Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR DYNAMICALLY GENERATING AND DISPLAYING A SECURITY CODE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/198842
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a device (100) comprising a physical support and an electronic chip carried by the support and comprising a memory module and a processor configured to implement a computer program configured to produce a result on the basis of data. The device furthermore comprises a display module configured to display the result and a radio antenna configured to receive at least one electromagnetic signal (220) configured to electrically power said display module. The data comprise at least one static datum stored in a non-transient memory and a dynamic datum circulating in a transient memory. Said dynamic datum is received by the device through the at least one electromagnetic signal (220) and the at least one electromagnetic signal (220) is received by the device from at least one communication device (200).

Inventors:
GIRE CLAUDE (FR)
PARRAULT OLIVIER (FR)
BRANDIN GUILLAUME (FR)
GERBAULT ERIC (FR)
ZUCCARELLI JULIEN (FR)
MARTINEZ GILLES (FR)
GUICHON FABIEN (FR)
Application Number:
PCT/EP2017/062157
Publication Date:
November 23, 2017
Filing Date:
May 19, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ASK SA (FR)
International Classes:
G07F7/08; G06K19/07; G06K19/077
Foreign References:
US20080197201A12008-08-21
US20120318863A12012-12-20
US20160148194A12016-05-26
Attorney, Agent or Firm:
BRONCHART, Quentin (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

Dispositif (100) comprenant un support physique et, portée par ledit support, au moins une puce électronique (120) comprenant au moins un module mémoire et au moins un processeur configuré pour mettre en œuvre au moins un programme d'ordinateur contenu dans l'au moins un module mémoire, ledit programme d'ordinateur étant configuré pour produire au moins un résultat à partir de données, ledit dispositif (100) comprenant au moins un module d'affichage (140) configuré pour afficher ledit au moins un résultat et au moins une antenne radio (1 10, 1 10a) configurée pour recevoir au moins un signal électromagnétique (220), ledit au moins un signal électromagnétique (220) étant configuré pour alimenter électriquement ledit module d'affichage, caractérisé en ce que les données comprennent au moins une donnée dite statique stockée dans une mémoire non transitoire et au moins une donnée dite dynamique circulant dans une mémoire transitoire, en ce que ladite au moins une donnée dynamique est reçue par ledit dispositif au travers de l'au moins un signal électromagnétique (220) comprenant ladite au moins une donnée dynamique, et en ce que l'au moins un signal électromagnétique (220) est reçu par ledit dispositif (100) depuis au moins un dispositif de communication (200).

Dispositif (100) selon la revendication précédente dans lequel ledit au moins un résultat est une donnée affichée sur le dispositif, et dans lequel le dispositif (100) est une carte à puce ou assimilée.

Dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications précédentes dans lequel ledit au moins un résultat est un code de sécurité crypté, et dans lequel le dispositif (100) est une carte bancaire.

Dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications précédentes dans lequel ladite donnée dynamique comprend au moins une donnée prise parmi : un horodatage, un cryptogramme, un jeton, une unité de valeur.

Dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications précédentes dans lequel ladite au moins une puce électronique (120) est alimentée électriquement depuis ladite au moins une antenne radio (1 10, 1 10a).

6. Dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4 dans lequel ladite au moins une puce électronique (120) est alimentée électriquement depuis un module de conversion d'énergie (130), et dans lequel ledit module de conversion d'énergie (130) est alimenté électriquement par ladite au moins une antenne radio (1 10, 1 10a).

Dispositif (100) selon la revendication précédente dans lequel ladite au moins une puce électronique (120) comprend ledit module de conversion d'énergie (130).

Dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications précédentes dans lequel ledit au moins un module d'affichage (140) est alimenté électriquement au travers de ladite au moins une puce électronique (120).

9. Dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications 1 à 6 dans lequel ledit au moins un module d'affichage (140) est alimentée électriquement depuis un module de conversion d'énergie (130), et dans lequel ledit module de conversion d'énergie (130) est alimenté électriquement par ladite au moins une antenne radio (1 10, 1 10a).

10. Dispositif (100) selon la revendication précédente dans lequel ledit au moins un module d'affichage (140) comprend ledit module de conversion d'énergie (130).

1 1 . Dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la puce électronique (120) et le module d'affichage (140) sont reliés entre eux via une ligne de liaison électrique (3) et une ligne de masse (4) commune aux circuits électroniques que constituent la puce électronique (120) et le module d'affichage (140), pour la transmission, depuis la puce électronique à au module d'affichage, via la ligne de liaison électrique (3) et en référence à la ligne de masse (4), d'au moins une série d'impulsions dites de donnée (1010), chaque impulsion de donnée (1010) permettant à la fois d'alimenter électriquement le module d'affichage et de transmettre une donnée d'une série de données interprétable par le module d'affichage, la puce électronique (120) étant configuré pour couper l'alimentation entre deux impulsions de donnée (1010) successives, et le module d'affichage (140) comprenant un support de mémorisation non volatile (21 ) configuré pour stocker la donnée transmise par chaque impulsion de donnée (1010) avant que le module d'affichage (140) ne s'éteigne faute d'alimentation.

12. Système comprenant au moins un dispositif (100) selon l'une quelconque des revendications précédentes et au moins un dispositif de communication (200) configuré pour émettre à destination de l'au moins un dispositif au moins un signal électromagnétique (220) configuré pour alimenter ledit au moins un dispositif (100) et pour transmettre au moins une donnée dynamique audit au moins un dispositif (100).

13. Système selon la revendication précédente dans lequel ledit au moins un dispositif de communication (200) est de préférence au moins un dispositif portatif de communication pris parmi : un smartphone, une tablette, un téléphone mobile, une montre connectée, un terminal de paiement électronique, un lecteur RFID.

14. Système selon l'une quelconque des deux revendications précédentes dans lequel une application logicielle (210) est mise en marche sur ledit dispositif de communication afin d'émettre ledit signal électromagnétique.

15. Procédé de création d'un code de sécurité pour la confirmation d'un paiement bancaire mis en œuvre par au moins un utilisateur à partir d'au moins un système selon l'une quelconque des trois revendications précédentes, à partir d'au moins un serveur informatique, et d'au moins un dispositif de communication en communication avec ledit au moins un serveur informatique, ledit procédé comprenant au moins les étapes suivantes :

Le dispositif (100) est amené à portée de communication radiofréquence avec au moins un dispositif, de préférence portatif, de communication (200) par ledit au moins un utilisateur ;

Le dispositif (100) reçoit au moins un signal électromagnétique (220) émis par ledit au moins un dispositif portatif de communication (200), ledit au moins un signal électromagnétique étant configuré pour alimenter électriquement ledit au moins un module d'affichage ;

Ladite puce électronique (120) génère, à partir de données statiques et de données dynamiques, un code de sécurité ;

Le dispositif (100) affiche ledit nouveau code de sécurité sur son module d'affichage, le procédé étant caractérisé en ce que lesdites données dynamiques sont transmises audit dispositif (100) par ledit au moins un signal électromagnétique (220). 16. Procédé selon la revendication 14 dans lequel l'utilisateur transmet audit serveur informatique lesdites données statiques et ledit nouveau code de sécurité et dans lequel le serveur informatique compare ledit nouveau code de sécurité avec lesdites données statiques et des données dynamiques correspondant à un horodatage.

17. Procédé selon l'une quelconque des deux revendications précédentes dans lequel ledit dispositif de communication est pris parmi au moins : un ordinateur, un smartphone, une tablette.

Description:
"Dispositif de génération et d'affichage dynamique de code de sécurité"

DOMAINE TECHNIQUE DE L'INVENTION

La présente invention concerne le domaine des cartes à puces ou assimilées devant fournir une information dynamique transmise au porteur au travers d'un dispositif d'affichage ou autre par exemple les cartes bancaires disposant d'un code de sécurité dynamique.

