Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
CUSTOMISABLE BAGS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/043754
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to bags, such as transport bags, in particular hand bags, which can be individually customised, using a rigid frame. The invention also relates to the method for the production of said bags, as well as to the various elements relating thereto, such as the packagings thereof.

More Like This:
WO/2016/113578BAG WITH CARRYING HANDLE
WO/2016/084016BAG STRUCTURE
Inventors:
MULLER VIVIEN (LU)
Application Number:
PCT/EP2019/072910
Publication Date:
March 05, 2020
Filing Date:
August 28, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
JLZ (FR)
International Classes:
A45C3/06; A45C13/02; A45C13/04; A45C13/36
Domestic Patent References:
WO2018031078A12018-02-15
WO2018115767A12018-06-28
Foreign References:
US20130068356A12013-03-21
US9936755B22018-04-10
US20140048187A12014-02-20
FR978474A1951-04-13
EP0414656A11991-02-27
EP2163169A22010-03-17
US20160183649A12016-06-30
US5597589A1997-01-28
Other References:
ANONYMOUS: "Case Study: How Louis Vuitton Uses 3D Printing | MatterHackers", 13 October 2017 (2017-10-13), XP055592332, Retrieved from the Internet [retrieved on 20190527]
Attorney, Agent or Firm:
LAWRENCE, James (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Armature pour être intégrée à un sac de transport comprenant :

- au moins une partie basale (B) rigide de forme polygonale, et/ou

- au moins une face latérale (Ll, L2, L3, L4) au moins en partie rigide, préférentiellement attachée de manière fixe et/ou mobile à la partie basale (B), le cas échéant.

2. Armature selon la revendication 1, caractérisée en ce que le sac de transport est un sac à main.

3. Armature selon la revendication 1 ou 2, caractérisée en ce qu’elle comprend au moins une partie issue d’une impression 3D.

4. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisée en ce qu’elle comprend au moins une partie issue d’une extrusion.

5. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisée en ce qu’elle comprend au moins une partie issue d’un moulage.

6. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 5, caractérisée en ce qu’elle comprend au moins une partie issue d’un procédé laser.

7. Armature selon l’une quelconque des revendications 3 à 6, caractérisée en ce que ladite partie comprend au moins un polymère.

8. Armature selon la revendication 7, caractérisée en ce que le polymère est un polymère organique.

9. Armature selon l’une quelconque des revendications 3 à 7, caractérisée en ce que ladite partie comprend au moins un métal.

10. Armature selon la revendication 9, caractérisée en ce que le métal est du titane.

11. Armature selon la revendication 9 ou 10, caractérisée en ce que le métal est sous forme d’alliage.

12. Armature selon l’une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que ladite partie basale (B) comprend plusieurs sous-parties basales de forme(s) polygonale(s) reliées chacune entre elles par un axe de rotation.

13. Armature selon la revendication 12, caractérisée en ce que lesdites sous-parties basales de forme(s) polygonale(s) sont reliées chacune entre elles à l’aide de charnières.

14. Armature selon la revendication 12 ou 13, caractérisée en ce que la ou les axes de rotations des sous-parties basales sont orientés dans le sens longitudinal du sac, le cas échéant.

15. Armature de sac de transport selon l’une quelconque des revendications 1 à 14, caractérisée en ce que ladite partie basale (B) est inscrite bord à bord dans un parallélépipède rectangle de longueur (X), de largeur (Y) et de hauteur (Z) dont le plan défini par (X,Y) est le plan horizontal.

16. Armature selon la revendication 15, caractérisée en ce que la hauteur (Z) est d’une dimension égale ou inférieure à la plus grande dimension définie parmi la longueur (X) ou la largeur (Y).

17. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 16, caractérisée en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (Ll, L2, L3, L4), comprend au moins une surface plane.

18. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 17, caractérisée en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (Ll, L2, L3, L4), comprend au moins une surface concave.

19. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 18, caractérisée en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (Ll, L2, L3, L4), comprend, au moins une surface convexe.

20. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 19, caractérisée en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (Ll, L2, L3, L4), comprend au moins une surface torsadée.

21. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 20, caractérisée en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (Ll, L2, L3, L4), est creuse ou pleine.

22. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 21, caractérisée en ce que ladite face latérale (Ll, L2, L3, L4) comprend une pluralité de facettes (F) attachées les unes aux autres de manière fixe.

23. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 22, caractérisée en ce que ladite face latérale (Ll, L2, L3, L4) comprend une pluralité de facettes (F) attachées les unes aux autres de manière mobile.

24. Armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 23, caractérisée en ce que : - une première face latérale (Ll) est rattachée à une première arête (Al) de ladite partie basale (B) et

- une deuxième face latérale (L2) est rattachée à une deuxième arête (A2) de ladite partie basale (B).

25. Armature selon la revendication 24 caractérisée en ce que la deuxième arête (A2) est une arête non adjacente à la première arête (Al).

