Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR MEDICAL OR AESTHETIC USE FOR GENERATING CAVITATION
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2009/095597
Kind Code:
A3
Abstract:
The invention relates to a device for medical and/or aesthetic use, capable of generating cavitation and intended for modifying biological tissues and/or membranes, that comprises a body including an ultrasound source, including at least one movement means that is self-adjustable based on the generated cavitation phenomenon. More precisely, the source is held free or mobile inside said body according to at least one freedom degree. Said at least one self-adjustable movement means consists of an axial translation means inside said device along the propagation axis of the mechanical waves, and includes at least one elastic means and/or at least one guide and/or at least one abutment.

Inventors:
LEBERTRE MATTHIAS (FR)
BOUCAUD ALAIN (FR)
BLAIS MAEVA (FR)
Application Number:
PCT/FR2009/050102
Publication Date:
September 24, 2009
Filing Date:
January 23, 2009
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
TRANSDERMA SYSTEMS (FR)
LEBERTRE MATTHIAS (FR)
BOUCAUD ALAIN (FR)
BLAIS MAEVA (FR)
International Classes:
A61M37/00; A61N7/00; A61B17/00
Domestic Patent References:
WO2000044442A22000-08-03
WO1998032379A11998-07-30
WO2002058530A22002-08-01
Foreign References:
US20070088346A12007-04-19
US6487447B12002-11-26
EP0232678A21987-08-19
Attorney, Agent or Firm:
WAGRET, Frédéric (Paris, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif (1 ) à usage médical et/ou esthétique, apte à générer de la cavitation en surface d'une zone cible, telle que des tissus et :ou membranes biologiques de manière à les modifier, comportant un corps (2) intégrant une source destinée à générer de la cavitation (3), ladite source (3) comprenant au moins un moyen de déplacement, caractérisé en ce que le moyen de déplacement est autoréglable en fonction du phénomène de cavitation destiné à être généré.

2. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que ladite source (3) est maintenue libre ou mobile à l'intérieur dudit corps (2), selon au moins un degré de liberté.

3. Dispositif selon la revendication 1 , caractérisé en ce que ledit moyen de déplacement autoréglable est au moins un moyen de translation axiale à l'intérieur dudit dispositif, selon un axe destiné à être sensiblement perpendiculaire à la surface de la zone cible.

4. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que ledit moyen de translation axiale est au moins un moyen élastique (9).

5. Dispositif selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en que ledit moyen de translation axiale est au moins un guide (7) et/ou au moins une butée (8), situé sur ladite source (3) et/ou à l'intérieur dudit corps (2).

6. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que ledit au moins un guide (7) est un anneau de serrage, une vis sans fin, une rainure ou une encoche.

7. Dispositif selon la revendication 5, caractérisé en ce que ladite au moins une butée (8) est une butée, un ergot, un élément en saillie, une rondelle ou une configuration elle-même de ladite source (3) en forme de T.

8. Dispositif selon l'une des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il est intégré au sein d'un corps externe (15) constituant ainsi des poignées.

9. Dispositif selon l'une des revendications 1 ou 8, caractérisé en ce que ladite source (3) et ledit corps (2) sont liés et se déplacent ensemble de manière libre et axiale, à l'intérieur dudit corps externe (15).

10. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que ledit corps externe (15) comporte au moins un moyen élastique

(17) et/ou au moins un guide (18) et/ou au moins une butée (19).

11. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il est constitué d'un dispositif ultrasonore, dont la source est ultrasonore.

12. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, caractérisé en ce qu'il comporte une source délivrant des ondes mécaniques.

13. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, caractérisé en ce qu'il comporte une source pourvue d'une hélice destinée à générer une cavitation hydrodynamique.

Description:

DISPOSITIF A USAGE MEDICAL OU ESTHETIQUE POUR GENERER

DE LA CAVITATION

La présente invention concerne un dispositif apte à générer le phénomène de cavitation et destiné à des applications médicales et/ou esthétiques.

La présente invention sera plus particulièrement décrite par rapport à un dispositif ultrasonore comportant une source ultrasonore. Elle s'applique néanmoins à tout dispositif comprenant un moyen créant de la cavitation, ce moyen étant par exemple une source d'ondes mécaniques provoquant de la cavitation acoustique, ou constitué par une hélice générant un écoulement à forte vitesse dans un fluide qui provoquera l'apparition d'une cavitation hydrodynamique.