ETAT DE LA TECHNIQUE

Dans le domaine de la sécurité bancaire, les fabricants des cartes bancaires font preuve d'une certaine ingéniosité, toutefois limitée en pratique, aussi bien d'un point de vue logiciel que matériel.

En effet, face à la possibilité de copie de code de sécurité par exemple, les fabricants de cartes ont mis en place des cartes dont le code de sécurité, couramment appelé cryptogramme ou CVV de l'anglais « Card Vérification Value », n'est plus une donnée statique imprimée sur la carte, mais une donnée dynamique générée par la carte au moment de la confirmation d'une transaction bancaire et affichée sur un écran le plus souvent compris dans la carte elle-même. Ce nouveau genre de carte bancaire apporte alors un degré de sécurité supplémentaire mais au prix d'une complexité de fabrication accrue. En effet, comme présentées dans le document US 2014/0279555 A1 , ces cartes à code de sécurité dynamique comprennent désormais un écran d'affichage, une batterie d'alimentation et généralement un bouton déclenchant la génération d'un nouveau code de sécurité à partir de données statiques contenue dans un block mémoire de la carte et de données dynamiques issues également d'un module électronique compris dans la carte. Ces données dynamiques sont le plus souvent des données d'horodatage fournies par une horloge interne à la carte bancaire.

Bien que ces cartes d'un nouveau genre apportent un niveau de sécurité supplémentaire, leur vol n'interdit en rien la génération d'un nouveau code pour l'utilisation frauduleuse de la carte volée.

Ainsi face à cet inconvénient, certains fabricants de cartes ont ajouté un niveau de sécurité supplémentaire. Il s'agit d'un code personnel que l'utilisateur doit entrer par l'intermédiaire d'un dispositif de type clavier compris par la carte bancaire. Une fois ce code personnel entré, un nouveau code de sécurité dynamique est généré et affiché sur la carte. Ce degré de sécurité supplémentaire tend à complexifier de manière importante la fabrication de ce type de cartes. Le coût de fabrication est alors sacrifié au profit de la sécurité.

II existe donc un réel problème au niveau du coût de fabrication et de la conception de cartes bancaires à code de sécurité dynamique présentant une sécurité contre le vol de la carte elle-même.

La présente invention résout au moins en partie ces deux problématiques que sont la sécurité et la conception des cartes bancaires à code de sécurité dynamique.

RESUME DE L'INVENTION

La présente invention concerne un dispositif comprenant un support physique et, portée par ledit support, au moins une puce électronique comprenant au moins un module mémoire et au moins un processeur configuré pour mettre en œuvre au moins un programme d'ordinateur contenu dans (ou stocké sur) l'au moins un module mémoire, ledit programme d'ordinateur étant configuré pour produire au moins un résultat à partir de données, ledit dispositif comprenant au moins un module d'affichage configuré pour afficher ledit au moins un résultat, ledit dispositif étant caractérisé en ce qu'il comprend au moins une antenne radio configurée pour recevoir au moins un signal électromagnétique, ledit au moins un signal électromagnétique étant configuré pour alimenter électriquement ledit module d'affichage.

La présente invention permet de supprimer tout type de stockage énergétique du dispositif en permettant son alimentation par une source extérieure sous forme d'ondes électromagnétiques. La présente invention est ainsi énergisée par une onde électromagnétique et assure des fonctions de calcul et d'affichage d'informations sans nécessiter de batterie ou de stockage d'énergie. Cela permet alors la production industrielle de la présente invention de manière simple, fiable et peu coûteuse.

L'utilisation des batteries a montré des problèmes de pollution, de recyclage et de sécurité des biens et des personnes.

L'invention permet d'intégrer un afficheur sur une carte sans même nécessiter un stockage électrique sur celle-ci à cette fin, ce qui pourrait a priori sembler incompatible.

De nombreux domaines d'application sont envisageables :

- Affichage d'un code de sécurité dynamique ;

- Affichage du nombre de points d'un permis de conduire ;

- Affichage d'un solde de porte-monnaie électronique ;

- Affichage d'un contrat sur une carte de transport ;

- Affichage de points de fidélité ;

- Affichage d'une date de validité.

De manière générale, la présente invention trouve pour application l'affichage de toute unité de valeur ou temporelle sur un support ne disposant pas d'un stockage d'énergie.

Dans le cas des cartes bancaires, la présente invention permet la génération d'un code de sécurité dynamique au niveau d'un afficheur de la carte elle-même sans recourir à une batterie ou à tout autre moyen de stockage énergétique.

En effet, la présente invention facilite la conception et la durée de vie des cartes bancaires à affichage de code de sécurité dynamique en soustrayant tout stockage d'énergie de la carte elle-même.

Cet avantage est obtenu par une alimentation externe sous forme d'ondes électromagnétiques émises par un dispositif de communication portatif ou non de type borne électronique ou téléphone mobile par exemple. La présente invention permet ainsi l'alimentation sans fil, sans batterie et sans module de stockage d'un dispositif, de préférence une carte bancaire, à affichage dynamique d'information.

D'un point de vue de la sécurité et selon un cas préféré de la présente invention, l'affichage d'un code de sécurité dynamique ne nécessite plus seulement la carte bancaire elle-même mais également le dispositif portatif de communication de l'utilisateur, ce qui rend dès lors le vol de la carte bancaire seule inutile dans le cas où l'énergisation de la carte et le transfert de données dynamiques nécessitent un dispositif propre à l'utilisateur.

En effet, avantageusement, un appairage est effectué entre ladite carte bancaire et le smartphone de l'utilisateur par exemple. Cet appairage nécessite de préférence un code d'accès propre à l'utilisateur de sorte que l'énergisation de la carte et le transfert de données dynamiques, et donc la génération d'un code de sécurité dynamique, ne puissent être effectués qu'à partir d'un dispositif portatif de communication préalablement appairé à ladite carte bancaire par l'utilisateur.

Les données comprennent au moins une donnée dite statique stockée dans une mémoire non transitoire et au moins une donnée dite dynamique circulant dans une mémoire transitoire. L'au moins une antenne radio est configurée pour recevoir au moins un signal électromagnétique comprenant ladite au moins une donnée dynamique.

Cela permet de transférer à la puce des données extérieures tout en alimentant ladite puce par une onde électromagnétique. Ces données extérieures apportent une dynamique aux données statiques contenues dans la puce et assurent un niveau de cryptage élevé.

La présente invention concerne également un système comprenant au moins un dispositif tel qu'introduit ci-dessus et au moins un dispositif de communication, de préférence portatif, configuré pour émettre à destination de l'au moins un dispositif au moins un signal électromagnétique configuré pour alimenter ledit au moins un dispositif et pour transmettre au moins une donnée dynamique audit au moins un dispositif.

La présente invention concerne aussi un procédé de création d'un code de sécurité pour la confirmation d'un paiement bancaire mis en œuvre par au moins un utilisateur à partir d'au moins un dispositif selon la présente invention comprenant au moins une puce électronique et au moins un module d'affichage et à partir d'au moins un serveur informatique, et d'au moins un dispositif de communication en communication avec ledit au moins un serveur informatique, ledit procédé étant caractérisé en ce qu'il comprend au moins les étapes suivantes :

Le dispositif est amené à portée de communication radiofréquence avec au moins un dispositif, de préférence portatif, de communication par ledit au moins un utilisateur ;

Le dispositif reçoit au moins un signal électromagnétique émis par ledit au moins un dispositif portatif de communication, ledit au moins un signal électromagnétique étant configuré pour alimenter électriquement ledit au moins un module d'affichage ;

- Ladite puce électronique génère, à partir de données statiques et de données dynamiques, un code de sécurité ;

Le dispositif affiche ledit nouveau code de sécurité sur son module d'affichage,

lesdites données dynamiques étant transmises audit dispositif par ledit au moins un signal électromagnétique.