26. Procédé de fabrication laser d’une armature métallique pour être intégrée à un sac de transport, tel qu’un sac à main, selon l’une quelconque des revendications 1 à 25, comprenant les étapes suivantes :

(a) conception informatique 3D de ladite armature métallique ;

(b) transfert des données 3D obtenues à l’étape (a) vers un dispositif de fabrication 3D laser ;

(c) application d’un laser du dispositif de l’étape (b) sur au moins un métal ; et

(d) récupération de G armature métallique ainsi obtenue à l’étape (c).

27. Procédé de fabrication selon la revendication 26 caractérisé en que le métal de l’étape (c) comprend ou consiste en une poudre métallique.

28. Procédé de fabrication d’une armature pour être intégrée à un sac de transport, tel qu’un sac à main, selon l’une quelconque des revendications 1 à 25 caractérisé en ce que l’armature est conçue par ordinateur, puis au moins une partie basale (B), et/ou au moins une face latérale (Ll, L2, L3, L4), est fabriquée par un procédé industriel.

29. Procédé de fabrication selon la revendication 28 caractérisé en ce que le procédé industriel comprend une étape d’ impression 3D.

30. Procédé de fabrication selon la revendication 28 ou 29, caractérisé en ce que le procédé industriel comprend une étape d’extrusion.

31. Procédé de fabrication selon l’une quelconque des revendications 28 à 30, caractérisé en ce que le procédé industriel comprend une étape de moulage.

32. Procédé de fabrication selon l’une quelconque des revendications 28 à 31 , caractérisé en ce que le procédé industriel comprend une étape de procédé laser.

33. Sac de transport, tel qu’un sac à main, comprenant une armature selon l’une quelconque des revendications 1 à 25.

34. Emballage de sac de transport, tel qu’un sac à main, destiné à contenir un sac selon la revendication 33.

Description:
Sacs personnalisables

L’objet de la présente invention concerne des sacs, tels que des sacs de transport, en particulier des sacs à main, personnalisables à l’unité, impliquant l’utilisation d’une armature rigide, leur procédé de fabrication, ainsi que les divers éléments s’y rapportant, tels que leurs emballages.

Les sacs de transport, en particulier les sacs à main, regroupent généralement des effets souvent très personnels tels que des papiers d’identité, des téléphones portables, voire des ordinateurs portables, des médicaments à prendre régulièrement, des produits de beauté, des bijoux, etc. Ils sont ainsi considérés par leurs usagers comme des biens intimes. Or, ces sacs de transport et plus particulièrement les sacs à main, sont souvent produits à grande échelle, limitant ainsi leur personnalisation.

L’état de la technique rapporte quelques exemples de sacs pouvant être industrialisés à grande échelle présentant des moyens de personnalisation. Par exemple FR978474 est caractérisé par une possibilité de transformation rapide du sac. De même EP0414656 divulgue des éléments interchangeables au niveau du sac au bon vouloir de la/du propriétaire. EP2163169 divulgue également des sacs à mains avec des garnitures interchangeables. US2016183649 divulgue des sacs à main pouvant être « customisés » avec des éléments remplaçables et interchangeables.

Toutefois dans l’ensemble de l’état de la technique, la forme générale de ces sacs ne peut être configurée par l’utilisatrice/utilisateur. L’état de la technique se contente de greffer et/ou inter-changer des éléments sur des sacs dont les formes générales sont déjà déterminées par le fabricant. En effet, l’état de la technique considère que l’utilisatrice/utilisateur peut, vraisemblablement selon ses envies, changer l’aspect extérieur de son sac avec des éléments préfabriqués. La personnalisation finalement consiste en une combinaison personnalisable par chaque utilisatrice/utilisateur d’éléments préfabriqués. D’ailleurs, dans la réalité, l’utilisatrice/utilisateur change rarement de manière régulière la combinaison des éléments formant son sac. De plus, dans tous les cas de figures, l’utilisatrice/utilisateur n’a pas vraiment de moyen pour sortir des possibilités offertes par le fabriquant, surtout au niveau de la forme générale du sac. L’objet de la présente invention se distingue de cet état de la technique en proposant des moyens supplémentaires de personnalisation de sacs, en particulier de sacs à main, en donnant les moyens techniques pour que l’utilisatrice/utilisateur puisse obtenir une forme générale extérieure du sac qui soit celle qu’elle/il a déterminé. Cette forme générale est obtenue selon la présente invention par le biais d’une armature intégrée dans le sac. Cette armature est personnalisable par l’outil informatique, qui permet d’implémenter des outils de fabrication modulables, tel que l’impression 3D, et particulièrement le frittage laser. En proposant de nouveaux moyens techniques, la présente invention permet à l’utilisatrice/utilisateur de participer activement dans la fabrication de son sac, tout du moins dans son design, et ainsi obtenir un sac qui lui est personnel.

RESUME DE L’INVENTION

L’objet de la présente invention concerne donc une armature de sac de transport, tel qu’un sac à main, comprenant :

- au moins une partie basale (B) rigide de forme polygonale, et/ou

- au moins une face latérale (L) au moins en partie rigide, préférentiellement attachée de manière fixe et/ou mobile à la partie basale (B), le cas échéant.