Le terme « cavitation » s'entend dans la suite de la description comme correspondant à la naissance et à l'oscillation de bulles de gaz ou de vapeur dans un fluide, créées par la présence d'un champ de pressions négatives dans ce fluide.

Il est connu que l'utilisation d'ondes ultrasonores permet par exemple, via un phénomène de cavitation, de :

- perméabiliser des tissus biologiques en vue de faciliter une administration transmembranaire de substances actives

(sonophorèse), par exemple, et/ou,

- créer une stimulation thermique, mécanique ou physico-chimique (sonostimulation), des tissus biologiques ou de leurs constituants et/ou,

- réaliser un nettoyage ultrasonore de surface, par exemple de plaies, ou une micro-abrasion des tissus biologiques (sonoabrasion).

Ce phénomène de cavitation est créé lorsque l'on atteint un seuil vibratoire entraînant la naissance, la croissance, l'oscillation puis éventuellement l'implosion de bulles d'un liquide soumis à des ondes de pression, telles qu'ultrasonores. Ce phénomène dépend de plusieurs paramètres à prendre en compte : la fréquence, l'intensité, la distance sonde/zone cible et la viscosité du milieu de couplage. La cavitation est provoquée plus précisément lors de l'utilisation des ondes ultrasonores à basses fréquences et pour des puissances ultrasonores élevées. Ce phénomène et la transmission des ultrasons à travers une membrane biologique, par exemple, nécessitent un milieu de couplage liquide ou visqueux disposé entre l'extrémité de la sonde et la zone cible.

Il est connu que l'efficacité des ondes ultrasonores utilisées pour la sonophorèse, la sonostimulation ou la sonoabrasion, par exemple, dépend de la cavitation générée.

Actuellement, le problème rencontré en vue d'obtenir une cavitation adaptée, est le contrôle et la maîtrise de la distance nécessaire entre l'extrémité de la sonde et la zone cible telle que, par exemple, une surface d'une membrane biologique. En effet, une distance trop faible engendre un traumatisme de la surface de ladite membrane ainsi que des douleurs, et, au contraire, une distance trop importante est inefficace.

Cette limite douleur / efficacité liée à la distance sonde / zone cible est un paramètre difficile à maîtriser en vue d'une utilisation efficace du phénomène de cavitation. En effet, la difficulté réside dans la définition de

la bonne distance qui est fonction du dispositif générant la cavitation, en particulier pour un dispositif ultrasonore, la fréquence, la puissance des ultrasons, la taille de la sonde etc., de la viscosité du milieu de couplage (propriétés mécaniques) et de la morphologie (structure, épaisseur, souplesse) de la zone cible. De plus, l'application de la sonde ou d'un guide de positionnement de la sonde disposé sur l'endroit à traiter crée un bourrelet de la zone cible non négligeable.

Il est connu, dans l'art antérieur, des dispositifs ultrasonores permettant d'obtenir une cavitation efficace.

Le brevet américain n° US 6 620 123 concerne une forme spécifique de transducteur ultrasonore afin d'obtenir une cavitation homogène à la surface de la zone cible. Cependant, la notion de distance transducteur/zone cible n'est pas évoquée.

Le brevet américain n° US 6 487 447 se rapporte à un dispositif pour améliorer la sonophorèse in vivo, comprenant un réservoir ayant une extrémité recouverte d'une membrane poreuse et contenant une solution active. La sonde ultrasonore est appliquée avec une intensité ultrasonore sur une zone souhaitée pendant une période de temps déterminée et à une distance de la surface de la peau en vue de générer des bulles de cavitation pour provoquer la formation de pores à la surface de la peau. Ce dispositif connu propose de limiter la déformation de la zone cible par la présence à l'extrémité inférieure du réservoir de la membrane maintenant une distance constante entre la peau et la sonde.

