Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR ACTUATING A MOBILE PLATFORM
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/217010
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to an actuating device (40) for a substantially horizontal mobile platform capable of being moved in a vertical direction between a high position and a low position, and comprising a chassis (41) supporting the platform, characterized in that it comprises at least one rigid chain (23, 33) actuated by at least one motor (42) secured to the chassis, and a guide member (43) for guiding the rigid chain between a substantially deployed position in the direction of the ground, and a substantially stowed position parallel to the chassis.

Inventors:
BODECHON ANTOINE (FR)
Application Number:
PCT/FR2020/000152
Publication Date:
October 29, 2020
Filing Date:
April 24, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
LIFTO (FR)
International Classes:
E04H4/06; F16G13/07; F16G13/20
Domestic Patent References:
WO2018024486A12018-02-08
Foreign References:
NL1027133C12006-04-03
US20140109701A12014-04-24
JP2001254796A2001-09-21
NL1027133C12006-04-03
Attorney, Agent or Firm:
NONNENMACHER, Bernard (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif d'actionnement (40) pour plateforme mobile sensiblement horizontale apte à être mise en mouvement selon une direction verticale entre une position haute et une position basse etcomportant un châssis (41) supportant la plateforme, ,au moins une chaîne rigide (23 ; 33) actionnée par au moins un moteur (42) solidaire du châssis (41), et un organe de guidage (43) de la chaîne rigide entre une position substantiellement déployée en direction du sol, et une position substantiellement rangée parallèlement au châssis, caractérisée en ce que l'organe de guidage comporte une roue dentée (26) actionnée en rotation par ledit moteur (42), et en ce que la chaîne rigide (23 ; 33) est composée d'un ensemble de maillons (1) identiques pourvus d'un axe de rotation (7)commun à deux maillons voisins et qui s'engrène avec ladite roue dentée (26) et permet d'articuler un maillon par rapport à un maillon voisin.

2. Dispositif d'actionnement selon la revendication 1, caractérisé en ce que lesdits maillons (1) comportent un corps (2) sensiblement en forme de fourche et pourvu d'un talon (3) relié par une embase (4) à deux joues (5) parallèles séparées par un espace (6) prévu pour recevoir le talon (3) d'un maillon (1) voisin, le talon (3) et chaque joue (5) comportant un orifice (19, 20, 21) configuré pour recevoir ledit axe de rotation (7) permettant d'articuler un maillon (1) par rapport à un maillon voisin, chaque joue (5) possédant un épaulement (9) et une extrémité (10) présentant des faces planes et parallèles configurées pour venir en appui des faces correspondantes d'un épaulement (9) et d'une extrémité (10) des joues (5) d'un maillon (1) voisin.

3. Dispositif d'actionnement (40) selon la revendication 1, caractérisé en ce que ledit organe de guidage (43) de la chaîne rigide (23 ; 33) est un carter de guidage intégré au châssis (41) et comportant une rampe de guidage curviligne (47) dont une extrémité est orientée de façon horizontale pour guider une extrémité (23b ; 33b) de la chaîne rigide parallèlement au châssis (41) et pour guider l'autre extrémité (23a ; 33a) de la chaîne rigide perpendiculairement au châssis.

4. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le châssis (41) comporte au moins un profilé creux dans lequel vient se ranger une extrémité (23b ; 33b) des chaînes.

5. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les chaînes rigides (23 ; 33) sont constituées de maillons (1) unitaires ou d'éléments de chaîne (25) juxtaposés et agencés pour que la chaine(23 ; 33) puisse se déformer entre une position droite déployée dans laquelle elle est portante et une position repliée à l'intérieur du châssis (41).

6. Dispositif d'actionnement (40) selon la revendication 4, caractérisé en ce que l'embase (4) de chaque maillon (1) comporte de part et d'autre du talon (3), deux épaulements (9) parallèles configurés pour former une butée par rapport aux extrémités (10) des joues (5) d'un maillon voisin.

7. Dispositif d'actionnement (40) selon la revendication 5, caractérisé en ce que les faces planes des extrémités (10) et des épaulements (9) des joues (5) des maillons (1) sont perpendiculaires à la force de compression qui s'exerce sur les maillons (1) en position de travail.

8. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 6, caractérisé en ce que l'articulation de deux maillons (1) voisins est configurée pour permettre une rotation relative dans une plage angulaire limitée à 90 °.

9. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 8, caractérisé en ce que chaque joue (5) et le talon (3) des maillons (1) ont une forme sensiblement rectangulaire avec un coin arrondi (18, 17) situé au voisinage de l'axe de rotation (7) du maillon.

10. Dispositif d'actionnement (40) selon la revendication 6, caractérisé en ce que la longueur des épaulements (9) et des extrémités (10) des joues (5) est supérieure à la largeur des joues (5).

11. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 9, caractérisé en ce que les distances (dl, d2) entre l'axe de rotation (7) et les deux côtés perpendiculaires (15, 14) des joues (5) et les deux côtés perpendiculaires (16, 14) du talon (3) d'un maillon qui sont voisins de l'axe de rotation, sont égales.

12. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 10, caractérisé en ce que l'axe de rotation (7) d'un maillon (1) est perpendiculaire au plan de symétrie principal (8) du maillon (1) et déporté vers le côté arrière (14) du maillon.

13. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 11, caractérisé en ce que le rayon de courbure des coins arrondis (18, 17) des joues (5) et du talon (3) d'un maillon (1) est supérieur à la distance (dl, d2) entre l'axe de rotation (7) et les deux côtés perpendiculaires (15, 14) des joues (5) et les deux côtés (16, 14) du talon qui sont voisins de l'axe de rotation.

14. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 12, caractérisé en ce que le talon (3) d'un maillon (1) comporte un orifice (22) recevant une vis de fixation filetée dont l'extrémité s'engage dans un orifice taraudé de l'axe de rotation (7), de façon à rendre le corps (2) du maillon et son axe de rotation (7) solidaires en rotation.

15. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 13, caractérisé en ce que le corps (2) d'un maillon (1) est en matière plastique ou en résine synthétique mélangée à des fibres de renfort, notamment des fibres de verre.

16. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 14, caractérisé en ce que l'axe de rotation (7) des maillons (1) et sa vis de fixation sont en acier inoxydable.

17. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 15, caractérisé en ce que la chaîne rigide (23) comporte un assemblage linéaire de maillons unitaires (1) assemblés de manière que le talon (3) d'un maillon (1) s'engage dans l'espace (6) situé entre les joues d'un maillon voisin, l'axe de rotation (7) étant engagé dans les orifices (20, 21) des joues d'un maillon et l'orifice (19) du talon du maillon (1) voisin.

18. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications 4 à 15, caractérisé en ce que la chaîne rigide (33) comporte un assemblage linéaire d'éléments de chaîne (25) constitués de plusieurs maillons (1) unitaires assemblés en parallèle sur un axe de rotation (7) unique, une partie de l'axe de rotation (7) restant libre pour permettre l'engagement avec une roue dentée (26) d'entrainement de la chaîne.

19. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les côtés du châssis (41) comportent des éléments de guidage du mouvement vertical de la plateforme le long des parois (46) d'un bassin, constitués par des brosses (44) pourvues de poils en matière plastique imputrescible.

20. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les profilés du châssis sont en résine synthétique renforcée de fibres de verre.

21. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moteurs (42) sont étanches avec un degré d'étanchéité conforme à la norme IP68.

22. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la plateforme(45) et le châssis(41) ont une forme quelconque adaptée à la forme d'un bassin, par exemple une forme rectangulaire, carrée, ou une forme libre.

23. Dispositif d'actionnement (40) selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l'axe d'entrainement du ou des moteurs(42) est couplé en rotation à des roues dentées (26) qui s'engrènent avec les maillons (l)ou les éléments de chaînes (25).

24. Bassin, caractérisé en ce qu'il comporte un dispositif d'actionnement (40) pour plateforme mobile (45) selon l'une quelconque des revendications précédentes.

Description:
DESCRIPTION

Titre : Dispositif pour actionner une plateforme mobile

La présente invention concerne le domaine des dispositifs d'actionnement vertical de plateformes mobiles destinées à recevoir une charge, notamment des personnes ou des équipements. Ce dispositif d'actionnement trouve une application particulière, sans être exclusive, dans le domaine des plateformes mobiles disposées dans des bassins, tels que des piscines par exemple.

ÉTAT DE LA TECHNIQUE

Il existe une grande variété de dispositifs pour actionner une plateforme selon une direction verticale. Ainsi, on connaît des systèmes de vérins hydrauliques positionnés sous la plateforme, ou des systèmes à vis sans fin, ou encore des systèmes de parallélogramme déformable, à la manière d'un cric de voiture.

