2855968A12004-12-17
FR2847267A12004-05-21
Other References:
DATABASE GNPD [online] MINTEL; June 2011 (2011-06-01), "Herb Clay Pore Refining Mask", XP002770171, Database accession no. 1566281
BENARBA BACHIR ET AL: "Ethnobotanical study of medicinal plants used by traditional healers in Mascara (North West of Algeria)", JOURNAL OF ETHNOPHARMACOLOGY, vol. 175, 2015, pages 626 - 637, XP029331825, ISSN: 0378-8741, DOI: 10.1016/J.JEP.2015.09.030
"Cosmetic Ingrédient Handbook", 1992
Attorney, Agent or Firm:
MENDELSOHN, Isabelle et al. (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Utilisation cosmétique d'un extrait de Corchorus olitorius pour maintenir et/ou augmenter l'expression d'un collagène choisi parmi le collagène XVIII et/ou le collagène IV dans la peau et/ou les annexes cutanées pour diminuer la visibilité des pores cutanés et/ou pour réduire et/ou limiter la production de sébum et/ou pour limiter et/ou réduire la transpiration et/ou limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

2. Utilisation selon la revendication 1 pour maintenir et/ou augmenter l'expression de collagène XVIII et/ou le collagène IV dans la jonction dermoépidermique de la peau et/ou des glandes sébacées, et/ou les lames basales des adipocytes et/ou des glandes sudoripares et/ou des follicules pileux.

3. Utilisation selon l'une quelconque des revendications 1 ou 2 dans laquelle l'expression de collagène XVIII et/ou de collagène IV est l'expression protéique de collagène XVIII et/ou de collagène IV.

4. Utilisation selon l'une quelconque des revendications 1 à 3 caractérisée en ce que l'extrait de Corchorus olitorius est un extrait de feuilles.

5. Utilisation selon l'une quelconque des revendication 1 à 4 caractérisée en ce que l'extrait est obtenu par extraction dans un solvant ou mélange de solvant choisi parmi l'eau, alcool, polyol, glycol, mélange eau/alcool, eau/glycol ou eau/polyol, de 100/0 à

0/100 (v/v), préférentiellement par extraction aqueuse.

6. Utilisation selon l'une quelconque des revendications 1 à 5 dans laquelle l'extrait est utilisé par voie topique.

7. Utilisation d'un extrait selon l'une quelconque des revendications 1 à 6 telle que l'extrait de Corchorus olitorius est présent dans une composition cosmétique comprenant au moins un excipient cosmétiquement acceptable, à une concentration de 1x10"4% à 10% en poids, préférentieiiement de 1x10"4% à 5% en poids, encore avantageusement de 1x10~3% à 3% en poids, encore préférentieiiement de 0,001 % et 0,1 % en poids par rapport au poids total de la composition.

8. Procédé de soin cosmétique caractérisé en ce qu'il comprend l'application, préférentieiiement par voie topique, de l'extrait de Corchorus olitorius et/ou d'une composition cosmétique le comprenant, au niveau de la peau et/ou des annexes cutanées pour maintenir et/ou augmenter l'expression génique et/ou protéique de collagène XVIII et/ou de collagène IV dans la peau et/ou les annexes cutanées, pour diminuer la visibilité des pores cutanés et/ou pour réduire et/ou limiter la production de sébum et/ou pour limiter et/ou réduire la transpiration et/ou limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

9. Procédé de soin cosmétique selon la revendication 8 dans laquelle l'application, préférentieiiement par voie topique, de l'extrait de Corchorus olitorius ou d'une composition cosmétique le comprenant, est effectuée sur tout ou partie du corps et/ou du visage, préférentieiiement les bras, le décolleté, le cou, les aisselles, encore préférentieiiement tout ou partie du visage, et préférentieiiement les joues, le front, le menton, le contour des yeux, de façon particulièrement avantageuse la zone dite « en T » du visage.

10. Procédé de soin cosmétique selon l'une quelconque des revendications 8 ou 9 dans lequel la composition cosmétique comprend l'extrait de Corchorus olitorius selon l'invention à une concentration de 1x10" % à 10% en poids, préférentieiiement de 1x10"4% à 5% en poids, encore avantageusement de 1x10"3% à 3% en poids, par rapport au poids total de la composition.

11. Extrait de Corchorus olitorius pour son utilisation, préférentieiiement par voie topique, pour la prévention et/ou le traitement de pathologies impliquant une perte d'expression génique et/ou protéique, préférentiellement protéique, de collagène choisi parmi le collagène XVIII et/ou IV, telles que celles impliquées dans le développement oculaire, comme par exemple le syndrome de Knobloch, celles impliquées dans le développement cérébral, celles impliquées dans le système nerveux, et certaines glomérulopathies.

12. Extrait pour son utilisation selon la revendication 11 caractérisé en ce qu'il se trouve sous la forme d'une composition dermatologique et/ou pharmaceutique comprenant au moins un excipient dermatologiquement et/ou pharmaceutiquement acceptable.

13. Extrait pour son utilisation selon la revendication 12, caractérisé en ce qu'il est présent dans la composition pharmaceutique, préférentiellement dermatologique, à une concentration de 1x10-4% à 10% en poids, préférentiellement entre 1x10-4% et 5% en poids, encore avantageusement entre 1x10-3% et 3% en poids par rapport au poids total de la composition, en particulier entre 0,001 et 0,1 % en poids par rapport au poids total de la composition.

Description:
UTILISATION COSMETIQUE D'UN EXTRAIT DE CORCHORUS OLITORIUS

La présente invention concerne un nouvel ingrédient cosmétique et/ou dermatologique et son utilisation cosmétique et/ou dermatologique ainsi qu'une composition cosmétique le comprenant pour maintenir et/ou augmenter l'expression du collagène XVIII et/ou du collagène IV dans la peau et/ou les annexes cutanées, en particulier au niveau des lames basales, et/ou pour diminuer la visibilité des pores cutanés et/ou pour limiter et/ou réduire la transpiration et/ou réduire ou limiter la production de sébum et/ou limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

Les lames basales, également dénommées membranes basales, ont une fonction de soutien et cohésion des différents compartiments de la peau, en particulier au niveau de l'épithélium, notamment de l'épiderme, du derme, des adipocytes et des cellules endothéliales. Une dégradation des lames basales notamment la jonction dermo-épidermique (JDE) est observée au cours du vieillissement de la peau et se traduit par une perte de la structure et des propriétés des différents compartiments. Ainsi, la dégradation de la jonction dermo-épidermique se traduit au niveau des glandes sébacées par une augmentation de la visibilité des pores cutanés due en particulier à une augmentation de leur diamètre.

Il est connu que les collagènes jouent un rôle important au niveau des lames basales notamment de la jonction dermo-épidermique. C'est en particulier le cas des collagènes de type IV et XVIII, particulièrement du collagène de type XVIII.

Le collagène XVIII est un collagène de la famille des protéoglycanes à héparane sulfate, présent dans toutes les lames basales de l'organisme et synthétisé par les kératinocytes, les adipocytes, les cellules épithéliales des glandes sudoripares, les cellules souches des follicules pileux et les cellules endothéliales. C'est en outre le seul collagène à héparane sulfate présent dans tous les compartiments de la peau.