L’objet de la présente invention concerne également un procédé de fabrication laser d’une pièce métallique pour un sac de transport, tel qu’un sac à main, comprenant les étapes suivantes :

(a) conception informatique 3D de ladite pièce métallique ;

(b) transfert des données 3D obtenues à l’étape (a) vers un dispositif de fabrication 3D laser ;

(c) application d’un laser du dispositif de l’étape (b) sur au moins un métal, telle qu’une poudre métallique ; et

(d) récupération de la pièce métallique ainsi obtenue à l’étape (c).

En outre, l’objet de la présente invention concerne un sac de transport, tel qu’un sac à main, comprenant une armature telle que décrite présentement. De plus, l’objet de la présente invention concerne un emballage de sac de transport, tel qu’un sac à main, destiné à contenir un sac de transport selon la présente invention. En particulier, le sac destiné à contenir un sac selon la présente invention peut comprendre une indication, telle qu’une marque de fabrique et/ou une forme adaptée, permettant d’identifier son contenu, i.e. le sac selon la présente invention.

DEFINITIONS

Dans le cadre de la présente invention par « armature », il est compris au moins une partie rigide destinée à soutenir et/ou à maintenir la disposition dans l’espace du sac de transport, tel qu’un sac à main. L’armature peut être visible ou non de l’extérieur du sac. L’armature peut être visible ou non d’au moins l’une des poches utiles du sac. Dans un mode de réalisation particulier, l’armature est intégralement insérée dans le sac et n’est visible ni de l’extérieur, ni de l’intérieur (poche utile) du sac. Dans un autre mode de réalisation, l’armature peut être utilisée dans des domaines techniques voisins de celui des sacs à mains, tels que le domaine des boites à bijoux, des portes monnaie ou encore des portefeuilles. L’armature peut être utilisée en tant que telle ou avec de la garniture.

Dans le cadre de la présente invention par « sac de transport », il est compris un récipient, avec préférentiellement au moins une matière souple, comprenant au moins une armature rigide telle que définie ci-dessus, ledit sac étant conçu d’une part pour contenir les attributs d’une ou de plusieurs personnes, et d’autre part permettre son transport par au moins une personne. Le sac de transport comprend une base, et au moins une face latérale reliée à la base. Préférentiellement, ledit sac de transport, tel qu’un sac à main, comprend au moins un moyen de prise extérieure, telle qu’une bandoulière, une poignée, point d’accroche, etc. permettant à son utilisateur/utilisatrice de le saisir et de le transporter avec lui/elle. De manière préférée, le sac de transport est adapté pour être positionné entre le bras et un flan latéral du corps de l’utilisateur/utilisatrice ; il s’agit alors préférentiellement d’un sac à main contenant les attributs personnels de l’utilisateur/utilisatrice. Le sac de transport, tel qu’un sac à main, peut être fabriqué en tout matériau souple utile à cette fin. De manière préférée, les matériaux sont des matériaux de haute qualité, tels que le cuir naturel, le coton, du velours, de la laine, de la soie en encore du cashmere.

Dans le cadre de la présente invention par « sac à main », il est compris un sac de transport tel que définis ci-dessus pour un usage quotidien ou ponctuel contenant des effets souvent très personnels tels que des papiers d’identité, des téléphones portables, un porte-monnaie, portefeuille, cartes bancaires, des bijoux, etc. lesdits effets personnels pouvant être destinés aux usages courant de la vie quotidienne.

Dans le cadre de la présente invention par « partie basale », il est compris la partie basale de l’armature, qui est intégrée à la base du sac de transport. La partie basale de l’armature est délimitée par ses arêtes et ses surfaces. L’épaisseur de la partie basale (correspondant à l’arête si l’épaisseur de la partie basale est constante et homogène) est significativement plus faible que la longueur de celle-ci. Typiquement, l’épaisseur de l’arête est inférieure à un dixième de la longueur de l’arête considérée. La partie basale de l’armature peut prendre toute forme polygonale possible. De manière préférée cette forme polygonale comprend au moins une surface ondulée, généralement bombée et/ou torsadée.

De manière préférée, la partie basale de l’armature est confondue avec la partie basale d’un sac, c’est-à-dire la partie sur laquelle le sac repose lorsqu’il est posé lors de son utilisation normale. Il est souvent référé au « fond du sac » lorsqu’il s’agit d’un sac à main car cette partie basale est confondue ou jouxte le fond de la poche utile du sac à main. Ainsi, dans le cadre d’un sac à main avec une ouverture par le haut, la partie basale est la surface la plus basse faisant face à l’ouverture.

Dans le cadre de la présente invention par « rigide », il est compris un matériau résistant aux efforts de torsion, de cisaillement et qui ne plie pas ou difficilement (à échelle humaine). Par exemple, un matériau rigide selon la présente invention présente un module de Young supérieur ou égale à 1 GPa, préférentiellement supérieur ou égale à 2 GPa, plus préférentiellement supérieur ou égale à 3 GPa, encore plus préférentiellement supérieur ou égale à 5 GPa. Des exemples de matériaux rigide selon la présente invention comprend des métaux ou alliages de métaux comprenant l’aluminium, l’argent, le chrome, le cuivre, l’étain, le fer, le magnésium, le manganèse, le nickel, l’or, le palladium, le plomb, le platine, le titane, le zinc, le zirconium. Par exemple, il peut s’agir d’acier, tel que l’acier inoxydable, de cuivre laminé ou des alliages comprenant du titane. D’autres exemples de matériaux rigides selon la présente invention comprennent certains plastiques rigides, des matériaux composites, des biomatériaux, d’oxydes métalliques, éventuellement des céramiques ou encore des carbures métalliques. Par exemple, il peut s’agir d’alumine, de carbure de chrome, de carbure de titane, de titanate, de titanate de baryum, de carbone, des fibres de verre, des fibres de carbone, des polyamides, des polycarbonates, des polystyrène (par exemple extrudés) de la résine époxy, du bois, tel que du bambou, de l’acajou, du chêne, de l’érable, etc.