Dans le domaine des dispositifs pour actionner une plateforme disposée dans ou au-dessus d'un bassin, notamment un bassin de piscine, les contraintes supplémentaires sont nombreuses et ne permettent pas d'utiliser ces systèmes classiques en raison d'un encombrement trop important, d'un accès difficile à partir de l'extérieur du bassin, ou d'incompatibilité des composants ou des commandes avec le milieu aqueux et corrosif du bassin.

Dans le domaine spécifique des plateformes mobiles pour bassins de piscine, des systèmes spécifiques ont par conséquent été développés, comme ceux décrits par exemple dans le document WO 2018/024486 Al. Dans ce document est décrit un dispositif de structure porteuse pour bassin, comportant sus sa face inférieure, côté bassin, une béquille mobile qui se déploie pour supporter la structure porteuse lorsque celle-ci est en position haute. Cette disposition ne permet pas d'arrêter la structure porteuse à une hauteur quelconque dans le bassin. En outre, des ballons gonflables disposés sous la structure porteuse servent de flotteurs. Ils sont gonflés pour faire remonter la structure en surface du bassin, et dégonflés pour laisser la structure s'enfoncer dans l'eau sous l'effet de son poids. Cela impose la présence de tuyaux alimentant les ballons en air. En outre, les mouvements de la structure souffrent d'un temps de latence important, compte tenu du temps qui est nécessaire à partir de la commande, pour gonfler ou dégonfler les ballons.

On connaît de par le document NL 1027133 un fond mobile pour piscine comprenant un système de levage intégré qui est monté sur le dessous du plancher et fixé au fond de la piscine. îl comprend une chaîne entraînée par un axe fileté actionné par un moteur sous-marin et relié à une extrémité de la chaîne, ce qui implique que toute la longueur de la chaîne qui forme un angle droit reste sous pression. En outre, la chaîne comporte deux types de maillons différents, de sorte que deux maillons voisins ne comportent qu'une faible surface de contact pour absorber la pression. Cette disposition ne permet pas une grande stabilité de la chaîne ni l'utilisation d'une plateforme lourde ou de grande taille,

BUT DE L'INVENTION

L'invention a pour but général de proposer un nouveau type plus performant de système pour actionner une plateforme mobile destinée à recevoir une charge, par exemple mais sans aucune limitation, une structure porteuse recouvrant un bassin, notamment un bassin de piscine.

En particulier, l'invention a pour but spécifique de proposer un système capable de mettre une structure porteuse en mouvement vertical sans temps de latence significatif, et d'arrêter la structure non seulement en position haute ou en position basse, mais aussi à n'importe quelle position intermédiaire.

Un autre but de l'invention est de proposer un dispositif d'actionnement puissant, robuste et stable, dépourvu de béquille dépliable.

Un autre but de l'invention est de proposer un dispositif d'actionnement qui, lorsqu'il est utilisé dans un bassin, ne prenne appui que sur le fond du bassin, qui soit adaptable à toutes les formes de bassins, et qui soit compatible avec les milieux corrosifs tels que l'eau chlorée ou salée des piscines.

RESUME DE L'INVENTION

Dans son principe, la présente invention consiste à intégrer dans une plateforme mobile selon une direction verticale, un ensemble de chaînes rigides à maillons porteurs, qui sont actionnées par des moteurs et qui sont conçues pour pouvoir soit s'intégrer dans la plateformedans une position basse de celle-ci, soit se déployer hors de la plateforme en se dirigeant vers le sol, de manière à soulever et supporter la plateforme.

L'invention a par conséquent pour premier objet un dispositif d'actionnement pour plateforme mobile sensiblement horizontale apte à être mise en mouvement selon une direction verticale entre une position haute et une position basse et comportant un châssis supportant la plateforme, au moins une chaîne rigide actionnée par au moins un moteur solidaire du châssis, et un organe de guidage de la chaîne rigide entre une position substantiellement déployée en direction du sol, et une position substantiellement rangée parallèlement au châssis, caractérisée en ce que l'organe de guidage comporte une roue dentée actionnée en rotation par ledit moteur, et en ce que la chaîne rigide est composée d'un ensemble de maillons identiques pourvus d'un axe de rotation commun à deux maillons voisins et qui s'engrène avec ladite roue dentée et permet d'articuler un maillon par rapport à un maillon voisin.