Il joue un rôle structural important au niveau de ces lames basales, notamment la JDE, les lames basales endothéliales, épithéliales et des adipocytes.

Au niveau de la JDE des glandes sébacées parmi les annexes cutanées, la dégradation et/ou la diminution de l'expression du collagène XVIII induit un affaissement du pore cutané et une augmentation du diamètre d'ouverture du pore,

Au niveau de la lame basale de la glande sudoripare, la dégradation et/ou la diminution de l'expression du collagène XVIII induit un affaissement de la glande sudoripare ainsi qu'une augmentation de son ouverture et donc une augmentation de la transpiration.

Au niveau de la lame basale du follicule pileux, la dégradation de l'expression du collagène XVIII induit une baisse des échanges nutritifs et donc une diminution de la structure et du métabolisme du bulbe pileux et une perte des poils et/ou cheveux.

Le rôle structural essentiel du collagène XVIII au niveau des lames basales, en particulier la jonction dermo-épidermique, mais aussi de la lame basale des adipocytes, des glandes sudoripares en font une cible d'intérêt dans les domaines de la cosmétique et de la dermatologie.

De façon surprenante, les inventeurs ont découvert qu'un extrait de la plante Corchorus olitorius a la capacité d'augmenter l'expression de collagène XVIII au niveau de la peau et/ou des annexes cutanées, en particulier dans la jonction dermo-épidermique, de diminuer la visibilité des pores et/ou de limiter et/ou réduire la transpiration et/ou réduire ou limiter la production de sébum mais aussi de limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils. Corchorus olitorius est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Tiliaceae. Elle est cultivée dans le sud de l'Europe comme plante textile et est notamment utilisée pour la fabrication de toile de jute. Elle est aussi utilisée comme plante alimentaire en Afrique et Proche-Orient et les feuilles sont incorporés dans de nombreux plats traditionnels.

La demande de brevet JPH04145012 divulgue une composition cosmétique pour application topique sur la peau et/ou les cheveux, pouvant comprendre un extrait de feuilles de la plante Corchorus olitorius, pour assouplir la peau et les cheveux. L'extrait peut être utilisé dans une composition anti-âge. La demande KR20030065095 divulgue aussi une composition cosmétique anti-âge comprenant un extrait de C. olitorius possédant un effet antioxydant.

La demande JPH09278667 décrit la présence d'un extrait de C. olitorius en tant qu'antioxidant dans une composition cosmétique.

La demande de brevet JPH03041014 divulgue une composition cosmétique comprenant un extrait de tige ou de feuilles de la plante C. olitorius pour protéger la peau et les cheveux et prévenir leur dessèchement. Cette demande ne divulgue pour autant pas que l'extrait de C. olitorius stimule l'expression de collagène.

La demande JP2005255527 en revanche divulgue l'utilisation d'un extrait de C. olitorius pour stimuler la synthèse de collagène. Un extrait des parties aériennes de ladite plante est utilisé. Pour autant, cette demande ne divulgue nulle part que l'extrait stimule l'expression des collagènes IV et XVIII spécifiquement. Cette demande ne divulgue pas non plus une utilisation de ladite plante pour diminuer la visibilité des pores et/ou réduire ou limiter la production de sébum, ni pour limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux, et/ou des poils En outre, la demande WO 02/069992 divulgue entre autres extraits, un extrait de la plante C. olitorius pour inhiber l'activité de la métallo-protéinase 9 (MMP9), impliquée dans la dégradation du collagène. Toutefois, il s'agit ici d'une part d'une dégradation de collagène et non pas d'une stimulation de son expression, d'autre part, aucune utilisation de l'extrait de C. olitorius en lien avec l'expression des collagènes IV ou XVIII spécifiquement n'est décrite.

Ainsi à la connaissance de la demanderesse, aucun des arts antérieurs connus ne divulgue ni ne suggère l'utilisation d'un extrait de C, olitorius pour augmenter l'expression du collagène IV et/ou XVIII, ni pour diminuer la visibilité des pores cutanés ni pour réguler c'est-à-dire limiter et/ou réduire la production de sébum, ni pour limiter et/ou réduire la transpiration ni non plus pour limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

Le but de la présente invention est de fournir un tout nouvel ingrédient actif cosmétique capable, de maintenir et/ou d'augmenter l'expression de collagène XVIII et/ou IV, en particulier XVIII, au niveau de la peau et/ou les annexes cutanées, en particulier les glandes cutanées notamment sudoripares et sébacées, et les follicules pileux. Un tel ingrédient présente l'avantage de diminuer la visibilité des pores cutanés, de limiter et/ou réduire la transpiration, et/ou de réduire et/ou limiter la production de sébum, et/ou de limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

L'avantage de ce nouvel ingrédient actif cosmétique est d'être topiquement acceptable pour la peau, non toxique, disponible facilement, pouvant être fabriqué et conditionné facilement à l'échelle industrielle. Un premier objet de la présente invention concerne donc l'utilisation cosmétique d'un extrait de Corchorus olitorius, pour maintenir et/ou augmenter l'expression de collagène IV et/ou XVIII dans la peau et/ou les annexes cutanées. On entend au sens de la présente invention par « annexes cutanées », les annexes sudoripares et les sébacées, notamment les glandes sudoripares et sébacées ainsi que les follicules pileux, en particulier dans les lames basales. De manière préférentielle, l'extrait selon l'invention maintient et/ou augmente l'expression du collagène IV et/ou XVIII, en particulier du collagène XVIII, dans les lames basales, préférentiellement la lame basale épithéliale, préférentiellement la JDE, incluant la JDE de la peau et/ou des glandes sébacées, et les lames basales des adipocytes, des glandes sudoripares ainsi que celles des follicules pileux.

On entend au sens de la présente invention par « utilisation cosmétique et/ou composition cosmétique » une utilisation et/ou une composition non thérapeutique, notamment non pharmaceutique, qui ne nécessite pas de traitement thérapeutique, c'est-à-dire destinée à toute zone de peau et/ou muqueuse et/ou du cuir chevelu dite saine.

On entend au sens de la présente invention par « peau » la peau notamment humaine, ainsi que le cuir chevelu, autrement appelé « scalp ».

On entend par « zone de peau saine », une zone de peau sur laquelle est appliquée l'extrait selon l'invention et dite « non pathologique » par un dermatologue, c'est à dire ne présentant pas d'infection, de cicatrice, de maladie ou d'affection cutanée telle que candidose, impétigo, psoriasis, eczéma, acné ou dermatite, ou de plaies ou de blessures et/ou autres dermatoses.

L'extrait selon l'invention peut être appliqué sur tout ou partie de peau du corps et/ou du visage, préférentiellement les bras, le décolleté, le cou, les aisselles, encore préférentiellement tout ou partie du visage, préférentiellement les joues, le front, le menton, le contour des yeux, la zone dite « en T » du visage.