Tous les dispositifs connus améliorent l'efficacité de la cavitation en optimisant le milieu de couplage ou la géométrie de l'élément actif de la sonde comprenant une distance prédéfinie et fixe de cette dernière par

rapport à la zone d'intérêt. Ces dispositifs ne résolvent pas le problème de la douleur ou bien au contraire de leur inefficacité, directement liée à la détermination adaptée de la distance sonde / zone cible en fonction du phénomène de cavitation souhaitée.

La présente invention pallie les inconvénients de l'art antérieur en proposant un dispositif permettant d'adapter la distance de la sonde par rapport à la zone cible en fonction de la cavitation générée et de la morphologie du sujet cible.

La présente invention a pour but de remédier aux inconvénients précédemment évoqués et consiste pour cela en un dispositif à usage médical ou esthétique, apte à générer de la cavitation en surface d'une zone cible, telle que des tissus et/ou des membranes biologiques afin de les modifier, comportant un corps intégrant une source destinée à générer de la cavitation, c'est-à-dire une source créant une dépression dans un fluide pour générer la cavitation, ladite source comprenant au moins un moyen de déplacement, caractérisé en ce que le moyen de déplacement est autoréglable en fonction du phénomène de cavitation destiné à être généré.

Plus précisément, ladite source, selon l'invention, peut être maintenue libre (libre de se déplacer) ou mobile à l'intérieur dudit corps, selon au moins un degré de liberté.

De manière avantageuse, ledit moyen de déplacement autoréglable peut être au moins un moyen de translation axiale à l'intérieur dudit dispositif, selon un axe destiné à être sensiblement perpendiculaire à la surface de la zone cible.

Ledit moyen de translation axiale, selon la présente invention, est au moins un moyen élastique et/ou au moins un guide et/ou au moins une butée.

Plus précisément, ledit au moins un guide selon l'invention peut être un anneau de serrage, une vis sans fin, une rainure ou une encoche.

Ladite au moins une butée, selon l'invention, peut être constituée par une butée, un ergot, un élément en saillie, une rondelle ou une configuration elle-même de ladite source en forme de T.

Avantageusement, ledit dispositif selon l'invention peut être intégré au sein d'un corps externe constituant ainsi des poignées.

De manière plus précise, ladite source et ledit corps peuvent être liés et se déplacer ensemble de manière libre et axiale, à l'intérieur dudit corps externe.

De plus, d'après ce mode de réalisation, selon la présente invention, ledit corps externe peut comporter au moins un moyen élastique et/ou au moins un guide et/ou au moins une butée et/ou au moins un roulement à billes.

Le dispositif est par exemple un dispositif ultrasonore dont la source est une source ultrasonore destinée à générer une cavitation acoustique.

En variante, le dispositif est un dispositif dont la source génère des ondes mécaniques.

Dans une autre variante encore, la source du dispositif de l'invention comporte une hélice destinée à générer une cavitation hydrodynamique.

L'invention sera bien comprise à la lumière de la description qui suit, se rapportant à des exemples illustratifs, et en aucun cas limitatifs, de la présente invention, en référence aux dessins, ci-joints, dans lesquels :

- les figures 1 et 2 sont des représentations schématiques partielles en coupe d'un dispositif apte à générer le phénomène de cavitation selon l'invention illustrant son principe de fonctionnement sur une membrane biologique ferme ; les figures 3 et 4 sont des représentations schématiques partielles en coupe du dispositif selon l'invention illustrant son principe de fonctionnement sur une membrane biologique souple ;

- la figure 5 est une vue schématique partielle en coupe du dispositif selon l'invention ;

- les figures 6 à 10 sont des vues schématiques partielles en coupe de différents modes de réalisation du dispositif selon l'invention ;

- la figure 11 est une représentation schématique partielle en coupe du dispositif selon l'invention selon un autre mode de réalisation.

En référence aux figures 1 et 2, la présente invention se rapporte à un dispositif 1 à usage médical et/ou esthétique et apte à générer de la cavitation, tel qu'une sonde ultrasonore, destiné à modifier des tissus et/ou des membranes biologiques, comprenant un corps 2 intégrant une source apte à créer une dépression dans un fluide de couplage pour générer de la cavitation, en particulier une source ultrasonore ou un transducteur 3.

On entend par « modifier » les tissus et/ou les membranes biologiques, les transformations (avec ou sans altérations), les interactions et/ou actions possibles et réalisables via un dispositif générant de la cavitation.