Dans le cadre de la présente invention par « forme polygonale », il est compris une forme ayant plusieurs angles, et donc plusieurs côtés.

Dans le cadre de la présente invention par « face latérale », il est compris un élément planaire adjacent à une arête délimitant la partie basale de forme polygonale. Dans le cadre la présente invention, la face latérale peut être attachée directement à la partie basale. La face latérale peut être attachée de manière fixe ou mobile à la partie basale. De manière générale, une attache mobile permet à au moins deux éléments d’être reliés l’un à l’autre tout en leur permettant certains mouvements significatifs l’un vis-à-vis de l’autre. De manière générale, une attache fixe, au contraire fige les au moins deux éléments et les empêche de tout mouvement significatif l’un vis-à-vis de l’autre. La face latérale peut être liée à la partie basale de par sa disposition dans le sac, i.e. c’est un matériau souple, voire élastique, qui peut faire le lien entre la partie basale et la face latérale. Une face latérale peut comprendre un matériau souple et/ou rigide. Dans un mode de réalisation particulier, une ou plusieurs faces latérales peuvent consister en un ou plusieurs matériaux souples, voire élastiques. Dans le cas d’une face latérale fabriquée en un matériau rigide, ladite face latérale peut comprendre au moins un axe de rotation inscrit dans le plan d’une surface considérée. Ainsi dans un mode de réalisation particulier, une face latérale peut comprendre plusieurs facettes (F) attachées les unes aux autres de manière mobile et donnant la flexibilité nécessaire à la face latérale dans son ensemble pour permettre une ouverture de l’armature (et donc du sac selon l’invention). Typiquement, l’une des façons pour obtenir une flexibilité est d’inscrire un Y dans une face triangulaire da manière à ce que les trois extrémités de l’Y correspondent avec les sommets du triangle. Les axes de rotations sont alors représentés par les 3 branches du Y reliés aux sommets du triangle. Dans un mode de réalisation particulier selon l’invention, les facettes (F) sont de toute forme applicable, telle qu’une forme polygonale, par exemple une forme triangulaire, rectangulaire (y compris de forme carrée), ou encore de la forme d’un losange. De manière préférée, les facettes (F) sont de forme triangulaire.

Dans le cadre de la présente invention par « procédé de fabrication laser », il est compris tout procédé de fabrication impliquant un laser pour physiquement délimiter une pièce. Ce procédé peut impliquer par exemple une découpe d’une pièce dans un matériau sensible à un rayonnement laser, ou le laser peut chauffer une poudre fabriquée en un matériau sensible audit laser, provoquant ainsi la soudure des grains composant ladite poudre. Il s’agit dans ce dernier cas impliquant une poudre, d’un procédé dit « frittage laser ». De manière préférée, le « procédé de fabrication laser » dans le cadre de la présente invention est un procédé par frittage laser. Des exemples d’applications d’un tel procédé peuvent être trouvés dans la littérature tels que les documents US5597589, ou plus récemment WO2018115767.

Dans le cadre de la présente invention par « pièce métallique », il est compris toute pièce comprenant au moins un métal, par exemple dans un alliage. De manière préférée, la pièce est complètement métallique.

Dans le cadre de la présente invention par « conception informatique 3D », il est compris qu’une représentation spatiale est effectuée grâce à un outil informatique, tel qu’un ordinateur (fixe ou portable), une tablette tactile, un notebook, un téléphone portable ou encore une fablette.

Dans le cadre de la présente invention par « transfert des données 3D », il est compris tout moyen permettant l’échange de données générées par conception informatique 3D telle que défini ci-dessus, d’un outil informatique à un autre. De manière préférée, le transfert de données se fait d’un outil informatique dédié à la conception 3D de manière virtuelle vers un outil informatique dédié à la manufacture 3D, c’est à dire relié à des outils de fabrication réelle de produit, tels que des lasers, des outils d’usinages, etc. Le moyen permettant l’échange de données générées par conception informatique 3D peut se faire par le biais de tout support adapté, tel qu’un câble, un réseau sans fil, une clé USB, un CD-ROM, un DVD, etc. Dans le cadre de la présente invention par « dispositif de fabrication 3D laser », il est compris un dispositif de fabrication laser tel définit ci-dessus, dédié à la fabrication 3D, c’est-à-dire utilisant des données générées par conception informatique 3D, tel que défini ci-dessus.