Selon un mode de réalisation avantageux, lesdits maillons comportent un corps sensiblement en forme de fourche et pourvu d'un talon relié par une embase à deux joues parallèles séparées par un espace prévu pour recevoir le talon d'un maillon voisin, le talon et chaque joue comportant un orifice configuré pour recevoir ledit axe de rotation permettant d'articuler un maillon par rapport à un maillon voisin, chaque joue possédant un épaulement et une extrémité présentant des faces planes et parallèles configurées pour venir en appui des faces correspondantes d'un épaulement et d'une extrémité des joues d'un maillon voisin.

Selon un mode de réalisation, les faces planes des extrémités et des épaulements des joues sont perpendiculaires à la force de compression qui s'exerce sur les maillons en position de travail.

De préférence, la longueur des épaulements et des extrémités des joues est supérieure à la largeur des joues, ce qui augmente sensiblement la stabilité de la chaîne utilisant ces maillons en compression.

Selon un mode de réalisation, ledit organe de guidage de la chaîne rigide est un carter de guidage intégré au châssis et comportant une rampe de guidage curviligne dont une extrémité est orientée de façon horizontale pour guider une extrémité de la chaîne rigide parallèlement au châssis et pour guider l'autre extrémité de la chaîne rigide perpendiculairement au châssis.

De préférence, le châssis comporte au moins un profilé creux dans lequel vient se ranger une extrémité des chaînes, l'autre extrémité étant dirigée vers le sol.

Selon un mode de réalisation avantageux, les chaînes rigides ou chaînes de poussée sont constituées de maillons juxtaposés et agencés pour que la chaîne puisse se déformer entre une position droite déployée dans laquelle elle est portante et une position repliée à l'intérieur du châssis.

Avantageusement, les faces des extrémités des joues des maillons sont parallèles aux faces des épaulements et perpendiculaires à la force de compression qui s'exerce sur les maillons en position de travail de la chaîne rigide.

Selon un mode de réalisation, l'articulation de deux maillons voisins est possible dans une plage angulaire limitée à 90 °.

Selon un mode de réalisation, chaque joue et le talon des maillons ont une forme sensiblement rectangulaire avec un coin arrondi situé au voisinage de l'axe de rotation du maillon.

De préférence, afin d'assurer une articulation fluide entre les maillons, les distances entre l'axe de rotation et les deux côtés perpendiculaires des joues et les deux côtés perpendiculaires du talon d'un maillon qui sont voisins de l'axe de rotation, sont égales.

En outre, le rayon de courbure des coins arrondis des joues et du talon d'un maillon est supérieur à la distance entre l'axe de rotation et les deux côtés perpendiculaires du maillon adjacents à l'axe de rotation.

L'axe de rotation d'un maillon est perpendiculaire au plan de symétrie principal du maillon, et déporté vers le côté arrièredu maillon.

De préférence, le talon d'un maillon comporte un orifice recevant une vis de fixation filetée dont l'extrémité s'engage dans un orifice taraudé de l'axe de rotation, de façon à rendre le corps du maillon et son axe de rotation solidaires en rotation.

Lorsque le dispositif d'actionnement est destiné à un usage en environnement corrosif, le corps des maillons est en matière plastique ou en résine synthétique mélangée à des fibres de renfort, notamment des fibres de verre. En outre, l'axe de rotation des maillons et sa vis de fixation sont en acier inoxydable.

Selon un mode de réalisation simple, la chaîne rigide comporte un assemblage linéaire de maillons unitaires assemblés de manière que le talon d'un maillon s'engage dans l'espace situé entre les joues d'un maillon voisin, l'axe de rotation étant engagé dans les orifices des joues d'un maillon et l'orifice du talon du maillon voisin.

Selon un autre mode de réalisation encore plus stable, la chaîne rigide comporte un assemblage linéaire d'éléments de chaîne constitués de plusieurs maillons unitaires assemblés en parallèle sur un axe de rotation unique, une partie de l'axe de rotation restant libre pour permettre l'engagement avec une roue dentée d'entrainement de la chaîne.

