Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR CLEANING THE LOWER LIMBS OF A USER WISHING TO ACCESS A BATHING AREA
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/058770
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a device for cleaning the lower limbs of a user wishing to access a bathing area. The cleaning device (2) comprises: - a covering (4) intended to be walked on by the bare feet of a user, the surface of the covering (4) being permeable to an aqueous solution; - means (22) for nebulising an aqueous solution above the covering (4); - means (44, 46) for detecting the presence of a user on the covering (4); - a control module (48) configured to activate the nebulising means (22) when the detection means (44, 46) detect the presence of a user on the covering (4).

Inventors:
MENEZ YANN (FR)
POLICARD JÉRÔME (FR)
PERRET THIBAUD (FR)
Application Number:
PCT/EP2020/076956
Publication Date:
April 01, 2021
Filing Date:
September 25, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
MENEZ YANN (FR)
POLICARD JEROME (FR)
PERRET THIBAUD (FR)
International Classes:
E04H4/14; A47K3/022; A61H35/00; B05B12/08; B08B3/02; B08B3/08
Foreign References:
US20100299828A12010-12-02
US5173972A1992-12-29
US2988754A1961-06-20
Attorney, Agent or Firm:
LE CACHEUX, Samuel et al. (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

[Revendication 1] Dispositif de nettoyage (2) des membres inférieurs d’un utilisateur, souhaitant accéder à une zone de baignade, caractérisé en ce que le dispositif de nettoyage comprend

- un revêtement (4) destiné à être foulé par les pieds nus d’un utilisateur, la surface du revêtement (4) étant perméable à une solution aqueuse ;

- des moyens de nébulisation (22) d’une solution aqueuse de nettoyage ou de désinfection au-dessus du revêtement (4) ;

- des moyens de détection (44, 46) de la présence d’un utilisateur sur le revêtement (4) ;

- un module de contrôle (48) configuré pour activer les moyens de nébulisation (22) lorsque les moyens de détection (44, 46) repèrent la présence d’un utilisateur sur le revêtement (4).

[Revendication 2] Dispositif de nettoyage (2) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que les tailles des gouttelettes expulsées à travers les moyens de nébulisation (22) sont comprises entre 10 pm et 30 pm.

[Revendication 3] Dispositif de nettoyage (2) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’au moins un moyen de nébulisation (22) comprend un contenant (26) obturé par une membrane microperforée (28) et des moyens de mise en vibration (30) de la membrane microperforée (28), de manière à pouvoir expulser une solution aqueuse présente dans le contenant (26) sous la forme d’une brume (32) constituée de fines gouttelettes de solution aqueuse.

[Revendication 4] Dispositif de nettoyage (2) selon la revendication 3, caractérisé en ce que les moyens de mise en vibration (30) comprennent au moins un actionneur piézoélectrique. [Revendication 5] Dispositif de nettoyage (2) selon la revendication 4, caractérisé en ce que le ou les actionneurs piézoélectriques (30) vibrent dans une plage de fréquences comprise entre 300 Hz et 2500 Hz.

[Revendication 6] Dispositif de nettoyage (2) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que le dispositif de nettoyage (2) comprend des moyens de chauffage du revêtement.

[Revendication 7] Dispositif de nettoyage (2) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que des moyens de collecte (8) de la solution aqueuse passant à travers le revêtement (4), sont présents sous le revêtement (4).

[Revendication 8] Dispositif de nettoyage (2) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens de nébulisation (22) sont alimentés fluidiquement par au moins un récipient de stockage (38) d’une solution aqueuse (34) comprenant un désinfectant.

[Revendication 9] Dispositif de nettoyage (2) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce qu’au moins deux moyens de détection (44, 46) sont agencés le long du revêtement (4), et en ce que le module de contrôle (48) est configuré pour activer un premier moyen de nébulisation lorsqu’un premier moyen de détection repère la présence d’un utilisateur sur un premier endroit du revêtement (4), et activer un deuxième moyen de nébulisation (22) lorsqu’un deuxième moyen de détection repère la présence d’un utilisateur sur un deuxième endroit du revêtement (4).

[Revendication 10] Dispositif de nettoyage (2) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que le premier moyen de nébulisation est alimenté fluidiquement par un premier récipient de stockage comprenant une première solution aqueuse, et en ce que le deuxième moyen de nébulisation est alimenté fluidiquement par un deuxième récipient de stockage comprenant une deuxième solution aqueuse.