A titre d'exemple, « modifier » peut être interpréter pour une utilisation dudit dispositif pour :

- perméabiliser des tissus biologiques en vue de faciliter une administration transmembranaire de substances actives (sonophorèse), par exemple, et/ou, - créer une stimulation thermique, mécanique ou physico-chimique (sonostimulation), des tissus biologiques ou de leurs constituants et/ou,

- réaliser un nettoyage, en particulier ultrasonore, de surface, par exemple de plaies, ou une micro-abrasion des tissus biologiques (sonoabrasion).

D'autres exemples d'utilisation et de nouvelles applications seront cités tout au long de la présente description.

Le dispositif selon l'invention ou sonde 1 permet de produire un phénomène de cavitation 4.

Ladite sonde s'applique par l'intermédiaire de sa partie inférieure sur une surface (ou zone) d'intérêt (ou cible) 5 via un milieu de couplage 6 (connu en soi) nécessaire pour la transmission des ondes ultrasonores et pour générer la cavitation.

Le corps 2 de la sonde 1 possède un axe de symétrie qui, en cours d'utilisation, est sensiblement perpendiculaire au plan de la zone d'intérêt 5.

Ledit corps de ladite sonde peut prendre toutes les formes souhaitées en vue de s'adapter à toutes les applications possibles où un phénomène de cavitation indolore est nécessaire.

A titre d'exemple, la zone d'intérêt 5 peut être la surface d'une membrane biologique, telle qu'une partie souhaitée ou à traiter du derme superficiel comme un front d'être humain ou pour un nettoyage d'une plaie.

La source ultrasonore 3, comprise au sein dudit corps 2, possède une extrémité inférieure ou nez permettant de transmettre les ultrasons. Généralement, la source ultrasonore 3 produit des ultrasons de fortes puissances et de basses fréquences, afin de générer ledit phénomène de cavitation.

Comme illustré sur ces figures, le corps 2 de ladite sonde est en contact avec ladite surface 5 souhaitée d'une membrane biologique ferme, c'est- à-dire que cette surface ne présente aucune déformation lors du déplacement du dispositif selon l'invention.

La figure 1 représente le dispositif selon l'invention au repos, c'est-à-dire sans émission d'ultrasons et la figure 2 en fonctionnement, c'est-à-dire lors d'émissions d'ultrasons.

Lorsque la sonde 1 est au repos, la source ultrasonore 3 repose axialement en équilibre à l'intérieur du corps 2 et arrive au niveau de l'extrémité inférieure dudit corps et est en contact avec la surface d'intérêt 5 via le milieu de couplage 6.

Lorsque ledit dispositif 1 émet des ultrasons, la source ultrasonore 3, du fait de la cavitation, prend une autre position à l'intérieur du corps 2 afin

de s'adapter à la surface 5 de la membrane d'intérêt et à la cavitation 4 générée, permettant d'obtenir une efficacité de la cavitation tout en étant indolore (et sans quitter le milieu de couplage 6).

Entre les figures 1 et 2, on peut donc voir que la source ultrasonore 3 s'élève ou décolle d'une certaine distance « d » de la surface 5 de la membrane correspondant audit phénomène de cavitation.

Lors de sa mise en fonctionnement, la source ultrasonore 3 crée une onde mécanique qui, lorsqu'elle entre en contact avec le fluide de couplage produit le phénomène de cavitation (ou nuage cavitationnel). Ce dernier, en prenant appui sur une cible fixe, ici la surface d'intérêt 5, provoque le déplacement de la source ultrasonore dans le sens opposée au sens de propagation de l'onde mécanique. La source ultrasonore qui se déplace librement dans la sonde se décolle alors d'une distance « d » de la cible.

L'intensité de la force qui provoque le déplacement de la source ultrasonore est fonction de l'intensité de l'onde mécanique (donc de la puissance des ultrasons), de la morphologie de la surface d'intérêt 5 et des caractéristiques du milieu de couplage. Ici, l'extrémité de la source reste continuellement en contact avec le milieu de couplage afin que la cavitation soit maintenue. Ainsi, lors du soulèvement de la source ultrasonore, celle-ci se maintient naturellement à une hauteur d'équilibre (distance « d ») qui correspond à l'annulation des forces qui respectivement provoquent le soulèvement de la source et sont dues au poids propre de la sonde.