Selon un mode de réalisation du dispositif d'actionnement selon l'invention, les côtés du châssis comportent des éléments de guidage du mouvement vertical de la plateforme le long des parois d'un bassin, constitués par des brosses pourvues de poils en matière plastique imputrescible. De cette manière, le châssis ne peut pas venir frotter contre les parois du bassin et leur intégrité est préservée.

Selon un mode de réalisation adapté aux environnements humides ou corrosifs, les profilés du châssis sont en résine synthétique renforcée de fibres de verre. Les moteurs d'entrainement des chaînes sont étanches avec un degré d'étanchéité conforme à la norme IP68.

Selon un mode de réalisation, l'axe d'entrainement du ou des moteurs est couplé en rotation à des roues dentées qui s'engrènent avec les maillons ou les éléments des chaînes rigides.

La plateforme et le châssis peuvent avoir une forme quelconque adaptée à la forme d'un bassin, par exemple une forme rectangulaire, carrée, ou une forme libre.

L'invention a également pour objet un bassin comportant un dispositif d'actionnement pour plateforme mobile tel que décrit ci-dessus.

DESCRIPTION DETAILLEE

L'invention sera décrite plus en détail en référence aux figures ci-jointes dans lesquelles : La figure 1 représente des vues en élévation et en coupe d'un maillon de chaîne unitaire utilisé dans le cadre de l'invention ;

La figure 2 représente une vue en perspective d'une chaîne rigide formée par des maillons unitaires conformes à la figure 1 ;

La figure 3 représente des vues en élévation et en perspective d'un élément de chaîne formé par deux maillons unitaires selon la figure 1 ;

La figure 4 est une vue en perspective d'une chaîne rigide formée par des éléments de chaîne conformes à la figure 3 et utilisable dans le dispositif d'actionnement selon l'invention ;

La figure 5 représente une vue en perspective d'une extrémité de chaîne rigide selon la figure 4, pourvue d'un pied ;

La figure 6 représente une vue de détail en perspective du pied de la chaîne rigide selon la figure 5 ;

La figure 7 représente des vues de côté et de face d'une roue d'engrenage utilisable pour entraîner les chaînes rigides selon les figures 4 et 6.

La figure 8 représente en vue en perspective d'un exemple de dispositif d'actionnement de plateforme mobile selon l'invention, en position haute ;

La figure Représente en vue en perspective d'un exemple de dispositif d'actionnement de plateforme mobile selon l'invention, en position basse ;

La figure lOreprésente des vues de dessus et de côté du dispositif d'actionnement selon l'invention ;

La figure 11 représenteen vue en coupe un bassin pourvu d'une plateforme mobile porteuse et d'un dispositif d'actionnement selon l'invention ;

La figure 12 représente une vue en plan et une vue en coupe d'un rail de guidage de chaîne du dispositif d'actionnement selon l'invention ;

La figure 13 représentedes vues de dessus, de face et de côté d'une chaîne rigide et d'un carter de guidage de chaîne du dispositif d'actionnement selon l'invention ;

La figure 14 représente une vue de côté latérale et une vue de dessus du dispositif d'actionnement selon l'invention, en position déployée ;

La figure 15 représenteune vue de côté longitudinale du dispositif d'actionnement selon l'invention, en position déployée. DESCRIPTION DETAILLEE

Les éléments identiques portent la même référence dans l'ensemble des figures.

On se réfère à la figure 1. La partie gauche de la figure 1 représente une vue de face en élévation d'un maillon unitaire 1 de chaîne rigide utilisée l'invention. Ce maillon comporte un corps 2 sensiblement en forme de fourche. Il est pourvu d'un talon 3 relié par une embase 4 perpendiculaire au talon, à deux joues parallèles 5 séparées par un espace 6 prévu pour recevoir le talon 3 d'un maillon 1 voisin.

Le talon 3 et chaque joue 5 comportent un orifice configuré pour recevoir un axe de rotation 7 (non représenté dans cette figure) commun permettant d'articuler un maillon par rapport à un maillon voisin.

Le talon 3 et les joues 5 sont de forme généralement parallélépipédique. Le maillon 1 est symétrique par rapport à un plan de symétrie principal 8 passant par le plan médian du talon 3 et au milieu entre les deux joues 5.

L'embase 4 comporte de part et d'autre du talon 3, deux épaulements parallèles 9 configurés pour former une butée par rapport aux faces d'extrémités 10 des joues d'un maillon voisin, lorsque ces deux maillons sont alignés. C'est cette butée qui permet de bloquer les maillons entre eux et d'absorber les efforts de compression auxquels ils seront soumis.