Il existe plusieurs collagènes tel que le collagène de type I, III, IV, V, VI, VII, XII, XIII, XIV, XVI, XVII, XVIII, XXIV, XXIX, présents dans la peau et/ou les annexes cutanées. L'invention concerne les collagènes des membranes basales de la peau et/ou des annexes cutanées qui sont les collagènes de type IV et XVIII, préférentiellement le collagène XVIII. Selon l'invention on entend par « expression de collagène XVIII et/ou IV », l'expression génique, c'est-à-dire l'expression des ARNm (ARN messagers) et/ou l'expression protéique respectivement du collagène XVIII et/ou IV. Préférentiellement, il s'agit de l'expression protéique de collagène XVIII et/ou IV, encore préférentiellement, de l'expression protéique du collagène XVIII et/ou IV par les kératinocytes et/ou les adipocytes et/ou les cellules épithéliales des glandes sudoripares et/ou les cellules souches des follicules pileux.

De manière préférentielle, le collagène est le collagène humain, en particulier de la peau humaine. L'expression du collagène XVIII et/ou du collagène IV peut être mesurée selon les méthodes classiques. L'expression protéique du collagène XVIII et/ou IV est préférentiellement mesurée sur des cellules en produisant, c'est-à-dire les kératinocytes et les adipocytes,

Avantageusement, la mesure de l'expression protéique du collagène XVIII est effectuée sur kératinocytes et adipocytes, préférentiellement sur kératinocytes et adipocytes par mesure in vitro, préférentiellement par mesure par microscopie confocale après immunomarquage par exemple selon la méthode telle que présentée en exemple 2.

Au sens de la présente invention, on entend par « immunomarquage », la technique consistant à fixer un anticorps fluorescent spécifique de la protéine de collagène XVIII et quantification de la fluorescence par microscopie, préférentiellement confocale. On entend par « maintenir l'expression de collagène XVIII et/ou IV » empêcher une diminution du niveau d'expression génique et/ou protéique de collagène IV et/ou XVIII par rapport à l'expression génique et/ou protéique détectée en l'absence de l'extrait selon l'invention, notamment du niveau d'expression génique et/ou protéique de collagène respectivement IV et/ou XVIII que l'on observe au cours de la dégradation de la jonction dermo-épidermique. Au sens de la présente invention, on entend par « augmenter l'expression de collagène XVIII » une augmentation du niveau d'expression génique et/ou protéique de collagène XVIII d'au moins 20%, préférentiellement d'au moins 8%, encore préférentiellement d'au moins 30%, de manière particulièrement avantageuse d'au moins 50% en présence de l'extrait de C. olitorius, par rapport à l'expression génique et/ou protéique détectée en l'absence de l'extrait selon l'invention. Préférentiellement, il s'agit d'une augmentation de l'expression protéique de collagène XVIII.

Dans un mode préférentiel de l'invention, il s'agit d'une augmentation de l'expression protéique de collagène XVIII et/ou IV mesurée dans des cellules humaines dite « normales » en produisant, c'est-à-dire non pathologiques. Avantageusement, ladite augmentation est mesurée en présence de l'extrait de C. olitorius préparé selon l'exemple 1a).

Selon un mode avantageux de réalisation de l'invention, l'augmentation de l'expression protéique de collagène XVIII est mesurée dans des kératinocytes humains normaux et/ou dans des adipocytes humains normaux, avantageusement encore en présence de l'extrait de C. olitorius préparé selon l'exemple 1e). Sauf indication contraire, on entend par cellules « normales », kératinocytes « normaux », adipocytes « normaux », des cellules ne présentant pas de pathologie.

Préférentiellement, l'expression protéique de collagène XVIII est mesurée par microscopie confocale après marquage immunocytochimique à l'aide d'un anticorps anti-collagène XVIII, tel que décrit dans l'exemple 2. Au sens de la présente invention, on entend par « augmenter l'expression de collagène IV » une augmentation du niveau d'expression génique et/ou protéique de collagène IV d'au moins 7%, préférentiellement d'au moins 20%, encore préférentiellement d'au moins 30%, en présence de l'extrait de C. olitorius, par rapport à l'expression génique et/ou protéique détectée en l'absence de l'extrait selon l'invention. Préférentiellement, il s'agit d'une augmentation de l'expression protéique de collagène IV. Cette augmentation de l'expression de collagène IV est observée avantageusement dans la jonction dermo-épidermique de la peau et/ou des glandes sébacées, et/ou les lames basales des adipocytes et/ou des glandes sudoripares et/ou des follicules pileux, en présence de l'extrait de C. olitorus selon l'invention. Ainsi, préférentiellement, cet effet sera mesuré préférentiellement sur les kératinocytes et/ou les adipocytes et/ou les fibroblastes, préférentiellement les kératinocytes, en présence de l'extrait préparé selon l'exemple 1e) et préférentiellement comme décrit dans les exemples 2c et 2d.

Un objet de la présente invention est aussi l'utilisation d'un extrait de C. olitorius selon l'invention pour maintenir et/ou augmenter l'expression génique et/ou protéique, préférentiellement protéique, de collagène XVIII et/ou IV, pour augmenter l'épaisseur de la jonction dermo-épidermique au niveau de la peau, des muqueuses et/ou des annexes cutanées.

On entend ici par « augmenter l'épaisseur de la jonction dermo- épidermique » augmenter sa densité et/ou augmenter les échanges entre le derme et l'épiderme et améliorer sa structure. Ainsi, l'objet de la présente invention est l'utilisation de l'extrait de C. olitorius pour maintenir et/ou augmenter l'expression de collagène XVIII et/ou IV dans la jonction dermo-épidermique de la peau et/ou des glandes sébacées, et/ou les lames basales des adipocytes et/ou des follicules pileux.

Un objet de la présente invention est l'utilisation cosmétique d'un extrait de C. olitorius selon l'invention pour maintenir et/ou augmenter l'expression génique et/ou protéique, préférentiellement protéique, de collagène XVIII pour diminuer la visibilité des pores cutanés c'est-à-dire diminuer leur ouverture et/ou pour limiter et/ou réduire la transpiration et/ou réduire ou limiter la production de sébum et/ou limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

On entend au sens la présente invention par « diminuer la visibilité des pores cutanés » resserrer les pores cutanés, c'est à dire diminuer le diamètre d'ouverture des pores, le nombre et/ou la densité des pores visibles et/ou l'aire des pores à la surface de la peau, et/ou prévenir leur dilatation. L'extrait selon l'invention permet donc pour diminuer l'ouverture et/ou la densité des pores à la surface de la peau.

La visibilité des pores de la peau peut être mise en évidence in vivo par une évaluation dite « scoring » par un dermatologue sur une zone prédéfinie après application d'une composition comprenant l'extrait selon l'invention. Elle peut également être mise en évidence par une méthode instrumentale objective par une analyse d'image permettant d'extraire et de quantifier des paramètres spécifiques des photographies hautes résolution en configuration polarisée croisée du visage des volontaires avant et après application d'une composition comprenant l'extrait selon l'invention.

La densité et/ou le nombre de pores visibles cutanés peut également être mesurée in vivo par imagerie notamment par la technique de projection de franges, en mesurant le paramètre dit de curvature, ou encore par analyse d'image (VISIA Facial Imaging Booth) dans les conditions décrites en particulier dans l'exemple 3.