A titre d'exemple, la distance « d », correspondant à l'élévation ou au soulèvement de ladite source ultrasonore 3 est comprise entre 1 μm et 5 cm.

En d'autres termes, la source ultrasonore 3 est mobile dans le corps 2 et peut se translater, de manière axiale, à l'intérieur dudit corps de la sonde 1 , dans l'axe de propagation des ondes ultrasonores lorsqu'elle est en fonctionnement, et ainsi sensiblement perpendiculairement à la surface de la zone d'intérêt.

Les figures 3 et 4 sont des représentations schématiques partielles en coupe du dispositif selon l'invention illustrant son principe de fonctionnement sur une membrane biologique souple et/ou non plane.

La figure 3 représente le dispositif selon l'invention au repos, c'est-à-dire sans émission d'ultrasons et la figure 4 en fonctionnement, c'est-à-dire lors d'émissions d'ultrasons.

Le corps 2 de la sonde 1 est disposé sur une surface 5 d'une membrane souple, c'est-à-dire que cette surface présente une déformation, au niveau de l'extrémité inférieure de ladite sonde, lors de son passage ou déplacement.

On peut donc voir sur la figure 3, lorsque la sonde 1 est au repos, que l'extrémité inférieure de la source ultrasonore 3 subit naturellement une élévation à l'intérieur du corps 2 dudit dispositif correspondant à la déformation de ladite membrane souple due au positionnement de ladite sonde à la surface 5 de la zone d'intérêt.

Lorsque ledit dispositif 1 émet des ultrasons, la source ultrasonore 3 s'élève d'une certaine distance « d » de la surface 5 de ladite membrane, à l'intérieur du corps 2, correspondant au phénomène de cavitation 4, en vue d'obtenir une cavitation efficace et adaptée à la morphologie de ladite surface (sans quitter le milieu de couplage 6).

Ladite source ultrasonore génère une cavitation dans le milieu de couplage 6 à la surface de la membrane cible 5 et s'élève d'une hauteur variable dans le corps 2 de la sonde 1.

La distance « d » entre l'extrémité inférieure de la source ultrasonore et la surface cible 5 est variable, et dépend du phénomène de cavitation.

Le dispositif selon l'invention permet d'adapter la distance de la source ultrasonore par rapport à la zone cible en fonction de la cavitation générée et de la morphologie du sujet cible et ce, de manière autorégulée tout au long de son utilisation.

A titre illustratif, la fréquence de résonance peut être comprise entre 10 et 100 kHz et la puissance acoustique entre 0,1 et 50 W.

Le dispositif ultrasonore selon l'invention, peut fonctionner en mode puisé ou en mode continu.

La figure 5 est une vue schématique partielle en coupe du dispositif selon l'invention.

La source ultrasonore 3 est, par exemple, de forme générale longiligne ou tubulaire et colinéaire au corps 2. Son extrémité inférieure lui permet de transmettre les ultrasons via le milieu de couplage 6 à la surface 5

d'intérêt, et son corps ou sa partie supérieure lui permettent de disposer, de comporter ou d'intégrer au moins un moyen de positionnement ou de déplacement autoréglable en fonction du phénomène cavitationnel.

Bien entendu, ladite source ultrasonore 3 peut prendre toutes les formes souhaitées, parallélépipédique, ovale, conique ou autre, de manière à s'adapter à tous les types de sondes de toutes formes et donc à tous types d'applications.

Par exemple, la configuration de ladite source ultrasonore est en forme de T et définit un moyen de déplacement et/ou de positionnement lui permettant d'être maintenue à une hauteur limite à l'intérieur du corps 2 où elle est intégrée de manière libre ou mobile selon au moins une direction axiale (ou degré de liberté) du corps 2 de ladite sonde. Ladite source ultrasonore 3 peut ainsi évoluer de manière axiale par rapport audit corps 2.

Autrement dit, ledit au moins un moyen de déplacement autorégulé en fonction de la cavitation produite permet à ladite source ultrasonore d'être libre ou mobile selon au moins un degré de liberté à l'intérieur dudit corps de ladite sonde.