[Revendication 11] Dispositif de nettoyage (2) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que la première solution aqueuse est différente de la deuxième solution aqueuse.

[Revendication 12] Dispositif de nettoyage (2) selon la revendication précédente, caractérisé en ce que la concentration en désinfectant est plus importante dans la première solution aqueuse que dans la deuxième solution aqueuse.

[Revendication 13] Dispositif de nettoyage (2) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens de nébulisation (22) sont agencés de manière à projeter la solution aqueuse au niveau des pieds d’un utilisateur passant sur le revêtement (4).

[Revendication 14] Dispositif de nettoyage (2) selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens de détection (44, 46) de la présence d’un utilisateur sur le revêtement (4) comprennent au moins un photodétecteur et/ou au moins un capteur de pression.

Description:
Description

Titre de l'invention : Dispositif de nettoyage des membres inférieurs d’un utilisateur souhaitant accéder à une zone de baignade

Domaine technique auquel se rapporte l'invention

[01] La présente invention concerne un dispositif de nettoyage des membres inférieurs d’un utilisateur souhaitant accéder à une zone de baignade.

Arrière-plan technologique

[02] La réglementation impose la présence de pédiluves aux abords des piscines publiques, afin de limiter les risques de contamination de l’eau des piscines, par la présence de résidus chimiques ou microbiologiques sur les membres inférieurs des baigneurs, en particulier au niveau de leurs pieds.

[03] Les pédiluves sont habituellement présents à la sortie des vestiaires des piscines publiques, sous la forme d’un bassin peu profond contenant un désinfectant dilué dans de l’eau.

[04] Pour des raisons d’hygiène, la réglementation impose de remplacer quotidiennement une partie de l’eau du pédiluve et interdit de recycler l’eau évacuée. De ce fait, la consommation en eau et en désinfectant d’un pédiluve représente un coût financier non négligeable sur l’année, pour les collectivités responsables de l’exploitation de piscines publiques.

[05] L’invention vise à proposer un nouveau type de dispositif de nettoyage ou de désinfection des membres inférieurs d’un utilisateur, souhaitant accéder à une zone de baignade publique, plus économe en eau et en désinfectant par rapport aux pédiluves actuels, afin de limiter les risques de contamination chimiques ou microbiologiques de l’eau des piscines, par la présence de résidus sur les membres inférieurs des baigneurs.

Objet de l’invention [06] Pour cela, l’invention propose un dispositif de nettoyage et/ou de désinfection des membres inférieurs d’un utilisateur, souhaitant accéder à une zone de baignade. Le dispositif de nettoyage et/ou de désinfection comprend :

- un revêtement destiné à être foulé par les pieds nus d’un utilisateur, la surface du revêtement étant perméable à une solution aqueuse ;

- des moyens de nébulisation d’une solution aqueuse de nettoyage ou de désinfection au-dessus du revêtement ;

- des moyens de détection de la présence d’un utilisateur sur le revêtement ;

- un module de contrôle configuré pour activer les moyens de nébulisation lorsque les moyens de détection repèrent la présence d’un utilisateur sur le revêtement.

[07] En d’autres termes, l’invention propose l’emploi de moyens de nébulisation pour projeter une solution aqueuse de nettoyage et/ou de désinfection, de préférence de désinfection, sur les membres inférieurs d’un utilisateur marchant sur le revêtement du dispositif de nettoyage. De façon avantageuse, les moyens de nébulisation sont activés par le module de contrôle, uniquement lorsque les moyens de détection identifient la présence d’un utilisateur sur le revêtement. Ainsi, le dispositif de nettoyage et/ou de désinfection décrit ci-dessus consomme une quantité de solution aqueuse plus faible qu’un pédiluve, pour nettoyer les membres inférieurs d’un utilisateur souhaitant accéder à une zone de baignade, car la consommation de solution aqueuse est proportionnelle au nombre d’utilisateurs du dispositif de nettoyage ce qui n’est pas le cas pour un pédiluve.