Dans un mode de réalisation préféré de l'invention, l'extrait de C. olitorius selon l'invention est en quantité efficace pour diminuer la visibilité des pores de la peau d'au moins 5%, préférentiellement d'au moins 10% au bout de 56 jours d'application d'une crème telle que décrite dans l'exemple 5 comprenant l'extrait selon l'invention, avantageusement l'extrait de C. olitorius préparé dans les conditions décrites dans l'exemple 1 e), préférentiellement formulé sous forme d'ingrédient actif tel que décrit dans l'exemple 4. Selon la présente invention, on entend par ailleurs par « limiter et/ou réduire la transpiration », resserrer le canal de la glande sudoripare et/ou réduire le diamètre d'ouverture des glandes sudoripares et ainsi diminuer la quantité de sueur produite. Il ne s'agit pas en revanche de maintenir l'hydratation de la peau et/ou limiter la déshydratation.

Selon la présente invention, on entend par ailleurs par « réduire ou limiter la production de sébum » empêcher l'augmentation ou diminuer la quantité de sébum sécrété par les glandes sébacées. Cette propriété peut être mesurée selon les méthodes classiques bien connus de l'homme du métier comme par exemple par analyse quantitative d'un marqueur du sébum tel que le squalène dans des prélèvements de type patch (comme Sébutape™). On entend par ailleurs par « limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils», diminuer le nombre de cheveux et/ou poils en phase télogène.

Selon la présente invention, on entend par ailleurs par « augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils », augmenter la vitesse de croissance des cheveux et/ou des poils, laquelle peut être mesurée selon les méthodes classiquement utilisées.

Cette limitation et/ou réduction de la chute des cheveux et/ou des poils et/ou cette augmentation de la croissance des cheveux et/ou des poils est préférentiellement mesurée via l'augmentation de l'expression génique et/ou protéique de collagène XVIII et/ou IV, préférentiellement XVIII, au niveau des lames basales des follicules pileux, en particulier présents au niveau du cuir chevelu, d'au moins 5%, préférentiellement d'au moins 10%, encore préférentiellement d'au moins 20% au bout de 28 jours, avantageusement au bout de 56 jours d'application d'une crème telle que décrite dans l'exemple 5 comprenant l'extrait selon l'invention, avantageusement l'extrait de C. olitorius préparé dans les conditions décrites dans l'exemple 1 e), préférentiellement formulé sous forme d'ingrédient actif tel que décrit dans l'exemple 4.

Selon la présente invention, les poils sont préférentiellement les poils des cils, de la barbe et/ou des sourcils, encore préférentiellement les poils de la barbe.

Ces effets peuvent être mesurés par des méthodes classiques de mesure bien connues de l'homme du métier.

L'extrait de C. olitorius selon l'invention est un extrait cosmétique et/ou dermatologique topiquement acceptable.

Au sens de la présente invention, on entend par « topiquement acceptable », un ingrédient adapté à une application par voie topique, non toxique, non irritant pour la peau, n'induisant pas de réponse allergique, qui n'est pas instable sur le plan chimique.

L'utilisation de l'extrait selon la présente invention peut être par voie orale ou topique. Avantageusement, elle est par voie topique. Au sens de la présente invention, on entend par « voie topique », l'application locale directe et/ou la vaporisation d'un ingrédient sur la surface de la peau. L'extrait selon l'invention peut être tout extrait de tout ou partie de la plante Corchorus olitorius et notamment choisie parmi la racine, l'écorce, la fleur, la graine, le germe, les parties aériennes, en particulier la tige des branches et/ou la feuille, et leurs mélanges. L'extrait selon l'invention est préférentiellement un extrait de feuilles.

L'extrait peut être obtenu par les méthodes d'extraction de végétaux connus dans le domaine notamment par macération, par exemple par macération d'au moins une partie de la plante de préférence entre 1 % et 30% (p/p) en poids, préférentiellement entre 5% et 20% (p/p), encore préférentiellement entre 5% et 10% en poids par rapport au poids total de la partie de plante et du solvant, dans un solvant ou mélange de solvant tel que eau, alcool, polyol, glycol, mélange eau/alcool, eau/glycol ou eau/polyol, de 100/0 à 0/100 (v/v). Par exemple, l'extrait pourra être obtenu par extraction dans un mélange eau/éthanol, de façon particulière en proportion respective de 80/20 (v/v). Préférentiellement, l'extrait est obtenu par extraction aqueuse.

L'extrait selon l'invention peut donc être obtenu par extraction d'une quantité de 5% à 10% en poids de feuilles par rapport au poids total de feuilles et de solvant, préférentiellement l'eau comme unique solvant.

Au sens de la présente invention on entend par «extrait obtenu par extraction aqueuse» tout extrait obtenu par extraction avec une solution aqueuse contenant plus de 60 % en poids, avantageusement au moins 70% en poids, en particulier au moins 80% en poids, plus particulièrement au moins 90% en poids, de façon particulière au moins 95% en poids, d'eau par rapport au poids total de la solution aqueuse, encore plus avantageusement ne contenant pas de butylène glycol, en particulier ne contenant pas d'alcool, plus particulièrement ne contenant que de l'eau.

L'extrait peut être obtenu par extraction à une température allant de 4°C à 95°C, préférentiellement de 20°C à 95°C, encore préférentiellement de 50 à 95°C, de préférence de 70°C à 90°C. Dans un mode de réalisation préférentiel, l'extraction est effectuée à 80°C.

L'extraction peut être conduite durant une période de 1 heure à 24 heures, préférentiellement de 1 heure à 12 heures, encore préférentiellement de 1 heure à 6 heures. Avantageusement, l'extraction est effectuée durant une période de 1 heure.

L'extrait aqueux peut être décoloré par tout moyen, notamment à l'aide de charbon actif ou de terres décolorantes, auquel cas le procédé comprend généralement une étape supplémentaire de réajustement du pH de l'extrait. En variante ou en plus, le procédé décrit ci-dessus peut comprendre une étape de désodorisation de l'extrait selon toute technique connue de l'homme de l'art, avant ou après l'étape de décoloration. Selon un mode de réalisation, l'extrait éventuellement décoloré et/ou désodorisé peut ensuite être concentré par évaporation ou déshydraté par tout moyen, notamment par atomisation ou lyophilisation. De la glycérine pourra être ajoutée ensuite, préférentiellement en proportion entre 60 et 90%, avantageusement à 79%.

Ainsi, dans un mode de réalisation avantageux de l'invention, l'extrait est obtenu par extraction dans l'eau comme unique solvant d'une quantité de 6,6% en poids de feuilles de C. olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau, à une température de 80°C durant une période de 1 heure. L'extrait ainsi obtenu est ensuite centrifugé et le culot éliminé. L'extrait est filtré puis peut être, selon les besoins d'utilisation, congelé, dans les conditions décrites dans l'exemple 1 a).

Dans un autre mode de réalisation, l'extrait selon l'invention est obtenu par extraction dans l'eau comme unique solvant d'une quantité de 10% en poids de feuilles de C. olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau, à une température de 80°C durant une période de 1 heure. L'extrait est centrifugé, le culot éliminé. L'extrait est filtré puis peut être, selon les besoins d'utilisation, congelé, dans les conditions décrites dans l'exemple 1 b).