De manière avantageuse, ledit au moins un moyen de positionnement ou de déplacement autoréglable consiste en au moins un moyen de translation axiale.

Il est entendu par moyen de translation axiale, une translation dans l'axe dudit corps 2 et dans celui de propagation des ondes ultrasonores, c'est- à-dire sensiblement perpendiculaire à la surface de la zone d'intérêt.

Ainsi la source ultrasonore 3, dont la masse peut être compensée, est en équilibre et libre (ou guidée).

Ledit au moins un moyen de déplacement peut être au moins un guide 7 et/ou au moins une butée 8 prévus sur la source ultrasonore 3 et/ou à l'intérieur dudit corps 2 afin de guider ladite source ultrasonore lors de ses déplacements axiaux en fonction de la cavitation produite à la surface d'une membrane.

Avantageusement, ledit au moins un moyen de déplacement est au moins un moyen élastique 9 (Cf. figures 7, 9 ou 10).

Alternativement, le dispositif selon l'invention comprend au moins un moyen guide 7 et/ou au moins un moyen élastique 9 et/ou au moins une butée 8.

A titre d'exemple, la source ultrasonore peut être conçue sous une forme sensiblement tubulaire et ledit guide 7 et/ou ladite butée 8 peuvent être situés de chaque côté ou sur le pourtour ou tout le long du périmètre de ladite source ultrasonore et sur une partie dudit corps.

Ledit guide 7 peut être formé sur ou pour ladite source ultrasonore. Ledit guide 7 peut se présenter sous la forme d'un anneau de serrage ou de vis sans fin ou d'une encoche ou rainure apte à coopérer avec une encoche ou rainure située sur la partie supérieure, ou le long de la source ultrasonore 3 afin de guider cette dernière lors de sa translation axiale. Ainsi, la course de ladite source ultrasonore se réalise toujours de manière sensiblement axiale sans qu'elle soit déportée latéralement.

De manière alternative, ledit guide 7 est prévu à l'intérieur dudit corps de la sonde 1.

Alternativement, des guides 7 sont prévus sur la source ultrasonore 3 et à l'intérieur dudit corps 2 et sont aptes à coopérer ensemble.

Ladite butée 8 peut être prévue, comme illustrée sur les figures, de manière à former la source ultrasonore elle-même (en forme de T).

De manière alternative, ladite butée 8 est prévue sur ladite source ultrasonore.

Alternativement, ladite butée 8 est située à l'intérieur du corps 2 et est apte à coopérer avec ladite source ultrasonore.

De manière avantageuse, il peut être prévu au moins une butée sur la source ultrasonore 3 et à l'intérieur du corps 2.

Avantageusement, ledit au moins un moyen guide 7 peut comprendre ou intégrer ou former lui-même au moins une butée 8 qu'il soit situé à l'intérieur du corps 2 et/ou sur la source ultrasonore 3.

Par exemple, ledit dispositif 1 comprend au moins une butée 10 prévue sur ladite source ultrasonore, sous la forme d'au moins une butée, un ergot ou un élément en saillie, telle que par exemple, une rondelle apte à coopérer avec la source ultrasonore 3, ou un pas de vis sans fin ou tout autre moyen de type connu en soi apte à venir contre ou coopérer avec au moins une autre butée 11 prévue à l'intérieur du corps 2 de la sonde 1 afin que ladite source ultrasonore ne réalise pas une translation axiale importante engendrant un dysfonctionnement ou une casse voire sa

destruction résultant, par exemple, du renversement dudit dispositif lors de son transport, ou de la rotation de ladite source ultrasonore à l'intérieur dudit corps.

Ladite butée 8 est disposée de telle sorte que son positionnement ne modifie ou n'entrave pas le déplacement axial de la source ultrasonore 3 en fonction de la cavitation générée lorsque ladite sonde est en fonctionnement.

Selon un autre mode de réalisation, la source ultrasonore 3 est laissée ou maintenue libre ou mobile à l'intérieur du corps 2 avec aucun autre moyen de déplacement que son guide et/ou sa butée et/ou son moyen élastique.