[08] Selon un autre avantage, les moyens de nébulisation sont configurés pour projeter au-dessus du revêtement, une solution aqueuse de nettoyage et/ou de désinfection, sous la forme d’une brume constituée de fines gouttelettes en suspension dans l’air. De façon avantageuse, les moyens de nébulisation permettent de tempérer rapidement la solution aqueuse au contact de l’air ambiant, avant que la solution aqueuse ne se dépose sur la peau d’un utilisateur. Selon un autre avantage, la solution aqueuse se dépose délicatement et de façon progressive sur la peau d’un utilisateur, procurant de ce fait une sensation plus douce et agréable de nettoyage et/ou de rinçage de ses membres inférieurs, par rapport à une immersion de ses membres inférieurs dans un pédiluve. B

[09] Selon un autre avantage, le dispositif de nettoyage selon l’invention est également plus hygiénique qu’un pédiluve, car, la solution aqueuse projetée par les moyens de nébulisation est destinée à être en contact d'un seul et unique utilisateur, contrairement à un pédiluve dans lequel une même solution aqueuse est utilisée pour nettoyer les membres inférieurs de plusieurs utilisateurs.

[10] Selon un autre avantage, la surface du revêtement destinée à être foulée par les pieds nus d’un utilisateur est perméable à la solution aqueuse projetée par les moyens de nébulisation. En d’autres termes, la surface du revêtement est configurée pour absorber la solution aqueuse se déposant à sa surface, de sorte qu’un utilisateur ne marche pas dans une flaque de solution aqueuse, susceptible de créer une sensation d’inconfort et de concentrer les résidus provenant des membres inférieurs des précédents utilisateurs.

[11] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, au moins un moyen de nébulisation comprend un contenant obturé par une membrane microperforée et des moyens de mise en vibration de la membrane microperforée, de manière à pouvoir expulser une solution aqueuse présente dans le contenant sous la forme d’une brume constituée de fines gouttelettes de solution aqueuse. Ce mode de réalisation est économe en consommation électrique.

[12] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, les tailles des gouttelettes expulsées par les moyens de nébuliation sont comprises entre 10 pm et 30 pm, de préférence de l’ordre de 20 pm.

[13] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, les moyens de mise en vibration comprennent au moins un actionneur piézoélectrique. De préférence, au moins un actionneur piézoélectrique susceptible de vibrer dans une plage de fréquences comprise entre 300 Hz et 2500 Hz. De façon avantageuse, l’emploi d’un actionneur piézoélectrique permet de préserver la phase ainsi que la nature de la solution aqueuse lors de sa projection. Selon un autre avantage, un actionneur piézoélectrique consomme très peu d’énergie électrique et fonctionne de façon silencieuse. Ainsi, le dispositif de nettoyage est apte à fonctionner sur batterie électrique ce qui favorise son installation dans des milieux humides où l’emploi de câblage électrique n’est pas préconisé ou interdit.

[14] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, le dispositif de nettoyage comprend des moyens de chauffage du revêtement. [15] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, le revêtement est perméable à une solution aqueuse et des moyens de collecte de la solution aqueuse passant à travers le revêtement sont présents sous le revêtement.

[16] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, les moyens de nébulisation sont alimentés fluidiquement par au moins un récipient de stockage d’une solution aqueuse comprenant un désinfectant.

[17] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, au moins deux moyens de détection sont agencés le long du revêtement, et le module de contrôle est configuré pour activer un premier moyen de nébulisation lorsqu’un premier moyen de détection repère la présence d’un utilisateur sur un premier endroit du revêtement, et/ou activer un deuxième moyen de nébulisation lorsqu’un deuxième moyen de détection repère la présence d’un utilisateur sur un deuxième endroit du revêtement.

[18] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, le premier moyen de nébulisation est alimenté fluidiquement par un premier récipient de stockage comprenant une première solution aqueuse, et le deuxième moyen de nébulisation est alimenté fluidiquement par un deuxième récipient de stockage comprenant une deuxième solution aqueuse.

[19] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, la première solution aqueuse est différente de la deuxième solution aqueuse.

[20] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, la concentration d’un désinfectant est plus importante dans la première solution aqueuse que dans la deuxième solution aqueuse.

[21] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, les moyens de nébulisation sont agencés de manière à projeter la solution aqueuse au niveau des pieds d’un utilisateur passant sur le revêtement.

[22] Selon un autre mode de réalisation de l’invention, les moyens de détection de la présence d’un utilisateur sur le revêtement comprennent au moins un photodétecteur et/ou au moins un capteur de pression.