Dans encore un autre mode de réalisation de l'invention, l'extrait est obtenu par extraction dans un mélange eau/éthanol (80, 20 ; v/v) d'une quantité de 6,6% en poids de feuilles de la plante par rapport au poids total de feuilles et d'eau à une température de 60°C durant une période de 2 heures. L'extrait est centrifugé puis peut être, selon les besoins d'utilisation, filtré dans les conditions décrites dans l'exemple 1 c).

Dans un autre mode de réalisation, l'extrait selon l'invention est obtenu par extraction dans un mélange eau/éthanol (80,20 ; v/v) d'une quantité de 10% en poids de feuilles de C. olitorius par rapport au poids total de feuilles et du mélange de solvant à une température de 60 °C, durant une période de 2 heures. L'extrait est centrifugé, le culot éliminé. L'extrait est séché puis peut être, selon les besoins d'utilisation, congelé, dans les conditions décrites dans l'exemple 1 d).

Dans encore un autre mode de réalisation avantageux de l'invention, l'extrait est obtenu par extraction dans l'eau comme unique solvant d'une quantité de 6,6% en poids de feuilles de C. olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau, à une température de 80°C durant une période de 1 heure. L'extrait ainsi obtenu est ensuite centrifugé et le culot éliminé. L'extrait est filtré puis lyophilisé, selon l'exemple 1 e). L'extrait de C. olitorius peut être utilisé seul en tant qu'ingrédient actif cosmétique et/ou dermatologique, ou compris dans une composition cosmétique et/ou dermatologique. Lorsqu'il est utilisé seul sous forme d'ingrédient actif, l'extrait selon l'invention est préférentiellement soluble et dissout dans un solvant notamment polaire, tel que l'eau, un alcool, un polyol, un glycol, ou un de leurs mélanges, en présence ou non de glycérine. Préférentiellement, l'extrait est dissout dans un mélange d'eau et de glycérine pour réaliser un ingrédient cosmétique facilement formulable, préférentiellement, la glycérine sera ajoutée en proportion entre 60 et 90%, avantageusement à 79%, selon le protocole décrit dans l'exemple 4).

La présente invention a donc également pour objet l'utilisation de l'extrait selon l'invention par voie topique sur la peau seul ou compris dans une composition cosmétique comprenant au moins un excipient cosmétiquement acceptable.

L'extrait de C. olitorius selon l'invention est préférentiellement présent dans la composition à une concentration de 1x10 '4 % à 10% en poids, préférentiellement entre 1x10 "4 % et 5% en poids, encore avantageusement entre 1x10 "3 % et 3% en poids par rapport au poids total de la composition, en particulier entre 0,001 et 0,1 % en poids par rapport au poids total de la composition.

Dans un mode de réalisation de l'invention, la composition cosmétique contenant l'extrait selon l'invention est utilisée pour maintenir et/ou augmenter l'expression génique et/ou protéique, préférentiellement protéique, de collagène XVIII et/ou IV, dans la peau et/ou les annexes cutanées en particulier les glandes cutanées notamment sudoripares et sébacées et les follicules pileux, en particulier dans les lames basales, préférentiellement la JDE, en particulier de la peau, et/ou des glandes sébacées, et/ou les lames basale des adipocytes, des glandes sudoripares, et/ou pour diminuer la visibilité des pores cutanés et/ou pour limiter et/ou réduire la transpiration et/ou réduire ou limiter la production de sébum et/ou limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

La composition cosmétique peut en outre renfermer un ou plusieurs excipients cosmétiquement acceptables choisis parmi des agents tensioactifs et/ou émulsifiants, des conservateurs, des agents tampons, des agents chélatants, des dénaturants, des agents opacifiants, des ajusteurs de pH, des agents réducteurs, des agents stabilisants, des épaississants, des gélifiants, des polymères filmogènes, des charges, des agents matifiants, des agents de brillance, des pigments, des colorants, des parfums, et leurs mélanges. Le CTFA (Cosmetic Ingrédient Handbook, Second Edition (1992)) décrit différents excipients cosmétiques adaptés à une utilisation dans la présente invention.

Avantageusement, le ou les excipients sont choisis dans le groupe comprenant les polyglycérols, les esters, les polymères et dérivés de cellulose, les dérivés de lanoline, les phospholipides, les lactoferrines, les lactoperoxidases, les stabilisants à base de sucrose, la vitamine E et ses dérivés, les gommes de xanthane, les cires naturelles et synthétiques, les huiles végétales, les triglycérides, les insaponifiables, les phytostérols, les silicones, les hydrolysats de protéines, les betaines, les aminoxides, les extraits de plantes, les esters de saccharose, les dioxydes de titane, les glycines, et les parabens, et encore de préférence parmi le groupe consistant en le stéareth-2, le stéareth-21 , le glycol-15 stéaryle éther, le cétéaryl alcool, le phénoxyéthanol, le méthylparaben, l'éthylparaben, le propylparaben, le butylparaben, le butylène glycol, le caprylyl glycol, les tocophérols naturels, la glycérine, le dihydroxycetyl sodium phosphate, l'isopropyl hydroxycétyl éther, le glycol stéarate, la triisononanoine, l'octyl cocoate, le polyacrylamide, l'isoparaffine, le laureth-7, un carbomer, le propylène glycol, l'hexylène glycol, le glycérol, le bisabolol, une diméthicone, l'hydroxyde de sodium, le PEG 30-dipolyhydroxystérate, les triglycérides caprique/caprylique, le cétéaryl octanoate, le dibutyl adipate, l'huile de pépins de raisin, l'huile de jojoba, le sulfate de magnésium, l'EDTA, une cyclométhicone, la gomme de xanthane, l'acide citrique, le lauryl sulfate de sodium, les cires et les huiles minérales, l'isostéaryl isostéarate, le dipélargonate de propylène glycol, l'isostéarate de propylène glycol, le PEG 8, la cire d'abeille, les glycérides d'huile de coeur de palme hydrogénée, l'huile de lanoline, l'huile de sésame, le cétyl lactate, le lanoline alcool, l'huile de ricin, le dioxyde de titane, le lactose, le saccharose, le polyéthylène basse densité, une solution isotonique salée, et leurs mélanges.

La composition cosmétique selon l'invention peut être choisie parmi une solution, aqueuse ou huileuse, une crème ou un gel aqueux ou un gel huileux, notamment un gel douche, un lait, une émulsion, une microémulsion ou une nanoémulsion, notamment huile-dans-eau ou eau- dans huile ou multiple ou siliconée, un masque, un sérum, une lotion, un savon liquide, un pain dermatologique, une pommade, une mousse, un patch, un produit anhydre, de préférence liquide, pâteux ou solide, par exemple sous forme de poudres de maquillage, de bâtonnet ou de stick, notamment sous forme de rouge à lèvre. De façon avantageuse, il s'agit d'une crème ou d'un sérum.