A cet effet, les faces des extrémités 10 des fourches du maillon sont parallèles aux faces des épaulements 9, et perpendiculaires à la force de compression qui s'exerce sur les maillons en position de travail, dans une direction parallèle au plan de symétrie principal 8.

Comme visible sur la figure 1 centrale qui correspond à une vue en coupe A- A du maillon, le maillon 1 a selon cette direction une forme sensiblement rectangulaire délimitée par des côtés 13, 14, 15, 16 mais avec deux coins arrondis 17,18. Le corps 2 comporte donc un côté avant 13 et un côté arrière 14, un côté supérieur 15 et un côté inférieur 16, dans l'orientation représentée. Des orifices 19, 20, 21 de même diamètre et alignés selon une ligne parallèle au côté arrière 14 et voisine de celui-ci sont aménagés dans le corps 2 et destinés à recevoir un axe de rotation 7. L'axe des différents orifices 19, 20, 21 est perpendiculaire au plan de symétrie principal 8 du maillon et déporté vers le côté arrière 14 du maillon.

L'orifice 19 est aménagé dans le talon 3 du maillon, et les orifices 20, 21 sont aménagés dans les joues 5, comme visible sur la partie droite de la figure 1 qui correspond à une vue en coupe du maillon selon le plan de coupe noté B-B passant par le centre des orifices 19, 20, 21.

De préférence, les distances dl, d2 entre le centre des orifices 19, 20 et les côtés 14, 15, 16 des joues qui sont voisins desdits orifices, sont toutes égales. En outre, les centres des arrondis 17, 18 correspondent respectivement aux centres des orifices 19, et (20,21). De plus, les rayons de courbure des arrondis 17, 18 sont supérieurs au rayon des différents orifices 19, 20, 21. De cette manière, on assure que la rotation de deux maillons voisins est limitée à une plage angulaire comprise entre 0° et 90 °, l'angle de 0° correspondant à la position alignée des maillons, et donc à la position de travail stable de la chaîne.

Selon un mode de réalisation préféré du maillon 1, le talon 3 comporte en outre un orifice taraudé 22 recevant une vis de fixation filetée (non représentée) dont l'extrémité s'engage dans un orifice taraudé (non représenté) aménagé dans l'axe de rotation 7, de façon à rendre le corps 2 du maillon et son axe de rotation 7 solidaires en rotation.

Selon un mode de réalisation avantageux, le corps 2 du maillon 1 est en matière plastique mélangée à des fibres de renfort, notamment des fibres de verre, selon un dosage à déterminer en fonction de la résistance mécanique recherchée.

Pour que le maillon 1 puisse être utilisé sans dommage dans un environnement corrosif, il est utile que l'axe de rotation 7 et la vis de fixation qui s'y engage soient en acier inoxydable ou un autre matériau résistant à la corrosion.

Plusieurs méthodes de fabrication peuvent être envisagées pour fabriquer le corps 2 du maillon selon l'invention. Pour une production économique en fort volume, on pourra utiliser un procédé d'injection de la matière plastique chargée de fibres dans un moule, puis de démouler les pièces après durcissement. Alternativement, il sera possible d'utiliser des techniques connues en soi de roto moulage, d'impression 3D, d'usinage, ou d'assemblage d'un talon 3, d'une embase 4 et de joues 5 rapportées. Comme représenté en figure 2, pour obtenir une chaîne rigide 23 avec des maillons 1, il suffira de réaliser un assemblage linéaire de maillons 1 tels que décrits plus haut, en veillant que le talon 3 d'un maillon donné s'engage dans l'espace 6 entre les joues 5 d'un maillon voisin, puis de positionner et fixer un axe de rotation 7 dans les orifices 20,21 d'un maillon et l'orifice 19 d'un maillon voisin. Les axes de rotation 7 pourront dépasser sur au moins un côté des maillons, de manière à donner une prise à une roue d'engrenage pour entraîner la chaîne 23 ainsi constituée, par exemple en déplacement vertical pour soulever une structure mobile porteuse.

En fonctionnement en position de travail, les faces 10 des joues d'un maillon donné viennent en butée avec les épaulements 9 d'un maillon voisin, ce qui assure une surface de contact suffisante pour absorber l'effort en compression. La stabilité en compression sera plus importante si la longueur des faces de contact des épaulements 9 avec les extrémités 10 des joues, est supérieure à la largeur des joues, correspondant à la distance entre un maillon numéro n et un maillon numéro n+2.