[23] Bien entendu, les différentes caractéristiques, variantes et formes de réalisation mentionnées ci-dessus peuvent être associées les unes avec les autres selon diverses combinaisons, dans la mesure où elles ne sont pas incompatibles ou exclusives les unes des autres. [24] L’invention concerne également une solution aqueuse de nettoyage et/ou de désinfection, destinée à alimenter les moyens de nébulisation d’un dispositif de nettoyage selon l’une des revendications précédentes, caractérisé en ce que la solution aqueuse comprend, en proportion volumique, entre 1 % et 10% d’une ou de plusieurs huiles essentielles ou essences végétales, de préférence entre 4% et 8%, de préférence de l’ordre de 6%.

[25] Selon un autre mode de réalisation, la solution aqueuse comprend au moins une huile essentielle ou essence végétale à base de thym, citronnelle, arbre à thé ou autres.

[26] Selon un autre mode de réalisation, la solution aqueuse comprend entre 60% et 70% d’alcool en proportion volumique, de préférence de l’ordre de 64%.

[27] Selon un autre mode de réalisation, la solution aqueuse comprend entre 20% et 39% d’eau en proportion volumique, de préférence de l’ordre de 30%.

Description des figures

[28] L'invention sera mieux comprise, grâce à la description ci-après, qui se rapporte à des modes de réalisations préférés, donnés à titre d'exemples non limitatifs, et expliqués avec référence aux dessins schématiques annexés, dans lesquels :

[29] [Fig. 1 ] illustre une coupe transversale d’un mode de réalisation d’un dispositif de nettoyage selon l’invention ;

[30] [Fig. 2] illustre une vue de dessus du dispositif de nettoyage représenté sur la figure 1 .

Description détaillée de l’invention

[31] Pour rappel, l’invention propose un nouveau type de dispositif de nettoyage et/ou de désinfection des membres inférieurs d’un utilisateur, souhaitant accéder à une zone de baignade, plus économe en eau et en désinfectant par rapport aux pédiluves actuels.

[32] La figure 1 illustre un premier exemple de réalisation non limitatif, d’un dispositif de nettoyage selon l’invention. Le dispositif de nettoyage 2 comprend un revêtement 4 destiné à être foulé par les pieds nus d’un utilisateur. Comme illustré par la figure 2, le revêtement 4 délimite un chemin d’accès à une zone publique de baignade. Le revêtement 4 s’étend le long d’une direction de cheminement 6, empruntée par les utilisateurs souhaitant accéder à la zone publique de baignade. La longueur du revêtement, définie selon la direction de cheminement 6, est comprise entre 1 m et 5 m, de préférence entre 2 m et 3 m. La largeur du revêtement, définie selon une direction normale à la direction de cheminement 6, est comprise entre 0,5 m et 2 m, de préférence entre 0,8 m et 1,6 m.

[33] Le revêtement 4 se compose d’une couche spongieuse 4A, enveloppée dans une housse 4B. La couche spongieuse 4A est perméable à une solution aqueuse, afin de prévenir un phénomène de stagnation d’une solution aqueuse à sa surface, et de manière plus générale, la formation de flaques de solution aqueuse sur la couche spongieuse 4A. La couche spongieuse 4A est configurée pour retenir une partie d’une solution aqueuse, s’écoulant sur la couche spongieuse, afin de permettre une humidification de la voûte plantaire des pieds des utilisateurs foulant la couche spongieuse 4A.

[34] Selon le présent exemple, la couche spongieuse 4A se caractérise par une résistance à la traction définie selon la norme française EN 1607 de mai 2013, égale ou inférieure à 40 kPa. La couche spongieuse 4 est réalisée à partir d’un matériau apte à se tasser légèrement sous l’effet de la pression. De préférence, la couche spongieuse 4 appartient à la classe C de compressibilité lorsque sa température est de l’ordre de 60°C et soumise à une pression de 25 kPa, le tassement absolu du revêtement est de l’ordre de 0,3 mm.