La présente invention permet ainsi la conception de carte bancaire à affichage de code de sécurité dynamique plus simple, moins coûteuse, et dont la durée de vie est accrue par l'absence de batterie principalement. De plus la présente invention apporte un degré de sécurité supplémentaire pour le déclenchement de la génération d'un nouveau code de sécurité rendant inutile le vol de la carte bancaire seule.

BREVE DESCRIPTION DES FIGURES

Les buts, objets, ainsi que les caractéristiques et avantages de l'invention ressortiront mieux de la description détaillée d'un mode de réalisation de cette dernière qui est illustré par les dessins d'accompagnement suivants dans lesquels :

- La figure 1 illustre un premier mode de réalisation de la présente invention.

- La figure 2 illustre un second mode de réalisation de la présente invention.

- La figure 3 illustre l'étape d'émission depuis un smartphone vers la présente invention d'un signal électromagnétique selon un mode de réalisation de la présente invention.

- La figure 4 illustre une mise en œuvre, selon un mode de réalisation, de la présente invention. - La figure 5 illustre schématiquement un mode de réalisation d'un procédé de transmission série mis en œuvre dans un dispositif (carte à puce) selon un mode de réalisation de l'invention.

- La figure 6 représente schématiquement un système de transmission série que comprend le dispositif (carte à puce) selon un mode de réalisation de l'invention.

Les dessins joints sont donnés à titre d'exemples et ne sont pas limitatifs de l'invention. Ces dessins sont des représentations schématiques et ne sont pas nécessairement à l'échelle de l'application pratique. DESCRIPTION DETAILLEE DE L'INVENTION

Il est précisé que dans le cadre de la présente invention, le terme « sans contact » ou ses équivalents ont pour définition la mise en communication sans fil et sans contact physique de deux éléments, par exemple la communication entre une carte bancaire et un lecteur de carte bancaire par transmission d'ondes électromagnétique se fait alors « sans contact ».

Il est précisé que dans le cadre de la présente invention, le terme « mise en contact » ou ses équivalents ont pour définition la mise en communication de deux éléments entre eux, par exemple la mise en contact d'une carte bancaire et d'un lecteur de cartes bancaires signifie l'établissement d'un lien de communication filaire ou non filaire permettant l'échange de données unilatéralement ou bilatéralement.

Il est précisé que dans le cadre de la présente invention, les termes « paiement sans contact », « transaction sans contact » ou leurs équivalents ont pour définition la réalisation d'un paiement bancaire ou d'une transaction bancaire depuis une carte bancaire sans introduction de la carte bancaire ou d'une partie de la carte bancaire dans un lecteur de puce ou de piste magnétique par exemple. Il s'agit donc d'un transfert d'informations via une ou plusieurs ondes électromagnétiques.

Il est précisé que dans le cadre de la présente invention, les termes « paiement avec contact », « transaction avec contact » ou leurs équivalents ont pour définition la réalisation d'un paiement bancaire ou d'une transaction bancaire depuis une carte bancaire avec introduction de la carte bancaire ou d'une partie de la carte bancaire dans un lecteur de puce ou de piste magnétique par exemple. Il s'agit donc d'un transfert d'informations via un courant électrique au travers d'un circuit électrique, tel que des câbles électriques.

Il est précisé que dans le cadre de la présente invention, le terme « données statiques » ou ses équivalents ont pour définition des données contenues dans une mémoire non transitoire, par exemple du type mémoire dite flash ou ROM de l'anglais « Read-Only Memory ». Ce type de données est également caractérisé par son caractère constant dans le temps. Il peut s'agir par exemple de données de type nom, prénom, date de naissance, date d'expiration, numéro d'une carte bancaire.

Il est précisé que dans le cadre de la présente invention, le terme « données dynamiques » ou ses équivalents ont pour définition des données contenues dans une mémoire transitoire. Ce type de données est également caractérisé par son caractère évolutif dans le temps, il peut s'agir par exemple de données de type temporel comme un horodatage. Suivant une alternative, on entend par « données dynamiques » ou ses équivalents toute donnée non présente dans le dispositif selon la présente invention avant sa mise en communication radiofréquence avec au moins un dispositif portatif de communication, ou toute donnée provenant dudit dispositif portatif de communication et reçue par ledit dispositif selon la présente invention.

On entend par « transmission série » une modalité de transmission de données selon laquelle les éléments d'information se succèdent, les uns après les autres, sur une seule voie de communication entre deux circuits électroniques.

On entend par « impulsion » une variation brève et rapide d'un signal électrique.

Avant d'entamer une revue détaillée de modes de réalisation de l'invention, sont énoncées ci-après des caractéristiques optionnelles qui peuvent éventuellement être utilisées en association ou alternativement :

Selon un mode de réalisation, ledit au moins un résultat est un code de sécurité crypté, et le dispositif est une carte bancaire.

Cela permet de disposer d'un code de sécurité crypté dynamique et nécessitant l'utilisation d'un dispositif extérieur de type smartphone pour être renouvelé. Avantageusement, ladite donnée statique comprend au moins l'une parmi : nom de l'utilisateur, date de naissance de l'utilisateur, numéro de la carte bancaire, date de validité de la carte bancaire, code bancaire, numéro de compte.

Avantageusement, ladite donnée statique est inscrite dans le module mémoire par une banque ou un organisme financier.

Avantageusement, ladite donnée dynamique comprend au moins l'une parmi : un horodatage, de préférence GMT de l'anglais « Greenwich Mean Time », une clef de cryptage, une clef de déverrouillage, un nombre aléatoire.

Avantageusement, ladite au moins une puce électronique est alimentée électriquement depuis ladite au moins une antenne radio. Cela permet de ne pas utiliser de batterie ou de système de stockage d'énergie, facilitant ainsi la conception de la présente invention, réduisant ses coûts de production et allongeant sa durée de vie.

Avantageusement, ledit au moins un module d'affichage est alimenté électriquement au travers de ladite au moins une puce électronique.

Cela permet de ne pas utiliser de batterie ou de système de stockage d'énergie, facilitant ainsi la conception de la présente invention, réduisant ses coûts de production et allongeant sa durée de vie.

Avantageusement, ledit au moins un module d'affichage est directement alimenté électriquement depuis ladite au moins une antenne radio.

Cela permet d'utiliser de nombreuses puces électroniques différentes de par leur conception indépendamment de l'alimentation du module d'affichage.

Selon un mode de réalisation, ledit au moins un module d'affichage est alimenté électriquement par un module de conversion d'énergie électrique, et ledit module de conversion d'énergie électrique est alimenté électriquement par ladite au moins une antenne radio.

Cela permet d'utiliser de nombreuses puces électroniques différentes de par leur conception indépendamment de l'alimentation du module d'affichage.

Avantageusement, ledit module de conversion d'énergie électrique alimente électriquement uniquement ledit au moins un module d'affichage.

Cela permet d'utiliser de nombreuses puces électroniques différentes de par leur conception indépendamment de l'alimentation du module d'affichage.

Selon un mode de réalisation, l'au moins une puce électronique comprend ledit module de conversion d'énergie, et ledit module de conversion d'énergie électrique alimente électriquement directement ledit processeur et indirectement ledit au moins un module d'affichage.

Cela permet de minimiser le nombre de composants dans le dispositif rendant sa fabrication plus simple, moins coûteuse et plus fiable.

Selon un mode de réalisation, l'au moins une antenne radio est la seule et unique antenne radio comprise par ledit dispositif.

Cela permet de minimiser le nombre de composants dans le dispositif rendant sa fabrication plus simple, moins coûteuse et plus fiable.

Selon un mode de réalisation, le dispositif comprend au moins une autre antenne radio.