Le fait que les axes de rotation 7 soient décalés vers le côté arrière 14 de la chaîne, vers lequel la chaîne peut être courbée, combiné avec la surface plane importante des épaulements 9 et des extrémités 10 des joues 5, assure un verrouillage stable de la chaîne lorsqu'elle est en position droite.

En figures 3 et 4 on a représenté une variante de réalisation qui utilise des éléments de chaîne 25 constitués chacun de deux maillons unitaires 1 tels que décrits plus haut, montés sur un axe de rotation unique 7. La partie de l'axe 7 située entre les deux maillons 1 reste libre pour permettre l'entrainement par la roue dentée 26 d'un engrenage, telle que celle représentée en figure 7. L'entrainement de la roue dentée n'est pas représenté.

Pour former une chaîne 33 telle que représentée en figure 6, il suffit d'assembler de façon linéaire des éléments de chaîne 25.

Cette disposition permet de renforcer et de stabiliser encore davantage la chaîne ainsi constituée, mais sans changer la configuration de chaque maillon unitaire 1. Bien entendu, si nécessaire, il est possible de monter plus de deux maillons 1 sur un même axe 7, augmentant d'autant la stabilité de la chaîne 33 vis-à-vis d'éventuels efforts latéraux.

Afin d'augmenter la stabilité de la chaîne 23, 33 en position de travail, il peut être utile de doter une ou ses deux extrémités d'un pied 27. Dans l'exemple représenté en figure 5 correspondant à une chaîne 33 utilisée pour soulever une plateforme mobile au-dessus d'un bassin comme représenté en figure 11, ce pied 27 viendra s'appliquer sur le fond du bassin, augmentant ainsi le coefficient de friction entre l'extrémité de la chaîne 33 et le fond.

Comme représenté en figure 6, le pied 27 comportera utilement une base 28 de surface supérieure à la section de la chaîne 23, 33. Cette base 28 est solidaire de talons 29 qui s'engagent entre les joues 5 du ou des derniers maillons 1 de la chaîne, auxquelles elles sont fixées par un axe 7 identique aux autres axes 7 de la chaîne.

Comme représenté en figure 8, le dispositif d'actionnement 40 selon l'invention est basé sur l'utilisation de chaînes 23, 33 dites rigides, telles que décrites plus haut. En réalité elles ne sont parfaitement rigides qu'en position droite, les maillons 1 ou les éléments 25 étant alignés. Elles sont encore appelées chaînes de poussée. Le dispositif d'actionnement selon l'invention comporte principalement un châssis porteur 41 constitué de poutres ou de profilés en une matière compatible avec l'application visée. Dans le châssis 41 sont logées une ou plusieurs chaînes rigides 23, 33 qui sont montées de manière à pouvoir de déployer vers le bas à partir du châssis 41, de manière à soulever le châssis 41 et la plateforme 45 que celui- porte. Inversement, les chaînes peuvent être remontées pour se loger partiellement dans des volumes du châssis prévus à cet effet, ce qui permet de faire descendre le châssis 41 et la plateforme 45 qu'il porte, vers le sol, comme représenté en figure 9.

Selon un mode de réalisation, le châssis 41 se compose d'en ensemble de profilés en U ou en I pour former une structure de soutien d'une plateforme, et de réception des chaînes rigides à l'intérieur du châssis lorsque les chaînes rigides sont repliées.

Le châssis 41 comporte un organe de guidage 43 pour chaque chaîne 33, par exemple un carter de guidage creux dans lequel la chaîne doit passer. Lorsque le châssis 41 est rectangulaire et pourvu de quatre chaînes 33 comme dans l'exemple représenté, les carters de guidage 43 sont fixés au voisinage des coins du châssis. Chaque carter de guidage 43 comporte un guide incurvé 47 comme visible en figure 11, conçu pour imposer un changement de direction à chaque chaîne 33. Ainsi la portion de chaîne 33a qui se déploie vers le sol passe d'une orientation horizontale à une direction verticale sous l'effet du guide incurvé 47 du carter de guidage 43. Inversement, la portion de chaîne 33b qui se replie vers l'intérieur du châssis passe d'une orientation verticale à une orientation horizontale sous l'effet du carter de guidage 43.