La force du moyen de déplacement peut être définie en fonction de la masse de ladite source ultrasonore, du type de moyens de déplacement, de la nature du moyen de couplage, et de la variation axiale de la source souhaitée à l'intérieur dudit corps.

Ainsi, ladite source ultrasonore s'autorégule en hauteur en fonction de la cavitation générée, et ainsi, de la morphologie de la zone cible tout en permettant la perméabilisation ou le traitement des membranes ou tissus biologiques, en vue d'applications esthétiques et/ou médicales.

Cette autorégulation de la distance sonde (source ultrasonore) / zone cible permet d'obtenir une cavitation efficace et indolore.

Les figures 6 à 10 sont des vues schématiques partielles en coupe de différents modes de réalisation du dispositif selon l'invention.

La figure 6 présente une autre possibilité de fonctionnement des guides. En effet, ledit guide 7 présente des roulements à billes 12 dans un pas de vis sans fin. Ces derniers permettent de réduire le frottement à l'intérieur dudit guide.

Les figures 7 et 8 illustrent un autre mode de réalisation où la partie supérieure de la source ultrasonore 3 est reliée à l'extrémité supérieure interne du corps 2 de la sonde 1 par au moins un moyen élastique 9 permettant à ladite source ultrasonore d'être maintenue en place au repos mais également d'être rappelée, en vue d'assurer le retour en position initiale de ladite source ultrasonore, une fois la cavitation achevée, et d'être maintenue à une hauteur selon la cavitation générée et la morphologie de la zone d'intérêt, tout au long de son fonctionnement.

Ledit au moins un moyen élastique 9 peut être disposé au niveau de la source ultrasonore 3 en son extrémité supérieure mais aussi en sa partie supérieure et/ou ses parties latérales.

Ledit au moins un moyen élastique 9 peut être un système élastique, un ressort de rappel 13 ou bien un ressort de type hydraulique 14 ou à compression ou tout autre type de moyen élastique de type connu en soi.

Les figures 9 et 10 montrent une source ultrasonore 3 maintenue en place à l'intérieur du corps 2, par l'intermédiaire d'au moins un moyen élastique 9 situé entre ladite butée 11 du corps 2 de ladite sonde et celui ou ceux de ladite source ultrasonore ou situé entre ledit guide 7 de ladite source ultrasonore et ladite butée 10 de ladite source ultrasonore.

Les moyens élastiques 9, suivant leur disposition, servent ainsi, de poussée et/ou de rappel pour ladite source ultrasonore 3. Ils sont utilisés

pour compenser la masse de ladite source ultrasonore afin que cette dernière soit en équilibre et puisse se déplacer sous l'effet et en fonction de la cavitation produite.

Selon une autre configuration, il peut être prévu également au moins un moyen élastique 9 sur la partie supérieure de ladite source ultrasonore 3 mais aussi au niveau des butées 8 (butée 11 dudit corps 2 et/ou butée 10 de ladite source ultrasonore 3) et/ou des guides 7.

La figure 11 est une représentation schématique partielle en coupe du dispositif selon l'invention selon un autre mode de réalisation.

Cette figure illustre un autre mode de réalisation où le corps 2 de la sonde 1 intégrant la source ultrasonore 3 est lui-même intégré à l'intérieur d'un autre corps externe, second corps ou poignées 15.

En d'autres termes, cette configuration comprend un corps externe 15 dans lequel coulisse, de manière axiale, la sonde 1 comportant ladite source ultrasonore 3 et ledit corps 2 fixés l'un à l'autre.

Selon cette dernière configuration le corps 2 de ladite sonde et la source ultrasonore 3 sont intimement liés et ne se déplacent plus l'un par rapport à l'autre. En effet, ces derniers coopèrent ensemble, par un mouvement de translation axiale, selon la cavitation générée en fonction de la morphologie de la surface étudiée par rapport au second corps 15 qui, lui, reste immobile par rapport à la surface d'intérêt.

Le corps 2 et la source ultrasonore 3 sont maintenus fixement l'un à l'autre, via des vis 16, par exemple, dans les butées 8.

Alternativement, des guides 7 peuvent être prévus comme illustrés précédemment.

Il peut être prévu au moins un joint d'étanchéité entre les guides 7 et les butées 8.