Dans le cadre de la présente invention par « poudre métallique », il est compris une substance constituée de particules métalliques, c’est-à-dire des particules comprenant au moins un métal. Une poudre est caractérisée par sa granulométrie. La granulométrie est l'étude de la distribution statistique des tailles d'une pluralité d'unités (ou morceaux/granules) solide(s) de matière naturelle ou fractionnée (c'est à dire une collection). L'analyse granulométrique est l'ensemble des opérations permettant de déterminer la distribution des tailles des éléments composant une poudre. La distribution granulométrique est la représentation sous forme de tables de nombres ou de graphiques des résultats expérimentaux de l'analyse granulométrique. Les poudres métalliques utilisables pour le frittage laser ont typiquement des particules de diamètre compris entre lOpm et 500mth, par exemple entre 20mth et IOOmhi, comme 50mhi ± 20mih.

Dans le cadre de la présente invention par « récupération », il est compris tout moyen permettant d’isoler un élément de son environnement. Dans le cas d’espèce, il peut s’agir d’une pièce métallique formée par frittage laser dans une poudre métallique ayant servie à sa fabrication.

Dans le cadre de la présente invention par « emballage de sac », il est compris un conditionnement extérieur recouvrant ledit sac. Ce conditionnement peut être opaque et/ou translucide. L’emballage est d’une taille obligatoirement plus grande que le sac qu’il contient. Ce conditionnement peut être fabriqué en un matériau souple et/ou rigide. Le conditionnement peut comprendre ou consister en un matériau élastique lui permettant de s’adapter au sac qu’il est sensé contenir. De manière préférée, l’emballage de sac selon la présente invention est de forme extérieure semblable, sinon identique à la forme extérieure du sac qu’il contient.

DESCRIPTION DETAILLEE

Armature de sac et sac selon la présente invention L’objet de la présente invention concerne donc une armature de sac de transport, tel qu’un sac à main, telle que définie ci-dessus. De manière préférée, l’armature de sac de transport selon la présente invention comprend une partie basale (B) et au moins une face latérale (L), caractérisée en ce que ladite face latérale (L) est reliée de manière mobile et/ou fixe à ladite partie basale (B). De manière préférée, lesdites partie basale (B) et au moins une face latérale (L), sont reliées entre elle par au moins l’une de leurs arêtes respectives.

L’objet de la présente invention concerne plus particulièrement, une armature de sac de transport telle que décrite présentement, caractérisée en ce qu’elle comprend au moins une partie (PA) issue d’une impression 3D, d’une extrusion, d’un moulage et/ou d’un procédé laser, par exemple comprenant au moins un polymère, tel qu’un polymère organique, et/ou au moins un métal, tel que le titane, lequel métal est par exemple sous forme d’alliage.

Dans un mode réalisation particulier, l’armature selon la présente invention comprend au moins un métal précieux, par exemple choisi dans la liste consistant en l’or, l’argent, le platine, le rhodium, le scandium, le palladium, le ruthénium, l’osmium et l’iridium, préférentiellement l’or, l’argent, et/ou le platine.

L’armature de sac de transport selon la présente invention, peut en outre être caractérisée en ce que la partie (PA) est comprise dans ladite partie basale (B) et/ou comprise dans ladite face latérale (L).

Dans un mode de réalisation particulier, l’armature de sac de transport selon la présente invention, est caractérisée en ce qu’elle comprend au moins deux parties basales (B) reliées entre elles. Par exemple, au moins deux parties basales (B) peuvent être reliées l’une à l’autre par un axe de rotation inscrite dans le plan de chaque partie basale. L’axe de rotation et donc de rattachement des parties basales peut être dans tout sens. De manière préférée, l’axe de rotation et donc de rattachement des parties basales est dans le sens longitudinal du sac, lorsque celui- ci est de forme allongée.

L’armature de sac de transport selon la présente invention, peut de plus être caractérisée en ce que ladite partie basale (B) comprend plusieurs sous-parties basales de forme(s) polygonale(s) reliées chacune entre elles par un axe de rotation, éventuellement à l’aide de charnières, la ou les axes de rotations des sous-parties basales étant préférentiellement oreintés dans le sens longitudinal du sac, le cas échéant. Par « orientés dans le sens longitudinal du sac », il est compris dans le cadre de la présente invention que les axes de rotations, schématisables par des lignes droites, sont disposés parallèlement à la longueur du sac.

L’armature de sac de transport selon la présente invention, peut de plus être caractérisée en ce que ladite partie basale (B) est inscrite bord à bord dans un parallélépipède rectangle de longueur (X), de largeur (Y) et de hauteur (Z) dont le plan défini par (X,Y) est le plan horizontal et la hauteur (Z) est préférentiellement d’une dimension égale ou inférieure à la plus grande dimension définie parmi la longueur X ou la largeur Y.

L’expression « bord-à-bord » doit être comprise dans le contexte de la présente invention comme toute partie saillante telle qu’une arête ou une surface qui puisse épouser une arête ou une surface du parallélépipède rectangle de longueur (X), de largeur (Y) et de hauteur (Z) tels que définis ci-dessus.