Lorsque le dispositif d'actionnement 40 selon l'invention est prévu pour un bassin de piscine, l'ensemble des composants principaux du dispositif, à savoir les chaînes rigides 33, les profilés du châssis 41 et les carters de guidage 43, sont en une matière plastique résistante aux milieux corrosifs, par exemple en nylon chargé de fibre de verre.

Entre les profilés internes longitudinaux du châssis sont fixés des moteurs électriques pas à pas 42. Dans le cadre d'un bassin de piscine, ils sont choisis étanches au moins selon un degré d'étanchéité normalisé IP68. L'axe d'entrainement des moteurs 42 traverse un profilé longitudinal qui supporte le moteur et son extrémité est pourvue d'une roue dentée 26 comme celle représentée en figure 7, située à l'intérieur de chaque carter de guidage 43.

De préférence, les profilés externes du châssis sont pourvus de brosses 44 en matière plastique pourvues de poils en nylon qui assurent une séparation flexible et un guidage du châssis 41 le long des parois latérales 46 du bassin lorsque le châssis se déplace dans son mouvement vertical. Cela permet de préserver l'intégrité des parois 46 du bassin, et celle du dispositif d'actionnement 40. Ces brosses 44 sont de préférence fixées au châssis au moyen de vis en acier inoxydable.

Le châssis 41 comporte également des rails 45 en U faisant office de guidage et de rangement des chaînes 23, 33 lors de leur déplacement dans le châssis.

En fonction de la longueur des chaînes rigides (et donc de l'amplitude possible pour le déplacement vertical de la plateforme mobile), deux chaînes 33 peuvent être soit alignées et disposées dans un rail de guidage 45 unique, soit, comme dans l'exemple représenté en figure 9, disposées en quinconce dans des rails de guidage séparés. Dans un environnement de bassin rempli d'un liquide, comme un bassin de piscine, il est préférable que le pied 28 de l'extrémité basse des chaînes rigides 33 soit fixé au fond du bassin. En effet, cela permet de compenser la flottabilité potentielle de la plateforme porteuse 45, notamment lorsqu'elle est réalisée en bois, et la résistance opposée par l'eau au mouvement ascendant ou descendant de la plateforme.

Le dispositif d'actionnement 40 comporte également un boîtier électrique basse tension comportant des capteurs de fin de course et un boîtier électronique étanche pour piloter le fonctionnement des moteurs 42. Ces éléments sont bien connus en soi et ne seront pas décrits en détail.

On observe que grâce à cette structure de dispositif d'actionnement 40, le seul lien du dispositif d'actionnement vers l'extérieur du bassin est un câble d'alimentation électrique (non représenté).

Pour parfaire la compréhension de la structure du dispositif d'actionnement 40 selon l'invention, les différentes figures 8 à 15 représentent le dispositif d'actionnement 40 et leurs principaux composants sous différents angles d'observation, à la fois en position déployée et en position repliée des chaînes rigides.

AVANTAGES DE L'INVENTION

L'invention répond aux buts fixés et permet d'obtenir un système d'actionnement d'une plateforme mobile capable de soulever des charges importantes sur des hauteurs élevées, sans qu'aucun élémentne dépasse au-delà de l'épure de la plateforme.

Le dispositif d'actionnement selon l'invention peut aisément être dimensionné et adapté à l'actionnement de ponts élévateurs, d'ascenseurs ou autres.

Une application avantageuse de l'inventionest constituée par l'actionnementd'un fond mobile pour bassin, notamment un bassin de piscine. En effet, le système d'actionnement de la plateforme mobile selon l'invention s'appuie uniquement sur la dalle de fond du bassin et n'exerce aucun effort sur les parois latérales du bassin, ou sur les margelles externes, à la différence des plateformes connues. Il en découle aussi que le système d'actionnement peut aisément être utilisé pour des bassins qui ne sont pas en béton, par exemple des bassins de piscine en bois.

En outre, le système d'actionnement de la plateforme mobile est entièrement embarqué et invisible, c'est-à-dire qu'aucun élément, câble, vérin, ne dépasse au- dessus de la plateforme mobile.

L'entretien des parties mobiles intégrées au châssis (roues dentées, chaînes rigides, moteurs) peut aisément se faire à travers une trappe d'accès aménagée dans la plateforme mobile.