Cela permet de recevoir des signaux électromagnétiques sur une pluralité de fréquences simultanément. Selon un mode de réalisation, l'au moins un module d'affichage est pris parmi : un écran e-paper, un écran à encre électronique, un écran à cristaux liquides, un écran LED, un écran OLED, ... .

Avantageusement, l'au moins un module d'affichage est un écran e-paper. Ce type d'écran ne nécessite qu'une très faible énergie pour fonctionner assurant ainsi à la présente invention, en partie au moins, son indépendance à un stockage local d'énergie de type batterie par exemple.

La puce électronique et le module d'affichage sont reliés entre eux via une ligne de liaison électrique et une ligne de masse commune aux circuits électroniques que constituent la puce électronique et le module d'affichage, pour la transmission, depuis la puce électronique à au module d'affichage, via la ligne de liaison électrique et en référence à la ligne de masse, d'au moins une série d'impulsions dites de donnée, chaque impulsion de donnée permettant à la fois d'alimenter électriquement le module d'affichage et de transmettre une donnée d'une série de données interprétable par le module d'affichage, la puce électronique étant configuré pour couper l'alimentation entre deux impulsions de donnée successives, et le module d'affichage comprenant un support de mémorisation non volatile configuré pour stocker la donnée transmise par chaque impulsion de donnée avant que le module d'affichage ne s'éteigne faute d'alimentation. Le dispositif est ainsi particulièrement adapté à la transmission série de données depuis un premier circuit vers un deuxième circuit dont le fonctionnement en continu est accessoire, voire à éviter.

Avantageusement, ledit au moins un dispositif portatif de communication est de préférence au moins un dispositif pris parmi : un smartphone, une tablette, un téléphone mobile, une montre connectée, un terminal de paiement électronique, un lecteur RFID.

Avantageusement, la mise au contact de la carte avec ledit dispositif, de préférence portatif, de communication correspond à un rapprochement de la carte et dudit dispositif, de préférence portatif, de communication à une distance inférieure à 1 m, de préférence inférieure à 10cm et avantageusement nulle.

Avantageusement, l'utilisateur transmet audit serveur informatique lesdites données statiques et ledit code de sécurité et le serveur informatique compare ledit code de sécurité avec lesdites données statiques et des données dynamiques correspondant de préférence à un horodatage, de préférence

GMT. Avantageusement, ledit dispositif de communication est pris parmi au moins : un ordinateur, un smartphone, une tablette.

Avantageusement, les données comprennent au moins une donnée dite statique stockée dans une mémoire non transitoire et au moins une donnée dite dynamique circulant dans une mémoire transitoire, et ladite au moins une donnée dynamique est reçue par ledit dispositif au travers de l'au moins signal électromagnétique comprenant ladite au moins une donnée dynamique, et l'au moins un signal électromagnétique est reçu par ledit dispositif depuis au moins un dispositif de communication.

- Avantageusement, ledit au moins un résultat est une donnée affichée sur le dispositif, et le dispositif est une carte à puce.

Avantageusement, ledit au moins un résultat est un code de sécurité crypté, et le dispositif est une carte bancaire.

Avantageusement, ladite donnée dynamique comprend au moins une donnée prise parmi : un horodatage, un cryptogramme, un jeton, une unité de valeur.

Avantageusement, ladite au moins une puce électronique est alimentée électriquement depuis ladite au moins une antenne radio.

Avantageusement, ladite au moins une puce électronique est alimentée électriquement depuis un module de conversion d'énergie, et ledit module de conversion d'énergie est alimenté électriquement par ladite au moins une antenne radio.

Avantageusement, ladite au moins une puce électronique comprend ledit module de conversion d'énergie.

Avantageusement, ledit au moins un module d'affichage est alimentée électriquement depuis un module de conversion d'énergie, et ledit module de conversion d'énergie est alimenté électriquement par ladite au moins une antenne radio.

Avantageusement, ledit au moins un module d'affichage comprend ledit module de conversion d'énergie.

- Avantageusement, ledit au moins un dispositif de communication est de préférence au moins un dispositif portatif de communication pris parmi : un smartphone, une tablette, un téléphone mobile, une montre connectée, un terminal de paiement électronique, un lecteur RFID.

Avantageusement, une application logicielle est mise en marche sur ledit dispositif de communication afin d'émettre ledit signal électromagnétique. Avantageusement, lesdites données dynamiques sont transmises audit dispositif par ledit au moins un signal électromagnétique.

La présente invention trouve pour domaine d'application celui des dispositifs de type, par exemple, cartes, badges ou portes clefs qui comprennent un afficheur de données, de préférence dynamiques. Par exemple pour des questions de sécurité certaines entreprises utilisent ce type de dispositifs pour donner accès à des ressources informatiques aux personnes accréditées et disposant de ce type de dispositifs afin de confirmer leur accès.

Un autre domaine d'application peut concerner le secteur des cartes de transport sur lesquelles la présente invention permet d'indiquer, par exemple non limitatif, le solde de l'abonnement de transport ou bien le nombre de voyages effectués.

En fonction du domaine d'application de la présente invention, les données statiques, les données dynamiques et le résultat peuvent variés d'un domaine d'application à un autre, tout comme le dispositif de communication qui peut ou non être portatif selon encore une fois le domaine d'application.

Les possibilités d'applications de la présente invention sont multiples et touchent directement le domaine des cartes ou des badges ayant une composante dynamique à afficher afin d'informer l'utilisateur et cela sans recourir à une source ou à un stockage d'énergie au niveau même du dispositif considéré.

Un domaine directement en lien avec la présente invention est le secteur bancaire. La présente invention peut en effet concerner le domaine des cartes bancaires comprenant un code de sécurité appelé également cryptogramme ou CW de l'anglais « Card Vérification Value ».

Selon un mode de réalisation, la présente invention s'applique à des cartes bancaires dont les dimensions respectent le format décrit selon la norme ID-1.

Par exemple la présente invention s'applique à des cartes bancaires dites de dimensions standards et possédant par exemple une puce de lecture physique ainsi que, par exemple, des moyens de paiement dit « sans contact ».

En effet, la présente invention concerne, avantageusement, une carte bancaire apte à réaliser des transactions bancaires avec ou sans contact, et disposant d'une fonctionnalité supplémentaire. De préférence cette fonctionnalité supplémentaire concerne l'affichage d'une donnée sur la carte elle-même sans nécessiter de disposer d'une batterie interne ou de tout type de stockage énergétique interne.

Les matériaux utilisés pour la réalisation du dispositif selon la présente invention sont principalement des matériaux à base de plastique. L'une des principales problématiques résolues par la présente invention est la production d'un affichage avec suppression de tout moyen de stockage énergétique au niveau même de la carte bancaire pour cela et cela même dans un fonctionnement dit « sans contact ».

En effet, la présente invention assure astucieusement l'alimentation de la carte bancaire pour qu'un nouveau cryptogramme, par exemple, puisse être généré et affiché sur ladite carte.

La présente invention tire parti d'une synergie entre les différents éléments la composant qui sont au moins une antenne radio configurée pour recevoir un signal d'énergisation et un module d'affichage configuré avantageusement pour consommer de l'énergie uniquement lorsque l'information affichée est modifiée.

Avantageusement, la présente invention tire parti de nombreuses ressources qu'un dispositif de communication, de préférence portatif, peut fournir. En effet, la présente invention utilise un tel dispositif, d'une part comme source sans fil d'alimentation électrique, d'autre part comme une source sans fil de données, de préférence dynamiques.

La présente invention va maintenant être décrite à titre d'exemple de modes de réalisation en référence aux figures 1 à 4.