Ainsi le sens longitudinal du sac, (ou encore « longueur du sac ») lorsque celui-ci est allongé, peut être aisément déterminé comme correspondant à la plus grande valeur parmi X ou Y. De manière préférée, les faces latérales L rigides sont disposées séquentiellement le long de la plus grande valeur parmi X ou Y, i.e. dans le sens longitudinal ; ces faces latérales peuvent être attachées à la partie basale (B) de manière mobile ou fixe.

De manière préférée, la longueur (X) est inférieure ou égale à un mètre, inférieure ou égale à cinquante centimètres, inférieure ou égale à trente centimètres, inférieure ou égale à vingt centimètres, inférieure ou égale à dix centimètres.

De manière préférée, la largeur (Y) est inférieure ou égale à un mètre, inférieure ou égale à cinquante centimètres, inférieure ou égale à trente centimètres, inférieure ou égale à vingt centimètres, inférieure ou égale à dix centimètres.

De manière préférée, la hauteur (Z) est inférieure ou égale à un mètre, inférieure ou égale à cinquante centimètres, inférieure ou égale à trente centimètres, inférieure ou égale à vingt centimètres, inférieure ou égale à dix centimètres.

De manière préférée, la longueur (X) et la largeur (Y) sont indépendamment l’une de l’autre toutes les deux inférieures ou égales à un mètre, toutes les deux inférieures ou égales à cinquante centimètres, toutes les deux inférieures ou égales à trente centimètres, toutes les deux inférieures ou égales à vingt centimètres, toutes les deux inférieures ou égales à dix centimètres.

De manière préférée, la longueur (X), la largeur (Y) et la hauteur (Z) sont indépendamment les unes des autres toutes inférieures ou égales à un mètre, toutes inférieures ou égales à cinquante centimètres, toutes inférieures ou égales à trente centimètres, toutes inférieures ou égales à vingt centimètres, toutes inférieures ou égales à dix centimètres.

L’armature de sac de transport selon la présente invention, peut être caractérisée en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (L), comprend au moins une surface plane, au moins une surface concave, au moins une surface convexe, et/ou au moins une surface torsadée et en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (L), est creuse (V) ou pleine.

Par « creuse », il est compris que la face latérale est évidée, et que par exemple un fluide passe au travers de ladite face latérale. La partie évidée peut être comblée par une garniture, par un exemple un tissu.

L’objet de la présente invention concerne plus particulièrement, une armature de sac de transport telle que décrite présentement, caractérisée en ce que ladite partie basale (B) comprend au moins une surface de forme rectangulaire, triangulaire ou carrée.

Dans un mode de réalisation particulier, l’armature de sac de transport selon la présente invention, est caractérisée en ce que ladite partie basale (B), et/ou ladite face latérale (L), est ondulée.

Plus particulièrement, l’armature de sac de transport selon la présente invention, peut être caractérisée en ce que ladite face latérale (L) comprend une pluralité de facettes (F) attachées les unes aux autres de manière fixe et/ou mobile.

De manière avantageuse, l’armature de sac de transport selon la présente invention, peut être caractérisée en ce que:

- une première face latérale (Ll) est rattachée à une première arête (Al) de ladite partie basale (B) et - une deuxième face latérale (L2) est rattachée à une deuxième arête (A2) de ladite partie basale (B), la deuxième arête (A2) étant préférentiellement une arête non adjacente à la première (Al).

Dans un mode de réalisation particulier, l’armature de sac de transport selon la présente invention, est caractérisée en ce que la première et/ou la deuxième face latérale (Ll, L2) ne sont pas mobiles par rapport à la partie basale (B).

Plus particulièrement, l’armature de sac de transport selon la présente invention, peut être caractérisée en ce que la première et/ou la deuxième face latérale (Ll, L2) sont de forme générale polygonale, par exemple de forme carrée, rectangulaire, losangique, pentagonale ou triangulaire, éventuellement ondulées, torsadées, bombées, incurvées, et préférentiellement adaptées pour être reliées arête(s) à arête(s) avec la base (B).

Ainsi dans un mode de réalisation particulier selon la présente invention, l’armature de sac de transport telle que décrite présentement, est caractérisée en ce qu’au moins une face latérale (L) comprend au moins une surface plane triangulaire (T), pleine ou creuse (V).

L’objet de la présente invention concerne également une armature de sac de transport telle que définie présentement, caractérisée en ce qu’elle est garnie partiellement ou intégralement d’au moins un tissu tel qu’un textile tissé ou non, un textile tricoté ou non, un tissu naturel ou synthétique, un tissu avec ou sans trame de tissage, par exemple choisi parmi le coton, le cuir naturel ou synthétique, un polyester, du polyamide, du velours, un polyacrylique, de la laine, du néoprène, de la soie, du cashmere, mailles de métal, lin, Lyocell®, Galuchat®, etc.

Par « garnie », il est compris dans le contexte de la présente invention qu’un tissu ou un matériau souple recouvre au moins partiellement l’armature.

Le terme « tissu » dans le contexte de la présente invention représente tout type de matériaux souple pouvant être utilisé pour garnir une armature selon la définition ci-dessus, ou utilisable dans la confection d’un sac de transport, tel qu’un sac à main. Le matériau souple utilisable dans le cadre de la présente invention peut être tissé ou non, naturel ou synthétique. Ainsi, l’objet de la présente invention concerne un sac de transport, tel qu’un sac à main, caractérisé en ce qu’il comprend au moins une armature telle que définie ci-dessus.