[35] À titre d’exemple non limitatif, la couche spongieuse 4A est formée à partir d’une mousse agglomérée, à base de polyuréthane. La densité du revêtement est de l’ordre de 120 Kg/m 3 . L’épaisseur de la couche spongieuse 4A, définie selon une direction normale à sa longueur et à sa largeur, est de l’ordre de 40 mm. La couche spongieuse 4A est enveloppée dans une housse 4B, perméable à une solution aqueuse. En d’autres termes, la housse 4B comporte des ouvertures permettant le passage d’une solution aqueuse, de manière à prévenir une accumulation de solution aqueuse à la surface de la housse et permettre l’humidification de la couche spongieuse 4A. Afin d’offrir un confort aux utilisateurs marchant pieds nus sur la housse 4B, la housse se caractérise par une certaine souplesse et homogénéité de surface. De préférence, la housse 4B est réalisée dans un matériau offrant une sensation de contact physique de type touché doux. La housse 4B peut également comporter des moyens antidérapants connus de l’état de la technique. Selon le présent exemple, la housse 4B est réalisée à partir de l’un des matériaux suivants : polyester, nylon ou autre. Selon un autre avantage, la housse 4B permet de prévenir d’une usure prématurée de la couche spongieuse.

[36] La solution aqueuse passant à travers le revêtement 4 est récupérée par des moyens de collecte 8 visibles sur la figure 1 , disposés sous le revêtement 4. Les moyens de collecte 8 comprennent une grille 10 servant de support au revêtement 4, et un bassin de récupération 12 positionné sous la grille. Le fond 14 du bassin comporte une bonde de fond 16 pour permettre de vidanger le bassin.

[37] Deux barrières 18 et 18A sont disposées de chaque côté du revêtement 4, afin de contraindre un utilisateur de parcourir toute la longueur du revêtement 4 avant d’accéder à la zone publique de baignade. Les barrières sont parallèles ou sensiblement parallèles entre elles. La plus petite distance entre une barrière et un bord du tapis est inférieure à 10 cm, de préférence de valeur nulle. Selon le présent exemple, les faces internes 20 des barrières se faisant face sont étanches à une solution aqueuse et elles sont normales ou sensiblement normales au revêtement 4. La hauteur des faces internes 20, définie selon une même direction normale au revêtement 4, est comprise entre 0,1 m et 1 ,5 m, de préférence entre 0,3 m et 0,8 m. Les faces internes 20 des barrières servent également de support à des moyens de nébulisation 22 d’une solution aqueuse.

[38] Comme illustré par la figure 1, chaque moyen de nébulisation 22 comprend un contenant 26 obturé au niveau d’une de ses faces par une membrane microperforée 28. Selon le présent exemple, la membrane microperforée 28 est réalisée à base de nickel et les perforations ont un diamètre compris entre 1 pm et 4 pm.

[39] Un actionneur piézoélectrique 30 est maintenu contre la membrane microperforée 28, afin de la faire vibrer dans une plage de fréquences comprise entre 300 Hz et 2500 Hz, de manière à expulser à travers la membrane microperforée une solution aqueuse présente dans le contenant 26. La solution aqueuse est expulsée du contenant 26 sous la forme d’une brume 32, constituée de fines gouttelettes en suspension dans l’air ambiant. La taille des gouttelettes est comprise entre 10 pm et 30 pm de diamètre, de préférence de l’ordre de 20 pm de diamètre. L’angle de dispersion du jet de solution aqueuse, au niveau de la membrane microperforée, est compris entre 30° et 120°, de préférence entre 60° et 90°. Les moyens de nébulisation 22 sont aptes à expulser une solution aqueuse à un débit compris 1 ml/mn et 25 ml/mn, de préférence entre 10 ml/mn et 20 ml/mn.

[40] Comme illustré par la figure 2, les moyens de nébulisation 22 sont agencés le long de la direction de cheminement 6, afin que la solution aqueuse expulsée par les moyens de nébulisation se dépose sur les membres inférieurs d’un utilisateur marchant sur le revêtement 4, de préférence au niveau de ses pieds et chevilles. Selon la longueur de la direction de cheminement 6 et de l’angle de dispersion du jet de solution liquide projeté par les moyens de nébulisation 22, leur nombre ainsi que leur écartement sont ajustés sur la face interne 22 de la paroi 18A. Selon l’exemple illustré par la figure 2, la face interne 20 de la barrière 18A sert de support pour trois moyens de nébulisation 22. Les moyens de nébulisation 22 sont alignés selon une direction parallèle ou sensiblement parallèle au revêtement 4. L’écart entre les moyens de nébulisation 22 et le revêtement 4 est compris entre 0,1 m et 0,5 m, de préférence entre 0,2 m et 0,3 m. La distance entre deux moyens de nébulisation 22 adjacents est comprise entre 50 cm et 1 m, de préférence entre 60 cm et 80 cm.