La figure 1 illustre un mode de réalisation préféré de la présente invention dans lequel le dispositif 100, une carte bancaire à titre d'exemple non limitatif, comprend au moins une antenne radio 1 10, 1 10a en connexion électrique avec au moins une puce électronique 120.

Selon un mode de réalisation, la puce électronique 120 peut être ou non une puce bancaire, c'est-à-dire apte à réaliser des transactions bancaires ou non.

En effet, selon un mode de réalisation, la puce électronique 120 peut être indépendante d'une puce électronique bancaire déjà présente dans une carte bancaire par exemple. Cela permet alors d'adapter la présente invention à des dispositifs nécessitant une puce électronique ainsi qu'un ensemble de modules bien particulier. En effet, la présente invention permet d'ajouter la fonctionnalité d'affichage de données sans batterie ni stockage d'énergie à tout dispositif tout en conservant si besoin les éléments déjà présents au niveau du dispositif considéré. Cette modularité de la présente invention permet son application à des secteurs où les puces électroniques déjà existantes doivent être conservées pour des questions de sécurité par exemple, ainsi l'ajout de la puce électronique 120, du module d'affichage 140 et d'au moins une antenne 1 10, 1 10a assure la mise en œuvre de la présente invention dans des secteurs à haut niveau de sécurité.

De manière particulièrement avantageuse, l'antenne radio 1 10, 1 10a permet la réception d'un signal électromagnétique 220 configuré pour alimenter électriquement le dispositif 100. Cette alimentation par onde électromagnétique 220 permet alors de se soustraire de la présence d'une batterie et même d'un module de stockage d'électricité au niveau du dispositif 100.

Préférentiellement, l'antenne radio 1 10, 1 10a alimente électriquement directement la puce électronique 120.

L'ensemble du dispositif 100 est en effet configuré pour être alimenté depuis au moins un signal électromagnétique 220 généré par un dispositif portatif de communication 200, il peut s'agir par exemple d'un smartphone. De manière avantageuse, la présente invention tire parti des ressources disponibles au niveau d'un dispositif portatif de communication 200 que cela soit au niveau énergétique et/ou au niveau de données, de préférence dynamiques.

Selon un mode de réalisation, l'ensemble du dispositif 100 est configuré pour être alimenté depuis au moins un signal électromagnétique 220 généré par un dispositif de communication, il peut s'agir par exemple d'un Terminal de Paiement

Electronique (TPE), ou bien d'une borne électronique.

En effet la présente invention est destinée à être alimentée par un champ électromagnétique provenant d'un dispositif extérieur de manière sans fil, ce dispositif extérieur étant avantageusement un dispositif de communication portatif ou non portatif.

Cette onde électromagnétique 220 est configurée pour énergiser le dispositif 100 par l'intermédiaire de l'au moins une antenne 1 10, 1 10a qui est conçue de sorte à recevoir l'énergie électromagnétique et à alimenter la puce électronique 120 afin de mettre en œuvre un programme d'ordinateur et d'afficher, par exemple, un code de sécurité sur le module d'affichage 140.

Selon ce mode de réalisation, l'antenne (1 10, 1 10a) alimente électriquement la puce électronique 120 qui alimente électriquement le module d'affichage 140.

Avantageusement, ce module d'affichage 140 est un écran de type e-paper ou conçu à base d'encre électronique, et plus généralement un écran configuré pour être alimenté uniquement au moment où son affichage change, mais qui permet de maintenir un affichage lorsqu'il n'est plus alimenté.

Selon un mode de réalisation le module d'affichage 140 est piloté par un microcontrôleur non représenté sur les figures. Ce microcontrôleur peut être intégré à la puce électronique 120, ou bien au module d'affichage 140 lui-même ou encore être un module à part entière, de préférence situé électriquement entre la puce électronique

120 et le module d'affichage 140.

De manière avantageuse, la puce électronique 120 comprend au moins un processeur et au moins un module mémoire. Ledit processeur est alors de préférence configuré pour exécuter au moins un programme d'ordinateur contenu dans l'au moins un module mémoire.

Préférentiellement, ledit programme d'ordinateur est configuré pour générer un résultat, par exemple un code de sécurité.

Selon un mode de réalisation, ledit programme d'ordinateur est un programme de cryptage configuré pour générer un résultat à partir de données dites statiques et de données dites dynamiques.

Par exemple, dans le cas de la mise en œuvre de la présente invention dans le secteur bancaire, les données statiques peuvent comprendre le numéro de la carte bancaire, sa date d'expiration, un nombre aléatoire, le nom de l'utilisateur de la carte, et les données dynamiques peuvent, elles, comprendre de préférence un horodatage et avantageusement un horodatage GMT de l'anglais « Greenwich Mean Time ». Ledit programme d'ordinateur utilise alors ces données statiques et dynamiques afin de générer un cryptogramme, ce cryptogramme est alors dit dynamique puisqu'il est amené à changer à chaque génération d'un code de sécurité. En effet, à chaque mise en œuvre de la présente invention, un nouveau résultat, par exemple un nouveau cryptogramme, est généré et affiché.

Selon un mode de réalisation, les données dynamiques peuvent être par exemple une clef de déverrouillage, une clef de cryptage, une donnée d'horodatage, un nombre aléatoire.

Les données statiques sont avantageusement contenues dans le module mémoire compris par la puce électronique 120. Concernant les données dynamiques, elles sont avantageusement transmises à la puce électronique 120 par l'intermédiaire de l'antenne radio 1 10, 1 10b au travers d'un signal électromagnétique 220.

Selon un mode de réalisation préférentiel, ce signal électromagnétique 220 est émis depuis un dispositif de communication 200 de type borne électronique ou smartphone par exemple.

Selon un mode de réalisation préféré, le dispositif de communication 200 et un dispositif portatif de communication 200.

Selon un mode de réalisation, le dispositif portatif de communication 200 comprend au moins un processeur, au moins une mémoire non transitoire, au moins une batterie et au moins une antenne apte à émettre au moins un signal électromagnétique 220 configuré pour énergiser le dispositif 100 et pour lui transmettre des données dynamiques.

Le dispositif portatif de communication 200 comprend avantageusement des moyens de communication sur des réseaux de communication de type Wifi, GSM, 3G, 4G, 5G par exemple.

Le dispositif portatif de communication 200 comprend de préférence un écran d'affichage permettant l'affichage d'informations.

Selon un mode préféré de réalisation de la présente invention, le dispositif portatif de communication 200 est un smartphone comprenant des moyens de communication radiofréquence de type NFC et/ou RFID par exemple.

Selon un mode de réalisation, un même signal électromagnétique 220 alimente électriquement le dispositif 100 et transmet les données dynamiques.

Selon un mode de réalisation préféré, le signal électromagnétique 220 alimente directement la puce électronique 120 et indirectement le module d'affichage 140.

Selon un mode de réalisation, le dispositif 100 peut comprendre une pluralité d'antennes radio 1 10, 1 10a, 1 10b afin de recevoir ou d'émettre sur des fréquences différentes.

Selon un autre mode de réalisation, l'antenne radio 1 10b peut servir à recevoir un signal électromagnétique 220 alimentant électriquement la présente invention et transmettant les données dynamiques, alors que l'autre antenne radio 1 10b assure des fonctions classiques de paiement sans contact par exemple dans le cas où le dispositif 100 est une carte bancaire.

Une fois le cryptogramme généré par le programme d'ordinateur exécuté par la puce électronique 120, la présente invention permet son affichage sur le module d'affichage 140 contenu dans le dispositif 100. De par sa conception, la présente invention peut ne nécessiter de l'énergie qu'au moment de la mise en œuvre du programme d'ordinateur et de la modification de l'affichage du cryptogramme par le module d'affichage 140. En effet, le choix du module d'affichage 140 peut permettre un affichage constant sans énergie et ne requérir de l'énergie qu'à la modification du résultat affiché.