La composition utilisée selon l'invention peut en outre contenir des ingrédients actifs cosmétiques conduisant à un effet complémentaire ou synergique tels que des actifs anti-âge. On citera parmi ces actifs des actifs stimulant la synthèse des macromolécules du derme ou empêchant leur dégradation, des agents stimulant la prolifération des kératinocytes, des agents apaisants, hydratants, ou encore des agents actifs sur la régulation de la taille des pores et/ou leur ouverture.

Parmi les actifs anti-âge, on peut citer :

- un agent stimulant la synthèse de fibronectine, en particulier un extrait de maïs, un tel extrait étant notamment commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Deliner™ et le palmitoyl pentapeptide commercialisé par la société SEDERMA sous la dénomination commerciale Matrixil® ;

- un agent stimulant la formation des fibres élastiques comme un extrait d'Origanum majorana commercialisé sous le nom Dermagenist™ par la

Demanderesse

- un agent stimulant l'expression du perlécane et du dystoglycane dans la matrice extracellulaire et/ou dans la membrane basale épithéliale comme par exemple un extrait de Polygonum bistorta commercialisé sous le nom Perlaura™ par BASF Beauty Care Solutions France.

- un agent de protection du facteur de croissance des fibroblastes (FGF2) de la matrice extracellulaire contre sa dégradation et/ou sa dénaturation, notamment un extrait d'Hibiscus Abelmoscus tel que décrit dans la demande de brevet au nom de la BASF Beauty Care Solutions France déposée sous le numéro FR0654316 et commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Linefactor ™ et/ou un agent de stimulation de croissance des fibroblastes par exemple un extrait de soja fermenté contenant des peptides, connu sous le nom de Phytokine™ commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France et également décrit dans la demande de brevet EP1 1 19344B1 (Laboratoires Expanscience), et préférentiellement une combinaison de ces deux extraits ;

- un agent stimulant la synthèse de laminine, en particulier un extrait de malt modifié par biotechnologie, un tel extrait étant notamment commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Basaline™ ;

- un agent stimulant l'expression et/ou l'activité de la Hyaluronane synthase 2 (HAS2) tels que les extraits végétaux décrits dans la demande de brevet FR2 893 252 Al et en particulier un extrait aqueux de Galanga (Alpinia galanga) et commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Hyalufix™; - un agent stimulant la synthèse de lysyl oxydase like (LOXL) tel qu'un extrait de Geophila cordifolia et ceux décrits dans la demande de brevet FR2855968, et en particulier un extrait d'aneth et commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Lys'lastine™;

- un agent stimulant la synthèse d'ATP intracellulaire, notamment un extrait d'algue Laminaria digitata ;

- un actif stimulant la synthèse des glycosaminoglycanes, tels que le produit de fermentation du lait ;

- un actif stimulateur de collagène tel que le rétinol et/ou la vitamine C ; - un actif inhibiteur des métalloprotéinases (MMP) telles que plus particulièrement les MMP 1 , 2, 3, 9 tel que les rétinoïdes et dérivés, les oligopeptides et les lipopeptides, les lipoaminoacides, l'extrait de feuilles ô'Argania spinosa commercialisé par BASF Beauty Care solutions France SAS sous le nom Arganyl™; le lycopène ; les isoflavones, la quercetine, le kaempferol, l'apigénine.

- un agent de regonflement notamment les sphères de comblement d'acide hyaluronique commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom de Hyaluronic Filling Sphères™.

- un agent pour augmenter l'expression de LOX pour augmenter l'architecture de l'épiderme comme par exemple un extrait de Cichorium intybus commercialisé sous le nom de LOX-AGE™ par BASF Beauty Care Solutions France.

- un agent pour augmenter la déglycation du collagène et/ou augmenter l'expression du collagène de type I tel qu'une combinaison d'un extrait de feuilles de Salvia miltiorrhiza et de niacinamide commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom ColIRepair™.

- un agent stimulant la synthèse de lumican et de collagène tel qu'un tétrapeptide synthétique acetyl Gin Asp Val His commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Dermican™ et décrit dans la demande de brevet WO2005120554A1 .

- un agent de protection et de stimulation de l'élastine, du collagène comme l'extrait de feuilles de Manilkara multinervis commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Elestan™ et l'extrait de racine de Eperua falcata commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Eperuline™

- un agent anti-taches pigmentaire notamment par inhibition de synthèse de mélanine tel que le complexe synergique d'extrait de Pisum sativum et de sucrose dilaurate commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Actiwhite™, ou l'acide hydroxyphenoxy propionique commercialisé par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Radianskin™.

Les agents stimulant la prolifération des kératinocytes, préférentiellement utilisables dans la composition selon l'invention, comprennent notamment les rétinoïdes tels que le rétinol et ses esters, dont le palmitate de rétinyle, et le phloroglucinol. Les agents stimulant la différenciation des kératinocytes comprennent par exemple les minéraux tels que le calcium et les lignanes tels que le sécoisolaricirésinol, ainsi que l'extrait d'Achillea millefollium commercialisé sous le nom de Neurobiox™ par BASF Beauty Care Solutions France.

Comme agents apaisants préférentiellement utilisables dans la composition selon l'invention, on peut citer : les triterpènes pentacycliques, l'acide ursolique et ses sels, l'acide oléanolique et ses sels, l'acide bétulinique et ses sels, les sels de l'acide salicylique et en particulier le salicylate de zinc, le bisabolol, I'ailantoïne, les huiles insaturées en oméga 3, la cortisone, l'hydrocortisone, l'indométhacine et la beta méthasone, les actifs anti-inflammatoires, et notamment ceux décrits dans la demande FR2847267, en particulier l'extrait de racine de Pueraria lobata commercialisé sous le nom Inhipase® par BASF Beauty Care Solutions France SAS, les extraits de Theobroma cacao.

Parmi les agents actifs sur la régulation de la taille des pores et/ou leur ouverture et/ou sur la production de sébum, on citera à titre d'exemple un extrait de Cichorium intybus commercialisé sous le nom de LOX-AGE™ par BASF Beauty Care Solutions France, ou de la sarcosine synthétique commercialisée sous le nom de Mat-XS™ Clinical et/ou un extrait à'Orthosiphon stamineus tel que décrit dans la demande de brevet WO2010063674 au nom de BASF Beauty Care Solutions France et commercialisé sous le nom MAT XS™ Bright.

Comme agents hydratants préférentiellement utilisables dans la composition selon l'invention, on peut citer : une combinaison de pullulan, de hyaluronate de sodium et d'alginate de sodium tel que celle commercialisée par BASF Beauty Care Solutions France sous le nom Patch20™.

Un autre objet encore de la présente invention est un procédé de soin cosmétique caractérisé en ce qu'il comprend l'application, préférentiellement par voie topique, de l'extrait de C. olitorius selon l'invention ou d'une composition cosmétique le comprenant, en particulier au niveau de la peau, pour maintenir et/ou augmenter l'expression génique et/ou protéique, préférentiellement protéique, de collagène XVIII et/ou IV dans la peau et/ou les annexes cutanées, en particulier dans les lames basales, préférentiellement la JDE incluant la JDE de la peau et/ou des glandes sébacées, les lames basales des adipocytes, des glandes sudoripares et/ou pour diminuer la visibilité des pores cutanés et/ou limiter et/ou réduire la transpiration et/ou réduire ou limiter la production de sébum et/ou limiter et/ou réduire la chute des cheveux et/ou des poils et/ou augmenter la croissance des cheveux et/ou des poils.