Le sac de transport, tel qu’un sac à main, selon la présente invention peut en outre comprendre un moyen de fermeture par exemple magnétique, tel qu’une série d’aimants (A) placées sur des surfaces de contact d’une poche utile du sac. Par « surface de contact », il est compris dans le contexte au moins deux surfaces susceptibles de se toucher.

Procédé de fabrication laser d’une pièce métallique pour un sac de transport

L’objet de la présente invention concerne en outre un procédé de fabrication laser d’une pièce métallique pouvant être incorporée dans un sac de transport, plus particulièrement dans un sac à main, tel que défini ci-dessus.

Ainsi, l’objet de la présente invention concerne un procédé de fabrication d’une armature de sac de transport, tel qu’un sac à main, tel que décrit ci-dessus, caractérisé en ce que l’armature est conçue par ordinateur, puis au moins une partie basale (B), et/ou au moins une face latérale (L), est fabriquée par impression 3D, extrusion, moulage et/ou est issue d’un procédé laser.

La conception par ordinateur peut se faire par l’utilisation d’un logiciel adapté, par exemple à générer une première surface polygonale, telle qu’un triangle, et par un mouvement de translation non parallèle (préférentiellement perpendiculaire plus ou moins 20°) au plan de cette surface, généré un volume qui représente le sac/G armature selon la présente invention. De manière préférée, le mouvement de translation peut varier dans ses axes afin d’obtenir un sac/armature avec toute variation de forme possible, par exemple avec une forme torsadée, bombée, incurvée, etc. Le mouvement de translation peut ne pas varier, et il est ainsi obtenu une forme linéaire.

Dans un mode de réalisation particulier, le procédé selon la présente invention est caractérisé en ce que l’impression 3D implique un polymère et/ou consiste en un procédé par frittage laser, par exemple sur un alliage métallique tel qu’un alliage de titane. Les avantages d’un tel procédé sont sa facilité de mise en œuvre technique. Ainsi, la conception du sac à main est personnalisée selon les souhaits du client/de la cliente directement sur l’outil informatique qui peut d’ailleurs être accessible sur un réseau (internet par exemple). Le logiciel qui permet de conceptualiser le sac selon la présente invention peut en outre comporter un module de chiffrage financier du sac désiré, selon les matériaux et la structure désirée. Ainsi le client/cliente peut directement constater le coût financier de sa création virtuelle avant son implémentation aux outils de manufacture, ou même avant son règlement. Le logiciel peut en outre bénéficier d’une aide sur mesure en ligne à l’aide d’un module de communication avec un technicien et/ou un commercial. Le logiciel peut en outre être paramétré de manière à limiter les épaisseurs d’armatures afin d’obtenir un produit qui puisse se tenir et être suffisamment solide. Bien entendu, toutes ces étapes de conceptualisation peuvent se faire directement dans une boutique avec l’aide d’une personne qui aidera le client/la cliente dans sa conception. Le logiciel peut automatiquement générer les données nécessaires à la réalisation de l’emballage pour le sac qui a été défini par le client/la cliente. Cet emballage peut être ou tout matériau souple ou rigide. L’emballage peut être réalisé par les même techniques telles que décrites pour l’armature du sac lui-même (par exemple par frittage, impression 3D, découpe laser, etc.). Alternativement, l’emballage peut être confectionné à l’aide de matériaux souples plus ou moins élastiques afin de s’adapter au sac réalisé par le client/la cliente.

FIGURES

[Fig.l] : Il s’agit d’une vue d’ensemble de différents éléments de l’armature, combinables avec des formes spécifiques. La base (B) est ici de forme rectangulaire, légèrement ondulée. Les deux faces latérales triangulaires opposées (L 1 , L2) sont positionnées (de manière fixe ou mobile) sur les arêtes les plus courtes (Al, A2) de (B). Ces deux faces latérales triangulaires opposées (Ll, L2) peuvent être en un matériau souple ou rigide, avec éventuellement au moins un axe de rotation inscrit dans leur plan. Les deux faces latérales opposées (L3, L4) de forme rectangulaire sont courbées l’une vers l’autre. Les deux faces latérales opposées (L3, L4) de forme rectangulaire courbées sont positionnées (de manière fixe ou mobile) sur les arêtes les plus longues (A3, A4) de (B). Les deux faces latérales opposées (L3, L4) épousent la forme ondulée de (B) et sont constituées d’une pluralité de facettes triangulaires (F) reliées avantageusement de manière mobile entre elles (non représenté, par exemple par un tissu), facilitant ainsi l’ouverture de la poche utile du sac, une fois ce dernier réalisé.

[Fig.2] : Il s’agit d’une pluralité d’exemple de bases (B) selon l’invention. Les FIG. 2.1., FIG. 2.2. et FIG. 2.3. représentent des bases (B) de formes rectangulaires très légèrement ondulées, pleines (FIG. 2.1.) ou évidées (cavités (V)) selon les FIG. 2.2. et 2.3. La FIG. 2.2. représente une base (B) est constituée de quatre tiges reliées entre elles aux extrémités en formant ainsi une vaste cavité (V). La FIG. 2.3. représente une base (B) comprenant plusieurs cavités (V), ici les cavités sont de forme rectangulaire. Les FIG. 2.4., FIG. 2.5. et FIG. 2.6. représentent 3 bases pleines avec des ondulations ou des torsions plus marquées que dans les cas des figures FIG. 2.1, 2.2. ou 2.3.