Ainsi, le corps extérieur ou poignées 15 reste immobile et ce sont la source ultrasonore 3 et le corps 2 interne qui deviennent autoréglables, en fonction de la cavitation générée permettant la perméabilisation ou le traitement des membranes ou tissus biologiques, en vue d'applications esthétiques et/ou médicales.

Comme décrit précédemment, ce dernier mode de réalisation peut inclure d'autres moyens élastiques 17 disposés pour la poussée ou le rappel en position initiale du corps 2 et de la source ultrasonore 3 à l'intérieur des poignées 15 en vue de guider ces derniers lors de leurs mouvements de translation et pour éviter qu'ils ne se déportent latéralement.

En d'autres termes, ledit corps 2 et ladite source ultrasonore 3 disposés via les poignées 15 sur une surface 5 de membrane cible génèrent une cavitation dans le milieu de couplage 6 et s'élèvent ou se soulèvent d'une hauteur variable dans le corps externe ou poignées 15 par rapport à la surface 5 de la membrane d'intérêt et par rapport aux extrémités inférieures desdites poignées.

De plus, à l'intérieur des poignées 15, il peut être prévu également d'autres au moins un guide 18 et/ou au moins une butée 19 et/ou au moins un moyen élastique 17 supplémentaire aptes à coopérer avec ceux pouvant être prévus à l'extérieur du corps 2.

Avantageusement, des roulements à billes 20, ou tout autre moyen pouvant réduire les frottements, peuvent également être prévus.

Le dispositif apte à générer de la cavitation selon l'invention décrit plusieurs modes de réalisation à titre illustratif. Il est entendu que l'homme de l'art est à même de réaliser d'autres variantes du dispositif selon l'invention sans pour autant sortir de la portée de ce brevet.

Le dispositif selon l'invention possède plusieurs types d'applications. En effet, il est utilisé pour une perméabilisation des membranes par exemple, et ce de manière rapide, efficace, sécurisée, reproductible et réversible.

De manière avantageuse, l'utilisation du dispositif selon l'invention permet de générer une cavitation sans douleur, sans nécessiter d'ajouter des promoteurs chimiques, et permet d'administrer des molécules de manière transmembranaire, par exemple.

Il peut posséder également des propriétés « sonophysiques », de physiothérapie, antalgiques, d'abrasion ou fibrolytiques.

Avantageusement, le dispositif selon l'invention possède une action métabolique, activant ou stimulant des fibroblastes du derme superficiel, par exemple, via la cavitation générée.

La présente invention permet également d'augmenter le temps d'action du dispositif sur une zone cible pour une stimulation plus longue étant donné que la cavitation engendrée est indolore.

De plus, le dispositif selon l'invention peut être utilisé en vu de nettoyer des plaies superficielles ou pour accélérer ou sublimer une cicatrisation, voire une application potentielle en chirurgie.

Le dispositif selon l'invention peut également être utilisé à des fins esthétiques, telles que par exemple pour améliorer l'élasticité, la tenue, ou l'aspect de la peau (exfoliation, abrasion, nettoyage de peau, vieillissement cutané, peau d'orange, cellulite, etc.) ou de la douleur (arthrose, raideurs articulaire, entorses ou lésions musculaires etc.).

Avantageusement, ledit dispositif peut posséder également une application dans le traitement des surfaces de membranes ou de tissus biologiques en dermatologie, tel que par exemple, le traitement des verrues, ou de l'acné (nettoyage profond des pores), etc.

De manière avantageuse, le milieu de couplage peut contenir des molécules actives.

LEGENDES

1. Sonde

2. Corps de la sonde 3. Source ultrasonore

4. Phénomène de cavitation

5. Zone d'intérêt

6. Milieu de couplage

7. Guide 8. Butée

9. Moyen élastique

10. Butée intégrée à la source ultrasonore

11. Butée intégrée au corps

12. Roulement à billes 13. Ressort

14. Ressort hydraulique

15. Poignée

16. Vis

17. Moyen élastique de la poignée 18. Guide de la poignée

19. Butée de la poignée

20. Roulement à billes de la poignée d Distance entre l'extrémité de la source ultrasonore et la surface d'intérêt