[41] Les contenants 26 des moyens de nébulisation 22 sont alimentés en solution aqueuse 34, par l’intermédiaire d’un canal d’alimentation 36 visible sur la figure 1. Le canal d’alimentation 36 relie fluidiquement l’intérieur de chaque contenant à un récipient de stockage 38. Le récipient de stockage 38 est logé dans la barrière 18A portant les moyens de nébulisation 22. Selon le présent exemple, le récipient de stockage 38 comprend une poche souple remplie d’une solution aqueuse 34. Le volume intérieur de la poche souple est compris entre 3 L et 15 L, de préférence entre 5 L et 20 L. De préférence, la poche souple comporte un système de connexion réversible 40, permettant une connexion et déconnexion fluidique au canal d’alimentation 36, de façon rapide et aisée.

[42] Le dispositif de nettoyage 2 comprend également des moyens de détection, aptes à identifier la présence d’un utilisateur sur le revêtement 4. Les moyens de détection peuvent être de deux types, sans ou avec contact physique. Un capteur sans contact peut par exemple être un capteur optique infrarouge 44, positionné sur la même face interne 20A de la barrière 18A portant les moyens de nébulisation 22. Un capteur avec contact physique peut par exemple être un capteur de pression 46, de type piézoélectrique. Le capteur de pression est alors positionné sous le revêtement 4.

[43] Selon le présent exemple, les moyens de détection sont positionnés de sorte à être en amont des moyens de nébulisation 22, par rapport à la direction de cheminement 6 illustrée sur la figure 2.

[44] Le dispositif de nettoyage 2 comprend également un module de contrôle 48, logé dans une barrière 18A. Le module de contrôle 48 est connecté aux moyens de nébulisation 22 et aux moyens de détection 42 décrits ci-dessus. Par le terme “connecté”, on entend ici le fait pour deux entités d’échanger de l’information sous la forme de signaux électriques.

[45] Le module de contrôle 48 comprend un boîtier de protection 50, muni d’une interface de connexion 52 aux moyens de nébulisation et de détection. Le boîtier de protection 50 renferme un processeur 54 de signal numérique et une unité de mémorisation 56 électronique. L’unité de mémorisation 56 intègre les différentes étapes d’un procédé de fonctionnement du dispositif de nettoyage, mettant en oeuvre les étapes suivantes.

[46] Selon une première étape d’un procédé de fonctionnement du dispositif de nettoyage 2, le processeur 54 interroge fréquemment ou de façon continue, au moins un moyen de détection décrit ci-dessus. Selon une deuxième étape, lorsqu’au moins un moyen de détection identifie la présence d’un utilisateur sur le revêtement, le processeur 54 active l’actionneur piézoélectrique d’au moins un moyen de nébulisation 22, pendant une durée comprise entre quelques secondes et plusieurs dizaines de secondes. Le temps de fonctionnement de chaque moyen de nébulisation 22 est paramétré de manière à appliquer une couche de solution aqueuse sur les membres inférieurs d’un utilisateur se déplaçant sur le revêtement 4. Bien entendu, le temps de fonctionnement de chaque moyen de nébulisation 22 est adapté en fonction de son agencement sur la face interne 20 de la paroi 18A, de son débit et angle de diffusion de solution aqueuse. Selon le présent exemple, tous les moyens de nébulisation sont activés en même temps et pendant la même durée.

[47] L’invention propose ainsi un dispositif de nettoyage permettant de projeter une solution aqueuse sur les membres inférieurs d’un utilisateur marchant sur le revêtement 4. De façon avantageuse, les moyens de nébulisation sont paramétrés pour fonctionner uniquement lorsqu’un utilisateur emprunte le dispositif de nettoyage. Selon un autre avantage, la solution aqueuse est projetée par les moyens de nébulisation 22 sous la forme d’un nuage de particules extrêmement fines, à un débit suffisant pour imprégner et/ou rincer la peau d’un utilisateur. Ces caractéristiques de l’invention permettent au dispositif de nettoyage et/ou de désinfection d’être nettement plus économe en solution aqueuse, plus hygiénique et plus confortable d’utilisation par rapport aux pédiluves actuellement utilisés dans les zones de baignade publique.

[48] A présent, plusieurs variantes de réalisation du dispositif de nettoyage décrit ci-dessus sont présentées. Les éléments communs aux différentes variantes sont indiqués par les mêmes références numériques.