Dans un mode de réalisation de la présente invention, le procédé de soin consiste en l'application par voie topique de l'extrait de C. olitorius selon l'invention ou d'une composition cosmétique le comprenant, sur tout ou partie de peau du corps et/ou du visage, préférentiellement les bras, le décolleté, le cou, les aisselles, les lèvres, encore préférentiellement tout ou partie du visage, préférentiellement les joues, le front, le menton, les lèvres, le contour des yeux , la zone dite « en T » du visage.

Ainsi, le procédé de soin cosmétique consiste en l'application par voie topique d'une composition cosmétique comprenant l'extrait de C. olitorius selon l'invention à une concentration de 1 x10 "4 % à 10% en poids, préférentiel lement de 1x10 "4 % à 5% en poids, encore avantageusement de 1x10 "3 % à 3% en poids, en particulier de 0,001 % à 0,1 % en poids par rapport au poids total de la composition.

Un dernier objet de la présente invention concerne un extrait de C. olitorius sous la forme d'une composition pharmaceutique, préférentiellement dermatologique telle que décrite ci-dessous pour son utilisation pour la prévention et/ou le traitement de pathologies impliquant une perte d'expression génique et/ou protéique, préférentiellement protéique, de collagène de type XVIII et/ou IV, telles que celles impliquées dans le développement oculaire, comme par exemple le syndrome de Knobloch, celles impliquées dans développement cérébral, celles impliquées dans le système nerveux, certaines glomérulopathies.

L'extrait selon l'invention peut ainsi se trouver sous la forme d'une composition pharmaceutique, préférentiellement dermatologique comprenant au moins un excipient pharmaceutiquement et/ou dermatologiquement, acceptable. Dans un mode de réalisation de l'invention, ladite composition est appliquée par voie topique et/ou orale, préférentiellement par voie topique.

Avantageusement, l'extrait de C. olitorius selon l'invention est présent dans la composition pharmaceutique, préférentiellement dermatologique, à une concentration de 1 x10 "4 % à 10% en poids, préférentiellement entre 1 x10 ~4 % et 5% en poids, encore avantageusement entre 1x10 "3 % et 3% en poids par rapport au poids total de la composition, en particulier entre 0,001 % et 0,1 % en poids par rapport au poids total de la composition.

Des exemples faisant référence à la description de l'invention sont présentés ci-après. Ces exemples sont donnés à titre d'illustration et ne sauraient limiter en aucun cas la portée de l'invention. Chacun des exemples a une portée générale. Les exemples font partie intégrante de la présente invention et toute caractéristique apparaissant nouvelle par rapport à un état de la technique antérieure quelconque à partir de la description prise dans son ensemble, incluant les exemples, fait partie intégrante de l'invention.

Exemples

Exemple 1 : préparation de différents extraits de Corchorus olitorius Exemple 1a)

Une quantité de 6,6 % en poids de feuilles de la plante Corchorus olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau a été broyée puis extraite dans l'eau comme unique solvant à une température de 80°C durant une période de 1 heure, sous agitation. L'extrait a ensuite été centrifugé et le culot éliminé. L'extrait a été filtré, puis congelé (congélation selon besoins de stockage).

Exemple 1b)

Une quantité de 10 % en poids de feuilles de la plante Corchorus olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau a été broyée puis extraite dans l'eau comme unique solvant à une température de 80°C durant une période de 1 heure, sous agitation. L'extrait a ensuite été centrifugé et le culot éliminé. L'extrait a été filtré, puis congelé (congélation selon besoins de stockage).

Exemple 1 c)

Une quantité de 6,6 % en poids de feuilles de la plante Corchorus olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau a été broyée puis extraite dans un mélange eau et éthanol (80, 20 ; v/v) à une température de 60°C durant une période de 2 heure, sous agitation. L'extrait a ensuite été centrifugé et le culot éliminé. L'extrait a été filtré, puis congelé (congélation selon besoins de stockage).

Exemple 1d)

Une quantité de 10 % en poids de feuilles de la plante Corchorus olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau a été broyée puis extraite dans un mélange eau et éthanol (80, 20 ; v/v) à une température de 60°C durant une période de 2 heure, sous agitation. L'extrait a ensuite été centrifugé et le culot éliminé. L'extrait a été filtré, puis congelé (congélation selon besoins de stockage).

Exemple 1e)

Une quantité de 6,6 % en poids de feuilles de Corchorus olitorius par rapport au poids total de feuilles et d'eau a été broyée puis extraite dans l'eau comme unique solvant à une température de 80°C durant une période de 1 heure, sous agitation. L'extrait a ensuite été centrifugé et le culot éliminé. L'extrait a été filtré puis lyophilisé.

Exemple 2 : Augmentation de l'expression de collaqène IV et XVIII en présence d'un extrait de Corchorus olitorius

Exemple 2a) Augmentation de l'expression de collaaène XVIII dans des kératinocvtes

Protocole : Des kératinocytes humains dits « normaux », c'est-à-dire ne présentant pas de pathologie issus du sein d'une donneuse saine de 36 ans ont été cultivés dans un milieu défini (KSFM) durant une période de 48 heures en présence de l'extrait de Corchorus olitorius préparé selon l'exemple 1 e) à différentes concentrations finales dans le milieu puis le milieu cellulaire éliminé. Le tapis cellulaire obtenu a été fixé (tampon Phosphate Buffered Saline (PBS)/paraformaldéhyde) puis perméabilisé (tampon PBS/Triton).

Le dosage du collagène XVIII a été effectué avec un anticorps anti- collagène XVIII, dilué au 1/500 dans une solution de tampon PBS contenant de la Sérum Albumine Bovine (SAB). Après une période de 90 minutes, un anticorps secondaire couplé à la fluorescéine dilué au 1/200 a été appliqué durant une période de 2 heures à l'obscurité. Après séchage, le mélange a été resolubilisé avec une solution d'hydroxyde d'ammonium. La fluorescence a été mesurée (ENVision, PerkinElmer). Les résultats de fluorescence ont été normalisés par rapport à la fluorescence obtenue avec le même milieu cellulaire en l'absence de l'extrait de C. olitorius (Contrôle) et ont été rapportés à la viabilité cellulaire obtenue dans chaque condition. Les résultats présentés correspondent à la moyenne de 5 essais (n=5). (ET : Ecart-type).