Selon un mode de réalisation, le module d'affichage 140 est piloté par la puce électronique 120, de préférence par l'intermédiaire d'un microcontrôleur.

Avantageusement, le module d'affichage 140 peut afficher diverses informations comme par exemple le solde de la carte bancaire, le nombre d'utilisations de la carte bancaire, le cryptogramme dynamique, solde d'un nombre de points, solde d'une carte de transport.

Selon un autre mode de réalisation illustré par la figure 2, le dispositif 100 peut comprendre un module de conversion d'énergie 130 afin d'alimenter électriquement le module d'affichage 140 depuis l'antenne radio 1 10, 1 10a, 1 10b. Dès lors, a puce électronique 120 peut ne piloter que l'affichage du module d'affichage 140 en lui communiquant les données d'affichage. Selon une variante, le module de conversion 130 peut assurer à la fois l'alimentation du module d'affichage 140 et la transmission des données à afficher par le module d'affichage 140 ; le cas échéant la transmission des données est géré par le module de conversion 130 piloté par la puce électronique 120.

Le module de conversion 130 apporte une plus grande flexibilité de réalisation de la présente invention concernant le choix des composants aussi bien au niveau de la puce électronique 120 qu'au niveau du module d'affichage 140 et de l'antenne radio 1 10, 1 10a, 1 10b. Ce module de conversion d'énergie 130 peut notamment permettre de découpler l'alimentation électrique du module d'affichage 140 et l'alimentation électrique de la puce électronique 130 apportant ainsi une plus grande souplesse dans l'industrialisation de la présente invention.

Selon un autre mode de réalisation, le module de conversion d'énergie 130 peut être intégré à la puce électronique 120.

Selon un autre mode de réalisation, le module de conversion d'énergie 130 peut être intégré au module d'affichage 140. La figure 3 illustre, selon un mode de réalisation de la présente invention dans le secteur bancaire, un système comprenant un dispositif 100 selon la présente invention et un dispositif portatif de communication 200. Cette figure est un exemple d'illustration de la génération d'un cryptogramme et de son affichage au niveau du module d'affichage 140 d'une carte bancaire 100 selon la présente invention. Dans cette figure 3, l'utilisateur de la carte bancaire 100 utilise un dispositif portatif de communication 200, par exemple son smartphone, pour émettre un ou plusieurs signaux électromagnétiques 220 à destination de la carte bancaire 100 à partir d'une application logicielle 210 par exemple en marche sur le smartphone 200.

Selon un mode de réalisation, l'utilisateur a appairé sa carte bancaire 100 avec son smartphone 200. Selon un mode de réalisation de la présente invention, cet appairage permet que seul le smartphone 200 de l'utilisateur puisse déclencher la génération d'un cryptogramme au niveau de la carte bancaire 100. Cela permet d'augmenter le niveau de sécurité.

Selon un mode de réalisation, l'utilisateur lance une application 210 sur son smartphone 200, il peut par exemple entrer un code personnel afin de déverrouiller cette application 210.

Selon un mode de réalisation, l'application 210 est configurée pour que l'utilisateur puisse initialiser la génération d'un cryptogramme afin de pouvoir le lire sur sa carte bancaire 100.

Pour cela, l'application 210 peut déclencher la génération depuis le smartphone 200 de l'utilisateur d'un ou de plusieurs signaux électromagnétiques 220 configurés d'une part pour alimenter le module d'affichage 140 de la carte bancaire 100 et/ou sa puce électronique 120, d'autre part pour transmettre des données dynamiques, et de préférence des données d'horodatage avantageusement selon le système GMT.

Cette énergie et ces données sont alors reçues par au moins une antenne 1 10, 1 10a, 1 10b disposée dans la carte bancaire 100. A partir de cette énergie et de ces données, un cryptogramme est généré par le programme d'ordinateur contenu dans la puce électronique 120. Le module d'affichage 140 est piloté par la puce électronique 120 qui utilise cette énergie, en partie au moins, afin de modifier les informations affichées par le module d'affichage afin d'afficher le cryptogramme qui vient d'être généré.

Afin que la carte bancaire 100 soit en mesure de recevoir ce ou ces signaux électromagnétiques 220, celle-ci doit être mise en contact, c'est-à-dire à portée de communication radiofréquence, avec le smartphone. Cette portée de communication est propre au type de technologie radiofréquence utilisée.

Selon un mode de réalisation, le dispositif peut être réalisé selon les caractéristiques techniques décrites dans la norme ISO 14443 et/ou l'énergie nécessaire au fonctionnement dudit dispositif est fournie par au moins un signal électromagnétique dont les caractéristiques sont décrites dans la norme IS014443.

La figure 4 illustre, selon la présente invention, un procédé de création d'un code de sécurité pour la confirmation d'un paiement bancaire mis en œuvre par un utilisateur à partir d'une carte bancaire 100 selon la présente invention, à partir d'un smartphone 200 par exemple, à partir d'un ordinateur 400 et à partir d'un serveur informatique bancaire 600 au travers d'un réseau de communication 500 de type internet par exemple. Selon un mode de réalisation, l'utilisateur utilise sa carte bancaire 100 en synergie avec son smartphone 200 afin de générer un cryptogramme pour la confirmation d'un paiement en ligne depuis un ordinateur 400 sur un site internet par exemple.

Selon un mode de réalisation préféré, une application logicielle est mise en marche sur le smartphone afin de préparer l'émission de l'onde électromagnétique énergisante et de l'au moins une donnée dynamique.

La génération de ce cryptogramme est avantageusement réalisée de la manière suivante :

o La carte bancaire 100 est amenée à portée de communication radiofréquence avec le smartphone 200 de l'utilisateur ;

o La carte bancaire 100 reçoit au moins un signal électromagnétique 220 émis par le smartphone 200 de l'utilisateur, le signal électromagnétique 220 étant configuré pour alimenter électriquement un module d'affichage de la carte bancaire et pour transmettre des données dynamiques depuis le smartphone 200 vers la carte bancaire 100 ; o Une puce électronique 120 présente dans la carte bancaire 100 et alimentée par le signal électromagnétique 220 génère, à partir de données statiques et des données dynamiques, un cryptogramme ; o La carte bancaire 100 affiche alors le cryptogramme calculé sur son module d'affichage 140 piloté par la puce électronique 120. Une fois l'utilisateur en possession de ce cryptogramme, il fournit audit site internet ses données bancaires, du type nom, numéro de carte bancaire et date d'expiration et le cryptogramme calculé.

Ces informations sont alors transmises au travers d'un réseau de communication 500, par exemple Internet, et sont reçues par un serveur informatique bancaire 600 pour vérification. Ce serveur informatique bancaire 600 assure une fonction de confirmation du paiement en évaluant les données bancaires de l'utilisateur et en calculant à partir de ces données statiques et d'un horodatage GMT un cryptogramme. Si ce cryptogramme correspond ou est cohérent avec celui fournis par l'utilisateur, alors le paiement est validé ; dans le cas contraire, le paiement n'est pas validé. L'utilisation d'un horodatage, ici GMT, assure ainsi une base commune de calcul temporel.

Selon un mode de réalisation, afin de tenir compte du décalage temporel entre la génération du cryptogramme au niveau de la carte bancaire 100 et son évaluation au niveau du serveur informatique bancaire 600, celui-ci peut utiliser des horodatages GMT antérieurs afin de valider la transaction bancaire sur une plage horaire non instantanée tenant ainsi compte d'un possible décalage temporel. Cette fenêtre de décalage étant un paramètre ajustable au niveau du serveur informatique bancaire 600 lui-même.

La présente invention permet ainsi d'une part de simplifier la fabrication de cartes bancaires à cryptogramme dynamique, de diminuer leur coût de fabrication et d'accroître leur niveau de sécurité en découplant les données statiques et dynamiques nécessaires à la génération d'un cryptogramme dynamique.