[Fig.3] : Cette figure représente quelques exemples de formes possibles de sacs que l’on peut obtenir selon la présente invention. La forme représentée dans FIG. 3.1. est caractérisée par une torsion marquée de la base (B). Par contraste, la forme représentée dans FIG. 3.2. est caractérisée par un manque de torsion de la base (B), mais qui présente une forme bombée. La forme représentée dans les FIG. 3.3. et FIG. 3.4. sont caractérisées par deux faces latérales opposées (Ll, L2) de formes différentes. Dans FIG. 3.3., les faces opposées (Ll, L2) sont pour l’une, triangulaire et pour l’autre de forme ovale. Dans FIG. 3.4., les faces opposées (Ll, L2) sont pour l’une, triangulaire et pour l’autre de forme rectangulaire. Le sac de la FIG. 3.4 est également caractérisé par la présence d’un couvercle (C). Dans FIG. 3.5., les faces opposées (Ll, L2) sont des hexagones.

[Fig.4] : Cette figure représente un sac à main de type classique (avec des gamitures/habillages classiques) selon la présente invention.

[Fig.5] : Cette figure représente un mode de réalisation de sac à main selon l’invention. La forme générale correspond à la FIG. 3.1. La FIG. 5.1. représente le sac fermé, alors que la FIG. 5.2. représente le sac ouvert, révélant ainsi la poche utile (P). Une série d’aimants (A) permettent de maintenir fermé le sac. La face latérale (Ll) est constituée de trois pièces mobiles (El, E2, E3) les unes avec les autres ; ces pièces peuvent êtres rigides ou souples. L’intersection de ces trois pièces définit un Y à l’envers. Il en est de même pour la face opposée (L2). Les faces latérales (L3, L4) sont constituées d’une pluralité de rectangles torsadés et/ou bombés (R) fixés de manière mobile à la base (B), et de manière mobile les uns par rapport aux autres (par exemple par le biais d’un tissu placé/collé à l’intérieur de la poche utile (P)).

[Fig.6] : Cette figure représente un autre mode de réalisation de sac à main selon l’invention. La forme extérieure est similaire au sac de la FIG. 3.1. Le mode de réalisation selon la FIGURE 6 se distingue par des faces latérales (Ll, L2) en tissu élastique, par des éléments d’armature creux et garnis de tissu, et par ses faces latérale (L3, L4) constitués d’une pluralité de facettes triangulaires F évidées de leur matière rigide et garnies de tissu, disposés de manière « tête-bêche ». Les facettes triangulaires F sont réparties de manière mobile par rapport à la base et peuvent être mobiles les unes aux autres.

[Fig.7] : Cette figure représente un autre mode de réalisation de sac à main selon l’invention. La forme extérieure est similaire au sac de la FIG. 6. Le mode de réalisation selon la FIGURE 7 se distingue par plusieurs (deux, ici) parties basales (B) reliées l’une à l’autre par un axe de rotation inscrit dans le plan de chaque partie basale. L’axe de rotation (et donc de rattachement des sous-parties basales) est dans le sens longitudinal du sac, et les faces latérales L rigides sont disposées séquentiellement dans le sens longitudinal et rattachées de manière fixe (ou mobile, non représenté) à la partie basale (B).

EXEMPLES

Exemple 1 : Armature

Différents matériaux ont été utilisés pour fabriquer l’armature selon la présente invention.

La forme générale de l’armature est décrite en figure 6.

Le procédé d’impression 3D plastique (A) a mis en oeuvre une machine EOSINT M280 avec de la poudre de Nylon PA12.

Le procédé (B) laser (DLMS « Direct Métal Laser Sintering ») décrit a mis en œuvre une machine EOSINT M280 avec de la poudre de titane TI64 ou TiCP. Le procédé par moulure avec plastique (C) référencé ici à titre de comparaison concerne l’une des méthodes classiques de moulures par utilisations de moules usinés et de polymères plastiques classiques (polyéthylènes, polypropylènes, polymères époxy, polyestères, polyacrylates, polystyrènes, etc.).

Tableau 1 : exemples d’armatures [Tableaux 1]

* comparaison par analogie

Exemple 2 : Sac comprenant une armature selon l’invention

Des sacs à main selon l’invention ont été confectionnés selon les figures 4, 5 ou 6. Les garnitures ont été posées sur les armatures selon les techniques usuelles dans l’art (par coutures avec des renforts discrètement collés sur les zones de plus forte usure). L’armature peut être plus ou moins visible de l’extérieur. Par exemple, le sac à main selon la figure 4 ne laisse apparaître aucunement l’armature qui est totalement garnie (recouverte de tissu). Par contraste les modes de réalisation selon les figures 5 et 6 laissent clairement apparaître les différents éléments de l’armature.