Résultats :

Tableau 1

Conclusion : l'extrait de C. olitorius selon l'invention a augmenté l'expression protéique de collagène XVIII par des kératinocytes humains d'au moins 50% versus contrôle non traité (Test d'analyse statistique Dunnett's p<0.001). Exemple 2b) Augmentation de l'expression de collagène XVIII dans des adipocvtes

Protocole : Des pré-adipocytes humains subcutanés dits normaux, c'est-à- dire ne présentant pas de pathologie issus d'un donneur féminin ont été cultivés dans un milieu de croissance spécifique, durant une période de 3 jours à une température de 37 °C sous 5 % atmosphère C0 2 . Lorsque le stade de saturation du tapis cellulaire a été atteint, le milieu a été remplacé par un milieu de différenciation, dans lequel a été ajouté l'extrait de C. olitorius selon l'invention préparé dans les conditions décrites dans l'exemple 1 e), à différentes concentrations finales dans le milieu (p/v), et cultivé durant une période de 6 jours.

L'expression protéique du collagène XVIII a été évaluée par immunocytochimie. Les cellules cultivées ci-dessus-ont été fixées avec de l'acétone à -20°C durant une période de 10 minutes puis rincées (tampon PBS) et placées dans un sérum durant une période de 30 minutes à 37°C et rincées (tampon PBS). Un anticorps primaire anti-collagène XVIII dilué 1/200 a ensuite été incubé durant une période de 2 heures à température ambiante. Après rinçage, un anticorps secondaire dilué 1/200 a été incubé durant une période de 45 minutes à température ambiante et à l'abri de la lumière. Le milieu a ensuite été éliminé puis les cellules ont été contre- colorées (Bleu Evans) durant une période de 10 minutes puis rincé (PBS). Les observations ont été effectuées par microscopie confocale. La quantification du collagène XVIII a été réalisée après analyse d'image. L'augmentation de l'expression protéique du collagène XVIII est proportionnelle au pourcentage d'occupation dudit collagène sur les images. Les résultats du tableau 2 sont exprimés par la moyenne du pourcentage d'occupation du collagène XVIII (n=6). (ET : Ecart-type) Résultats :

Tableau 2

Conclusion : l'extrait de C. olitorius selon l'invention a augmenté l'expression protéique du collagène XVIII par les adipocytes humains d'au moins 34%. Exemple 2c) Augmentation de l'expression de collagène IV dans les kératinocvtes

Protocole : Des kératinocytes humains dits normaux issus du sein d'une donneuse saine de 51 ans ont été cultivés dans un milieu défini (KSFM) durant une période de 48 heures en présence de 2 concentrations finales différentes de l'extrait de C. olitorius préparé selon l'exemple 1 e) puis le milieu cellulaire éliminé. Le tapis cellulaire obtenu est ensuite lysé avec une solution d'hydroxyde d'ammonium. Une partie du lysat a été utilisé pour le dosage de l'ADN. Le dosage du collagène IV a été effectué avec un anticorps anti-collagène IV (Acris, R1041) dilué au 1/2500 dans une solution de tampon PBS contenant de la Sérum Albumine Bovine (SAB). Après une période de 60 minutes, l'anticorps secondaire (PerkinElmer, AD0105) dilué au 1/25000 est appliqué durant une période de 1 heures à l'obscurité. La fluorescence a été mesurée (ENVision, PerkinElmer). Les résultats de fluorescence ont été normalisés par rapport à la fluorescence obtenue avec le même milieu cellulaire en l'absence de l'extrait de C. olitorius (Contrôle) et ont été rapportés au pourcentage d'ADN obtenu dans chaque condition. Les résultats présentés correspondent à la moyenne de 6 essais (n=6). (ET : Ecart-type).

Tableau 3

Conclusion : l'extrait de C. olitorius a augmenté l'expression du collagène IV dans les kératinocytes d'au moins 33% par rapport au contrôle. Exemple 2ό) Augmentation de l'expression de collagène IV dans les fibroblastes

Protocole : Des fibroblastes humains dits normaux issus du sein d'une donneuse saine de 34 ans ont été cultivés dans un milieu défini (KSFM) durant une période de 48 heures en présence de 2 concentrations finales différentes de l'extrait de C. olitorius préparé selon l'exemple 1 e) puis le milieu cellulaire éliminé. Le tapis cellulaire obtenu est ensuite lysé avec une solution d'hydroxyde d'ammonium. Une partie du lysat a été utilisé pour le dosage de l'ADN. Le dosage du collagène IV a été effectué avec un anticorps anti-collagène IV (Acris, FM 041 ) dilué au 1/2500 dans une solution de tampon PBS contenant de la Sérum Albumine Bovine (SAB). Après une période de 60 minutes, l'anticorps secondaire (PerkinElmer, AD0105) dilué au 1/25000 est appliqué durant une période de 1 heures à l'obscurité. La fluorescence a été mesurée (ENVision, PerkinElmer). Les résultats de fluorescence ont été normalisés par rapport à la fluorescence obtenue avec le même milieu cellulaire en l'absence de l'extrait de C. olitorius (Contrôle) et ont été rapportés au pourcentage d'ADN obtenue dans chaque condition. Les résultats présentés correspondent à la moyenne de 6 essais (n=6). (ET : Ecart-type). Tableau 4

l'expression protéique de collagène IV dans les fibroblastes d'au moins 7% versus le contrôle non traité.

Exemple 3 : Mesure in vivo du nombre de pores cutanés en présence d'un extrait de C. olitorius

Protocole : La crème décrite dans l'exemple 5 comprenant l'extrait de C. olitorius préparé selon l'exemple 1 e) à une concentration finale en poids de 3% par rapport au poids total de la crème a été appliquée tous les jours sur le visage de 20 volontaires femmes caucasiennes âgées de 53 à 65 ans et possédant une peau avec pores visibles, durant une période de 2 mois.

Le nombre de pores a été mesuré par analyse d'images (VISIA Facial Imaging Booth).

Résultats : Les résultats sont exprimés en pourcentage de diminution du nombre de pores analysés et quantifiés au temps T56 jours par rapport au temps initial T0.

Tableau 5

Conclusion : les résultats ont montré une diminution du nombre de pores de 13,20%, traduisant une diminution significative (p<0.01 test de Student) en présence de la crème comprenant l'extrait de C. olitorius selon l'invention au bout de 56 jours d'application. Exemple 4 : Exemple d'ingrédient cosmétique comprenant un extrait de C. olitorius

Extrait de C. olitorius Ex. 1a) ou 1 e) 0,35%

Glycérine 79%

Eau QSP 100

Exemple 5 : Exemple de composition cosmétique comprenant un extrait de C. olitorius

On procède selon les méthodes connues de l'homme du métier pour mélanger ensemble les différentes phases A, B, C, D ci-dessous pour préparer une composition selon la présente invention. Les proportions sont exprimées en %.

Phase A

Glycéryl stéarate, PEG-100 Stéarate 4,00

Pentaerythrityl distéarate 1 ,50 Cétéaryl Isononanoate 3,00

Propylheptyl caprylate 5,00

Coco caprylate 2,00

Dicaprylyl carbonate 3,00

Diméthicone 1 ,00 Phase B

Eau qsp 62,43

Propylène glycol, phenoxyéthanol, chlorphènsine, methylparabènel ,00

Glycérine 1 ,57

Gomme de xanthane 0,20 Butylène glycol 2,00

Hydroxyde de sodium, eau 0, 15 Phase C

Carbomère 0,15

Eau 10 Phase D

Extrait de C. olitorius obtenu selon exemple 1 a) ou 1 e) 0,001 -3,0