Selon un autre aspect, et en référence aux figures 5 et 6, l'invention permet l'utilisation d'un procédé de transmission série de donnés comprenant :

la transmission, depuis un premier circuit électronique comprenant la puce 120 ou le module de conversion 130, à au moins un deuxième circuit électronique, comprenant le module d'affichage 140 de données de type binaire et l'alimentation électrique du deuxième circuit par le premier circuit, en référence à une ligne de masse 4 commune aux circuits,

via une même ligne de liaison électrique 3.

Afin que le module de conversion 130 transmet les données et alimente le module d'affichage 140, il peut le cas échéant communiquer avec la puce électronique 120, voire être piloté par la puce électronique 120.

Plus particulièrement, au moins une série d'impulsions dites de donnée peut être transmise du premier circuit au second circuit via la ligne de liaison électrique 3. Chaque impulsion de donnée permet à la fois d'alimenter électriquement le deuxième circuit et de transmettre une donnée d'une série de données interprétable par le deuxième circuit. Un système de transmission série est associé au procédé susmentionné.

L'invention trouve ainsi pour application particulièrement avantageuse la fourniture, au porteur d'une carte à puce, d'une information dynamique, tel qu'un code de sécurité dynamique (ou CVV pour « Card Vérification Value » selon la terminologie anglo-saxonne), au travers la transmission de données pour affichage et l'alimentation électrique d'un module d'affichage 140, de préférence à faible consommation en énergie électrique, tel qu'un papier électronique (ou « e-paper » selon la terminologie anglo-saxonne) qui présente en outre l'avantage de ne pas nécessiter d'énergie pour laisser un texte ou une image affiché. En référence à la figure 6, le dispositif 100 peut ainsi comprendre un système de transmission série de donnés comprenant :

un premier circuit électronique 120 ou 130 et

au moins un deuxième circuit électronique 140.

Le premier circuit et chaque deuxième circuit sont reliés entre eux via une ligne de liaison électrique 3 et une ligne de masse 4 commune aux circuits.

Il est ainsi possible de transmettre, depuis le premier circuit à au moins un deuxième circuit, via la ligne de liaison électrique 3 et en référence à la ligne de masse 4, au moins une série d'impulsions dites de donnée 1010, chaque impulsion de donnée 1010 permettant à la fois d'alimenter électriquement le deuxième circuit et de transmettre une donnée d'une série de données interprétable par le deuxième circuit.

A cette fin, le premier circuit peut comprendre un interrupteur de l'alimentation du deuxième circuit par le premier circuit configuré pour couper l'alimentation entre deux impulsions de donnée successives.

Le deuxième circuit peut comprendre un support de mémorisation non volatile

21 configuré pour stocker la donnée transmise par chaque impulsion de donnée 1010 avant que le deuxième circuit ne s'éteigne faute d'alimentation.

En référence à la figure 5, le procédé de transmission mis en œuvre dans le dispositif 100 selon l'invention comprenant le système de transmission de données tel que décrit ci-dessus comprend de préférence au moins les étapes suivantes :

couper 1 100 l'alimentation du deuxième circuit 140 par le premier circuit 120 ou 130 entre deux impulsions de donnée 1010 successives, et

pour chaque impulsion de donnée 1010 et avant que le deuxième circuit ne s'éteigne faute d'alimentation, stocker, sur un support de mémorisation non volatile 21 du deuxième circuit 140, la donnée transmise par cette impulsion de donnée 1010.

De préférence, la coupure 1 100 de l'alimentation entre deux impulsions de donnée 1010 successives est paramétrée de sorte que le deuxième circuit 140 s'éteint faute d'alimentation.

Le stockage des données transmises par les impulsions de donnée 1010 d'une même série, voire d'une succession de séries, est paramétré de sorte à former un ensemble de bits, voire un ensemble d'octets, codant une commande interprétable et exécutable par un circuit intégré 22 du deuxième circuit 140.

Le fonctionnement du premier circuit 120 ou 130 avec les deuxièmes circuits 140 peut notamment utiliser une technologie maître-esclaves. La communication entre le premier circuit 120 ou 130 et les deuxièmes circuits 140 peut obéir à un protocole asynchrone, qui ne nécessite pas d'utiliser un signal d'horloge global pour les synchroniser.

Plus particulièrement, le deuxième circuit 140 comprend un support de mémorisation non volatile 21 et un circuit intégré 22, ou moyens de traitement, qui peuvent le cas échéant être compris dans un microprocesseur ou un microcontrôleur 20 du deuxième circuit électronique 140. Le support de mémorisation non volatile 21 peut notamment être une mémoire morte effaçable électriquement et programmable (aussi appelée EEPROM) ou une mémoire de masse à semi-conducteurs réinscriptible (ou mémoire flash). Le circuit intégré 22 intègre un timer conférant au deuxième circuit son propre signal d'horloge en fonction duquel il pourra discriminer entre les impulsions de durées différentes entre elles. Le deuxième circuit 140 comprend également un écran d'affichage 23 relié au circuit intégré 22 du deuxième circuit 140.

Le module d'affichage 140 comprend de préférence un papier électronique ou écran Eink qui avantageusement ne nécessite pas d'énergie pour laisser un texte ou une image affiché et permet ainsi, à chaque mise à jour du papier électronique, que le texte ou l'image qu'il affiche reste visible après que son alimentation par le premier circuit 120 ou 130 ait été coupée, et en particulier lorsque le module d'affichage 140 est éteint faute d'alimentation.

Toutefois, le système de transmission mis en œuvre dans le dispositif 100 selon l'invention n'est nullement limité à ce type particulier de module d'affichage. Notamment, l'utilisation d'un module d'affichage nécessitant d'être continûment alimenter pour afficher un texte ou une image est envisageable. Il peut s'agir par exemple d'une diode électroluminescente organique ou DELo (en anglais, OLED pour « Organic Light-Emitting Diode »).

Le procédé de transmission série de données selon le mode de réalisation illustré sur la figure 5 est plus particulièrement décrit ci-dessous. Il comprend la transmission, depuis le premier circuit 120 ou 130 à au moins un parmi des deuxièmes circuits 140, via la ligne de liaison électrique 3 entre le premier circuit et le deuxième circuit, et en référence à une ligne de masse 4 (GND) commune aux circuits, d'une série d'impulsions telle qu'illustrée sur la figure 5. Par la suite, on parlera « du » deuxième circuit sans exclure qu'il puisse s'agir « dudit au moins un » deuxième circuit, et donc de plusieurs deuxièmes circuits.

La série d'impulsions comprend notamment des impulsions dites de donnée 1010. Chaque impulsion de donnée 1010 permet à la fois d'alimenter électriquement le deuxième circuit et de transmettre une donnée interprétable par le deuxième circuit. Chaque impulsion de donnée 1010 est donc également une impulsion d'alimentation. Après un certain temps à compter de l'origine de l'axe des temps illustré sur la figure 5, la série d'impulsions comprend tout d'abord une première impulsion de donnée 1010. Cette première impulsion de donnée 1010 est par exemple paramétrée pour transmettre une donnée de bit égal à 0 ; Plus particulièrement, la première impulsion de donnée 1010 peut être paramétrée pour présenter une première durée t1 correspondant à la donnée de bit égal à 0. Une fois cette première durée d'impulsion t1 atteinte, le procédé comprend une première coupure 1 100 de l'alimentation du deuxième circuit par le premier circuit.

La première coupure 1 100 est fléchée sur la figure 5 comme étant réalisée à l'instant suivant immédiatement la première durée t1. Cette illustration peut donc faire paraître la coupure comme étant instantanée. Cependant, la première coupure 1 100 est potentiellement maintenue dans le temps, notamment de sorte à induire l'arrêt du deuxième circuit faute d'alimentation.