[49] Selon une première variante, lors de la deuxième étape de fonctionnement du dispositif de nettoyage décrit ci-dessus, le processeur 54 active de façon séquentielle ou l’un après l’autre les moyens de nébulisation 22, le long de la direction de cheminement 6, de manière à projeter la solution aqueuse uniquement au passage d’un utilisateur devant un moyen de nébulisation. Cette solution permet une plus grande économie de solution aqueuse.

[50] Selon une autre variante de réalisation, pour un même dispositif de nettoyage selon l’invention, au moins deux moyens de nébulisation sont agencés à des hauteurs différentes par rapport au revêtement. De préférence, les moyens de nébulisation en amont de la direction de cheminement 6 sont positionnés à une hauteur plus importante du revêtement 4, que les moyens de nébulisation situés en aval de la direction de cheminement. Selon un mode de réalisation particulier, la hauteur des moyens de nébulisation 22, par rapport au revêtement 4, décroît le long de la direction de cheminement 6. Ces modes de réalisation favorisent un rinçage plus efficace des membres inférieurs d’un utilisateur, en accentuant l’écoulement naturel de la solution aqueuse le long de ses membres lorsqu’il se déplace sur le revêtement.

[51] Selon une autre variante de réalisation, un dispositif de nettoyage selon l’invention comporte au moins deux moyens de détection distincts, agencés à différentes positions le long de la direction de cheminement 6. Chaque moyen de détection est connecté au processeur 54. Le procédé de fonctionnement est alors configuré pour activer uniquement le ou les moyens de nébulisation les plus proches de chaque moyen de détection, lorsque ceux-ci identifient la présence d’un utilisateur sur le revêtement 4. En d’autres termes, le dispositif de nettoyage est paramétré pour projeter la solution aqueuse uniquement dans une zone où se trouve l’utilisateur. Cette solution présente l’intérêt d’être plus économe en solution aqueuse, car elle adapte en temps réel, le fonctionnement des moyens de nébulisation selon le temps passé par un utilisateur sur une zone du revêtement.

[52] Selon une autre variante de réalisation, un dispositif de nettoyage selon l’invention comporte plusieurs récipients de stockage. Chaque récipient de stockage alimente un ou plusieurs moyens de nébulisation présents le long d’une portion du revêtement. Les récipients de stockage comportent une solution aqueuse comprenant une concentration en désinfectant qui varie d’un récipient à un autre. Le long de la direction de cheminement 6, la concentration en agent désinfectant est de préférence décroissante dans les récipients de stockage. Selon un mode de réalisation préféré, la concentration en agent désinfectant est proche de zéro dans le dernier récipient de stockage de manière à rincer les membres d’un utilisateur s’apprêtant à sortir du dispositif de nettoyage.

[53] Selon une autre variante de réalisation, un dispositif de nettoyage selon l’invention comporte un système de chauffage du revêtement 4. Le système de chauffage peut comprendre des résistances électriques ou un conduit de circulation d’un fluide caloporteur, présents dans ou sous le revêtement.

[54] Selon une autre variante de réalisation, un dispositif de nettoyage selon l’invention comporte un revêtement absorbant partiellement une solution aqueuse à sa surface. En d’autres termes, une solution aqueuse n’est plus apte à traverser l’épaisseur du revêtement. Ce mode de réalisation permet avantageusement de ne plus recourir à l’utilisation de moyens de collecte 8 tels que décrits ci-dessus. Le revêtement est de préférence configuré pour absorber une faible quantité de solution aqueuse à sa surface et permettre par la suite son évaporation, afin qu’un utilisateur n'ait pas l’impression de marcher dans une flaque ou pellicule d’eau.

[55] Selon une autre variante, la housse 4B peut servir de support pour une communication visuelle.

[56] L’invention concerne également une solution aqueuse de nettoyage et/ou de désinfection, destinée à être utilisée avec un dispositif de nettoyage ou de désinfection décrit ci-dessus. La solution aqueuse se compose en proportion volumique, entre 20% et 40% d’eau, de préférence de l’ordre de 30%, d’un alcool compris entre 50% et 70%, de préférence de l’ordre de 30%, d’une huile essentielle ou d’une essence essentielle comprise entre1 % et 10%, de préférence de l’ordre de 6%. L’huile essentielle ou essence essentielle comprend au moins l’un des composants suivants: thym, citronnelle, arbre à thé.