L'on comprend que chaque coupure 1 100 peut durer un temps indéterminé. Ce temps n'a effectivement pas d'autres limites supérieures que celles nécessitées, ou compatibles, avec l'application visée, cette dernière pouvant être nécessairement limitée dans le temps.

De préférence avant que la première impulsion de donnée 1010 ne prenne fin, et en tout cas avant que la première coupure 1 100 n'induise l'arrêt de fonctionnement du deuxième circuit, la donnée de bit égal à 0 transmise via la première impulsion de donnée 1010 est stockée sur le support de mémorisation non volatile 21 du deuxième circuit.

Après la première coupure 1 100, la série d'impulsions telle qu'illustrée comprend une deuxième impulsion de donnée 1010. Cette deuxième impulsion de donnée 1010 est paramétrée pour transmettre une donnée de bit égal à 1 . Le cas échéant, la deuxième impulsion de donnée 1010 présente une deuxième durée i2 correspondant à la donnée de bit égal à 1.

Une deuxième coupure 1 100 est réalisée par exemple dans l'une des conditions décrites ci-dessus relativement à la première coupure 1 100.

De préférence, avant que la deuxième impulsion de donnée 1010 ne prenne fin, c'est-à-dire avant que la deuxième coupure 1 100 ne soit réalisée, la donnée de bit égal à 1 transmise via la deuxième impulsion de donnée 1010 est stockée sur le support de mémorisation non volatile 21 du deuxième circuit. Le stockage de la donnée de bit égal à 1 transmise via la deuxième impulsion de donnée 1010 est réalisée de façon corrélée au stockage de la donnée de bit égal à 0 transmise via la première impulsion de donnée 1010. Il en va ainsi pour les impulsions de donnée 1010 qui suivent, de sorte que soit stockée, selon l'exemple illustré sur la figure 5, la série de bits : 01 10...0, sur le support de mémorisation 21 du deuxième circuit. Ce stockage est réalisé de sorte que la série de bits soit lisible et interprétable par le circuit intégré 22 du deuxième circuit. Les trois petits points intégrés dans cette série de bits sont liés au fait que la totalité de la série d'impulsions de donnée 1010 n'est pas nécessairement illustrée sur la figure 5 ; certaines ont pu être omises de cette représentation graphique à fin de concision. En effet, les deux traits obliques et parallèles entre eux croisant l'axe des abscisses sur le graphe illustré sur la figure 5 correspondent à la non-illustration d'une impulsion de donnée 1010, d'une série d'impulsions de donnée 1010, voire une succession de séries d'impulsions de données 1010, non représentées. Pendant cette période non représentée, des données peuvent donc avoir été transmises qui sont dans la série de bits ci-dessus représentées par les trois petits points.

Comme illustré sur la figure 5, la série d'impulsions illustrée peut comprendre ensuite une impulsion de donnée dite de contrôle 1040. Cette impulsion de donnée de contrôle 1040 est paramétrée pour transmettre une valeur de contrôle d'une quantité de données. Ladite quantité de données est par exemple celle destinée à être transmise par la série d'impulsions de donnée 1010. Elle peut également correspondre à la quantité de données transmise via la succession de séries susmentionnée. Le cas échéant, l'impulsion de donnée de contrôle 1040 présente une cinquième durée t5 correspondant à ladite valeur de contrôle.

Cette valeur de contrôle est stockée sur le support de mémorisation 21 du deuxième circuit, de préférence avant que l'impulsion de donnée de contrôle 1040 ne prenne fin. Elle est destinée par exemple à permettre de contrôler la validité d'une commande codée sous la forme d'une série de bits, voire d'une série d'octets, transmise de la façon décrite ci-dessus. Ce type de contrôle de validité d'une information transmise s'apparente à un protocole connu sous l'appellation « contrôle de redondance cyclique » ou protocole CRC. Le procédé selon cette particularité permet ainsi au moins de s'assurer que toutes les données attendues ont bien été transmises au deuxième circuit et stockées sur son support de mémorisation 21 de façon appropriée. Le procédé selon cette particularité peut également permettre de vérifier que la commande stockée sur le support de mémorisation 21 du deuxième circuit est interprétable et exécutable par le circuit intégré 22 du deuxième circuit.

Selon le mode de réalisation illustré sur la figure 5, l'impulsion de donnée de contrôle est suivie d'une coupure d'alimentation 1 100, puis d'une impulsion dite de traitement 1050. Comme les impulsions de donnée 101 , cette impulsion de traitement 1050 est transmise depuis le premier circuit au deuxième circuit 2, via la ligne de liaison électrique 3 et en référence à la ligne de masse 4. L'impulsion de traitement 1050 se distingue d'une impulsion de donnée 1010 en ce qu'elle ne porte pas nécessairement une donnée destinée à être stockée sur le support de mémorisation 21 du deuxième circuit. L'impulsion de traitement 1050 est, comme son nom l'indique, destinée à donner un ordre de traitement de la commande précédemment transmise par son interprétation et son exécution, éventuellement précédées de sa validation. L'impulsion de traitement 1050 peut être paramétrée pour transmettre un ordre de traitement de ladite commande. De préférence avant que celle-ci ne prenne fin, et en tout cas avant que le deuxième circuit ne s'éteigne faute d'alimentation, la commande est interprétée et exécutée, et éventuellement préalablement validée, par le circuit intégré 22 du deuxième circuit. Le cas échéant, l'impulsion de traitement 1050 présente une sixième durée t6 par exemple supérieure, de préférence strictement supérieure, à la durée de chacune des impulsions de donnée 1010.

Chaque commande peut comprendre un nombre prédéterminé de bits, de séries de bits, voire de séries d'octets. De façon correspondante, chaque série d'impulsions de donnée 1010, voire chaque succession de séries d'impulsions de donnée 1010, comprend un nombre déterminé d'impulsions de donnée 1010. De la sorte, l'impulsion succédant à ce nombre prédéterminé d'impulsions de donnée 1010 peut être d'une part paramétrée par le premier circuit pour permettre l'interprétation et l'exécution, voire la validation, de la commande transmise, d'autre part directement (c'est-à-dire dès le début de sa transmission au deuxième circuit) interprétée par le deuxième circuit comme un ordre d'interprétation et d'exécution, voire de validation, de la commande transmise.

Comme discuté plus haut, l'interprétation et l'exécution de la commande peut comprendre une mise à jour de de l'écran 23 du module d'affichage 140.

La durée des impulsions dépend du temps de démarrage de deuxième circuit 2 après montée de l'alimentation, et de la technologie utilisée pour le support de mémorisation non volatile 21.

Par exemple, une mémoire flash à une durée de démarrage d'environ 1 ms

(milliseconde) et est capable de stocker la valeur d'un bit en moins de 1 ms. On peut avoir :

- t2 = 3 ms ;

- t1 = 4 ms ; et

- t6≥ 5 ms, où i2 est la durée d'une impulsion de donnée 101 de bit égal à 1 , t1 est la durée d'une impulsion de donnée 101 de bit égal à 0, et t6 est la durée d'une impulsion de traitement 105. L'invention n'est pas limitée aux modes de réalisations précédemment décrits et s'étend à tous les modes de réalisation couverts par les revendications.

REFERENCES : Dispositif, par exemple carte bancaire ;

: Antenne radio

a : Une antenne radio ;

b : Une autre antenne radio ;

: Puce électronique ;

: Module de conversion d'énergie ;

: Module d'affichage ; : Dispositif portatif de communication ;

: Application mobile ;

: Signal électromagnétique ;

: Transmission manuelle de données par l'utilisateur ; : Dispositif de communication, ordinateur ;

: Réseau de communication, Internet ;

: Serveur informatique, serveur bancaire ;